Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie interventionnelle > La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière

La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière

LUNDI 27 JANVIER 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le Pr Afshin Gangi, Professeur de Radiologie Interventionnelle, passe une partie de son temps au King’s College de Londres. Cela ne l’empêche pas de piloter cette activité au CHRU de Strasbourg où il est chef de Service. À quelques semaines du Symposium MDCT 2020, nous l’avons rencontré pour une évocation passionnée de cette spécialité, ses atouts, ses besoins et son évolution à moyen terme.

Symposium MDCT 2020

Thema Radiologie : En tant que Professeur de Radiologie Interventionnelle (RI) et chef de Service, comment avez-vous organisé cette activité au CHRU de Strasbourg ?

Pr Afshin Gangi : Au CHRU de Strasbourg nous disposons de six blocs opératoires interventionnels, dont trois salles d’angiographie, deux salles de Caméra angiographie et une salle d’IRM interventionnelle. L’essentiel de l’activité couvre l’oncologie mais nous intervenons sur toutes les pratiques interventionnelles. L’équipe médicale est composée de onze radiologues interventionnels seniors avec un système de garde 24/7. Trois salles sont localisées au bloc opératoire et les trois autres dans un bloc interventionnel ISO 6.

"La Radiologie Interventionnelle a trois goulots d’étranglement : l’anesthésie, les lits d’aval et les effectifs de manipulateurs"

T.R.: Vous préconisez donc des activités de RI réalisées le plus souvent au bloc opératoire ?

Pr A.G. : Tout à fait. Il existe un débat animé par certains qui voient l’activité leur échapper lorsqu’elle est réalisée ailleurs que dans un service d’imagerie. Je pense au contraire que nous devons offrir la possibilité au patient de recourir à une chirurgie classique dans les cas où la RI ne pourrait pas suffire pour un traitement donné. D’autre part, la RI au bloc opératoire permet d’avoir accès rapidement à un environnement spécifique, notamment aux anesthésistes. Dans notre spécialité, il y a en fait trois goulots d’étranglement susceptibles de poser des problèmes. Les anesthésistes, donc, sans lesquels aucune procédure lourde n’est envisageable. L’accès à des lits d’aval dédiés à la RI ensuite, en hospitalisation de jour ou conventionnelle : à Strasbourg, deux infirmières et deux secrétaires passent leur temps à trouver des lits pour les patients de RI afin de ne pas rallonger les délais d’attente.

T.R.:  Rencontrez-vous des problèmes de continuité de service liés aux ressources humaines dans votre établissement ?

Pr A.G. : C’est en effet le troisième goulot d’étranglement. Il nous manque déjà trois praticiens pour que les gardes de vasculaire puissent se dérouler de manière optimale et sereine. Mais le point noir concerne les manipulateurs, puisqu’il en manque dix chez nous, au bas mot. Nous n’arrivons pas à remplacer les absences car il n’y a pas de professionnels qualifiés sur le marché. Il y a un vrai problème de reconnaissance et de revalorisation de ces manipulateurs hautement qualifiés. Du coup, pour assurer les programmes, nous devons élargir les plages horaires les jours où nous avons assez de manipulateurs et d’anesthésistes, ce qui nous oblige à fermer plus tôt les autres jours. Sans compter que les gardes de vasculaires sont occupées quasiment tous les soirs, ce qui pose des contraintes en termes de repos des personnels. Heureusement, nous avons la chance de disposer d’un matériel des plus sophistiqués d’Europe, avec une institution qui soutient l’innovation. Les deux salles KTCT notament sont multimodales, équipées d’une installation d’angiographie couplée à un scanner et un échographe.

La Radiologie Interventionnelle complexe doit être réalisée par des praticiens impliqués à 100%

T.R.: Vous interviendrez lors du prochain Symposium MDCT 2020 sur ce thème. Quelle est votre position sur la radiologie interventionnelle d'aujourd’hui et de demain ?

