Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > LA TDM LOW-DOSE POUR DÉPISTER L'ÉVOLUTION DES NODULES PULMONAIRES

LA TDM LOW-DOSE POUR DÉPISTER L'ÉVOLUTION DES NODULES PULMONAIRES

LUNDI 22 JUIN 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les patients sujets à des nodules pulmonaires à type de verre dépoli peuvent être surveillés en toute sécurité par un scanner low-dose annuel de dépistage, selon une nouvelle étude publiée en ligne dans la revue Radiology. Les chercheurs proposent cette pratique comme alternative à une chirurgie inutile et à d'autres examens d'imagerie.

Scan_pulmonaire

La revue Radiology publie dans son dernier numéro une étude sur le dépistage des nodules pulmonaires par scanner low-dose. Les nodules pulmonaires, petites masses bénignes ou cancéreuses, sont classés comme solides, partiellement solides ou non solide (verre dépoli), en fonction de leur apparition sur le scanner.

Évaluer le devenir des nodules pulmonaires en verre dépoli
Dans les cas de nodules en verre dépoli, le tissu pulmonaire normal est visible à travers le nodule et leur interprétation est délicate. "Les nodules en verre dépoli pourraient être dus à une inflammation, une infection ou une fibrose, mais pourraient également être cancéreux ou précurseurs de cancer," selon le co-auteur de l'étude, le Pr Claudia Henschke I., du Département de radiologie du Mount Sinaï School of Medicine de New York. "Pour le dépistage, nous devons définir quels nodules ont besoin d'une exploration ultérieure et quel délai nous avons pour le faire."

Une étude reprenant les données du Programme international précoce du cancer du poumon
Dans cette nouvelle étude, le Dr Henschke et ses collègues ont analysé les résultats de 57 496 participants au Programme international précoce du cancer du poumon (I-ELCAP), une initiative mondiale majeure axée sur la réduction des décès par cancer du poumon. Les patients ont étés soumis à des dépistages annuels, et les chercheurs ont évalué la prévalence des nodules en verre dépoli et leur effet sur les résultats à long terme. Un nodule non solide en verrre dépoli a été identifié dans 2392 (4,2 pour cent) cas, et une analyse plus poussée a conduit au diagnostic de 73 cas de cancer. Un nouveau nodule en verre dépoli a été identifié dans 485 des 64 677 dépistages annuels, (0,7 pour cent), et 11 ont été diagnostiqués comme relevant d'un cancer de stade I. La chirurgie a été de 100 pour cent curative dans tous les cas, avec un suivi médian depuis le diagnostic de plus de six ans.

Des campagnes de dépistage annuel par scanner low-dose
Le nodule non solide a développé un composant solide, signe d'avertissement de cancer invasif, dans 22 cas avant le traitement, avec un temps d'appariion médiande plus de deux ans. Aucun des cancers n'est apparu dans de nouveaux nodules de 15 millimètres de diamètre ou plus. Les résultats suggèrent que les nodules en verre dépoli de toutes tailles peuvent être suivis en toute sécurité par scanner low-dose, à intervalles de 12 mois, pour évaluer une transition potentielle vers une phase solide. "Les résultats montrent que si nous voyons un nodule pulmonaire non solide, nous pouvons dire aux patients de revenir un après pour un scanner," a déclaré le Dr. Henschke. «Ces résultats sont importants, pour réduire les examens d'imagerie, les biopsies inutiles ou la chirurgie, dans les programmes de dépistage de le cancer du poumon par scanner low-dose."

Eviter les explorations agressives de diagnostic des nodules
Un avantage immédiat se caractérise par une éventuelle réduction dans le surtraitement des nodules pulmonaires, selon le Dr David F. Yankelevitz, du Mount Sinaï School of Medicine, co-auteur de l'étude. "De nombreuses recommandations ont été assez agressives à l'égard de nodules en verre dépoli," remarque le Dr Yankelevitz. "Ces résultats montrent qu'il n'y a aucune raison d'être agressif pour la recherche de cancer, tant que les nodules restent dans cette forme non solide." Les résultats de l'étude fournissent également des informations supplémentaires pour aider dans le processus de prise de décision partagée entre le médecin et le patient. Les patients peuvent être assurés que les intervalles d'un an, pour le dépistage par scanner low-dose, sont suffisants, et qu'un traitement plus agressif peut être nécessaire si les nodules développent des composants solides.

