Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Echographie > Quand les ultrasons peuvent traiter sélectivement un cancer de la prostate

Quand les ultrasons peuvent traiter sélectivement un cancer de la prostate

LUNDI 08 JUIN 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les applications de l’échothérapie ne cessent d’étendre leur domaine d’action. Le Dr Joseph J. Busch, dans un entretien à la Revue Interventional oncology, parle de la technologie TULSA pour le traitement du cancer de la prostate par voie trans-urétérale.

Interventional oncology

Dans un entretien donné à la Revue Interventional oncology, le Dr Joseph J. Busch, éminent radiiologue oncologique et membre de l’International Cancer Imaging Society (ICIS) et patron du Busch Center, un centre d'imagerie médicale situé à Alpharetta, en Géorgie (USA), dédié au diagnostic et au traitement du cancer de la prostate, évoque l'intégration du traitement TULSA récemment approuvé par la Food & Drug Administration (FDA) dans sa pratique.

Un faisceau d'ultrasons à haute intensité envoyés depuis la lumière de l'urètre

TULSA (Transureteral ULtrasound Ablation) est parfois appelée ablation « à l'envers ». Cette technologie existe depuis environ 10 ans pour le traitement du cancer de la prostate, et le proof of concept a été fait lorsque des chercheurs ont d'abord utilisé des modèles animaux pour démontrer qu'ils pouvaient utiliser cet appareil pour tirer un faisceau d'ultrasons à haute intensité depuis la lumière de l'urètre vers l'intérieur de la prostate pour y détruire les tumeurs, puis ils l’ont appliqué en clinique. Après le traitement, ils ont retiré les prostates chirurgicalement et ont démontré que le cancer avait disparu.

« Après avoir terminé les essais de validation de principe dans les essais sur les animaux et les essais de phase 1 sur les humains, ils ont étendu les essais dans le monde entier à plusieurs universités, déclare-t-il. Ils ont traité la glande entière avec TULSA et l'ont comparée à la prostatectomie, avec des données sur 4 ans maintenant disponibles. » Les études ont, en outre, montré que 90% des hommes qui avaient une fonction sexuelle avant la procédure pouvaient conserver leur fonction sexuelle par la suite, de même que le contrôle de la vessie dans 98% des cas, ce qui permet de penser que la toxicité de la procédure TULSA semble être moindre par rapport à la prostatectomie. Les résultats de l'essai de phase 2 ont donc convaincu la FDA d’approuver l'utilisation de TULSA aux USA.

Une technologie venur des Pays-Bas

« Le Busch center est le premier site au monde à effectuer cette procédure sans anesthésie générale, poursuit-il. Cela est possible grâce à l’intervention de nos Certified Registered Nurses Anesthesist qui utilisent le MAC (gestion des soins d'anesthésie) et la MPM (gestion multimodale de la douleur). Les patients peuvent quitter le centre avec un cathéter en place pendant quelques jours seulement. Bien sûr, nous ne connaissons pas les résultats avant 6 à 12 mois, mais les procédures elles-mêmes se sont bien déroulées. »

Cette technologie a vu le jour aux Pays-Bas, avec le Dr Jurgen Futterer et permettait, pour la première fois, de ne traiter que le cancer, plutôt que la glande entière. « Une chose passionnante que nous avons vue en Europe est que si le cancer réapparaît même après une thérapie focale, le radiologue peut le retraiter de manière focalisée, ajoute le Dr Busch. Une étude californienne qui sera bientôt publiée a montré que le patient se porte beaucoup mieux après plusieurs traitements focaux que s'il présente une récidive de cancer après une prostatectomie ou une radiothérapie. La qualité de vie est plus élevée après TULSA ou ablation laser focale ».

Des applications pour les affectiions métastatiques ou pour l'hypertrophie prostatique

Reste que cette technologie est efficace que si le cancer est limité à la prostate seule. Si la vésicule séminale, le diaphragme ou le sphincter sont touchés, un traitement plus traditionnel comme la radiothérapie semble plus approprié. Mais le Dr Busch pense qu’il peut avoir des avantages en cas de lésions métatastiques. « Si un patient a des ganglions lymphatiques positifs, conclut-il, toute la glande de la prostate pourrait être traitée avec TULSA en une journée, suivie d'un traitement localisé des ganglions lymphatiques par irradiation sur une période d'une semaine. Le patient aurait terminé tous ses traitements en une semaine au lieu de 6 semaines. Je pense donc qu'il existe de nombreuses utilisations potentielles futures de la technologie TULSA. ». De même, cette dernière peut s’avérer être un bon moyen de rétrécir la glande prostatique, d’après les derniers résultats européens.

