Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > Les radiologues en première ligne pour détecter les signes de violence conjugale

Les radiologues en première ligne pour détecter les signes de violence conjugale

MERCREDI 06 FéVRIER 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude publiée dans la revue Radiology, les radiologistes pourraient jouer un rôle crucial dans l'identification des signes de violence conjugale. Les radiologues peuvent identifier précocement les types de blessures potentielles liés à la violence, les classer et travailler en étroite collaboration avec les urgentistes notamment.

RSNA

La violence entre partenaires intimes (VPI) est un problème de santé sociale et publique grave et évitable qui affecte de personnes dans le monde. Cet item décrit les dommages physiques, sexuels ou psychologiques causés par un partenaire ou un conjoint actuel ou ancien.

Une étude pour identifier les signes précoces de violences intimes

"La radiologie a largement contribué à la détection des traumatismes non accidentels chez les enfants et l'identification de la violence chez les enfants est un élément essentiel de la formation d'un radiologue, mais le rôle de l'imagerie dans la détection de la violence du partenaire intime est mal connu, précise le Dr Bharti Khurana, radiologue à l'hôpital Brigham and Women's et professeur adjoint de radiologie à la Harvard Medical School de Boston et instigateur principal d'une étude publiée dans la Revue Radiology sur ce thème. Les images médicales peuvent fournir des indices précoces de la VPI en fonction de l'emplacement et du schéma des blessures, anciennes et récentes."

Des femmes victimes à 96%

Pour l'étude, les dossiers médicaux électroniques de 185 patientes adressées par le service des urgences du Brigham and Women's Hospital au programme de soutien dédié à ce fléau, de janvier 2015 à octobre 2016, ont été examinés et comparés à un groupe témoin de 555 les patients qui ont été vus dans ce service d'urgences. Les comptes rendus de tous les examens d'imagerie du patient effectués au cours des cinq années précédentes ont également été examinés. Les chercheurs ont constaté que presque toutes les victimes de violence entre partenaires intimes étaient des femmes (96%). Les victimes avaient un âge moyen de 34,2 ans. Ils étaient à 37% afro-américains et à 28% hispaniques. Ces victimes ont subi en moyenne environ quatre fois plus d'examens d'imagerie au cours des cinq années précédentes par rapport au groupe témoin. Les fractures aiguës et les complications obstétricales / gynécologiques, telles que l’abandon de la grossesse et le ralentissement de la croissance intra-utérine, étaient associées à des probabilités de violence domestique deux à quatre fois plus élevées.

Le niveau socio-culturel comme critère majeur de prévalence

"Notre étude suggère que ces résultats, par ailleurs communs, pourraient identifier la violence du partenaire intime dans le contexte de facteurs socio-économiques spécifiques identifiés dans notre étude", poursuit la première auteur de l'étude, le Dr Elizabeth George, résidente en chef du département de radiologie de l'hôpital Brigham and Women's. et chercheur à la Harvard Medical School. L’équipe de recherche a constaté que les victimes de violence conjugale étaient plus susceptibles d’être sans abri (28%), d’avoir des antécédents psychiatriques (64%) ou d’avoir un trouble lié à l’utilisation de substances illicites (24%). Les chercheurs ont constaté que la violence physique était la forme la plus courante de violence conjugale (84%), mais que les patients se plaignaient également de violence psychologique et verbale (44%). Des abus sexuels ont été constatés chez 15% des victimes.

Développer un système de détection et de classification intégré

"Les radiologues sont dans une position unique pour partager des résultats objectifs car n'ayant pas d'interactions avec la victime ou l’agresseur potentiel, poursuit le Dr Khurana. Encouragés par les premiers résultats, nous avons maintenant élargi notre étude pour y inclure des collègues en orthopédie, soins primaires, santé des femmes, travail social, services juridiques et deux autres hôpitaux de Boston: le Massachusetts General Hospital et le Boston Medical Center."

Selon le Dr Khurana, le but ultime de ce travail de recherche est de développer un système intégré qui utilise des modèles dérivés d'analyses d'experts des données cliniques et d'historiques d'images radiologiques, détecte et classifie les blessures, et alerte automatiquement les cliniciens si les blessures d'un patient ont une probabilité de risque élevé d'être le résultat de la violence entre partenaires intimes. Dans la phase suivante de l'étude, les chercheurs prévoient d'utiliser le machine learning pour reconnaître les signes de violence conjugale et créer un système d'alerte pour renforcer la confiance et la robustesse des résultats, permettant ainsi aux prestataires de soins de santé d'ouvrir un dialogue avec leurs patients.

"En outre, notre équipe multidisciplinaire concevra des guides de conversation utilisant des images médicales pour former les travailleurs sociaux et les cliniciens à l'abord des patients identifiés comme présentant un risque élevé de violence de la part de leur partenaire", conclut le Dr Khurana.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Les radiologues en première ligne pour détecter les signes de violence conjugale
06/02/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, les radiologistes pourraient jouer un rôle crucial dans l'identification des signes de violence conjugale. Les radiologues peuvent identifier précocement les types de blessures potentielles liés à la violence, les classer et travailler en étroite collaboration avec les urgentistes notamment.

Se former au Cone beam pour maîtriser l'imagerie en coupe odontologique
06/02/2019 : FORCOMED organise deux sessions de formation sur le Cone-beam en 2019 à Paris. Cet enseignement répond aux recommandations professionnelles françaises et européennes.

La revue RadioGraphics recherche son prochain rédacteur en chef
04/02/2019 : La Revue Radiographics n'aura bientôt plus de rédacteur en chef. La RSNA lance donc désormais le recrutement, pour septembre 2019, du successeur du Dr Jeffrey S.Klein.

