Vous êtes dans : Accueil > Actualités > SIH et téléradiologie > Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome

MERCREDI 04 DéCEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Téléradiologie

Thema Radiologie : Vous avez posé, en 2015, les bases juridiques d’une société de service de télémédecine. Qu’est-ce qui vous a motivé pour initier ce projet ?

Dr Stéphane Carre : En tant que praticien radiologue en activité à Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie, j’ai été amené à identifier au quotidien les besoins pratiques en « outils de télémédecine » de mes confrères. Notre région est en effet, par sa configuration géographique, très enclavée entre Lac et Montagne ce qui rend plus difficile qu’ailleurs la coordination des professionnels de Santé pour la prise en charge de leurs patients. Cela génère de fait un isolement des professionnels médicaux avec en corolaire un manque d’attractivité vis-à-vis des jeunes professionnels médicaux. Il convenait donc de mettre à disposition des médecins une plateforme de télé-expertise et de téléradiologie au sein de notre territoire. Les médecins isolés, en particulier de Montagne mais également d’EHPAD, peuvent ainsi disposer simplement d’avis de médecins spécialistes en orthopédie, rhumatologie, dermatologie, radiologie et gériatrie situés dans la vallée . Par ailleurs la création d’un pool élargi de téléradiologues publics et privés permet de mutualiser l’effort de Permanence des Soins en journée et lors des gardes afin de pallier le manque de ressources actuelles des Hôpitaux du territoire.

T.R. : Comment avez-vous structuré votre projet de plateforme de téléradiologie ?

Dr S. C. : La création d’un support Juridique disruptif par ses statuts, son règlement intérieur, son modèle d’autofinancement et ses conventions d’utilisation était la clé de la réussite et de l’attractivité du dispositif. Cette normalisation juridique  a convaincu les collectivités territoriales de nous aider car il s’agissait d’un projet de Santé publique participant à l’aménagement du territoire et à l’innovation. Nous avons donc obtenu l’adhésion de la région Rhône-Alpes, du département et de la préfecture de Haute-Savoie, ainsi que de l’ARS au travers d’un Contrat Plan État-Région. Cette synergie médicale et politique loco-régionale a permis de lever des fonds pour le financement structurel de la plateforme technique délocalisée, centralisée et ultra-sécurisée agrée Hébergeur de Données de Santé (HDS).

T.R. : Quelle est la vocation de votre plateforme sur le plan médical ?

Dr S. C. : Nous avons souhaité couvrir deux champs distincts : la téléradiologie tout d’abord, pour assurer la continuité de la prise en charge au niveau territorial, et la télé-expertise pour faire bénéficier d’un second avis le cas échéant. En pratique, nous fonctionnons comme un GIE, avec des intérêts publics et privés équilibrés, mais en autonomie complète, la gouvernance étant contrôlée par les médecins associés au projet. Il n’y a pas d’intérêts économiques, pas d’actionnaire extérieur, ce qui nous permet de mettre en commun nos ressources médicales à l’échelle territoriale et de pouvoir proposer la plateforme à des médecins afin d’étendre les réseaux en fonction des besoins .

T.R. : Qui a accès à votre plateforme de télémédecine ?

Dr S. C. : Nous accueillons l’ensemble des médecins qui veulent bien s’associer au projet. Quelle que soit l’origine publique ou privée, la structuration juridique permet d’accueillir des établissements hospitaliers,  des cabinets privés, des EHPAD ou des maisons de Santé qui peuvent chacun se connecter pour utiliser les services. Notre plateforme a d’ailleurs vocation à élargir son champ d’action au niveau régional et, pourquoi pas, national. Notre modèle, unique dans son fonctionnement, connait un succès certain. Nous avons misé, sur le plan médical, sur une organisation qualitative avec une commission médicale qui contrôle les protocoles de prise en charge des patients à partir des recommandations des sociétés savantes (choix des modalités, délai de prise en charge, protocoles d’acquisition, etc.).

T.R. : Avez-vous rencontré des freins au développement de votre projet ?

Dr S. C. : Les principaux freins étaient liés à la structuration juridique et financière du projet car il fallait apporter les garanties nécessaires aux différents acteurs publics et privés. Une fois obtenue la validation des conventions d’utilisation par l’ARS, tous les feux ont été au vert. Cette exigence de l’ARS en particulier fait aujourd’hui la force de notre projet, car c’est  un gage de qualité et de pérennité.

T.R. : Comment votre plateforme fonctionne-t-elle sur le plan technique ?

Dr S. C. : Elle fonctionne comme un RIS possédant une brique spécifique à la téléradiologie. Tous les flux sont tracés, elle est, comme je l’ai dit précédemment, HDS et possède une couche dédiée aux télé-expertises. Un système de visualisation avec des écrans normés de dernière génération est, de plus, mis à la disposition des téléradiologues qui peuvent faire les recherches d’images avec un web bowser dans le data center national.

