Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Pr J-Paul Beregi : l'École de la Radiologie française élargira le champ de compétences de ses acteurs

Pr J-Paul Beregi : l'École de la Radiologie française élargira le champ de compétences de ses acteurs

JEUDI 18 FéVRIER 2021 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le Pr Jean-Paul Beregi (CHU de Nîmes) vient d’être élu à la Présidence du Collège des Enseignants en Radiologie de France (CERF). L’occasion pour nous de le rencontrer pour un entretien à bâtons rompus, pour évoquer les évolutions du troisième cycle de formation de la spécialité, des projets de recherche en radiologie française, de la fuite des cerveaux ou de la reconnaissance des manipulateurs, entre autres.

CERF

Thema Radiologie : Que ressentez-vous au moment de prendre la présidence du Collège des Enseignants en Radiologie de France (CERF) ?

Pr Jean-Paul Beregi : Je suis élu à ce poste pour trois ans mais ce n’est par une nouveauté puisque, selon les statuts du CERF, le président élu doit assurer la vice-présidence pendant le mandat précédent. J’ai donc eu tout le temps d’étudier les dossiers, c’est pourquoi je me sens prêt à assumer cette tâche. C’est, en fait, un engagement de six ans.

Et c’est un poste dont les prérogatives augmentent avec le temps, puisqu’aujourd’hui, en plus de gérer les dossiers inhérents à l’enseignement de la radiologie, nous devons traiter des dossiers envoyés par la Coordination Nationale des Collèges d’Enseignants en Médecine (CNCEM), aux demandes de nos membres et veiller à la bonne conduite des projets de recherche en radiologie.

"Le CERF passe aujourd'hui en mode professionnel, avec de nombreux dossiers à traiter"

T.R. : Sur le volet enseignement, quelles sont les nouveautés relatives à la réforme du troisième cycle ?

Pr J-P.B. : Une vraie dynamique s’est instaurée dans ce domaine, en particulier depuis la création du CNCEM. En radiologie, nous avons plus de 1 300 étudiants, une des plus gros collèges de spécialité. La réforme du troisième cycle est en cours avec la phase de consolidation qui amènera 40% des internes vers l’année optionnelle de Radiologie Interventionnelle Avancée (RIA). En novembre 2021 démarrera la première année de la phase de consolidation et de RIA. Nous avons notamment à assurer un nombre de postes suffisants pour qu’ils puissent aborder cette année sereinement.

T.R. : Le CERF est très impliqué désormais dans la recherche scientifique en imagerie médicale. Quels sont les domaines les plus prégnants aujourd’hui dans ce domaine?

Pr J-P.B. : Les projets de recherche sont très nombreux, mettant en jeu notamment des données multicentriques, car la concurrence internationale est rude et les volumes de données permettent d’obtenir des résultats plus convaincants. Nous intervenons pour proposer des supports de coordination de ces recherches. Nous allons mettre en place un site internet spécifique pour la recherche afin d’échanger sur les projets, les tarifications, d’intégrer également les travaux des manipulateurs. J’ajoute dans ce cadre que nous avons créé dernièrement un DU de recherche en radiologie pour les manipulateurs pour lequel nous avons de nombreuses demandes d’inscription.

Nous passons ainsi d’un mode style club à un mode professionnel avec des personnes employées à temps plein pour travailler sur nos diverses stratégies. Nous sommes seize dans le bureau et nous organisons des groupes de travail pour optimiser le temps de chacun, notamment sur le thème de la recherche. C’est dans ce cadre que nous avons créé, sous la houlette du Pr Jean-Michel Bartoli, mon prédécesseur, le Comité d’Éthique pour la Recherche en Imagerie Médicale (CERIM) qui s’assure de la pertinence et de la bonne conduite des projets de recherche en France. Il s’agit d’un gros travail, puisque nous recevons environ un dossier par semaine à traiter.

"Le CERF est partie prenante du grand projet de recherche européen ChAImeleon"

T.R. : Le CERF passe à l’étape professionnelle donc, mais comment est-il organisé aujourd’hui ?

Pr J-P.B. : Le nouveau bureau comporte huit femmes et huit hommes, âgés de 37 à 62 ans, dont 5 parisiens et 11 provinciaux. Nous avons donc fait le choix du rajeunissement et de l’ouverture. Je souhaiterais que cette ouverture concerne également les radiologues du privé, qui ne peuvent être que membres associés, afin d’améliorer la coopération public-privé. Mais cela passe par une modification des statuts, qui seront discutés à ce titre en janvier 2022.

