Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales

Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales

VENDREDI 08 JANVIER 2021 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude présentée lors du dernier congrès virtuel de la Radiological Society of North America (RSNA), près d’un tiers des femmes adultes qui subissent une fracture non déplacée de l’ulna peuvent être victimes de violence de leur compagnon. Les chercheurs expliquent qu’une chute, souvent évoquée par les patientes, provoque souvent fracture du radius.

RSNA 2020

Les fractures du cubitus se produisent souvent lorsque les personnes lèvent la main pour éviter que leur visage ne soit frappé par un objet. Ces traumatismes sont appelés « fractures de la matraque », car elles sont fréquemment observées chez les personnes qui tentent de bloquer les coups matraque assénés par des policiers.

Enquête dans l’historique des dossiers médicaux

Le Dr Bharti Khurana, radiologue au Brigham and Women’s Hospital de Boston (USA) et auteur principal d’une étude sur les fractures ulnaires dans les violences conjugales, avait observé ces fractures dans sa pratique pendant des années, principalement chez des hommes. Mais occasionnellement, c'était une femme à qui elle avait à faire, ce qui qui soulevait en elle quelques questions.

« Je voyais ces types de blessures chez les hommes, mais de temps en temps, je les voyais chez les femmes, rapporte le Dr Khurana. Je ne l'ai jamais mis en corrélation avec la violence entre partenaires intimes jusqu'à récemment. J'ai partagé mes réflexions avec nos chirurgiens orthopédistes et, avec leur intérêt et leur soutien, j'ai décidé de poursuivre l'étude. » Pour celle-ci, le Dr Khurana et ses collègues ont recherché dans les dossiers médicaux électroniques de six hôpitaux des fractures cubitales isolées chez des femmes âgées de 18 à 50 ans. Ils ont identifié 62 patientes, âgées en moyenne de 31 ans. Sur ce nombre, 12 ont été confirmées pour violence conjugale et huit autres étaient soupçonnées de violence entre partenaires intimes.

Les chutes, souvent évoquées par les patientes, provoquent plutôt des fractures du radius

L'analyse des radiographies a démontré que la violence entre partenaires intimes était fortement associée à des fractures à déplacement minimal. « Les caractéristiques radiologiques que nous examinions étaient l'emplacement de la fracture, le schéma de la fracture en termes de rupture et un éventuel déplacement, poursuit le co-auteur principal de l'étude, le Dr David Sing, un résident en chirurgie orthopédique du Boston Medical Center. On identifiait en général une fracture à déplacement minimal, ce qui signifie que l'os est complètement cassé mais n'a pas changé de manière significative. »

« Les femmes souffrant de fractures ulnaires suite à la violence du partenaire intime qui hésitent à signaler le crime attribueront souvent leurs blessures à une chute, ajoute le Dr Khurana. Cependant, les chutes sont susceptibles d'entraîner plutôt une fracture du radius. » Cette observation a été corroborée par l'étude, car toutes les patientes qui n'ont pas été victimes de violence conjugale avaient des fractures ulnaires à la suite d'accidents de la route ou de heurts accidentels. Sur les huit patients pour lesquels la violence entre partenaires intimes était soupçonnée, quatre ont signalé une chute. Il est en fait rare de se casser le cubitus lors d’une chute. Si un radiologue voit une fracture ulnaire qui n’a pas été déplacée et que la femme dit qu’elle a fait une chute, c’est en fait assez préoccupant car cela évoque peut-être une violence conjugale. »

Un problème accentué lors des périodes de confinement

Les résultats de l'étude suggèrent que le dépistage de la violence entre partenaires intimes peut être sous-utilisé. La documentation officielle relative à l'évaluation ou au dépistage de la violence conjugale a été réalisée dans seulement 40% des cas de violence conjugale confirmée ou soupçonnée dans l'étude. Selon les chercheurs, les radiologues qui observent des fractures ulnaires non déplacées peuvent aider à combler ce déficit en informant le médecin du service des urgences ou le chirurgien orthopédiste qu’ils sont peut-être en présence de violence entre partenaires intimes. Le prescripteur peut alors examiner les antécédents cliniques du patient pour voir s'il y a quelque chose de suspect. « Une analyse minutieuse des examens d’imagerie précédents peut également aider les radiologues à confirmer leurs soupçons de violence entre partenaires intimes », déclare quant à lui un autre co-auteur de l’étude, le Dr Rahul Gujrathi, chercheur en radiologie au Brigham and Women’s Hospital.

