Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Les radiologues en première ligne pour détecter les signes de violence conjugale

Les radiologues en première ligne pour détecter les signes de violence conjugale

MERCREDI 06 FéVRIER 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude publiée dans la revue Radiology, les radiologistes pourraient jouer un rôle crucial dans l'identification des signes de violence conjugale. Les radiologues peuvent identifier précocement les types de blessures potentielles liés à la violence, les classer et travailler en étroite collaboration avec les urgentistes notamment.

RSNA

La violence entre partenaires intimes (VPI) est un problème de santé sociale et publique grave et évitable qui affecte de personnes dans le monde. Cet item décrit les dommages physiques, sexuels ou psychologiques causés par un partenaire ou un conjoint actuel ou ancien.

Une étude pour identifier les signes précoces de violences intimes

"La radiologie a largement contribué à la détection des traumatismes non accidentels chez les enfants et l'identification de la violence chez les enfants est un élément essentiel de la formation d'un radiologue, mais le rôle de l'imagerie dans la détection de la violence du partenaire intime est mal connu, précise le Dr Bharti Khurana, radiologue à l'hôpital Brigham and Women's et professeur adjoint de radiologie à la Harvard Medical School de Boston et instigateur principal d'une étude publiée dans la Revue Radiology sur ce thème. Les images médicales peuvent fournir des indices précoces de la VPI en fonction de l'emplacement et du schéma des blessures, anciennes et récentes."

Des femmes victimes à 96%

Pour l'étude, les dossiers médicaux électroniques de 185 patientes adressées par le service des urgences du Brigham and Women's Hospital au programme de soutien dédié à ce fléau, de janvier 2015 à octobre 2016, ont été examinés et comparés à un groupe témoin de 555 les patients qui ont été vus dans ce service d'urgences. Les comptes rendus de tous les examens d'imagerie du patient effectués au cours des cinq années précédentes ont également été examinés. Les chercheurs ont constaté que presque toutes les victimes de violence entre partenaires intimes étaient des femmes (96%). Les victimes avaient un âge moyen de 34,2 ans. Ils étaient à 37% afro-américains et à 28% hispaniques. Ces victimes ont subi en moyenne environ quatre fois plus d'examens d'imagerie au cours des cinq années précédentes par rapport au groupe témoin. Les fractures aiguës et les complications obstétricales / gynécologiques, telles que l’abandon de la grossesse et le ralentissement de la croissance intra-utérine, étaient associées à des probabilités de violence domestique deux à quatre fois plus élevées.

Le niveau socio-culturel comme critère majeur de prévalence

"Notre étude suggère que ces résultats, par ailleurs communs, pourraient identifier la violence du partenaire intime dans le contexte de facteurs socio-économiques spécifiques identifiés dans notre étude", poursuit la première auteur de l'étude, le Dr Elizabeth George, résidente en chef du département de radiologie de l'hôpital Brigham and Women's. et chercheur à la Harvard Medical School. L’équipe de recherche a constaté que les victimes de violence conjugale étaient plus susceptibles d’être sans abri (28%), d’avoir des antécédents psychiatriques (64%) ou d’avoir un trouble lié à l’utilisation de substances illicites (24%). Les chercheurs ont constaté que la violence physique était la forme la plus courante de violence conjugale (84%), mais que les patients se plaignaient également de violence psychologique et verbale (44%). Des abus sexuels ont été constatés chez 15% des victimes.

Développer un système de détection et de classification intégré

"Les radiologues sont dans une position unique pour partager des résultats objectifs car n'ayant pas d'interactions avec la victime ou l’agresseur potentiel, poursuit le Dr Khurana. Encouragés par les premiers résultats, nous avons maintenant élargi notre étude pour y inclure des collègues en orthopédie, soins primaires, santé des femmes, travail social, services juridiques et deux autres hôpitaux de Boston: le Massachusetts General Hospital et le Boston Medical Center."

