Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin

VENDREDI 04 OCTOBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

RSNA

Ce mois d'octobre est propice aux communications relatives à la prise en charge du cancer du sein, mises en lumière par l'opération annuelle "Octobre rose".

Un risque accru de cancer chez les hommes par manque de directives dédiées

C'est dans ce cadre que nous avons identifié une étude rétrospective publiée dans la revue Radiology, sur le thème du dépistage mammographique sélectif du cancer du sein chez l'homme. Cette pathologie est rare mais souvent mortelle. L'American Cancer Society prévoit que 2 670 nouveaux cas de cancer du sein invasif seront diagnostiqués chez les hommes en 2019, et qu'environ 500 hommes en mourront.

Il n'y a pas de directives formelles de dépistage pour les hommes appartenant à des groupes à haut risque, tels que ceux ayant des antécédents personnels de la maladie, des mutations génétiques associées au cancer du sein ou des membres de la famille atteints du cancer du sein. En conséquence, les hommes chez qui on a diagnostiqué un cancer du sein ont généralement des résultats pires que ceux des femmes.

Des preuves de l'utilité de la mammographie très marginales chez l'homme

"Le dépistage mammographique a permis d’améliorer le pronostic pour les femmes atteintes de cancer du sein, déclare en préambule l’auteur principal de l’étude, le Dr Yiming Gao, du département de radiologie du New York University Langone Medical Center. Mais les hommes ne disposent pas de directives de dépistage formalisées, ils sont donc plus susceptibles d'être diagnostiqués à un stade plus avancé et ne font souvent pas aussi bien que les femmes." Il existe des preuves anecdotiques selon lesquelles le dépistage sélectif par mammographie chez les hommes présentant des facteurs de risque identifiables est bénéfique, mais on ignore comment, et dans quelle mesure, l'imagerie du sein est utilisée dans cette population.

Sensibilité et spécificité maximales de la mammographie de dépistage, selon une étude

Dans la première étude de ce type, le Dr Gao et ses collègues ont évalué les schémas d'utilisation de l'imagerie du sein et les résultats du dépistage chez 1 869 hommes de 55 ans d'âge médian ayant subi une mammographie sur une période de 12 ans. La mammographie a permis de détecter un total de 2 304 lésions mammaires, dont 149 biopsiées. Parmi ceux-ci, 41 (27,5%) se sont révélés malins. Le taux de détection du cancer de 18 examens sur 1 000 chez les hommes présentant un risque élevé de cancer du sein était significativement supérieur au taux de détection moyen de trois à cinq pour 1 000 examens chez les femmes à risque moyen. De plus, les cancers détectés chez les hommes étaient à un stade précoce, avant qu'ils ne se soient propagés aux ganglions lymphatiques, améliorant le pronostic pour la survie.

"Ces résultats montrent qu'il est possible de détecter le cancer du sein chez les hommes à un stade précoce et il apparaît que la mammographie est efficace pour le dépistage ciblé des hommes à haut risque, poursuit le Dr Gao. Nous avons montré que le cancer du sein chez l'homme ne doit pas être diagnostiqué uniquement lorsqu'il est symptomatique." Chez les hommes, la sensibilité au dépistage mammographique était de 100%, tandis que la spécificité était de 95%. Cette excellente performance est liée au manque relatif de tissu fibroglandulaire du sein chez les hommes, qui masque souvent des résultats anormaux chez la femme, remarquent les chercheurs dans l'étude.

Favoriser les campagnes de dépistage sur une population ciblée

Les antécédents personnels de cancer du sein étaient le facteur de risque le plus important associé au cancer du sein chez les hommes. L'ascendance juive ashkénaze, les mutations génétiques et les antécédents familiaux de cancer du sein au premier degré étaient également des facteurs importants. À l'heure actuelle, le Réseau national de lutte contre le cancer (NCCN) américain ne prend pas en charge le dépistage, en raison d'un manque de preuves, même chez les hommes à risque élevé. Les lignes directrices antérieures du NCCN suggéraient de favoriser les examens de mammographie sur une base individuelle, une approche que les nouveaux résultats de l’étude pourraient soutenir.

À l’avenir, les chercheurs espèrent voir de plus grandes études multi-institutionnelles ayant le pouvoir statistique de définir des informations plus nuancées basées sur différents facteurs de risque de cancer du sein chez les hommes. "Repenser notre stratégie en matière de diagnostic du cancer du sein chez l'homme est nécessaire, conclut le Dr Gao. Nous espérons que ces résultats serviront de base à de futures recherches, car ils pourraient potentiellement contribuer à ouvrir la voie à la standardisation du dépistage chez certains groupes d'hommes à haut risque."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

COVID-19 : les radiologues Vidi solidaires et mobilisés dans la guerre sanitaire
25/03/2020 : Alors que certains cabinets de radiologie ont dû fermer par manque de moyens de protection contre le COVID, les radiologues du Groupe Vidi se mettent à la disposition de leurs confrères. Ils se montrent solidaires et mobiliser pour aider à gagner la guerre sanitaire.

Lancement du Réseau de veille sanitaire COVID-19 Imagerie SFR
23/03/2020 : La Société Française de Radiologie et le G4 lancent le Réseau COVID-19 Imagerie SFR, une plateforme de veille sanitaire nationale sur le COVID-19. Basée sur quatre indicateurs spécifiques, elle se veut complémentaire de la base de données scanographiques déjà ouverte dans ce cadre.

Les recommandations de la Société Française de Radiologie dans un contexte de COVID-19
13/03/2020 : La Société d’Imagerie Thoracique a publié un Point sur l’imagerie dans un contexte de COVID-19. Les types d’examens à réaliser, la conduite à tenir pour les professionnels et les images significatives sont ainsi détaillés.

