Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > L'impact médico-éconimique du COVID-19 sur le secteur de l'imagerie médicale

L'impact médico-éconimique du COVID-19 sur le secteur de l'imagerie médicale

JEUDI 16 AVRIL 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La pandémie de COVID-19 a déjà des répercussions économiques majeures dans le monde. Mais le secteur de la radiologie sera doublement impacté, sur le plan économique bien entendu, mais également sur le plan scientifique, comme l’attestent trois productions de chercheurs américains.

COVID 19

La pandémie de COVID-19 a déjà eu un impact profond sur les pratiques de radiologie au niveau mondial. Les mesures adoptées pour ralentir la transmission des maladies et résister au virus ont, par exemple, réduit la demande d’examens d'imagerie pour les autres pathologies que le COVID-19. Cette situation a conduit certains chercheurs américains à étudier l’impact de cette chute d’activité sur les variables médico-économiques du secteur de l’imagerie médicale. Il en résulte une série de trois rapports qui sont parus dans différentes éditions de la Revue Radiology.

Un choc économique structurel exacerbé par la baisse d’activité des centres de radiologie

« À une époque de santé publique et de crise économique sans précédent, les radiologues n'ont jamais connu autant d'incertitude. Nous essayons de définir le contexte et la voie à suivre », déclare en préambule le Dr Howard P. Forman, MBA de la Yale School of Management et auteur principal du premier rapport, intitulé « The Economic Impact of the COVID-19 Pandemic on Radiology Practices ». Alors que les récessions économiques ont généralement tendance à entraîner une baisse des dépenses de santé notamment aux États-Unis, les centres de radiologie n'ont jamais connu de choc économique qui soit simultanément exacerbé par la nécessité de restreindre les capacités de l'imagerie.

« Les radiologues – du secteur privé - sont confrontés à une crise économique d'une gravité et d'une durée que peu de gens auraient pu imaginer, remarque le co-auteur du rapport, le Dr Joseph J. Cavallo, de la Yale School of Management. Les pratiques devront consentir des sacrifices à court terme pour garantir la solvabilité, rester suffisamment agiles pour gérer un environnement budgétaire changeant rapidement et incertain, et se préparer à des changements potentiellement permanents dans le domaine à l'avenir. »

Des répercussions majeures sur la radiologie du cancer aux USA

Dans la Revue Radiology: Imaging Cancer, le Dr Gary D. Luker, de la Michigan Medicine, Université du Michigan, et auteur principal de l’éditorial « Transitioning to a New Normal after COVID-19: Preparing to Get Back on Track for Cancer Imaging », remarque quant à lui : « Nous présentons les défis que la communauté de l'imagerie du cancer doit surmonter pour restaurer les opérations cliniques et de recherche ».Il est trop tôt cependant pour prévoir les implications à long terme de la pandémie pour les pratiques radiologiques. Mais à court terme, certains praticiens devraient s'attendre à d'importantes réductions non permanentes de revenus. Ils devraient évaluer leurs frais généraux et élaborer des stratégies pour les réduire. Ils voudront pouvoir ensuite restaurer rapidement leur niveau d’activité une fois que la pandémie aura diminué. À cette fin, il sera crucial de réduire au minimum les réductions d’effectifs à court terme.

Un fort ralentissement de la recherche qui aura des conséquences à moyen terme

Les effets de la pandémie sur la recherche en radiologie sont déjà visibles, comme dans les universités américaines, qui ont fortement réduit leurs activités de recherche depuis l'explosion de la pandémie en mars. Si elle n'est pas spécifiquement abordée, la perturbation actuelle de la recherche en imagerie aura des ramifications défavorables pour la productivité, le financement et les progrès scientifiques une fois que la pandémie se sera apaisée. Un arrêt de trois à quatre mois peut entraîner un ou deux ans de perte de productivité scientifique.

