Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

LUNDI 22 SEPTEMBRE 2014 Soyez le premier à réagir1 réactions

Suite à son élection, pour une période de trois ans, à la présidence de la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR), Théma Radiologie a rencontré le Dr Masson pour un long entretien sur les sujets qui font débat actuellement au sein de la radiologie libérale. Les baisses de rémunérations, bien sûr, mais aussi les difficultés d'installation des jeunes radiologues, la mutualisation territoriale des activités radiologiques rurales, ou la qualité en téléradiologie, tels sont les thèmes que nous avons abordés, en continuité de l'action du président sortant, Jacques Niney.

Dr Jean Philippe Masson

Théma Radiologie  : Dr Masson, vous voilà président de la FNMR, dans un contexte défavorable pour l’ensemble du secteur, notamment en termes de valorisation des actes. Comment voyez-vous l’évolution de cet environnement  ?
Dr Jean-Philippe Masson  : L’évolution est clairement en rapport avec la situation économique, et les tendances n’annoncent rien de bon. Il faut savoir qu’entre 2007 et 2013, on nous a baissé de 700 millions la valeur des actes d’imagerie. La conséquence directe de ces décisions est illustrée par la fermeture d’une centaine de cabinets de radiologie depuis cette période.

"Aujourd'hui, même les cabinets pratiquant l'imagerie en coupe sont en déficit !"

T.R.  : Les baisses de rémunération sont-elles seules en cause  ?
Dr JP..M.  : En majorité, oui. Si l’on met de côté les départs en retraite non remplacés par des jeunes qui ne sont pas intéressés par une activité en milieu rural notamment, un grand nombre de petits cabinets ont cessé leur activité car ils ne pouvaient plus s’en sortir. Et le phénomène est en train de se répéter pour certaines structures pratiquant l’imagerie en coupe. Les forfaits techniques (FT) d’IRM ont été abaissés, et c’est encore pire pour le scanner, qui a vu le FT d’une deuxième région anatomique au cours du même examen valorisé seulement à 15%. Certaines de ces structures sont donc en déficit, et sont obligées de prélever sur l’acte intellectuel des radiologues pour pouvoir payer les frais de fonctionnement.

T.R.: Cette situation est-elle directement liée aux suites de l’Avenant 8 de la convention  ?
Dr JP.M.: Ça en fait partie, effectivement, mais il faut remercier Jacques Niney, mon prédécesseur, qui a négocié le plan pluriannuel afin de lisser les baisses de recettes, qui s’élèvent tout de même à 180 millions d’euros sur 3 ans. Ce plan a permis aux gestionnaires d’avoir une visibilité sur la pérennisation de leur activité et éviter de nouvelles ponctions brutales lors des PLFSS. Cela représente pour eux des sommes importantes, qui ne sont pas disponibles pour les investissements, ou pour l’embauche de manipulateurs ou secrétaires, lesquels sont autour de 35 000 dans les cabinets de radiologie. L’heure est à la rationalisation au maximum pour réduire les coûts.

"La fréquence de renouvellement des échographes est passée à 5 ans".

T.R.  : Vous évoquez les investissements, en matériels. Sont-ils globalement en baisse dans les structures privées  ?
Dr JP.M.  : Ils sont en tout cas moins fréquents. Les radiologues ne renouvellent plus le matériel aussi souvent qu’ils le voudraient. Par exemple, pour l’échographie, les machines étaient remplacées tous les 3 ans, pour suivre l’évolution technologique. Aujourd’hui, la fréquence de renouvellement est passée en moyenne à 5 ans. Cela se répercute évidemment aussi sur les industriels, qui connaissent pour la plupart des plans de restructuration. On le voit également sur les congrès, où les stands se réduisent fortement.

T.R.  : Est-ce vraiment une spécificité française  ?
Dr JP.M.  : Les observateurs étrangers le confirment, en tout cas. La valeur des actes d’imagerie en France est la plus basse de toute l’Europe. Mais le prix des modalités de mammographie numérisée, par exemple, qui sont des matériels de haute qualité, ont partout la même valeur marchande ! Concernant le scanner, comparé aux années 90, nous sommes capables aujourd’hui d’obtenir des informations décuplées, avec quelques 650 coupes par examen et des données volumiques. Or ces informations et leur traitement par le médecin sont aujourd'hui moins valorisées. D’autre part, la caisse nous dit qu’on fait top d’IRM ostéoarticulaires, alors que l’ASN nous demande de réduire les procédures utilisant les rayonnements ionisants. Il faut maintenant que les tutelles fassent preuve de cohérence!

