Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Editorial > Prime COVID pour les soignants : des critères d'éligibilité incohérents

Prime COVID pour les soignants : des critères d'éligibilité incohérents

LUNDI 18 MAI 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Comme il l’avait annoncé dernièrement, le Premier Ministre a décrété l’instauration d’une prime pour les soignants ayant œuvré dans la lutte contre le COVID-19. Si l’intention est louable, le périmètre d’éligibilité à cette prime semble trop étendu et quelque peu discriminant. Il ne reflète pas, en tout cas, le niveau de risque auquel ce sont exposés certains soignants, parmi lesquels beaucoup de manipulateurs radio.

Bruno Benque

Le Gouvernement vante, depuis plusieurs semaines, le dévouement des personnels soignants qui œuvrent en première ligne pour lutter contre l’épidémie de COVID-19.

Le Premier Ministre décrète une prime exceptionnelle pour les soignants

Plusieurs annonces ont été faites dans ce sens, prônant notamment l’instauration d’une prime exceptionnelle afin de les soutenir et de les récompenser du risque qu’ils prennent quotidiennement dans l’exercice de leurs fonctions. Ces annonces ont été suivies d’effets, puisque le Premier Ministre a promulgué, par Décret n° 2020-568 du 14 mai 2020 relatif au versement d’une prime exceptionnelle aux agents des établissements publics de santé et à certains agents civils et militaires du ministère des armées et de l’Institution nationale des invalides dans le cadre de l’épidémie de COVID-19, l’attribution d’une somme d’argent pour ces soignants.

Un périmètre d’éligibilité très large dans les régions fortement touchées par le virus

Mais force est de constater que tous les bénéficiaires de cette prime ne seront pas satisfaits de leur sort. Car une prime de 1 500 euros sera versée à l’ensemble des professionnels des établissements publics de santé ou des hôpitaux des armées quelle que soit leur filière professionnelle et quel que soit leur statut, dans les départements les plus touchés par l’épidémie. La première remarque concerne les Manipulateurs d’Électro-Radiologie Médicale (MERM), qui ont craint un temps de ne pas figurer parmi les personnels éligibles, de même que les étudiants MERM. Ils sont donc rassurés et c’est un juste retour des choses. Ce qui est plus discutable est le périmètre pour trop large des personnels qui toucheront cette prime, la notion de risque pour leur Santé n’ayant pas été prise en compte, c’est le moins que l’on puisse dire, puisque même les personnels en télétravail y auront droit !

Une prise de risques non prise en compte pour beaucoup de soignants, parmi lesquels des MERM

À l’inverse, le montant de la prime ne sera que de 500 euros pour ceux qui exercent dans les établissements se trouvant dans les régions les moins touchées par l’épidémie. Et pourtant, certains d’entre eux ont été directement en contact avec les patients infectés, et ce très régulièrement. C’est le cas, par exemple, des MERM des services de scanner, les plus sollicités pour dépister ou suivre les pneumonies liées au virus, ou, à un degré moindre, de leurs collègues de radiothérapie ou de médecine nucléaire qui n’ont pas refusé de traiter ou d’explorer les patients dont ils avaient la charge sous prétexte que ces derniers étaient infectés. Dans ces régions donc, la prime maximale pourra tout de même être attribuée à certains d’entre eux, à l’appréciation de leur chef d’établissement. Autant dire de manière arbitraire…

Une déception atténuée par une possible revalorisation des salaires ?

Une fois de plus, il faut le déplorer, le gouvernement est passé à côté d’une vraie marque de reconnaissance envers les « soldats du soin », comme ils les appellent dans cette guerre contre le virus, ceux qui ont mis leur Santé en danger pour sauver celle des autres et qui sont traités de la même manière que ceux qui n’ont observé le virus que de loin. Il ne s’agit pas pour nous d’opposer les uns aux autres, mais de regretter que les premiers n’aient pas été mis en valeur comme ils l’auraient mérité. Mais voilà qu’une lueur d’espoir pointe pour l’ensemble des soignants : nos gouvernants préparent, parait-il, des revalorisations de salaires, ce qui serait mieux perçu qu’une prime ponctuelle. Mais attendons un peu pour voir à quelle hauteur se hisseront les revalorisations…

 

Bruno Benque


toshiba

Prime COVID pour les soignants : des critères d'éligibilité incohérents
18/05/2020 : Comme il l’avait annoncé dernièrement, le Premier Ministre a décrété l’instauration d’une prime pour les soignants ayant œuvré dans la lutte contre le COVID-19. Si l’intention est louable, le périmètre d’éligibilité à cette prime semble trop étendu et quelque peu discriminant. Il ne reflète pas, en tout cas, le niveau de risque auquel ce sont exposés certains soignants, parmi lesquels beaucoup de manipulateurs radio.

