Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Angioscanner : un algorithme de deep learning pour aider à identifier les anévrismes cérébraux

Angioscanner : un algorithme de deep learning pour aider à identifier les anévrismes cérébraux

LUNDI 09 NOVEMBRE 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un outil de deep learning peut aider les médecins à identifier des anévrismes cérébraux sur l'angioscanner. Si sa sensibilité est bonne, des limites sont observées notamment dans les régions péri-osseuses.

RSNA

La détection et la caractérisation des anévrismes cérébraux sont essentielles, car le risque de rupture dépend de la taille, de la forme et de l'emplacement de ceux-ci. L'angioscanner est généralement le premier choix pour évaluer les anévrismes cérébraux. L'examen est très précis, mais les anévrismes cérébraux peuvent passer inaperçus de prime abord, en raison de leur petite taille et de la complexité du réseau vasculaire cérébral.

Un outil de deep learning pour identifier les anévrismes cérébraux à l’angioscanner

« Dans notre travail quotidien, nous sommes toujours confrontés à des cas dans lesquels certaines lésions importantes ont été manquées par l'œil humain, remarque l'auteur principal d’une étude chinoise publiée dans la Revue Radiology, le Dr Xi Long, du département de radiologie de l'hôpital de l'Union du Tongji Medical College à Wuhan (Chine). Les anévrismes cérébraux font partie de ces petites lésions qui peuvent être négligées lors de l'évaluation de routine des images radiologiques. »

Le deep learning offre un énorme potentiel en tant qu'outil complémentaire pour une interprétation plus précise des anévrismes cérébraux. Dans cette étude, le Dr Long et ses collègues ont développé un algorithme entièrement automatisé et hautement sensible pour la détection des anévrismes cérébraux sur les images d'angioscanner. Ils ont utilisé des angiogrammes de plus de 500 patients pour former le système de deep learning, puis ils l'ont testé sur 534 autres angioscanners incluant 649 anévrismes.

Une sensibilité significative pour une possible utilisation clinique

L'algorithme a détecté 633 des 649 anévrismes cérébraux pour une sensibilité de 97,5%. Il a également trouvé huit nouveaux anévrismes qui ont été négligés lors de l'interprétation initiale. L’analyse statistique a révélé que l’aide au diagnostic était la plus prononcée chez les radiologues moins expérimentés. Les résultats suggèrent que l'algorithme utilisé est prometteur en tant qu'outil de soutien pour la détection des anévrismes cérébraux avec un potentiel pour être utilisé cliniquement comme deuxième avis lors de l'interprétation des images d'angioscanner cérébral. Pour le Dr Long, il présente un certain nombre d'avantages car l'ordinateur n'est pas influencé par des facteurs tels que le niveau d'expérience, le temps de travail et l'humeur qui affectent les performances humaines.

Des résultats à améliorer notamment dans les régions péri-osseuses

Il y trouve cependant certaines limites, comme l’omission de très petits anévrismes ou d’anévrismes situés à proximité de structures de densité osseuse ou quelques rares faux positifs. « En termes simples, le système de deep learning est destiné à aider les lecteurs humains, pas à les remplacer, conclut le Dr Long. À l'heure actuelle, le rôle de ce système d'apprentissage en profondeur, qui a été formé pour reconnaître les anévrismes, est de donner des suggestions au lecteur humain pour améliorer ses performances et réduire les erreurs. Le travail combiné du lecteur humain et du système informatique améliore la précision du diagnostic pour le bien du patient. »

Le système a besoin d'une validation supplémentaire sur des données plus hétérogènes, telles que des images de personnes dans différentes parties du monde, ce qui est essentiel pour évaluer son universalité et son applicabilité au travail clinique quotidien.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Signature d'un partenariat pour la détection des AVC par IA à partir du scanner cérébral
19/11/2020 : En signant un partenariat avec Avicienna.AI, Canon Medical permet aux radiologues d’être alertés en cas d’AVC hémorragique ou ischémique lors d’un scanner cérébral.

Le Mois sans tabac ravive les besoins de scanner low dose pour le dépistage précoce du cancer du poumon
18/11/2020 : En ce mois sans tabac de sensibilisation au cancer du poumon, la FNMR souhaite interpeler les pouvoirs publics sur les avantages que pourrait apporter le scanner low dose pour le dépistage précoce de cette maladie.

Angioscanner : un algorithme de deep learning pour aider à identifier les anévrismes cérébraux
09/11/2020 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un outil de deep learning peut aider les médecins à identifier des anévrismes cérébraux sur l'angioscanner. Si sa sensibilité est bonne, des limites sont observées notamment dans les régions péri-osseuses.

Identifier des occlusions carotidiennes à l'aide du deep learning à partir de l'angioscanner
01/10/2020 : Selon une étude publiée dans la Revue Radiology, un modèle sophistiqué de deep learning peut aider à détecter rapidement les occlusions vasculaires cérébrales, ce qui peut potentiellement accélérer le début d'un traitement vital. Le modèle d’algorithme utilisé travaille sur des images d’angioscanner

Triage des patients COVID à l'hôpital : le scanner thoracique fait référence aux HCL
15/09/2020 : Une étude menée aux Hospices Civils de Lyon (HCL) montre la pertinence de la tomodensitométrie pour le triage des patients hospitalisés atteints de COVID-19. Ce travail pluridisciplinaire a été publié dans la Revue European Radiology.

