Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Equipement > Le cabinet de radiologie opte pour la reconnaissance vocale mains libres

Le cabinet de radiologie opte pour la reconnaissance vocale mains libres

MERCREDI 02 OCTOBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans son cabinet de radiologie, le Dr Julia Frühwald utilise le microcasque SpeechOne pour ses comptes rendus. Les qualités audio de ce dispositif assurent des performances de reconnaissance vocale qui améliorent le workflow du cabinet.

Philips

À l’institut Frühwald de Saint- Hippolyte en Autriche, chaque patient reçoit un compte rendu écrit des examens passés avant de quitter le centre de radiologie. Julia Frühwald-Pallamar, radiologue et directrice de l’établissement, utilise au quotidien la reconnaissance vocale à l’aide d’un SpeechOne afin de faciliter son flux de travail et la création de documents.

Un gain de temps considérable

L’institut Frühwald effectue non seulement des examens d’échographie, de radiologie conventionnelle et de médecine nucléaire, mais également des scanners et des IRM.

"Il est aussi important de gagner du temps dans la rédaction des comptes rendus d’examens que d’alléger la tâche administrative des radiologues. C’est pourquoi nous avons opté depuis longtemps pour la dictée numérique, avant de lui adjoindre l’utilisation de la reconnaissance vocale, avec l’objectif de réduire encore le temps d’attente des patients. Ainsi, le radiologue peut se concentrer davantage sur le temps accordé aux patients et optimiser son temps de travail", nous explique la directrice du centre.

L’utilisation d’un microcasque de dictée sans fil

Le centre de radiologie s’est équipé du microcasque de dictée sans fil Philips SpeechOne, spécialement conçu pour répondre aux besoins des utilisateurs qui ont souvent recours à la dictée ou à la reconnaissance vocale pour créer des documents. "La raison principale qui nous a conduits à passer au SpeechOne est d’avoir toujours la même distance entre la bouche et le microphone. J’ai aussi remarqué que les résultats de reconnaissance vocale étaient meilleurs qu’avec mon ancien microphone", explique Julia Frühwald-Pallamar.

Le microcasque de dictée sans fil est associé à un microphone de qualité studio avec une grande autonomie de batterie et un chargement sans fil. Il est aussi doté d’une télécommande intégrée qui permet un contrôle pratique. "Grâce à la dictée avec le microcasque, j’ai toujours les mains libres en dictant. Je ne dois pas passer à chaque fois de la souris au microphone", ajoute-t-elle.

Le Dr Frühwald explique qu’elle se sert de plusieurs outils et commandes lorsqu’elle dicte ses comptes rendus radiographiques : "Je commence par scanner le code-barres du patient et, dès que les informations sont validées, je peux démarrer la dictée en appuyant sur le bouton “enregistrer”. Une fois ma dictée terminée, j’appuie sur le bouton “fin de lettre”."

Un processus simple et efficace

La radiologue dicte le compte rendu dans le logiciel interne à l’établissement à l’aide de la reconnaissance vocale. Une fois le rapport terminé, il est envoyé au secrétariat qui est alerté de tout nouveau compte rendu à traiter et reçoit simultanément le fichier audio dicté par le radiologue ainsi que le compte rendu déjà transcrit par le logiciel de reconnaissance vocale. Il ne reste qu’à corriger les éventuelles différences, vérifier la grammaire et la mise en page du document avant de le renvoyer électroniquement au poste de travail du radiologue. Le médecin le relit et, si nécessaire, y apporte quelques modifications ou annotations.

"Dès sa validation finale par le radiologue, le compte rendu peut être remis au patient. Notre taux de rotation habituel, ici à l’institut, est d’une à deux heures. Puisque le travail est réalisé dans les plus brefs délais, le patient n’a pas à attendre les résultats trop longtemps. Nous évitons aussi que les dossiers ne s’accumulent et pouvons mieux gérer nos priorités", commente la directrice.

Une méthode de travail qui porte ses fruits

Julia Frühwald-Pallamar recommande l’utilisation de la reconnaissance vocale en combinaison avec le microcasque de dictée Philips SpeechOne. Selon elle, ses patients en tirent profit dans la mesure où de meilleurs résultats de reconnaissance vocale signifient moins d’erreurs et moins de temps jusqu’à l’obtention du compte rendu final.

