Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux

PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux

LUNDI 12 FéVRIER 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le PIMM semble la réponse appropriée du système de Santé pour assurer une permanence des Soins en imagerie médicale. C'est ce qui ressort du webinar, organisé par le Cabinet Houdart & Associés, qui y était consacré et auquel participait le Dr Pascal Béroud, du SRH.

PIMM

Le Cabinet d'avocats Houdart & Associés organisait, le 8 février 2018, un webinar sur le thème des Plateaux d'Imagerie Médicale Mutualisés (PIMM). Le Dr Pascal Béroud, représentant du Syndicat des Radiologues Hospitaliers (SRH), était l'invité de Me Laurent Houdart pour une discussion à bâtons rompus à propos de ce nouveau mode d'organisation voulu par l'ensemble des acteurs de l'imagerie, ainsi que des tutelles.

Créer un début de convergence des rémunérations des praticiens

Les PIMM ont été intégrés à la Loi du 26 janvier 2017 de Modernisation de notre système de Santé, dans son article 113. Ils ont pour objet de faire coopérer des radiologues au sein d'un territoire, même s'ils obéissent à des statuts différents (public et privé), autour de modalités d'imagerie conventionnelles, en coupe ou interventionnelles. Mais, comme l'a fait remarquer Me Houdart en préambule, il sera nécessaire, pour que le système puisse fonctionner correctement, qu'un début de convergence de rémunérations se matérialise entre les différents praticiens, tant le fossé est grand du public au privé. Cela pourrait passer par un système de primes pour les praticiens hospitaliers et par une partie forfaitaire pour les autres.

Des projets médicaux validés par les ARS

Les PIMM doivent résulter d'une volonté des praticiens de se regrouper pour faire face à un besoin territorial de prise en charge radiologique. Ces projets doivent recevoir l'aval de l'Agence Régionale de Santé (ARS), qui leur donnera une autorisation pour 5 ans. Et après ? Le Dr Béroud a tempéré les inquiétudes sur ce point, en indiquant que les autorisations de matériels lourds, par exemple, sont renouvelées tacitement si l'environnement ne change pas significativement. D'autre part, l'évolution à venir de ce régime d'autorisation, qui passera d'une logique d'équipement à une logique d'activité, de Permanence Des Soins (PDS) et de continuité de la prise en charge radiologique des patients, devrait assouplir encore la procédure.

Comment les praticiens libéraux voudront-ils partager leur activité ?

Mais, si ces dispositions vont dans le sens d'une meilleure reconnaissance de l'activité des praticiens hospitaliers et redonnera sans doute une certaine attractivité à leur statut, comment les radiologues libéraux accueillent-ils ces organisations innovantes ? Vont-ils abandonner une partie de leur patrimoine radiologique à l'hôpital, et donc à l'État ? Là encore, le Dr Béroud se veut rassurant. "Le cadre du PIMM est suffisamment souple pour que les radiologues libéraux n'aient pas ce sentiment, a-t-il poursuivi. L'hôpital ne rentrera pas dans l'organisation du cabinet libéral, il s'agit juste de répondre aux besoins de la population tous ensemble. De plus, il n'y a pas d'obligation. S'il y a désaccord, il n'y aura pas de PIMM !" Ce qui a fait renchérir Me Houdart en annonçant qu'il n'y aurait ni publicisation, ni privatisation.

Des GCS issus de projets initiés par des radiologues, gouvernés par des radiologues

En termes de gouvernance enfin, le modèle du PIMM s'apparentera sans doute au Groupement de Coopération Sanitaire (GCS), de préférence au GIE où le praticien libéral n'a pas le droit d'intervenir sur un patient de l'hôpital public. Le GCS offre ainsi plusieurs avantages, notamment concernant les personnels non médicaux, qui peuvent être mis à disposition de la structure, même s'ils font partie de la Fonction Publique Hospitalière (FPH). Il permet également de partager les responsabilités médicales et de solliciter des ARS des subventions au titre des Missions d'Intérêt Général (MIG) ou des accompagnements à la contractualisation. Pour rassurer les praticiens libéraux sur ces points, le GCS devrait se structurer en Société de droit privé.

Quant à la présence proche de l'hôpital ou du GHT et de son directeur, le Dr Béroud affirme qu'elles ne seront pas un frein à la gouvernance médicale du PIMM. "Ce dernier, précise-t-il, répond à une stratégie territoriale à laquelle le directeur d'hôpital a tout intérêt d'adhérer, dans la mesure où la PDS fonctionne correctement. Il est un outil parmi d'autres pour rétablir une activité qui ne remplissait plus sa mission de service public."

Vers une évolution du statut de praticien hospitalier ?

Pour finir, Me Houdart a posé une question qui pourrait fâcher dans les couloirs de la FPH: "Le PIMM sonne-t-il la fin du Praticien Hospitalier (PH) en radiologie ?", à laquelle le Dr Béroud a effectivement répondu que ce statut avait besoin d'évoluer, que le PH temps plein n'était plus de notre temps et que pour attirer de nouveau les jeunes radiologues il faudrait certainement leur donner le choix de la part hospitalière qu'ils souhaiteront donner à leur carrière. Mais, si le PIMM donne cette possibilité aux radiologues, il n'en sera pas de même pour les autres spécialités médicales.

Il a ainsi conclu qu'un vent d'espoir était né de cette opportunité de création de PIMM. "Il faut que des expérimentations se mettent en place, elles créeront de l'envie pour les autres pour aboutir à une généralisation. Ce système souple et adaptable répond à de nombreuses contraintes actuelles, il favorise le décloisonnement et permettra d'assurer une continuité de prise en charge radiologique, pour peu que l'on s'affranchisse des dogmatismes…"

Bruno Benque


toshiba

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.

Du nouveau sur les mécanismes d'activation du choc anaphylactique
04/09/2019 : Des chercheurs de plusieurs institutions scientifiques et hospitalières françaises ont identifié un nouveau type d'anticorps pouvant provoquer un choc anaphylactique. Ils tentent désormais le moyen de les bloquer.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Autorisations de matériels lourds : comment faire ?
03/09/2019 : Pour les praticiens souhaitant étendre l'activité de leur centre, Forcomed organise une formation dédiée aux autorisations de matériels lourds. Elle se tiendra le 20 septembre 2019.

Pénurie de médecins radiologues en Algérie
29/08/2019 : L'Hôpital public de Thénia (Algérie) ne produit plus d'examens radiologiques, malgré un parc de modalités suffisant. Cette situation est due à un manque de médecin radiologue.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

Formation aux gestes d’urgence en imagerie médicale
26/08/2019 : Forcomed organise une journée de formation DPC aux gestes d'urgence dans le cadre de l'allergie ou de l'arrêt cardio-respiratoire. Elle est proposée en présentiel.

Quelques changements CCAM en imagerie à prendre en compte
29/07/2019 : Plusieurs codes CCAM en imagerie diagnostique ou thérapeutique viennent de faire l'objet de modifications. Cela concerne notamment la radiographie de la tête, la scanographie de l'appareil digestif, ainsi que certaines procédures interventionnelles.

Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

La CCAM en e-learning pour les novices
26/06/2019 : La maîtrise de la CCAM n'est pas chose facile, notamment pour les radiologues nouvellement installés. C'est pour eux que Forcomed lance une nouvelle session en e-learning dédiée.


Progrès en imagerie: le SNITEM édite un livret pour les professionnels et les patients
18/09/2019 : Dans sa collection "Progrès & dispositifs médicaux", le SNITEM vient de publier un nouveau livret dans lequel l'imagerie médicale prend une part importante. La partie Imagerie est préfacée par le PR Jean-François Meder.

Bloc opératoire : un guide ASN de formation IBODE qui crée une ambigüité
18/09/2019 : Dans un guide pratique à l'attention des IBODE, l'ASN a ouvert la porte à ces derniers pour les former à l'aide à la réalisation d'actes interventionnels. Mais ce texte comprend quelques dispositions ambigües quant à la nature effective de l'aide qu'ils pourront apporter.

Ischémie critique de jambe: le congrès américain délocalisé en Europe
17/09/2019 : Le congrès mondial AMP, consacré à la prévention et au traitement de l'ischémie critique des membres, se délocalise pour la première fois en Europe en octobre prochain.

L'hémorragie cérébrale, thème du RSNA IA challenge 2019
17/09/2019 : La Radiological Society of North America (RSNA) vient de lancer son troisième défi annuel sur l'intelligence artificielle (IA): le défi RSNA de détection et de classification des hémorragies intracrâniennes.

Microcirculation coronaire: comment et pourquoi la mesurer ?
17/09/2019 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, un webinar Incathlab sur la mesure de la microcirculation coronaire. Des live cases et des discutions expliquent le rôle de ces mesures dans la pratique.

Exposition des travailleurs : un bilan 2018 plutôt satisfaisant
16/09/2019 : La situation des travailleurs du domaine médical exposés aux rayonnements ionisants reste globalement stable en France en 2018, selon la nouvelle étude annuelle de l'IRSN. Ce document épingle une nouvelle fois les acteurs de la radiologie interventionnelle pour leur exposition aux extrémités.

Hypertrophie du VG : signe avant coureur de maladie coronarienne
13/09/2019 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'hypertrophie ventriculaire gauche est un facteur prédictif de la mortalité et de l'insuffisance cardiaque liés à la maladie coronarienne. Dans ce cadre, l'IRM du VG serait plus prédictive que le coroscanner.

Médecine nucléaire: de nouvelles modalités au CHU de Bordeaux
11/09/2019 : Le Service de médecine nucléaire du CHU de Bordeaux améliore son parc de modalités afin d'améliorer le diagnostic et la recherche en oncologie, ainsi que la coopération des enfants. Il vienen effet de faire l'acquisition d'un TEP Scan Vereos et d'un Kitten scanner.

Interventionnel: Siemens Healthineers fait l'acquisition de Corindus
11/09/2019 : En faisant l'acquisition de la société Corindus, Siemens Healthineers complète son offre en faveur de l'imagerie interventionnelle avec les systèmes robotisés de contrôle à distance des sondes, des guides et des matériels de dilatation vasculaire.

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.


Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Un nouveau modèle pour évaluer le risque cardiovasculaire à partir du coroscanner
25/06/2019 : Pour évaluer le risque cardiovasculaire d'une personne à partie du coroscanner, la méthode la plus appropriée aujourd'hui est le machine learning. C'est le résultat d'une étude publiée dans la Revue Radiology, qui montre que cette méthode est supérieure au score CAD-RADS par exemple.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.

Le décret de compétences du manipulateur moderne est paru !
06/12/2016 : Le Ministère des Affaires sociales et de la Santé a publié, le 5 décembre 2016, le nouveau Décret de compétences des manipulateurs. Comme annoncé, il instaure trois niveaux d’autonomie pour ces professionnels de santé et élargit leur champ d’action.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

C'est officiel : Toshiba Medical devient Canon Medical Systems Corporation
24/01/2018 : L'intégration de Toshiba Medical Systems au sein de Canon Inc. a été entérinée le 4 janvier 2018. Canon Medical Systems Corporation fera désormais profiter du réseau mondial de la maison mère aux acteurs de l'imagerie diagnostique et thérapeutique, ainsi que de sa philosophie: "Made for life".

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013  

Des images médicales sans bruit grâce à l'imagerie quantique ?
10/09/2019 : Pour éliminer le bruit dans les images médicales, des chercheurs ont tenté de créer les conditions de l'imagerie quantique. Ils ont décrit leurs travaux dans la Revue Physical Review X.