Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Echographie > Quand les ultrasons peuvent traiter sélectivement un cancer de la prostate

Quand les ultrasons peuvent traiter sélectivement un cancer de la prostate

LUNDI 08 JUIN 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les applications de l’échothérapie ne cessent d’étendre leur domaine d’action. Le Dr Joseph J. Busch, dans un entretien à la Revue Interventional oncology, parle de la technologie TULSA pour le traitement du cancer de la prostate par voie trans-urétérale.

Interventional oncology

Dans un entretien donné à la Revue Interventional oncology, le Dr Joseph J. Busch, éminent radiiologue oncologique et membre de l’International Cancer Imaging Society (ICIS) et patron du Busch Center, un centre d'imagerie médicale situé à Alpharetta, en Géorgie (USA), dédié au diagnostic et au traitement du cancer de la prostate, évoque l'intégration du traitement TULSA récemment approuvé par la Food & Drug Administration (FDA) dans sa pratique.

Un faisceau d'ultrasons à haute intensité envoyés depuis la lumière de l'urètre

TULSA (Transureteral ULtrasound Ablation) est parfois appelée ablation « à l'envers ». Cette technologie existe depuis environ 10 ans pour le traitement du cancer de la prostate, et le proof of concept a été fait lorsque des chercheurs ont d'abord utilisé des modèles animaux pour démontrer qu'ils pouvaient utiliser cet appareil pour tirer un faisceau d'ultrasons à haute intensité depuis la lumière de l'urètre vers l'intérieur de la prostate pour y détruire les tumeurs, puis ils l’ont appliqué en clinique. Après le traitement, ils ont retiré les prostates chirurgicalement et ont démontré que le cancer avait disparu.

« Après avoir terminé les essais de validation de principe dans les essais sur les animaux et les essais de phase 1 sur les humains, ils ont étendu les essais dans le monde entier à plusieurs universités, déclare-t-il. Ils ont traité la glande entière avec TULSA et l'ont comparée à la prostatectomie, avec des données sur 4 ans maintenant disponibles. » Les études ont, en outre, montré que 90% des hommes qui avaient une fonction sexuelle avant la procédure pouvaient conserver leur fonction sexuelle par la suite, de même que le contrôle de la vessie dans 98% des cas, ce qui permet de penser que la toxicité de la procédure TULSA semble être moindre par rapport à la prostatectomie. Les résultats de l'essai de phase 2 ont donc convaincu la FDA d’approuver l'utilisation de TULSA aux USA.

Une technologie venur des Pays-Bas

« Le Busch center est le premier site au monde à effectuer cette procédure sans anesthésie générale, poursuit-il. Cela est possible grâce à l’intervention de nos Certified Registered Nurses Anesthesist qui utilisent le MAC (gestion des soins d'anesthésie) et la MPM (gestion multimodale de la douleur). Les patients peuvent quitter le centre avec un cathéter en place pendant quelques jours seulement. Bien sûr, nous ne connaissons pas les résultats avant 6 à 12 mois, mais les procédures elles-mêmes se sont bien déroulées. »

Cette technologie a vu le jour aux Pays-Bas, avec le Dr Jurgen Futterer et permettait, pour la première fois, de ne traiter que le cancer, plutôt que la glande entière. « Une chose passionnante que nous avons vue en Europe est que si le cancer réapparaît même après une thérapie focale, le radiologue peut le retraiter de manière focalisée, ajoute le Dr Busch. Une étude californienne qui sera bientôt publiée a montré que le patient se porte beaucoup mieux après plusieurs traitements focaux que s'il présente une récidive de cancer après une prostatectomie ou une radiothérapie. La qualité de vie est plus élevée après TULSA ou ablation laser focale ».

Des applications pour les affectiions métastatiques ou pour l'hypertrophie prostatique

Reste que cette technologie est efficace que si le cancer est limité à la prostate seule. Si la vésicule séminale, le diaphragme ou le sphincter sont touchés, un traitement plus traditionnel comme la radiothérapie semble plus approprié. Mais le Dr Busch pense qu’il peut avoir des avantages en cas de lésions métatastiques. « Si un patient a des ganglions lymphatiques positifs, conclut-il, toute la glande de la prostate pourrait être traitée avec TULSA en une journée, suivie d'un traitement localisé des ganglions lymphatiques par irradiation sur une période d'une semaine. Le patient aurait terminé tous ses traitements en une semaine au lieu de 6 semaines. Je pense donc qu'il existe de nombreuses utilisations potentielles futures de la technologie TULSA. ». De même, cette dernière peut s’avérer être un bon moyen de rétrécir la glande prostatique, d’après les derniers résultats européens.

Bruno Benque avec Interventional oncology


toshiba

Un nouvel essai clinique implique les ultrasons thérapeutiques pour traiter le glioblastome
06/01/2021 : Le dispositif SonoCloud-9 fait l’objet d’un nouvel essai clinique sur des patients atteints de glioblastome. Il s’agit d’ouvrir, par ce procédé ultrasonore implantable, d’ouvrir la barrière hémato-encéphalique pour administrer un médicament spécifique

L'échographe ultra-portable T-Lite peut désormais adresser le marché américain
14/12/2020 : T-Lite, l’échographe ultra-portable du constructeur français Sonoscanner, vient d’obtenir l’agrément FDA. Une confirmation supplémentaire de la qualité de ce type d’appareil d’imagerie médicale.

