Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales

Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales

VENDREDI 08 JANVIER 2021 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude présentée lors du dernier congrès virtuel de la Radiological Society of North America (RSNA), près d’un tiers des femmes adultes qui subissent une fracture non déplacée de l’ulna peuvent être victimes de violence de leur compagnon. Les chercheurs expliquent qu’une chute, souvent évoquée par les patientes, provoque souvent fracture du radius.

RSNA 2020

Les fractures du cubitus se produisent souvent lorsque les personnes lèvent la main pour éviter que leur visage ne soit frappé par un objet. Ces traumatismes sont appelés « fractures de la matraque », car elles sont fréquemment observées chez les personnes qui tentent de bloquer les coups matraque assénés par des policiers.

Enquête dans l’historique des dossiers médicaux

Le Dr Bharti Khurana, radiologue au Brigham and Women’s Hospital de Boston (USA) et auteur principal d’une étude sur les fractures ulnaires dans les violences conjugales, avait observé ces fractures dans sa pratique pendant des années, principalement chez des hommes. Mais occasionnellement, c'était une femme à qui elle avait à faire, ce qui qui soulevait en elle quelques questions.

« Je voyais ces types de blessures chez les hommes, mais de temps en temps, je les voyais chez les femmes, rapporte le Dr Khurana. Je ne l'ai jamais mis en corrélation avec la violence entre partenaires intimes jusqu'à récemment. J'ai partagé mes réflexions avec nos chirurgiens orthopédistes et, avec leur intérêt et leur soutien, j'ai décidé de poursuivre l'étude. » Pour celle-ci, le Dr Khurana et ses collègues ont recherché dans les dossiers médicaux électroniques de six hôpitaux des fractures cubitales isolées chez des femmes âgées de 18 à 50 ans. Ils ont identifié 62 patientes, âgées en moyenne de 31 ans. Sur ce nombre, 12 ont été confirmées pour violence conjugale et huit autres étaient soupçonnées de violence entre partenaires intimes.

Les chutes, souvent évoquées par les patientes, provoquent plutôt des fractures du radius

L'analyse des radiographies a démontré que la violence entre partenaires intimes était fortement associée à des fractures à déplacement minimal. « Les caractéristiques radiologiques que nous examinions étaient l'emplacement de la fracture, le schéma de la fracture en termes de rupture et un éventuel déplacement, poursuit le co-auteur principal de l'étude, le Dr David Sing, un résident en chirurgie orthopédique du Boston Medical Center. On identifiait en général une fracture à déplacement minimal, ce qui signifie que l'os est complètement cassé mais n'a pas changé de manière significative. »

« Les femmes souffrant de fractures ulnaires suite à la violence du partenaire intime qui hésitent à signaler le crime attribueront souvent leurs blessures à une chute, ajoute le Dr Khurana. Cependant, les chutes sont susceptibles d'entraîner plutôt une fracture du radius. » Cette observation a été corroborée par l'étude, car toutes les patientes qui n'ont pas été victimes de violence conjugale avaient des fractures ulnaires à la suite d'accidents de la route ou de heurts accidentels. Sur les huit patients pour lesquels la violence entre partenaires intimes était soupçonnée, quatre ont signalé une chute. Il est en fait rare de se casser le cubitus lors d’une chute. Si un radiologue voit une fracture ulnaire qui n’a pas été déplacée et que la femme dit qu’elle a fait une chute, c’est en fait assez préoccupant car cela évoque peut-être une violence conjugale. »

Un problème accentué lors des périodes de confinement

Les résultats de l'étude suggèrent que le dépistage de la violence entre partenaires intimes peut être sous-utilisé. La documentation officielle relative à l'évaluation ou au dépistage de la violence conjugale a été réalisée dans seulement 40% des cas de violence conjugale confirmée ou soupçonnée dans l'étude. Selon les chercheurs, les radiologues qui observent des fractures ulnaires non déplacées peuvent aider à combler ce déficit en informant le médecin du service des urgences ou le chirurgien orthopédiste qu’ils sont peut-être en présence de violence entre partenaires intimes. Le prescripteur peut alors examiner les antécédents cliniques du patient pour voir s'il y a quelque chose de suspect. « Une analyse minutieuse des examens d’imagerie précédents peut également aider les radiologues à confirmer leurs soupçons de violence entre partenaires intimes », déclare quant à lui un autre co-auteur de l’étude, le Dr Rahul Gujrathi, chercheur en radiologie au Brigham and Women’s Hospital.