COVID-19 : la FNMR publie une lettre ouverte à l'attention du Ministre
13/03/2020 : La Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) vient d’adresser une lettre ouverte à la DGS et à la DGOS pour optimiser le recours à la radiologie dans le contexte actuel d’épidémie de COVID-19.

COVID-19 : la FNMR émet des recommandations pour les cabinets de radiologie
09/03/2020 : Des recommandations relatives à la non-prolifération du COVID-19 ont été élaborées par la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR). Elles ciblent notamment les personnels médicaux et soignants des cabinets de radiologie.

Le rôle du radiologue dans un contexte de coronavirus selon l'ESR
26/02/2020 : Le point d’étape publié par l’European Society of Radiology (ESR) concernant le coronavirus fait état d’un taux de mortalité due à cette maladie très faible en dehors de la Chine. Il met en lumière le rôle des radiologues pour la détection précoce et préconise de se méfier des patients asymptomatiques.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Fujifilm et DMS Imaging se rapprochent pour la radiologie conventionnelle et interventionnelle
10/01/2020 : Fujifilm Europe va compléter sa gamme de tables télécommandées grâce à un accord de partenariat conclu avec DMS Imaging. Les premières ventes sont prévues au premier trimestre 2020.  

Fujifilm acquiert les solutions d'imagerie d'Hitachi
23/12/2019 : Fujifilm vient d’acquérir les solutions d’imagerie diagnostique de la société Hitachi. Des synergies sont attendues en termes technologique et économique.


Les sociétés savantes américaines collaborent autour d'un CR structuré de scanner lié au COVID-19
27/03/2020 : Dans un souci d’efficience dans l’annonce de la pathologie de COVID-19 et de réduction de l’anxiété des correspondants et des patients, les principales sociétés savantes américaines ont élaboré un document de consensus. Un modèle de compte rendu structuré a fait l’objet d’un consensus.

Données de Santé : une nouvelle approche pour assurer la confidentialité
25/03/2020 : La sécurité des données de Santé et la protection de la vie privée des patients est une préoccupation majeure pour les tutelles sanitaires. Un Rapport publié dans la Revue Radiology suggère de considérer les données comme n’appartenant à personne et de cibler l’éthique des prestataires d’IA.  

COVID-19 : les radiologues Vidi solidaires et mobilisés dans la guerre sanitaire
25/03/2020 : Alors que certains cabinets de radiologie ont dû fermer par manque de moyens de protection contre le COVID, les radiologues du Groupe Vidi se mettent à la disposition de leurs confrères. Ils se montrent solidaires et mobiliser pour aider à gagner la guerre sanitaire.

Les recommandations de la SFMN pour l'organisation de la médecine nucléaire en environnement COVID-19
24/03/2020 : Afin d’assurer une bonne prise en charge des patients en médecine nucléaire pendant l’épidémie de COVID-19, la SFMN a publié des recommandations spécifiques pour une bonne organisation des services traitant de cette spécialité.

Une nouvelle application de compte rendu structuré mis à disposition des radiologues
24/03/2020 : Comme certains de ses concurrents, la plateforme Keydiag met à disposition des radiologues gratuitement son application de comptes rendus structurés en tomodensitométrie pulmonaire. Un joli geste de solidarité dans le contexte épidémique actuel.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Lancement du Réseau de veille sanitaire COVID-19 Imagerie SFR
23/03/2020 : La Société Française de Radiologie et le G4 lancent le Réseau COVID-19 Imagerie SFR, une plateforme de veille sanitaire nationale sur le COVID-19. Basée sur quatre indicateurs spécifiques, elle se veut complémentaire de la base de données scanographiques déjà ouverte dans ce cadre.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Recommandations contre le COVID-19 pour les centres de radiothérapie
18/03/2020 : Les personnels médicaux et paramédicaux des centres de radiothérapie sont appelés à suivre les recommandations que vient de publier la SFRO dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de COVID-19. Ce texte est appelé à évoluer dans le temps.

Un compte rendu structuré gratuit pour le diagnostic de COVID-19
18/03/2020 : Afin de participer à l’effort mondial contre l’épidémie de COVID-19, la start-up Smart Reporting donne accès gratuitement aux comptes rendus structurés pour le diagnostic de cette pathologie.


Les recommandations de la Société Française de Radiologie dans un contexte de COVID-19
13/03/2020 : La Société d’Imagerie Thoracique a publié un Point sur l’imagerie dans un contexte de COVID-19. Les types d’examens à réaliser, la conduite à tenir pour les professionnels et les images significatives sont ainsi détaillés.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Nouveau cas de pneumonie par COVID-19 décrit au scanner
10/03/2020 : Un nouveau cas clinique lié au COVID-19 a été décrit dans la Revue Radiology. Le scanner montre les images caractéristiques de la pneumonie provoquée par le virus et montre une légère résorption au 9ème jour d‘hospitalisation après traitement.

L'ACR remet en cause la spécificité du scanner pour diagnostiquer le COVID-19
16/03/2020 : Alors que des études récentes présentaient le scanner comme l’examen de base pour le dépistage du COVID-19, l’American College of Radiology vient de publier des recommandations qui modèrent ces premiers résultats. La spécificité de cet examen semble en effet inférieure aux test viraux de biologie.

COVID-19 : le scanner 3D d'une patiente infectée
06/03/2020 : Les images reconstruites du scanner effectué sur une patiente infectée par le COVID-19 montrent bien une prédominance d’images en verre dépoli dans les zones péri-hilaire et sous-pleurale.