Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > Déconfinement : les activités de sénologie peuvent reprendre, mais il faudra prioriser

Déconfinement : les activités de sénologie peuvent reprendre, mais il faudra prioriser

JEUDI 07 MAI 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Un collège issu de six sociétés savantes a édité un recueil de recommandations pour la reprise des activités de mammographie à partir du 11 mai 2020. Ce document a été publié dans le Bulletin du Cancer.

Mammographie

Alors que la date du déconfinement approche, les examens médicaux, d’imagerie notamment, doivent reprendre leur cours afin de ne pas faire perdre trop de chances aux patients.

Six sociétés savantes éditent un recueil de recommandations pour la reprise des activités mammographiques

C’est le cas, en particulier, des activités de dépistage et de diagnostic du cancer du sein, pour lesquelles la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire, la Société Française de Radiologie, la Société Française d’Imagerie de la Femme, le Collège des Enseignants de Radiologie de France et FORCOMED, s’appuyant sur les Recommandations pour la Pratique Clinique de Nice-Saint Paul de Vence ont édité de façon collégiale un document recommandations qui est paru dans le Bulletin du cancer. Ce texte édite des bonnes pratiques dans ce cadre, qui comprennent en premier lieu les conditions de sécurité pour les personnes.

Le groupe de travail collégial impliquant les six sociétés savantes et associations professionnelles recommande donc de reprendre les activités de dépistage et diagnostic du cancer du sein en minimisant les risques de contamination virale lors d’un examen de mammographie et propose pour ce faire une hiérarchisation des actes à effectuer et des patientes à prendre en charge.

Symptomatologie, images ACR4 ou ACR5 ou recherche de métastases parmi les critères de priorisation

Les personnes présentant une symptomatologie clinique évocatrice (masse - écoulement – déformation/modification du sein- inflammation mammaire) de cancer doivent, cela va de soi, être programmées en priorité dans un délai très court (< 10 jours), de même celles faisant l’objet d’images correspondant à la classification ACR4 ou ACR5 en première ou seconde lecture, ou ACR0 en 2nde lecture.

D’autre part, les patientes ayant été explorées et diagnostiquées fortuitement d’une anomalie suspecte en imagerie (TDM thorax ou autre) doivent passer en priorité, de même que celles sur lesquelles il a été découvert des métastases, à la recherche d’un primitif mammaire.

Les patientes COVID+ attendront pour leur dépistage

Le groupe de travail a fait le choix, à l’inverse, de ne pas prioriser les dépistages pour les patientes diagnostiquées COVID+, même celles qui font partie des populations à risque. Il en est de même pour celles en cours de traitement ou de suivi de traitement, pour lesquelles les explorations mammographiques sont planifiées.

Les activités de dépistage et de diagnostic du cancer du sein peuvent donc reprendre à partir du 11 mai 2020, mais dans des conditions de sécurité pour les patientes et les personnels des centres de radiologie, des règles qui seront favorisées par les Agences Régionales de Santé et les Centres Régionaux de Dépistage des Cancers

Bruno Benque


toshiba

Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.

IA et dépistage du cancer du sein : sensibilité accrue et temps de diagnostic raccourci
06/11/2020 : L'intelligence artificielle (IA) peut améliorer les performances des radiologues dans la lecture des mammographies de dépistage du cancer du sein, selon une étude publiée dans Radiology: Artificial Intelligence. Un logiciel de ce type a obtenu la validation de la FDA américaine en mars 2020.

La FNMR innove pour sa communication Octobre rose
07/10/2020 : Dans le cadre d’Octobre rose 2020, la FNMR cible cette année le duo mère-fille. Une campagne d’affichage et une carte interactive des centres de radiologie libérale sont également diffusés largement.

Prédire le risque de cancer du sein à partir d'un dépistage négatif
25/09/2020 : Prédire l’apparition prochaine d’un cancer du sein à partir d’une mammographie de dépistage négative, tel est le défi lancé dans une étude publié dans la Revue Radiology. Un logiciel de deep learning permet d’aboutir à des résultats sérieux.

Le dépistage du cancer du sein assuré jusque dans les régions saoudiennes reculées
22/07/2020 : En faisant l’acquisition de dix unités mobiles de mammographie autonomes plusieurs jours, le Ministère de la Santé d’Arabie Saoudite espère voir augmenter le taux de dépistage du cancer du sein. Un projet porté par Fujifil et Toutenkamion.

Un outil d'aide à la décision en mammographie
10/07/2020 : Dans une conférence de presse virtuelle, deux radiologues présentent les avantages de la solution ProFound AI™ pour l’aide à la décision en mammographie.

Un groupe de travail HAS pour évaluer l'intérêt l'angiomammogramme
22/06/2020 : La HAS lance un appel à candidature pour participer au groupe de travail d’évaluation de l’intérêt de l’angiomamogramme. La clôture des candidatures est fixée au 26 juin 2020.

Un suivi systématique à six mois serait préférable pour les lésions mammaires classées BI-RADS 3
20/05/2020 : Les femmes présentant des lésions mammaires classées BI-RADS 3 devraient systématiquement suivies à six mois. C’est ce que suggère une étude publiée dans la Revue Radiology en raison du risque faible mais non négligeable que ces lésions soient malignes.

Déconfinement : les activités de sénologie peuvent reprendre, mais il faudra prioriser
07/05/2020 : Un collège issu de six sociétés savantes a édité un recueil de recommandations pour la reprise des activités de mammographie à partir du 11 mai 2020. Ce document a été publié dans le Bulletin du Cancer.


Événement significatif en radioprotection dans un bloc opératoire de Brest
14/01/2021 : Un praticien d’une clinique de Brest a fait l’objet d’un événement significatif en radioprotection en octobre 2020. Les pratiques de prévention contre les rayonnements ionisants se sont avérées insuffisantes, ce qui explique le dépassement de dose observé sur ce praticien.

Les professionnels de Santé se prononcent sur leur vaccination anti-COVID
14/01/2021 : Medscape édition française a sondé ses lecteurs pour connaître leur opinion sur les vaccins anti-COVID. Si la majorité des médecins souhaitent se faire vacciner, les deux sortes de vaccins n’obtiennent pas le même succès.

Anomalies cardiaques décelées à l'IRM chez les patients guéris du COVID-19
13/01/2021 : Le volume extracellulaire dérivé de l'IRM et la souche longitudinale globale 2D pourraient servir de marqueurs de l'atteinte cardiaque chez des patients guéris du COVID-19, sans symptômes cardiaques ni signes cliniques de lésion myocardique. C’est le résultat d’une étude chinoise publiée dans la Revue Radiology.

La première télé-angioplastie coronaire européenne a été réalisée en Normandie
13/01/2021 : La première télé-angioplastie robotique en Europe vient d’être réalisée entre Caen et Rouen par la solution Robocath sur un modèle animal. Un espoir pour les patients résidant dans des déserts médicaux.

Affaire du logiciel de gestion de radiothérapie : le troisième associé est lui aussi mis en examen
11/01/2021 : Tous les associés de la société éditrice du logiciel de gestion des patients en radiothérapie frauduleux sont désormais mis en examen. Le logiciel n’est, quant à lui, plus exploité.

Sténoses vasculaires calcifiées : les applications de la lithotripsie en vidéo
11/01/2021 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, voici un webinar organisé par Incathlab consacré à la lithotripsie dans le traitement de sténoses calcifiées des artères des membres inférieurs.

Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales
08/01/2021 : Selon une étude présentée lors du dernier congrès virtuel de la Radiological Society of North America (RSNA), près d’un tiers des femmes adultes qui subissent une fracture non déplacée de l’ulna peuvent être victimes de violence de leur compagnon. Les chercheurs expliquent qu’une chute, souvent évoquée par les patientes, provoque souvent fracture du radius.

Un modèle de deep learning peut identifier la tuberculose sur un smartphone
08/01/2021 : Un modèle de détection de la tuberculose (TB) basé sur le deep learning peut détecter la tuberculose sur une radiographie pulmonaire capturée par une photographie de smartphone.

Les nouveaux territoires de la radiologie débattus par ceux qui la font évoluer
06/01/2021 : C’est à une session très didactique que nous a convié Ortus avec sa web émission « Nouveau territoires de la radiologie ». La recherche, les parcours de soins, la place de l’imagerie dans celui-ci, l’imagerie hybride ou l’intelligence artificielle ont été notamment évoqués.

L'AFPPE change de gouvernance mais ne relâche pas ses efforts pour faire évoluer le métier de manipulateur
06/01/2021 : Quelques semaines après sa prise de fonction de Président de l’AFPPE, Matthieu Caby nous accordé une longue interview. La pérennisation de l’association, les évolutions du métier de manipulateur d’électroradiologie scrutée par l’IGAS, la pénurie de professionnels, la formation initiale ou les tout nouveaux webinaires de l’AFPPE, il n’a éludé aucun sujet.


Anomalies cardiaques décelées à l'IRM chez les patients guéris du COVID-19
13/01/2021 : Le volume extracellulaire dérivé de l'IRM et la souche longitudinale globale 2D pourraient servir de marqueurs de l'atteinte cardiaque chez des patients guéris du COVID-19, sans symptômes cardiaques ni signes cliniques de lésion myocardique. C’est le résultat d’une étude chinoise publiée dans la Revue Radiology.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM
22/05/2019 : Les patients porteurs d'une dérivation ventriculo-péritonéale doivent satisfaire à un contrôle de la valve lorsqu'ils ont fait l'objet d'un examen IRM. La Cour d'appel de Bordeaux nous le rappelle, qui a dû juger le cas d'une patiente victime d'effets secondaires le lendemain d'une exploration IRM du genou.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Recommandations relatives aux ré-irradiations en radiothérapie
07/07/2020 : Le nouveau numéro de « Sécurité du patient », publié régulièrement par l’ASN,  pour objet les ré-irradiations en radiothérapie. 29 ESR dus à cette pratique ont été répertoriés au cours des dix dernières années.

La Loi anti-cadeaux aux professionnels de Santé prend une tournure très restrictive
15/12/2020 : La Loi anti-cadeaux aux professionnels de Santé a pris, depuis le 1er octobre 2020, une orientation très restrictive. Ces derniers devront, pour la plupart, changer leurs habitudes quant à leur participation aux congrès scientifiques. Mais c’est pour les industriels que ces nouvelles mesures seront les plus pénalisantes.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Germitec obtient le Prix Galien 2020 pour sa modalité Chronos
04/01/2021 : Le système de désinfection de haut niveau des sondes d’échographie Chronos®, porté par la société Germitec, vient d’obtenir le Prix Galien 2020. Une reconnaissance internationale pour une technologie unique et éco-responsable.