Dans l'étude, par exemple, la seule analyse de l’historique des patientes a pu soulever des soupçons de violence conjugale chez 75% d’entre elles. « Nous avons des ressources que nous pouvons fournir aux patientes qui sont prisonnières de cette situation, confirme le Dr Sing. C'est particulièrement important pendant le COVID-19, où nous avons vu le taux de violences entre partenaires intimes augmenter alors que des personnes sont piégées à la maison avec leurs agresseurs. »

Le Dr Khurana, qui consacre une grande partie de ses recherches à l'identification des signes radiologiques de violence conjugale, estime qu'une prise de conscience plus répandue de l'association entre les fractures ulnaire et la violence conjugale aidera à permettre une détection et une intervention plus précoces. « Plus tôt nous pouvons aborder et changer less comportement, mieux c'est, a-t-elle conclu. Si nous diagnostiquons tôt, nous avons de meilleures chances de briser le cycle de la violence. »

Bruno Benque avec RSNA


Écosystème de la radiologie : un paradoxe à la française
07/04/2021 : La visioconférence qu’a organisé le SNITEM le 7 avril 2021 nous a permis de faire une revue plutôt optimiste de l’écosystème radiologique français et des nombreuses innovations qu’il génère. Mais, paradoxe français, de nombreux freins institutionnels ou culturels empêchent certains de ces progrès de bénéficier aux populations vivant sur notre territoire.

Conjoncture économique : les radiologues libéraux ne supporteraient pas de nouvelles baisses tarifaires
02/04/2021 : Dans un contexte économique particulier, les radiologues libéraux ne supporteraient pas de nouvelles baisses de tarification des actes d’imagerie médicale. C’est ce qu’ils font savoir dans un communiqué dans lequel ils donnent les chiffres de leurs revenus moyens des années précédentes.

Leur raison d'être : tisser des liens pour permettre de vivre mieux
01/04/2021 : Tisser des liens durables pour permettre de vivre mieux, tel est la Raison d’être annoncé ces derniers jours par Guerbet. Un slogan élaboré de façon collaborative par de nombreux acteurs de la société.

Un an de COVID-19 : le Président de la FNMR marque le coup !
31/03/2021 : Pour célébrer la première année de la pandémie de COVID-19, le Dr Jean-Philippe Masson revient sur le rôle joué par les médecins radiologues libéraux durant ce qu’il qualifie de période de « dictature sanitaire ».

Les nouvelles techniques d'imagerie non invasive pour l'exploration des cardiopathies ischémiques
30/03/2021 : L’observation des cardiopathies ischémiques peut désormais compter sur de nouvelles techniques d’imagerie non invasive. La nouvelle revue European Radiology Experimental vient d’éditer un recueil d’articles sur le sujet qui montrent le potentiel de ces procédures.

L'évolution du métier de MERM, une condition de la pérennité de l'imagerie médicale française
26/03/2021 : Le Rapport de la Mission IGAS sur le métier de Manipulateur d’Électreo-Radiologie Médicale vient de paraître. Comme attendu, la baisse de la démographie professionnelle observée depuis quelques années est due à un défaut d’attractivité que la hausse des rémunérations, le développement des protocoles de coopération et la mise en place de pratiques avancées permettront d’endiguer. Mais cela nécessite une réelle concertation entre tous les acteurs de l’imagerie médicale.

Un plateau technique privé se renforce à Montpellier
18/03/2021 : Le centre d’imagerie médicale de la clinique St-Jean de Montpellier s’est installé dans les nouveaux locaux de l’établissement. Il dispose désormais d’un nouveau scanner, d’un cone beam et bientôt d’une nouvelle IRM.

