Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Le scanner double énergie comme nouveau standard pour la mesure de qualité musculaire ?

Le scanner double énergie comme nouveau standard pour la mesure de qualité musculaire ?

LUNDI 29 MARS 2021 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La graisse musculaire squelettique identifiée au scanner ou à l’IRM est un indicateur de sarcopénie. Une étude allemande publiée dans European Radiology teste le scanner double énergie, en comparaison avec la relaxométrie IRM, pour évaluer la quantité de graisse musculaire. Cette technologie s’avère pertinente dans ce cadre et pourrait être nouveau standard pour la mesure de la qualité musculaire.

European Radiology

La sarcopénie est associée à une espérance de vie plus faible et à un mauvais pronostic chez les patients cancéreux. Elle est également associée à une augmentation des taux de complications chez les patients nécessitant une intervention chirurgicale ou suite à un traumatisme. La détection précoce de cette pathologie est donc vitale pour eux.

Le scanner et l’IRM pour identifier la sarcopénie par évaluation de la qualité musculaire

La définition actuelle la plus largement citée du consensus du groupe de travail européen sur la sarcopénie chez les personnes âgées indique qu’elle est probable chez les personnes à faible force musculaire. Alors que la force musculaire peut être mesurée cliniquement, la masse musculaire peut être évaluée par analyse d'impédance bioélectrique (BIA), absorptiométrie à double énergie (DXA), tomodensitométrie (TDM) ou IRM. Ainsi, des études sur la capacité du scanner ou de l'atténuation moyenne du rayonnement par le muscle squelettique (SMRA) à évaluer l'accumulation de graisse du muscle squelettique ont été réalisées.

Alors que la première représente une méthode subjective, la détermination de SMRA est semi-quantitative, avec des valeurs comprises entre - 190 et +150 unités Hounsfield (HU) et un pic à 50 HU. Sauf que le scanner à double énergie (DECT) offre de nouvelles approches quantitatives sans injection de produit de contraste pour mesurer la graisse. Avec le DECT, la proportion d'un certain matériau ou tissu dans un voxel, par exemple la graisse, peut être déterminée par les coefficients d'atténuation spécifiques du matériau dépendant de l'énergie.

Comparaison entre le scanner double énergie et la relaxométrie IRM pour quantifier la graisse musculaire

L'objectif principal d’une étude allemande publiée dans European Radiology était de quantifier la graisse dans le muscle squelettique en tant que mesure de la qualité musculaire. La fraction de graisse (DECT-FF), déterminée par la décomposition du matériau, et les valeurs HU sur des images DECT virtuelles sans contraste (VNC) ont été mesurées dans 126 régions d'intérêt et comparées à la relaxométrie IRM par déplacement chimique (MRCSR). En outre, une association entre les valeurs DECT et les classifications de la sarcopénie basée sur les valeurs de seuil SMRA provenant du scanner classique non injecté a été étudiée.

Sur la base des valeurs de l’aire musculaire squelettique (SMA), l'indice musculaire squelettique (SMI) a été calculé en utilisant SMA [cm2] / hauteur [m]2. Le SMI en tant que paramètre de la quantité musculaire a été utilisé pour classer les patients comme sarcopéniques ou non sarcopéniques, selon trois systèmes différents basés sur des seuils, qui classent les SMI selon le sexe, ou, pour les patients masculins, qui prennent également en compte l'IMC, ou enfin qui classent le SMI selon le sexe, l'IMC et l'âge. AU final, la corrélation était excellente entre DECT-FF et MR-FF (r = 0,91), DECT VNC HU et MR-FF (r = - 0,90), ou entre DECT-FF et DECT VNC HU (r = - 0,98). La corrélation intraclasse entre DECT-FF et MR-FF était bonne, avec une différence moyenne de 0,15%. Aucune relation significative entre les classifications DECT-FF et SMI n'a, en outre, été observée.

