Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiothérapie > Le BIG promeut une désescalade thérapeutique du cancer du sein

Le BIG promeut une désescalade thérapeutique du cancer du sein

MERCREDI 27 JANVIER 2021 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La prise en charge du cancer du sein pourrait connaître prochainement des changements significatifs. Sous l’égide du BIG, plusieurs travaux de recherche évaluent la possibilité de réduire les traitements dédiés, notamment en faisant intervenir la radiomique. Dans ce contexte, quatre études proposent une véritable « désescalade thérapeutique ».

BIG

Le Breast International Group (BIG), qui regroupe plus de 50 groupes académiques de recherche sur le cancer du sein du monde entier, a communiqué, en amont de la Journée mondiale contre le cancer qui aura lieu le 4 février 2021, sur les études cliniques en cours d’évaluation.

Désescalade thérapeutique pour les patientes touchées par le cancer du sein

La particularité de ces travaux de recherche, qui constituent un ensemble de « désescalade thérapeutique », est de réduire la lourdeur et la durée de certains traitements sans augmenter le risque de récidive, tout en améliorant la qualité de vie des patients. Ces quatre études de désescalade thérapeutique, qui mettent en commun les ressources et l’expertise multidisciplinaire du monde entier en vue d’établir des priorités de recherche, d’améliorer la collaboration et de réduire la duplication inutile des efforts, sont en cours ou seront lancées prochainement.

La plus connue est sans doute l’étude DCIS (CCIS - carcinome canalaire in situ), menée dans 11 pays à travers le monde, qui évalue l’individualisation de la radiothérapie pour les femmes atteintes de CCIS du sein, montre aujourd’hui des résultats en faveur d’une diminution des récidives post-chirurgicales. Présentée en décembre 2020 lors San Antonio Breast Cancer Symposium, l’étude montre qu’après une chirurgie mammaire conservatrice, des doses localisées de radiation plus élevées, en plus de la radiothérapie classique du sein, ont réduit de manière significative le risque de récidive chez les patientes présentant un CCIS à haut risque tout en réduisant le nombre de séances de radiothérapie. 

La radiomique au service de la prévision de la récidive de cancer

L’étude MINDACT, est menée quant à elle dans 9 pays européens sous l’égide de l’European Organisation for Research and Treatment of Cancer (EORTC) en étroite collaboration avec BIG, utilise les apports récents de la génomique. Près de la moitié des patientes à haut risque atteintes d’un cancer du sein à stade précoce pourraient éviter une récidive si le test génomique tumoral MammaPrint® était pratiqué et pourraient ainsi éviter la chimiothérapie post-chirurgicale. L’étude a été publiée en 2016 dans le New England Journal of Medicine. Dans le cadre de l’étude EXPERT (BIG radio tuning), menée en collaboration avec Breast Cancer Trials Australia & New Zealand (BCT-ANZ), ce sont les patientes ayant subi une mammectomie pour cancer précoce à faible risque qui sont ciblées. Il s’agit d’étudier s’il est possible, pour certaines d’entre elles, d’éviter une radiothérapie à partir d’un test génomique sur la tumeur du sein susceptible d’éliminer le risque de récidive du cancer. Les résultats de l’étude EXPERT, qui sera menée dans 9 pays de par le monde, pourraient influencer la manière de traiter 2 femmes sur 5 atteintes d’un cancer du sein.  

La quatrième étude menée par BIG, en collaboration avec la Clinical Trials Support Unit de l’Institut Jules Bordet (IJB-CTSU, Bruxelles, Belgique), se nomme DECRESCENDO. Elle va tenter d’évaluer si les patientes atteintes d’un cancer du sein HER2 positif à ganglions lymphatiques négatifs et à récepteurs hormonaux négatifs peuvent éviter une chimiothérapie en fonction de leur réponse au traitement pré-chirurgical. Les patientes dont les tumeurs montrent une réponse complète après chirurgie verront ainsi leur chimiothérapie s’arrêter et recevront uniquement un traitement anti-HER2. Le recrutement de patients dans 12 pays va bientôt démarrer pour ce travail de recherche. 

Au total, ce sont plus de 30 études cliniques ou programmes de recherche qui sont, à tout moment, en cours ou en voie de réalisation sous l’égide du BIG depuis plus de 20 ans. C’est ainsi que plus de 95.000 patients ont participé aux études du BIG depuis 1999. Et malgré la pandémie de COVID-19, le groupe a poursuivi ses efforts en vue de faire progresser la recherche sur le cancer du sein.