Résultats significatifs pour le traitement de la prostate par ultrasons à haute énergie (HIFU)
09/09/2020 : Le traitement du cancer de la prostate par ultrasons à haute énergie a fait l’objet de la plus grande étude américaine, publiée dans le Journal of Urology. Les résultats sont significativement positifs et le traitement entraine peu d’effets secondaires.

Le cortex visuel étudié par imagerie ultrasonore ultrarapide
22/06/2020 : Un travail de recherche pluridisciplinaire sur l’imagerie ultrasonore ultrarapide a montré l’aptitude de cette technologie à visualiser des structures fonctionnelles cérébrales profondes du cortex visuel. Un nouveau champ d’investigation s’ouvre pour la compréhension du cerveau.

Quand les ultrasons peuvent traiter sélectivement un cancer de la prostate
08/06/2020 : Les applications de l’échothérapie ne cessent d’étendre leur domaine d’action. Le Dr Joseph J. Busch, dans un entretien à la Revue Interventional oncology, parle de la technologie TULSA pour le traitement du cancer de la prostate par voie trans-urétérale.

Abords veineux difficiles : les apports du POCUS
04/02/2020 : Dans sa pratique, le Dr Alexandros Mallios, chirurgien vasculaire à l’Institut Mutualiste Montsouris (IMM) à Paris, développe depuis quelques années une technique d’abord percutanée de la fistule artério-veineuse guidée par échographie chez les patients sous hémodialyse.

Les avancées des ultrasons thérapeutiques présentées au congrès de la SNO
20/11/2019 : À l’occasion du 24ème congrès de la SNO, le Sonocloud, dispositif ultrasonore thérapeutique, fait l’objet actuellement de présentations sur les avancées relatives à cette technologie.

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Une désinfection de haut niveau des sondes pour une activité d'échographie à la qualité améliorée
03/10/2019 : Les nouvelles recommandations de la HAS concernant la désinfection des sondes d'échographie sont susceptibles d'évoluer, comme le préconisent les sociétés scientifiques mondiales. Dans ce cadre, le dispositif Chronos de Germitec répond à tous les référentiels sans affecter le workflow du centre d'imagerie.

Les rugbymen du Stade toulousain comme cohorte d'une étude sur l'évolution des lésions musculaires
30/09/2019 : À l'occasion d'une visite dans les locaux médicaux du Stade toulousain, nous avons rencontré le Dr Philippe Izard et le Pr Nicolas Sans qui viennent de lancer une étude sur la gradation des blessures musculaires des rugbymen professionnels. L'élastographie, la clinique et la génétique seront au centre du diagnostic prospectif qu'ils tenteront d'établir.


Valorisation des forfaits techniques : le Ministère n'a pas tenu ses engagements selon le G4
25/01/2021 : En guise de vœux pour la nouvelle année, le législateur a décidé de remettre en service le fameux Article 99 encadrant les tarifs des actes d’imagerie lourde, estimant que les objectifs de la pertinence des actes n'avaient pas été atteints. Le G4 vient de réagir pour dénoncer le non-respect des engagements pris par le Ministère.

Les vertébroplasties cervicales par abord transpédiculaire montrent leur efficacité
20/01/2021 : Pour réaliser une vertébroplastie cervicale, mieux vaut choisir un abord transpédiculaire postérieur. C’est ce qui ressort d’une étude strasbourgeoise publiée dans la Revue European Radiology.

Dépistage du cancer : des retards de prise en charge aux conséquences regrettables
19/01/2021 : Alors que les campagnes de dépistage du cancer ont pris du retard en 2020 pour cause de pandémie, il semble que les effets néfastes de ce délai de prise en charge ne se fassent sentir. Dans les Hauts-de-France comme partout sur le territoire on espère que la nouvelle année sera celle du retour des patients au centre de radiologie ou de cancérologie.

Inscrivez-vous au webinar dédié à l'hygiène en imagerie !
19/01/2021 : Ulrich Medical propose un webinar le 27 janvier 2020 sur le thème de l’hygiène au sein des centres d’imagerie médicale. Pour une évocation des principes qui régissent cette discipline, d’hier au Covid.

Scanner du COOVID-19 : deux systèmes de classification équivalents
18/01/2021 : Un nouvel article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging a révélé que la fréquence d'infection au COVID-19 était plus élevée chez les patients classés avec des catégories de classification CO-RADS et RSNA plus élevées. Les résultats peuvent être utiles pour déterminer la probabilité de COVID-19 et homogénéiser les pratiques sur la base du scanner thoracique, en plus des informations cliniques et de la RT-PCR.

La certification des logiciels d'IA/ML en tant que dispositifs médicaux est en marche aux USA
18/01/2021 : La certification des logiciels d’intelligence artificielle et machine learning (AI/ML) est en marche aux USA. Après un long travail collégial d’évaluation des risques pour le patient et un plan de contrôle des changements prédéterminés, la FDA vient de mettre en place un plan d’action en cinq parties pour évaluer les logiciels AI/ML en tant que dispositifs médicaux.