Plus d'informations sur le microcasque SpeechOne

Thema Radiologie avec Philips


toshiba

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.

Le cabinet de radiologie opte pour la reconnaissance vocale mains libres
02/10/2019 : Dans son cabinet de radiologie, le Dr Julia Frühwald utilise le microcasque SpeechOne pour ses comptes rendus. Les qualités audio de ce dispositif assurent des performances de reconnaissance vocale qui améliorent le workflow du cabinet.

Progrès en imagerie : le SNITEM édite un livret pour les professionnels et les patients
18/09/2019 : Dans sa collection "Progrès & dispositifs médicaux", le SNITEM vient de publier un nouveau livret dans lequel l'imagerie médicale prend une part importante. La partie Imagerie est préfacée par le PR Jean-François Meder.

Des images médicales sans bruit grâce à l'imagerie quantique ?
10/09/2019 : Pour éliminer le bruit dans les images médicales, des chercheurs ont tenté de créer les conditions de l'imagerie quantique. Ils ont décrit leurs travaux dans la Revue Physical Review X.

Germitec nomme un nouveau Directeur non-exécutif
20/12/2018 : C'est un acteur expérimenté sur le champ du dispositif médical qui a été nommé Directeur non-exécutif de germitec, en la personne de David Radford.

Canon Medical présente ses nouveautés au RSNA 2018
06/12/2018 : Canon Medical a une nouvelle fois, lors du RSNA 2018, fait la preuve de sa polyvalence et de son avance technologique avec ses modalités d'explorations avancées.

Affaire Implant Files: un atelier SNITEM qui tombe à pic !
26/11/2018 : Le SNITEM organise, le 12 décembre 2018, un atelier au sujet des processus de validation des dispositifs médicaux. Voilà qui tombe à pic en pleine affaire des "Implant Files".

Rendez-vous d'IRM: les délais d'attente sont toujours très longs !
17/10/2018 : L'étude commandée par le SNITEM et relative aux délais de rendez-vous d'IRM montre qu'il faut encore, en moyenne, attendre 32 jours. Elle objective également des inégalités régionales significatives.

Canon Medical présente ses nouveautés aux JFR 2018
27/09/2018 : Les Journées Francophones de Radiologie diagnostiques et interventionnelles (JFR) seront l’occasion pour Canon Medical de présenter ses nouvelles solutions technologiques et de mettre en lumière sa gamme complète de solutions d'imagerie médicale.

Arrêt des négociations dans le projet de fusion Intrasense / DMS Imaging
25/09/2018 : Le rapprochement entre Intrasense et DMS Imaging, annoncée en Mai 2018, ne se fera finalement pas. Les négociations n'ont en effet pas abouti.  


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

Une désinfection de haut niveau des sondes pour une activité d'échographie à la qualité améliorée
03/10/2019 : Les nouvelles recommandations de la HAS concernant la désinfection des sondes d'échographie sont susceptibles d'évoluer, comme le préconisent les sociétés scientifiques mondiales. Dans ce cadre, le dispositif Chronos de Germitec répond à tous les référentiels sans affecter le workflow du centre d'imagerie.


Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

La radiologie française a-t-elle vraiment besoin du COFRAC ?
21/11/2018 : La radiologie française est très impliquée dans les processus qualité. Mais cela n'empêche pas le COFRAC de travailler sur un référentiel de certification ISO identique à celui des laboratoires de biologie. Le G4 monte au créneau pour affirmer son désaccord.

Le site des formations de l'IRSN fait peau neuve
27/06/2018 : L'offre de formations de l'Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN) dispose désormais d'un nouveau site internet. Ce site est géré par l'ENSTTI.

LE TECHNETIUM MEDICAL POURRAIT PROVENIR DES CYCLOTRONS
04/03/2015 : La production d’un technetium (Tc-99m) fiable pour les pratiques de médecine nucléaire pourra se faire par cyclotron. C’est le résultat de recherches canadiennes qui mettent en oeuvre une technologie verte pour assurer les besoins mondiaux croissants pour cet élément.  

La tomosynthèse s2D pour remplacer la mammographie
22/02/2017 : Une étude publiée dans Radiology montre les avantages de la reconstruction des données de la tomosynthèse, pour obtenir une mammographie 2D de dépistage du cancer du sein. Les critères cliniques sont en partie améliorés et la dose de rayonnement administrée est, de fait, réduite.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !