Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon

JEUDI 19 MAI 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

scanner_low_dose

Dans le cadre du 3ème Plan cancer 2014-2019, la Haute Autorité de Santé (HAS) a évalué la possibilité et l’intérêt de dépister le cancer du poumon chez les fumeurs, dans le but de détecter et de traiter la maladie à un stade précoce. 

 

La HAS mène une étude pour évaluer la pertinence du scanner low-dose…

A l'origine d’environ  45 200 nouveaux cas en France en 2015, le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier chez l’homme (21 000 décès) et le 2ème chez la femme (9 500 décès) après le cancer du sein. Cinq ans après le diagnostic de la maladie, moins d’un malade sur six est encore en vie. Alors que le tabagisme est de loin le principal facteur de risque de cancer du poumon, un adulte sur trois déclarait fumer quotidiennement en 2014. A la demande de professionnels de santé et dans le cadre du 3ème Plan cancer 2014-2019, la HAS a évalué la pertinence d’un dépistage du cancer du poumon par scanner thoracique low-dose chez les fumeurs. Elle a fondé cette évaluation sur une analyse critique et une synthèse des informations issues des essais menés chez les fumeurs, réalisées par une équipe de l’Inserm, avec la collaboration de spécialistes en épidémiologie des cancers et dans le domaine des rayonnements ionisants. Une synthèse de l’analyse des études est publiée aujourd’hui dans l’European Journal of Cancer.

 

…et conclut que les conditions ne sont pas réunies pour mener une campagne de dépistage

Dans un rapport publié le 19 mai 2016, la HAS conclut que les conditions ne sont actuellement pas réunies pour que ce dépistage soit possible et utile. Elle estime tout d'abord que la maladie est difficilement détectable à un stade précoce à cause de sa rapidité d’évolution. Ensuite, le scanner thoracique de dépistage génère trop de faux positifs (jusqu’à 90% des anomalies trouvées au scanner s’avèrent non cancéreuses après examen) et reste irradiant même à faible dose, avec un risque de cancers induits. Le rapport de la HAS précise d'autre part que les possibilités de traitements sont restreintes, même à un stade précoce de la maladie, que les personnes qui pourraient bénéficier d’un dépistage ne sont pas précisément identifiables, ou que la réduction de la mortalité grâce à ce dépistage n’est pas établie dans le contexte français. La HAS remarque enfin que le rapport bénéfice-risque est trop faible, des complications parfois graves voire mortelles suite à l’exploration d’anomalies non cancéreuses identifiées au scanner étant susceptibles de se manifester. 

 

Des recommandations pour débuter des campagnes utilisant le scanner low-dose au États-Unis

Pourtant, le scanner low-dose comme outil principal du dépistage du cancer du poumon a fait l'objet de différentes études ces dernières années à travers le monde, notamment aux États-Unis pour la surveillance des nodules pulmonaires à type de verre dépoli. En France, le CHU de Nice, en coopération avec l'IRCAN et l'IOMC, a initié une étude appelée "Projet AIR", destinée à vérifier si les cellules tumorales circulantes peuvent être considérées comme des marqueurs de cancer du poumon en comparant, pour un échantillon de population précis, une prise de sang et un scanner low-dose. Des recommandations ont même été formulées pour débuter les campagnes de dépistage en Amérique du Nord, avec un remboursement d'un scanner low dose annuel pour les individus asymptomatiques âgés de 55 à 77 ans, qui ont des antécédents de fumeur à 30 paquets-années et sont encore fumeurs ou ont arrêté dans les 15 dernières années.

 

Mais la HAS a décidé, pour l'instant, de minorer la pertinence d'un tel examen de ce type et insiste sur la nécessité de poursuivre la recherche sur ce cancer et d’intensifier la lutte contre le tabagisme.

 

Bruno Benque


toshiba

Prévention des fractures ostéoporotiques: évaluer la densité minérale osseuse par scanner spectral
17/06/2019 : Le scanner spectral peut devenir une méthode de référence pour évaluer la densité minérale osseuse dans la prévention des fractures ostéoporotiques. C'est ce que révèle une étude allemande publiée dans la Revue European Radiology.

Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique
13/05/2019 : Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique. Une modalité de ce type vient d'être installée aux Hospices Civils de Lyon (HCL).

Le quatrième scanner spectral français installé à Alençon
01/04/2019 : En faisant l'acquisition d'un scanner IQon spectral, le GIE Imagerie médicale d'Alençon améliore la continuité de la prise en charge radiologique personnalisée et de qualité dans le bassin de population.

Un algorithme de deep learning dédié à l'étude du rachis
28/03/2019 : Les ingénieurs logiciel GE HEalthcare de Buc ont conçu un algorithme de deep learning permettant de repérer et labelliser les vertèbres. Il s'agit d'un outil simple et efficient dans le cas, notamment, de l'identification des métastases osseuses rachidiennes.

NGI distribuera les scanner chinois Neusoft pour trois ans
18/03/2019 : NGI vient d'annoncer la signature, pour trois ans, d'un contrat de partenariat avec le constructeur chinois de scanners Neusoft Medical. Le contrat de distribution exclusif porte sur l’intégralité de la gamme de scanners Neuviz.  

Premier scanner avec IA embarquée installé au CHU de Dijon Bourgogne
22/02/2019 : Le CHU de Dijon Bourgogne vient d'annoncer l'installation d'un scanner Aquilion One Genesis doté d'une solution de deep learning. Au printemps, c'est le CHU de Nancy qui pourra profiter de cet outil d'intelligence artificielle pour son Aquilion Precision.

Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon
12/11/2018 : La deuxième plus importante étude dans le monde traitant du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose, baptisée NELSON, marque une avancée significative dans la valeur prédictive de ce type de campagne. Cette étude a été présentée lors de la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC).  

Les atouts du scanner spectral au sein d'un GHT
09/11/2018 : Le scanner IQON spectral CT Philips du CH de Charleville-Mézières sera, à terme, le pilier de la prise en charge radiologique du GHT N°1 du Grand-Est. Nous avons rencontré le Dr Philippe Cart, Chef du Service de radiologie de cet établissement, pour une évocation des avantages de la technologie spectrale pour la qualité des images produites et la prise en soins des patients, sans compter ses atouts économiques.

Les apports du scanner double énergie dans la prise en charge post-AVC
30/10/2018 : Une hémorragie intracérébrale post-AVC doit être recherchée afin d'appliquer au patient un traitement antiagrégant. Une étude récente publiée dans la revue European Radiology démontre les apports du scanner double énergie dans ce contexte.

La mesure de calcification aortique par scanner comme outil de prévention des maladies cardio-vasculaires
02/10/2018 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, les mesures des calcifications aortiques abdominales par tomodensitométrie (TDM) sont de puissants prédicteurs de crises cardiaques et autres événements cardiovasculaires indésirables. La TDM aurait un potentiel plus élevé, dans ce cadre, que le score de risque de Framingham.


Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

La radiopédiatrie à l'honneur lors de l'ECR 2020
17/07/2019 : Le programme "Children in Focus" qui sera organisé à l'occasion de l'ECR 2020 traitera notamment de questions sociales autour de la prise en charge radiologique des enfants. Une séance plénière spéciale à ce thème clôturera le congrès.

ECR 2020: 5 jours dédiés aussi aux manipulateurs
16/07/2019 : L'ECR 2020 constitue un rendez-vous incontournable pour les radiologues européens. Mais les manipulateurs sont également concernés par cet événement, avec un espace dédié et des sessions scientifiques en anglais et en français.

Le CH de Soissons inaugure son nouveau service de radiothérapie
15/07/2019 : Le CH de Soissons vient d'inaugurer un nouveau service de radiothérapie dans ses locaux. Ce projet a fait l'objet de la constitution d'un GCS avec l'Institut Godinot de Reims.