"Certains directeurs d'hôpitaux ruraux ne veulent pas entendre parler de mutualisation"

T.R.  : Vous évoquiez les jeunes radiologues qui ne reprennent pas les cabinets. Le Projet Professionnel Commun (PPC) cher à la FNMR n’a-t-il pas d’influence sur eux  ?
Dr JP.M.  : Le fait est que les jeunes radiologues sont formés essentiellement en imagerie en coupe. Ils se montrent dès lors peu intéressés pour reprendre les activités conventionnelles. La FNMR essaie de les convaincre, au moyen du PPC, de se regrouper pour faire l’acquisition de modalités d’imagerie en coupe. Je crois beaucoup au PPC. Dans mon département de l’Aude par exemple, il est en train d’aboutir. Il faut mutualiser les moyens d’un petit hôpital, où les machines tournent insuffisamment mais existent, avec les cabinets environnants pour les faire travailler ensemble, dans un contexte et une structure juridique adaptés. Mais il faut que les directeurs d’hôpitaux jouent le jeu et comprennent que c’est le bien des patients. Certains sont ouverts et participent activement à de tels projets, mais d’autres refusent, par ego mal placé, par peur des syndicats ou pour répondre à des stratégies politiques locales.

"Le dumping sur les actes de téléradiologie nuit à la qualité de la prise en charge"

T.R.  : Quelle est la place de la téléimagerie dans le PPC  ?
Dr JP.M.  : La téléimagerie fait partie intégrante du PPC, mais dans une logique de territoire. Il doit y avoir des relations régulières entre le service demandeur et le téléradiologue. Ce dernier doit s’assurer que les protocoles d’acquisition soient régulièrement validés, et doit entretenir un rapport humain avec l’équipe.
Certains directeurs d’hôpitaux font appel à des sociétés commerciales basées à l’autre bout de la France, qui font du dumping sur les actes, ce qui totalement illégal, ou qui hébergent les données de santé anarchiquement. On ne peut pas faire de la radiologie de qualité à bas prix  !

T.R.  : Finissons justement par un couplet sur la qualité. Le projet Labelix cher à la FNMR a-t-il toujours autant d’adeptes  ?
Dr JP.M.  : Effectivement, puisque 100 à 120 structures sont labellisées ou en cours de labellisation, des cabinets, des cliniques et des GIE d’imagerie en coupe. D’ailleurs, le dernier référentiel Labelix comporte un chapitre entier consacré à la téléradiologie. Comme vous le voyez, la FNMR a un nouveau président, mais elle continue à promouvoir la qualité, avec des médecins compétents et réactifs, dans une discipline qui coûte cher, mais qui est un acteur économique national important.

Bruno Benque


toshiba

1 réaction(s) à l'article Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

#2

Bonjour
je pense que cet article a été peu lu par la population \"radiologique\" francaise vu le peu de réaction...je me permets de réagir à des propos qui me posent bq de problème, à savoir non pas le fait que des échographes ont une durée de vie de 5 ans...en fait c\'est plutot 4 ans qd on a une activité déchographie régulière et conséquente mais pour savoir cela il faut faire des échographies tous les jours... Par contre je réagirai de manière plus insistante sur les mots de Mr Masson, qui continue à stigmatiser la pratique de la téléradiologie Francaise par certaines sociétés. Quant il parle de \"sociétés commerciales basées à l\'autre bout de la France, qui font du dumping sur les actes, ce qui est totalement illégal ou qui hébergent des données de santé anarchiquement\", je ne peux que vous alerter sur le fait que Mr Masson parle de sujet qu\'il ne connait pas. En effet je suis actionnaire médecin radiologue, d\'une société \"empirique et pionnière\" de la téléradiologie francaise et initialement monégasque. L\'adresse francaise est actuellement sur Menton qui doit donc correspondre \" à l\'autre bout de la France\" pour Mr Masson, société qui a une activité cohérente et en phase avec les recommandations du G4. Ce même G4 n\'a pas fait évoluer la pratique de la téléradioloie française depuis 2007/2008 et il semble pour moi évident que Mr Masson affirme des faits qui sont totalement contraires à nos pratiques. Avant de dire ou d\'écrire certaines choses je pense qu\'il faut se renseigner, tout simplement.


Message posté par oliviersisteron (Déconnecté) le mardi 18 novembre 2014 à 10:16:07 en réponse au message n°#1 REPONDRE

Un processus qualité reconnu pour la fabrication de salles de radiologie
20/11/2017 : Pour la fabrication de ses salles de radiographie DR comme des numériseurs CR ou des reprographes, Agfa Healthcare peut compter sur un modèle de management de la qualité qui agit à toutes les étapes de la production. Nous sommes allés visiter l'usine de Peissenberg, au Sud de Munich, pour nous faire une idée des bienfaits de ces procédures.

L'exposition des radiologues aux erreurs médicales
13/11/2017 : L'erreur médicale radiologique a des causes bien spécifiques et peuvent être imputables au praticien lui-même mais aussi à son environnement. C'es ce que déclare le Dr Robert Lavayssière dans une vidéo tournée à l'occasion des 16èmes Journées Francophone d'Imagerie Médicale (JFIM).

