Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Intelligence Artificielle, Machine Learning > Le deep learning pour gagner le combat contre la tuberculose

Le deep learning pour gagner le combat contre la tuberculose

LUNDI 03 DéCEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le combat contre la tuberculose pourrait être gagné en utilisant l'IA pour le diagnostic sur les radiographies pulmonaires. Ce thème a été développé dans un article de la revue Radiology, primé au congrès de la RSNA 2018.

 

La Radiological Society of North America (RSNA) a décerné, le 26 novembre 2018, son septième prix d'excellence scientifique Alexander R. Margulis au Dr Paras Lakhani, du Thomas Jefferson University Hospital (TJUH) de Philadelphie, pour l'article intitulé "Deep Learning pour la radiographie thoracique: classification automatisée de la tuberculose pulmonaire à l’aide de réseaux de neurones convolutifs", publiée en ligne en avril 2017.

L'intelligence artificielle pour gagner le combat contre la tuberculose

Baptisé en l'honneur du Dr Alexander R. Margulis, chercheur distingué et visionnaire dans le domaine de la radiologie, ce prix annuel récompense le meilleur article scientifique original publié dans la revue Radiology, par le comité de lecture de la RSNA. Si l’imagerie joue un rôle central dans le diagnostic et la prise en charge de la tuberculose, l’accès à la radiologie est souvent limité dans les pays en développement où la tuberculose est la plus répandue. Espérant combler cette lacune, le Dr Lakhani et son collègue le Dr Baskaran Sundaram, également du TJUH, ont étudié l'efficacité d'une méthode automatisée de détection de la tuberculose sur des radiographies thoraciques.

Les chercheurs ont notamment utilisé le Deep learning, qui utilise des réseaux de neurones à convolution profonde (DCNN), pour identifier la tuberculose sur les radiographies thoraciques. Les résultats de la recherche étaient prometteurs. "Nous avons déterminé que le deep learning DCNN peut classer la tuberculose à partir de la radiographie pulmonaire, a déclaré le Dr Lakhani. Cette méthode signifie que la radiographie peut faciliter les efforts de dépistage et d'évaluation dans les zones prévalentes pour la tuberculose où l'accès aux radiologistes est limité."

Un problème de Santé publique dans les pays en développement

Selon le Pr David A. Bluemke, rédacteur en chef de la revue Radiology, ce type de recherche innovante représente l'avenir de la radiologie. "Les auteurs ont évalué un problème mondial de santé publique - en particulier dans les zones où il y a peu de radiologues, a-t-il déclaré. Ce qui est important ici est que les Drs. Lakhani et Sundaram ont validé leurs résultats en étudiant des radiographies thoraciques aux États-Unis, en Biélorussie et en Chine. Ce type d’étude validée avec pertinence va changer la pratique de la radiologie."

Pour le Dr Lakhani, le potentiel d'amélioration de la détection de la tuberculose, l'une des 10 principales causes de décès dans le monde, constitue un facteur de motivation important pour la recherche. Et d'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 10,4 millions de personnes ont contracté la tuberculose en 2016, entraînant la mort de 1,8 million de personnes. "Une solution automatisée pourrait réduire significativement le développement de cette maladie, en particulier dans les pays en développement comme l'Afrique subsaharienne, poursuit-il. Une grande priorité de l'OMS est de mettre fin à la tuberculose."

Un modèle de deep learning précis à 96%

Pour cette étude, les Drs. Lakhani et Sundaram ont reçu 1 007 radiographies de patients atteints, ou non, de tuberculose, constituées de plusieurs jeux de données de radiographie thoracique provenant d'instituts nationaux de la santé, du Belarus Tuberculosis Portal et de TJUH. Ces données ont été divisées en groupes entrainement (68,0%), validation (17,1%) et test (14,9%). Les cas ont été utilisés pour entrainer deux modèles DCNN différents - AlexNet et GoogLeNet - tirés des examens positifs et négatifs à la tuberculose. La précision des modèles a été testée sur 150 cas exclus des jeux de données d'entrainement et de validation. Le modèle d'IA le plus performant combinait AlexNet et GoogLeNet, avec une précision nette de 96%.

Les deux modèles DCNN étaient incohérents dans 13 des 150 cas tests. Pour ces cas, les chercheurs ont évalué une procédure où un radiologue expert était capable d'interpréter les images, en diagnostiquant avec précision 100% des cas. Ce flux de travail, incorporant un humain dans la boucle, avait une plus grande précision nette de près de 99%. Selon le Dr Lakhani, les DCNN n'étaient pas entrainés pour distinguer les ressemblances potentielles de la tuberculose pulmonaire, tels que le cancer du poumon, la pneumonie bactérienne ou les maladies tropicales.

Élargir le champ d'étude pour donner de la robustesse à son modèle

"Le but de ces algorithmes est de différencier les radiographies pulmonaires normales des anomalies thoraciques dans le champ d'évaluation de la tuberculose, remarque-t-il. Les cas signalés comme anormaux présentant des caractéristiques de tuberculose pulmonaire devraient être suivis d'une confirmation bactériologique, comme le suggèrent les processus de dépistage présentés par l'OMS. L'objectif de ces derniers est la réduction des coûts, la valorisation de la radiographie numérique ayant considérablement diminué au cours de la dernière décennie."

