Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Dispositifs implantables et IRM : une nouvelle évaluation des risques ?

Dispositifs implantables et IRM : une nouvelle évaluation des risques ?

LUNDI 26 OCTOBRE 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude publiée dans Radiology: Cardiothoracic Imaging, les examens d’IRM peuvent être effectués en toute sécurité chez les patients porteurs d'appareils cardiaques non compatibles IRM, notamment ceux qui dépendent d’un stimulateur cardiaque ou les sondes d'entrainement abandonnées.

RSNA

Des millions de personnes dans le monde comptent sur des dispositifs cardiaques implantés tels que des stimulateurs cardiaques ou les défibrillateurs automatiques implantables (DCI) pour aider à stabiliser ou contrôler leurs rythmes cardiaques.

De nombreux patients interdits d’IRM pour cause de dispositif implanté

La plupart d’entre eux sont interdits d’examen d’IRM, par crainte de surchauffe de métal dans les appareils, ce qui peut endommager le tissu cardiaque ainsi que les dispositifs eux-mêmes. La Food and Drug Administration (FDA) américaine a identifié un sous-ensemble de dispositifs cardiaques implantables compatibles IRM sous conditions, ce qui signifie qu'ils ne présentent aucun danger connu dans des conditions spécifiées.

« Alors que tous les dispositifs implantés chez les patients aujourd'hui sont compatibles avec l'IRM, des millions de personnes dans le monde, y compris de nombreux jeunes, ont des dispositifs plus anciens considérés comme non compatibles, précise le Dr Sanjaya K. Gupta, du Mid America Heart Institute de Saint Luke à Kansas Ville (Missouri – USA), et auteur principal d’une étude sur le sujet publiée dans la Revue Radiology : Cardiothoracic Imaging. Il est injuste de dire à ces personnes qu’elles ne pourront pas subir d’IRM pour le reste de leur vie. »

Le registre PROMeNADe pour évaluer plus précisément le risque

Des recherches antérieures ont démontré l'innocuité de la réalisation d'examens IRM chez des patients portant des appareils non compatibles IRM. Cependant, ces études n’ont pas pris en compte les patients dépendants d’un DCI ou d’un stimulateur cardiaque ou ceux dont le cœur ne fonctionne pas si le défibrillateur est retiré ou cesse de fonctionner. Pour développer une image plus complète du risque, le Dr Gupta et ses collègues ont créé le registre des patients de l'imagerie par résonance magnétique présentant des dispositifs non approuvés (PROMeNADe). Ils ont inscrit plus de 500 participants qui avaient subi un total de 608 examens IRM, dont 61 IRM cardiaques. Dans cette cohorte figuraient des personnes appartenant à des groupes non pris en compte dans les recherches précédentes, notamment porteuses de sondes d’entrainement sectionnées ou abandonnées.

Aucun événement indésirable lorsque les dispositifs sont désactivés

Les patients ont fait contrôler leurs appareils avant et après chaque IRM et leurs signes vitaux ont été surveillés de près par une infirmière pendant leur passage au scanner. Les appareils ont été mis en mode asynchrone chez les patients dépendants d'un stimulateur cardiaque avant d'entrer dans le scanner. Les patients équipés de DCI voyaient leurs thérapies de tachycardie désactivées pendant l'IRM.

Les résultats ont démontré que les examens d'IRM, y compris les examens d'IRM thoracique, peuvent être effectués en toute sécurité chez les patients atteints de troubles cardiaques dépendant d'un stimulateur cardiaque et ceux portant des dispositifs non compatibles ou des sondes abandonnées. « Il n'y a eu aucun événement indésirable, a déclaré le Dr Gupta. Le protocole a très bien fonctionné. Nous n'avons eu aucun problème avec aucun des patients et aucun dommage aux appareils. »

Une réelle avancée pour le suivi des patients

Le registre est maintenant la plus grande série d'examens IRM jamais réalisée chez des patients atteints de troubles cardiaques dépendant d'un stimulateur cardiaque. Il est également le deuxième en importance chez les patients avec des dérivations abandonnées ou fracturées et le troisième en importance pour des appareils non compatibles. Les résultats d'une enquête auprès des médecins qui avaient confié les patients pour une IRM révèlent que les résultats de l'IRM ont changé le diagnostic suspecté (25% des cas) et changé le pronostic suspecté chez 26% des participants, le traitement médical ou chirurgical prévu étant modifié pour 42% des cas. Cette étude a été inspirée, en partie, par le cas d'une patiente atteinte d'une tumeur au cerveau qui n'a pas faire l’objet d'examens d’IRM cruellement nécessaires parce que son stimulateur cardiaque n'était pas compatible et a dû plusieurs chirurgies à risque.

« Beaucoup de travail a été consacré à cette étude, mais cela en vaut la peine si l'on considère toutes les vies touchées, a déclaré le Dr Gupta. J'ai l'impression que cela fait une différence pour beaucoup de gens.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Le suivi IRM des joueurs de tennis en surpoids objective une dégénérescence cartilagineuse accrue des genoux
19/11/2020 : Les sports de raquette semblent accélérer la dégénérescence des articulations du genou chez les personnes en surpoids souffrant d'arthrose, selon une étude présentée lors du dernier congrès de la Radiological Society of North America (RSNA). Une surcharge articulaire nocive déclenchant un stress de contact accru sur le ménisque sont des pistes pour expliquer le phénomène.

