Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés

MARDI 09 JUILLET 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

RSNA

Les produits de contraste à base de Gadolinuim (GBCA), malgré un profil de risque de pharmacovigilance favorable, sont susceptibles de provoquer des réactions allergiques aigües par hypersensibilité ou des effets secondaires physiologiques de types nausées et vomissements, réponses vagales ou douleurs thoraciques notamment.

Des réactions aigües aux produits de contrastes gadolinés rares mais possibles

Ces réactions aigües sont rares et surviennent le plus souvent dans l'heure qui suit l'injection, avec une incidence rapportée de 7 à 240 par 10 000 injections. De ce fait, les mécanismes de ces réactions sont encore mal comprises, mais des différences significatives entre les classes de produits sont susceptibles d'agir sur la survenue de ces réactions et suggèrent que certains GBCA pourraient être recommandés dans des situations où le risque de réaction allergique aiguë doit être minimisé.

Une étude monocentrique pour identifier les facteurs de risques

Dans une étude publiée dans la Revue Radiology, une étude élaborée par une équipe des Départements de Radiologie et de neurochirurgie de la Mayo Clinic de Rochester (Minnesota, USA) se propose de comparer les taux de réaction entre les quatre types GBCA: gadodiamide, gadobutrol, gadobénate de diméglumine et gadoterate de méglumine et de déterminer les facteurs de risque potentiels de réactions du chacun d'eux. Cette étude rétrospective a identifié toutes les injections intraveineuses de GBCA pour les examens IRM effectués dans un seul établissement du 1er juin 2009 au 9 mai 2017, soit un total de 158 100 patients (âge médian, 55 ans [intervalle interquartile, 40 à 67 ans], 51% de femmes) ayant reçu un total de 281 945 injections de GBCA (140 645 gadodiamide, 94 109 gadobutrol, 39 138 gadobénate, et 8053 gadoterate).

Des réactions aigües ou physiologiques selon le type de produit

Les réactions ont été identifiées en examinant les dossiers du manipulateur en IRM, du personnel infirmier, du radiologue, du service des urgences et du prestataire. Elles ont été classées comme allergiques ou physiologiques, ainsi que légères, modérées ou graves, en utilisant les critères de l'American College of Radiology. Les taux de réaction au GBCA et à d'autres facteurs de risque potentiels ont été examinés. L'analyse des données a montré que le gadobénate ou le gadobutrol présentait des taux plus élevés de réactions de type allergique par rapport au gadodiamide (gadobénate: odds ratio [OR], 3,9 [intervalle de confiance à 95% {IC}: 3,0, 5,1]; P <0,001; gadobutrol: OR , 2,3 [IC 95%: 1,8, 2,9]; P <0,001) ou gadoterate (gadobénate: OR, 4,8 [IC 95%: 1,0, 23]; P = 0,049; gadobutrol: OR, 2,8 [IC 95%: 0,6, 14]; P = 0,20).

Les réactions physiologiques ont été plus fréquemment observées avec le gadotérate (OR, 7,7 [IC 95%: 2,3, 25; P = 0,001), le gadobénate (OR, 1,8 [IC 95%: 1,3, 2,5; P <0,001) et le gadobutrol ( OR, 1,6 [IC 95%: 1,3, 2,1; P <0,001) par rapport au gadodiamide. Six réactions allergiques graves (trois gadobutrol, trois gadobénate) ont nécessité une hospitalisation.

Des facteurs de risques inhérents au sexe du patient ou à la région anatomique explorée

Les chercheurs ont identifié plusieurs facteurs de risque apparents de réactions aiguës, notamment le fait d'être une femme âgée de 21 à 50 ans (par rapport aux patients plus âgés), d'être examiné en ambulatoire (comparé aux patients hospitalisés) ou de la région anatomique explorée (taux plus élevés pour les examens IRM de l'abdomen et/ou du bassin comparés aux IRM cérébrales). Ils ont d'autre part observé une composante potentielle de saisonnalité pour les réactions physiologiques (taux médian maximum en février [23 pour 10000 injections] et en août [15 pour 10 000 injections]), mais pas pour les réactions allergiques.

