Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

LUNDI 22 SEPTEMBRE 2014 Soyez le premier à réagir1 réactions

Suite à son élection, pour une période de trois ans, à la présidence de la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR), Théma Radiologie a rencontré le Dr Masson pour un long entretien sur les sujets qui font débat actuellement au sein de la radiologie libérale. Les baisses de rémunérations, bien sûr, mais aussi les difficultés d'installation des jeunes radiologues, la mutualisation territoriale des activités radiologiques rurales, ou la qualité en téléradiologie, tels sont les thèmes que nous avons abordés, en continuité de l'action du président sortant, Jacques Niney.

Dr Jean Philippe Masson

Théma Radiologie  : Dr Masson, vous voilà président de la FNMR, dans un contexte défavorable pour l’ensemble du secteur, notamment en termes de valorisation des actes. Comment voyez-vous l’évolution de cet environnement  ?
Dr Jean-Philippe Masson  : L’évolution est clairement en rapport avec la situation économique, et les tendances n’annoncent rien de bon. Il faut savoir qu’entre 2007 et 2013, on nous a baissé de 700 millions la valeur des actes d’imagerie. La conséquence directe de ces décisions est illustrée par la fermeture d’une centaine de cabinets de radiologie depuis cette période.

"Aujourd'hui, même les cabinets pratiquant l'imagerie en coupe sont en déficit !"

T.R.  : Les baisses de rémunération sont-elles seules en cause  ?
Dr JP..M.  : En majorité, oui. Si l’on met de côté les départs en retraite non remplacés par des jeunes qui ne sont pas intéressés par une activité en milieu rural notamment, un grand nombre de petits cabinets ont cessé leur activité car ils ne pouvaient plus s’en sortir. Et le phénomène est en train de se répéter pour certaines structures pratiquant l’imagerie en coupe. Les forfaits techniques (FT) d’IRM ont été abaissés, et c’est encore pire pour le scanner, qui a vu le FT d’une deuxième région anatomique au cours du même examen valorisé seulement à 15%. Certaines de ces structures sont donc en déficit, et sont obligées de prélever sur l’acte intellectuel des radiologues pour pouvoir payer les frais de fonctionnement.

T.R.: Cette situation est-elle directement liée aux suites de l’Avenant 8 de la convention  ?
Dr JP.M.: Ça en fait partie, effectivement, mais il faut remercier Jacques Niney, mon prédécesseur, qui a négocié le plan pluriannuel afin de lisser les baisses de recettes, qui s’élèvent tout de même à 180 millions d’euros sur 3 ans. Ce plan a permis aux gestionnaires d’avoir une visibilité sur la pérennisation de leur activité et éviter de nouvelles ponctions brutales lors des PLFSS. Cela représente pour eux des sommes importantes, qui ne sont pas disponibles pour les investissements, ou pour l’embauche de manipulateurs ou secrétaires, lesquels sont autour de 35 000 dans les cabinets de radiologie. L’heure est à la rationalisation au maximum pour réduire les coûts.

"La fréquence de renouvellement des échographes est passée à 5 ans".

T.R.  : Vous évoquez les investissements, en matériels. Sont-ils globalement en baisse dans les structures privées  ?
Dr JP.M.  : Ils sont en tout cas moins fréquents. Les radiologues ne renouvellent plus le matériel aussi souvent qu’ils le voudraient. Par exemple, pour l’échographie, les machines étaient remplacées tous les 3 ans, pour suivre l’évolution technologique. Aujourd’hui, la fréquence de renouvellement est passée en moyenne à 5 ans. Cela se répercute évidemment aussi sur les industriels, qui connaissent pour la plupart des plans de restructuration. On le voit également sur les congrès, où les stands se réduisent fortement.

T.R.  : Est-ce vraiment une spécificité française  ?
Dr JP.M.  : Les observateurs étrangers le confirment, en tout cas. La valeur des actes d’imagerie en France est la plus basse de toute l’Europe. Mais le prix des modalités de mammographie numérisée, par exemple, qui sont des matériels de haute qualité, ont partout la même valeur marchande ! Concernant le scanner, comparé aux années 90, nous sommes capables aujourd’hui d’obtenir des informations décuplées, avec quelques 650 coupes par examen et des données volumiques. Or ces informations et leur traitement par le médecin sont aujourd'hui moins valorisées. D’autre part, la caisse nous dit qu’on fait top d’IRM ostéoarticulaires, alors que l’ASN nous demande de réduire les procédures utilisant les rayonnements ionisants. Il faut maintenant que les tutelles fassent preuve de cohérence!