Le scanner double énergie comme nouveau standard pour la mesure de la qualité musculaire

Les principales limites de cette étude pilote sont le faible nombre de patients et l'hétérogénéité du collectif de patients. Comme l'objectif était d'étudier la concordance de la quantification de la graisse DECT et IRM dans le muscle squelettique indépendamment de l'état musculaire de l'individu, l’âge et l'IMC importaient peu et les critères d'inclusion ou d'exclusion ne se limitaient pas à des situations spécifiques, comme le type et le stade du cancer, les maladies métaboliques telles que le diabète, la chimiothérapie, etc., qui peuvent influencer l'état musculaire du patient.  Cependant, la forte variation du pourcentage de graisse musculaire squelettique résultant du groupe de patients hétérogène et une large gamme de valeurs d'IMC doivent être considérées comme une autre cause possible du manque de concordance observé entre la fraction de graisse musculaire et les classifications de sarcopénie basées sur le SMI, comme ces derniers ne prennent pas en compte la graisse intra et extramyocellulaire.

En conclusion, cette étude pilote démontre que la quantification de l'accumulation de graisse dans le muscle squelettique en tant que paramètre de qualité musculaire par DECT est faisable et fiable. De plus, les valeurs DECT VNC HU permettent l'évaluation de SMRA indépendamment de l'utilisation d'un produit de contraste. Le DECT présente ainsi une nouvelle approche pour la mesure de la qualité musculaire. Le MRCSR a été choisi comme modalité de comparaison par opposition à la spectroscopie IRM. Il est rapide, robuste et permet de mesurer la teneur en graisse sur des ROI importants, ce qui est avantageux chez les individus présentant une infiltration de graisse musculaire inhomogène.

Bruno Benque avec European Radiology


Le scanner 4D pour évaluer les flux du système hépatique
09/04/2021 : L’exploration dynamique pré-opératoire du système vasculaire hépatique pour les patients atteints d’hypertension portale pourrait âtre réalisée pat TDM 4D. C’est le résultat d’une étude japonaise publiée dans la Revue European Radiology qui propose de visualiser les flux intra-hépatiques ainsi que la direction du flux dans le système porte.

Évaluer l'état général d'un patient à partir de son scanner thoracique
06/04/2021 : Selon une étude publiée dans la Revue Radiology, les informations sur la composition corporelle dérivées des tomodensitométries thoraciques de routine peuvent fournir des informations importantes sur la santé globale des personnes atteintes de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), notamment sur leur risque de mortalité toutes causes confondues.

Le scanner double énergie comme nouveau standard pour la mesure de qualité musculaire ?
29/03/2021 : La graisse musculaire squelettique identifiée au scanner ou à l’IRM est un indicateur de sarcopénie. Une étude allemande publiée dans European Radiology teste le scanner double énergie, en comparaison avec la relaxométrie IRM, pour évaluer la quantité de graisse musculaire. Cette technologie s’avère pertinente dans ce cadre et pourrait être nouveau standard pour la mesure de la qualité musculaire.

COVID-19 : l'angioscanner double énergie pour mieux évaluer les défauts de perfusion
12/03/2021 : Une étude française se basant sur l’angioscanner pulmonaire double énergie permet de mieux étudier les défauts de perfusion provoqués par le COVID-19. La double énergie permet ainsi d’obtenir des cartographies d’iode pour une meilleur évaluation de la perfusion pulmonaire.

L'Europe de la radiologie se mobilise pour le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose
10/03/2021 : Comment les pays européens abordent-ils le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose ? La réponse se trouve dans un webinaire de l’ECR 2021 au cours duquel, après une présentation du Lung Cancer Screening Certification Project par le Pr Annemiek Snoeckx, plusieurs radiologues ont fait un point sur le développement de cette pratique dans leur pays. Nous nous sommes attardés sur la présentation du Pr Marie-Pierre Revel pour la France.

Node-RADS, le nouveau système TDM-IRM pour identifier le stade d'envahissement ganglionnaire
25/02/2021 : Lorsque l’on doit évaluer le stade d’envahissement d’un ganglion secondaire à une tumeur, on a du mal à utiliser des critères pertinents, faute de consensus. Des chercheurs proposent, dans une étude parue dans European Radiology, le système Node-RADS qui utilise l’imagerie Scanner et IRM.