Au final, le gadobénate et le gadobutrol sont associés à des taux plus élevés de réactions de type allergique par rapport au gadodiamide ou au gadoterate, et le gadoterate, le gadobénate, ainsi que le gadobutrol sont associés à des taux plus élevés de réactions physiologiques par rapport au gadodiamide. Cette étude suggère également que le sexe du patient, son âge, son environnement et la région anatomique explorée sont parmi les critères en corrélation avec les taux de réaction aiguë.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Prostate : ateliers pratiques d’IRM sur consoles
05/11/2019 : Forcomed propose une formation ciblée sur l’IRM prostatique multiparamétrique. Elle permet d’assurer notamment le classement PIRADS2 des lésions et d’effectuer un bilan d’extension.

Une session e-learning consacrée à la pathologie maligne du pelvis en IRM
22/10/2019 : Afin de parfaire leur formation en imagerie pelvienne oncologique et d'acquérir les clés pour participer à une RCP d'oncologie pelvienne, Forcomed propose aux radiologues une formation en e-learning sur l'IRM de la pathologie maligne du pelvis.

La cartographie T2 comme biomarqueur de dégénérescence méniscale
20/09/2019 : Le temps de relaxation T2 pourrait servir de biomarqueur de dégénérescence méniscale. C'est ce que montre une étude hollandaise publiée dans la Revue European Radiology.

Hypertrophie du VG : signe avant coureur de maladie coronarienne
13/09/2019 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'hypertrophie ventriculaire gauche est un facteur prédictif de la mortalité et de l'insuffisance cardiaque liés à la maladie coronarienne. Dans ce cadre, l'IRM du VG serait plus prédictive que le coroscanner.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

Actualité du parc IRM français...et limitrophe
05/09/2019 : En cet été 2019, plusieurs modalités d'IRM ont été installées, notamment à Guéret, sur la Côte fleurie et à la Chaux-de-Fonds notamment.

Les dangers du vapotage étudiés par l'IRM fonctionnelle
04/09/2019 : Le vapotage se développe depuis quelques années, notamment pour ceux qui souhaitent arrêter de fumer. Mais il a un effet immédiat sur la fonction vasculaire, même lorsque la solution ne contient pas de nicotine, selon les résultats d'une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology.

Le chant du criquet qui attaque le cerveau
23/08/2019 : Le "Syndrome du criquet de l'ambassade des USA à Cuba" semble avoir trouvé une explication scientifique. C'est ce que montre une étude utilisant l'IRM fonctionnelle parue dans le Journal of the American Medical Association.

Traitement de la TDAH : des effets nocifs pour la substance blanche des jeunes enfants
19/08/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un médicament utilisé pour traiter le trouble déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) semble affecter le développement de la substance blanche chez les enfants atteints de ce trouble. Les mêmes effets n'ont pas été observés chez les adultes atteints de cette pathologie.

Formation à l'imagerie IRM du pelvis féminin
13/08/2019 : Forcomed propose des formations spécifiques à l'imagerie IRM des pathologies du pelvis féminin. Elles sont scindées en trois programmes distincts, dont un consacré au perfectionnement.


Le jeu des 7 erreurs de radioprotection au bloc opératoire
08/11/2019 : Afin d’améliorer la culture de prévention du risque ionisant dans les blocs opératoires, l’ASN a élaboré un document pour mettre en place un outil de simulation appelé « Bloc des erreurs ».

Nouveau succès pour la web conférence sur l'imagerie hybride, moléculaire et translationnelle
08/11/2019 : L’ESR et l’ESHI publient un rapide bilan de la session CHILI organisée le 25 octobre 2019. Toutes les webconférences CHILI seront bientôt disponibles sur ESRConnect.

La journée internationale de la radiologie célébrée dans le monde entier
08/11/2019 : Pour célébrer l’anniversaire de la découverte de Wilhem Roentgen, l’ESR, la RSNA et l’ACR présentent, en ce 8 novembre, pour l'International Day of Radiology (IDoR), les plateformes web qu’ils proposent au grand public pour informer les populations à propos de l’imagerie médicale.

Le congrès Neuro IMC fête son neuvième anniversaire en janvier 2020
07/11/2019 : Le congrès Neuro IMC, la référence en neuroradiologie interventionnelle, fêtera sa neuvième édition à Madrid en janvier 2020. Les inscriptions sont ouvertes.

Le système CT-navigation va équiper son premier hôpital aux USA
06/11/2019 : L’UW Health, de l'Université du Wisconsin vient de faire l’acquisition du système CT-navigation d’Imactis. Il s’agit du premier client outre-Atlantique pour cette société française.