T.R. : Pour finir, quels sont les atouts de votre projet au niveau national ?

Dr S. C. : Le projet local nous a permis d’éprouver les modèles juridiques, financiers et organisationnels médicaux. Nous pouvons d’ores et déjà justifier d’un retour d’expérience et de suivi de l’efficience. Nous pouvons donc sereinement proposer aux radiologues de rejoindre le dispositif en toute sérénité selon des modalités d’adhésion/sorties souples et avec des garanties de maîtrise comptable. Les rémunérations se feront à l’acte intellectuel afin de valoriser avant toute chose les effecteurs. Les ressources seront mutualisées selon une préférence locale/territoriale mais avec des possibilités de débord sur le plan national. L’infrastructure existante est dimensionnée pour accueillir un nombre important de partenaires, établissements demandeurs ou médecins. Elle est déjà financée par le CPER, notre modèle économique innovant nous permet d’assurer la pérennité de la plateforme afin de proposer un dispositif gagnant-gagnant sans société intermédiaire.

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

France Imageries Territoires, un vent de jeunesse dans la communauté
11/02/2020 : Le réseau de radiologues France Imageries Territoires compte désormais 270 praticiens. Les activités du groupe attirent de plus en plus de jeunes radiologues, les moins de 45 ans formant la majorité des adhérents.

THERA SOFT innove en dématérialisant les Forfaits Techniques
03/02/2020 : Les activités de scanner et d’IRM du Centre Hospitalier de Fécamp (76), gérées par deux GIE impliquant des radiologues, font désormais l’objet d’une solution de dématérialisation des Forfaits Techniques (FT). Pour ce faire, THERA SOFT a développé MediGED FT, une solution que nous décrivent Richard Lefèvre, Directeur Général, et Pierrette Masson, Coordinatrice secrétariat et gestionnaire des GIE.

La sécurité des données de Santé bafouée dans le monde entier
14/01/2020 : Un média américain chiffre à plusieurs millions les cas de fuite de données de Santé librement accessibles sur internet dans le monde. Alors que ce phénomène est connu depuis des années et que le risque d’utilisations malveillantes est majeur, le gouvernement américain a desserré l’étreinte juridique dans ce domaine. Heureusement en France, nous avons la certification HDS…

USA : un réseau d'échange d'images médicales au niveau national
07/01/2020 : Les plus hautes instances de la radiologie américaine sont impliquées dans la mise en place d’un réseau d’échange d’images médicales. Un guide a été publié afin de préciser les prérequis techniques et la norme IHE a été affinée afin d’améliorer l’interopérabilité et étendre le réseau sur tout le territoire.

Qualité d’image, low dose et ergonomie pour la table télécommandée distribuée par nehs
02/01/2020 : Le groupe nehs distribue la table télécommandée Platinium, fabriquée par DMS Imaging. Thomas Schrocke, manipulateur d’électroradiologie au CH de Hazebrouck, nous en présente les avantages, tant en termes de qualité d’image, de faible dosimétrie et d’ergonomie.

Des workflows améliorés grâce aux fonctionnalités du RIS/PACS nehs
12/12/2019 : Le RIS et le PACS commercialisés par nehs et utilisés par le groupe de radiologues IM2P permettent de mutualiser les données images et les interprétations des examens générés par le groupe. Le Dr Pierre-Yves Genson, radiologue IM2P et Samuel Gevrey, Responsable technique IM2P, nous parlent des améliorations apportées au workflow de patients, grâce notamment à la reconnaissance vocale intégrée ainsi qu’à la prise de rendez-vous à partir du RIS.

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Guerbet et intersystems signent un partenariat stratégique
20/11/2019 : Guerbet et Intersystems ont annoncé la signature d’un partenariat pour assurer l’interopérabilité de Contrast&Care, la solution de traçabilité des produits de contraste.

Un accord majeur pour faire entrer l'IA dans les services d'urgences
22/10/2019 : Quand un leader de l'intelligence artificielle embarquée dans le cloud et un spécialiste de l'analyse et du tri des examens radiologiques par algorithme signent un accord de partenariat, on favorise l'entrée de l'IA dans les services d'Urgences. Arterys et Milvue ont concrétisé un tel accord de partenariat.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !


Le Pôle Imagerie Médicale de l’AP-HM surfe sur la dynamique créée par le projet Imagerie Avenir Marseille (IAM-APHM)
14/02/2020 : Alors qu’il arrive à son terme, le projet de renouvellement des modalités d’imagerie du Pôle Imagerie Médicale (PIM) de l’AP-HM suscite bien des espoirs. La dynamique créée par la forte implication des équipes médicales, paramédicales, techniques, biomédicales et administratives et le dialogue constructif qu’il a favorisé permettront d’améliorer la cohésion et la montée en compétences de tous les acteurs du pôle et des directions concernées.