Vidéo : Agfa Healthcare propose une gamme complète de modalités de radiodiagnostic
08/11/2017 : Aissa Khelifa, Directeur Commercial et Marketing d'Agfa Healthcare, nous a reçu sur son stand des JFR 2017 pour évoquer la complétude de la gamme de produits proposés par la firme, en radiologie conventionnelle et en systèmes d'information.

Accès à l'IRM: les délais s'allongent encore en 2017 !
24/10/2017 : Alors que les délais d'accès à l'IRM s'allongent une nouvelle fois en 2017, la FNMR a publié un communiqué pour rappeler les organismes de tutelle à leur devoir de favoriser de l'égalité des chances pour les patients.

Radiologie conventionnelle: une offre Agfa Healthcare encore plus complète
26/09/2017 : Agfa Healthcare dévoilera, parmi les modalités incluses dans son offre complète pour la radiologie conventionnelle, deux nouveautés majeures. La salle télécommandée DR 800 et le mobile non motorisé, très ergonomique, DR 100 E seront en effet présentés, ainsi que les solutions d'optimisation de la qualité image et des workflows.

Revenus des radiologues libéraux: une étude de la DREES fait débat
14/09/2017 : La FNMR conteste la récente étude publiée par la DREES relative aux revenus des radiologues libéraux. Les données sur lesquelles cette enquête repose fait fi, selon elle, des réelles charges qui reposent sur leur activité, entre autres erreurs ou omissions.

Le dernier cabinet de radiologie d'Issoire fermera bientôt ses portes
07/09/2017 : Victimes collatérales de la pénurie médicale en zone rurale, les patients du bassin d’Issoire ne pourront plus bénéficier des service du cabinet de radiologie local et les salariés de ce centre risquent d’être licenciés.

Les médecins en minorité au sein de la Commission UNCAM Matériels lourds
06/09/2017 : La composition de la Commission des équipements matériels lourds d'imagerie médicale vient d’être publiée au Journal officiel. Comme l’on pouvait s’y attendre, les médecins radiologues seront en minorité au sein de cette commission. La FNMR conteste sa légitimité dans un communiqué.

Le Strategic Leadership Award 2017 attribué à Shimadzu Corporation
12/08/2017 : Le premier Global Leadership Global Leadership Award en radiologie créé par Frost&Sullivan a été attribué à Shimadzu Corporation pour sa nouvelle gamme de modalités de radiodiagnostic.

IRM de Bergerac: les syndicats de médecins montent au créneau
19/07/2017 : La plupart des syndicats de praticiens monte au créneau, via un communiqué, pour soutenir les radiologues de la Clinique Pasteur de Bergerac qui sont en passe de perdre leur autorisation d’IRM à l’automne prochain.


Vidéo: Bayer rapproche les radiologues de leurs patients
11/12/2017 : Sophie NDiaye, Responsable Marketing Radiologie et, Marion Guillou-Mas Responsable Digital Radiologie pour Bayer, nous ont reçu sur leur stand des JFR 2017 pour une interview à propos des nouvelles solutions élaborées par cet acteur historique dédiées aux radiologues et aux patients.

L’angio-CT, une réelle plus-value pour la qualité de la prise en charge radiologique
11/12/2017 : À quelques semaines de l'ouverture du Symposium Scanner volumique qui se tiendra fin janvier à Nancy, nous avons rencontré le Pr Éric de Kerviler qui nous dévoile, en avant-première, quelques détails sur le contenu des interventions qu'il animera lors de ce congrès.

Canon Medical Systems Corporation: de nombreuses synergies en perspective
07/12/2017 : L'acquisition de Toshiba Medical par le groupe Canon, effective depuis décembre 2016, prendra une nouvelle dimension le 4 janvier 2018 prochain avec le changement de nom de la société. Cette décision, annoncée au RSNA 2017, marque un retour naturel de Canon dans le secteur de la Santé et confirme les synergies multiples qui existent entre les deux compagnies.

Le Japon limite l'utilisation du gadolinium linéaire
07/12/2017 : Les produits de contraste à base de gadolinium linéaire viennent de faire l'objet d'une limitation d'utilisation au Japon. C'est ce qu'a annoncé le Ministère de la Santé japonais le 28 novembre 2017.

Étudier les biomarqueurs IRM dans le cancer de la prostate
06/12/2017 : Pour confirmer la pertinence des biomarqueurs IRM pour le cancer de la prostate, Median Technologie, via sa plateforme iBiopsy®, va participer à une étude sur 200 patients. Elle collaborera dans ce cadre avec le MSK de New York.