Prostate : ateliers pratiques d’IRM sur consoles
05/11/2019 : Forcomed propose une formation ciblée sur l’IRM prostatique multiparamétrique. Elle permet d’assurer notamment le classement PIRADS2 des lésions et d’effectuer un bilan d’extension.

Le diplôme européen de radiologie (EDiR) gagne du terrain
04/11/2019 : L’EDiR est désormais reconnu dans par une majorité de sociétés savantes nationales en radiologie. Il fait désormais l’objet d’un guide et d’une application dédiés pour faciliter le travail des candidats à l’examen.

Le vapotage responsable d'images pathologiques pulmonaires ?
31/10/2019 : La Revue Radiology : Cardiothoracic Imaging a publié une étude dédiée lésions pulmonaires résultant de l'utilisation de cigarettes électroniques. Les auteurs souhaitent ainsi sensibiliser les radiologues et autres professionnels de santé sur la manière d’identifier les lésions pulmonaires associées au vapotage (EVALI).

La recherche sur l'IA en imagerie avance avec le Data Challenge
25/10/2019 : Le Pr Nathalie Lassau, Professeur de Radiologie à l'Université Paris Sud et Co-Directrice du laboratoire d Imagerie IR4M (UPSUD/ CNRS) à l'Institut Gustave Roussy, est la responsable du Data Challenge dont la première édition a été organisée aux JFR 2018. Nous l'avons rencontrée pour une évocation des améliorations apportées, en 2019, à cette compétition.

Stratégie thérapeutique pour une occlusion de veine cave supérieure en vidéo
25/10/2019 : Le premier webinar ESR Connect est consacré à a statégie thérapeutique pour une occlusion de la veine cave inférieure. Nous vous présentons le webinar dans son intégralité.


Le vapotage responsable d'images pathologiques pulmonaires ?
31/10/2019 : La Revue Radiology : Cardiothoracic Imaging a publié une étude dédiée lésions pulmonaires résultant de l'utilisation de cigarettes électroniques. Les auteurs souhaitent ainsi sensibiliser les radiologues et autres professionnels de santé sur la manière d’identifier les lésions pulmonaires associées au vapotage (EVALI).

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Contrôler la graisse hépatique des patients obèses par IRM
19/12/2018 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'IRM constitue un moyen sûr et non invasif de surveiller les taux de graisse du foie chez les personnes qui suivent un traitement de l'obésité.

La recherche sur l'IA en imagerie avance avec le Data Challenge
25/10/2019 : Le Pr Nathalie Lassau, Professeur de Radiologie à l'Université Paris Sud et Co-Directrice du laboratoire d Imagerie IR4M (UPSUD/ CNRS) à l'Institut Gustave Roussy, est la responsable du Data Challenge dont la première édition a été organisée aux JFR 2018. Nous l'avons rencontrée pour une évocation des améliorations apportées, en 2019, à cette compétition.

LE CARCINOME CANALAIRE IN SITU PLUS FRÉQUENT CHEZ LES SUJETS ÂGÉS
26/10/2015 : Une étude allemande publiée dans la revue Radiology montre que la fréquence de survenue d'un carcinome canalaire in situ augmente avec l'âge. La stratégie thérapeutique pour cette pathologie nécessite donc d'être plus précise. 

Ateliers pratiques d'IRM de la prostate
18/04/2018 : Les radiologues sont conviés à une formation sur le thème de l'IRM prostatique dispensée par FORCOMED. Des ateliers interactifs et des sessions d'évaluation rythmeront cette formation éligible au DPC.

RSNA 2019 : 3 700 m2 dédiés à l'intelligence artificielle
09/08/2019 : Le RSNA 2019 AI Showcase proposera un plus grand espace dédié à l'intelligence artificielle. Des démonstrations et des salles de classe permettront aux fournisseurs de solutions et aux spécialistes de promouvoir les outils d'aide à la décision clinique ainsi que les bonnes pratiques de gestion des données.

Nouveau succès pour la web conférence sur l'imagerie hybride, moléculaire et translationnelle
08/11/2019 : L’ESR et l’ESHI publient un rapide bilan de la session CHILI organisée le 25 octobre 2019. Toutes les webconférences CHILI seront bientôt disponibles sur ESRConnect.

Prostate : ateliers pratiques d’IRM sur consoles
05/11/2019 : Forcomed propose une formation ciblée sur l’IRM prostatique multiparamétrique. Elle permet d’assurer notamment le classement PIRADS2 des lésions et d’effectuer un bilan d’extension.