Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Intelligence Artificielle, Machine Learning > La radiomique pour prédire la réponse à la chimiothérapie dans le cancer du poumon

La radiomique pour prédire la réponse à la chimiothérapie dans le cancer du poumon

LUNDI 25 MARS 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude publiée dans la nouvelle revue éditée par Radiology, "Artificial Intelligence", les chercheurs peuvent utiliser les données d’images de tomodensitométrie pour prédire quels patients atteints de cancer du poumon répondront à la chimiothérapie. Les caractéristiques radiomiques peuvent également prévoir la progression de la maladie et la survie globale.

RSNA

La chimiothérapie à base de platine est généralement le traitement de première intention du cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC) au stade avancé. Cependant, environ un patient sur quatre seulement répond bien à ce traitement. Il n’existe actuellement aucun moyen de prédire quels patients bénéficieront le plus de la chimiothérapie.

Prédire précocement la réponse à la chimiothérapie pour le cancer du poumon

Les examens par tomodensitométrie (CT) sont couramment utilisés pour déterminer le stade tumoral et le suivi de la réponse au traitement. En utilisant la radiomique, des chercheurs du département de génie biomédical de la School of Engineering de la Case Western Reserve University à Cleveland (Ohio), et du département de médecine interne de la clinique de Cleveland (Ohio) peuvent extraire des données quantitatives ou mesurables à partir d'images de CT pouvant révéler des caractéristiques de la maladie non visibles uniquement sur les images. "Notre objectif, dans cette étude, était d'identifier une prédiction précoce de la réponse à la chimiothérapie. Nous avons étudié les mesures extraites par ordinateur des profils, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du nodule pulmonaire, ainsi que de la forme du nodule, sur des scanners de base", a déclaré le Dr Mohammadhadi Khorrami, (Case Western Reserve University).

Identifier rapidement les patients candidats à un traitement alternatif

Les chercheurs ont ainsi étudié le rôle des caractéristiques de texture radiomique, à la fois à l'intérieur et autour de la tumeur, dans la prévision du délai de progression et de la survie globale, ainsi que dans la réponse à la chimiothérapie chez les patients atteints de CPNPC. "Il s'agit de la première étude sur le thème des profils d'hétérogénéité ou de diversité extraits de l'extérieur de la tumeur comme facteurs prédictifs de la réponse à la chimiothérapie, poursuit le Dr Khunger (département de médecine interne de la clinique de Cleveland), co-auteur de cette étude publiée dans la nouvelle revue éditée par Radiology, Artificial Intelligence. C'est important car cela pourrait permettre de prédire à l'avance que les patients atteints de cancer du poumon vont, ou non, réagir au traitement. Cela pourrait aider à identifier les patients candidats à des thérapies alternatives telles que la radiothérapie ou l'immunothérapie."

Le Deep learning pour prévoir la probabilité de réponse d'un patient à la chimiothérapie

Ils ont analysé les données de 125 patients traités par chimiothérapie par doublet de platine à base de pemetrexed à la Cleveland Clinic. Les patients ont été divisés au hasard en deux groupes avec un nombre égal de répondants et de non-répondants dans le groupe d’entraînement. La cohorte d'entrainement de l'algorithme comprenait 53 patients atteints de CBNPC tandis que le groupe de validation comprenait 72 patients. Un ordinateur a analysé les images tomodensitométriques du cancer du poumon afin d'identifier des modèles uniques d'hétérogénéité à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la tumeur. Ces modèles ont ensuite été comparés entre les scanners de patients ayant répondu ou non à une chimiothérapie. Ces modèles de caractéristiques ont ensuite été utilisés pour former un algorithme de Deep learning afin d'identifier la probabilité qu'un patient atteint d'un cancer du poumon réagisse à une chimiothérapie.

Des caractéristiques radiomiques pouvant prédire la progression de la maladie et la survie globale

"Lorsque nous avons examiné les modèles à l'intérieur de la tumeur, nous avons obtenu une précision de 0,68. Mais lorsque nous avons regardé à l'intérieur et à l'extérieur, la précision est passée à 0,77 ”, remarque le Dr Khorrami. Les résultats ont montré que les caractéristiques radiomiques dérivées de la tumeur et de la zone autour de celle-ci permettaient de distinguer les patients ayant répondu à la chimiothérapie des autres. De plus, les caractéristiques radiomiques prédisaient le délai avant progression et la survie globale. "En dépit du grand nombre d'études menées jusqu'alors par CT, la zone tumorale environnante immédiate, ou région péritumorale, est restée relativement inexplorée, conclut le Dr Khorrami. Nos résultats ont clairement mis en évidence le rôle des modèles de texture péritumorale dans la prévision de la réponse et du délai de progression après la chimiothérapie."

