Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radioprotection > Radioprotection: la culture des professionnels de Santé doit encore évoluer

Radioprotection: la culture des professionnels de Santé doit encore évoluer

VENDREDI 21 JUIN 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

À l'occasion du 12ème congrès de la Société Française de Radioprotection, qui s'est déroulée du 18 au 20 juin 2019 à La Rochelle, le Past-Président Bernard Le Guen et le Président élu Thiery Sarrazin nous ont accordé une longue interview. Ils ont mis en lumière la notion pluridisciplinaire de cette association tournée vers la protection des populations contre les rayonnements, ionisant ou non.

SFRP

Thema Radiologie : Quelles sont les activités et les orientations de la Société Française de Radioprotection (SFRP) ?

Bernard Le Guen: Les acteurs de la SFRP viennent d'horizons différents. La radioprotection est rarement un métier premier et on en peut faire dans toutes les sociétés savantes comme la SFR, la SFRO ou la SFMN. Nous avons la volonté de mélanger tous les acteurs qui souhaitent protéger les personnes soumises à un environnement ionisant. Mais les questions à traiter sont différentes selon que l'on exerce en radiologie, radiothérapie, ou en centrale nucléaire.

Thiery Sarrazin : Les gens de la SFRP font de la radioprotection une passion. Ils représentent tous les corps de métiers ingénieurs, chercheurs, médecins, dans des domaines d'activité industriel, institutionnel, militaire et médical ainsi que les dentistes et vétérinaires.

B.LG. : L'activité principale est d'essayer de faire travailler ensemble des personnes de métiers différents dont le terrain de jeu est soumis aux et rayonnements ionisants, ou non ionisants d'ailleurs. Par exemple, les ondes dues aux téléphones portables et magnéto-protection font partie de notre champ d'intervention. Nous avons eu un sujet ce matin (NDLR le 19 juin 2019 lors du congrès de la SFRP) sur les ondes magnétiques ainsi que sur les pratiques de neurostimulation profonde, qui entrent dans les compétences de la SFRP.

T.R. : Quelle est, aujourd'hui, l'ampleur du congrès national de la SFRP ?

T.S. : Une des raisons de cette baisse également vient de la diminution significative des budgets de formation dans les établissements de Santé et de la difficulté à libérer les professionnels pour qu'ils aillent se former. Dans la santé, les budgets de formation continue sont réduits, représentant à l'Institut Gustave Roussy où j'exerce quelque 1,5% du budget, alors que ce taux est de 8% chez un distributeur de marchandises !

B.LG. : C'est d'ailleurs la première fois que les journées PCR de la SFRP, qui se sont déroulées au printemps dernier, font plus de monde que le congrès annuel SFRP. Les PCR comprennent beaucoup de gens isolés qui besoins de formation pour exercer leurs missions. C'est la raison du succès des réseaux régionaux de Personnes Compétentes en Radioprotection (PCR) notamment.

T.R. : Justement, comment faire pour mieux former les PCR ?

T.S. : Nous sommes en train de réfléchir à d'autres processus de formation pour les PCR à travers notre réseau, peut-être en utilisant l'outil numérique. Le problème majeur concernant ces acteurs incontournables vient du fait que, souvent, les PCR ont une autre activité, au sein de l'établissement de Santé ou du cabinet, et c'est très difficile, dans ces conditions, de se tenir au fait de la réglementation et des bonnes pratiques. Certains vont chercher de l'information sur internet mais est-elle toujours très fiable ?

T.R. : Dans le domaine médical, il semble que les professionnels de Santé soient plus impliqués qu'avant. Dans quels domaines doivent-ils encore évoluer ?

B.LG. : Il faut améliorer la culture de la radioprotection des professionnels de Santé. Tout le monde veut bien faire dans la vie. Mais les erreurs sont vite arrivées et c'est une culture à mettre en place ou à consolider dans cet environnement. Le monde a changé, il faut faire un effort sur la culture et la responsabilité en radioprotection. Troisième point très important, le médecin prescripteur. On se tourne toujours vers le radiologue lors d'un dépassement de dose, alors que c'est le généraliste qui prescrit l'examen. Les bonnes pratiques doivent s'intéresser à ceux-là. Un patient qui a reçu 15 Gy en radiologie interventionnelle va voir son médecin quelques mois après pour un érythème. Celui-ci n'a alors pas le réflexe d'incriminer les rayons X et pense d'empblée à une maladie infectieuse. On a, au sein de la SFRP, un rôle de transmission et le ministère nous a demandé d'accompagner la réglementation en étant la voix des professionnels.

T.S. : Comment faire évoluer la culture ? Eh bien dans les instances internationales, par exemple, on est allés chercher les concepteurs de modalités d'imagerie médicale. Ils sont à la recherche de la plus belle image mais on les a convaincus que la dose peut devenir un élément de business pour eux. On a, depuis, fait des progrès immenses sur ce point et on obtient aujourd'hui le bon diagnostic avec le moins de dose.

T.R. : Il semble tout de même que cette culture est mieux implantée en radiothérapie ?