Bruno Benque avec Interventional oncology


Traitement du cancer de la prostate : les ultrasons focalisés sont plus efficaces guidés par l'IRM
02/02/2021 : Un traitement du cancer de la prostate basé sur les ultrasons focalisés à haute énergie semble plus efficace s’il est guidé par l’IRM. Dans une éude publiée dans la Revue Radiology, les chercheurs remarquent que cette technologie peut les aider à évaluer la température de la zone à traiter ainsi que sa vascularisation.

Lutte contre le COVID-19 : rester vigilant à propos du gel d'échographie
27/01/2021 : Les autorités sanitaires anglaises ont élaboré dernièrement un document de bonnes pratiques en hygiène hospitalière pour l’utilisation du gel d’échographie. Les recommandations qu’elles éditent tombent, certes, sous le sens, mais elles ne sont pas inutiles pour rester acteur de la lutte contre le COVID-19, en ces temps troublés et à forte charge de travail.

Un nouvel essai clinique implique les ultrasons thérapeutiques pour traiter le glioblastome
06/01/2021 : Le dispositif SonoCloud-9 fait l’objet d’un nouvel essai clinique sur des patients atteints de glioblastome. Il s’agit d’ouvrir, par ce procédé ultrasonore implantable, d’ouvrir la barrière hémato-encéphalique pour administrer un médicament spécifique

L'échographe ultra-portable T-Lite peut désormais adresser le marché américain
14/12/2020 : T-Lite, l’échographe ultra-portable du constructeur français Sonoscanner, vient d’obtenir l’agrément FDA. Une confirmation supplémentaire de la qualité de ce type d’appareil d’imagerie médicale.

Résultats significatifs pour le traitement de la prostate par ultrasons à haute énergie (HIFU)
09/09/2020 : Le traitement du cancer de la prostate par ultrasons à haute énergie a fait l’objet de la plus grande étude américaine, publiée dans le Journal of Urology. Les résultats sont significativement positifs et le traitement entraine peu d’effets secondaires.

Le cortex visuel étudié par imagerie ultrasonore ultrarapide
22/06/2020 : Un travail de recherche pluridisciplinaire sur l’imagerie ultrasonore ultrarapide a montré l’aptitude de cette technologie à visualiser des structures fonctionnelles cérébrales profondes du cortex visuel. Un nouveau champ d’investigation s’ouvre pour la compréhension du cerveau.

Quand les ultrasons peuvent traiter sélectivement un cancer de la prostate
08/06/2020 : Les applications de l’échothérapie ne cessent d’étendre leur domaine d’action. Le Dr Joseph J. Busch, dans un entretien à la Revue Interventional oncology, parle de la technologie TULSA pour le traitement du cancer de la prostate par voie trans-urétérale.

Abords veineux difficiles : les apports du POCUS
04/02/2020 : Dans sa pratique, le Dr Alexandros Mallios, chirurgien vasculaire à l’Institut Mutualiste Montsouris (IMM) à Paris, développe depuis quelques années une technique d’abord percutanée de la fistule artério-veineuse guidée par échographie chez les patients sous hémodialyse.

Les avancées des ultrasons thérapeutiques présentées au congrès de la SNO
20/11/2019 : À l’occasion du 24ème congrès de la SNO, le Sonocloud, dispositif ultrasonore thérapeutique, fait l’objet actuellement de présentations sur les avancées relatives à cette technologie.

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.


Trois projets intégrant l'IA dans les procédures de radiothérapie au Centre Léon Bérard
14/04/2021 : L’Intelligence artificielle trouve de plus en plus d’applications sur le champ de la radiothérapie. C’est ainsi que le Centre Léon Bérard a lancé trois projets de recherche pour automatiser le contourage, calculer les doses par IRM ou adapter les traitements en temps réel.

L'identité nationale de Santé nouveau socle pour l'identitovigilance en France
14/04/2021 : La norme d’identitovigilance en France est désormais l’Identité nationale de Santé. La communication autour de cette évolution intègre un slogan et un logo complété par un kit à l’attention acteurs de Santé et des patients.

Réalisation d'un pontage fémoro-poplité par voie transcutanée en vidéo
13/04/2021 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, voici un cas clinique de création d’un pontage fémoro-poplité par voie per-cutanée présenté lors des Journées Interactives Francophones des angioplasties périphériques.

Les manipulateurs du monde entier ont rendez-vous à Dublin en août 2021 !
12/04/2021 : Le congrès de la société internationale de Manipulateurs d’électro-radiologie fera halte cet été à Dublin. Cet événement de référence mondiale sur le plan scientifique sera hybride cette année. Les MERM qui auront la chance de s’y rendre vivront une expérience riche et passionnante.

Une plateforme de post-traitement commune pour un groupe de modalités hétérogènes
09/04/2021 : En référençant la solution Myrian®, Le groupe Vidi met à disposition de ses adhérents une plateforme de post-traitement capable d’incrémenter des images venues de nombreuses et hétérogènes modalités.