"Certains directeurs d'hôpitaux ruraux ne veulent pas entendre parler de mutualisation"

T.R.  : Vous évoquiez les jeunes radiologues qui ne reprennent pas les cabinets. Le Projet Professionnel Commun (PPC) cher à la FNMR n’a-t-il pas d’influence sur eux  ?
Dr JP.M.  : Le fait est que les jeunes radiologues sont formés essentiellement en imagerie en coupe. Ils se montrent dès lors peu intéressés pour reprendre les activités conventionnelles. La FNMR essaie de les convaincre, au moyen du PPC, de se regrouper pour faire l’acquisition de modalités d’imagerie en coupe. Je crois beaucoup au PPC. Dans mon département de l’Aude par exemple, il est en train d’aboutir. Il faut mutualiser les moyens d’un petit hôpital, où les machines tournent insuffisamment mais existent, avec les cabinets environnants pour les faire travailler ensemble, dans un contexte et une structure juridique adaptés. Mais il faut que les directeurs d’hôpitaux jouent le jeu et comprennent que c’est le bien des patients. Certains sont ouverts et participent activement à de tels projets, mais d’autres refusent, par ego mal placé, par peur des syndicats ou pour répondre à des stratégies politiques locales.

"Le dumping sur les actes de téléradiologie nuit à la qualité de la prise en charge"

T.R.  : Quelle est la place de la téléimagerie dans le PPC  ?
Dr JP.M.  : La téléimagerie fait partie intégrante du PPC, mais dans une logique de territoire. Il doit y avoir des relations régulières entre le service demandeur et le téléradiologue. Ce dernier doit s’assurer que les protocoles d’acquisition soient régulièrement validés, et doit entretenir un rapport humain avec l’équipe.
Certains directeurs d’hôpitaux font appel à des sociétés commerciales basées à l’autre bout de la France, qui font du dumping sur les actes, ce qui totalement illégal, ou qui hébergent les données de santé anarchiquement. On ne peut pas faire de la radiologie de qualité à bas prix  !

T.R.  : Finissons justement par un couplet sur la qualité. Le projet Labelix cher à la FNMR a-t-il toujours autant d’adeptes  ?
Dr JP.M.  : Effectivement, puisque 100 à 120 structures sont labellisées ou en cours de labellisation, des cabinets, des cliniques et des GIE d’imagerie en coupe. D’ailleurs, le dernier référentiel Labelix comporte un chapitre entier consacré à la téléradiologie. Comme vous le voyez, la FNMR a un nouveau président, mais elle continue à promouvoir la qualité, avec des médecins compétents et réactifs, dans une discipline qui coûte cher, mais qui est un acteur économique national important.

Bruno Benque


toshiba

1 réaction(s) à l'article Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

#2

Bonjour
je pense que cet article a été peu lu par la population \"radiologique\" francaise vu le peu de réaction...je me permets de réagir à des propos qui me posent bq de problème, à savoir non pas le fait que des échographes ont une durée de vie de 5 ans...en fait c\'est plutot 4 ans qd on a une activité déchographie régulière et conséquente mais pour savoir cela il faut faire des échographies tous les jours... Par contre je réagirai de manière plus insistante sur les mots de Mr Masson, qui continue à stigmatiser la pratique de la téléradiologie Francaise par certaines sociétés. Quant il parle de \"sociétés commerciales basées à l\'autre bout de la France, qui font du dumping sur les actes, ce qui est totalement illégal ou qui hébergent des données de santé anarchiquement\", je ne peux que vous alerter sur le fait que Mr Masson parle de sujet qu\'il ne connait pas. En effet je suis actionnaire médecin radiologue, d\'une société \"empirique et pionnière\" de la téléradiologie francaise et initialement monégasque. L\'adresse francaise est actuellement sur Menton qui doit donc correspondre \" à l\'autre bout de la France\" pour Mr Masson, société qui a une activité cohérente et en phase avec les recommandations du G4. Ce même G4 n\'a pas fait évoluer la pratique de la téléradioloie française depuis 2007/2008 et il semble pour moi évident que Mr Masson affirme des faits qui sont totalement contraires à nos pratiques. Avant de dire ou d\'écrire certaines choses je pense qu\'il faut se renseigner, tout simplement.


Message posté par oliviersisteron (Déconnecté) le mardi 18 novembre 2014 à 10:16:07 en réponse au message n°#1 REPONDRE

FNMR: Non au sabotage de l'Imagerie médicale !
13/02/2017 : La FNMR demande, dans un courrier adressé au Directeur de l’UNCAM, la suspension de ses décisions de baisse tarifaire des actes d’imagerie et de PET. Son slogan est sans équivoque: Non au sabotage de l’imagerie médicale !

FNMR : une attaque de l'UNCAM contre la santé des français !
31/01/2017 : Suite aux décisions de l’UNCAM d’appliquer des baisses tarifaires en imagerie médicale, la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) a condamné, dans un communiqué, ce qu’elle considère comme une attaque en règle contre la santé des français.

