Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Intelligence Artificielle, Machine Learning > Données de Santé : une nouvelle approche pour assurer la confidentialité

Données de Santé : une nouvelle approche pour assurer la confidentialité

MERCREDI 25 MARS 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La sécurité des données de Santé et la protection de la vie privée des patients est une préoccupation majeure pour les tutelles sanitaires. Un Rapport publié dans la Revue Radiology suggère de considérer les données comme n’appartenant à personne et de cibler l’éthique des prestataires d’IA.

 

RSNA

Les données cliniques devraient être traitées comme un bien public lorsqu'elles sont utilisées à des fins secondaires, telles que la recherche ou le développement d'algorithmes d'Intelligence Artificielle (IA), selon un rapport spécial publié dans la revue Radiology.

Partage des données de Santé: un consensus éthique à trouver

"Cela signifie que, d'une part, les données cliniques devraient être mises à la disposition des chercheurs et des développeurs après avoir été agrégées et tous les identifiants des patients supprimés, précise le Dr David B. Larson, MBA à la Medicine school de la Stanford University (Californie), auteur principal du Rapport. D'un autre côté, tous ceux qui interagissent avec ces données doivent être soumis à des normes éthiques élevées, notamment en protégeant la vie privée des patients et en ne vendant pas de données cliniques."

Le développement rapide de l'IA a ouvert des possibilités intéressantes en médecine. L'IA peut potentiellement rationaliser et améliorer l'analyse des images médicales, mais elle doit d'abord être formée sur de grandes quantités de données provenant de mammographies, de tomodensitogrammes et d'autres examens d'imagerie. L'une des limites actuelles de l'avancement des outils basés sur l'IA est le manque de large consensus sur un cadre éthique pour le partage des données cliniques.

Une approche selon laquelle les données n’appartiennent à personne

"Maintenant que nous avons un accès électronique aux données cliniques et aux outils de traitement des données, nous pouvons considérablement accélérer notre capacité à comprendre et à développer de nouvelles applications qui peuvent bénéficier aux patients et aux populations, poursuit-il. Mais des questions non résolues concernant l'utilisation éthique des données empêchent souvent le partage de ces informations."

Pour aider à répondre à ces questions, le Dr. Larson et ses collègues de la Stanford University ont développé un cadre d'utilisation et de partage des données cliniques dans le développement d'applications d'IA. Les arguments concernant le partage des données cliniques sont traditionnellement reconnus comme, soit appartenant au patient, soit à l'institution. Le Dr. Larson et ses collègues plaident pour une troisième approche basée sur l'idée qu'en matière d'utilisation secondaire, personne ne possède véritablement les données au sens traditionnel.

Cibler l’éthique des prestataires d’IA

"Les données médicales, qui sont simplement des observations enregistrées, sont acquises dans le but de fournir des soins aux patients, remarque le Dr Larson. Lorsque les soins sont prodigués, cet objectif est atteint, nous devons donc trouver une autre façon de penser à la manière dont ces observations enregistrées devraient être utilisées à d'autres fins. Nous pensons que les patients, les organisations de prestataires et les développeurs d'algorithmes ont tous des obligations éthiques pour s'assurer que ces observations sont utilisées au profit des futurs patients, reconnaissant que la protection de la vie privée des patients est primordiale. »

Le propos des auteurs concerne donc la publication de données cliniques anonymisées et agrégées pour la recherche et le développement, à condition que ceux qui reçoivent les données s'identifient et agissent en tant que responsables éthiques des données. Le consentement individuel du patient ne serait pas requis, et les patients ne seraient pas nécessairement en mesure de refuser de permettre à leurs données cliniques d'être utilisées pour la recherche ou le développement d'algorithmes d'IA - tant que leur vie privée est protégée.

Des mesures essentielles pour protéger la vie privée des patients

"Lorsqu'elles sont utilisées de cette manière, indique l'article, les données cliniques ne sont qu'un moyen de visualiser les aspects fondamentaux de la condition humaine. Ce ne sont pas les données, mais plutôt les propriétés physiques, les phénomènes et les comportements sous-jacents qu'ils représentent, qui ont un intérêt primordial." Selon les auteurs, il est dans l'intérêt des futurs patients que les chercheurs puissent examiner à travers les données disponibles dans les dossiers médicaux électroniques afin de mieux comprendre l'anatomie, la physiologie et les processus pathologiques des populations, tant qu'ils ne transgressent pas l’identité des patients.

Le rapport des chercheurs stipule qu'il n'est pas éthique que les prestataires cliniques vendent des données cliniques à des fins lucratives, notamment dans le cadre d'accords exclusifs. Les entreprises peuvent bénéficier d'algorithmes d'IA développés à partir de données cliniques, à condition de profiter des activités qu'elles effectuent plutôt que des données elles-mêmes. De plus, les organisations de prestataires pourraient partager des données cliniques avec des partenaires de l'industrie qui soutiennent financièrement leur recherche, si le soutien concerne la recherche plutôt que les données.

Un rapport transféré dans le domaine public pour enrichir la réflexion

Les mesures de protection pour protéger la vie privée des patients comprennent, on le sait, la suppression des données de toute information d'identification. "Nous insistons fortement sur le fait que la protection de la vie privée des patients est primordiale. Les données doivent être identifiées, ajoute le Dr Larson. En fait, ceux qui reçoivent les données ne doivent pas tenter de ré-identifier les patients grâce à une technologie dédiée." De plus, si le nom d'un patient était rendu involontairement visible - par exemple, sur un collier vu sur un tomodensitogramme - le destinataire des informations serait tenu de notifier la partie partageant les données et de rejeter les données comme indiqué.

"Nous étendons les obligations éthiques des organisations de prestataires à tous ceux qui interagissent avec les données", conclut-il. Avec ses collègues, il met ce dossier dans le domaine public pour examen par d'autres individus et communautés qui pourront enrichir la réflexion.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Quels apports de l'IA dans la gestion des images pulmonaires COVID-19 ?
07/05/2020 : Dans la série des webinars ESR Connect qu’elle organise désormais régulièrement, l’European Society of Radiology (ESR) a présenté une session dédiée à l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) pour aider les radiologues dans la gestion des données images pour faire face au COVID-19.

Un modèle de deep learning pour identifier le COVID-19 au scanner
08/04/2020 : Dans une étude publiée dans la Revue Radiology, un modèle de deep learning semble capable de réaliser un diagnostic différentiel de COVID-19 sur les examens de tomodensitométrie. Ce travail montre surtout que la spécificité du scanner semble améliorée comparativement aux autres études publiées sur ce thème.

Données de Santé : une nouvelle approche pour assurer la confidentialité
25/03/2020 : La sécurité des données de Santé et la protection de la vie privée des patients est une préoccupation majeure pour les tutelles sanitaires. Un Rapport publié dans la Revue Radiology suggère de considérer les données comme n’appartenant à personne et de cibler l’éthique des prestataires d’IA.  

Des modèles pertinents de deep learning pour la radiographie thoracique
03/12/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, le deep learning peut détecter des résultats de radiographie thoracique cliniquement significatifs aussi efficacement que des radiologues expérimentés. Les chercheurs rapportent que leurs résultats pourraient constituer une ressource précieuse pour le développement futur de modèles d’intelligence artificielle pour la radiographie thoracique.

Assembler plusieurs modèles de machine learning pour affiner les résultats
27/11/2019 : La combinaison de plusieurs modèles de machine learning peut s’apparenter à une interprétation avec plusieurs avis de radiologues. Une étude publiée dans la Revue Radiology : Intelligence Artificielle décrit des résultats en ce sens. Un chalenge sur les hémorragies cérébrales explorées par scanner sera organisé au RSNA 2019.

Un réseau de neurones profonds pour améliorer le diagnostic de cancer du poumon
13/11/2019 : Selon des recherches publiées dans la revue Radiology, les radiologues assistés par un logiciel basé sur le deep learning étaient plus en mesure de détecter les cancers du poumon malins sur radiographies du thorax.

L'intelligence artificielle au révélateur de l'imagerie oncologique
12/11/2019 : Dans notre série d’articles dédiés au prochain symposium Scanner volumique, nous allons à la rencontre des orateurs qui animeront cet événement. Aujourd’hui, le Pr Pierre-Jean Valette évoque pour nous l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie oncologique, un thème qu’il abordera lors du symposium.

La recherche sur l'IA en imagerie avance avec le Data Challenge
25/10/2019 : Le Pr Nathalie Lassau, Professeur de Radiologie à l'Université Paris Sud et Co-Directrice du laboratoire d Imagerie IR4M (UPSUD/ CNRS) à l'Institut Gustave Roussy, est la responsable du Data Challenge dont la première édition a été organisée aux JFR 2018. Nous l'avons rencontrée pour une évocation des améliorations apportées, en 2019, à cette compétition.

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

L'hémorragie cérébrale, thème du RSNA IA challenge 2019
17/09/2019 : La Radiological Society of North America (RSNA) vient de lancer son troisième défi annuel sur l'intelligence artificielle (IA): le défi RSNA de détection et de classification des hémorragies intracrâniennes.


Un spectre de signes radiologiques multimodal pour le COVID-19
02/06/2020 : L’IRM, le TEPScan et l’échographie peuvent, chacun dans son domaine, apporter des informations pertinentes dans le diagnostic ou le suivi des pathologies dues au COVID-19. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging qui tente d’établir un spectre de signes radiologiques multimodal.

Le congrès RSNA 2020 se transforme en une web conférence intégrale
27/05/2020 : Le congrès RNA 2020 n’aura pas lieu, du moins sous sa forme habituelle. La Société savante vient d’annoncer en effet que l’édition 2020 sera entièrement proposée en ligne, du 31 novembre au 5 décembre 2020.

Le SRES 2020 aura bien lieu à la rentrée
26/05/2020 : Le SRES 2020 a été reporté à la rentrée et se déroulera, comme prévu, à Porto Vecchio. Consultez le programme de cette session ci-dessous.

Qualification de dispositif médical : quoi de nouveau sous le soleil ?
25/05/2020 : Deux récentes décisions des juridictions administratives retiennent l’attention en la matière. L'une concerne les activimètres servant à évaluer une dose de rayonnements ionisants, l'autre se penche sur un logiciel de compression d'images médicales.

Un suivi systématique à six mois serait préférable pour les lésions mammaires classées BI-RADS 3
20/05/2020 : Les femmes présentant des lésions mammaires classées BI-RADS 3 devraient systématiquement suivies à six mois. C’est ce que suggère une étude publiée dans la Revue Radiology en raison du risque faible mais non négligeable que ces lésions soient malignes.

La technologie Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, désignée « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » aux MedTech Breakthrough Awards 2020
19/05/2020 : L’organisme indépendant MedTech Breakthrough, récompensant au niveau mondial les entreprises et technologies pour leur excellence dans le domaine de la Santé et des technologies médicales, a sélectionné la technologie de suivi et de correction du mouvement en temps réel Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, comme gagnante du prix « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » lors de la quatrième édition annuelle du programme des MedTech Breakthrough Awards. « Nous sommes heureux de décerner le prix de la "meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux" à l’entreprise Accuray, pour sa technologie révolutionnaire qui vient renforcer et élargir l’éventail de solutions de lutte contre le cancer » a déclaré James Johnson, directeur général de MedTech Breakthrough.

Web conférence ECR 2020 : le programme scientifique est paru !
19/05/2020 : Le programme complet de l’ECR 2020, qui se tiendra sous la forme d’une web conférence, vient d’être publié. Vous pouvez télécharger le Book of Abstract ci-dessous pour vous en faire une idée.

La RSNA publie deux nouveau documents de bonnes pratiques pour la radiologie en environnement COVID-19
18/05/2020 : Après avoir élaboré un guide de bonnes pratiques pour la radiologie en environnement COVID-19, le groupe de travail COVID-19 de la Radiological Society of North America (RSNA) vient de publier deux nouveauw documents. L’un porte sur la préparation aux surtensions liées au COVID-19 tandis que l’autre cible la préparation des services de radiologie en post-COVID-19.

Prime COVID pour les soignants : des critères d'éligibilité incohérents
18/05/2020 : Comme il l’avait annoncé dernièrement, le Premier Ministre a décrété l’instauration d’une prime pour les soignants ayant œuvré dans la lutte contre le COVID-19. Si l’intention est louable, le périmètre d’éligibilité à cette prime semble trop étendu et quelque peu discriminant. Il ne reflète pas, en tout cas, le niveau de risque auquel ce sont exposés certains soignants, parmi lesquels beaucoup de manipulateurs radio.

La radiographie thoracique donne des signes prédictifs pour l'hospitalisation des malades COVID-19
15/05/2020 : La radiographie pulmonaire initiale lors du passage aux urgences d’un patient infecté par le COVID-19 peut donner des informations sur les suites prévisibles de son hospitalisation. C’est ce qu’affirment des chercheurs américains à partir des scores de gravité déduits de cette exploration.


Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Prime COVID pour les soignants : des critères d'éligibilité incohérents
18/05/2020 : Comme il l’avait annoncé dernièrement, le Premier Ministre a décrété l’instauration d’une prime pour les soignants ayant œuvré dans la lutte contre le COVID-19. Si l’intention est louable, le périmètre d’éligibilité à cette prime semble trop étendu et quelque peu discriminant. Il ne reflète pas, en tout cas, le niveau de risque auquel ce sont exposés certains soignants, parmi lesquels beaucoup de manipulateurs radio.

L'ISRRT publie un guide COVID-19 pour les MERM du monde entier
06/05/2020 : L’ISRRT, en collaboration avec l’EFRS, a publié un guide international de bonnes pratiques destiné aux manipulateurs radio en environnement COVID-19. Ce document couvre de nombreux domaines de compétences des manipulateurs.

Pourquoi les radiologues adoptent rapidement la reconnaissance vocale dans le Cloud de Nuance
14/05/2020 : Lancée en décembre dernier, Dragon Medical One, la solution de reconnaissance vocale de Nuance basée sur un Cloud, connaît un fort succès auprès des imageurs. Nuance a d’ailleurs créé pour eux, dans le contexte du COVID-19, des commandes spécifiques pour les TDM thoraciques. Un CHU est en train d’équiper ses radiologues, tandis que les partenaires de Nuance du domaine de la radiologie ont choisi eux aussi de proposer cette solution à leurs utilisateurs. Une adoption rapide par les radiologues qui tient à plusieurs facteurs. Explications avec Pierre Meyblum, Business Development Manager de la division Santé de Nuance Communications en France.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

La RSNA lance la première collection internationale de cas cliniques radiologiques
04/05/2020 : La RSNA vient d’ouvrir la première collection internationale développée exclusivement en radiologie. Elle est l’aboutissement de la soumission de très nombreux cas depuis début 2020 ayant fait l’objet d’une validation par les experts RSNA.

LES PROMESSES DE L'IMAGERIE SPECTRALE À COMPTAGE PHOTONIQUE
14/12/2015 : Le Pr Philippe Douek présentera, lors du prochain Symposium Scanner Volumique, la technologie de l’imagerie spectrale à comptage photonique. Cette innovation, au stade de la recherche pré-clinique aujourd’hui, permettra, à terme, d’obtenir des images de scanner sélectives suivant les matériaux que l’on voudra mettre en évidence, avec une résolution spatiale et une irradiation améliorées.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.