Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin

VENDREDI 04 OCTOBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

RSNA

Ce mois d'octobre est propice aux communications relatives à la prise en charge du cancer du sein, mises en lumière par l'opération annuelle "Octobre rose".

Un risque accru de cancer chez les hommes par manque de directives dédiées

C'est dans ce cadre que nous avons identifié une étude rétrospective publiée dans la revue Radiology, sur le thème du dépistage mammographique sélectif du cancer du sein chez l'homme. Cette pathologie est rare mais souvent mortelle. L'American Cancer Society prévoit que 2 670 nouveaux cas de cancer du sein invasif seront diagnostiqués chez les hommes en 2019, et qu'environ 500 hommes en mourront.

Il n'y a pas de directives formelles de dépistage pour les hommes appartenant à des groupes à haut risque, tels que ceux ayant des antécédents personnels de la maladie, des mutations génétiques associées au cancer du sein ou des membres de la famille atteints du cancer du sein. En conséquence, les hommes chez qui on a diagnostiqué un cancer du sein ont généralement des résultats pires que ceux des femmes.

Des preuves de l'utilité de la mammographie très marginales chez l'homme

"Le dépistage mammographique a permis d’améliorer le pronostic pour les femmes atteintes de cancer du sein, déclare en préambule l’auteur principal de l’étude, le Dr Yiming Gao, du département de radiologie du New York University Langone Medical Center. Mais les hommes ne disposent pas de directives de dépistage formalisées, ils sont donc plus susceptibles d'être diagnostiqués à un stade plus avancé et ne font souvent pas aussi bien que les femmes." Il existe des preuves anecdotiques selon lesquelles le dépistage sélectif par mammographie chez les hommes présentant des facteurs de risque identifiables est bénéfique, mais on ignore comment, et dans quelle mesure, l'imagerie du sein est utilisée dans cette population.

Sensibilité et spécificité maximales de la mammographie de dépistage, selon une étude

Dans la première étude de ce type, le Dr Gao et ses collègues ont évalué les schémas d'utilisation de l'imagerie du sein et les résultats du dépistage chez 1 869 hommes de 55 ans d'âge médian ayant subi une mammographie sur une période de 12 ans. La mammographie a permis de détecter un total de 2 304 lésions mammaires, dont 149 biopsiées. Parmi ceux-ci, 41 (27,5%) se sont révélés malins. Le taux de détection du cancer de 18 examens sur 1 000 chez les hommes présentant un risque élevé de cancer du sein était significativement supérieur au taux de détection moyen de trois à cinq pour 1 000 examens chez les femmes à risque moyen. De plus, les cancers détectés chez les hommes étaient à un stade précoce, avant qu'ils ne se soient propagés aux ganglions lymphatiques, améliorant le pronostic pour la survie.

"Ces résultats montrent qu'il est possible de détecter le cancer du sein chez les hommes à un stade précoce et il apparaît que la mammographie est efficace pour le dépistage ciblé des hommes à haut risque, poursuit le Dr Gao. Nous avons montré que le cancer du sein chez l'homme ne doit pas être diagnostiqué uniquement lorsqu'il est symptomatique." Chez les hommes, la sensibilité au dépistage mammographique était de 100%, tandis que la spécificité était de 95%. Cette excellente performance est liée au manque relatif de tissu fibroglandulaire du sein chez les hommes, qui masque souvent des résultats anormaux chez la femme, remarquent les chercheurs dans l'étude.

Favoriser les campagnes de dépistage sur une population ciblée

Les antécédents personnels de cancer du sein étaient le facteur de risque le plus important associé au cancer du sein chez les hommes. L'ascendance juive ashkénaze, les mutations génétiques et les antécédents familiaux de cancer du sein au premier degré étaient également des facteurs importants. À l'heure actuelle, le Réseau national de lutte contre le cancer (NCCN) américain ne prend pas en charge le dépistage, en raison d'un manque de preuves, même chez les hommes à risque élevé. Les lignes directrices antérieures du NCCN suggéraient de favoriser les examens de mammographie sur une base individuelle, une approche que les nouveaux résultats de l’étude pourraient soutenir.

À l’avenir, les chercheurs espèrent voir de plus grandes études multi-institutionnelles ayant le pouvoir statistique de définir des informations plus nuancées basées sur différents facteurs de risque de cancer du sein chez les hommes. "Repenser notre stratégie en matière de diagnostic du cancer du sein chez l'homme est nécessaire, conclut le Dr Gao. Nous espérons que ces résultats serviront de base à de futures recherches, car ils pourraient potentiellement contribuer à ouvrir la voie à la standardisation du dépistage chez certains groupes d'hommes à haut risque."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Optimiser l’accueil du patient : 3 programmes de formation au choix et ultraciblés pour les équipes de secrétariat
03/12/2019 : A partir de janvier 2020, Forcomed lance 3 nouveaux programmes spécialement conçus pour les équipes d’accueil et de secrétariat de centres d'imagerie médicale, deux en présentiel et une en e-learning.