Le scanner 4D pour évaluer les flux du système hépatique
09/04/2021 : L’exploration dynamique pré-opératoire du système vasculaire hépatique pour les patients atteints d’hypertension portale pourrait âtre réalisée pat TDM 4D. C’est le résultat d’une étude japonaise publiée dans la Revue European Radiology qui propose de visualiser les flux intra-hépatiques ainsi que la direction du flux dans le système porte.

Comprendre l'effet des rayonnements low dose sur l'athérosclérose
07/04/2021 : L’action des rayonnements à faible dose sur les monocytes et les macrophages essentiellement est responsable de l’amélioration de l’athérosclérose chez la souris. C’est le résultat d’un travail de thèse présenté récemment à l’IRSN.

Participez largement aux nouveaux NRD en mammographie !
07/04/2021 : Dans le cadre de l’élaboration de NRD en mammographie qui rentreraient en cohérence avec la décision ANSM 2020 dédiée, les sociétés représentatives de la discipline lancent une étude complète tant dans l’utilisation des systèmes DR et tomosynthèse que pour les systèmes CR. Votre participation à ce recueil de données est très attendue.

Écosystème de la radiologie : un paradoxe à la française
07/04/2021 : La visioconférence qu’a organisé le SNITEM le 7 avril 2021 nous a permis de faire une revue plutôt optimiste de l’écosystème radiologique français et des nombreuses innovations qu’il génère. Mais, paradoxe français, de nombreux freins institutionnels ou culturels empêchent certains de ces progrès de bénéficier aux populations vivant sur notre territoire.

Le taux de cancer d'intervalle comme critère de pertinence de la tomosynthèse dans le dépistage du cancer du sein
06/04/2021 : Le dépistage du cancer du sein par tomosynthèse réduit le taux de cancers d'intervalle par rapport au dépistage par mammographie numérique, selon une étude publiée dans Radiology. L'étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves soutenant la tomosynthèse comme outil de choix pour le dépistage du cancer du sein mais l’analyse bénéfices-risques n’est pas encore bien établie.


Trois projets intégrant l'IA dans les procédures de radiothérapie au Centre Léon Bérard
14/04/2021 : L’Intelligence artificielle trouve de plus en plus d’applications sur le champ de la radiothérapie. C’est ainsi que le Centre Léon Bérard a lancé trois projets de recherche pour automatiser le contourage, calculer les doses par IRM ou adapter les traitements en temps réel.

Un guide pour bien se repérer dans l'offre commerciale d'IA appliquée à l'imagerie médicale
23/03/2021 : L’Intelligence Artificielle appliquée à l’imagerie médicale, fait naître de nombreuses possibilités d’amélioration de la pratique radiologique. L’offre commerciale devient abondante et il est difficile de l’évaluer précisément. C’est dans cet optique qu’une équipe de chercheurs a publié, dans la Revue European Radiology, un guide pour aider les radiologues et décideurs à prendre des décisions éclairées dans ce domaine.

L'identité nationale de Santé nouveau socle pour l'identitovigilance en France
14/04/2021 : La norme d’identitovigilance en France est désormais l’Identité nationale de Santé. La communication autour de cette évolution intègre un slogan et un logo complété par un kit à l’attention acteurs de Santé et des patients.

Réalisation d'un pontage fémoro-poplité par voie transcutanée en vidéo
13/04/2021 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, voici un cas clinique de création d’un pontage fémoro-poplité par voie per-cutanée présenté lors des Journées Interactives Francophones des angioplasties périphériques.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Les manipulateurs du monde entier ont rendez-vous à Dublin en août 2021 !
12/04/2021 : Le congrès de la société internationale de Manipulateurs d’électro-radiologie fera halte cet été à Dublin. Cet événement de référence mondiale sur le plan scientifique sera hybride cette année. Les MERM qui auront la chance de s’y rendre vivront une expérience riche et passionnante.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Comprendre l'effet des rayonnements low dose sur l'athérosclérose
07/04/2021 : L’action des rayonnements à faible dose sur les monocytes et les macrophages essentiellement est responsable de l’amélioration de l’athérosclérose chez la souris. C’est le résultat d’un travail de thèse présenté récemment à l’IRSN.

Écosystème de la radiologie : un paradoxe à la française
07/04/2021 : La visioconférence qu’a organisé le SNITEM le 7 avril 2021 nous a permis de faire une revue plutôt optimiste de l’écosystème radiologique français et des nombreuses innovations qu’il génère. Mais, paradoxe français, de nombreux freins institutionnels ou culturels empêchent certains de ces progrès de bénéficier aux populations vivant sur notre territoire.