Un algorithme de deep learning pour identifier les lésions précancéreuses par coloscopie virtuelle
23/02/2021 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un algorithme de deep learning permet de différencier avec précision les polypes colorectaux bénins et prémalins sur les coloscopies virtuelles par scanner. Il pourrait, à terme, améliorer la pertinence du dépistage du cancer colorectal en complément de la lecture radiologique.

Dépistage du cancer du poumon : l'Académie de Médecine dit non au scanner pulmonaire low dose
22/02/2021 : Alors que de nombreux scientifiques reconnaissent le scanner low dose comme un outil pertinent de dépistage du cancer bronco-pulmonaire, l'Académie nationale de Médecine vient de publier un Rapport stipulant le contraire. Elle reconnaît toutefois qu'il pourrait contribuer au bilan de Santé de certains fumeurs.

Le coroscanner recommandé en première intention chez les patients symptomatiques de maladie coronaire
17/02/2021 : Le coroscanner est devenu, il y a quelques années, l’examen de première intention pour l’exploration des artères coronaires. Une présentation réalisée lors du congrès High Tech Live 2021 a confirmé cet intérêt même dans les cas de patients symptomatiques de maladie coronaire.

Scanner du COVID-19 : deux systèmes de classification équivalents
18/01/2021 : Un nouvel article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging a révélé que la fréquence d'infection au COVID-19 était plus élevée chez les patients classés avec des catégories de classification CO-RADS et RSNA plus élevées. Les résultats peuvent être utiles pour déterminer la probabilité de COVID-19 et homogénéiser les pratiques sur la base du scanner thoracique, en plus des informations cliniques et de la RT-PCR.


Une plateforme de post-traitement commune pour un groupe de modalités hétérogènes
09/04/2021 : En référençant la solution Myrian®, Le groupe Vidi met à disposition de ses adhérents une plateforme de post-traitement capable d’incrémenter des images venues de nombreuses et hétérogènes modalités.

Le scanner 4D pour évaluer les flux du système hépatique
09/04/2021 : L’exploration dynamique pré-opératoire du système vasculaire hépatique pour les patients atteints d’hypertension portale pourrait âtre réalisée pat TDM 4D. C’est le résultat d’une étude japonaise publiée dans la Revue European Radiology qui propose de visualiser les flux intra-hépatiques ainsi que la direction du flux dans le système porte.

Comprendre l'effet des rayonnements low dose sur l'éthérosclérose
07/04/2021 : L’action des rayonnements à faible dose sur les monocytes et les macrophages essentiellement est responsable de l’amélioration de l’athérosclérose chez la souris. C’est le résultat d’un travail de thèse présenté récemment à l’IRSN.

Participez largement aux nouveaux NRD en mammographie !
07/04/2021 : Dans le cadre de l’élaboration de NRD en mammographie qui rentreraient en cohérence avec la décision ANSM 2020 dédiée, les sociétés représentatives de la discipline lancent une étude complète tant dans l’utilisation des systèmes DR et tomosynthèse que pour les systèmes CR. Votre participation à ce recueil de données est très attendue.

Écosystème de la radiologie : un paradoxe à la française
07/04/2021 : La visioconférence qu’a organisé le SNITEM le 7 avril 2021 nous a permis de faire une revue plutôt optimiste de l’écosystème radiologique français et des nombreuses innovations qu’il génère. Mais, paradoxe français, de nombreux freins institutionnels ou culturels empêchent certains de ces progrès de bénéficier aux populations vivant sur notre territoire.

Le taux de cancer d'intervalle comme critère de pertinence de la tomosynthèse dans le dépistage du cancer du sein
06/04/2021 : Le dépistage du cancer du sein par tomosynthèse réduit le taux de cancers d'intervalle par rapport au dépistage par mammographie numérique, selon une étude publiée dans Radiology. L'étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves soutenant la tomosynthèse comme outil de choix pour le dépistage du cancer du sein mais l’analyse bénéfices-risques n’est pas encore bien établie.

Évaluer l'état général d'un patient à partir de son scanner thoracique
06/04/2021 : Selon une étude publiée dans la Revue Radiology, les informations sur la composition corporelle dérivées des tomodensitométries thoraciques de routine peuvent fournir des informations importantes sur la santé globale des personnes atteintes de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), notamment sur leur risque de mortalité toutes causes confondues.

