Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie cardiovasculaire diagnostique > Un nouveau modèle pour évaluer le risque cardiovasculaire à partir du coroscanner

Un nouveau modèle pour évaluer le risque cardiovasculaire à partir du coroscanner

MARDI 25 JUIN 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Pour évaluer le risque cardiovasculaire d'une personne à partie du coroscanner, la méthode la plus appropriée aujourd'hui est le machine learning. C'est le résultat d'une étude publiée dans la Revue Radiology, qui montre que cette méthode est supérieure au score CAD-RADS par exemple.

RSNA

Selon une étude publiée dans la revue Radiology, le machine learning est plus efficace que les modèles d'identification du risque cardiovasculaire.

Des informations fonctionnelles issues du coroscanner

Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès, tant chez les hommes que chez les femmes, et la prévention des risques est cruciale. Cependant, l'identification de ce risque est une science imparfaite et les modèles existants, tels que le score de risque de Framingham, ont des limites, car ils ne tiennent pas directement compte de l’état des artères coronaires.

Le coroscanner (CCTA) est un outil prometteur pour affiner l'évaluation du risque - tellement prometteur qu'un groupe de travail multidisciplinaire a récemment introduit un système de notation permettant d'en résumer les résultats. L'outil d'aide à la décision, appelé système de notification et de traitement des maladies coronariennes (CAD-RADS), qui met l'accent sur les sténoses, est un outil de choix dans la gestion des patients cardiaques, mais son intérêt pour les sténoses peut laisser de côté des informations importantes sur les artères, selon l'auteur principal de l'étude, le Pr Kevin M. Johnson, professeur agrégé de radiologie et d'imagerie biomédicale à l'école de médecine de Yale à New Haven, dans le Connecticut.

Un algorithme de machine learning pour évaluer le risque cardiovasculaire

Constatant que le CCTA ne montre pas que des sténoses, le Dr Johnson a récemment étudié un système de machine learning capable d’exploiter la myriade de détails contenus dans ces images pour obtenir un tableau pronostique plus complet. "En partant de zéro, j'ai utilisé les données du coroscanner, dit-il en préambule. Chaque patient possédait 64 caractéristiques fonctionnelles que j'ai intégrées à un algorithme de machine learning. L'algorithme est capable d'extraire les modèles dans les données et de prédire que les patients présentant certains modèles sont plus susceptibles d'avoir un événement cardiovasculaire que des patients présentant d'autres modèles. "

Des résultats meilleurs que pour le score CAD-RADS

Pour l’étude, le Dr Johnson et ses collègues ont comparé l’approche de machine learning à un système CAD-RADS et à d’autres systèmes de notation de vaisseaux chez 6 892 patients. Ils ont suivi les patients pendant une moyenne de neuf ans après le CCTA. Il y a eu 380 décès de toutes causes, dont 70 de coronaropathie. En outre, 43 patients ont signalé des crises cardiaques. Comparée à CAD-RADS et à d’autres scores, l’approche machine learning différenciait mieux les patients à risque de maladie cardiovasculaire. C'est ainsi que le score de machine learning recommandait la prise de statines pour 93% des patients, contre seulement 69% si on se basait sur CAD-RADS. "L’estimation du risque que vous obtenez en utilisant le modèle machine learning est plus précise que celui que vous obtiendrez si vous utilisez CAD-RADS, poursuit le Dr Johnson. Les deux méthodes donnent de meilleurs résultats que l’utilisation de l’estimation du risque de Framingham. Cela montre l'intérêt d'explorer les artères coronaires pour mieux estimer le risque des personnes. "

Pouvoir se baser sur un schéma global des facteurs de risques

Si le machine learning pouvait améliorer la notation des vaisseaux, il renforcerait la contribution de l’imagerie non invasive à l’évaluation du risque cardiovasculaire. De plus, les scores de vaisseaux obtenus par cette méthode pourraient être combinés à des facteurs de risque non liés à l'image, tels que l'âge, le sexe, l'hypertension et le tabagisme, afin de développer des modèles de risque plus complets. Cela bénéficierait à la fois aux médecins et aux patients. "Une fois que vous utilisez un outil comme celui-ci pour vous aider à évaluer le risque d'une personne, vous pouvez alors lui faire prendre des statines ou maîtriser son taux de glucose, cesser de fumer, contrôler son hypertension, car ce sont les grands facteurs de risque modifiables." Conclut-il.