Dans l'étude, par exemple, la seule analyse de l’historique des patientes a pu soulever des soupçons de violence conjugale chez 75% d’entre elles. « Nous avons des ressources que nous pouvons fournir aux patientes qui sont prisonnières de cette situation, confirme le Dr Sing. C'est particulièrement important pendant le COVID-19, où nous avons vu le taux de violences entre partenaires intimes augmenter alors que des personnes sont piégées à la maison avec leurs agresseurs. »

Le Dr Khurana, qui consacre une grande partie de ses recherches à l'identification des signes radiologiques de violence conjugale, estime qu'une prise de conscience plus répandue de l'association entre les fractures ulnaire et la violence conjugale aidera à permettre une détection et une intervention plus précoces. « Plus tôt nous pouvons aborder et changer less comportement, mieux c'est, a-t-elle conclu. Si nous diagnostiquons tôt, nous avons de meilleures chances de briser le cycle de la violence. »

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales
08/01/2021 : Selon une étude présentée lors du dernier congrès virtuel de la Radiological Society of North America (RSNA), près d’un tiers des femmes adultes qui subissent une fracture non déplacée de l’ulna peuvent être victimes de violence de leur compagnon. Les chercheurs expliquent qu’une chute, souvent évoquée par les patientes, provoque souvent fracture du radius.

L'AFPPE change de gouvernance mais ne relâche pas ses efforts pour faire évoluer le métier de manipulateur
06/01/2021 : Quelques semaines après sa prise de fonction de Président de l’AFPPE, Matthieu Caby nous accordé une longue interview. La pérennisation de l’association, les évolutions du métier de manipulateur d’électroradiologie scrutée par l’IGAS, la pénurie de professionnels, la formation initiale ou les tout nouveaux webinaires de l’AFPPE, il n’a éludé aucun sujet.

Comment mesurer l'impact de la radiologie dans les modèles de valorisation de la Santé ?
05/01/2021 : Plusieurs sociétés savantes internationales de radiologie ont contribué à l’élaboration d’un texte mettant en lumière la contribution de la spécialité à la valorisation des soins de Santé. Ce texte, publié dans le Journal Radiology, engage les acteurs de l’imagerie médicale à adopter les principes de la santé basée sur la valeur afin de contribuer à la pérennisation du système.

Comm'une opportunité pourrait faire reculer les déserts médicaux !
17/12/2020 : Avec la plateforme « Comm’une opportunité », les médecins et les territoires disposent d’un authentique outil de mise en relation spécifique. Celui pourrait faire reculer les déserts médicaux.

La HAS encadre l'exploration radiologique des cervicalgies
15/12/2020 : Des recommandations de bonne pratique en radiologie cervicale viennent d’être publiées par l’HAS après un travail réalisé en collaboration avec le G4. Si les cervicalgies non traumatiques ne nécessitent que rarement le recours à l’imagerie, les traumatiques ne sont pas toujours synonymes d’exploration radiologique.

Valorisation des forfaits techniques : l'article 99 refait surface dans le PLFSS 2021
02/12/2020 : Le PLFSS 2021, malgré les demandes d’abrogation des sénateurs, prévoit de rétablir l’article 99 relatif à la valorisation des forfaits techniques d’imagerie en coupe et de PET, les objectifs économiques n’ayant pas été atteints. La FNMR ne devrait pas tarder à réagir.

L'IA pour optimiser les flux de travail en radiologie conventionnelle
30/11/2020 : En lançant SmartXR, lors du RSNA 2020, Agfa Radiology Solution met à disposition des unités de radiologie conventionnelle un ensemble d’outils d’IA pour optimiser la qualité des acquisitions et améliorer les flux de travail des manipulateurs. Une vidéo permet d’apprécier les avantages de cette solution.

Prospective sur l'imagerie médicale à l'horizon 2023
25/11/2020 : Xerfi vient de publier une étude prospective du marché de l’imagerie médicale à l’horizon 2023. Diane Michaud, l’auteur de l’étude, commente ce travail dans une interview. Morceaux choisis…  

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Une revue exhaustive des manifestations multisystémiques du COVID-19
03/11/2020 : Deuxième volet de la revue exhaustive réalisée par la plateforme RadioGraphics sur les manifestations radiologiques du COVID-19. Une iconographie toujours aussi impressionnante des affections cardiaques, neurologiques, abdominales, pédiatriques ou musculo-squelettiques notamment, dues au virus.


Les vertébroplasties cervicales par abord transpédiculaire montrent leur efficacité
20/01/2021 : Pour réaliser une vertébroplastie cervicale, mieux vaut choisir un abord transpédiculaire postérieur. C’est ce qui ressort d’une étude strasbourgeoise publiée dans la Revue European Radiology.

Dépistage du cancer : des retards de prise en charge aux conséquences regrettables
19/01/2021 : Alors que les campagnes de dépistage du cancer ont pris du retard en 2020 pour cause de pandémie, il semble que les effets néfastes de ce délai de prise en charge ne se fassent sentir. Dans les Hauts-de-France comme partout sur le territoire on espère que la nouvelle année sera celle du retour des patients au centre de radiologie ou de cancérologie.

Inscrivez-vous au webinar dédié à l'hygiène en imagerie !
19/01/2021 : Ulrich Medical propose un webinar le 27 janvier 2020 sur le thème de l’hygiène au sein des centres d’imagerie médicale. Pour une évocation des principes qui régissent cette discipline, d’hier au Covid.

Scanner du COOVID-19 : deux systèmes de classification équivalents
18/01/2021 : Un nouvel article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging a révélé que la fréquence d'infection au COVID-19 était plus élevée chez les patients classés avec des catégories de classification CO-RADS et RSNA plus élevées. Les résultats peuvent être utiles pour déterminer la probabilité de COVID-19 et homogénéiser les pratiques sur la base du scanner thoracique, en plus des informations cliniques et de la RT-PCR.

La certification des logiciels d'IA/ML en tant que dispositifs médicaux est en marche aux USA
18/01/2021 : La certification des logiciels d’intelligence artificielle et machine learning (AI/ML) est en marche aux USA. Après un long travail collégial d’évaluation des risques pour le patient et un plan de contrôle des changements prédéterminés, la FDA vient de mettre en place un plan d’action en cinq parties pour évaluer les logiciels AI/ML en tant que dispositifs médicaux.

La plateforme de communication inter-hospotalière s'ouvre aux praticiens libéraux
16/01/2021 : La coopération ville hôpital peut désormais s’appuyer sur ROFIM, une start-up qui édite une solution de télémédecine, messagerie sécurisée et RCP s’ouvrant désormais aux praticiens libéraux.

Événement significatif en radioprotection dans un bloc opératoire de Brest
14/01/2021 : Un praticien d’une clinique de Brest a fait l’objet d’un événement significatif en radioprotection en octobre 2020. Les pratiques de prévention contre les rayonnements ionisants se sont avérées insuffisantes, ce qui explique le dépassement de dose observé sur ce praticien.

Les professionnels de Santé se prononcent sur leur vaccination anti-COVID
14/01/2021 : Medscape édition française a sondé ses lecteurs pour connaître leur opinion sur les vaccins anti-COVID. Si la majorité des médecins souhaitent se faire vacciner, les deux sortes de vaccins n’obtiennent pas le même succès.

Anomalies cardiaques décelées à l'IRM chez les patients guéris du COVID-19
13/01/2021 : Le volume extracellulaire dérivé de l'IRM et la souche longitudinale globale 2D pourraient servir de marqueurs de l'atteinte cardiaque chez des patients guéris du COVID-19, sans symptômes cardiaques ni signes cliniques de lésion myocardique. C’est le résultat d’une étude chinoise publiée dans la Revue Radiology.

La première télé-angioplastie coronaire européenne a été réalisée en Normandie
13/01/2021 : La première télé-angioplastie robotique en Europe vient d’être réalisée entre Caen et Rouen par la solution Robocath sur un modèle animal. Un espoir pour les patients résidant dans des déserts médicaux.


La certification des logiciels d'IA/ML en tant que dispositifs médicaux est en marche aux USA
18/01/2021 : La certification des logiciels d’intelligence artificielle et machine learning (AI/ML) est en marche aux USA. Après un long travail collégial d’évaluation des risques pour le patient et un plan de contrôle des changements prédéterminés, la FDA vient de mettre en place un plan d’action en cinq parties pour évaluer les logiciels AI/ML en tant que dispositifs médicaux.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

La plateforme de communication inter-hospotalière s'ouvre aux praticiens libéraux
16/01/2021 : La coopération ville hôpital peut désormais s’appuyer sur ROFIM, une start-up qui édite une solution de télémédecine, messagerie sécurisée et RCP s’ouvrant désormais aux praticiens libéraux.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Inscrivez-vous au webinar dédié à l'hygiène en imagerie !
19/01/2021 : Ulrich Medical propose un webinar le 27 janvier 2020 sur le thème de l’hygiène au sein des centres d’imagerie médicale. Pour une évocation des principes qui régissent cette discipline, d’hier au Covid.

Événement significatif en radioprotection dans un bloc opératoire de Brest
14/01/2021 : Un praticien d’une clinique de Brest a fait l’objet d’un événement significatif en radioprotection en octobre 2020. Les pratiques de prévention contre les rayonnements ionisants se sont avérées insuffisantes, ce qui explique le dépassement de dose observé sur ce praticien.

La Loi anti-cadeaux aux professionnels de Santé prend une tournure très restrictive
15/12/2020 : La Loi anti-cadeaux aux professionnels de Santé a pris, depuis le 1er octobre 2020, une orientation très restrictive. Ces derniers devront, pour la plupart, changer leurs habitudes quant à leur participation aux congrès scientifiques. Mais c’est pour les industriels que ces nouvelles mesures seront les plus pénalisantes.

Les JFR de printemps, c'est maintenant !
03/06/2020 : Le programme des JFR de printemps est annoncé. Cette session virtuelle proposera, les 4 et 5 juin 2020, des ateliers et des tables rondes sur des sujets d’actualité.