 

 

A propos du Breast International Group (BIG)
Le Breast International Group (BIG) est une organisation sans but lucratif qui réunit des groupes académiques de recherche contre le cancer du sein, provenant du monde entier. Elle est basée à Bruxelles, en Belgique. La collaboration internationale est cruciale si l'on veut réaliser des progrès significatifs dans la recherche sur le cancer du sein, éviter les doublons, partager les données, contribuer au développement plus rapide de meilleurs traitements et améliorer les chances de guérison des patients. C'est pourquoi BIG facilite la recherche sur le cancer du sein au niveau international en stimulant la coopération entre ses membres et d'autres réseaux académiques et en collaborant avec l'industrie pharmaceutique, tout en maintenant son indépendance par rapport à celle-ci.
BIG a été fondé en 1999 par des leaders d'opinion européens dans le but de lutter contre la fragmentation de la recherche européenne sur le cancer du sein. Des groupes de recherche d’autres parties du monde ont rapidement fait part de leur intérêt à rejoindre l’organisation et, deux décennies plus tard, BIG constitue un réseau de plus de 50 groupes de recherche du monde entier partageant la même vision. Ces entités sont rattachées à plusieurs milliers d'hôpitaux spécialisés, de centres de recherche et d’experts en cancérologie de renommée internationale répartis dans environ 70 pays sur 6 continents. Actuellement, le réseau BIG chapeaute plus de 30 études cliniques en cours ou en voie de développement. BIG travaille aussi en étroite collaboration avec l'Institut National du Cancer américain (US National Cancer Institute - NCI) et les groupes de recherche nord-américains du cancer du sein (North American Breast Cancer Groups - NABCG). Ensemble, ils représentent une force d'intégration puissante dans le domaine de la recherche sur le cancer du sein.
Les recherches effectuées par BIG sont en partie soutenues par son unité philanthropique, connue sous le nom de BIG against breast cancer, une appellation utilisée pour interagir avec le grand public et les donateurs, et pour lever des fonds destinés aux études cliniques et programmes de recherche purement académiques sur le cancer du sein conduits par BIG. BIG against breast cancer mène une collecte de fonds vitale pour aider à financer des études cliniques académiques et des programmes de recherche sans aucun intérêt commercial mais essentiels pour les patients atteints d’un cancer du sein. Les fonds récoltés permettent aux groupes membres du BIG (composés d’experts du cancer du sein partout dans le monde) et à leurs hôpitaux affiliés de financer leurs efforts, ainsi que la participation des patients à une ou plusieurs études BIG. 94,1 % de tous les fonds perçus par BIG en 2019, et notamment par le biais des activités philanthropiques de BIG against breast cancer, ont été directement consacrés aux recherches du BIG.

Bruno Benque


Manipuler la p53 pour optimiser la radiothérapie
11/02/2021 : Le mode de fonctionnement de la protéine p53 dans les processus cellulaires soumis aux irradiations a fait l’objet d’une étude à la Harvard Medical School. Il en résulte qu’en la manipulant et en la combinant au MDM2 elle est active plus longtemps, ce qui pourrait rendre la radiothérapie plus efficiente.

Le BIG promeut une désescalade thérapeutique du cancer du sein
27/01/2021 : La prise en charge du cancer du sein pourrait connaître prochainement des changements significatifs. Sous l’égide du BIG, plusieurs travaux de recherche évaluent la possibilité de réduire les traitements dédiés, notamment en faisant intervenir la radiomique. Dans ce contexte, quatre études proposent une véritable « désescalade thérapeutique ».

Affaire du logiciel de gestion de radiothérapie : le troisième associé est lui aussi mis en examen
11/01/2021 : Tous les associés de la société éditrice du logiciel de gestion des patients en radiothérapie frauduleux sont désormais mis en examen. Le logiciel n’est, quant à lui, plus exploité.

Unicancer crée un marché unique en Europe pour les centres de radiothérapie
05/01/2021 : En signant un marché avec 60 fournisseurs, Unicancer permettra à 25 centres de radiothérapie d’accéder plus facilement aux innovations technologiques de la spécialité. Ce marché bénéficie d’un processus d’évaluation pluridisciplinaire et donnera des opportunités à des start-up innovantes du secteur.