Les ressources du CERF, puisque l’on passe à un mode professionnel et qu’il faut le financer, proviennent en grande partie de la Société Française de Radiologie (SFR), mais également des cotisations de ses membres, de l’Europe et des industriels via des travaux en coopération ou des actions de mécénat.

T.R. : Vous parlez d’une contribution européenne au financement du CERF. Est-ce en rapport avec le projet Horizon 2020 appelé aussi Projet ChAImeleon ?

Pr J-P.B. : Tout à fait. Le Projet ChAImeleon est un projet de recherche à l’échelle continentale qui met en jeu une base de données de 38 000 dossiers radiologiques dans 6 pays sur quatre types de cancer, la prostate, le sein, ainsi que le poumon et le colorectal qui sont coordonnés par la France. C’est en effet le Pr Mickaël Ohanna à Strasbourg qui coordonne le projet relatif au cancer du poumon et le Dr Marc Zins qui s’occupe de celui du cancer colorectal à l’Hôpital Paris St-Joseph. Le CERF coordonne en outre le Work package N°5 qui assure l’archivage et la mise à disposition des données images et autres, sous la direction du Pr Laure Fournier. J’ajoute que ce projet, qui se terminera en 2024, fait l’objet de la participation de la start-up française Medexprim.

"Je milite pour la reconnaissance de l'équipe médico-soignante en radiologie"

T.R. : On entend souvent souvent parler de la fuite des cerveaux dans le domaine scientifique en France. Qu'en est-il en radiologie ?

Pr J-P.B. : Je suis membre du Conseil National des Universités depuis trois ans. Nous voyons passer des jeunes de niveau exceptionnel qui sont bien identifiés et qui seront accompagnés par le CERF afin qu’ils puissent bénéficier des contacts adéquats, même au niveau international, pour développer leurs recherches. Nous veillons également à ce que l’attractivité des postes hospitalo-universitaires, tant en termes de qualité de vie au travail, de finances, etc., soit préservée. Mais il est certain que les investissements manquent dans le domaine de la radiologie. Les financements obtenus par l’INSERM, le CNRS ou autres, sont très peu souvent aiguillés vers notre spécialité, mis à part ceux émis par le CEA. D’autre part, nous n’avons plus, en France, d’industriel national comme peuvent l’être Philips pour la Hollande, Canon pour le Japon ou Siemens pour l’Allemagne.

Il n’empêche que nous ferons tout pour rétablir l’aura des cerveaux français et nous fondons quelques espoirs sur le Ségur de la Santé et les appels d’offres « Projets d’avenir » qui sont lancés. Je milite pour un nouveau démarrage, en France, de l’innovation en imagerie médicale.

T.R. : Vous avez parlé du DU Recherche pour les manipulateurs. Comment voyez-vous l’évolution de cette profession, en lien, peut-être, avec les pratiques avancées ?

Pr J-P.B. : C’est une question très vaste. Les pratiques avancées, la reconnaissance de soignant, les filières Master 1 et 2, je suis pour, cela me semble indispensable. J’en veux pour preuve l’engagement que nous avons pris très tôt, au CHU de Nîmes, pour les rendre compétents pour la pose de picc-lines. Mais il est primordial de considérer parallèlement l’équipe médico-soignante radiologique avec son aspect technique, bien entendu, mais aussi humain. J’ajoute ici que nous sommes en train de créer à Nîmes un nouveau DTS qui ouvrira en septembre 2021. C’est assez exceptionnel car cela fait des années que l’on n’a pas vu de création de ce type. J’espère que l’on pourra, en plus des enseignements académiques, y ajouter une touche innovante autour des applications informatiques, mais aussi mettre l’accent sur l’équipe médico-soignante en radiologie.

Dans le même ordre d’idées, nous souhaitons, au sein du CERF, mettre en place un École de la radiologie française qui, outre les caractéristiques propres à l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique, introduirait plus largement l’IA, les relations patients, la qualité de vie au travail ou le management par exemple. Et ce pour toutes les entités de l’équipe radiologique, sans différentiation publique ou privée. Alors oui, je milite pour une reconnaissance professionnelle des manipulateurs et une synergie avec les radiologues. Un « manipulateur avancé », oui, mais pas tout seul…

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Une offre graduée pour le suivi des injecteurs des centres d'imagerie médicale
02/03/2021 : En proposant OptiProtect™ 3S, Guerbet met à disposition des centres d’imagerie médicale une offre graduée pour le suivi de leurs injecteurs. Des options à la carte sont également disponibles.