Le Dr Johnson travaille actuellement sur un document qui exploite les résultats de cette étude et les intègre dans schéma d'ensemble avec des facteurs de risque autres que l'imagerie.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Un nouveau modèle pour évaluer le risque cardiovasculaire à partir du coroscanner
25/06/2019 : Pour évaluer le risque cardiovasculaire d'une personne à partie du coroscanner, la méthode la plus appropriée aujourd'hui est le machine learning. C'est le résultat d'une étude publiée dans la Revue Radiology, qui montre que cette méthode est supérieure au score CAD-RADS par exemple.

Le Rédacteur en chef de la prochaine revue Cardiothoracic Imaging est connu
30/04/2018 : Le conseil d'administration de la Radiological Society of North America (RSNA) a annoncé le 25 avril 2018 la nomination du Dr Suhny Abbara, comme Rédacteur en chef de la nouvelle revue en ligne, Radiology: Cardiothoracic Imaging. Le journal sera lancé au printemps 2019.

Pathologies cardiovasculaires : un travail de recherche explique pourquoi elles surviennent le plus souvent le matin
09/11/2017 : Un travail de recherche effectué par une équipe lilloise et publié dans The Lancet a mis à jour le rôle d'un récepteur nucléaire pour expliquer l'incidence des pathologies cardiovasculaires à une certaine période de la journée.

Pathologies cardiaques: privilégier l'approche non invasive
14/03/2017 : L'angioscanner et l'imagerie de perfusion peuvent aider à prédire quels patients sont susceptibles de souffrir d'une crise cardiaque ou autre pathologie cardiovasculaire, selon une nouvelle étude apparaissant en ligne dans la revue Radiologie. L'approche non invasive donne en effet des résultats équivalents à la coronarographie couplée au SPECT.

Un contraste iodé concentré à 350 pour un coroscanner de qualité
11/01/2017 : La qualité d’un coroscanner est désormais indépendante de la concentration de produit de contraste injecté pour cette procédure. C’est ce qui résulte d’une étude menée en Allemagne et publiée dans la revue European Radiology, où les produits concentrés à 350mg/ml ne sont pas inférieurs aux autres.

De nombreuses réponses au quizz du SRES
30/03/2016 : Les organisateurs du SRES ont sollicité les jeunes praticiens de façon originale, avec un quizz sur un cas clinique. Voici les résultats de cette consultation à laquelle ils ont été très nombreux à répondre.

SURE SUBSTRACTION, POUR SURMONTER LES DÉFIS CLINIQUES
29/09/2015 : Ne souhaiteriez-vous pas réduire le temps nécessaire au diagnostic des examens vasculaires tout en augmentant leur précision par la même occasion? Et si vous pouviez identifier précisément des lésions osseuses grâce au scanner, sans avoir recours à d'autres examens comme l'IRM ou la médecine nucléaire ? Seriez-vous plus confiant si vous interprétiez les résultats d'une angiographie pulmonaire à l'aide d'une carte de perfusion?

CORONAROGRAPHIE: LA VOIE EST LIBRE POUR LA FFR
27/04/2015 : La FFR, complément diagnostic à la coronarographie, a reçu un avis favorable de la HAS quant à son remboursement par les caisses d'assurance maladie. Elle est donc appelée à être mise en pratique plus souvent pour les lésions pluritronculaires et intermédiaires.

CONTROVERSE SUR L'IMAGERIE CARDIAQUE
10/03/2015 : Qui du scanner, du PET ou de l'IRM est-il le mieux à même d'étudier les maladies cardiaques ? C'est ce qu'ont tenté d'identifier les Prs Sami Kajander, Hatem Alkhadi et Marco Francone lors d'une session de l'ECR 2015.

Relations entre la santé cognitive et les plaques d'athérosclérose asymptomatiques
26/11/2014 : La présence de plaques d'athérosclérose dans toutes les régions du corps est annonciatrice de troubles cognitifs légers. C'est ce qui ressort d'une étude américaine, menée sur près de 2000 adultes texans asymptomatiques, montrant des relations entre la présence de plaques et l'hypersignal sur la substance blanche à l'IRM.


Formation aux gestes d’urgence en imagerie médicale
26/08/2019 : Forcomed organise une journée de formation DPC aux gestes d'urgence dans le cadre de l'allergie ou de l'arrêt cardio-respiratoire. Elle est proposée en présentiel.

Le chant du criquet qui attaque le cerveau
23/08/2019 : Le "Syndrome du criquet de l'ambassade des USA à Cuba" semble avoir trouvé une explication scientifique. C'est ce que montre une étude utilisant l'IRM fonctionnelle parue dans le Journal of the American Medical Association.