Édito - Une seconde salve à l'encontre de la pertinence des actes
16/12/2019 : Les infirmiers bénéficient désormais d’un nouveau protocole de coopération pour les demandes d’examens d’imagerie médicale. Une nouvelle salve du Ministère à l’encontre de la pertinence des actes

Une année qui démarre dans un climat apaisé
03/01/2019 : L'ensemble de la rédaction de Thema Radiologie vous souhaite le meilleur pour la nouvelle année. Une année qui démarre dans un climat apaisé et qui promet de voir l'accès à l'IRM amélioré. Une année enfin où l'intelligence artificielle ne suscitera plus d'inquiétude ni de fantasmes…

Le G4 répond aux propos acerbes du Pr Didier Raoult
18/12/2018 : Le Conseil national de la radiologie française n'a pas tardé à répondre au Pr Didier Raoult, rédacteur d'un article acerbe sur l'organisation de l'imagerie médicale en France et sur les pratiques des radiologues en particulier.

La radiologie française a-t-elle vraiment besoin du COFRAC ?
21/11/2018 : La radiologie française est très impliquée dans les processus qualité. Mais cela n'empêche pas le COFRAC de travailler sur un référentiel de certification ISO identique à celui des laboratoires de biologie. Le G4 monte au créneau pour affirmer son désaccord.

Édito - Doit-on craindre une pénurie de manipulateurs à moyen terme ?
03/10/2018 : Une pénurie de Manipulateurs d'Électro-Radiologie Médicale (MERM) semble s'annoncer à moyen terme, sous l'effet de plusieurs facteurs. Le processus de recrutement des étudiants et la réforme LMD figurent parmi les causes de ce phénomène.

Édito - Pratiques avancées infirmières: attention à la pertinence des actes !
23/07/2018 : Les pratiques avancées infirmières sont actées depuis le 19 juillet 2018. Cette nouvelle fonction, qui se rapproche de l'exercice médical, permettra à ces nouveaux professionnels de Santé de prescrire certains actes d'imagerie. Un pavé dans la mare des radiologues à l'heure de la pertinence des actes.

Édito - L'interprofessionnalité, pivot de la qualité de vie au travail des manipulateurs
02/05/2018 : En publiant son nouveau Livret vert, l'UIPARM souhaite promouvoir la pluridisciplinarité pour les professionnels paramédicaux, en particulier des manipulateurs. Des notions comme la mobilité choisie ou la mutualisation des compétences, entre autres, favoriseront une meilleure qualité de vie au travail.

Open bar pour les prescripteurs et Happy hour pour les radiologues !
26/03/2018 : Les radiologues se doivent désormais de revendiquer la maîtrise de la pertinence des actes. C'est, en substance, ce que le Dr Laurent Verzaux recommande, dans un texte publié dans le numéro de mars du Journal de Radiologie Diagnostique et Interventionnelle.

Édito - La communauté radiologique française perd un de ses piliers
29/01/2018 : Le Pr Alain Rahmouni nous a quittés le 26 janvier. La communauté radiologique dans son ensemble lui doit beaucoup, lui qui n'avait de cesse de rassembler les compétences et les bonnes volontés. Nous adressons nos pensées affectueuses à sa famille et à ses proches.


Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Les JFR de printemps, c'est maintenant !
03/06/2020 : Le programme des JFR de printemps est annoncé. Cette session virtuelle proposera, les 4 et 5 juin 2020, des ateliers et des tables rondes sur des sujets d’actualité.

Un cas d'AVC pédiatrique imputable au COVID-19
03/06/2020 : La Revue Radiology rapporte le cas d’un enfant présentant une artériopathie focale cérébrale identifiée en IRM. La découverte d’une infection au COVID-19 a amené les chercheurs à imputer cet AVC au virus.

Un spectre de signes radiologiques multimodal pour le COVID-19
02/06/2020 : L’IRM, le TEPScan et l’échographie peuvent, chacun dans son domaine, apporter des informations pertinentes dans le diagnostic ou le suivi des pathologies dues au COVID-19. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging qui tente d’établir un spectre de signes radiologiques multimodal.