Une iconographie exhaustive des complications dues à une voie veineuse centrale
01/03/2021 : Les complications engendrées par la présence d’un système de voie veineuses centrale implantable sont nombreuses et décelables en imagerie. Un article publié dans la Revue European Radiology fait une revue iconographique exhaustive de ces complications, tant précoces que tardives.

Pr J-Paul Beregi : l'École de la Radiologie française élargira le champ de compétences de ses acteurs
18/02/2021 : Le Pr Jean-Paul Beregi (CHU de Nîmes) vient d’être élu à la Présidence du Collège des Enseignants en Radiologie de France (CERF). L’occasion pour nous de le rencontrer pour un entretien à bâtons rompus, pour évoquer les évolutions du troisième cycle de formation de la spécialité, des projets de recherche en radiologie française, de la fuite des cerveaux ou de la reconnaissance des manipulateurs, entre autres.

Le Pr Jean-Paul Bérégi élu à la Présidence du CERF
11/02/2021 : Le Collège des Enseignants en Radiologie de France (CERF) a renouvelé son nouveau bureau pour trois ans le 1er février 2021. Le Pr Jean-Paul Bérégi a été élu à la Présidence.

La radiologie privée communique pour inciter les patients à ne pas prendre de retard sur leur diagnostic
10/02/2021 : Alors que les pathologies autres que le COVID-19 tardent à être diagnostiquées dans les centres d’imagerie médicale, le réseau Vidi annonce avoir pris des mesures d’hygiène et de sécurité drastiques pour accueillir les patients dans des conditions optimales.

L'ESR accueille avec satisfaction l'annonce du Plan de lutte européen contre le cancer
08/02/2021 : À l’occasion de la Journée internationale du cancer, l’European Society of Radiologie a salué, dans un communiqué, l’annonce du Plan européen de lutte contre le cancer. Elle fonde beaucoup d’espoir sur le fait que de nouvelles campagnes de dépistage sont envisagées et encourage les implications nationales pour des collaborations européennes.

La Commission européenne lance son Plan d'actions stratégique pour les applications ionisantes médicales
05/02/2021 : En lançant son Plan d’action SAMIRA pour le développement des applications utilisant les rayonnements ionisants à des fins médicales, la Commission européenne précise le volet radiologique de son plan pour vaincre le cancer. Accès aux radio-isotopes, qualité et sûreté des applications ionisantes et innovation sont les trois axes de travail de ce document.

Urgences pédiatriques aux USA : les enfants blancs plus souvent exposés aux rayons X
03/02/2021 : Selon une étude américaine à grande échelle publiée dans le JAMA, les enfants blancs reçus dans les services d’urgences se voient prescrire plus d’examens d’imagerie que les autres. Les chercheurs remarquent que, de fait, ils sont plus à risque de complications ionisantes.

Comment rendre les comptes rendus d'imagerie compréhensibles pour les patients ?
26/01/2021 : Dans un monde de communication, il semble incohérent de constater que les comptes rendus d’examens d’imagerie soient difficilement compréhensibles pour les patients. C’est la raison pour laquelle des chercheurs australiens ont fait une revue des recommandations faites aux radiologues au niveau international dans ce domaine. Voici quelques morceaux choisis de cette étude publiée dans European Radiology.

Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales
08/01/2021 : Selon une étude présentée lors du dernier congrès virtuel de la Radiological Society of North America (RSNA), près d’un tiers des femmes adultes qui subissent une fracture non déplacée de l’ulna peuvent être victimes de violence de leur compagnon. Les chercheurs expliquent qu’une chute, souvent évoquée par les patientes, provoque souvent fracture du radius.


Les nouvelles techniques de ponction radiale distale en vidéo
03/03/2021 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, voici un webinar organisé par Incathlab consacré aux nouvelles techniques de ponction radiale distale et des matériels innovants adaptés à cette technique.

Dépistage du cancer du sein : la fréquence des mammographies en question
02/03/2021 : La participation régulière à un dépistage du cancer du sein par mammographie réduit considérablement la mortalité, selon une vaste étude portant sur plus d'un demi-million de femmes, publiée dans la revue Radiology. Le manquement à un dépistage mammographique programmé avant un diagnostic de cancer du sein entrainerait un risque significativement plus élevé de mourir de ce cancer.

Le F.IR.E 2021 se tiendra bientôt sous forme de wébinaire
02/03/2021 : Le congrès FIRE 2021 prendra cette année une forme digitale. Le 9 avril, tout ce qui se fait en termes d’innovation en imagerie interventionnelle sera traité à cette occasion.