Littérature scientifique : les femmes radiologues sous-représentées au niveau international
17/03/2021 : Une étude française publiée dans la Revue Radiology objective une sous-représentation des radiologues femmes dans les postes clés de la littérature scientifique de la spécialité. Les disparités identifiées sont notamment présentes dans les revues de référence et le premier confinement n’a semble-t-il pas atténué ces différences.

Les promesses médico-économiques de la globalisation de l'imagerie oncologique
04/03/2021 : La Commission Oncologie du Lancet sur l'imagerie médicale et la médecine nucléaire a présenté, le 4 mars 2021 lors du Congrès européen de radiologie (ECR) 2021, les résultats du tout premier processus global de quantification des ressources d'imagerie et de médecine nucléaire dans le monde, soulignant les inégalités dramatiques dans l'accès à ces ressources. Des avancées sanitaires et économiques substantielles sont attendues dans ce cadre.

Une offre graduée pour le suivi des injecteurs des centres d'imagerie médicale
02/03/2021 : En proposant OptiProtect™ 3S, Guerbet met à disposition des centres d’imagerie médicale une offre graduée pour le suivi de leurs injecteurs. Des options à la carte sont également disponibles.


Une plateforme de post-traitement commune pour un groupe de modalités hétérogènes
09/04/2021 : En référençant la solution Myrian®, Le groupe Vidi met à disposition de ses adhérents une plateforme de post-traitement capable d’incrémenter des images venues de nombreuses et hétérogènes modalités.

Le scanner 4D pour évaluer les flux du système hépatique
09/04/2021 : L’exploration dynamique pré-opératoire du système vasculaire hépatique pour les patients atteints d’hypertension portale pourrait âtre réalisée pat TDM 4D. C’est le résultat d’une étude japonaise publiée dans la Revue European Radiology qui propose de visualiser les flux intra-hépatiques ainsi que la direction du flux dans le système porte.

Comprendre l'effet des rayonnements low dose sur l'éthérosclérose
07/04/2021 : L’action des rayonnements à faible dose sur les monocytes et les macrophages essentiellement est responsable de l’amélioration de l’athérosclérose chez la souris. C’est le résultat d’un travail de thèse présenté récemment à l’IRSN.

Participez largement aux nouveaux NRD en mammographie !
07/04/2021 : Dans le cadre de l’élaboration de NRD en mammographie qui rentreraient en cohérence avec la décision ANSM 2020 dédiée, les sociétés représentatives de la discipline lancent une étude complète tant dans l’utilisation des systèmes DR et tomosynthèse que pour les systèmes CR. Votre participation à ce recueil de données est très attendue.

Écosystème de la radiologie : un paradoxe à la française
07/04/2021 : La visioconférence qu’a organisé le SNITEM le 7 avril 2021 nous a permis de faire une revue plutôt optimiste de l’écosystème radiologique français et des nombreuses innovations qu’il génère. Mais, paradoxe français, de nombreux freins institutionnels ou culturels empêchent certains de ces progrès de bénéficier aux populations vivant sur notre territoire.

Le taux de cancer d'intervalle comme critère de pertinence de la tomosynthèse dans le dépistage du cancer du sein
06/04/2021 : Le dépistage du cancer du sein par tomosynthèse réduit le taux de cancers d'intervalle par rapport au dépistage par mammographie numérique, selon une étude publiée dans Radiology. L'étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves soutenant la tomosynthèse comme outil de choix pour le dépistage du cancer du sein mais l’analyse bénéfices-risques n’est pas encore bien établie.

Évaluer l'état général d'un patient à partir de son scanner thoracique
06/04/2021 : Selon une étude publiée dans la Revue Radiology, les informations sur la composition corporelle dérivées des tomodensitométries thoraciques de routine peuvent fournir des informations importantes sur la santé globale des personnes atteintes de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), notamment sur leur risque de mortalité toutes causes confondues.