Pr A.G. : Je dirais tout d’abord qu’il s’agit d’une spécialité à part entière. Cela implique, si on veut faire du travail de haut niveau, de la pratiquer à 100%, d’adopter les mêmes normes et contraintes que les chirurgiens, lorsque l’on s'attaque notamment à des actes thérapeutiques pointus. Et cela vaut également pour les manipulateurs. Il est regrettable que, quelquefois, ce soient les mêmes qui, un jour font des radios au lit et le lendemain des procédures interventionnelles complexes. Mais là encore nous nous confrontons à la réalité du marché du travail et ce n’est pas toujours possible de les spécialiser. Nous devons rapidement trouver des solutions à cette problématique pour pérenniser cette activité au niveau national.

T.R.:  Quelles seront les prochaines évolutions de la RI en France ?

Pr A.G. : Elles seront de plusieurs ordres, avec, en premier lieu, une montée en compétences des jeunes praticiens suite à la réforme de l’internat, avec à terme, 40% des radiologues qui pratiqueront la RI. C’est une très bonne chose car cette spécialité est très mal connue, alors qu’elle est vraiment très enrichissante pour les radiologues, par sa proximité avec les patients, et l’étendue des pathologies qu’elle traite. Les évolutions concernent également, évidemment, les progrès technologiques qui permettent aujourd’hui de disposer de la réalité augmentée dans les salles de RI, de la robotique pour diriger les guides et les sondes plus précisément ou dans zones très confinées, ou de l’intelligence artificielle pour évaluer le volume d’une tumeur ou proposer un trajet d’accès à une zone à traiter.

Nous avons une chance inouïe de pouvoir pratiquer cette spécialité qui bouge tous les jours. J’espère que nous allons pouvoir la pérenniser en ajustant mieux les effectifs.

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Save the date : le CTO Live Aid World Tour
23/06/2020 : Les acteurs de la prise en charge de l’occlusion chronique coronaire percutanée se retrouveront bientôt pour un événement caritatif en ligne. À cette occasion, 13 procédures seront diffusées en direct en 14h de temps.

Les usages du ballon actif dans le traitement des maladies coronaires
15/06/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, un webinar consacré aux usages du ballon actif dans le traitement percutané des maladies coronaires.

La Chine valide à son tour le Lipiodol pour la chimio-embolisation du CHC
10/06/2020 : Les usages du Lipiodol® Ultra-fluide pour le traitement du CHC au stade intermédiaire poursuivent leur développement. Cette procédure vient en effet d’être approuvée en Chine.

Le SRES 2020 aura bien lieu à la rentrée
26/05/2020 : Le SRES 2020 a été reporté à la rentrée et se déroulera, comme prévu, à Porto Vecchio. Consultez le programme de cette session ci-dessous.

Une check list internationale pour les services de radiologie interventionnelle en environnement COVID-19
09/04/2020 : Une check list vient d’être élaborée par les sociétés scientifiques européenne et asiatique pour la préparation des unités de radiologie et de cardiologie interventionnelle dans un environnement d’épidémie au COVID-19.

Comment les cardiologues interventionnels gèrent leurs patients pendant l'épidémie de COVID-19
08/04/2020 : Dans un webinar organisé le 3 avril 2020 par Incathlab, un parterre de cardiologues interventionnels font le point sur la gestion des maladies cardiaques durant l’épidémie de COVID-19. Une session didactique et très fournie.

Les ballons actifs obtiennent enfin le remboursement de l'Assurance maladie
07/04/2020 : Les ballons actifs, très utilisés pour les resténoses intra-stent coronaires, font enfin l’objet d’un remboursement de l’Assurance maladie. Deux arrêtés ont été publiés en ce sens récemment.

Save the date : Le SRES 2020 en mai à Porto Vecchio
05/03/2020 : Le Pr Philippe Piquet et le Pr Jean-Michel Bartoli co-organisent une nouvelle fois le Surgical & Radiological Endovascular Symposium (SRES). Ils nous le présentent cet événement pluridisciplinaire qui se tiendra à Porto Vecchio dans une vidéo.

La lithotripsie intravasculaire pour traiter les sténoses coronaires calcifiées
04/03/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, nous vous présentons un webinar Incathlab qui présente une nouvelle procédure de traitement des sténoses très calcifiées, la lithotripsie intravasculaire.

Un catheter amégnétique pour les ablations cardiaques obtient le marquage CE
06/02/2020 : Le premier système d’ablation cardiaque en environnement soumis à un champ magnétique vient d’obtenir le marquage CE. Ceci est la promesse de nouvelles pratiques interventionnelles cardiaques guidées par l’IRM.


Un outil d'aide à la décision en mammographie
10/07/2020 : Dans une conférence de presse virtuelle, deux radiologues présentent les avantages de la solution ProFound AI™ pour l’aide à la décision en mammographie.

Les usages du PET dans les indications d'infections articulaires péri prothétiques
08/07/2020 : En aval de la Conférence CHILI sur l’imagerie hybride, le Pr Jean-Noël Talbot a répondu à des questions ciblées sur les usages du PET dans les indications d’infections articulaires péri-prothétiques.

Recommandations relatives aux ré-irradiations en radiothérapie
07/07/2020 : Le nouveau numéro de « Sécurité du patient », publié régulièrement par l’ASN,  pour objet les ré-irradiations en radiothérapie. 29 ESR dus à cette pratique ont été répertoriés au cours des dix dernières années.

Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Un nouveau modèle de signes radiologiques pour le MIS-C pédiatrique
29/06/2020 : Au cours des dernières semaines, une affection hyperinflammatoire multisystémique est apparue chez les enfants en association avec une exposition ou une infection antérieure au SRAS-CoV-2. Une nouvelle série de cas publiée dans la revue Radiology examine le spectre des résultats d'imagerie chez les enfants atteints de l'inflammation post-COVID-19 connue aux États-Unis comme syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C).

La plateforme Odys Téléradiologie couvre désormais tout le Grand Est
24/06/2020 : Dans le prolongement de la plateforme historique T-Lor, Odys téléradiologie assure désormais la continuité de la prise en charge radiologique dans le Grand Est. Vingt-trois établissements, publics et privés, collaborent à ce projet et l’utilisent au quotidien.

Une étude teste un marqueur de récidive du CHC au scanner
24/06/2020 : Un biomarqueur non invasif de la fibrose hépatique à partir d’images tomodensitométriques devrait permettre d’éviter la biopsie pour évaluer le degré de récidive du CHC. C’est ce que montre une étude lancée par Median Technologies.

Save the date : le CTO Live Aid World Tour
23/06/2020 : Les acteurs de la prise en charge de l’occlusion chronique coronaire percutanée se retrouveront bientôt pour un événement caritatif en ligne. À cette occasion, 13 procédures seront diffusées en direct en 14h de temps.


Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les usages du PET dans les indications d'infections articulaires péri prothétiques
08/07/2020 : En aval de la Conférence CHILI sur l’imagerie hybride, le Pr Jean-Noël Talbot a répondu à des questions ciblées sur les usages du PET dans les indications d’infections articulaires péri-prothétiques.

Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Un outil d'aide à la décision en mammographie
10/07/2020 : Dans une conférence de presse virtuelle, deux radiologues présentent les avantages de la solution ProFound AI™ pour l’aide à la décision en mammographie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Un modèle de deep learning pour identifier le COVID-19 au scanner
08/04/2020 : Dans une étude publiée dans la Revue Radiology, un modèle de deep learning semble capable de réaliser un diagnostic différentiel de COVID-19 sur les examens de tomodensitométrie. Ce travail montre surtout que la spécificité du scanner semble améliorée comparativement aux autres études publiées sur ce thème.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.