Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie interventionnelle > La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière

La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière

LUNDI 27 JANVIER 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le Pr Afshin Gangi, Professeur de Radiologie Interventionnelle, passe une partie de son temps au King’s College de Londres. Cela ne l’empêche pas de piloter cette activité au CHRU de Strasbourg où il est chef de Service. À quelques semaines du Symposium MDCT 2020, nous l’avons rencontré pour une évocation passionnée de cette spécialité, ses atouts, ses besoins et son évolution à moyen terme.

Symposium MDCT 2020

Thema Radiologie : En tant que Professeur de Radiologie Interventionnelle (RI) et chef de Service, comment avez-vous organisé cette activité au CHRU de Strasbourg ?

Pr Afshin Gangi : Au CHRU de Strasbourg nous disposons de six blocs opératoires interventionnels, dont trois salles d’angiographie, deux salles de Caméra angiographie et une salle d’IRM interventionnelle. L’essentiel de l’activité couvre l’oncologie mais nous intervenons sur toutes les pratiques interventionnelles. L’équipe médicale est composée de onze radiologues interventionnels seniors avec un système de garde 24/7. Trois salles sont localisées au bloc opératoire et les trois autres dans un bloc interventionnel ISO 6.

"La Radiologie Interventionnelle a trois goulots d’étranglement : l’anesthésie, les lits d’aval et les effectifs de manipulateurs"

T.R.: Vous préconisez donc des activités de RI réalisées le plus souvent au bloc opératoire ?

Pr A.G. : Tout à fait. Il existe un débat animé par certains qui voient l’activité leur échapper lorsqu’elle est réalisée ailleurs que dans un service d’imagerie. Je pense au contraire que nous devons offrir la possibilité au patient de recourir à une chirurgie classique dans les cas où la RI ne pourrait pas suffire pour un traitement donné. D’autre part, la RI au bloc opératoire permet d’avoir accès rapidement à un environnement spécifique, notamment aux anesthésistes. Dans notre spécialité, il y a en fait trois goulots d’étranglement susceptibles de poser des problèmes. Les anesthésistes, donc, sans lesquels aucune procédure lourde n’est envisageable. L’accès à des lits d’aval dédiés à la RI ensuite, en hospitalisation de jour ou conventionnelle : à Strasbourg, deux infirmières et deux secrétaires passent leur temps à trouver des lits pour les patients de RI afin de ne pas rallonger les délais d’attente.

T.R.:  Rencontrez-vous des problèmes de continuité de service liés aux ressources humaines dans votre établissement ?

Pr A.G. : C’est en effet le troisième goulot d’étranglement. Il nous manque déjà trois praticiens pour que les gardes de vasculaire puissent se dérouler de manière optimale et sereine. Mais le point noir concerne les manipulateurs, puisqu’il en manque dix chez nous, au bas mot. Nous n’arrivons pas à remplacer les absences car il n’y a pas de professionnels qualifiés sur le marché. Il y a un vrai problème de reconnaissance et de revalorisation de ces manipulateurs hautement qualifiés. Du coup, pour assurer les programmes, nous devons élargir les plages horaires les jours où nous avons assez de manipulateurs et d’anesthésistes, ce qui nous oblige à fermer plus tôt les autres jours. Sans compter que les gardes de vasculaires sont occupées quasiment tous les soirs, ce qui pose des contraintes en termes de repos des personnels. Heureusement, nous avons la chance de disposer d’un matériel des plus sophistiqués d’Europe, avec une institution qui soutient l’innovation. Les deux salles KTCT notament sont multimodales, équipées d’une installation d’angiographie couplée à un scanner et un échographe.

La Radiologie Interventionnelle complexe doit être réalisée par des praticiens impliqués à 100%

T.R.: Vous interviendrez lors du prochain Symposium MDCT 2020 sur ce thème. Quelle est votre position sur la radiologie interventionnelle d'aujourd’hui et de demain ?

Pr A.G. : Je dirais tout d’abord qu’il s’agit d’une spécialité à part entière. Cela implique, si on veut faire du travail de haut niveau, de la pratiquer à 100%, d’adopter les mêmes normes et contraintes que les chirurgiens, lorsque l’on s'attaque notamment à des actes thérapeutiques pointus. Et cela vaut également pour les manipulateurs. Il est regrettable que, quelquefois, ce soient les mêmes qui, un jour font des radios au lit et le lendemain des procédures interventionnelles complexes. Mais là encore nous nous confrontons à la réalité du marché du travail et ce n’est pas toujours possible de les spécialiser. Nous devons rapidement trouver des solutions à cette problématique pour pérenniser cette activité au niveau national.

T.R.:  Quelles seront les prochaines évolutions de la RI en France ?

Pr A.G. : Elles seront de plusieurs ordres, avec, en premier lieu, une montée en compétences des jeunes praticiens suite à la réforme de l’internat, avec à terme, 40% des radiologues qui pratiqueront la RI. C’est une très bonne chose car cette spécialité est très mal connue, alors qu’elle est vraiment très enrichissante pour les radiologues, par sa proximité avec les patients, et l’étendue des pathologies qu’elle traite. Les évolutions concernent également, évidemment, les progrès technologiques qui permettent aujourd’hui de disposer de la réalité augmentée dans les salles de RI, de la robotique pour diriger les guides et les sondes plus précisément ou dans zones très confinées, ou de l’intelligence artificielle pour évaluer le volume d’une tumeur ou proposer un trajet d’accès à une zone à traiter.

Nous avons une chance inouïe de pouvoir pratiquer cette spécialité qui bouge tous les jours. J’espère que nous allons pouvoir la pérenniser en ajustant mieux les effectifs.

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Un catheter amégnétique pour les ablations cardiaques obtient le marquage CE
06/02/2020 : Le premier système d’ablation cardiaque en environnement soumis à un champ magnétique vient d’obtenir le marquage CE. Ceci est la promesse de nouvelles pratiques interventionnelles cardiaques guidées par l’IRM.

Radiologie interventionnelle infiltrative : de nouvelles indications et de nouvelles substances injectées
30/01/2020 : Les gestes de radiologie interventionnelle infiltrative connaissent de nouvelles indications et utilisent des substances variées. Le Dr Yvonne Maratos nous en donne les grandes lignes en vidéo.

Premières angioplasties coronaires assistées par la robotique en Allemagne
29/01/2020 : Les premières angioplasties coronaires utilisant la robotique en routine ont été réalisées récemment en Allemagne. Un pas de plus vers les changements de pratiques.

La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière
27/01/2020 : Le Pr Afshin Gangi, Professeur de Radiologie Interventionnelle, passe une partie de son temps au King’s College de Londres. Cela ne l’empêche pas de piloter cette activité au CHRU de Strasbourg où il est chef de Service. À quelques semaines du Symposium MDCT 2020, nous l’avons rencontré pour une évocation passionnée de cette spécialité, ses atouts, ses besoins et son évolution à moyen terme.

Traitement de l'occlusion chronique de coronaire en vidéo
16/01/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, deux procédures de traitement endovasculaire de l’occlusion chronique coronaire. Ces live cases sont rythmés par des discussions didactiques.

Tout savoir sur les agents emboliques en vidéo
18/12/2019 : Dans notre série dédiée aux procédures interventionnelles en vidéo, retour sur le webinar Incathlab du 26 novembre 2019 sur le thème des agents emboliques dans les procédures interventionnelles périphériques.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Chimio-embolisation hépatique: Lipiodol approuvé au Danemark
22/11/2019 : Le Danemark vient d’approuver Lipiodol Ultra-Fluide pour les procédures de chimio-embolisation. Il s’ajoute aux nombreux pays déjà convaincus par cette procédure.

Le congrès Neuro IMC fête son neuvième anniversaire en janvier 2020
07/11/2019 : Le congrès Neuro IMC, la référence en neuroradiologie interventionnelle, fêtera sa neuvième édition à Madrid en janvier 2020. Les inscriptions sont ouvertes.

Le système CT-navigation va équiper son premier hôpital aux USA
06/11/2019 : L’UW Health, de l'Université du Wisconsin vient de faire l’acquisition du système CT-navigation d’Imactis. Il s’agit du premier client outre-Atlantique pour cette société française.


Le Pôle Imagerie Médicale de l’AP-HM surfe sur la dynamique créée par le projet Imagerie Avenir Marseille (IAM-APHM)
14/02/2020 : Alors qu’il arrive à son terme, le projet de renouvellement des modalités d’imagerie du Pôle Imagerie Médicale (PIM) de l’AP-HM suscite bien des espoirs. La dynamique créée par la forte implication des équipes médicales, paramédicales, techniques, biomédicales et administratives et le dialogue constructif qu’il a favorisé permettront d’améliorer la cohésion et la montée en compétences de tous les acteurs du pôle et des directions concernées.

Découvrez les images du coronavirus mises à jour dans Spectrum of imaging
13/02/2020 : « Radiology of Coronavirus : Spectrum of imaging », édité par la Revue Radiology, est une page web mise à jour continuellement. Elle fournit aux radiologues un panel de cas cliniques pour les assister dans leur décision.

Une évocation de l'imagerie médicale de demain au MDCT 2020
12/02/2020 : Le scanner spectral, la radiologie interventionnelle et l’intelligence artificielle ont constitué les thématiques majeures développées lors du 9ème Symposium Scanner volumique. Un événement qui a laissé entrevoir ce que pourrait être l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique à moyen terme.

Dépistage du cancer du poumon : la FNMR interpelle à nouveau les pouvoirs publics
11/02/2020 : Suite aux bons résultats de la récente étude NELSON, la FNMR vient réitérer, par communiqué, sa demande auprès des pouvoirs publics d’étudier la mise en place du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose.

De nouvelles données pour identifier le coronavirus 2019-nCoV au scanner
11/02/2020 : Les signes détaillés du coronavirus 2019-nCoV viennent de faire l’objet d’une nouvelle étude parue dans la Revue Radiology. Des images en verre dépoli majoritairement périphériques et postérieures sont caractéristiques au scanner.

France Imageries Territoires, un vent de jeunesse dans la communauté
11/02/2020 : Le réseau de radiologues France Imageries Territoires compte désormais 270 praticiens. Les activités du groupe attirent de plus en plus de jeunes radiologues, les moins de 45 ans formant la majorité des adhérents.

L'étude NELSON promeut le dépistage du cancer du poumon par scanner
10/02/2020 : Le New England Journal of Medicine a publié, dernièrement les résultats de l’étude NELSON sur le dépistage du cancer du poumon chez les fumeurs. Il semble que le scanner low dose puisse significativement réduire le taux de mortalité de ces populations.

Deux nouvelles études en faveur de la tomothérapie pour le cancer du rectum
07/02/2020 : Deux nouvelles études internationales apportent une nouvelle fois la preuve des bénéfices apportés par la tomothérapie dans la prise en charge du cancer avancé du rectum. Combinée à la chimiothérapie et à la chirurgie, cette méthode apporte des résultats très satisfaisants.

Un catheter amégnétique pour les ablations cardiaques obtient le marquage CE
06/02/2020 : Le premier système d’ablation cardiaque en environnement soumis à un champ magnétique vient d’obtenir le marquage CE. Ceci est la promesse de nouvelles pratiques interventionnelles cardiaques guidées par l’IRM.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.


Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Une évocation de l'imagerie médicale de demain au MDCT 2020
12/02/2020 : Le scanner spectral, la radiologie interventionnelle et l’intelligence artificielle ont constitué les thématiques majeures développées lors du 9ème Symposium Scanner volumique. Un événement qui a laissé entrevoir ce que pourrait être l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique à moyen terme.

Un nouvel espoir de procréer grâce à l'embolisation des fibromes utérins
13/06/2017 : L’embolisation partielle des fibromes utérins pourrait devenir le traitement de première intensifn pour les femmes qui souhaitent procréer. C’est ce qu’a montré une étude portugaise publiée dans la revue Radiology.

L'étude NELSON promeut le dépistage du cancer du poumon par scanner
10/02/2020 : Le New England Journal of Medicine a publié, dernièrement les résultats de l’étude NELSON sur le dépistage du cancer du poumon chez les fumeurs. Il semble que le scanner low dose puisse significativement réduire le taux de mortalité de ces populations.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Dépistage du cancer du poumon : la FNMR interpelle à nouveau les pouvoirs publics
11/02/2020 : Suite aux bons résultats de la récente étude NELSON, la FNMR vient réitérer, par communiqué, sa demande auprès des pouvoirs publics d’étudier la mise en place du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose.

La mesure de calcification aortique par scanner comme outil de prévention des maladies cardio-vasculaires
02/10/2018 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, les mesures des calcifications aortiques abdominales par tomodensitométrie (TDM) sont de puissants prédicteurs de crises cardiaques et autres événements cardiovasculaires indésirables. La TDM aurait un potentiel plus élevé, dans ce cadre, que le score de risque de Framingham.

Quelle stratégie adopter pour le renouvellement du parc de modalités d'imagerie ?
13/06/2018 : Les HCL et l'AP-HM ont chacun adopté une stratégie spécifique dans le cadre du renouvellement de leur parc d'imagerie. À Lyon, un seul fournisseur assurera la gestion de l'ensemble du parc, alors qu'à Marseille, une offre segmentée est proposée aux fournisseurs.

France Imageries Territoires, un vent de jeunesse dans la communauté
11/02/2020 : Le réseau de radiologues France Imageries Territoires compte désormais 270 praticiens. Les activités du groupe attirent de plus en plus de jeunes radiologues, les moins de 45 ans formant la majorité des adhérents.

De nouvelles données pour identifier le coronavirus 2019-nCoV au scanner
11/02/2020 : Les signes détaillés du coronavirus 2019-nCoV viennent de faire l’objet d’une nouvelle étude parue dans la Revue Radiology. Des images en verre dépoli majoritairement périphériques et postérieures sont caractéristiques au scanner.