Une étude internationale évalue la pertinence de la radiothérapie personnalisée du carcinome canalaire in situ
16/12/2020 : Une collaboration scientifique internationale a mené une étude à grande échelle sur la radiothérapie du CCIS. Ce travail cherche à évaluer la pertinence d’une radiothérapie localisée personnalisée et à identifier des marqueurs de récidive invasive.

Prospective sur la radiothérapie à l'horizon 2030
09/12/2020 : Le récent congrès virtuel de la SFRO nous a fait entrevoir ce que pourrait être la radiothérapie dans dix ans. Personnalisation des traitements, selon le micriobiote des patients ou leur sous-groupe immunologique, ainsi que la technologie Laser – plasma, font partie des évolutions à prévoir.

Des outils d'IA pour personnaliser la radiothérapie du glioblastome
08/12/2020 : Un consortium incluant l’IGR, l’AP-HP, l’ICANS, TheraPanacea et GE Healthcare se propose d’améliorer la prise en charge radiothérapeutique du glioblastome. Il s’agit de personnaliser, à l’aide de l’IA, les doses locales de radiothérapie afin de les optimiser pour chaque patient.

La radiothérapie intra-opératoire est de retour
11/11/2020 : La radiothérapie per-opératoire est de nouveau très utilisée de nos jours et ses indications sont bénéfiques pour les patients. C’est ce qu’a montré un récent webinar diffusé sur la plateforme Oncostream.

Le congrès 2020 de la SFRO prend à son tour une forme virtuelle
16/09/2020 : Le congrès de la SFRO 2020 sera cette année un événement 100% e-congrès. Les participants retrouveront, sur la plateforme en ligne, l’ensemble des prestations qui étaient prévues en présentiel, sous forme digitale.

Augmentation de capital chez Nanobiotix
10/08/2020 : Nanobiotix vient d’annoncer une augmentation de capital qui servira à poursuivre son travail de recherche notamment sur les effets de l’amplificateur de radiothérapie NBTXR3.


Une plateforme de post-traitement commune pour un groupe de modalités hétérogènes
09/04/2021 : En référençant la solution Myrian®, Le groupe Vidi met à disposition de ses adhérents une plateforme de post-traitement capable d’incrémenter des images venues de nombreuses et hétérogènes modalités.

Le scanner 4D pour évaluer les flux du système hépatique
09/04/2021 : L’exploration dynamique pré-opératoire du système vasculaire hépatique pour les patients atteints d’hypertension portale pourrait âtre réalisée pat TDM 4D. C’est le résultat d’une étude japonaise publiée dans la Revue European Radiology qui propose de visualiser les flux intra-hépatiques ainsi que la direction du flux dans le système porte.

Comprendre l'effet des rayonnements low dose sur l'éthérosclérose
07/04/2021 : L’action des rayonnements à faible dose sur les monocytes et les macrophages essentiellement est responsable de l’amélioration de l’athérosclérose chez la souris. C’est le résultat d’un travail de thèse présenté récemment à l’IRSN.

Participez largement aux nouveaux NRD en mammographie !
07/04/2021 : Dans le cadre de l’élaboration de NRD en mammographie qui rentreraient en cohérence avec la décision ANSM 2020 dédiée, les sociétés représentatives de la discipline lancent une étude complète tant dans l’utilisation des systèmes DR et tomosynthèse que pour les systèmes CR. Votre participation à ce recueil de données est très attendue.

Écosystème de la radiologie : un paradoxe à la française
07/04/2021 : La visioconférence qu’a organisé le SNITEM le 7 avril 2021 nous a permis de faire une revue plutôt optimiste de l’écosystème radiologique français et des nombreuses innovations qu’il génère. Mais, paradoxe français, de nombreux freins institutionnels ou culturels empêchent certains de ces progrès de bénéficier aux populations vivant sur notre territoire.

Le taux de cancer d'intervalle comme critère de pertinence de la tomosynthèse dans le dépistage du cancer du sein
06/04/2021 : Le dépistage du cancer du sein par tomosynthèse réduit le taux de cancers d'intervalle par rapport au dépistage par mammographie numérique, selon une étude publiée dans Radiology. L'étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves soutenant la tomosynthèse comme outil de choix pour le dépistage du cancer du sein mais l’analyse bénéfices-risques n’est pas encore bien établie.