Une offre graduée pour le suivi des injecteurs des centres d'imagerie médicale
02/03/2021 : En proposant OptiProtect™ 3S, Guerbet met à disposition des centres d’imagerie médicale une offre graduée pour le suivi de leurs injecteurs. Des options à la carte sont également disponibles.

Une iconographie exhaustive des complications dues à une voie veineuse centrale
01/03/2021 : Les complications engendrées par la présence d’un système de voie veineuses centrale implantable sont nombreuses et décelables en imagerie. Un article publié dans la Revue European Radiology fait une revue iconographique exhaustive de ces complications, tant précoces que tardives.

Aide à la décision en mammographie : le Resah choisit Arterys et iCAD
26/02/2021 : Arterys et iCAD viennent d’annoncer le référencement d’une offre commerciale commune auprès du Resah. Un plus pour l’aide à la décision en mammographie.

Fuite de données de Santé : Dedalus France réagit par communiqué
25/02/2021 : Alors qu’une fuite importante de données de Santé vient d’être divulguée, impliquant l’éditeur Dedalus France, ce dernier annonce par communiqué être pleinement mobilisé pour gérer au mieux de problème.

Node-RADS, le nouveau système TDM-IRM pour identifier le stade d'envahissement ganglionnaire
25/02/2021 : Lorsque l’on doit évaluer le stade d’envahissement d’un ganglion secondaire à une tumeur, on a du mal à utiliser des critères pertinents, faute de consensus. Des chercheurs proposent, dans une étude parue dans European Radiology, le système Node-RADS qui utilise l’imagerie Scanner et IRM.

Procédures trans-artérielles : les bonnes pratiques de ponction pour une fermeture facile en vidéo
24/02/2021 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, voici un webinar organisé par Incathlab consacré aux bonnes pratiques de ponction radiale et fémorale lors des procédures interventionnelles artérielles.

Un algorithme de deep learning pour identifier les lésions précancéreuses par coloscopie virtuelle
23/02/2021 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un algorithme de deep learning permet de différencier avec précision les polypes colorectaux bénins et prémalins sur les coloscopies virtuelles par scanner. Il pourrait, à terme, améliorer la pertinence du dépistage du cancer colorectal en complément de la lecture radiologique.


Fuite de données de Santé : Dedalus France réagit par communiqué
25/02/2021 : Alors qu’une fuite importante de données de Santé vient d’être divulguée, impliquant l’éditeur Dedalus France, ce dernier annonce par communiqué être pleinement mobilisé pour gérer au mieux de problème.

COMMENT PRÉVENIR LA RÉCIDIVE D'ANÉVRISME INTRA-CÉRÉBRAL ?
10/06/2015 : Des protocoles de suivi à 10 ans par angio-IRM pourraient s'avérer nécessaire afin de prévenir les récidives d'anévrisme intracrânien. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans Radiology.

Node-RADS, le nouveau système TDM-IRM pour identifier le stade d'envahissement ganglionnaire
25/02/2021 : Lorsque l’on doit évaluer le stade d’envahissement d’un ganglion secondaire à une tumeur, on a du mal à utiliser des critères pertinents, faute de consensus. Des chercheurs proposent, dans une étude parue dans European Radiology, le système Node-RADS qui utilise l’imagerie Scanner et IRM.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Récidive du cancer de la prostate: des résultats significatifs pour la SBRT
09/01/2020 : Une nouvelle étude conforte la stratégie thérapeutique utilisant le CyberKnife® pour traiter par SBRT les récidives de cancer de la prostate. Les résultats sont très encourageants par rapport aux autres traitements.

Forme sévère de COVID-19 : des atteintes oculaires identifiées à l'IRM
19/02/2021 : Des chercheurs utilisant l'IRM ont découvert des anomalies significatives dans les yeux de certaines personnes atteintes de COVID-19 sévère, selon une étude publiée dans la revue Radiology. Les résultats de cette étude lancée par la SFNR suggèrent la nécessité d'un dépistage oculaire chez ces patients afin de fournir un traitement et une gestion appropriés des manifestations ophtalmologiques potentiellement graves du COVID-19.

Les durées de conservations des données mises à jour par la CNIL
26/08/2020 : La CNIL a récemment mis à jour son document relatif aux obligations de conservation des données de Santé. Cela concerne, pour l’imagerie médicale, les établissements de Santé, les cabinets de radiologie et les centres pratiquant le dépistage du cancer.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Aide à la décision en mammographie : le Resah choisit Arterys et iCAD
26/02/2021 : Arterys et iCAD viennent d’annoncer le référencement d’une offre commerciale commune auprès du Resah. Un plus pour l’aide à la décision en mammographie.