Selon le Dr Khurana, le but ultime de ce travail de recherche est de développer un système intégré qui utilise des modèles dérivés d'analyses d'experts des données cliniques et d'historiques d'images radiologiques, détecte et classifie les blessures, et alerte automatiquement les cliniciens si les blessures d'un patient ont une probabilité de risque élevé d'être le résultat de la violence entre partenaires intimes. Dans la phase suivante de l'étude, les chercheurs prévoient d'utiliser le machine learning pour reconnaître les signes de violence conjugale et créer un système d'alerte pour renforcer la confiance et la robustesse des résultats, permettant ainsi aux prestataires de soins de santé d'ouvrir un dialogue avec leurs patients.

"En outre, notre équipe multidisciplinaire concevra des guides de conversation utilisant des images médicales pour former les travailleurs sociaux et les cliniciens à l'abord des patients identifiés comme présentant un risque élevé de violence de la part de leur partenaire", conclut le Dr Khurana.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Le rôle du radiologue dans un contexte de coronavirus selon l'ESR
26/02/2020 : Le point d’étape publié par l’European Society of Radiology (ESR) concernant le coronavirus fait état d’un taux de mortalité due à cette maladie très faible en dehors de la Chine. Il met en lumière le rôle des radiologues pour la détection précoce et préconise de se méfier des patients asymptomatiques.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Fujifilm et DMS Imaging se rapprochent pour la radiologie conventionnelle et interventionnelle
10/01/2020 : Fujifilm Europe va compléter sa gamme de tables télécommandées grâce à un accord de partenariat conclu avec DMS Imaging. Les premières ventes sont prévues au premier trimestre 2020.  

Fujifilm acquiert les solutions d'imagerie d'Hitachi
23/12/2019 : Fujifilm vient d’acquérir les solutions d’imagerie diagnostique de la société Hitachi. Des synergies sont attendues en termes technologique et économique.

Le scanner Glory, fleuron de la gamme radiologie du groupe nehs
19/12/2019 : Laurent Pomares, Directeur BU Imagerie médicale chez nehs, présente l’un des fleurons de la gamme radiologie du groupe, le scanner Glory de Neusoft. Cette modalité présente toutes les caractéristiques des modalités de scanographie moderne, notamment la grande couverture et le low dose.

Optimiser l’accueil du patient : 3 programmes de formation au choix et ultraciblés pour les équipes de secrétariat
03/12/2019 : A partir de janvier 2020, Forcomed lance 3 nouveaux programmes spécialement conçus pour les équipes d’accueil et de secrétariat de centres d'imagerie médicale, deux en présentiel et une en e-learning.

Le diplôme européen de radiologie (EDiR) gagne du terrain
04/11/2019 : L’EDiR est désormais reconnu dans par une majorité de sociétés savantes nationales en radiologie. Il fait désormais l’objet d’un guide et d’une application dédiés pour faciliter le travail des candidats à l’examen.

Les dangers des injections de stéroïdes dans les articulations
18/10/2019 : Selon un article spécial publié dans la revue Radiology, les injections de corticostéroïdes utilisées pour traiter la douleur de l'arthrose à la hanche et au genou pourraient être plus dangereuses qu'on ne le pensait auparavant. Les chercheurs ont suggéré d'intégrer dans les formulaires de consentement les risques associés à ces injections.

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.


Nanobiotix passe un nouveau niveau de développement auprès de la FDA
27/02/2020 : Nanobiotix poursuit son développement et obtient la désignation de « Fast Track » pour le NXTXR3. Ce statut lui promet des procédures d’évaluation accélérées notamment pour de futurs essais cliniques.

Le rôle du radiologue dans un contexte de coronavirus selon l'ESR
26/02/2020 : Le point d’étape publié par l’European Society of Radiology (ESR) concernant le coronavirus fait état d’un taux de mortalité due à cette maladie très faible en dehors de la Chine. Il met en lumière le rôle des radiologues pour la détection précoce et préconise de se méfier des patients asymptomatiques.

CCAM Radiologie évolue pour plus d'ergonomie et d'interactivité
26/02/2020 : La plateforme d’aide à la cotation des actes de radiologie CCAM-Radiologie évolue pour optimiser le temps médical des radiologues. Il s’est enrichi d’un forum de discussion et fera bientôt l’objet d’une refonte complète plus ergonomique, incluant un e-learning et un algorithme pour la validation des associations d’actes.