Une même solution pour suivre la dosimétrie et le gadolinium !
06/12/2017 : La solution Sectra Dose Track, destinée à l'origine pour le suivi de la dosimétrie des patients, fait l'objet d'une nouvelle version qui trace les doses de gadolinium dans les patients. Cette version a été présentée au RSNA 2017.

GE Healthcare conforte sa place de leader au RSNA
05/12/2017 : Le stand GE Healthcare au RSNA a une nouvelle fois montré toute l'étendue de sa gamme, renforcée par des technologies innovantes d'intelligence artificielle notamment. Mais ce sont l'IRM SIGNA Premier et le sénographe Pristina Dueta qui ont retenu l'attention

La médecine nucléaire progresse en radioprotection...mais peut mieux faire
05/12/2017 : Les services de médecine nucléaire respectent en majorité les règles de prévention des risques en radioprotection, malgré quelques insuffisances ponctuelles. C'est ce qui ressort du dernier rapport d'inspection de l'ASN pour l'année 2016.

Des outils de communication avancée très utiles pour les correspondants
04/12/2017 : Le Symposium Scanner volumique élargit, depuis quelques années, le domaine de thématiques traitées, avec des sujets sur la qualité, l'actualité de la spécialité ou les logiciels de post-traitement. C'est sur ce dernier que s'exprimera le Pr Pedro Teixeira, en posant la question de savoir si les nouveaux outils de communication sont utiles ou futiles.

Des capteurs ultrasonores pour évaluer la concentration de calcium intracellulaire
04/12/2017 : Une équipe de l'Université Technique de Munich (TUM) et du Helmholtz Zentrum München a développé la première molécule sensorielle capable de visualiser la concentration de calcium chez les animaux vivants à l'aide d'une technique d'imagerie ultrasonore appelée optoacoustique.


LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Une même solution pour suivre la dosimétrie et le gadolinium !
06/12/2017 : La solution Sectra Dose Track, destinée à l'origine pour le suivi de la dosimétrie des patients, fait l'objet d'une nouvelle version qui trace les doses de gadolinium dans les patients. Cette version a été présentée au RSNA 2017.

Evolucare, l'expérience de la téléradiologie
10/09/2014 : Evolucare est un acteur historique de la téléradiologie. Son expérience lui a permis de développer, avec ECS Imaging, une solution efficiente et d'une grande souplesse d'utilisation, capable de satisfaire aux besoins des téléradiologues et répondant aux recommandations en matière de télémédecine.

Vidéo: Bayer rapproche les radiologues de leurs patients
11/12/2017 : Sophie NDiaye, Responsable Marketing Radiologie et, Marion Guillou-Mas Responsable Digital Radiologie pour Bayer, nous ont reçu sur leur stand des JFR 2017 pour une interview à propos des nouvelles solutions élaborées par cet acteur historique dédiées aux radiologues et aux patients.

La médecine nucléaire progresse en radioprotection...mais peut mieux faire
05/12/2017 : Les services de médecine nucléaire respectent en majorité les règles de prévention des risques en radioprotection, malgré quelques insuffisances ponctuelles. C'est ce qui ressort du dernier rapport d'inspection de l'ASN pour l'année 2016.

BIOMOD 3S, POUR UN DIAGNOSTIC 3D DU RACHIS
02/11/2015 : Avec Biomod 3S, DMS Apelem propose une nouvelle plateforme diagnostic 3D du rachis en position fonctionnelle compatible avec les modalités existantes.

Le scanner double énergie pour dépister l'ostéoporose ?
13/09/2017 : Le scanner double énergie pourrait objectiver de meilleurs résultats que l'absorptiométrie conventionnelle pour l'évaluation de la densité minérale osseuse. C'est ce que rapporte une étude publiée dans la revue European Radiology.

De nombreux radiologues libéraux mutualisent leurs moyens au sein de la CGIM
24/01/2017 : En créant la Compagnie Générale d’Imagerie Médicale (CGIM), quelques 200 radiologues français unissent leurs moyens humains et technologiques afin de préserver la qualité de leur exercice et rendre un service à haute valeur ajoutée dans un environnement économique contraint.

Modéliser le rachis en 3D avec BIOMOD 3D
20/09/2016 : BIOMOD 3D sera une des attractions du stand DMS Apelem lors des JFR 2016. Nous avons rencontré Frédéric Coutin, distributeur exclusif de ce système de modélisation du rachis en 3D.

Canon Medical Systems Corporation: de nombreuses synergies en perspective
07/12/2017 : L'acquisition de Toshiba Medical par le groupe Canon, effective depuis décembre 2016, prendra une nouvelle dimension le 4 janvier 2018 prochain avec le changement de nom de la société. Cette décision, annoncée au RSNA 2017, marque un retour naturel de Canon dans le secteur de la Santé et confirme les synergies multiples qui existent entre les deux compagnies.