Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

LUNDI 22 SEPTEMBRE 2014 Soyez le premier à réagir1 réactions

Suite à son élection, pour une période de trois ans, à la présidence de la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR), Théma Radiologie a rencontré le Dr Masson pour un long entretien sur les sujets qui font débat actuellement au sein de la radiologie libérale. Les baisses de rémunérations, bien sûr, mais aussi les difficultés d'installation des jeunes radiologues, la mutualisation territoriale des activités radiologiques rurales, ou la qualité en téléradiologie, tels sont les thèmes que nous avons abordés, en continuité de l'action du président sortant, Jacques Niney.

Dr Jean Philippe Masson

Théma Radiologie  : Dr Masson, vous voilà président de la FNMR, dans un contexte défavorable pour l’ensemble du secteur, notamment en termes de valorisation des actes. Comment voyez-vous l’évolution de cet environnement  ?
Dr Jean-Philippe Masson  : L’évolution est clairement en rapport avec la situation économique, et les tendances n’annoncent rien de bon. Il faut savoir qu’entre 2007 et 2013, on nous a baissé de 700 millions la valeur des actes d’imagerie. La conséquence directe de ces décisions est illustrée par la fermeture d’une centaine de cabinets de radiologie depuis cette période.

"Aujourd'hui, même les cabinets pratiquant l'imagerie en coupe sont en déficit !"

T.R.  : Les baisses de rémunération sont-elles seules en cause  ?
Dr JP..M.  : En majorité, oui. Si l’on met de côté les départs en retraite non remplacés par des jeunes qui ne sont pas intéressés par une activité en milieu rural notamment, un grand nombre de petits cabinets ont cessé leur activité car ils ne pouvaient plus s’en sortir. Et le phénomène est en train de se répéter pour certaines structures pratiquant l’imagerie en coupe. Les forfaits techniques (FT) d’IRM ont été abaissés, et c’est encore pire pour le scanner, qui a vu le FT d’une deuxième région anatomique au cours du même examen valorisé seulement à 15%. Certaines de ces structures sont donc en déficit, et sont obligées de prélever sur l’acte intellectuel des radiologues pour pouvoir payer les frais de fonctionnement.

T.R.: Cette situation est-elle directement liée aux suites de l’Avenant 8 de la convention  ?
Dr JP.M.: Ça en fait partie, effectivement, mais il faut remercier Jacques Niney, mon prédécesseur, qui a négocié le plan pluriannuel afin de lisser les baisses de recettes, qui s’élèvent tout de même à 180 millions d’euros sur 3 ans. Ce plan a permis aux gestionnaires d’avoir une visibilité sur la pérennisation de leur activité et éviter de nouvelles ponctions brutales lors des PLFSS. Cela représente pour eux des sommes importantes, qui ne sont pas disponibles pour les investissements, ou pour l’embauche de manipulateurs ou secrétaires, lesquels sont autour de 35 000 dans les cabinets de radiologie. L’heure est à la rationalisation au maximum pour réduire les coûts.

"La fréquence de renouvellement des échographes est passée à 5 ans".

T.R.  : Vous évoquez les investissements, en matériels. Sont-ils globalement en baisse dans les structures privées  ?
Dr JP.M.  : Ils sont en tout cas moins fréquents. Les radiologues ne renouvellent plus le matériel aussi souvent qu’ils le voudraient. Par exemple, pour l’échographie, les machines étaient remplacées tous les 3 ans, pour suivre l’évolution technologique. Aujourd’hui, la fréquence de renouvellement est passée en moyenne à 5 ans. Cela se répercute évidemment aussi sur les industriels, qui connaissent pour la plupart des plans de restructuration. On le voit également sur les congrès, où les stands se réduisent fortement.

T.R.  : Est-ce vraiment une spécificité française  ?
Dr JP.M.  : Les observateurs étrangers le confirment, en tout cas. La valeur des actes d’imagerie en France est la plus basse de toute l’Europe. Mais le prix des modalités de mammographie numérisée, par exemple, qui sont des matériels de haute qualité, ont partout la même valeur marchande ! Concernant le scanner, comparé aux années 90, nous sommes capables aujourd’hui d’obtenir des informations décuplées, avec quelques 650 coupes par examen et des données volumiques. Or ces informations et leur traitement par le médecin sont aujourd'hui moins valorisées. D’autre part, la caisse nous dit qu’on fait top d’IRM ostéoarticulaires, alors que l’ASN nous demande de réduire les procédures utilisant les rayonnements ionisants. Il faut maintenant que les tutelles fassent preuve de cohérence!