Dévalorisation des actes de radiologie : l'UNCAM a tranché
30/01/2017 : Comme l'on pouvait s'y attendre, l'Assurance maladie a tranché, par la faute de négociations non abouties avec les syndicats de radiologues, sur la nouvelle valorisaion des actes de radiologie. Le modificateur Z est supprimé et les forfaits techniques perdent 2% à compter du premier trimestre 2017.

PLFSS 2017: l'article 52bis voté par les députés en nouvelle lecture
30/11/2016 : L’article 52bis du PLFSS 2017 a été entériné par l ‘Assemblée nationale en nouvelle lecture le 28 novembre 2016. Il s’étend désormais à l’ensemble des acteurs concernés.  

Autorisations d'imagerie en coupe: la Suisse opère ses premiers arbitrages
29/11/2016 : La Clause du besoin a fait ses premières victimes en ce mois de novembre 2016. Ce processus d’autorisation instauré en Suisse pour maîtriser les acquisitions de dispositifs médicaux lourds a validé trois projets sur les dix présentés.

PLFSS 2017 : La FNMR répond à Marisol Touraine dans un communiqué
23/11/2016 : La Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) a vivement réagi, dans un communiqué, à la déclaration de Marisol Touraine, devant les sénateurs, dans laquelle elle refusait de supprimer les dispositions de l’article 52bis du PLFSS 2017.

Lettre ouverte des médecins spécialistes au Président de la République
14/11/2016 : Les syndicats de médecins utilisant les modalités de scaner, d'IRM et de TEP ont envoyé, le 10 novembre 2016, une lettre ouverte au Président de la République pour mettre en garde contre les répercussions de l'avenant au PLFSS 2017 donnant pouvoir au DG de la CNAM-TS de fixer les tarifs pour ces examens.

PLFSS 2017: la FNMR exige le retrait d'un amendement sur les tarifs des actes de scanner et d'IRM.
26/10/2016 : La Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) a vivement réagi à l’annonce du dépôt d’un amendement au PLFSS qui donne tout pouvoir au DG de la CNAMTS sur les tarifs des actes de scanner et d’IRM. Elle exige le retrait de cette disposition.

Optimiser les workflows d'imagerie avec la technologie DR
29/09/2016 : Avec sa technologie DR, AGFA Healthcare propose aux acteurs de l'imagerie médicale des fonctionnalités optimisant les workflows et la qualité de l'image avec une gamme complète d'installations pour toutes les configurations. Le système DR 600, fleuron de cette ensemble de modalités, sera présenté à l'occasion des JFR 2016.

La FNMR conteste les chiffres des ARAPL
19/09/2016 : La FNMR conteste, dans un communiqué, les chiffres de revenus des radiologues libéraux diffusés par les ARAPL. L'échantillon utilisé pour cette étude n'est en effet pas représentatif.


IRM de dépistage: un plus pour les patientes à risque moyen
24/02/2017 : L’IRM serait susceptible de mieux identifier les cancers du sein invasifs pour les patientes à risque moyen lors des campagnes de dépistage. C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude allemande publiée dans la revue Radiology.

La tomosynthèse s2D pour remplacer la mammographie
22/02/2017 : Une étude publiée dans Radiology montre les avantages de la reconstruction des données de la tomosynthèse, pour obtenir une mammographie 2D de dépistage du cancer du sein. Les critères cliniques sont en partie améliorés et la dose de rayonnement administrée est, de fait, réduite.

Neuroradiologie: les internes vent debout contre le projet de FST
22/02/2017 : Alors que l’option de radiologie interventionnelle avancée a été actée, les tutelles ont un projet de création de FST de neuroradiologie interventionnelle. L’Union Nationale des Internes en Radiologie (UNIR) monte au créneau contre cette décision.

Actualités du parc IRM français
21/02/2017 : Dans le cadre de notre revue des nouveaux projets d’installations de modalités d’IRM, présentation des acquisitions réalisées dernièrement à Montpellier, Lunel, Pau et Niort.

La qualité de vie au cœur des préoccupations des étudiants en médecine
21/02/2017 : Interrogés, au cours d'une étude Apel Médical Search, sur leurs principales sources de motivation quant à leur avenir, les étudiants en médecine n’hésitent plus, désormais, à revendiquer leur ambition « d’avoir une qualité de vie satisfaisante ». 

SRES 2017: les organisateurs présentent le congrès en vidéo
18/02/2017 : Les Professeurs Jean-Michel Bartoli et Philippe Piquet présentent en vidéo le congrès SRES, qui propose une approche pluridisciplinaire de la prise en charge percutanée des pathologies vasculaires. Un quizz est également proposé dans ce cadre.

L'embolisation baryatrique, une arme de plus contre l'obésité
15/02/2017 : Une technique d’imagerie interventionnelle, l’embolisation baryatrique, est décrite dans une étude publiée dans le revue Radiology. Bien que les résultats soient encore préliminaires, la technique a le potentiel d'être une nouvelle arme dans la guerre contre l'obésité.

