Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

LUNDI 22 SEPTEMBRE 2014 Soyez le premier à réagir1 réactions

Suite à son élection, pour une période de trois ans, à la présidence de la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR), Théma Radiologie a rencontré le Dr Masson pour un long entretien sur les sujets qui font débat actuellement au sein de la radiologie libérale. Les baisses de rémunérations, bien sûr, mais aussi les difficultés d'installation des jeunes radiologues, la mutualisation territoriale des activités radiologiques rurales, ou la qualité en téléradiologie, tels sont les thèmes que nous avons abordés, en continuité de l'action du président sortant, Jacques Niney.

Dr Jean Philippe Masson

Théma Radiologie  : Dr Masson, vous voilà président de la FNMR, dans un contexte défavorable pour l’ensemble du secteur, notamment en termes de valorisation des actes. Comment voyez-vous l’évolution de cet environnement  ?
Dr Jean-Philippe Masson  : L’évolution est clairement en rapport avec la situation économique, et les tendances n’annoncent rien de bon. Il faut savoir qu’entre 2007 et 2013, on nous a baissé de 700 millions la valeur des actes d’imagerie. La conséquence directe de ces décisions est illustrée par la fermeture d’une centaine de cabinets de radiologie depuis cette période.

"Aujourd'hui, même les cabinets pratiquant l'imagerie en coupe sont en déficit !"

T.R.  : Les baisses de rémunération sont-elles seules en cause  ?
Dr JP..M.  : En majorité, oui. Si l’on met de côté les départs en retraite non remplacés par des jeunes qui ne sont pas intéressés par une activité en milieu rural notamment, un grand nombre de petits cabinets ont cessé leur activité car ils ne pouvaient plus s’en sortir. Et le phénomène est en train de se répéter pour certaines structures pratiquant l’imagerie en coupe. Les forfaits techniques (FT) d’IRM ont été abaissés, et c’est encore pire pour le scanner, qui a vu le FT d’une deuxième région anatomique au cours du même examen valorisé seulement à 15%. Certaines de ces structures sont donc en déficit, et sont obligées de prélever sur l’acte intellectuel des radiologues pour pouvoir payer les frais de fonctionnement.

T.R.: Cette situation est-elle directement liée aux suites de l’Avenant 8 de la convention  ?
Dr JP.M.: Ça en fait partie, effectivement, mais il faut remercier Jacques Niney, mon prédécesseur, qui a négocié le plan pluriannuel afin de lisser les baisses de recettes, qui s’élèvent tout de même à 180 millions d’euros sur 3 ans. Ce plan a permis aux gestionnaires d’avoir une visibilité sur la pérennisation de leur activité et éviter de nouvelles ponctions brutales lors des PLFSS. Cela représente pour eux des sommes importantes, qui ne sont pas disponibles pour les investissements, ou pour l’embauche de manipulateurs ou secrétaires, lesquels sont autour de 35 000 dans les cabinets de radiologie. L’heure est à la rationalisation au maximum pour réduire les coûts.

"La fréquence de renouvellement des échographes est passée à 5 ans".

T.R.  : Vous évoquez les investissements, en matériels. Sont-ils globalement en baisse dans les structures privées  ?
Dr JP.M.  : Ils sont en tout cas moins fréquents. Les radiologues ne renouvellent plus le matériel aussi souvent qu’ils le voudraient. Par exemple, pour l’échographie, les machines étaient remplacées tous les 3 ans, pour suivre l’évolution technologique. Aujourd’hui, la fréquence de renouvellement est passée en moyenne à 5 ans. Cela se répercute évidemment aussi sur les industriels, qui connaissent pour la plupart des plans de restructuration. On le voit également sur les congrès, où les stands se réduisent fortement.

T.R.  : Est-ce vraiment une spécificité française  ?
Dr JP.M.  : Les observateurs étrangers le confirment, en tout cas. La valeur des actes d’imagerie en France est la plus basse de toute l’Europe. Mais le prix des modalités de mammographie numérisée, par exemple, qui sont des matériels de haute qualité, ont partout la même valeur marchande ! Concernant le scanner, comparé aux années 90, nous sommes capables aujourd’hui d’obtenir des informations décuplées, avec quelques 650 coupes par examen et des données volumiques. Or ces informations et leur traitement par le médecin sont aujourd'hui moins valorisées. D’autre part, la caisse nous dit qu’on fait top d’IRM ostéoarticulaires, alors que l’ASN nous demande de réduire les procédures utilisant les rayonnements ionisants. Il faut maintenant que les tutelles fassent preuve de cohérence!