T.S. : En effet, mais en radiothérapie et curiethérapie, l'évolution des techniques est plus rapide que les connaissances radiobiologiques. Des progrès conséquents ont été réalisés ces dernières décennies en faveur de la maitrise du rayonnement. Par exemple, on a créé les collimateurs multilames, puis la modulation d'intensité. Et maintenant, on envoie des débits très forts de 20 Gy d'un coup ! Mais nous n'avons aucun recul sur les effets radiobiologiques sur les tissus sains. On a autorisé des AMM pour des appareillages sans mener les recherches pertinentes. On risque ainsi de découvrir des cancer radio-induits vingt ans plus tard.

B.LG. : Ces modalités permettent aujourd'hui d'assumer les workflows très important des services de radiothérapie. Les constructeurs proposent des produits très fiables, certes, mais on n'a pas le recul nécessaire pour en évaluer les effets. Et nous n'avons toujours pas de registre national des cancers en France. Bref, dans les années 80, un nouveau plateau technique de recherche sur les fortes doses a vu le jour. Mais il n'y a pas énormément de laboratoires qui travaillent là-dessus depuis. C'est malheureusement le parent pauvre du domaine.

Il est important de travailler sur la culture des rayonnements ionisants en milieu hospitalier. Il faut promouvoir des systèmes transparents d'assurance qualité, avec une remontée des événements peu importants, sans craindre les éventuelles sanctions. L'ASN n'est pas un gendarme ! La SFRP, quant à elle, est un lieu d'échange des cultures et de partage des compétences au service des populations

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Sécurité du patient : un nouveau bulletin ASN dédié à la pratique du scanner
29/07/2019 : Dans le prolongement des documents qualités qu'elle élabore pour la radiothérapie, l'ASN vient de publier un nouveau bulletin "La sécurité des patients" dédié à la pratique scanographique. Il est le résultat d'un travail pluriprofessionnel.

Recherche en radioprotection: l'IRSN renforce sa contribution au niveau européen
11/07/2019 : L'IRSN participera à huit des treize projets Euratom H2020 retenus par la Commission européenne. La fluoroscopie et la radiothérapie cardiaque pédiatrique font partie des thèmes qui seront traités dans lesdits projets.

Radioprotection: la culture des professionnels de Santé doit encore évoluer
21/06/2019 : À l'occasion du 12ème congrès de la Société Française de Radioprotection, qui s'est déroulée du 18 au 20 juin 2019 à La Rochelle, le Past-Président Bernard Le Guen et le Président élu Thiery Sarrazin nous ont accordé une longue interview. Ils ont mis en lumière la notion pluridisciplinaire de cette association tournée vers la protection des populations contre les rayonnements, ionisant ou non.

Les mises à jour des NRD sont inscrites dans la Loi
05/06/2019 : Les dispositions prises par l'ASN concernant la mise à jour des Niveau de Référence Diagnostique (NRD) viennent d'être validées par Arrêté publié au Journal Officiel. Les évaluations en scanner et en interventionnel comprendront 10 patients consécutifs.

La radioprotection globalement stable dans le médical en 2018
04/06/2019 : La sûreté nucléaire et la radioprotection a été globalement stable en 2018 dans le domaine médical. C'est ce que montre le Rapport annuel élaboré par l'ASN qui pointe encore des insuffisances en radiothérapie.  

EUCLID, le projet de NRD à l'échelle européenne
22/05/2019 : La Commission Européenne a chargé l'ESR de coordonner un projet de NRD au niveau continental. Cinq groupes de travail ont été constitués et l'EIBIR a mis à disposition une plateforme de recueil de données pour faciliter la collecte et l'exploitation des datas provenant des hôpitaux européens.

Surdosage en curiethérapie au CHU de Tours
21/05/2019 : Parce que la procédure de positionnement des grains d'iode 125 n'a pas été respectée, une séance de curiethérapie a entrainé un surdosage sur un patient du CHU de Tours traité pour un cancer de la prostate.

Radiopédiatrie: la baisse de la dose efficace globale se confirme
23/04/2019 : L’IRSN vient de communiquer sur l'exposition pédiatrique aux rayonnements ionisants pour l'année 2015. Elle a actualisé, dans une étude, ses données statistiques qui montrent une baisse de la dose efficace reçue entre 2010 et 2015 en France. Mais les enfants de moins d'un an font l'objet d'une exposition encore significative.

Un travailleur dépasse en un mois la dose annuelle réglementaire aux extrémités
18/04/2019 : Un travailleur de médecine nucléaire du CHU d'Angers ne manipulera plus de radionucléides pendant un an. Il a dépassé, en un mois, la limite d'exposition annuelle aux extrémités.

L'IRSN organise une journée d'information dédiée au Radon
15/04/2019 : Pour accompagner les gestionnaires de risque en milieu professionnel, notamment dans les établissements de Santé, l'IRSN organise une journée dédiée au Radon. Ce gaz radioactif fait en effet partie de la prévention des risques depuis le 1er juillet 2019.


Formation aux gestes d’urgence en imagerie médicale
26/08/2019 : Forcomed organise une journée de formation DPC aux gestes d'urgence dans le cadre de l'allergie ou de l'arrêt cardio-respiratoire. Elle est proposée en présentiel.

