Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Médecine nucléaire > Accident lors d'un PETscan à New york

Accident lors d'un PETscan à New york

JEUDI 03 OCTOBRE 2013 Soyez le premier à réagir1 réactions

Le système d'alerte de la FDA a été mis à contribution en juin 2013, suite à un accident entraînant la mort d'un patient lors d'un examen de PETscan. 

Nouvelle légende

General Electric (GE) Healthcare a dû faire face, cet été à un problème majeur sur une de ses installations de médecine nucléaire aux USA.

Un PETscan mortel

Le 5 juin 2013, au sein du James J. Peters VA Medical Center de New York, une gamma camera d'un PETscan GE Infinia Hawkeye 4 est tombée sur un patient de 66 ans en cours d'examen, entraînant la mort de celui-ci. Le dessèrement et la chute des boulons de fixation de la gamma camera semblent à l'origine de l'accident.

GE recommande l'arrêt de tous les systèmes

Aussitôt informées, les autorités du constructeur ont recommandé, par courrier officiel urgent et appel téléphonique, l'arrêt immédiat de toutes les installations de la série Infinia, mais aussi des autres systèmes de médecine nucléaire de la marque sur tout le territoire américain. Elles ont également alerté la Food and Drug Administration (FDA) qui a publié une note en ce sens quelques jours après pour accompagner le signalement provenant de GE. Les installations ont été autorisées à fonctionner à nouveau, seulement après la varification du bon fonctionnement des systèmes de fixation des gamma cameras par les ingénieurs et techniciens spécialisés GE. A ce jour, aucune autre installation n'a été déclarée inutilisable pour les causes pré-citées. Malgré la rareté d'un tel événement, cet épisode montre la capacité de réaction et l'efficacité des procédures de déclarations d'incidents qui ont cours aux USA.

Bruno Benque


toshiba

1 réaction(s) à l'article Accident lors d'un PETscan à New york

#2

UNE GAMMA CAMERA DEFECTUEUSE : QUELLE(S) RESPONSABILITE(S) ?



Le mercredi 5 juin 2013, GE Healthcare prenait connaissance d’un accident survenu dans un centre médical aux Etats-Unis : un patient est décédé des suites des blessures causées par un système de médecine nucléaire infinia Hawkeye 4.

Plus précisément, les boulons fixant la caméra au support mobile étaient desserrés, ce qui a exercé une contrainte sur le mécanisme de support et a provoqué la chute du matériel sur le patient au cours de son examen, provoquant ainsi sa mort.

C’est par courrier du 24 juin 2013 que la société a adressé une alerte de sécurité auprès de l’ensemble des acteurs potentiellement concernés par cet incident (services de médecine nucléaire, gestionnaires de risques hospitaliers, directeurs d’hôpital, chef de service de radiologie et médecins radiologues, correspondants locaux de matériovigilance).

Après enquête, GE Healthcare a invité les acteurs considérés, par lettre du 5 juillet 2013, à faire entretenir un grand nombre de produits concernés par l’incident.

Or, certains établissements hospitaliers n’étaient équipés que de produits ou systèmes issus de GE Healthcare, ce qui a légitimement fait craindre aux opérationnels une atteinte excessive à l’accès aux soins les plus urgents, et une désorganisation massive des services concernés.

En France, pèse sur le fabricant une obligation de sécurité résultat sur le bon fonctionnement des produits qu’il met en circulation (article 1386-4 et suivants du code civil). Ajoutons à cela qu’une plainte pour homicide involontaire, ou par imprudence, voire négligence, aurait très bien pu intervenir contre le représentant légal de la société concernée.

Quelle que soit la nature de la responsabilité endossée par le fabricant, il est, en tout état de cause, de son devoir de signaler les incidents observés auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

En l’occurrence, le circuit d’alerte a bien fonctionné, et aucun autre incident n’a dû être déploré.
o/y


Message posté par DSIH (Déconnecté) le mercredi 02 octobre 2013 à 10:43:11 en réponse au message n°#1 REPONDRE

Save the date : la 4ème conférence virtuelle CHILI
03/11/2020 : Pour sa quatrième édition, la conférence virtuelle sur l’imagerie hybride CHILI traitera de cas cliniques en oncologie et pour des pathologies cardiaques, cérébrales et pédiatriques.

Nouvelles recommandations de l'ASN concernant le Lutathera
23/09/2020 : Le Lutathera, utilisé en Médecine nucléaire, est composé notamment de lutétium-177 qui vient de faire l’objet de recommandations de l’ASN quant à la prise en charge des patients, leur hébergement mais également au transport et au stockage de cette substance.

Un nouveau radiotraceur pour dépister l'inflammation pulmonaire ?
22/09/2020 : Les syndromes inflamatoires ont peut-être trouvé leur radiotraceur, le Galuminox allié au Gallium-68. Les chercheurs responsables de la création de cette molécule présentent leur démarche pour détecter l'inflammation pulmonaire chez la souris et les promesses de leur étude.

Save the date : Le congrès en ligne d'imagerie hybride CHILI est annoncé
04/09/2020 : La troisième édition de CHILI, la conférence en imagerie hybride, aura lieu en ligne le 13 novembre 2020. Le thème principal traitera du guidage en thérapie clinique.

Les usages du PET dans les indications d'infections articulaires péri prothétiques
08/07/2020 : En aval de la Conférence CHILI sur l’imagerie hybride, le Pr Jean-Noël Talbot a répondu à des questions ciblées sur les usages du PET dans les indications d’infections articulaires péri-prothétiques.

