Vous êtes dans : Accueil > Actualités > SIH et téléradiologie > Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record

MERCREDI 09 OCTOBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Nuance

Parallèlement, on assiste à une augmentation des demandes d’examens favorisée par l'augmentation du nombre de patients atteints de maladies chroniques ou par le vieillissement de la population. C'est la raison pour laquelle les téléradiologues, comme leurs confrères, souhaitent gagner en ergonomie, en temps, en précision et en qualité pour l'élaboration de leurs comptes rendus. Et la reconnaissance vocale est l'outil par excellence pour assurer un processus optimal dans ce cadre.

Nous avons demandé l'avis de deux experts dans ce domaine, le Dr. Madeleine Cavet de CGTR et Pierre Meyblum de Nuance.

Thema Radiologie : Les plateformes de téléradiologie investissent les hôpitaux depuis deux ou trois ans. Quel est votre ressenti sur cette tendance ?

Dr Madeleine Cavet : Le contexte de raréfaction des ressources en radiologues, doublé de la forte hausse de la demande en imagerie et de la place de plus en plus centrale prise par cette spécialité dans le parcours de soin, a créé une tension dans les services hospitaliers de beaucoup d'établissements publics. La téléradiologie a été l’une des réponses pour résorber cette tension, tout en maintenant une forte exigence sur la qualité des soins, qui doit être à minima équivalente.

D'autre part, le recours à une imagerie de spécialité de plus en plus pointue nécessite une complémentarité dans la ressource médicale, pour un accès à des référents par spécialité d’organe, pour tous les patients, où qu’ils se trouvent sur le territoire (imagerie ophtalmo, pédiatrique, cardiaque ou ORL par exemple).

Pierre Mayblum : Cette tendance répond effectivement à une nécessité double, le manque de temps clinique pour les praticiens hospitaliers et l’accès continu aux soins pour les patients. Mais on remarque de plus en plus souvent des services d'imagerie hospitaliers sans radiologue à temps plein, un phénomène qui s'accentue pour les habitants des zones où se font sentir des difficultés d’accès à un praticien.

T.R. : Pourquoi intégrer la reconnaissance vocale dans une outil de téléradiologie ?

Dr M.C.: Le radiologue impliqué, pour une partie de son temps, en téléradiologie, a besoin de fluidité dans ses processus de travail, ainsi que d’une ergonomie de travail à la hauteur de la modernité de l’outil qu’il utilise. C'est pour répondre à ce besoin que l'environnement conçu par CGTR pour la prise en charge radiologique inclut nativement et sans limite d’utilisation la reconnaissance vocale Nuance, dans sa page de compte rendu.

En imagerie d’urgence, où les délais de production d’un compte rendu conditionnent la rapidité du transfert ou de la prise en charge d’un patient, comme en imagerie programmée, où les comptes rendus sont parfois longs et complexes, la simplicité de la parole et de l’autocorrection permet aux radiologues de la communauté de produire des comptes rendus irréprochables en un délai record, quelle que soit leur longueur.

P.M. : Nos solutions sont conçues pour faciliter l’adoption de la reconnaissance vocale par les radiologues afin qu'ils maîtrisent ce nouvel environnement clinique, l'applicatif et la nouvelle manière de travailler qui en découle. La reconnaissance vocale s’inscrit dans la continuité de recherche d’autonomie du médecin dans sa pratique clinique et dans l’environnement dans lequel elle est produite.

T.R. : À quels développements technologiques doit-on s’attendre dans les 5 prochaines années ?

Dr M.C. : La téléradiologie n’est qu’une façon d’organiser de la radiologie, parmi d’autres. Elle évoluera donc naturellement autour l'accessibilité tout d'abord, la téléradiologie facilitant une imagerie de premier recours partout sur le territoire et s’appuyant sur une organisation concentrique dont le premier relais est un vaste réseau de radiologues de proximité (téléradiologie intra GHT, partenariats public- privé dans le territoire). Elle permettra ensuite de développer une imagerie clinique centrée sur le patient, grâce aux outils de la télémédecine, et une imagerie d’excellence, par un travail en réseau des radiologues qui s'appuieront sur des experts présents sur tout le territoire. La téléradiologie favorisera, enfin, une culture de la qualité et de l'amélioration des pratiques, par un travail en réseau, grâce à des applications de peer review ou de peer learning, rendus incontournables dans les outils de télémédecine.

L’interopérabilité enfin, indispensable aux environnements de travail intégrés, permettra de travailler, pour les radiologues comme pour les médecins demandeur ou les manipulateurs radio, dans un environnement plus uniciste et ergonomique.

