Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin

VENDREDI 04 OCTOBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

RSNA

Ce mois d'octobre est propice aux communications relatives à la prise en charge du cancer du sein, mises en lumière par l'opération annuelle "Octobre rose".

Un risque accru de cancer chez les hommes par manque de directives dédiées

C'est dans ce cadre que nous avons identifié une étude rétrospective publiée dans la revue Radiology, sur le thème du dépistage mammographique sélectif du cancer du sein chez l'homme. Cette pathologie est rare mais souvent mortelle. L'American Cancer Society prévoit que 2 670 nouveaux cas de cancer du sein invasif seront diagnostiqués chez les hommes en 2019, et qu'environ 500 hommes en mourront.

Il n'y a pas de directives formelles de dépistage pour les hommes appartenant à des groupes à haut risque, tels que ceux ayant des antécédents personnels de la maladie, des mutations génétiques associées au cancer du sein ou des membres de la famille atteints du cancer du sein. En conséquence, les hommes chez qui on a diagnostiqué un cancer du sein ont généralement des résultats pires que ceux des femmes.

Des preuves de l'utilité de la mammographie très marginales chez l'homme

"Le dépistage mammographique a permis d’améliorer le pronostic pour les femmes atteintes de cancer du sein, déclare en préambule l’auteur principal de l’étude, le Dr Yiming Gao, du département de radiologie du New York University Langone Medical Center. Mais les hommes ne disposent pas de directives de dépistage formalisées, ils sont donc plus susceptibles d'être diagnostiqués à un stade plus avancé et ne font souvent pas aussi bien que les femmes." Il existe des preuves anecdotiques selon lesquelles le dépistage sélectif par mammographie chez les hommes présentant des facteurs de risque identifiables est bénéfique, mais on ignore comment, et dans quelle mesure, l'imagerie du sein est utilisée dans cette population.

Sensibilité et spécificité maximales de la mammographie de dépistage, selon une étude

Dans la première étude de ce type, le Dr Gao et ses collègues ont évalué les schémas d'utilisation de l'imagerie du sein et les résultats du dépistage chez 1 869 hommes de 55 ans d'âge médian ayant subi une mammographie sur une période de 12 ans. La mammographie a permis de détecter un total de 2 304 lésions mammaires, dont 149 biopsiées. Parmi ceux-ci, 41 (27,5%) se sont révélés malins. Le taux de détection du cancer de 18 examens sur 1 000 chez les hommes présentant un risque élevé de cancer du sein était significativement supérieur au taux de détection moyen de trois à cinq pour 1 000 examens chez les femmes à risque moyen. De plus, les cancers détectés chez les hommes étaient à un stade précoce, avant qu'ils ne se soient propagés aux ganglions lymphatiques, améliorant le pronostic pour la survie.

"Ces résultats montrent qu'il est possible de détecter le cancer du sein chez les hommes à un stade précoce et il apparaît que la mammographie est efficace pour le dépistage ciblé des hommes à haut risque, poursuit le Dr Gao. Nous avons montré que le cancer du sein chez l'homme ne doit pas être diagnostiqué uniquement lorsqu'il est symptomatique." Chez les hommes, la sensibilité au dépistage mammographique était de 100%, tandis que la spécificité était de 95%. Cette excellente performance est liée au manque relatif de tissu fibroglandulaire du sein chez les hommes, qui masque souvent des résultats anormaux chez la femme, remarquent les chercheurs dans l'étude.

Favoriser les campagnes de dépistage sur une population ciblée

Les antécédents personnels de cancer du sein étaient le facteur de risque le plus important associé au cancer du sein chez les hommes. L'ascendance juive ashkénaze, les mutations génétiques et les antécédents familiaux de cancer du sein au premier degré étaient également des facteurs importants. À l'heure actuelle, le Réseau national de lutte contre le cancer (NCCN) américain ne prend pas en charge le dépistage, en raison d'un manque de preuves, même chez les hommes à risque élevé. Les lignes directrices antérieures du NCCN suggéraient de favoriser les examens de mammographie sur une base individuelle, une approche que les nouveaux résultats de l’étude pourraient soutenir.

