Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Comment explorer le pied de Charcot ?

Comment explorer le pied de Charcot ?

MERCREDI 20 NOVEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans une revue des images médicales pour le diagnostic et la classification du pied de Charcot, une étude suisse identifie la radiographie conventionnelle et l’IRM comme moyens d’exploration privilégiés.

Springer

Une étude suisse publiée dans Springer, le journal de l’European Society of Radiology, propose une revue des images médicales du pied de Charcot. Cette affection est caractérisée par quatre stades de la maladie, l’inflammation du pied tout d’abord, la fragmentation ensuite, la coalescence et enfin la consolidation.

Cinq zones du pied impliquées dans la classification de la maladie

La phase active se matérialise par un pied chaud, rouge et œdématié, l’os devient fragile entraînant des fractures, des destructions articulaires et un effondrement de l’arcade longitudinale du pied. Pendant la phase inactive, le pied n'est plus rouge, mais des ostéophytes saillants et des corps mous palpables sont la conséquence d'une destruction substantielle des articulations. L’apparence typique d’un pied de Charcot en phase finale est ce que l’on appelle la difformité du pied bot en piolet.

Cette revue se concentre sur les découvertes typiques d’un pied de Charcot sur les radiographies et sur l’IRM car ces deux modalités jouent le rôle le plus important pour la surveillance, la classification et le traitement de la maladie. Elle utilise la classification de Sanders et Frykberg car celle-ci peut être utilisée sans informations cliniques supplémentaires. Sanders et Frykberg ont identifié cinq zones de répartition de la maladie en fonction de leur localisation anatomique. Les zones les plus couramment impliquées sont la zone II dans environ 45% des cas et la zone III dans environ 35% des cas.

La radiographie conventionnel et l’IRM recommandées, selon le stade d’évolution de la maladie

Les radiographies conventionnelles du pied de Charcot sont traditionnellement la technique d'imagerie standard pour établir le diagnostic, évaluer le stade de la maladie et la surveiller. Le principal avantage des radiographies standard est d’évaluer la position des os les uns par rapport aux autres, en particulier en charge.

En IRM, il est essentiel d’utiliser un large champ d’acquisition car la maladie peut toucher tout le pied. Il est nécessaire d'utiliser une séquence sensible aux liquides (par exemple, STIR) pour évaluer l'œdème dans la moelle osseuse et les tissus mous. Une séquence T1 TSE (turbo spin-echo) classique explore l'anatomie et le signal adipeux de la moelle osseuse. Les séquences pondérées en T2 peuvent démontrer la présence de kystes sous-chondraux et aider à identifier les collections de liquide. Les images axiales sont utiles pour évaluer la maladie articulaire de Lisfranc. L’injection de gadolinium est déconseillée car ces patients sont à risque de développer une insuffisance rénale.

IRM pour le diagnostic du pied de Charcot au stade précoce

L'IRM est la meilleure modalité d'imagerie pour confirmer le diagnostic de suspicion active de la maladie de Charcot active précoce alors que les radiographies conventionnelles peuvent sembler normales à ce stade. Dans le pied de Charcot, l'os cuboïde devient l'os le plus inférieur du pied qui est sujet à une formation importante de callosités, de vésicules et d'ulcérations, en particulier au niveau du cuboïde. Cela peut entraîner des infections des tissus mous et de l'ostéomyélite. L'IRM présente une grande précision dans le diagnostic de l'ostéomyélite du pied, avec une sensibilité élevée (77–100%) et une haute spécificité (80–100%). Cependant, la distinction entre un pied de Charcot actif et une ostéomyélite aiguë reste difficile et nécessite un complément d’information.

D'autres moyens d'exploration, notamment l'IRM fonctionnelle, le scanner ou la médecine nucléaire sont également évoqués dans cette étude.

Bruno Benque avec Springer


toshiba

LE CH de Valenciennes se dote d'une IRM 3T
26/11/2019 : Le CH de Valenciennes vient de réaliser un renouvellement conséquent de son plateau technique. Une IRM 3T et un cockpit d’imagerie font partie des solutions acquises dans ce cadre.

Le CHU de Poitiers se dote de la première IRM 7T clinique de France
20/11/2019 : La première modalité IRM 7T à vocation clinique de France vient d’être inaugurée au CHU de Poitiers. Un investissement important a été mobilisé pour cette installation qui a fait l’objet de la construction d’un bâtiment spécifique et d’une salle d’examen surdimensionnée en dimensions et en blindage.

Comment explorer le pied de Charcot ?
20/11/2019 : Dans une revue des images médicales pour le diagnostic et la classification du pied de Charcot, une étude suisse identifie la radiographie conventionnelle et l’IRM comme moyens d’exploration privilégiés.

IVDr, ou l'étude métabolique des fluides biologiques par RMN
14/11/2019 : Le Laboratoire de chimie et biochimie pharmacologiques et toxicologiques se dote du premier IVDr en France, système d’analyse métabolique à haut débit des fluides biologiques chez l’Homme par résonance magnétique. Il sera inauguré le 3 décembre 2019 sur le Campus Saint-Germain-des-Prés.  

Prostate : ateliers pratiques d’IRM sur consoles
05/11/2019 : Forcomed propose une formation ciblée sur l’IRM prostatique multiparamétrique. Elle permet d’assurer notamment le classement PIRADS2 des lésions et d’effectuer un bilan d’extension.

Une session e-learning consacrée à la pathologie maligne du pelvis en IRM
22/10/2019 : Afin de parfaire leur formation en imagerie pelvienne oncologique et d'acquérir les clés pour participer à une RCP d'oncologie pelvienne, Forcomed propose aux radiologues une formation en e-learning sur l'IRM de la pathologie maligne du pelvis.

La cartographie T2 comme biomarqueur de dégénérescence méniscale
20/09/2019 : Le temps de relaxation T2 pourrait servir de biomarqueur de dégénérescence méniscale. C'est ce que montre une étude hollandaise publiée dans la Revue European Radiology.

Hypertrophie du VG : signe avant coureur de maladie coronarienne
13/09/2019 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'hypertrophie ventriculaire gauche est un facteur prédictif de la mortalité et de l'insuffisance cardiaque liés à la maladie coronarienne. Dans ce cadre, l'IRM du VG serait plus prédictive que le coroscanner.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

Actualité du parc IRM français...et limitrophe
05/09/2019 : En cet été 2019, plusieurs modalités d'IRM ont été installées, notamment à Guéret, sur la Côte fleurie et à la Chaux-de-Fonds notamment.


La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

Le JT du RSNA du 7 décembre 2019
09/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro particulier depuis le consulat de France à Chicago. Retour ensuite sur les stands pour des interviews au sujet d’Azmed, Casis, DMS Imaging ainsi que pour des solutions d’e-santé.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Le JT du RSNA du 5 décembre 2019
06/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveaux algorithmes Terrarecon et le système de reconstruction Sitech Neuton. Le Dr Novellas et le Dr Delemar concluent en évoquant le contenu scientifique du congrès.

Le JT du RSNA du 4 décembre 2019
05/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro spécial Philips de nouveautés en IRM, scanner et échographie notamment.

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le JT du RSNA du 3 décembre 2019
04/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveautés EOS, l’intelligence artificielle selon GE Healthcare, la situation de Guerbet et les interventions du Dr Dominique NGuyen et du Dr Victor Delemar.

Le JT du RSNA du 2 décembre 2019
03/12/2019 : Premier volet de notre série de comptes rendus du RSNA 2019, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui sont évoquées les solutions Canon Medical, Medexprim et Guerbet, suivies de la minute de Victor Delemar.

Optimiser l’accueil du patient : 3 programmes de formation au choix et ultraciblés pour les équipes de secrétariat
03/12/2019 : A partir de janvier 2020, Forcomed lance 3 nouveaux programmes spécialement conçus pour les équipes d’accueil et de secrétariat de centres d'imagerie médicale, deux en présentiel et une en e-learning.

Des modèles pertinents de deep learning pour la radiographie thoracique
03/12/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, le deep learning peut détecter des résultats de radiographie thoracique cliniquement significatifs aussi efficacement que des radiologues expérimentés. Les chercheurs rapportent que leurs résultats pourraient constituer une ressource précieuse pour le développement futur de modèles d’intelligence artificielle pour la radiographie thoracique.


Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

COMMENT PRÉVENIR LA RÉCIDIVE D'ANÉVRISME INTRA-CÉRÉBRAL ?
10/06/2015 : Des protocoles de suivi à 10 ans par angio-IRM pourraient s'avérer nécessaire afin de prévenir les récidives d'anévrisme intracrânien. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans Radiology.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus
05/09/2016 : Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Le CHU de Poitiers se dote de la première IRM 7T clinique de France
20/11/2019 : La première modalité IRM 7T à vocation clinique de France vient d’être inaugurée au CHU de Poitiers. Un investissement important a été mobilisé pour cette installation qui a fait l’objet de la construction d’un bâtiment spécifique et d’une salle d’examen surdimensionnée en dimensions et en blindage.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La HAS étudie la pertinence de l'intégration de la tomosynthèse dans le dépistage
02/12/2019 : La tomosynthèse intégrée dans le dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes à risque modéré fait l’objet d’une étude approfondie de la Haute Autorité de Santé (HAS). SA revue de la littérature internationale la pousse à aller plus loin dans son analyse pour éclaircir quelques points d’interrogation.

La radiologie française a-t-elle vraiment besoin du COFRAC ?
21/11/2018 : La radiologie française est très impliquée dans les processus qualité. Mais cela n'empêche pas le COFRAC de travailler sur un référentiel de certification ISO identique à celui des laboratoires de biologie. Le G4 monte au créneau pour affirmer son désaccord.

Le JT du RSNA du 7 décembre 2019
09/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro particulier depuis le consulat de France à Chicago. Retour ensuite sur les stands pour des interviews au sujet d’Azmed, Casis, DMS Imaging ainsi que pour des solutions d’e-santé.