Coronavirus : Une session spéciale organisée lors de l'ECR 2020
25/02/2020 : Devant l’ampleur mondiale de l’épidémie de coronavirus (COVID-19), la session de l’ECR 2020 dédiée à cette maladie sera accessible gratuitement pour les congressistes sur place mais également pour les internautes sur ESR Connect.

Le futur de la médecine nucléaire au prochain congrès ISI NucMed
24/02/2020 : Afin de préparer les acteurs de la médecine nucléaire à l’évolution future de cette spécialité, Arronax Nantes organise en juin prochain l’ISI NucMed, un congrès pluridisciplinaire traitant de production de nucléides, d’intelligence artificielle appliquée et de l’approche théranostique.

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Le Pôle Imagerie Médicale de l’AP-HM surfe sur la dynamique créée par le projet Imagerie Avenir Marseille (IAM-APHM)
14/02/2020 : Alors qu’il arrive à son terme, le projet de renouvellement des modalités d’imagerie du Pôle Imagerie Médicale (PIM) de l’AP-HM suscite bien des espoirs. La dynamique créée par la forte implication des équipes médicales, paramédicales, techniques, biomédicales et administratives et le dialogue constructif qu’il a favorisé permettront d’améliorer la cohésion et la montée en compétences de tous les acteurs du pôle et des directions concernées.

Découvrez les images du coronavirus mises à jour dans Spectrum of imaging
13/02/2020 : « Radiology of Coronavirus : Spectrum of imaging », édité par la Revue Radiology, est une page web mise à jour continuellement. Elle fournit aux radiologues un panel de cas cliniques pour les assister dans leur décision.

Une évocation de l'imagerie médicale de demain au MDCT 2020
12/02/2020 : Le scanner spectral, la radiologie interventionnelle et l’intelligence artificielle ont constitué les thématiques majeures développées lors du 9ème Symposium Scanner volumique. Un événement qui a laissé entrevoir ce que pourrait être l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique à moyen terme.

Dépistage du cancer du poumon : la FNMR interpelle à nouveau les pouvoirs publics
11/02/2020 : Suite aux bons résultats de la récente étude NELSON, la FNMR vient réitérer, par communiqué, sa demande auprès des pouvoirs publics d’étudier la mise en place du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose.


Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Une évocation de l'imagerie médicale de demain au MDCT 2020
12/02/2020 : Le scanner spectral, la radiologie interventionnelle et l’intelligence artificielle ont constitué les thématiques majeures développées lors du 9ème Symposium Scanner volumique. Un événement qui a laissé entrevoir ce que pourrait être l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique à moyen terme.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

De nouvelles données pour identifier le coronavirus 2019-nCoV au scanner
11/02/2020 : Les signes détaillés du coronavirus 2019-nCoV viennent de faire l’objet d’une nouvelle étude parue dans la Revue Radiology. Des images en verre dépoli majoritairement périphériques et postérieures sont caractéristiques au scanner.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La recherche sur l'IA en imagerie avance avec le Data Challenge
25/10/2019 : Le Pr Nathalie Lassau, Professeur de Radiologie à l'Université Paris Sud et Co-Directrice du laboratoire d Imagerie IR4M (UPSUD/ CNRS) à l'Institut Gustave Roussy, est la responsable du Data Challenge dont la première édition a été organisée aux JFR 2018. Nous l'avons rencontrée pour une évocation des améliorations apportées, en 2019, à cette compétition.

Le futur de la médecine nucléaire au prochain congrès ISI NucMed
24/02/2020 : Afin de préparer les acteurs de la médecine nucléaire à l’évolution future de cette spécialité, Arronax Nantes organise en juin prochain l’ISI NucMed, un congrès pluridisciplinaire traitant de production de nucléides, d’intelligence artificielle appliquée et de l’approche théranostique.

Réglementation concernant les appareils mobiles des cabinets dentaires
17/05/2016 : Les appareils mobiles ou portables générant des rayons X au sein des cabinets dentaires font désormais l’objet d’une surveillance identique à un poste fixe. C’est ce qu’a rappelé l’ASN dans une note datée du 2 mai 2016.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.