Le diplôme européen de radiologie (EDiR) gagne du terrain
04/11/2019 : L’EDiR est désormais reconnu dans par une majorité de sociétés savantes nationales en radiologie. Il fait désormais l’objet d’un guide et d’une application dédiés pour faciliter le travail des candidats à l’examen.

Les dangers des injections de stéroïdes dans les articulations
18/10/2019 : Selon un article spécial publié dans la revue Radiology, les injections de corticostéroïdes utilisées pour traiter la douleur de l'arthrose à la hanche et au genou pourraient être plus dangereuses qu'on ne le pensait auparavant. Les chercheurs ont suggéré d'intégrer dans les formulaires de consentement les risques associés à ces injections.

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

La FNMR soutient les biologistes en grève
24/09/2019 : Les biologistes médicaux sont en grève pour protester contre les baisses tarifaires souhaitées par l'Assurance Maladie. La FNMR, qui a été confrontée à une épisode similaire dernièrement, soutient ce mouvement.

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.

Du nouveau sur les mécanismes d'activation du choc anaphylactique
04/09/2019 : Des chercheurs de plusieurs institutions scientifiques et hospitalières françaises ont identifié un nouveau type d'anticorps pouvant provoquer un choc anaphylactique. Ils tentent désormais le moyen de les bloquer.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Autorisations de matériels lourds : comment faire ?
03/09/2019 : Pour les praticiens souhaitant étendre l'activité de leur centre, Forcomed organise une formation dédiée aux autorisations de matériels lourds. Elle se tiendra le 20 septembre 2019.

Pénurie de médecins radiologues en Algérie
29/08/2019 : L'Hôpital public de Thénia (Algérie) ne produit plus d'examens radiologiques, malgré un parc de modalités suffisant. Cette situation est due à un manque de médecin radiologue.


Le scanner spectral à comptage photonique confirme son potentiel clinique
11/12/2019 : Le scanner spectral à comptage photonique confirme son potentiel en tant que technologie de rupture en tomodensitométrie. En amont du prochain MDCT 2020, où il s’exprimera à ce sujet, nous avons rencontré le Pr Philippe Douek, l’un des pionniers dans ce domaine, qui fait un point sur la recherche fondamentale sur ce champ, mais également sur la recherche clinique qui engendre des protocoles très prometteurs.

La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

Le JT du RSNA du 7 décembre 2019
09/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro particulier depuis le consulat de France à Chicago. Retour ensuite sur les stands pour des interviews au sujet d’Azmed, Casis, DMS Imaging ainsi que pour des solutions d’e-santé.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Le JT du RSNA du 5 décembre 2019
06/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveaux algorithmes Terrarecon et le système de reconstruction Sitech Neuton. Le Dr Novellas et le Dr Delemar concluent en évoquant le contenu scientifique du congrès.

Le JT du RSNA du 4 décembre 2019
05/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro spécial Philips de nouveautés en IRM, scanner et échographie notamment.

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le JT du RSNA du 3 décembre 2019
04/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveautés EOS, l’intelligence artificielle selon GE Healthcare, la situation de Guerbet et les interventions du Dr Dominique NGuyen et du Dr Victor Delemar.

Le JT du RSNA du 2 décembre 2019
03/12/2019 : Premier volet de notre série de comptes rendus du RSNA 2019, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui sont évoquées les solutions Canon Medical, Medexprim et Guerbet, suivies de la minute de Victor Delemar.

Optimiser l’accueil du patient : 3 programmes de formation au choix et ultraciblés pour les équipes de secrétariat
03/12/2019 : A partir de janvier 2020, Forcomed lance 3 nouveaux programmes spécialement conçus pour les équipes d’accueil et de secrétariat de centres d'imagerie médicale, deux en présentiel et une en e-learning.


Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

COMMENT PRÉVENIR LA RÉCIDIVE D'ANÉVRISME INTRA-CÉRÉBRAL ?
10/06/2015 : Des protocoles de suivi à 10 ans par angio-IRM pourraient s'avérer nécessaire afin de prévenir les récidives d'anévrisme intracrânien. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans Radiology.

La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Le coroscanner comme alternative à la scintigraphie myocardique
23/02/2016 : Par son aptitude à fournir des données fonctionnelles en complément de l'exploration morphologique des artères coronaires, le coroscanner fait partie désormais des concurrents à la scintigraphie myocardique. C'est ce qu'a affirmé le Pr Philippe Douek lors du dernier Symposium Scanner Volumique.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Les PACS open source : une solution fiable et économique pour les professionnels de santé
25/05/2013 : “Toute image, n'importe quand, n'importe où, c'est le mantra », expliquait le professeur Ruben Mezrich, (théoricien des PACS à l’université de Baltimore),

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

À Dijon, le TEP-scan est désormais numérique
15/09/2017 : C'est à Dijon que le premier TEP-scan numérique de France a été installé, bénéficiant de la collaboration entre le Centre Georges-François Leclerc et le CHU de Dijon. Ces deux établissements pourront ainsi aller plus loin dans leurs travaux de recherche en pharmaco-imagerie et améliorer l'exploration et le suivi des patients dans de nombreuses spécialités.