Myrian® optimise ses fonctionnalités en neurologie, cardiologie et oncologie notamment
06/04/2021 : La nouvelle version de Myrian® offre de nouvelles fonctionnalités pour la prise en charge de l’AVC, en cardiologie ou en oncologie. Elle a été dévoilée le 1er avril 2021.

Conjoncture économique : les radiologues libéraux ne supporteraient pas de nouvelles baisses tarifaires
02/04/2021 : Dans un contexte économique particulier, les radiologues libéraux ne supporteraient pas de nouvelles baisses de tarification des actes d’imagerie médicale. C’est ce qu’ils font savoir dans un communiqué dans lequel ils donnent les chiffres de leurs revenus moyens des années précédentes.

Leur raison d'être : tisser des liens pour permettre de vivre mieux
01/04/2021 : Tisser des liens durables pour permettre de vivre mieux, tel est la Raison d’être annoncé ces derniers jours par Guerbet. Un slogan élaboré de façon collaborative par de nombreux acteurs de la société.


Le taux de cancer d'intervalle comme critère de pertinence de la tomosynthèse dans le dépistage du cancer du sein
06/04/2021 : Le dépistage du cancer du sein par tomosynthèse réduit le taux de cancers d'intervalle par rapport au dépistage par mammographie numérique, selon une étude publiée dans Radiology. L'étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves soutenant la tomosynthèse comme outil de choix pour le dépistage du cancer du sein mais l’analyse bénéfices-risques n’est pas encore bien établie.

Évaluer l'état général d'un patient à partir de son scanner thoracique
06/04/2021 : Selon une étude publiée dans la Revue Radiology, les informations sur la composition corporelle dérivées des tomodensitométries thoraciques de routine peuvent fournir des informations importantes sur la santé globale des personnes atteintes de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), notamment sur leur risque de mortalité toutes causes confondues.

Écosystème de la radiologie : un paradoxe à la française
07/04/2021 : La visioconférence qu’a organisé le SNITEM le 7 avril 2021 nous a permis de faire une revue plutôt optimiste de l’écosystème radiologique français et des nombreuses innovations qu’il génère. Mais, paradoxe français, de nombreux freins institutionnels ou culturels empêchent certains de ces progrès de bénéficier aux populations vivant sur notre territoire.

Un guide pour bien se repérer dans l'offre commerciale d'IA appliquée à l'imagerie médicale
23/03/2021 : L’Intelligence Artificielle appliquée à l’imagerie médicale, fait naître de nombreuses possibilités d’amélioration de la pratique radiologique. L’offre commerciale devient abondante et il est difficile de l’évaluer précisément. C’est dans cet optique qu’une équipe de chercheurs a publié, dans la Revue European Radiology, un guide pour aider les radiologues et décideurs à prendre des décisions éclairées dans ce domaine.

Nouveau produit de contraste en IRM : résultats positifs sur la tolérance et l'efficacité diagnostique
24/03/2021 : Le Gadopiclenol, nouveau produit de contraste en IRM, vient de faire l’objet de deux études montrant son efficacité diagnostique et sa tolérance. Son profil pharmaceutique est identique chez les adultes et les enfants.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Comprendre l'effet des rayonnements low dose sur l'éthérosclérose
07/04/2021 : L’action des rayonnements à faible dose sur les monocytes et les macrophages essentiellement est responsable de l’amélioration de l’athérosclérose chez la souris. C’est le résultat d’un travail de thèse présenté récemment à l’IRSN.

Pose de PICC-Line par les manipulateurs : le protocole de coopération est validé par Arrêté
09/03/2021 : Le protocole de coopération permettant au manipulateur d’électroradiologie d’intervenir pour la pose de PICC-Line vient de faire l’objet d’un Arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé. Les délais de prise en charge des patients, notamment en oncologie, devraient en bénéficier significativement.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Myrian® optimise ses fonctionnalités en neurologie, cardiologie et oncologie notamment
06/04/2021 : La nouvelle version de Myrian® offre de nouvelles fonctionnalités pour la prise en charge de l’AVC, en cardiologie ou en oncologie. Elle a été dévoilée le 1er avril 2021.