P.M. : Les architectures informatiques de santé deviendront des environnements technologiques moins intrusifs, en termes d'usages côté médecin et en termes de ressenti, côté expérience patient, que ce soit sur site ou à distance. À cet égard, Nuance a lancé des développements technologiques pour une évolutivité basée sur les dernières technologies d’Intelligence Artificielle. L’ACI (Ambient Clinic Intelligence) vient créer un environnement intelligent et non intrusif entre le médecin et son patient. D'autre part, nous avons noué des partenariats innovants autour de notre Market Place AI pour apporter aux radiologues un panel de nouvelles technologies évolutives qui répondent à la transformation de leurs besoins.

CGTR présentera son outil de téléradiologie embarquant la reconnaissance vocale de Nuance, pendant les Journées Francophones de Radiologie du 11 au 14 octobre à Paris.

Thema Radiologie avec Nuance


toshiba

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Communauté radiologique : une plateforme nationale ouvre le champ des possibles
01/10/2019 : La téléradiologie moderne fait appel à une collaboration tripartite, intellectuelle, industrielle et opérationnelle. Le groupe TMF se place dans ce contexte, avec des processus qualité poussés à l'extrême. Et il s'appuie sur une plateforme nationale de télémédecine qui ouvre le champ des possibles.

Permanence des soins : France Imageries Territoires et Téladiag se rapprochent
01/10/2019 : Afin de participer au mieux à la permanence des soins, le réseau France Imageries et Territoires vient d'annoncer un rapprochement avec le réseau de radiologues Télédiag.

Téléimagerie: la HAS élabore un guide de bonnes pratiques
26/06/2019 : La Haute Autorité de Santé vient de publier un guide de bonnes pratiques en téléimagerie. Inspiré de la Charte élaborée par le G4, ce document traite également de télémédecine nucléaire, pratique émergente pour assurer un maillage homogène sur le territoire.

Édito - Téléradiologie: des prérequis technologiques différents selon les applications
05/06/2019 : La téléradiologie est devenue un maillon essentiel du parcours de soins. Et suivant les applications qui en sont faites, le niveau technologique peut s'avérer plus ou moins complexe et coûteux. Revue de détails…

CGTR étend son service de téléradiologie à tout le GHT de la Vienne
30/05/2019 : Le site de Montmorillon du CHU de Poitiers ne dispose que d'une radiologue pour assurer la gestion des échographies, mammographies, radiologie conventionnelle et scanner. Éric David, cadre de santé du service, nous explique comment l'usage de la téléradiologie était nécessaire pour assurer la continuité de la prise en charge radiologique de ce bassin de population et pourquoi ce processus s'étend désormais à tout le GHT de la Vienne.

Des chercheurs réussissent à pirater des images de scanner ou d'IRM
16/04/2019 : Les images de scanner ou d'IRM en cours d'acquisition sont susceptibles d'être piratées depuis la salle 'attente du service. C'est ce qu'affirme une étude israélienne d'ingénierie de l'information et des systèmes.

Medasys devient Dedalus France
21/03/2019 : Medasys a, sous l’impulsion du Groupe Dedalus, renforcé sa stratégie, optimisé son offre, augmenté ses investissements en R&D depuis la modification de sa dénomination sociale, Dedalus France.

Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

Une désinfection de haut niveau des sondes pour une activité d'échographie à la qualité améliorée
03/10/2019 : Les nouvelles recommandations de la HAS concernant la désinfection des sondes d'échographie sont susceptibles d'évoluer, comme le préconisent les sociétés scientifiques mondiales. Dans ce cadre, le dispositif Chronos de Germitec répond à tous les référentiels sans affecter le workflow du centre d'imagerie.


Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

La radiologie française a-t-elle vraiment besoin du COFRAC ?
21/11/2018 : La radiologie française est très impliquée dans les processus qualité. Mais cela n'empêche pas le COFRAC de travailler sur un référentiel de certification ISO identique à celui des laboratoires de biologie. Le G4 monte au créneau pour affirmer son désaccord.

Le site des formations de l'IRSN fait peau neuve
27/06/2018 : L'offre de formations de l'Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN) dispose désormais d'un nouveau site internet. Ce site est géré par l'ENSTTI.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

LE TECHNETIUM MEDICAL POURRAIT PROVENIR DES CYCLOTRONS
04/03/2015 : La production d’un technetium (Tc-99m) fiable pour les pratiques de médecine nucléaire pourra se faire par cyclotron. C’est le résultat de recherches canadiennes qui mettent en oeuvre une technologie verte pour assurer les besoins mondiaux croissants pour cet élément.  

La tomosynthèse s2D pour remplacer la mammographie
22/02/2017 : Une étude publiée dans Radiology montre les avantages de la reconstruction des données de la tomosynthèse, pour obtenir une mammographie 2D de dépistage du cancer du sein. Les critères cliniques sont en partie améliorés et la dose de rayonnement administrée est, de fait, réduite.