"Certains directeurs d'hôpitaux ruraux ne veulent pas entendre parler de mutualisation"

T.R.  : Vous évoquiez les jeunes radiologues qui ne reprennent pas les cabinets. Le Projet Professionnel Commun (PPC) cher à la FNMR n’a-t-il pas d’influence sur eux  ?
Dr JP.M.  : Le fait est que les jeunes radiologues sont formés essentiellement en imagerie en coupe. Ils se montrent dès lors peu intéressés pour reprendre les activités conventionnelles. La FNMR essaie de les convaincre, au moyen du PPC, de se regrouper pour faire l’acquisition de modalités d’imagerie en coupe. Je crois beaucoup au PPC. Dans mon département de l’Aude par exemple, il est en train d’aboutir. Il faut mutualiser les moyens d’un petit hôpital, où les machines tournent insuffisamment mais existent, avec les cabinets environnants pour les faire travailler ensemble, dans un contexte et une structure juridique adaptés. Mais il faut que les directeurs d’hôpitaux jouent le jeu et comprennent que c’est le bien des patients. Certains sont ouverts et participent activement à de tels projets, mais d’autres refusent, par ego mal placé, par peur des syndicats ou pour répondre à des stratégies politiques locales.

"Le dumping sur les actes de téléradiologie nuit à la qualité de la prise en charge"

T.R.  : Quelle est la place de la téléimagerie dans le PPC  ?
Dr JP.M.  : La téléimagerie fait partie intégrante du PPC, mais dans une logique de territoire. Il doit y avoir des relations régulières entre le service demandeur et le téléradiologue. Ce dernier doit s’assurer que les protocoles d’acquisition soient régulièrement validés, et doit entretenir un rapport humain avec l’équipe.
Certains directeurs d’hôpitaux font appel à des sociétés commerciales basées à l’autre bout de la France, qui font du dumping sur les actes, ce qui totalement illégal, ou qui hébergent les données de santé anarchiquement. On ne peut pas faire de la radiologie de qualité à bas prix  !

T.R.  : Finissons justement par un couplet sur la qualité. Le projet Labelix cher à la FNMR a-t-il toujours autant d’adeptes  ?
Dr JP.M.  : Effectivement, puisque 100 à 120 structures sont labellisées ou en cours de labellisation, des cabinets, des cliniques et des GIE d’imagerie en coupe. D’ailleurs, le dernier référentiel Labelix comporte un chapitre entier consacré à la téléradiologie. Comme vous le voyez, la FNMR a un nouveau président, mais elle continue à promouvoir la qualité, avec des médecins compétents et réactifs, dans une discipline qui coûte cher, mais qui est un acteur économique national important.

Bruno Benque


toshiba

1 réaction(s) à l'article Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

#2

Bonjour
je pense que cet article a été peu lu par la population \"radiologique\" francaise vu le peu de réaction...je me permets de réagir à des propos qui me posent bq de problème, à savoir non pas le fait que des échographes ont une durée de vie de 5 ans...en fait c\'est plutot 4 ans qd on a une activité déchographie régulière et conséquente mais pour savoir cela il faut faire des échographies tous les jours... Par contre je réagirai de manière plus insistante sur les mots de Mr Masson, qui continue à stigmatiser la pratique de la téléradiologie Francaise par certaines sociétés. Quant il parle de \"sociétés commerciales basées à l\'autre bout de la France, qui font du dumping sur les actes, ce qui est totalement illégal ou qui hébergent des données de santé anarchiquement\", je ne peux que vous alerter sur le fait que Mr Masson parle de sujet qu\'il ne connait pas. En effet je suis actionnaire médecin radiologue, d\'une société \"empirique et pionnière\" de la téléradiologie francaise et initialement monégasque. L\'adresse francaise est actuellement sur Menton qui doit donc correspondre \" à l\'autre bout de la France\" pour Mr Masson, société qui a une activité cohérente et en phase avec les recommandations du G4. Ce même G4 n\'a pas fait évoluer la pratique de la téléradioloie française depuis 2007/2008 et il semble pour moi évident que Mr Masson affirme des faits qui sont totalement contraires à nos pratiques. Avant de dire ou d\'écrire certaines choses je pense qu\'il faut se renseigner, tout simplement.


Message posté par oliviersisteron (Déconnecté) le mardi 18 novembre 2014 à 10:16:07 en réponse au message n°#1 REPONDRE

Vendredi 28 avril: c'est la fin du modificateur Z pour les actes de radiologie
28/04/2017 : À partir du 28 avril 2017, les factures d'actes d'imagerie comportant le modificateur Z seront systématiquement rejetées. C'est le message qu'a fait passer la CNAM aux cabinets et établissements de santé dans son communiqué les informant que la CCAM v46 était prête.