Bien que les chercheurs n'aient pas explicitement étudié le fondement des caractéristiques radiomiques identifiées autour de la tumeur, ils ont émis l'hypothèse que ces modèles reflétaient une augmentation du contenu fibrotique dans les tumeurs compatibles avec la chimiothérapie. Selon le Dr Khorrami, les données radiomiques dérivées des images de scanner peuvent également potentiellement aider à identifier les patients qui présentent un risque élevé de récidive et qui pourraient bénéficier d'une surveillance et d'un suivi plus intensifs.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

L'hémorragie cérébrale, thème du RSNA IA challenge 2019
17/09/2019 : La Radiological Society of North America (RSNA) vient de lancer son troisième défi annuel sur l'intelligence artificielle (IA): le défi RSNA de détection et de classification des hémorragies intracrâniennes.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

RSNA 2019 : 3 700 m2 dédiés à l'intelligence artificielle
09/08/2019 : Le RSNA 2019 AI Showcase proposera un plus grand espace dédié à l'intelligence artificielle. Des démonstrations et des salles de classe permettront aux fournisseurs de solutions et aux spécialistes de promouvoir les outils d'aide à la décision clinique ainsi que les bonnes pratiques de gestion des données.

De nouveaux outils d'aide à la décision en mammographie
18/06/2019 : L'aide à la décision en mammographie 2D et tomosynthèse 3D vient de s'enrichir, avec iCAD, de nouvelles applications annoncées lors du récent congrès de la SIFEM.

Segmenter les tumeurs pulmonaires à partir d'un navigateur web
09/05/2019 : Arterys lance, lors de l'ESTI 2019, sa solution Lung AI de suivi des tumeurs du poumon par scanner. Ce programme de deep learning permet d'identifier des nodules pulmonaires à partir d'un navigateur web.

L'ESR noue un partenariat pour promouvoir l'IA en imagerie médicale
02/05/2019 : L'European Society of Radiology (ESR) a conclu un partenariat avec Siemens Helathineers pour la promotion de l'intelligence artificielle en imagerie médicale. Des événements et un blog seront dédiés à cette thématique.

Une feuille de route pour améliorer la recherche en IA appliquée à l'imagerie médicale
17/04/2019 : Dans un contexte de développement tous azimuts de l'intelligence artificielle appliquée à l'imagerie médicale, les principaux acteurs scientifiques américains ont élaboré une feuille de route pour accélérer la recherche dans ce domaine. Un rapport a été rédigé en ce sens.

La radiomique pour prédire la réponse à la chimiothérapie dans le cancer du poumon
25/03/2019 : Selon une étude publiée dans la nouvelle revue éditée par Radiology, "Artificial Intelligence", les chercheurs peuvent utiliser les données d’images de tomodensitométrie pour prédire quels patients atteints de cancer du poumon répondront à la chimiothérapie. Les caractéristiques radiomiques peuvent également prévoir la progression de la maladie et la survie globale.

Randy Médical, le chatbot qui optimise les recrutements des professionnels de Santé
27/02/2019 : L'Appel Médical dispose désormais d'une stratégie "Tech&Touch". Le chatbot Randy, élaboré pour candidater pour un poste, présélectionne les candidats qui sont ensuite pris en charge par un consultant en recrutement.


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

Une désinfection de haut niveau des sondes pour une activité d'échographie à la qualité améliorée
03/10/2019 : Les nouvelles recommandations de la HAS concernant la désinfection des sondes d'échographie sont susceptibles d'évoluer, comme le préconisent les sociétés scientifiques mondiales. Dans ce cadre, le dispositif Chronos de Germitec répond à tous les référentiels sans affecter le workflow du centre d'imagerie.


Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

La Norme NFC 15-160 new look est parue !
26/09/2018 : L'AFNOR vient de publier la nouvelle Norme NFC 15-160, qui regroupe les dispositions relatives aux installations radiologiques médicales, et qui a fait l'objet d'une mise à jour après une consultation publique.

La radiologie française a-t-elle vraiment besoin du COFRAC ?
21/11/2018 : La radiologie française est très impliquée dans les processus qualité. Mais cela n'empêche pas le COFRAC de travailler sur un référentiel de certification ISO identique à celui des laboratoires de biologie. Le G4 monte au créneau pour affirmer son désaccord.

PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux
12/02/2018 : Le PIMM semble la réponse appropriée du système de Santé pour assurer une permanence des Soins en imagerie médicale. C'est ce qui ressort du webinar, organisé par le Cabinet Houdart & Associés, qui y était consacré et auquel participait le Dr Pascal Béroud, du SRH.