Le chant du criquet qui attaque le cerveau
23/08/2019 : Le "Syndrome du criquet de l'ambassade des USA à Cuba" semble avoir trouvé une explication scientifique. C'est ce que montre une étude utilisant l'IRM fonctionnelle parue dans le Journal of the American Medical Association.

Ostéoradionécrose post-radiothérapie : l'IRSN lance in projet de recherche
22/08/2019 : L'IRSN vient de lancer XBONE, un nouveau projet visant à réparer les effets secondaires induits sur les os par des radiothérapies des cancers aéro-digestifs. Ce protocole de thérapie utilise les cellules stromales mésenchymateuses dans une matrice de biomatériau.

Le Pr Yves Menu évoque l'évolution de l'ECR
20/08/2019 : Le Pr Yves Menu, Rédacteur en chef de la revue European Radiology, évoque l'évolution de l'ECR depuis sa première participation en 1991 sur la nouvelle ESR Connect Channel.

Traitement de la TDAH : des effets nocifs pour la substance blanche des jeunes enfants
19/08/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un médicament utilisé pour traiter le trouble déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) semble affecter le développement de la substance blanche chez les enfants atteints de ce trouble. Les mêmes effets n'ont pas été observés chez les adultes atteints de cette pathologie.

Hologic acquiert une partie de SuperSonic Imagine
14/08/2019 : SuperSonic Imagine vient de céder 46% de ses actions à Hologic. De quoi développer ses ventes à l'export.

Formation à l'imagerie IRM du pelvis féminin
13/08/2019 : Forcomed propose des formations spécifiques à l'imagerie IRM des pathologies du pelvis féminin. Elles sont scindées en trois programmes distincts, dont un consacré au perfectionnement.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

RSNA 2019 : 3 700 m2 dédiés à l'intelligence artificielle
09/08/2019 : Le RSNA 2019 AI Showcase proposera un plus grand espace dédié à l'intelligence artificielle. Des démonstrations et des salles de classe permettront aux fournisseurs de solutions et aux spécialistes de promouvoir les outils d'aide à la décision clinique ainsi que les bonnes pratiques de gestion des données.

UniHA élargit considérablement son offre dans le domaine des ultrasons
07/08/2019 : Le nouveau marché d'imagerie ultrasonore mis en place par UniHA proposera une offre complète de modalités, pour des usages classiques ou les plus spécifiques. Il comporte également des systèmes de télé-échographie et de désinfection des sondes.


Ultrasons ou résonance magnétique: faites votre choix pour l'élastographie hépatique !
20/03/2018 : L'élastographie par résonance magnétique se place comme un examen de référence pour l'évaluation de la fibrose hépatique. Une enquête publiée dans la revue Radiology se propose de la comparer avec l'élastographie échographique.

Le deep learning pour segmenter les images IRM de prostate
15/02/2018 : Une méthode de segmentation de la prostate par deep learning à partir d'images IRM vient d'être validée par comparaison avec l'interprétation par des spécialistes. Une nouvelle étape vers l'identification assistée des lésions cancéreuses.

FACTUM HEALTHCARE CONSOLIDE SA POSITION EN FRANCE ET EN BELGIQUE
02/09/2015 : Factum Healthcare se place désormais comme un partenaire essentiel des établissements de santé et cabinets d'imagerie pour l'acquisition de nouvelles modalités. Elle sera un des acteurs majeurs de l'amélioration de la continuité de prise en charge radiologique des patients en faisant progresser le parc de machines sur le territoire.

Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

Biotronik présente ses prothèses cardiaques compatibles avec l’examen IRM
16/02/2016 : Le vendredi 12 février 2016, Biotronik a présenté sa nouvelle gamme de produits IRM-compatibles et son nouveau dispositif MRI AutoDetect. Pour l’occasion, le Docteur Philippe Cart, radiologue à l’Hôpital de Charleville-Mézières et le Docteur Arnaud Lazarus, cardiologue rythmologue à la clinique Ambroise Paré, ont été invités à prendre la parole pour nous faire partager leur expérience respective.

Nouvelles collaborations entre HL7 et IHE au service de l'interopérabilité
23/06/2016 : Suite à une longue histoire de collaboration fructueuse, Health Level Seven International (HL7) et Integrating the Healthcare Enterprise (IHE) ont annoncé qu’ils renouvelaient leur accord de coopération pour faire avancer l'interopérabilité des systèmes d’information de santé.

Ostéoradionécrose post-radiothérapie : l'IRSN lance in projet de recherche
22/08/2019 : L'IRSN vient de lancer XBONE, un nouveau projet visant à réparer les effets secondaires induits sur les os par des radiothérapies des cancers aéro-digestifs. Ce protocole de thérapie utilise les cellules stromales mésenchymateuses dans une matrice de biomatériau.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

Le Pr Yves Menu évoque l'évolution de l'ECR
20/08/2019 : Le Pr Yves Menu, Rédacteur en chef de la revue European Radiology, évoque l'évolution de l'ECR depuis sa première participation en 1991 sur la nouvelle ESR Connect Channel.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.