À l’avenir, les chercheurs espèrent voir de plus grandes études multi-institutionnelles ayant le pouvoir statistique de définir des informations plus nuancées basées sur différents facteurs de risque de cancer du sein chez les hommes. "Repenser notre stratégie en matière de diagnostic du cancer du sein chez l'homme est nécessaire, conclut le Dr Gao. Nous espérons que ces résultats serviront de base à de futures recherches, car ils pourraient potentiellement contribuer à ouvrir la voie à la standardisation du dépistage chez certains groupes d'hommes à haut risque."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

La FNMR soutient les biologistes en grève
24/09/2019 : Les biologistes médicaux sont en grève pour protester contre les baisses tarifaires souhaitées par l'Assurance Maladie. La FNMR, qui a été confrontée à une épisode similaire dernièrement, soutient ce mouvement.

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.

Du nouveau sur les mécanismes d'activation du choc anaphylactique
04/09/2019 : Des chercheurs de plusieurs institutions scientifiques et hospitalières françaises ont identifié un nouveau type d'anticorps pouvant provoquer un choc anaphylactique. Ils tentent désormais le moyen de les bloquer.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Autorisations de matériels lourds : comment faire ?
03/09/2019 : Pour les praticiens souhaitant étendre l'activité de leur centre, Forcomed organise une formation dédiée aux autorisations de matériels lourds. Elle se tiendra le 20 septembre 2019.

Pénurie de médecins radiologues en Algérie
29/08/2019 : L'Hôpital public de Thénia (Algérie) ne produit plus d'examens radiologiques, malgré un parc de modalités suffisant. Cette situation est due à un manque de médecin radiologue.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

Formation aux gestes d’urgence en imagerie médicale
26/08/2019 : Forcomed organise une journée de formation DPC aux gestes d'urgence dans le cadre de l'allergie ou de l'arrêt cardio-respiratoire. Elle est proposée en présentiel.

Quelques changements CCAM en imagerie à prendre en compte
29/07/2019 : Plusieurs codes CCAM en imagerie diagnostique ou thérapeutique viennent de faire l'objet de modifications. Cela concerne notamment la radiographie de la tête, la scanographie de l'appareil digestif, ainsi que certaines procédures interventionnelles.


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

Une désinfection de haut niveau des sondes pour une activité d'échographie à la qualité améliorée
03/10/2019 : Les nouvelles recommandations de la HAS concernant la désinfection des sondes d'échographie sont susceptibles d'évoluer, comme le préconisent les sociétés scientifiques mondiales. Dans ce cadre, le dispositif Chronos de Germitec répond à tous les référentiels sans affecter le workflow du centre d'imagerie.


Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

La radiologie française a-t-elle vraiment besoin du COFRAC ?
21/11/2018 : La radiologie française est très impliquée dans les processus qualité. Mais cela n'empêche pas le COFRAC de travailler sur un référentiel de certification ISO identique à celui des laboratoires de biologie. Le G4 monte au créneau pour affirmer son désaccord.

Le site des formations de l'IRSN fait peau neuve
27/06/2018 : L'offre de formations de l'Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN) dispose désormais d'un nouveau site internet. Ce site est géré par l'ENSTTI.

LE TECHNETIUM MEDICAL POURRAIT PROVENIR DES CYCLOTRONS
04/03/2015 : La production d’un technetium (Tc-99m) fiable pour les pratiques de médecine nucléaire pourra se faire par cyclotron. C’est le résultat de recherches canadiennes qui mettent en oeuvre une technologie verte pour assurer les besoins mondiaux croissants pour cet élément.  

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

La tomosynthèse s2D pour remplacer la mammographie
22/02/2017 : Une étude publiée dans Radiology montre les avantages de la reconstruction des données de la tomosynthèse, pour obtenir une mammographie 2D de dépistage du cancer du sein. Les critères cliniques sont en partie améliorés et la dose de rayonnement administrée est, de fait, réduite.