La plateforme de communication inter-hospotalière s'ouvre aux praticiens libéraux
16/01/2021 : La coopération ville hôpital peut désormais s’appuyer sur ROFIM, une start-up qui édite une solution de télémédecine, messagerie sécurisée et RCP s’ouvrant désormais aux praticiens libéraux.

Événement significatif en radioprotection dans un bloc opératoire de Brest
14/01/2021 : Un praticien d’une clinique de Brest a fait l’objet d’un événement significatif en radioprotection en octobre 2020. Les pratiques de prévention contre les rayonnements ionisants se sont avérées insuffisantes, ce qui explique le dépassement de dose observé sur ce praticien.

Les professionnels de Santé se prononcent sur leur vaccination anti-COVID
14/01/2021 : Medscape édition française a sondé ses lecteurs pour connaître leur opinion sur les vaccins anti-COVID. Si la majorité des médecins souhaitent se faire vacciner, les deux sortes de vaccins n’obtiennent pas le même succès.

Anomalies cardiaques décelées à l'IRM chez les patients guéris du COVID-19
13/01/2021 : Le volume extracellulaire dérivé de l'IRM et la souche longitudinale globale 2D pourraient servir de marqueurs de l'atteinte cardiaque chez des patients guéris du COVID-19, sans symptômes cardiaques ni signes cliniques de lésion myocardique. C’est le résultat d’une étude chinoise publiée dans la Revue Radiology.


Les signes radiologiques abdominaux qui pourraient être induits par le COVID-19
12/05/2020 : En plus des affections pulmonaires, les patients atteints de COVID-19 peuvent présenter certaines anomalies intestinales. Une étude publiée dans la Revue Radiology objective une ischémie intestinale allant jusqu’à la nécrose ou des collections aériques porte ou dans la paroi intestinale.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Valorisation des forfaits techniques : le Ministère n'a pas tenu ses engagements selon le G4
25/01/2021 : En guise de vœux pour la nouvelle année, le législateur a décidé de remettre en service le fameux Article 99 encadrant les tarifs des actes d’imagerie lourde, estimant que les objectifs de la pertinence des actes n'avaient pas été atteints. Le G4 vient de réagir pour dénoncer le non-respect des engagements pris par le Ministère.

Inscrivez-vous au webinar dédié à l'hygiène en imagerie !
19/01/2021 : Ulrich Medical propose un webinar le 27 janvier 2020 sur le thème de l’hygiène au sein des centres d’imagerie médicale. Pour une évocation des principes qui régissent cette discipline, d’hier au Covid.

La certification des logiciels d'IA/ML en tant que dispositifs médicaux est en marche aux USA
18/01/2021 : La certification des logiciels d’intelligence artificielle et machine learning (AI/ML) est en marche aux USA. Après un long travail collégial d’évaluation des risques pour le patient et un plan de contrôle des changements prédéterminés, la FDA vient de mettre en place un plan d’action en cinq parties pour évaluer les logiciels AI/ML en tant que dispositifs médicaux.

Scanner du COOVID-19 : deux systèmes de classification équivalents
18/01/2021 : Un nouvel article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging a révélé que la fréquence d'infection au COVID-19 était plus élevée chez les patients classés avec des catégories de classification CO-RADS et RSNA plus élevées. Les résultats peuvent être utiles pour déterminer la probabilité de COVID-19 et homogénéiser les pratiques sur la base du scanner thoracique, en plus des informations cliniques et de la RT-PCR.

Les nouveaux territoires de la radiologie débattus par ceux qui la font évoluer
06/01/2021 : C’est à une session très didactique que nous a convié Ortus avec sa web émission « Nouveau territoires de la radiologie ». La recherche, les parcours de soins, la place de l’imagerie dans celui-ci, l’imagerie hybride ou l’intelligence artificielle ont été notamment évoqués.

L'étude NELSON promeut le dépistage du cancer du poumon par scanner
10/02/2020 : Le New England Journal of Medicine a publié, dernièrement les résultats de l’étude NELSON sur le dépistage du cancer du poumon chez les fumeurs. Il semble que le scanner low dose puisse significativement réduire le taux de mortalité de ces populations.

Lésions pulmonaires provoquées par le vapotage : un modèle scanographique identifié
01/09/2020 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology : Cardiothoracic Imaging, les pathologies pulmonaires causées par le vapotage entrainent des imafges scanographiques caractéristiques. Ces modèles pourraient aider les médecins à poser des diagnostics précis et à réduire les biopsies inutiles.

Dépistage du cancer : des retards de prise en charge aux conséquences regrettables
19/01/2021 : Alors que les campagnes de dépistage du cancer ont pris du retard en 2020 pour cause de pandémie, il semble que les effets néfastes de ce délai de prise en charge ne se fassent sentir. Dans les Hauts-de-France comme partout sur le territoire on espère que la nouvelle année sera celle du retour des patients au centre de radiologie ou de cancérologie.