"Ceci est un grand pas en avant pour les protocoles de dépistage du cancer du poumon», conclut le Dr Yankelevitz.

Théma Radiologie avec RSNA


toshiba

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Un registre permettant de prévenir les réactions aux produits de contraste iodés ?
27/09/2019 : Les patients ayant des antécédents familiaux et personnels de réactions allergiques aux produits de contraste iodés sont à risque de réactions futures, selon une vaste étude coréenne publiée dans la revue Radiology. Ce pourrait être le départ d'un registre ciblé pour la prévention à ces réactions.

Atelier Coloscopie virtuelle : réservez votre vendredi 22 novembre !
30/07/2019 : Forcomed, en partenariat avec la SFR, propose un atelierde formation dédié à la coloscopie virtuelle. Réservez-vite votre 22 novembre 2019 !

Prévention des fractures ostéoporotiques: évaluer la densité minérale osseuse par scanner spectral
17/06/2019 : Le scanner spectral peut devenir une méthode de référence pour évaluer la densité minérale osseuse dans la prévention des fractures ostéoporotiques. C'est ce que révèle une étude allemande publiée dans la Revue European Radiology.

Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique
13/05/2019 : Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique. Une modalité de ce type vient d'être installée aux Hospices Civils de Lyon (HCL).

Le quatrième scanner spectral français installé à Alençon
01/04/2019 : En faisant l'acquisition d'un scanner IQon spectral, le GIE Imagerie médicale d'Alençon améliore la continuité de la prise en charge radiologique personnalisée et de qualité dans le bassin de population.

Un algorithme de deep learning dédié à l'étude du rachis
28/03/2019 : Les ingénieurs logiciel GE HEalthcare de Buc ont conçu un algorithme de deep learning permettant de repérer et labelliser les vertèbres. Il s'agit d'un outil simple et efficient dans le cas, notamment, de l'identification des métastases osseuses rachidiennes.

NGI distribuera les scanner chinois Neusoft pour trois ans
18/03/2019 : NGI vient d'annoncer la signature, pour trois ans, d'un contrat de partenariat avec le constructeur chinois de scanners Neusoft Medical. Le contrat de distribution exclusif porte sur l’intégralité de la gamme de scanners Neuviz.  

Premier scanner avec IA embarquée installé au CHU de Dijon Bourgogne
22/02/2019 : Le CHU de Dijon Bourgogne vient d'annoncer l'installation d'un scanner Aquilion One Genesis doté d'une solution de deep learning. Au printemps, c'est le CHU de Nancy qui pourra profiter de cet outil d'intelligence artificielle pour son Aquilion Precision.

Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon
12/11/2018 : La deuxième plus importante étude dans le monde traitant du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose, baptisée NELSON, marque une avancée significative dans la valeur prédictive de ce type de campagne. Cette étude a été présentée lors de la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC).  


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les dangers des injections de stéroïdes dans les articulations
18/10/2019 : Selon un article spécial publié dans la revue Radiology, les injections de corticostéroïdes utilisées pour traiter la douleur de l'arthrose à la hanche et au genou pourraient être plus dangereuses qu'on ne le pensait auparavant. Les chercheurs ont suggéré d'intégrer dans les formulaires de consentement les risques associés à ces injections.

Développement des compétences en matière de radioprotection
17/10/2019 : Note d’information n° DGOS/RH4/DGCS/4B/2019/160 du 8 juillet 2019 relative aux orientations retenues pour 2020 en matière de développement des compétences des établissements publics de santé parmi lesquelles la radioprotection des patients.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.


Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

État des lieux de la radiothérapie en France
29/05/2017 : L’Observatoire de la radiothérapie propose, pour la période 2009-13, une photographie exhaustive de l’évolution de cette discipline. Si les traitements spécialisés de type RCMI augmentent significativement, le nombre de radiothérapeutes par service reste stable.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

Les avantages du scanner spectral dans un service d'urgences
27/10/2017 : Le scanner spectral IQon de Philips a été installé pour la première fois en Europe à l'hôpital universitaire St-Luc de Bruxelles. Nous avons rencontré le Pr Emmanuel Coche, Chef du service de radiologie, pour un retour d'expérience sur les usages de cette technologie innovante.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

La Norme NFC 15-160 new look est parue !
26/09/2018 : L'AFNOR vient de publier la nouvelle Norme NFC 15-160, qui regroupe les dispositions relatives aux installations radiologiques médicales, et qui a fait l'objet d'une mise à jour après une consultation publique.