Ostéoradionécrose post-radiothérapie : l'IRSN lance in projet de recherche
22/08/2019 : L'IRSN vient de lancer XBONE, un nouveau projet visant à réparer les effets secondaires induits sur les os par des radiothérapies des cancers aéro-digestifs. Ce protocole de thérapie utilise les cellules stromales mésenchymateuses dans une matrice de biomatériau.

Le Pr Yves Menu évoque l'évolution de l'ECR
20/08/2019 : Le Pr Yves Menu, Rédacteur en chef de la revue European Radiology, évoque l'évolution de l'ECR depuis sa première participation en 1991 sur la nouvelle ESR Connect Channel.

Traitement de la TDAH : des effets nocifs pour la substance blanche des jeunes enfants
19/08/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un médicament utilisé pour traiter le trouble déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) semble affecter le développement de la substance blanche chez les enfants atteints de ce trouble. Les mêmes effets n'ont pas été observés chez les adultes atteints de cette pathologie.

Hologic acquiert une partie de SuperSonic Imagine
14/08/2019 : SuperSonic Imagine vient de céder 46% de ses actions à Hologic. De quoi développer ses ventes à l'export.

Formation à l'imagerie IRM du pelvis féminin
13/08/2019 : Forcomed propose des formations spécifiques à l'imagerie IRM des pathologies du pelvis féminin. Elles sont scindées en trois programmes distincts, dont un consacré au perfectionnement.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

RSNA 2019 : 3 700 m2 dédiés à l'intelligence artificielle
09/08/2019 : Le RSNA 2019 AI Showcase proposera un plus grand espace dédié à l'intelligence artificielle. Des démonstrations et des salles de classe permettront aux fournisseurs de solutions et aux spécialistes de promouvoir les outils d'aide à la décision clinique ainsi que les bonnes pratiques de gestion des données.

UniHA élargit considérablement son offre dans le domaine des ultrasons
07/08/2019 : Le nouveau marché d'imagerie ultrasonore mis en place par UniHA proposera une offre complète de modalités, pour des usages classiques ou les plus spécifiques. Il comporte également des systèmes de télé-échographie et de désinfection des sondes.


Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

Ultrasons ou résonance magnétique: faites votre choix pour l'élastographie hépatique !
20/03/2018 : L'élastographie par résonance magnétique se place comme un examen de référence pour l'évaluation de la fibrose hépatique. Une enquête publiée dans la revue Radiology se propose de la comparer avec l'élastographie échographique.

Le deep learning pour segmenter les images IRM de prostate
15/02/2018 : Une méthode de segmentation de la prostate par deep learning à partir d'images IRM vient d'être validée par comparaison avec l'interprétation par des spécialistes. Une nouvelle étape vers l'identification assistée des lésions cancéreuses.

FACTUM HEALTHCARE CONSOLIDE SA POSITION EN FRANCE ET EN BELGIQUE
02/09/2015 : Factum Healthcare se place désormais comme un partenaire essentiel des établissements de santé et cabinets d'imagerie pour l'acquisition de nouvelles modalités. Elle sera un des acteurs majeurs de l'amélioration de la continuité de prise en charge radiologique des patients en faisant progresser le parc de machines sur le territoire.

Biotronik présente ses prothèses cardiaques compatibles avec l’examen IRM
16/02/2016 : Le vendredi 12 février 2016, Biotronik a présenté sa nouvelle gamme de produits IRM-compatibles et son nouveau dispositif MRI AutoDetect. Pour l’occasion, le Docteur Philippe Cart, radiologue à l’Hôpital de Charleville-Mézières et le Docteur Arnaud Lazarus, cardiologue rythmologue à la clinique Ambroise Paré, ont été invités à prendre la parole pour nous faire partager leur expérience respective.

Nouvelles collaborations entre HL7 et IHE au service de l'interopérabilité
23/06/2016 : Suite à une longue histoire de collaboration fructueuse, Health Level Seven International (HL7) et Integrating the Healthcare Enterprise (IHE) ont annoncé qu’ils renouvelaient leur accord de coopération pour faire avancer l'interopérabilité des systèmes d’information de santé.

Ostéoradionécrose post-radiothérapie : l'IRSN lance in projet de recherche
22/08/2019 : L'IRSN vient de lancer XBONE, un nouveau projet visant à réparer les effets secondaires induits sur les os par des radiothérapies des cancers aéro-digestifs. Ce protocole de thérapie utilise les cellules stromales mésenchymateuses dans une matrice de biomatériau.

Le Pr Yves Menu évoque l'évolution de l'ECR
20/08/2019 : Le Pr Yves Menu, Rédacteur en chef de la revue European Radiology, évoque l'évolution de l'ECR depuis sa première participation en 1991 sur la nouvelle ESR Connect Channel.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.