Découvrez les images du coronavirus mises à jour dans Spectrum of imaging
13/02/2020 : « Radiology of Coronavirus : Spectrum of imaging », édité par la Revue Radiology, est une page web mise à jour continuellement. Elle fournit aux radiologues un panel de cas cliniques pour les assister dans leur décision.

Une évocation de l'imagerie médicale de demain au MDCT 2020
12/02/2020 : Le scanner spectral, la radiologie interventionnelle et l’intelligence artificielle ont constitué les thématiques majeures développées lors du 9ème Symposium Scanner volumique. Un événement qui a laissé entrevoir ce que pourrait être l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique à moyen terme.

Dépistage du cancer du poumon : la FNMR interpelle à nouveau les pouvoirs publics
11/02/2020 : Suite aux bons résultats de la récente étude NELSON, la FNMR vient réitérer, par communiqué, sa demande auprès des pouvoirs publics d’étudier la mise en place du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose.

De nouvelles données pour identifier le coronavirus 2019-nCoV au scanner
11/02/2020 : Les signes détaillés du coronavirus 2019-nCoV viennent de faire l’objet d’une nouvelle étude parue dans la Revue Radiology. Des images en verre dépoli majoritairement périphériques et postérieures sont caractéristiques au scanner.

France Imageries Territoires, un vent de jeunesse dans la communauté
11/02/2020 : Le réseau de radiologues France Imageries Territoires compte désormais 270 praticiens. Les activités du groupe attirent de plus en plus de jeunes radiologues, les moins de 45 ans formant la majorité des adhérents.

L'étude NELSON promeut le dépistage du cancer du poumon par scanner
10/02/2020 : Le New England Journal of Medicine a publié, dernièrement les résultats de l’étude NELSON sur le dépistage du cancer du poumon chez les fumeurs. Il semble que le scanner low dose puisse significativement réduire le taux de mortalité de ces populations.

Deux nouvelles études en faveur de la tomothérapie pour le cancer du rectum
07/02/2020 : Deux nouvelles études internationales apportent une nouvelle fois la preuve des bénéfices apportés par la tomothérapie dans la prise en charge du cancer avancé du rectum. Combinée à la chimiothérapie et à la chirurgie, cette méthode apporte des résultats très satisfaisants.

Un catheter amégnétique pour les ablations cardiaques obtient le marquage CE
06/02/2020 : Le premier système d’ablation cardiaque en environnement soumis à un champ magnétique vient d’obtenir le marquage CE. Ceci est la promesse de nouvelles pratiques interventionnelles cardiaques guidées par l’IRM.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.


Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Une évocation de l'imagerie médicale de demain au MDCT 2020
12/02/2020 : Le scanner spectral, la radiologie interventionnelle et l’intelligence artificielle ont constitué les thématiques majeures développées lors du 9ème Symposium Scanner volumique. Un événement qui a laissé entrevoir ce que pourrait être l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique à moyen terme.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Réglementation concernant les appareils mobiles des cabinets dentaires
17/05/2016 : Les appareils mobiles ou portables générant des rayons X au sein des cabinets dentaires font désormais l’objet d’une surveillance identique à un poste fixe. C’est ce qu’a rappelé l’ASN dans une note datée du 2 mai 2016.

L'étude NELSON promeut le dépistage du cancer du poumon par scanner
10/02/2020 : Le New England Journal of Medicine a publié, dernièrement les résultats de l’étude NELSON sur le dépistage du cancer du poumon chez les fumeurs. Il semble que le scanner low dose puisse significativement réduire le taux de mortalité de ces populations.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

De nouvelles données pour identifier le coronavirus 2019-nCoV au scanner
11/02/2020 : Les signes détaillés du coronavirus 2019-nCoV viennent de faire l’objet d’une nouvelle étude parue dans la Revue Radiology. Des images en verre dépoli majoritairement périphériques et postérieures sont caractéristiques au scanner.

Un nouvel espoir de procréer grâce à l'embolisation des fibromes utérins
13/06/2017 : L’embolisation partielle des fibromes utérins pourrait devenir le traitement de première intensifn pour les femmes qui souhaitent procréer. C’est ce qu’a montré une étude portugaise publiée dans la revue Radiology.

Dépistage du cancer du poumon : la FNMR interpelle à nouveau les pouvoirs publics
11/02/2020 : Suite aux bons résultats de la récente étude NELSON, la FNMR vient réitérer, par communiqué, sa demande auprès des pouvoirs publics d’étudier la mise en place du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose.

La mesure de calcification aortique par scanner comme outil de prévention des maladies cardio-vasculaires
02/10/2018 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, les mesures des calcifications aortiques abdominales par tomodensitométrie (TDM) sont de puissants prédicteurs de crises cardiaques et autres événements cardiovasculaires indésirables. La TDM aurait un potentiel plus élevé, dans ce cadre, que le score de risque de Framingham.