Le Dr Lakhani, qui a terminé son cursus en médecine nucléaire et en PETScan, est radiologue depuis 2011 et se spécialise principalement en radiologie cardiaque au TJUH. Il a ajouté que le Prix Margulis, en plus d'être un immense honneur, donne une impulsion à ses projets d'amélioration des modèles avec davantage d'expérience et d'autres méthodes de deep learning. Bien qu'il s'agisse d'une étude rétrospective basée sur des ensembles de données disponibles au moment de l'étude, il espère élargir le champ en étudiant l'utilisation de DCNN dans une pratique clinique d'évaluation de la tuberculose.

"Avec le deep learning, plus vous disposez de données, mieux vous vous portez, conclut-il. Il existe de nombreuses données à l’international permettant de développer des algorithmes plus robustes et l’avenir est prometteur pour ce type de recherche."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

L'hémorragie cérébrale, thème du RSNA IA challenge 2019
17/09/2019 : La Radiological Society of North America (RSNA) vient de lancer son troisième défi annuel sur l'intelligence artificielle (IA): le défi RSNA de détection et de classification des hémorragies intracrâniennes.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

RSNA 2019 : 3 700 m2 dédiés à l'intelligence artificielle
09/08/2019 : Le RSNA 2019 AI Showcase proposera un plus grand espace dédié à l'intelligence artificielle. Des démonstrations et des salles de classe permettront aux fournisseurs de solutions et aux spécialistes de promouvoir les outils d'aide à la décision clinique ainsi que les bonnes pratiques de gestion des données.

De nouveaux outils d'aide à la décision en mammographie
18/06/2019 : L'aide à la décision en mammographie 2D et tomosynthèse 3D vient de s'enrichir, avec iCAD, de nouvelles applications annoncées lors du récent congrès de la SIFEM.

Segmenter les tumeurs pulmonaires à partir d'un navigateur web
09/05/2019 : Arterys lance, lors de l'ESTI 2019, sa solution Lung AI de suivi des tumeurs du poumon par scanner. Ce programme de deep learning permet d'identifier des nodules pulmonaires à partir d'un navigateur web.

L'ESR noue un partenariat pour promouvoir l'IA en imagerie médicale
02/05/2019 : L'European Society of Radiology (ESR) a conclu un partenariat avec Siemens Helathineers pour la promotion de l'intelligence artificielle en imagerie médicale. Des événements et un blog seront dédiés à cette thématique.

Une feuille de route pour améliorer la recherche en IA appliquée à l'imagerie médicale
17/04/2019 : Dans un contexte de développement tous azimuts de l'intelligence artificielle appliquée à l'imagerie médicale, les principaux acteurs scientifiques américains ont élaboré une feuille de route pour accélérer la recherche dans ce domaine. Un rapport a été rédigé en ce sens.

La radiomique pour prédire la réponse à la chimiothérapie dans le cancer du poumon
25/03/2019 : Selon une étude publiée dans la nouvelle revue éditée par Radiology, "Artificial Intelligence", les chercheurs peuvent utiliser les données d’images de tomodensitométrie pour prédire quels patients atteints de cancer du poumon répondront à la chimiothérapie. Les caractéristiques radiomiques peuvent également prévoir la progression de la maladie et la survie globale.

Randy Médical, le chatbot qui optimise les recrutements des professionnels de Santé
27/02/2019 : L'Appel Médical dispose désormais d'une stratégie "Tech&Touch". Le chatbot Randy, élaboré pour candidater pour un poste, présélectionne les candidats qui sont ensuite pris en charge par un consultant en recrutement.


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les dangers des injections de stéroïdes dans les articulations
18/10/2019 : Selon un article spécial publié dans la revue Radiology, les injections de corticostéroïdes utilisées pour traiter la douleur de l'arthrose à la hanche et au genou pourraient être plus dangereuses qu'on ne le pensait auparavant. Les chercheurs ont suggéré d'intégrer dans les formulaires de consentement les risques associés à ces injections.

Développement des compétences en matière de radioprotection
17/10/2019 : Note d’information n° DGOS/RH4/DGCS/4B/2019/160 du 8 juillet 2019 relative aux orientations retenues pour 2020 en matière de développement des compétences des établissements publics de santé parmi lesquelles la radioprotection des patients.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.


Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

État des lieux de la radiothérapie en France
29/05/2017 : L’Observatoire de la radiothérapie propose, pour la période 2009-13, une photographie exhaustive de l’évolution de cette discipline. Si les traitements spécialisés de type RCMI augmentent significativement, le nombre de radiothérapeutes par service reste stable.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les avantages du scanner spectral dans un service d'urgences
27/10/2017 : Le scanner spectral IQon de Philips a été installé pour la première fois en Europe à l'hôpital universitaire St-Luc de Bruxelles. Nous avons rencontré le Pr Emmanuel Coche, Chef du service de radiologie, pour un retour d'expérience sur les usages de cette technologie innovante.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013