Recherche en radioprotection: l'IRSN renforce sa contribution au niveau européen
11/07/2019 : L'IRSN participera à huit des treize projets Euratom H2020 retenus par la Commission européenne. La fluoroscopie et la radiothérapie cardiaque pédiatrique font partie des thèmes qui seront traités dans lesdits projets.

Un essai clinique valide la pertinence de NBTXR3 pour améliorer la radiothérapie des tissus mou
11/07/2019 : La pertinence de l'injection en intraveineux de NBTXR3 avant radiothérapie vient de faire l'objet d'un publication dans The Lancet Oncology. 179 patients ont bénéficié de cet essai.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

Le Groupe Vidi noue un partenariat avec Germitec pour la désinfection des sondes d'échographie
04/07/2019 : Le groupement de radiologues Vidi vient de conclure un partenariat avec Germitec® afin de proposer à ses membres une solution automatisée de désinfection des sondes d'échographie. Une méthode qui ne génère ni toxicité ni déchet.

Pratique de l'échographie: les autorités sanitaires britanniques s'inquiètent
04/07/2019 : La pratique de l'échographie au Royaume-Uni nécessite une mise à jour de sa réglementation. C'est ce que conclut un rapport de la Professional Standards Authority (PSA) dans un contexte où l'accès à cette discipline est possible par un curdsus de premier cycle.

ECR 2020: l'ESR lance la campagne de soumission de sujets
03/07/2019 : L'ECR 2020, c'est déjà demain ! Dans le cadre de la préparation de ce congrès, l'ECR engage les radiologues, les étudiants et les manipulateurs européens à envoyer leurs abstracts dès à présent.  


La reconnaissance vocale intégrée à un RIS français
04/06/2014 : EDL, éditeur français de solutions de gestion du parcours radiologique, a présenté lors des SSA 2014 la nouvelle fonctionnalité de son RIS Xplore dédiée à la reconnaissance vocale.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

SBRT: pertinence confirmée par deux nouvelles études relatives au cancer de la prostate
04/10/2018 : Deux nouvelles études viennent confirmer la pertinence du Cyberknife dans le traitement par radiothérapie stéréotaxique appliquée au corps entier (SBRT) du cancer de la prostate.

Nouvelles collaborations entre HL7 et IHE au service de l'interopérabilité
23/06/2016 : Suite à une longue histoire de collaboration fructueuse, Health Level Seven International (HL7) et Integrating the Healthcare Enterprise (IHE) ont annoncé qu’ils renouvelaient leur accord de coopération pour faire avancer l'interopérabilité des systèmes d’information de santé.

Un nouvel espoir de procréer grâce à l'embolisation des fibromes utérins
13/06/2017 : L’embolisation partielle des fibromes utérins pourrait devenir le traitement de première intensifn pour les femmes qui souhaitent procréer. C’est ce qu’a montré une étude portugaise publiée dans la revue Radiology.

Excellents débuts pour DHUNE, le Centre dédié aux maladies neuro-dégénératives
16/10/2017 : Le Centre d'excellence DHUNE, dédié aux maladies neuro-dégénératives, a rempli 92% de ses objectifs en deux ans d'existence. Cette plateforme pluridisciplinaire dispose d'une reconnaissance scientifique internationale et a pour figure de proue la fameuse modalité d'IRM à 7T.

La désinfection des sondes d'échographie ne perturbe pas le workflow d'examens
21/11/2018 : Les sociétés savantes internationales recommandent la désinfection de haut niveau des sondes d'échographie entre chaque patient, notamment pour les examens endocavitaires et les interventions semi-critiques . Le système Antigermix AS1 est capable d'assurer une désinfection de ce type en 90 secondes selon un processus reproductible. Christophe Hammer, Directeur des Operations de Germitec nous en dit plus…

De nombreux radiologues libéraux mutualisent leurs moyens au sein de la CGIM
24/01/2017 : En créant la Compagnie Générale d’Imagerie Médicale (CGIM), quelques 200 radiologues français unissent leurs moyens humains et technologiques afin de préserver la qualité de leur exercice et rendre un service à haute valeur ajoutée dans un environnement économique contraint.