Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Hypertrophie du VG : signe avant coureur de maladie coronarienne

Hypertrophie du VG : signe avant coureur de maladie coronarienne

VENDREDI 13 SEPTEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'hypertrophie ventriculaire gauche est un facteur prédictif de la mortalité et de l'insuffisance cardiaque liés à la maladie coronarienne. Dans ce cadre, l'IRM du VG serait plus prédictive que le coroscanner.

RSNA

Dans une étude, dirigée par le Dr Nadine Kawel-Boehm, radiologue à l’hôpital Graubünden de Coire (Suisse) et publiée dans le Revue Radiology, une équipe de chercheurs a analysé les données recueillies dans le cadre de l’étude multi-ethnique sur l’athérosclérose (MESA) en cours, parrainée par le National Heart, Lung aud Blood Institute, sur un échantillon de 6 814 hommes et femmes âgés de 45 à 84 ans et ne présentant aucune maladie cardiaque connue.

Des données issues de l'étude multi-ethnique sur l'athérosclérose

Selon le Dr Kawel-Boehm, peu de recherches ont été menées pour prédire le risque à long terme d'événements cardiovasculaires chez des patients d'ethnie diverse présentant une hypertrophie ventriculaire gauche (VG) identifiée par IRM. "Des études antérieures utilisaient l'ECG ou l'échocardiographie, qui présentent une sensibilité plus faible dans le diagnostic de l'hypertrophie du VG et ne suivent généralement les patients que pendant plusieurs années, précise-t-elle. L'étude MESA a utilisé l'IRM, qui est la méthode de référence pour quantifier la masse du VG, et a fait l'objet d'un long suivi de 15 ans." Les chercheurs ont étudié des individus en bonne santé impliqués dans l’étude MESA. 4 988 participants au programme MESA ont subi une IRM cardiaque de base entre 2000 et 2002 et ont participé au suivi sur une période de 15 ans. L'IRM a montré que 247 participants au groupe d'étude avaient une hypertrophie du VG.

Une corrélation significative entre hypertrophie du VG et possible syndrome coronarien

L'âge moyen de tous les participants au départ était de 62 ans et 52% étaient des femmes. 39% d'entre eux étaient blancs, 13% asiatiques, 26% afro-américains et 22% hispaniques. Après un suivi de 15 ans, l'équipe de recherche a constaté que 290 patients avaient un événement de maladie coronarienne important, dont 207 infarctus du myocarde, et 95 décès. D'autre part, des décès liés aux maladies cardiovasculaires sont survenus chez 57 patients et 215 patients ont présenté une insuffisance cardiaque. Une analyse statistique des données a montré que l’hypertrophie du VG était un facteur prédictif indépendant d’événements coronariens importants, notamment l’infarctus du myocarde, le décès par insuffisance coronarienne et l’insuffisance cardiaque.

L'IRM du VG mieux que le coroscanner pour prédire les accidents cardiaques ?

Selon l'analyse, 22% des participants à l'étude présentant une hypertrophie du VG avaient un événement de coronaropathie important, contre 6% des participants sans hypertrophie du VG. Les patients présentant une hypertrophie du VG avaient 4,3 fois le risque de décès lié à une coronaropathie par rapport aux participants sans hypertrophie du VG. Les décès dus à des causes cardiovasculaires d'origine coronarienne ou non coronarienne étaient plus fortement liés à l'hypertrophie du VG qu'à l'identification de calcium dans l'artère coronaire par scanner. "Contrairement au calcium, dont on ne sait pas s'il régresse sous traitement médical, une masse LV élevée est potentiellement réversible sous traitement", remarque le Dr Kawel-Boehm.

En raison de la longueur du suivi de l’étude, celle-ci a identifié un risque d’événements cardiovasculaires augmentant chez les participants atteints d’hypertrophie du VG, en particulier après cinq ans. "Nos résultats fournissent davantage de preuves et de motivation pour un suivi et une prise en charge réguliers des personnes présentant une hypertrophie ventriculaire gauche, conclut-elle. Une masse plus élevée du VG par IRM peut, dans certains cas, avoir plus d'importance qu'un score de calcium élevé."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

LE CH de Valenciennes se dote d'une IRM 3T
26/11/2019 : Le CH de Valenciennes vient de réaliser un renouvellement conséquent de son plateau technique. Une IRM 3T et un cockpit d’imagerie font partie des solutions acquises dans ce cadre.

Le CHU de Poitiers se dote de la première IRM 7T clinique de France
20/11/2019 : La première modalité IRM 7T à vocation clinique de France vient d’être inaugurée au CHU de Poitiers. Un investissement important a été mobilisé pour cette installation qui a fait l’objet de la construction d’un bâtiment spécifique et d’une salle d’examen surdimensionnée en dimensions et en blindage.

Comment explorer le pied de Charcot ?
20/11/2019 : Dans une revue des images médicales pour le diagnostic et la classification du pied de Charcot, une étude suisse identifie la radiographie conventionnelle et l’IRM comme moyens d’exploration privilégiés.