L'intelligence artificielle pour aider au diagnostic de la tuberculose dans les pays en développement
24/04/2017 : Les machines pourraient, grâce à l’intelligence artificielle, venir en aide aux radiologues pour identifier et soigner plus rapidement les cas de tuberculose, notamment dans les pays en voie de développement. Une étude publiée dans la revue Radiology a testé deux modèles d’apprentissage pour les machines dans ce cadre.

La CCAM v46 inapplicable...pour le moment !
24/04/2017 : Les décisions de l’UNCAM relatives aux évolutions tarifaires des actes d’imagerie ne sont toujours pas applicables sur le terrain. Le package technique destiné à les intégrer dans les RIS n’a pas encore été publié.

Nouvelles tarifications: les actes échographie également concernés
19/04/2017 : La valorisation des actes d’imagerie médicale prend effet le 21 avril 2017. Outre le modificateur Z, l’association de plusieurs actes d’échographie fait aussi l’objet de modifications significatives.

Formation médicale: une option d'expertise en imagerie pour les jeunes cardiologues !
31/03/2017 : La réforme du 3ème cycle des études de médecine comporte un projet de DES de cardiologie énonçant clairement une expertise en imagerie médicale. La Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) met en garde contre cette nouvelle tentative de "balkanisation" et de "démantèlement" de la spécialité.

Croissance record pour EOS en 2016
24/03/2017 : Grâce à une politique d’extension à l’international et de développement de son offre logicielle, EOS imagina a vu son chiffre d’affaires progresser de 41% en 2016. Les autorisations obtenues auprès de la FDA devraient lui permettre de se développer sur le marché américain.

La radiologie à l'honneur dans l'émission Capital Santé
10/03/2017 : La webTV Capital Santé consacre aujourd'hui un débat sur la situation actuelle de la radiologie française. L'essentiel des sujets qui fâchent y sont abordés, pour une synthèse des contraintes et prérogatives des acteurs du secteur.

FNMR: Non au sabotage de l'Imagerie médicale !
13/02/2017 : La FNMR demande, dans un courrier adressé au Directeur de l’UNCAM, la suspension de ses décisions de baisse tarifaire des actes d’imagerie et de PET. Son slogan est sans équivoque: Non au sabotage de l’imagerie médicale !

FNMR : une attaque de l'UNCAM contre la santé des français !
31/01/2017 : Suite aux décisions de l’UNCAM d’appliquer des baisses tarifaires en imagerie médicale, la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) a condamné, dans un communiqué, ce qu’elle considère comme une attaque en règle contre la santé des français.

Dévalorisation des actes de radiologie : l'UNCAM a tranché
30/01/2017 : Comme l'on pouvait s'y attendre, l'Assurance maladie a tranché, par la faute de négociations non abouties avec les syndicats de radiologues, sur la nouvelle valorisaion des actes de radiologie. Le modificateur Z est supprimé et les forfaits techniques perdent 2% à compter du premier trimestre 2017.


Vendredi 28 avril: c'est la fin du modificateur Z pour les actes de radiologie
28/04/2017 : À partir du 28 avril 2017, les factures d'actes d'imagerie comportant le modificateur Z seront systématiquement rejetées. C'est le message qu'a fait passer la CNAM aux cabinets et établissements de santé dans son communiqué les informant que la CCAM v46 était prête.

Actualité du parc IRM français
26/04/2017 : Dans le cadre de notre revue des nouveaux projets d’installations d’IRM, présentation des acquisitions réalisées dernièrement à Caen, St-Denis-de-la-Réunion, Fort-de-France et Nevers.

Save the date: 2ème Journée des manipulateurs en radiothérapie
26/04/2017 : Suite au succès de l’édition 2016, la 2ème Journée des manipulateurs en radiothérapie se tiendra à l’HEGP le 10 juin 2017. Un programme pointu a été concocté pour cela par la commission radiothérapie de l’AFPPE.

L'imagerie par particules magnétiques expérimentée in vivo
25/04/2017 : Les recherches sur l’imagerie par particules magnétiques (MPI) ont passé dernièrement une étape importante de leur développement. En effet, cette technologie a été appliquée in vivo à un rat porteur d’une tumeur.

Des échographies spatiales pilotées depuis la terre
24/04/2017 : Les astronautes de la station spatiale internationale étudient leur système cadiovasculaire grace à des échographies pilotées depuis la terre. Cette expérience fait partie des essais initiés par le Centre national d'études spatiales.

L'intelligence artificielle pour aider au diagnostic de la tuberculose dans les pays en développement
24/04/2017 : Les machines pourraient, grâce à l’intelligence artificielle, venir en aide aux radiologues pour identifier et soigner plus rapidement les cas de tuberculose, notamment dans les pays en voie de développement. Une étude publiée dans la revue Radiology a testé deux modèles d’apprentissage pour les machines dans ce cadre.