Le congrès RSNA 2020 se transforme en une web conférence intégrale
27/05/2020 : Le congrès RNA 2020 n’aura pas lieu, du moins sous sa forme habituelle. La Société savante vient d’annoncer en effet que l’édition 2020 sera entièrement proposée en ligne, du 31 novembre au 5 décembre 2020.

Le SRES 2020 aura bien lieu à la rentrée
26/05/2020 : Le SRES 2020 a été reporté à la rentrée et se déroulera, comme prévu, à Porto Vecchio. Consultez le programme de cette session ci-dessous.

Qualification de dispositif médical : quoi de nouveau sous le soleil ?
25/05/2020 : Deux récentes décisions des juridictions administratives retiennent l’attention en la matière. L'une concerne les activimètres servant à évaluer une dose de rayonnements ionisants, l'autre se penche sur un logiciel de compression d'images médicales.

Un suivi systématique à six mois serait préférable pour les lésions mammaires classées BI-RADS 3
20/05/2020 : Les femmes présentant des lésions mammaires classées BI-RADS 3 devraient systématiquement suivies à six mois. C’est ce que suggère une étude publiée dans la Revue Radiology en raison du risque faible mais non négligeable que ces lésions soient malignes.

La technologie Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, désignée « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » aux MedTech Breakthrough Awards 2020
19/05/2020 : L’organisme indépendant MedTech Breakthrough, récompensant au niveau mondial les entreprises et technologies pour leur excellence dans le domaine de la Santé et des technologies médicales, a sélectionné la technologie de suivi et de correction du mouvement en temps réel Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, comme gagnante du prix « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » lors de la quatrième édition annuelle du programme des MedTech Breakthrough Awards. « Nous sommes heureux de décerner le prix de la "meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux" à l’entreprise Accuray, pour sa technologie révolutionnaire qui vient renforcer et élargir l’éventail de solutions de lutte contre le cancer » a déclaré James Johnson, directeur général de MedTech Breakthrough.

Web conférence ECR 2020 : le programme scientifique est paru !
19/05/2020 : Le programme complet de l’ECR 2020, qui se tiendra sous la forme d’une web conférence, vient d’être publié. Vous pouvez télécharger le Book of Abstract ci-dessous pour vous en faire une idée.


Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Prime COVID pour les soignants : des critères d'éligibilité incohérents
18/05/2020 : Comme il l’avait annoncé dernièrement, le Premier Ministre a décrété l’instauration d’une prime pour les soignants ayant œuvré dans la lutte contre le COVID-19. Si l’intention est louable, le périmètre d’éligibilité à cette prime semble trop étendu et quelque peu discriminant. Il ne reflète pas, en tout cas, le niveau de risque auquel ce sont exposés certains soignants, parmi lesquels beaucoup de manipulateurs radio.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

L'ISRRT publie un guide COVID-19 pour les MERM du monde entier
06/05/2020 : L’ISRRT, en collaboration avec l’EFRS, a publié un guide international de bonnes pratiques destiné aux manipulateurs radio en environnement COVID-19. Ce document couvre de nombreux domaines de compétences des manipulateurs.

Pourquoi les radiologues adoptent rapidement la reconnaissance vocale dans le Cloud de Nuance
14/05/2020 : Lancée en décembre dernier, Dragon Medical One, la solution de reconnaissance vocale de Nuance basée sur un Cloud, connaît un fort succès auprès des imageurs. Nuance a d’ailleurs créé pour eux, dans le contexte du COVID-19, des commandes spécifiques pour les TDM thoraciques. Un CHU est en train d’équiper ses radiologues, tandis que les partenaires de Nuance du domaine de la radiologie ont choisi eux aussi de proposer cette solution à leurs utilisateurs. Une adoption rapide par les radiologues qui tient à plusieurs facteurs. Explications avec Pierre Meyblum, Business Development Manager de la division Santé de Nuance Communications en France.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

La RSNA lance la première collection internationale de cas cliniques radiologiques
04/05/2020 : La RSNA vient d’ouvrir la première collection internationale développée exclusivement en radiologie. Elle est l’aboutissement de la soumission de très nombreux cas depuis début 2020 ayant fait l’objet d’une validation par les experts RSNA.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.