IVDr, ou l'étude métabolique des fluides biologiques par RMN
14/11/2019 : Le Laboratoire de chimie et biochimie pharmacologiques et toxicologiques se dote du premier IVDr en France, système d’analyse métabolique à haut débit des fluides biologiques chez l’Homme par résonance magnétique. Il sera inauguré le 3 décembre 2019 sur le Campus Saint-Germain-des-Prés.  

Prostate : ateliers pratiques d’IRM sur consoles
05/11/2019 : Forcomed propose une formation ciblée sur l’IRM prostatique multiparamétrique. Elle permet d’assurer notamment le classement PIRADS2 des lésions et d’effectuer un bilan d’extension.

Une session e-learning consacrée à la pathologie maligne du pelvis en IRM
22/10/2019 : Afin de parfaire leur formation en imagerie pelvienne oncologique et d'acquérir les clés pour participer à une RCP d'oncologie pelvienne, Forcomed propose aux radiologues une formation en e-learning sur l'IRM de la pathologie maligne du pelvis.

La cartographie T2 comme biomarqueur de dégénérescence méniscale
20/09/2019 : Le temps de relaxation T2 pourrait servir de biomarqueur de dégénérescence méniscale. C'est ce que montre une étude hollandaise publiée dans la Revue European Radiology.

Hypertrophie du VG : signe avant coureur de maladie coronarienne
13/09/2019 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'hypertrophie ventriculaire gauche est un facteur prédictif de la mortalité et de l'insuffisance cardiaque liés à la maladie coronarienne. Dans ce cadre, l'IRM du VG serait plus prédictive que le coroscanner.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

Actualité du parc IRM français...et limitrophe
05/09/2019 : En cet été 2019, plusieurs modalités d'IRM ont été installées, notamment à Guéret, sur la Côte fleurie et à la Chaux-de-Fonds notamment.


Le scanner spectral à comptage photonique confirme son potentiel clinique
11/12/2019 : Le scanner spectral à comptage photonique confirme son potentiel en tant que technologie de rupture en tomodensitométrie. En amont du prochain MDCT 2020, où il s’exprimera à ce sujet, nous avons rencontré le Pr Philippe Douek, l’un des pionniers dans ce domaine, qui fait un point sur la recherche fondamentale sur ce champ, mais également sur la recherche clinique qui engendre des protocoles très prometteurs.

La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

Le JT du RSNA du 7 décembre 2019
09/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro particulier depuis le consulat de France à Chicago. Retour ensuite sur les stands pour des interviews au sujet d’Azmed, Casis, DMS Imaging ainsi que pour des solutions d’e-santé.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Le JT du RSNA du 5 décembre 2019
06/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveaux algorithmes Terrarecon et le système de reconstruction Sitech Neuton. Le Dr Novellas et le Dr Delemar concluent en évoquant le contenu scientifique du congrès.

Le JT du RSNA du 4 décembre 2019
05/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro spécial Philips de nouveautés en IRM, scanner et échographie notamment.

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le JT du RSNA du 3 décembre 2019
04/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveautés EOS, l’intelligence artificielle selon GE Healthcare, la situation de Guerbet et les interventions du Dr Dominique NGuyen et du Dr Victor Delemar.

Le JT du RSNA du 2 décembre 2019
03/12/2019 : Premier volet de notre série de comptes rendus du RSNA 2019, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui sont évoquées les solutions Canon Medical, Medexprim et Guerbet, suivies de la minute de Victor Delemar.

Optimiser l’accueil du patient : 3 programmes de formation au choix et ultraciblés pour les équipes de secrétariat
03/12/2019 : A partir de janvier 2020, Forcomed lance 3 nouveaux programmes spécialement conçus pour les équipes d’accueil et de secrétariat de centres d'imagerie médicale, deux en présentiel et une en e-learning.


Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

COMMENT PRÉVENIR LA RÉCIDIVE D'ANÉVRISME INTRA-CÉRÉBRAL ?
10/06/2015 : Des protocoles de suivi à 10 ans par angio-IRM pourraient s'avérer nécessaire afin de prévenir les récidives d'anévrisme intracrânien. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans Radiology.

La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Le coroscanner comme alternative à la scintigraphie myocardique
23/02/2016 : Par son aptitude à fournir des données fonctionnelles en complément de l'exploration morphologique des artères coronaires, le coroscanner fait partie désormais des concurrents à la scintigraphie myocardique. C'est ce qu'a affirmé le Pr Philippe Douek lors du dernier Symposium Scanner Volumique.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Les PACS open source : une solution fiable et économique pour les professionnels de santé
25/05/2013 : “Toute image, n'importe quand, n'importe où, c'est le mantra », expliquait le professeur Ruben Mezrich, (théoricien des PACS à l’université de Baltimore),

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

À Dijon, le TEP-scan est désormais numérique
15/09/2017 : C'est à Dijon que le premier TEP-scan numérique de France a été installé, bénéficiant de la collaboration entre le Centre Georges-François Leclerc et le CHU de Dijon. Ces deux établissements pourront ainsi aller plus loin dans leurs travaux de recherche en pharmaco-imagerie et améliorer l'exploration et le suivi des patients dans de nombreuses spécialités.