Immunothérapie : le deep learning à partir des images scanner plus pertinent que celui issu de la biopsie ?
15/09/2020 : Une étude rétrospective a montré que le modèle de deep learning d'iBiopsy® pour évaluer un marqueur d’immunothérapie à partir d’images scanner donne de meilleurs résultats que la radiomique issue de la biopsie.  

Les scanners du CHU de Montpellier choisissent une plateforme innovante pour les injections
14/09/2020 : Avec la plateforme CT EXPRES 3D, le CHU de Montpellier a fait le choix, pur les injections au sein de leurs unités de tomodensitométrie, d'un dispositif innovant, sécurisé, simple, économe et assurant une meilleure maîtrise du risque infectieux. Les radiologues responsables de ces unités reviennent pour nous sur les avantages de ce dispositif.

Lésions pulmonaires provoquées par le vapotage : un modèle scanographique identifié
01/09/2020 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology : Cardiothoracic Imaging, les pathologies pulmonaires causées par le vapotage entrainent des imafges scanographiques caractéristiques. Ces modèles pourraient aider les médecins à poser des diagnostics précis et à réduire les biopsies inutiles.

MIDRC, la basse de données COVID des sociétés savantes américaines
14/08/2020 : En créant le Medical Imaging Ressource and Data Center (MIDRC), les sociétés savantes américaines s’associent pour créer des outils pour la détection, le diagnostic et le pronostic de COVID-19. Plus de vingt laboratoires universitaires sont impliqués dans le projet.

Identifier les zones de faible densité minérale osseuse lors d'un scanner cardiaque
15/07/2020 : Les examens de tomodensitométrie cardiaque effectués pour évaluer la santé cardiaque fournissent également un moyen efficace de dépister l'ostéoporose. Cette extrapolation pourrait accélérer le traitement des patients non diagnostiqués auparavant, selon une étude publiée dans Radiology.


Signature d'un partenariat pour la détection des AVC par IA à partir du scanner cérébral
19/11/2020 : En signant un partenariat avec Avicienna.AI, Canon Medical permet aux radiologues d’être alertés en cas d’AVC hémorragique ou ischémique lors d’un scanner cérébral.

Le suivi IRM des joueurs de tennis en surpoids objective une dégénérescence cartilagineuse accrue des genoux
19/11/2020 : Les sports de raquette semblent accélérer la dégénérescence des articulations du genou chez les personnes en surpoids souffrant d'arthrose, selon une étude présentée lors du dernier congrès de la Radiological Society of North America (RSNA). Une surcharge articulaire nocive déclenchant un stress de contact accru sur le ménisque sont des pistes pour expliquer le phénomène.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Le Mois sans tabac ravive les besoins de scanner low dose pour le dépistage précoce du cancer du poumon
18/11/2020 : En ce mois sans tabac de sensibilisation au cancer du poumon, la FNMR souhaite interpeler les pouvoirs publics sur les avantages que pourrait apporter le scanner low dose pour le dépistage précoce de cette maladie.

Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Audiences records pour l'IDoR 2020
16/11/2020 : L’IDoR 2020 a connu un engouement sans précédent cette année. Le rôle majeur tenu par l’imagerie médicale dans le diagnostic et le traitement de la maladie à COVID-19 y a contribué grandement et les retours d’expérience feront l’objet d’un livre électronique.

Robocath s'ouvre au marché chinois
12/11/2020 : Afin d’adresser le marché de l’imagerie interventionnelle chinois, Robocath vient de créer, avec MedBot, une joint-venture. L’assemblage de la plateforme R-One et la fabrication de consommables seront réalisés sur place.

La Profession Médicale Intermédiaire sera pluridisciplinaire ou ne sera pas
12/11/2020 : Alors qu’une proposition de Loi souhaite créer une Profession Médicale Intermédiaire (PMI), les manipulateurs, comme les autres professionnels paramédicaux - hors infirmier – sont exclus des discussions. Ils contestent, de même que les cadres de santé, cette disposition et souhaitent faire entendre leur voix.

La radiothérapie intra-opératoire est de retour
11/11/2020 : La radiothérapie per-opératoire est de nouveau très utilisée de nos jours et ses indications sont bénéfiques pour les patients. C’est ce qu’a montré un récent webinar diffusé sur la plateforme Oncostream.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.


Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Une revue exhaustive des manifestations multisystémiques du COVID-19
03/11/2020 : Deuxième volet de la revue exhaustive réalisée par la plateforme RadioGraphics sur les manifestations radiologiques du COVID-19. Une iconographie toujours aussi impressionnante des affections cardiaques, neurologiques, abdominales, pédiatriques ou musculo-squelettiques notamment, dues au virus.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.