Lymphome hodgkinien : la chimiothérapie guidée par le TEP recommandée dans une étude
19/06/2020 : Une étude allemande propose de supprimer la radiothérapie du protocole de traitement multimodal du lymphome hodgkinien de stade précoce avec facteurs de risques défavorables. La chimiothérapie guidée par le TEP est recommandée pour le nouveau protocole de traitement.

Les recommandations de la SFMN pour l'organisation de la médecine nucléaire en environnement COVID-19
24/03/2020 : Afin d’assurer une bonne prise en charge des patients en médecine nucléaire pendant l’épidémie de COVID-19, la SFMN a publié des recommandations spécifiques pour une bonne organisation des services traitant de cette spécialité.

Extravasation en médecine nucléaire : les recommandations de l'IRSN
03/03/2020 : Que faire lorsqu’une extravasation de produit radioactif est identifiée en médecine nucléaire ? La Revue Repères nous donne quelques recommandations pour traiter cet incident avec pertinence.

Le futur de la médecine nucléaire au prochain congrès ISI NucMed
24/02/2020 : Afin de préparer les acteurs de la médecine nucléaire à l’évolution future de cette spécialité, Arronax Nantes organise en juin prochain l’ISI NucMed, un congrès pluridisciplinaire traitant de production de nucléides, d’intelligence artificielle appliquée et de l’approche théranostique.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.


Les Jeudis de l'AFPPE, des webinaires pour garder le contact avec la communauté des manipulateurs
25/11/2020 : Afin de remplacer les journées de formations prévues en présentiel et de rester en contact avec la communauté des manipulateurs d’électroradiologie, l’AFPPE lance des webinaires qui leur sont dédiés, les Jeudis de l’AFPPE. Premier numéro le 10 décembre 2020.

DACS : le CHU de Poitiers opte pour une solution indépendante de dosimétrie patient
24/11/2020 : Le CHU de Poitiers a choisi la solution de dosimétrie patient Nexo[DOSE] pour suivre l’exposition de ses patients aux rayonnement ionisants. La physicienne Christelle Galais nous en dit plus sur les usages de ce logiciel.

Medsquare présente son nouveau site internet
24/11/2020 : En réalisant la refonte de son site internet, Medsquare donne l’image d’une société dynamique apte à répondre aux besoins de ses clients et partenairtes.

Hypertension et diabète : des facteurs favorisant les complications cérébrales du COVID-19
23/11/2020 : Certains patients atteints de COVID-19 présentent un risque plus élevé de complications neurologiques, hémorragies cérébrales ou AVC par exemple, selon une étude présentée lors du congrès de la Radiological Society of North America (RSNA). Les chercheurs ont déclaré que ces découvertes potentiellement mortelles étaient plus fréquentes chez les patients souffrant d'hypertension et de diabète.

Signature d'un partenariat pour la détection des AVC par IA à partir du scanner cérébral
19/11/2020 : En signant un partenariat avec Avicienna.AI, Canon Medical permet aux radiologues d’être alertés en cas d’AVC hémorragique ou ischémique lors d’un scanner cérébral.

Le suivi IRM des joueurs de tennis en surpoids objective une dégénérescence cartilagineuse accrue des genoux
19/11/2020 : Les sports de raquette semblent accélérer la dégénérescence des articulations du genou chez les personnes en surpoids souffrant d'arthrose, selon une étude présentée lors du dernier congrès de la Radiological Society of North America (RSNA). Une surcharge articulaire nocive déclenchant un stress de contact accru sur le ménisque sont des pistes pour expliquer le phénomène.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Le Mois sans tabac ravive les besoins de scanner low dose pour le dépistage précoce du cancer du poumon
18/11/2020 : En ce mois sans tabac de sensibilisation au cancer du poumon, la FNMR souhaite interpeler les pouvoirs publics sur les avantages que pourrait apporter le scanner low dose pour le dépistage précoce de cette maladie.

Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Audiences records pour l'IDoR 2020
16/11/2020 : L’IDoR 2020 a connu un engouement sans précédent cette année. Le rôle majeur tenu par l’imagerie médicale dans le diagnostic et le traitement de la maladie à COVID-19 y a contribué grandement et les retours d’expérience feront l’objet d’un livre électronique.


Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.

Une revue exhaustive des manifestations multisystémiques du COVID-19
03/11/2020 : Deuxième volet de la revue exhaustive réalisée par la plateforme RadioGraphics sur les manifestations radiologiques du COVID-19. Une iconographie toujours aussi impressionnante des affections cardiaques, neurologiques, abdominales, pédiatriques ou musculo-squelettiques notamment, dues au virus.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Évaluation de l'IRM synthétique pour le diagnostic de la Sclérose En Plaques
13/03/2018 : La technologie permet désormais de réaliser des séquences d'IRM synthétiques en une seule acquisition. Une étude publiée dans l'Euopean Journal of Radiology a comparé cette dernière avec l'IRm classique pour l'exploration de la Sclérose En Plaques (SEP).

Signature d'un partenariat pour la détection des AVC par IA à partir du scanner cérébral
19/11/2020 : En signant un partenariat avec Avicienna.AI, Canon Medical permet aux radiologues d’être alertés en cas d’AVC hémorragique ou ischémique lors d’un scanner cérébral.