Naissance de France Imageries Territoires
22/01/2019 : France Imageries Territoires est le nouveau groupe français de radiologues libéraux constitué en société. 200 praticiens sont actionnaires de cette entité à laquelle participe le groupe de téléradiologie Télédiag.

Focus sur l'imagerie de l'œil par OCT
15/01/2019 : L'imagerie de l'œil fait la par belle aujourd'hui à la Tomographie par Cohérence Optique (OCT). Un focus sera fait sur cette technologie lors du prochain congrès de la Société française d'Ophtalmologie.

Gestes d'urgence en radiologie: deux sessions de formation en 2019
09/01/2019 : L'identification d'une urgence vitale ou la composition d'un chariot d'urgence, constituent deux thématiques phares des sessions Forcomed organisées en 2019 sur la prise en charge de l'arrêt cardio-respiratoire.

Premières mesures en faveur de la revalorisation des actes d'IRM
18/12/2018 : L'accord entre les radiologues et l'UNCAM de juin 2018 commence à porter ses fruits. Une augmentation des forfaits techniques des examens d'IRM a été annoncée.

Perfectionnez-vous en IRM pelvienne en présentiel et e-learning
13/12/2018 : La formation FORCOMED de perfectionnement à l'IRM pelvienne est reconduite en 2019. Deux sessions en présentiel sont programmées, ainsi qu'un module d'e-learning.

Inscrivez-vous à la formation dédiée à la gestion des produits de contraste
28/11/2018 : Que vous soyez radiologue libéral ou médecin salarié des hôpitaux, vous avez la possibilité de suivre, en mai prochain, une formation Forcomed en e-learning sur le thème de la gestion des produits de contraste.

La charte du médecin radiologue se met à jour
07/11/2018 : Améliorer l'accueil des patients dans les cabinets de radiologie et tenter de simplifier les contraintes administratives des radiologues, sont parmi les objectifs de la charte des médecins radiologues mise à jour récemment par la FNMR.


Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.

Dosimétrie patient: de nouvelles notions dans le projet de Décision ASN en cours d'élaboration
15/02/2019 : Un projet de décision de l'ASN est en cours de consultation entre experts pour faire évoluer les dispositifs d'évaluation des doses délivrées au patient en radiologie et médecine nucléaire, incluant les notions de NRI et de VGD.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie
15/02/2019 : Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

L'assurance qualité devient systémique en imagerie médicale et médecine nucléaire
14/02/2019 : Le texte législatif relatif à la gestion du risque en imagerie médicale diagnostique qui vient d'être publié introduit une évolution systémique de la gestion du risque dans ce domaine. Parmi les dispositions remarquables, notons le programme d'actions d'amélioration ou la notion d'habilitation des utilisateurs.

MLCTO: un seul rendez-vous pour tous les acteurs du traitement de l'occlusion coronaire chronique
13/02/2019 : Fort du succès rencontré lors des précédentes éditions, le MLCTO 2019 sera encore cette année the place to be pour apprendre ou revoir les techniques de traitement percutané de l'occlusion coronaire chronique. Praticiens débutants et experts, ainsi que les paramédicaux, seront ainsi réunis en un lieu unique.

LE RESAH choisit ACETIAM pour son marché de plateforme de téléradiologie
13/02/2019 : Dans le cadre de son marché de " Plateforme de Téléradiologie et réalisation de prestations intellectuelles", le RESAH a fait le choix d'ACETIAM. L'éditeur accompagne ainsi les établissements au niveau technique et médico-organisationnel.

Une nouvelle technologie pour un diagnostic amélioré de la maladie cardiovasculaire
12/02/2019 : Une nouvelle technique non invasive d'exploration de l'artère carotide, la vMSOT est très prometteuse. Elle pourrait fournir une évaluation plus précoce et plus précise du risque de maladie cardiovasculaire, selon une étude publiée dans la revue Radiology.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Parkinson: le région cérébrale du contrôle des impulsions identifiée
11/02/2019 : Pour étudier les mécanismes responsables de troubles du contrôle des impulsions pour les patients parkinsoniens, un programme DHUNE a utilisé le PETScan. Cela a permis de visualiser la région cérébrale impliquée.


L'assurance qualité devient systémique en imagerie médicale et médecine nucléaire
14/02/2019 : Le texte législatif relatif à la gestion du risque en imagerie médicale diagnostique qui vient d'être publié introduit une évolution systémique de la gestion du risque dans ce domaine. Parmi les dispositions remarquables, notons le programme d'actions d'amélioration ou la notion d'habilitation des utilisateurs.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La CGIM devient le Groupe Vidi
18/10/2018 : La CGIM est devenue, lors de son Assemblée Générale du 12 octobre 2018, le Groupe VIDI. Cette marque identifie désormais le premier groupe national de radiologues mutualisant leurs ressources.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Dosimétrie patient: de nouvelles notions dans le projet de Décision ASN en cours d'élaboration
15/02/2019 : Un projet de décision de l'ASN est en cours de consultation entre experts pour faire évoluer les dispositifs d'évaluation des doses délivrées au patient en radiologie et médecine nucléaire, incluant les notions de NRI et de VGD.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie
15/02/2019 : Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

Incident de radioprotection de faible gravité au CH d'Avignon
08/02/2019 : Le CH d'Avignon a fait preuve de réactivité lorsqu'a été constatée une fuite dans le bac de recueil des effluents radioactifs provenant des sanitaires des patients de médecine nucléaire. L'ASN a classé cet événement au niveau 1 de l'échelle INES.

Un nouvel espoir de procréer grâce à l'embolisation des fibromes utérins
13/06/2017 : L’embolisation partielle des fibromes utérins pourrait devenir le traitement de première intensifn pour les femmes qui souhaitent procréer. C’est ce qu’a montré une étude portugaise publiée dans la revue Radiology.