Évaluer l'état général d'un patient à partir de son scanner thoracique
06/04/2021 : Selon une étude publiée dans la Revue Radiology, les informations sur la composition corporelle dérivées des tomodensitométries thoraciques de routine peuvent fournir des informations importantes sur la santé globale des personnes atteintes de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), notamment sur leur risque de mortalité toutes causes confondues.

Myrian® optimise ses fonctionnalités en neurologie, cardiologie et oncologie notamment
06/04/2021 : La nouvelle version de Myrian® offre de nouvelles fonctionnalités pour la prise en charge de l’AVC, en cardiologie ou en oncologie. Elle a été dévoilée le 1er avril 2021.

Conjoncture économique : les radiologues libéraux ne supporteraient pas de nouvelles baisses tarifaires
02/04/2021 : Dans un contexte économique particulier, les radiologues libéraux ne supporteraient pas de nouvelles baisses de tarification des actes d’imagerie médicale. C’est ce qu’ils font savoir dans un communiqué dans lequel ils donnent les chiffres de leurs revenus moyens des années précédentes.

Leur raison d'être : tisser des liens pour permettre de vivre mieux
01/04/2021 : Tisser des liens durables pour permettre de vivre mieux, tel est la Raison d’être annoncé ces derniers jours par Guerbet. Un slogan élaboré de façon collaborative par de nombreux acteurs de la société.


Le taux de cancer d'intervalle comme critère de pertinence de la tomosynthèse dans le dépistage du cancer du sein
06/04/2021 : Le dépistage du cancer du sein par tomosynthèse réduit le taux de cancers d'intervalle par rapport au dépistage par mammographie numérique, selon une étude publiée dans Radiology. L'étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves soutenant la tomosynthèse comme outil de choix pour le dépistage du cancer du sein mais l’analyse bénéfices-risques n’est pas encore bien établie.

Évaluer l'état général d'un patient à partir de son scanner thoracique
06/04/2021 : Selon une étude publiée dans la Revue Radiology, les informations sur la composition corporelle dérivées des tomodensitométries thoraciques de routine peuvent fournir des informations importantes sur la santé globale des personnes atteintes de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), notamment sur leur risque de mortalité toutes causes confondues.

Écosystème de la radiologie : un paradoxe à la française
07/04/2021 : La visioconférence qu’a organisé le SNITEM le 7 avril 2021 nous a permis de faire une revue plutôt optimiste de l’écosystème radiologique français et des nombreuses innovations qu’il génère. Mais, paradoxe français, de nombreux freins institutionnels ou culturels empêchent certains de ces progrès de bénéficier aux populations vivant sur notre territoire.

Un guide pour bien se repérer dans l'offre commerciale d'IA appliquée à l'imagerie médicale
23/03/2021 : L’Intelligence Artificielle appliquée à l’imagerie médicale, fait naître de nombreuses possibilités d’amélioration de la pratique radiologique. L’offre commerciale devient abondante et il est difficile de l’évaluer précisément. C’est dans cet optique qu’une équipe de chercheurs a publié, dans la Revue European Radiology, un guide pour aider les radiologues et décideurs à prendre des décisions éclairées dans ce domaine.

Nouveau produit de contraste en IRM : résultats positifs sur la tolérance et l'efficacité diagnostique
24/03/2021 : Le Gadopiclenol, nouveau produit de contraste en IRM, vient de faire l’objet de deux études montrant son efficacité diagnostique et sa tolérance. Son profil pharmaceutique est identique chez les adultes et les enfants.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Comprendre l'effet des rayonnements low dose sur l'éthérosclérose
07/04/2021 : L’action des rayonnements à faible dose sur les monocytes et les macrophages essentiellement est responsable de l’amélioration de l’athérosclérose chez la souris. C’est le résultat d’un travail de thèse présenté récemment à l’IRSN.

Pose de PICC-Line par les manipulateurs : le protocole de coopération est validé par Arrêté
09/03/2021 : Le protocole de coopération permettant au manipulateur d’électroradiologie d’intervenir pour la pose de PICC-Line vient de faire l’objet d’un Arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé. Les délais de prise en charge des patients, notamment en oncologie, devraient en bénéficier significativement.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Myrian® optimise ses fonctionnalités en neurologie, cardiologie et oncologie notamment
06/04/2021 : La nouvelle version de Myrian® offre de nouvelles fonctionnalités pour la prise en charge de l’AVC, en cardiologie ou en oncologie. Elle a été dévoilée le 1er avril 2021.