"Certains directeurs d'hôpitaux ruraux ne veulent pas entendre parler de mutualisation"

T.R.  : Vous évoquiez les jeunes radiologues qui ne reprennent pas les cabinets. Le Projet Professionnel Commun (PPC) cher à la FNMR n’a-t-il pas d’influence sur eux  ?
Dr JP.M.  : Le fait est que les jeunes radiologues sont formés essentiellement en imagerie en coupe. Ils se montrent dès lors peu intéressés pour reprendre les activités conventionnelles. La FNMR essaie de les convaincre, au moyen du PPC, de se regrouper pour faire l’acquisition de modalités d’imagerie en coupe. Je crois beaucoup au PPC. Dans mon département de l’Aude par exemple, il est en train d’aboutir. Il faut mutualiser les moyens d’un petit hôpital, où les machines tournent insuffisamment mais existent, avec les cabinets environnants pour les faire travailler ensemble, dans un contexte et une structure juridique adaptés. Mais il faut que les directeurs d’hôpitaux jouent le jeu et comprennent que c’est le bien des patients. Certains sont ouverts et participent activement à de tels projets, mais d’autres refusent, par ego mal placé, par peur des syndicats ou pour répondre à des stratégies politiques locales.

"Le dumping sur les actes de téléradiologie nuit à la qualité de la prise en charge"

T.R.  : Quelle est la place de la téléimagerie dans le PPC  ?
Dr JP.M.  : La téléimagerie fait partie intégrante du PPC, mais dans une logique de territoire. Il doit y avoir des relations régulières entre le service demandeur et le téléradiologue. Ce dernier doit s’assurer que les protocoles d’acquisition soient régulièrement validés, et doit entretenir un rapport humain avec l’équipe.
Certains directeurs d’hôpitaux font appel à des sociétés commerciales basées à l’autre bout de la France, qui font du dumping sur les actes, ce qui totalement illégal, ou qui hébergent les données de santé anarchiquement. On ne peut pas faire de la radiologie de qualité à bas prix  !

T.R.  : Finissons justement par un couplet sur la qualité. Le projet Labelix cher à la FNMR a-t-il toujours autant d’adeptes  ?
Dr JP.M.  : Effectivement, puisque 100 à 120 structures sont labellisées ou en cours de labellisation, des cabinets, des cliniques et des GIE d’imagerie en coupe. D’ailleurs, le dernier référentiel Labelix comporte un chapitre entier consacré à la téléradiologie. Comme vous le voyez, la FNMR a un nouveau président, mais elle continue à promouvoir la qualité, avec des médecins compétents et réactifs, dans une discipline qui coûte cher, mais qui est un acteur économique national important.

Bruno Benque


toshiba

1 réaction(s) à l'article Dr Jean-Philippe Masson (FNMR): Depuis 2007, une centaine de cabinets de radiologie ont fermé !

#2

Bonjour
je pense que cet article a été peu lu par la population \"radiologique\" francaise vu le peu de réaction...je me permets de réagir à des propos qui me posent bq de problème, à savoir non pas le fait que des échographes ont une durée de vie de 5 ans...en fait c\'est plutot 4 ans qd on a une activité déchographie régulière et conséquente mais pour savoir cela il faut faire des échographies tous les jours... Par contre je réagirai de manière plus insistante sur les mots de Mr Masson, qui continue à stigmatiser la pratique de la téléradiologie Francaise par certaines sociétés. Quant il parle de \"sociétés commerciales basées à l\'autre bout de la France, qui font du dumping sur les actes, ce qui est totalement illégal ou qui hébergent des données de santé anarchiquement\", je ne peux que vous alerter sur le fait que Mr Masson parle de sujet qu\'il ne connait pas. En effet je suis actionnaire médecin radiologue, d\'une société \"empirique et pionnière\" de la téléradiologie francaise et initialement monégasque. L\'adresse francaise est actuellement sur Menton qui doit donc correspondre \" à l\'autre bout de la France\" pour Mr Masson, société qui a une activité cohérente et en phase avec les recommandations du G4. Ce même G4 n\'a pas fait évoluer la pratique de la téléradioloie française depuis 2007/2008 et il semble pour moi évident que Mr Masson affirme des faits qui sont totalement contraires à nos pratiques. Avant de dire ou d\'écrire certaines choses je pense qu\'il faut se renseigner, tout simplement.


Message posté par oliviersisteron (Déconnecté) le mardi 18 novembre 2014 à 10:16:07 en réponse au message n°#1 REPONDRE

Une offre graduée pour le suivi des injecteurs des centres d'imagerie médicale
02/03/2021 : En proposant OptiProtect™ 3S, Guerbet met à disposition des centres d’imagerie médicale une offre graduée pour le suivi de leurs injecteurs. Des options à la carte sont également disponibles.

Une iconographie exhaustive des complications dues à une voie veineuse centrale
01/03/2021 : Les complications engendrées par la présence d’un système de voie veineuses centrale implantable sont nombreuses et décelables en imagerie. Un article publié dans la Revue European Radiology fait une revue iconographique exhaustive de ces complications, tant précoces que tardives.

Pr J-Paul Beregi : l'École de la Radiologie française élargira le champ de compétences de ses acteurs
18/02/2021 : Le Pr Jean-Paul Beregi (CHU de Nîmes) vient d’être élu à la Présidence du Collège des Enseignants en Radiologie de France (CERF). L’occasion pour nous de le rencontrer pour un entretien à bâtons rompus, pour évoquer les évolutions du troisième cycle de formation de la spécialité, des projets de recherche en radiologie française, de la fuite des cerveaux ou de la reconnaissance des manipulateurs, entre autres.

Le Pr Jean-Paul Bérégi élu à la Présidence du CERF
11/02/2021 : Le Collège des Enseignants en Radiologie de France (CERF) a renouvelé son nouveau bureau pour trois ans le 1er février 2021. Le Pr Jean-Paul Bérégi a été élu à la Présidence.

La radiologie privée communique pour inciter les patients à ne pas prendre de retard sur leur diagnostic
10/02/2021 : Alors que les pathologies autres que le COVID-19 tardent à être diagnostiquées dans les centres d’imagerie médicale, le réseau Vidi annonce avoir pris des mesures d’hygiène et de sécurité drastiques pour accueillir les patients dans des conditions optimales.

L'ESR accueille avec satisfaction l'annonce du Plan de lutte européen contre le cancer
08/02/2021 : À l’occasion de la Journée internationale du cancer, l’European Society of Radiologie a salué, dans un communiqué, l’annonce du Plan européen de lutte contre le cancer. Elle fonde beaucoup d’espoir sur le fait que de nouvelles campagnes de dépistage sont envisagées et encourage les implications nationales pour des collaborations européennes.

La Commission européenne lance son Plan d'actions stratégique pour les applications ionisantes médicales
05/02/2021 : En lançant son Plan d’action SAMIRA pour le développement des applications utilisant les rayonnements ionisants à des fins médicales, la Commission européenne précise le volet radiologique de son plan pour vaincre le cancer. Accès aux radio-isotopes, qualité et sûreté des applications ionisantes et innovation sont les trois axes de travail de ce document.

Urgences pédiatriques aux USA : les enfants blancs plus souvent exposés aux rayons X
03/02/2021 : Selon une étude américaine à grande échelle publiée dans le JAMA, les enfants blancs reçus dans les services d’urgences se voient prescrire plus d’examens d’imagerie que les autres. Les chercheurs remarquent que, de fait, ils sont plus à risque de complications ionisantes.

Comment rendre les comptes rendus d'imagerie compréhensibles pour les patients ?
26/01/2021 : Dans un monde de communication, il semble incohérent de constater que les comptes rendus d’examens d’imagerie soient difficilement compréhensibles pour les patients. C’est la raison pour laquelle des chercheurs australiens ont fait une revue des recommandations faites aux radiologues au niveau international dans ce domaine. Voici quelques morceaux choisis de cette étude publiée dans European Radiology.

Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales
08/01/2021 : Selon une étude présentée lors du dernier congrès virtuel de la Radiological Society of North America (RSNA), près d’un tiers des femmes adultes qui subissent une fracture non déplacée de l’ulna peuvent être victimes de violence de leur compagnon. Les chercheurs expliquent qu’une chute, souvent évoquée par les patientes, provoque souvent fracture du radius.


Les nouvelles techniques de ponction radiale distale en vidéo
03/03/2021 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, voici un webinar organisé par Incathlab consacré aux nouvelles techniques de ponction radiale distale et des matériels innovants adaptés à cette technique.

Dépistage du cancer du sein : la fréquence des mammographies en question
02/03/2021 : La participation régulière à un dépistage du cancer du sein par mammographie réduit considérablement la mortalité, selon une vaste étude portant sur plus d'un demi-million de femmes, publiée dans la revue Radiology. Le manquement à un dépistage mammographique programmé avant un diagnostic de cancer du sein entrainerait un risque significativement plus élevé de mourir de ce cancer.

Le F.IR.E 2021 se tiendra bientôt sous forme de wébinaire
02/03/2021 : Le congrès FIRE 2021 prendra cette année une forme digitale. Le 9 avril, tout ce qui se fait en termes d’innovation en imagerie interventionnelle sera traité à cette occasion.

Une offre graduée pour le suivi des injecteurs des centres d'imagerie médicale
02/03/2021 : En proposant OptiProtect™ 3S, Guerbet met à disposition des centres d’imagerie médicale une offre graduée pour le suivi de leurs injecteurs. Des options à la carte sont également disponibles.

Une iconographie exhaustive des complications dues à une voie veineuse centrale
01/03/2021 : Les complications engendrées par la présence d’un système de voie veineuses centrale implantable sont nombreuses et décelables en imagerie. Un article publié dans la Revue European Radiology fait une revue iconographique exhaustive de ces complications, tant précoces que tardives.

Aide à la décision en mammographie : le Resah choisit Arterys et iCAD
26/02/2021 : Arterys et iCAD viennent d’annoncer le référencement d’une offre commerciale commune auprès du Resah. Un plus pour l’aide à la décision en mammographie.

Fuite de données de Santé : Dedalus France réagit par communiqué
25/02/2021 : Alors qu’une fuite importante de données de Santé vient d’être divulguée, impliquant l’éditeur Dedalus France, ce dernier annonce par communiqué être pleinement mobilisé pour gérer au mieux de problème.

Node-RADS, le nouveau système TDM-IRM pour identifier le stade d'envahissement ganglionnaire
25/02/2021 : Lorsque l’on doit évaluer le stade d’envahissement d’un ganglion secondaire à une tumeur, on a du mal à utiliser des critères pertinents, faute de consensus. Des chercheurs proposent, dans une étude parue dans European Radiology, le système Node-RADS qui utilise l’imagerie Scanner et IRM.

Procédures trans-artérielles : les bonnes pratiques de ponction pour une fermeture facile en vidéo
24/02/2021 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, voici un webinar organisé par Incathlab consacré aux bonnes pratiques de ponction radiale et fémorale lors des procédures interventionnelles artérielles.

Un algorithme de deep learning pour identifier les lésions précancéreuses par coloscopie virtuelle
23/02/2021 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un algorithme de deep learning permet de différencier avec précision les polypes colorectaux bénins et prémalins sur les coloscopies virtuelles par scanner. Il pourrait, à terme, améliorer la pertinence du dépistage du cancer colorectal en complément de la lecture radiologique.


Fuite de données de Santé : Dedalus France réagit par communiqué
25/02/2021 : Alors qu’une fuite importante de données de Santé vient d’être divulguée, impliquant l’éditeur Dedalus France, ce dernier annonce par communiqué être pleinement mobilisé pour gérer au mieux de problème.

Dépistage du cancer du sein : la fréquence des mammographies en question
02/03/2021 : La participation régulière à un dépistage du cancer du sein par mammographie réduit considérablement la mortalité, selon une vaste étude portant sur plus d'un demi-million de femmes, publiée dans la revue Radiology. Le manquement à un dépistage mammographique programmé avant un diagnostic de cancer du sein entrainerait un risque significativement plus élevé de mourir de ce cancer.

COMMENT PRÉVENIR LA RÉCIDIVE D'ANÉVRISME INTRA-CÉRÉBRAL ?
10/06/2015 : Des protocoles de suivi à 10 ans par angio-IRM pourraient s'avérer nécessaire afin de prévenir les récidives d'anévrisme intracrânien. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans Radiology.

Node-RADS, le nouveau système TDM-IRM pour identifier le stade d'envahissement ganglionnaire
25/02/2021 : Lorsque l’on doit évaluer le stade d’envahissement d’un ganglion secondaire à une tumeur, on a du mal à utiliser des critères pertinents, faute de consensus. Des chercheurs proposent, dans une étude parue dans European Radiology, le système Node-RADS qui utilise l’imagerie Scanner et IRM.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Aide à la décision en mammographie : le Resah choisit Arterys et iCAD
26/02/2021 : Arterys et iCAD viennent d’annoncer le référencement d’une offre commerciale commune auprès du Resah. Un plus pour l’aide à la décision en mammographie.

Forme sévère de COVID-19 : des atteintes oculaires identifiées à l'IRM
19/02/2021 : Des chercheurs utilisant l'IRM ont découvert des anomalies significatives dans les yeux de certaines personnes atteintes de COVID-19 sévère, selon une étude publiée dans la revue Radiology. Les résultats de cette étude lancée par la SFNR suggèrent la nécessité d'un dépistage oculaire chez ces patients afin de fournir un traitement et une gestion appropriés des manifestations ophtalmologiques potentiellement graves du COVID-19.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Récidive du cancer de la prostate: des résultats significatifs pour la SBRT
09/01/2020 : Une nouvelle étude conforte la stratégie thérapeutique utilisant le CyberKnife® pour traiter par SBRT les récidives de cancer de la prostate. Les résultats sont très encourageants par rapport aux autres traitements.

Les durées de conservations des données mises à jour par la CNIL
26/08/2020 : La CNIL a récemment mis à jour son document relatif aux obligations de conservation des données de Santé. Cela concerne, pour l’imagerie médicale, les établissements de Santé, les cabinets de radiologie et les centres pratiquant le dépistage du cancer.