Dispositifs implantables et IRM : une nouvelle évaluation des risques ?
26/10/2020 : Selon une étude publiée dans Radiology: Cardiothoracic Imaging, les examens d’IRM peuvent être effectués en toute sécurité chez les patients porteurs d'appareils cardiaques non compatibles IRM, notamment ceux qui dépendent d’un stimulateur cardiaque ou les sondes d'entrainement abandonnées.

Actualité du parc IRM français en septembre 2020
23/09/2020 : Dans notre série sur l’évolution des installations d’IRM en France, la presse régionale rapporte de nouvelles installations à Créteil, à Montpellier, à Romilly-sur-Seine et à Prades.

L'IRM cardiaque pour sécuriser la reprise des athlètes victimes de myocardite post COVID-19
21/09/2020 : Dans une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’État de l'Ohio (USA) et publiée en ligne dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Cardiology, l’IRM cardiaque est efficace pour identifier une myocardite due au COVID-19 chez les athlètes et peut aider à déterminer leur reprise de compétition en toute sécurité.

Succès d'audience pour le premier cours d'automne ESOR
07/09/2020 : Ce sont plus de 300 personnes qui ont suivi le premier de la série de cours d’automne organisés en ligne par l’European School of Radiology (ESOR) sur l’IRM abdominale. Prochain numéro le 11 septembre 2020 consacré à) la neuroradiologie.

Exploration pré-TAVI : Angio-IRM sans injection ou Angioscanner ?
21/08/2020 : L’évaluation des dimensions des vaisseaux par angio-IRM sans contraste lors des examens pré-opératoires en vue de la pose d’un TAVI est relativement bien corrélée avec les mesures provenant d’un angioscanner. Une étude parue dans la Revue European Radiology le montre, les chercheurs observant qu’il s’agit d’un gain de chance pour les patients insuffisants rénaux.

Le large spectre de pathologies cérébrales liées au COVID-19
05/08/2020 : Une étude suédoise rapporte un large spectre de pathologies neurologiques liées au COVID-19. Dans la Revue Radiology, les chercheurs ont identifié des anomalies en majorité vasculaires et inflammatoires.

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

COVID-19 : une étude française recueille les signes cérébraux fréquents à l'IRM
18/06/2020 : Une nouvelle étude multi-institutionnelle française publiée dans la revue Radiology identifie les tendances des résultats anormaux d’IRM cérébrale chez les patients atteints de COVID-19. Des anomalies temporales et des lésions hémorragiques sont souvent constatées.

Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.


Signature d'un partenariat pour la détection des AVC par IA à partir du scanner cérébral
19/11/2020 : En signant un partenariat avec Avicienna.AI, Canon Medical permet aux radiologues d’être alertés en cas d’AVC hémorragique ou ischémique lors d’un scanner cérébral.

Le suivi IRM des joueurs de tennis en surpoids objective une dégénérescence cartilagineuse accrue des genoux
19/11/2020 : Les sports de raquette semblent accélérer la dégénérescence des articulations du genou chez les personnes en surpoids souffrant d'arthrose, selon une étude présentée lors du dernier congrès de la Radiological Society of North America (RSNA). Une surcharge articulaire nocive déclenchant un stress de contact accru sur le ménisque sont des pistes pour expliquer le phénomène.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Le Mois sans tabac ravive les besoins de scanner low dose pour le dépistage précoce du cancer du poumon
18/11/2020 : En ce mois sans tabac de sensibilisation au cancer du poumon, la FNMR souhaite interpeler les pouvoirs publics sur les avantages que pourrait apporter le scanner low dose pour le dépistage précoce de cette maladie.

Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Audiences records pour l'IDoR 2020
16/11/2020 : L’IDoR 2020 a connu un engouement sans précédent cette année. Le rôle majeur tenu par l’imagerie médicale dans le diagnostic et le traitement de la maladie à COVID-19 y a contribué grandement et les retours d’expérience feront l’objet d’un livre électronique.

Robocath s'ouvre au marché chinois
12/11/2020 : Afin d’adresser le marché de l’imagerie interventionnelle chinois, Robocath vient de créer, avec MedBot, une joint-venture. L’assemblage de la plateforme R-One et la fabrication de consommables seront réalisés sur place.

La Profession Médicale Intermédiaire sera pluridisciplinaire ou ne sera pas
12/11/2020 : Alors qu’une proposition de Loi souhaite créer une Profession Médicale Intermédiaire (PMI), les manipulateurs, comme les autres professionnels paramédicaux - hors infirmier – sont exclus des discussions. Ils contestent, de même que les cadres de santé, cette disposition et souhaitent faire entendre leur voix.

La radiothérapie intra-opératoire est de retour
11/11/2020 : La radiothérapie per-opératoire est de nouveau très utilisée de nos jours et ses indications sont bénéfiques pour les patients. C’est ce qu’a montré un récent webinar diffusé sur la plateforme Oncostream.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.


Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Une revue exhaustive des manifestations multisystémiques du COVID-19
03/11/2020 : Deuxième volet de la revue exhaustive réalisée par la plateforme RadioGraphics sur les manifestations radiologiques du COVID-19. Une iconographie toujours aussi impressionnante des affections cardiaques, neurologiques, abdominales, pédiatriques ou musculo-squelettiques notamment, dues au virus.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Signature d'un partenariat pour la détection des AVC par IA à partir du scanner cérébral
19/11/2020 : En signant un partenariat avec Avicienna.AI, Canon Medical permet aux radiologues d’être alertés en cas d’AVC hémorragique ou ischémique lors d’un scanner cérébral.