Mort de l'inventeur de l'IRM fonctionnelle
15/02/2017 : Sir Peter Mansfield, considéré comme l’inventeur de l’IRM fonctinnelle, est mort le 8 février 2017 à l’âge de 83 ans.

Un web-symposium sur les angioplasties fémorales complexes
14/02/2017 : Les techniques et dispositifs d’angioplastie périphérique évoluent avec la complexité des lésions. Un web-symposium est organisé le 15 février 2017 sur ce sujet, diffusé en direct, puis en replay, sur Incathlab.

L'Institut Curie teste trois thérapies associées contre le cancer
13/02/2017 : La radiothérapie, l’immunothérapie et l’inhibition de la réparation de l’ADN semblent former un trio qui permettra de faire progresser sensiblement la prise en charge oncologique à moyen terme. En renforçant leur collaboration, l’Institut Curie et Onxeo se lancent dans une série de recherche sur cette association de traitements prometteurs.


Exposition des travailleurs aux champs magnétiques: le décret est paru !
12/08/2016 : La Directive européenne concernant la prévention à l'exposition des travailleurs aux champs magnétiques vient d'être transposée à la Loi française par un Décret publié au JO le 6 août 2016. Les dispositions de prévention contenues dans ce document, qui introduisent la notion de valeur déclenchant l'action, rappellent celles prises pour les rayonnements ionisants.

GE HEALTHCARE FAIT ENTRER LE DIAGNOSTIC IRM DANS UNE NOUVELLE ERE
20/05/2015 : En mettant au point les techniques d'acquisition IRM FOCUS, TURBO et DISCO, les ingénieurs GE Healthcare ont mis à disposition des radiologues un arsenal de technologies leur permettant, selon le cas clinique, des zooms en haute définition, des temps d'acquisition records ou un compromis spatio-temporel inégalé. Les praticiens exercent ainsi en toute confiance quant à la spécificité et à la sensibilité de leurs protocoles d'acquisition.

De nombreux radiologues libéraux mutualisent leurs moyens au sein de la CGIM
24/01/2017 : En créant la Compagnie Générale d’Imagerie Médicale (CGIM), quelques 200 radiologues français unissent leurs moyens humains et technologiques afin de préserver la qualité de leur exercice et rendre un service à haute valeur ajoutée dans un environnement économique contraint.

Prévention du risque ionisant: la réforme s'accélère
23/01/2017 : La réforme de la prévention des risques ionisants pour les travailleurs devrait être entérinée avant les élections présidentielles. Les missions se la PCR, les seuils d’identification des zones surveillées ainsi que l’organisation des contrôles techniques, entre autres, font en effet l’objet d’une procédure d'évolution législative accélérée.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

BAYER HEALTHCARE ET C2I SANTÉ : UNE SOLUTION COMPLÈTE DE SUIVI DOSIMÉTRIQUE
08/10/2015 : Bayer HealthCare et C2i Santé viennent de conclure un accord de distribution pour la promotion, la commercialisation et l’exploitation du logiciel Radimetrics. Les deux spécialistes de la radioprotection unissent ainsi leurs compétences, afin d’offrir une solution complète pour le suivi de la dosimétrie patient. 

Medsquare, une success story made in France
19/10/2016 : A l’occasion du symposium Medsquare du 14 octobre 2016, nous avons pu mesurer le chemin parcouru par cette entreprise française en dix ans. RDM est aujourd’hui un acteur majeur de la dosimétrie et de la prévention des risques en radioprotection.

LE DACS, UN FACTEUR DE QUALITÉ DE LA PRISE EN CHARGE RADIOLOGIQUE
21/10/2015 : Dans le cadre des Journées françaises de Radiologie 2015, Bayer HealthCare, acteur majeur en radiologie, et C2i Santé, leader national en solutions de radioprotection et physique médicale, ont présenté leur collaboration pour guider les professionnels de santé dans le suivi de la dosimétrie patient. Les fonctionnalités de la solution DACS (Dosimetry Archiving and Communication System) Radimetrics, ont également fait l’objet d’un retour d’expérience.

Effets secondaires à l'irradiation: une nouvelle piste thérapeutique ?
03/02/2017 : L’irradiation à fortes doses des cellules endothéliales montrent une modification du glaucome présent à la surface de ces cellules. C’est ce que montre une étude d’un doctorant réalisée dans le laboratoire de l’IRSN, et qui ouvre vers de nouvelles pistes thérapeutiques.

Étude par IRM de l'impact des jeux vidéo sur la SEP
23/03/2016 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue « Radiology », les jeux vidéo d’entrainement cérébral participent de l’amélioration de certaines capacités cognitives des personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP).