Vous êtes dans : Accueil > Actualités > SIH et téléradiologie > Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome

MERCREDI 04 DéCEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Téléradiologie

Thema Radiologie : Vous avez posé, en 2015, les bases juridiques d’une société de service de télémédecine. Qu’est-ce qui vous a motivé pour initier ce projet ?

Dr Stéphane Carre : En tant que praticien radiologue en activité à Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie, j’ai été amené à identifier au quotidien les besoins pratiques en « outils de télémédecine » de mes confrères. Notre région est en effet, par sa configuration géographique, très enclavée entre Lac et Montagne ce qui rend plus difficile qu’ailleurs la coordination des professionnels de Santé pour la prise en charge de leurs patients. Cela génère de fait un isolement des professionnels médicaux avec en corolaire un manque d’attractivité vis-à-vis des jeunes professionnels médicaux. Il convenait donc de mettre à disposition des médecins une plateforme de télé-expertise et de téléradiologie au sein de notre territoire. Les médecins isolés, en particulier de Montagne mais également d’EHPAD, peuvent ainsi disposer simplement d’avis de médecins spécialistes en orthopédie, rhumatologie, dermatologie, radiologie et gériatrie situés dans la vallée . Par ailleurs la création d’un pool élargi de téléradiologues publics et privés permet de mutualiser l’effort de Permanence des Soins en journée et lors des gardes afin de pallier le manque de ressources actuelles des Hôpitaux du territoire.

T.R. : Comment avez-vous structuré votre projet de plateforme de téléradiologie ?

Dr S. C. : La création d’un support Juridique disruptif par ses statuts, son règlement intérieur, son modèle d’autofinancement et ses conventions d’utilisation était la clé de la réussite et de l’attractivité du dispositif. Cette normalisation juridique  a convaincu les collectivités territoriales de nous aider car il s’agissait d’un projet de Santé publique participant à l’aménagement du territoire et à l’innovation. Nous avons donc obtenu l’adhésion de la région Rhône-Alpes, du département et de la préfecture de Haute-Savoie, ainsi que de l’ARS au travers d’un Contrat Plan État-Région. Cette synergie médicale et politique loco-régionale a permis de lever des fonds pour le financement structurel de la plateforme technique délocalisée, centralisée et ultra-sécurisée agrée Hébergeur de Données de Santé (HDS).

T.R. : Quelle est la vocation de votre plateforme sur le plan médical ?

Dr S. C. : Nous avons souhaité couvrir deux champs distincts : la téléradiologie tout d’abord, pour assurer la continuité de la prise en charge au niveau territorial, et la télé-expertise pour faire bénéficier d’un second avis le cas échéant. En pratique, nous fonctionnons comme un GIE, avec des intérêts publics et privés équilibrés, mais en autonomie complète, la gouvernance étant contrôlée par les médecins associés au projet. Il n’y a pas d’intérêts économiques, pas d’actionnaire extérieur, ce qui nous permet de mettre en commun nos ressources médicales à l’échelle territoriale et de pouvoir proposer la plateforme à des médecins afin d’étendre les réseaux en fonction des besoins .

T.R. : Qui a accès à votre plateforme de télémédecine ?

Dr S. C. : Nous accueillons l’ensemble des médecins qui veulent bien s’associer au projet. Quelle que soit l’origine publique ou privée, la structuration juridique permet d’accueillir des établissements hospitaliers,  des cabinets privés, des EHPAD ou des maisons de Santé qui peuvent chacun se connecter pour utiliser les services. Notre plateforme a d’ailleurs vocation à élargir son champ d’action au niveau régional et, pourquoi pas, national. Notre modèle, unique dans son fonctionnement, connait un succès certain. Nous avons misé, sur le plan médical, sur une organisation qualitative avec une commission médicale qui contrôle les protocoles de prise en charge des patients à partir des recommandations des sociétés savantes (choix des modalités, délai de prise en charge, protocoles d’acquisition, etc.).

T.R. : Avez-vous rencontré des freins au développement de votre projet ?

Dr S. C. : Les principaux freins étaient liés à la structuration juridique et financière du projet car il fallait apporter les garanties nécessaires aux différents acteurs publics et privés. Une fois obtenue la validation des conventions d’utilisation par l’ARS, tous les feux ont été au vert. Cette exigence de l’ARS en particulier fait aujourd’hui la force de notre projet, car c’est  un gage de qualité et de pérennité.

T.R. : Comment votre plateforme fonctionne-t-elle sur le plan technique ?

Dr S. C. : Elle fonctionne comme un RIS possédant une brique spécifique à la téléradiologie. Tous les flux sont tracés, elle est, comme je l’ai dit précédemment, HDS et possède une couche dédiée aux télé-expertises. Un système de visualisation avec des écrans normés de dernière génération est, de plus, mis à la disposition des téléradiologues qui peuvent faire les recherches d’images avec un web bowser dans le data center national.

T.R. : Pour finir, quels sont les atouts de votre projet au niveau national ?

Dr S. C. : Le projet local nous a permis d’éprouver les modèles juridiques, financiers et organisationnels médicaux. Nous pouvons d’ores et déjà justifier d’un retour d’expérience et de suivi de l’efficience. Nous pouvons donc sereinement proposer aux radiologues de rejoindre le dispositif en toute sérénité selon des modalités d’adhésion/sorties souples et avec des garanties de maîtrise comptable. Les rémunérations se feront à l’acte intellectuel afin de valoriser avant toute chose les effecteurs. Les ressources seront mutualisées selon une préférence locale/territoriale mais avec des possibilités de débord sur le plan national. L’infrastructure existante est dimensionnée pour accueillir un nombre important de partenaires, établissements demandeurs ou médecins. Elle est déjà financée par le CPER, notre modèle économique innovant nous permet d’assurer la pérennité de la plateforme afin de proposer un dispositif gagnant-gagnant sans société intermédiaire.

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

La sécurité des données de Santé bafouée dans le monde entier
14/01/2020 : Un média américain chiffre à plusieurs millions les cas de fuite de données de Santé librement accessibles sur internet dans le monde. Alors ce phénomène est connu depuis des années et que le risque d’utilisations malveillantes est majeur, le gouvernement a desserré l’étreinte juridique dans ce domaine. Heureusement en France, nous avons la certification HDS…

USA : un réseau d'échange d'images médicales au niveau national
07/01/2020 : Les plus hautes instances de la radiologie américaine sont impliquées dans la mise en place d’un réseau d’échange d’images médicales. Un guide a été publié afin de préciser les prérequis techniques et la norme IHE a été affinée afin d’améliorer l’interopérabilité et étendre le réseau sur tout le territoire.

Qualité d’image, low dose et ergonomie pour la table télécommandée distribuée par nehs
02/01/2020 : Le groupe nehs distribue la table télécommandée Platinium, fabriquée par DMS Imaging. Thomas Schrocke, manipulateur d’électroradiologie au CH de Hazebrouck, nous en présente les avantages, tant en termes de qualité d’image, de faible dosimétrie et d’ergonomie.

Des workflows améliorés grâce aux fonctionnalités du RIS/PACS nehs
12/12/2019 : Le RIS et le PACS commercialisés par nehs et utilisés par le groupe de radiologues IM2P permettent de mutualiser les données images et les interprétations des examens générés par le groupe. Le Dr Pierre-Yves Genson, radiologue IM2P et Samuel Gevrey, Responsable technique IM2P, nous parlent des améliorations apportées au workflow de patients, grâce notamment à la reconnaissance vocale intégrée ainsi qu’à la prise de rendez-vous à partir du RIS.

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Guerbet et intersystems signent un partenariat stratégique
20/11/2019 : Guerbet et Intersystems ont annoncé la signature d’un partenariat pour assurer l’interopérabilité de Contrast&Care, la solution de traçabilité des produits de contraste.

Un accord majeur pour faire entrer l'IA dans les services d'urgences
22/10/2019 : Quand un leader de l'intelligence artificielle embarquée dans le cloud et un spécialiste de l'analyse et du tri des examens radiologiques par algorithme signent un accord de partenariat, on favorise l'entrée de l'IA dans les services d'Urgences. Arterys et Milvue ont concrétisé un tel accord de partenariat.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Communauté radiologique : une plateforme nationale ouvre le champ des possibles
01/10/2019 : La téléradiologie moderne fait appel à une collaboration tripartite, intellectuelle, industrielle et opérationnelle. Le groupe TMF se place dans ce contexte, avec des processus qualité poussés à l'extrême. Et il s'appuie sur une plateforme nationale de télémédecine qui ouvre le champ des possibles.


Traitement de l'occlusion chronique de coronaire en vidéo
16/01/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, deux procédures de traitement endovasculaire de l’occlusion chronique coronaire. Ces live cases sont rythmés par des discussions didactiques.

L'Institut de cancérologie Lucien Neuwirth mis en demeure par l'ASN
15/01/2020 : L’institut de cancérologie Lucien Neuwirth (42) montre des signes significatifs d’insuffisances dans l’organisation de la radioprotection dans son service de radiothérapie et de curiethérapie. L’ASN, après plusieurs visites, le met en demeure de mettre en place les solutions appropriées dans une Décision.

La sécurité des données de Santé bafouée dans le monde entier
14/01/2020 : Un média américain chiffre à plusieurs millions les cas de fuite de données de Santé librement accessibles sur internet dans le monde. Alors ce phénomène est connu depuis des années et que le risque d’utilisations malveillantes est majeur, le gouvernement a desserré l’étreinte juridique dans ce domaine. Heureusement en France, nous avons la certification HDS…

Deux nouvelles modalités pour le Centre de radiothérapie de Ris-Orangis
14/01/2020 : Fort de l’installation de deux accélérateurs supplémentaires, le Centre de Radiothérapie de Ris-Orangis fait désormais partie des établissements de ce type les mieux dotés. Les patients peuvent d’autre part coupler la radiothérapie avec la chimiothérapie dans la clinique Pasteur voisine.

Explorer les pathologies hépatiques avec la spectroscopie par résonance magnétique
13/01/2020 : L’exploration des pathologies hépatiques a désormais un nouvel outil en préparation : la spectroscopie par résonnance magnétique. Cette technologie permet d’obtenir des données qualitatives et quantitatives à partir de la localisation de la fréquence d’un composé par rapport à celle de l’eau.  

Fujifilm et DMS Imaging se rapprochent pour la radiologie conventionnelle et interventionnelle
10/01/2020 : Fujifilm Europe va compléter sa gamme de tables télécommandées grâce à un accord de partenariat conclu avec DMS Imaging. Les premières ventes sont prévues au premier trimestre 2020.  

Récidive du cancer de la prostate: des résultats significatifs pour la SBRT
09/01/2020 : Une nouvelle étude conforte la stratégie thérapeutique utilisant le CyberKnife® pour traiter par SBRT les récidives de cancer de la prostate. Les résultats sont très encourageants par rapport aux autres traitements.

La protection des sources non scellées monte en puissance dans un Arrêté
08/01/2020 : De nouvelles dispositions relatives au contrôle des sources non scellées viennent d’être éditées dans un Arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé. Ce document vise à mieux protéger ces sources contre les actes malveillants.

ECR 2020 : des conférences plénières sur des thématiques résolument innovantes
07/01/2020 : Le prochain European Congress of Radiology proposera trois conférences données par des personnalités scientifiques de premier rang. Il s’agit du Pr Ralph Weissleder, du Dr Bernd Montag et du Pr Nenad Šestan qui traiteront de sujets résolument innovants.

USA : un réseau d'échange d'images médicales au niveau national
07/01/2020 : Les plus hautes instances de la radiologie américaine sont impliquées dans la mise en place d’un réseau d’échange d’images médicales. Un guide a été publié afin de préciser les prérequis techniques et la norme IHE a été affinée afin d’améliorer l’interopérabilité et étendre le réseau sur tout le territoire.


La sécurité des données de Santé bafouée dans le monde entier
14/01/2020 : Un média américain chiffre à plusieurs millions les cas de fuite de données de Santé librement accessibles sur internet dans le monde. Alors ce phénomène est connu depuis des années et que le risque d’utilisations malveillantes est majeur, le gouvernement a desserré l’étreinte juridique dans ce domaine. Heureusement en France, nous avons la certification HDS…

Le nouvel Arrêté relatif aux PCR, OCR et conseiller en radioprotection est paru !
06/01/2020 : Un nouvel Arrêté vient d’encadrer les nouvelles dispositions relatives à la gestion du risque ionisant en milieu de Santé. Les notions de PCR, d’OCR ou de conseiller en radioprotection y sont expliqués.  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

L'Institut de cancérologie Lucien Neuwirth mis en demeure par l'ASN
15/01/2020 : L’institut de cancérologie Lucien Neuwirth (42) montre des signes significatifs d’insuffisances dans l’organisation de la radioprotection dans son service de radiothérapie et de curiethérapie. L’ASN, après plusieurs visites, le met en demeure de mettre en place les solutions appropriées dans une Décision.

Explorer les pathologies hépatiques avec la spectroscopie par résonance magnétique
13/01/2020 : L’exploration des pathologies hépatiques a désormais un nouvel outil en préparation : la spectroscopie par résonnance magnétique. Cette technologie permet d’obtenir des données qualitatives et quantitatives à partir de la localisation de la fréquence d’un composé par rapport à celle de l’eau.  

Les nouveaux traitements endovasculaires de l'occlusion coronaire chronique
06/07/2016 : Le traitement de l’occlusion chronique totale des artères coronaires (CTO) fait désormais l’objet d’un congrès spécifique, le ML-CTO, destiné à former les praticiens aux nouvelles techniques et aux nouveaux matériels mis à leur disposition. Nous avons rencontré le Dr Max Amor, co-organisateur de cet événement, ainsi que du site Incathlab, pour une revue de détail de cette discipline.

Deux nouvelles modalités pour le Centre de radiothérapie de Ris-Orangis
14/01/2020 : Fort de l’installation de deux accélérateurs supplémentaires, le Centre de Radiothérapie de Ris-Orangis fait désormais partie des établissements de ce type les mieux dotés. Les patients peuvent d’autre part coupler la radiothérapie avec la chimiothérapie dans la clinique Pasteur voisine.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.