La CCAM v46 inapplicable...pour le moment !
24/04/2017 : Les décisions de l’UNCAM relatives aux évolutions tarifaires des actes d’imagerie ne sont toujours pas applicables sur le terrain. Le package technique destiné à les intégrer dans les RIS n’a pas encore été publié.

Échographie cardiaque: des délais d'attente considérables au Québec
21/04/2017 : À l’instar de ce qui se passe dans certaines régions françaises, la continuité de prise en charge radiologique est précaire au Québec. L’exemple des délais d’attente pour les rendez-vous d’échographie cardiaque.

Un centre de radiothérapie privé inauguré dans la région d'Alger
20/04/2017 : La Clinique Fatema Al Azhar, vient d’être inaugurée dans la région d’Alger. Elle comprend une unité de médecine nucléaire et un service de radiothérapie bien dotés. Mais les inégalités de prise en charge en oncologie sont toujours présentes.

Congrès JPR 2017: promouvoir les collaborations scientifiques internationales
19/04/2017 : La RSNA et la société d’imagerie de Sao Paulo (SPR) sont partenaires depuis 2012. Elles organisent ensemble le congrès JPR, qui attire chaque année plus de 20 000 participants, pour promouvoir les collaborations scientifiques internationales.


La CCAM v46 inapplicable...pour le moment !
24/04/2017 : Les décisions de l’UNCAM relatives aux évolutions tarifaires des actes d’imagerie ne sont toujours pas applicables sur le terrain. Le package technique destiné à les intégrer dans les RIS n’a pas encore été publié.

Vendredi 28 avril: c'est la fin du modificateur Z pour les actes de radiologie
28/04/2017 : À partir du 28 avril 2017, les factures d'actes d'imagerie comportant le modificateur Z seront systématiquement rejetées. C'est le message qu'a fait passer la CNAM aux cabinets et établissements de santé dans son communiqué les informant que la CCAM v46 était prête.

Nouvelles tarifications: les actes échographie également concernés
19/04/2017 : La valorisation des actes d’imagerie médicale prend effet le 21 avril 2017. Outre le modificateur Z, l’association de plusieurs actes d’échographie fait aussi l’objet de modifications significatives.

Dévalorisation des actes de radiologie : l'UNCAM a tranché
30/01/2017 : Comme l'on pouvait s'y attendre, l'Assurance maladie a tranché, par la faute de négociations non abouties avec les syndicats de radiologues, sur la nouvelle valorisaion des actes de radiologie. Le modificateur Z est supprimé et les forfaits techniques perdent 2% à compter du premier trimestre 2017.

LA RYTHMOLOGIE STÉPHANOISE AU SOMMET DE L’EUROPE
30/04/2015 : Le CHU de St-Étienne dispose désormais de deux salles de rythmologie robotisées par stéréotaxis, faisant de ce centre une référence, au niveau européen.      

L'Autopsie Virtuelle, une jeune discipline en développement
14/04/2014 :   Alors que s'annonce le Congrès International sur l'Autopsie Virtuelle, du 15 au 17 mai 2014 à Marseille, nous avons rencontré le Pr Guillaume Gorincour, Président de l'International Society of Forensic Radiology and Imaging et principal organisateur de cet événement, où se rencontreront les meilleurs spécialistes mondiaux de la discipline.  

L'intelligence artificielle pour aider au diagnostic de la tuberculose dans les pays en développement
24/04/2017 : Les machines pourraient, grâce à l’intelligence artificielle, venir en aide aux radiologues pour identifier et soigner plus rapidement les cas de tuberculose, notamment dans les pays en voie de développement. Une étude publiée dans la revue Radiology a testé deux modèles d’apprentissage pour les machines dans ce cadre.

Actualité du parc IRM français
26/04/2017 : Dans le cadre de notre revue des nouveaux projets d’installations d’IRM, présentation des acquisitions réalisées dernièrement à Caen, St-Denis-de-la-Réunion, Fort-de-France et Nevers.

Gadolinium: premières mesures de précaution des autorités européennes
13/03/2017 : Quatre produits de contraste à base de gadolinium linéaire viennent d’être épinglés par l’European Medicines Agency (EMA). Leur autorisation de mise sur le marché fait désormais l’objet d’une recommandation de suspension, les fabricants ayant la possibilité de demander un nouvel examen de la Commission ou de prouver la sécurité de leur produit.

Shunt porto-cave: dose efficace diminuée par l'utilisation du capteur plan et de l'échographie
18/04/2017 : L’utilisation du capteur plan lors de la réalisation d’un shunt porto-cave simultanément avec l’échographie pour le repérage de la veine porte permet de réduire significativement la dose efficace enregistrée sur les opérateurs et le personnel paramédical. C’est le résultat d’une étude parue dans European Radiology.