Myrian® optimise ses fonctionnalités en neurologie, cardiologie et oncologie notamment
06/04/2021 : La nouvelle version de Myrian® offre de nouvelles fonctionnalités pour la prise en charge de l’AVC, en cardiologie ou en oncologie. Elle a été dévoilée le 1er avril 2021.

Conjoncture économique : les radiologues libéraux ne supporteraient pas de nouvelles baisses tarifaires
02/04/2021 : Dans un contexte économique particulier, les radiologues libéraux ne supporteraient pas de nouvelles baisses de tarification des actes d’imagerie médicale. C’est ce qu’ils font savoir dans un communiqué dans lequel ils donnent les chiffres de leurs revenus moyens des années précédentes.

Leur raison d'être : tisser des liens pour permettre de vivre mieux
01/04/2021 : Tisser des liens durables pour permettre de vivre mieux, tel est la Raison d’être annoncé ces derniers jours par Guerbet. Un slogan élaboré de façon collaborative par de nombreux acteurs de la société.


Le taux de cancer d'intervalle comme critère de pertinence de la tomosynthèse dans le dépistage du cancer du sein
06/04/2021 : Le dépistage du cancer du sein par tomosynthèse réduit le taux de cancers d'intervalle par rapport au dépistage par mammographie numérique, selon une étude publiée dans Radiology. L'étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves soutenant la tomosynthèse comme outil de choix pour le dépistage du cancer du sein mais l’analyse bénéfices-risques n’est pas encore bien établie.

Évaluer l'état général d'un patient à partir de son scanner thoracique
06/04/2021 : Selon une étude publiée dans la Revue Radiology, les informations sur la composition corporelle dérivées des tomodensitométries thoraciques de routine peuvent fournir des informations importantes sur la santé globale des personnes atteintes de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), notamment sur leur risque de mortalité toutes causes confondues.

Écosystème de la radiologie : un paradoxe à la française
07/04/2021 : La visioconférence qu’a organisé le SNITEM le 7 avril 2021 nous a permis de faire une revue plutôt optimiste de l’écosystème radiologique français et des nombreuses innovations qu’il génère. Mais, paradoxe français, de nombreux freins institutionnels ou culturels empêchent certains de ces progrès de bénéficier aux populations vivant sur notre territoire.

Un guide pour bien se repérer dans l'offre commerciale d'IA appliquée à l'imagerie médicale
23/03/2021 : L’Intelligence Artificielle appliquée à l’imagerie médicale, fait naître de nombreuses possibilités d’amélioration de la pratique radiologique. L’offre commerciale devient abondante et il est difficile de l’évaluer précisément. C’est dans cet optique qu’une équipe de chercheurs a publié, dans la Revue European Radiology, un guide pour aider les radiologues et décideurs à prendre des décisions éclairées dans ce domaine.

Nouveau produit de contraste en IRM : résultats positifs sur la tolérance et l'efficacité diagnostique
24/03/2021 : Le Gadopiclenol, nouveau produit de contraste en IRM, vient de faire l’objet de deux études montrant son efficacité diagnostique et sa tolérance. Son profil pharmaceutique est identique chez les adultes et les enfants.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Comprendre l'effet des rayonnements low dose sur l'éthérosclérose
07/04/2021 : L’action des rayonnements à faible dose sur les monocytes et les macrophages essentiellement est responsable de l’amélioration de l’athérosclérose chez la souris. C’est le résultat d’un travail de thèse présenté récemment à l’IRSN.

Pose de PICC-Line par les manipulateurs : le protocole de coopération est validé par Arrêté
09/03/2021 : Le protocole de coopération permettant au manipulateur d’électroradiologie d’intervenir pour la pose de PICC-Line vient de faire l’objet d’un Arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé. Les délais de prise en charge des patients, notamment en oncologie, devraient en bénéficier significativement.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Myrian® optimise ses fonctionnalités en neurologie, cardiologie et oncologie notamment
06/04/2021 : La nouvelle version de Myrian® offre de nouvelles fonctionnalités pour la prise en charge de l’AVC, en cardiologie ou en oncologie. Elle a été dévoilée le 1er avril 2021.