Le Dr Achala Vagal, du University of Cincinnati Medical Center, a d’ailleurs co-rédigé un texte sur ce thème, intitulé « The Impact of the COVID-19 Pandemic on the Radiology Research Enterprise: Radiology Scientific Expert Panel. », également dans la Revue Radiology. « La pandémie de COVID-19 a perturbé la recherche à tous les niveaux, et notre rapport met en évidence l’expérience de certains centres médicaux universitaires ayant mis en stand-by la recherche en imagerie. Plus important encore, nous discutons également des ramifications à court terme et à long terme. Il s'agit notamment des problèmes de financement, de l'embauche et de la rétention du personnel de recherche et de l'impact sur les carrières », annonce-t-il.

L'étendue finale de la pandémie de COVID-19 en radiologie est impossible à connaître à ce stade précoce. Les administrateurs et les leaders scientifiques du secteur de la radiologie doivent être proactifs pour sortir de cette pandémie dans la position économique la plus viable, tandis que les établissements universitaires doivent repenser leur approche du financement de la recherche, de la dotation en personnel et des processus.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Soins, enseignement, recherche : les chefs de pôles d'imagerie craignent le point de rupture irréversible
17/06/2020 : Alors que l’hôpital tente de se réformer et dans le cadre du Ségur de la Santé, le Collège des Chefs de pôle d’imagerie médicale a publié un communiqué afin de sensibiliser les tutelles sur la mise en danger des missions de l’imagerie médicale dans les CHU.

Le Dr Jean-Philippe Masson réélu pour un troisième mandat à la Présidence de la FNMR
09/06/2020 : Le Dr Jean-Philippe Masson a été réélu à la Présidence de la Fédération Nationale des Médecins radiologues (FNMR) pour les trois prochaines années. Il s’agit de son troisième mandat consécutif.

Education on demand, la plateforme européenne d'e-learning en radiologie élaborée par l'ESR
08/06/2020 : Avec la mise en ligne de quelques 397 cours, « Education on demand », l’ESR a élaboré un réel outil pédagogique en ligne pour les radiologues de tous niveaux en e-learning.  

Un spectre de signes radiologiques multimodal pour le COVID-19
02/06/2020 : L’IRM, le TEPScan et l’échographie peuvent, chacun dans son domaine, apporter des informations pertinentes dans le diagnostic ou le suivi des pathologies dues au COVID-19. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging qui tente d’établir un spectre de signes radiologiques multimodal.

La RSNA publie deux nouveau documents de bonnes pratiques pour la radiologie en environnement COVID-19
18/05/2020 : Après avoir élaboré un guide de bonnes pratiques pour la radiologie en environnement COVID-19, le groupe de travail COVID-19 de la Radiological Society of North America (RSNA) vient de publier deux nouveauw documents. L’un porte sur la préparation aux surtensions liées au COVID-19 tandis que l’autre cible la préparation des services de radiologie en post-COVID-19.

La radiographie thoracique donne des signes prédictifs pour l'hospitalisation des malades COVID-19
15/05/2020 : La radiographie pulmonaire initiale lors du passage aux urgences d’un patient infecté par le COVID-19 peut donner des informations sur les suites prévisibles de son hospitalisation. C’est ce qu’affirment des chercheurs américains à partir des scores de gravité déduits de cette exploration.

Mise au point d'une technologie radiographique utilisant le diffusé pour l'exploration du poumon
12/05/2020 : Des chercheurs de l'Université technique de Munich (TUM) ont développé une méthode innovante de radiographie pour le diagnostic pulmonaire, qu'ils prévoient désormais de tester dans l'une de ses premières applications pour le diagnostic de pneumonie liée au COVID-19. La méthode pourrait clairement identifier les anomalies typiques de la maladie et implique une dose de rayonnement significativement plus faible que pour la tomodensitométrie.

Les signes radiologiques abdominaux qui pourraient être induits par le COVID-19
12/05/2020 : En plus des affections pulmonaires, les patients atteints de COVID-19 peuvent présenter certaines anomalies intestinales. Une étude publiée dans la Revue Radiology objective une ischémie intestinale allant jusqu’à la nécrose ou des collections aériques porte ou dans la paroi intestinale.

L'ISRRT publie un guide COVID-19 pour les MERM du monde entier
06/05/2020 : L’ISRRT, en collaboration avec l’EFRS, a publié un guide international de bonnes pratiques destiné aux manipulateurs radio en environnement COVID-19. Ce document couvre de nombreux domaines de compétences des manipulateurs.


Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Un nouveau modèle de signes radiologiques pour le MIS-C pédiatrique
29/06/2020 : Au cours des dernières semaines, une affection hyperinflammatoire multisystémique est apparue chez les enfants en association avec une exposition ou une infection antérieure au SRAS-CoV-2. Une nouvelle série de cas publiée dans la revue Radiology examine le spectre des résultats d'imagerie chez les enfants atteints de l'inflammation post-COVID-19 connue aux États-Unis comme syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C).

La plateforme Odys Téléradiologie couvre désormais tout le Grand Est
24/06/2020 : Dans le prolongement de la plateforme historique T-Lor, Odys téléradiologie assure désormais la continuité de la prise en charge radiologique dans le Grand Est. Vingt-trois établissements, publics et privés, collaborent à ce projet et l’utilisent au quotidien.

Une étude teste un marqueur de récidive du CHC au scanner
24/06/2020 : Un biomarqueur non invasif de la fibrose hépatique à partir d’images tomodensitométriques devrait permettre d’éviter la biopsie pour évaluer le degré de récidive du CHC. C’est ce que montre une étude lancée par Median Technologies.

Save the date : le CTO Live Aid World Tour
23/06/2020 : Les acteurs de la prise en charge de l’occlusion chronique coronaire percutanée se retrouveront bientôt pour un événement caritatif en ligne. À cette occasion, 13 procédures seront diffusées en direct en 14h de temps.

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

Le cortex visuel étudié par imagerie ultrasonore ultrarapide
22/06/2020 : Un travail de recherche pluridisciplinaire sur l’imagerie ultrasonore ultrarapide a montré l’aptitude de cette technologie à visualiser des structures fonctionnelles cérébrales profondes du cortex visuel. Un nouveau champ d’investigation s’ouvre pour la compréhension du cerveau.

Un groupe de travail HAS pour évaluer l'intérêt l'angiomammogramme
22/06/2020 : La HAS lance un appel à candidature pour participer au groupe de travail d’évaluation de l’intérêt de l’angiomamogramme. La clôture des candidatures est fixée au 26 juin 2020.

Lymphome hodgkinien : la chimiothérapie guidée par le TEP recommandée dans une étude
19/06/2020 : Une étude allemande propose de supprimer la radiothérapie du protocole de traitement multimodal du lymphome hodgkinien de stade précoce avec facteurs de risques défavorables. La chimiothérapie guidée par le TEP est recommandée pour le nouveau protocole de traitement.


Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

L'IRM MIEUX QUE LA MAMMOGRAPHIE POUR QUALIFIER LES CANCERS AGRESSIFS
01/12/2015 : Les cancers du sein multicentriques ont des dimensions souvent plus importantes à l'IRM qu’à la mammographie. C’est ce que montre une étude italienne qui remarque que l’exploration par IRM est susceptible de faire changer de stratégie thérapeutique.    

Le Pôle Imagerie Médicale de l’AP-HM surfe sur la dynamique créée par le projet Imagerie Avenir Marseille (IAM-APHM)
14/02/2020 : Alors qu’il arrive à son terme, le projet de renouvellement des modalités d’imagerie du Pôle Imagerie Médicale (PIM) de l’AP-HM suscite bien des espoirs. La dynamique créée par la forte implication des équipes médicales, paramédicales, techniques, biomédicales et administratives et le dialogue constructif qu’il a favorisé permettront d’améliorer la cohésion et la montée en compétences de tous les acteurs du pôle et des directions concernées.

Le Stent retriever, traitement de choix de l'AVC ischémique aigü
20/04/2016 : Une nouvelle étude publiée dans la revue "Radiology" confirme que le temps de prise en charge est primordial pour les résultats fonctionnels des patients victimes d'AVC ischémique aigü. Le "stent retriever" s'avère le traitement de choix pour cette pathologie. 

La Nouvelle Clinique Tours plus se dote d'un institut de cardiologie moderne
31/07/2019 : L'Institut du cœur Saint-Gatien vient d'accueillir ses premiers patients. Cet établissement moderne comporte 8 salles de bloc dédiées, dont une salle hybride neuve.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.