Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon

Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon

LUNDI 12 NOVEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La deuxième plus importante étude dans le monde traitant du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose, baptisée NELSON, marque une avancée significative dans la valeur prédictive de ce type de campagne. Cette étude a été présentée lors de la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC).

 

Medscape

Selon un article publié dans Medscape, les nouvelles données de l’étude NELSON, menée aux Pays-Bas et en Belgique et qui évaluent le dépistage du cancer du poumon par scannet low dose, montrent une réduction encore plus importante du nombre de décès par cancer du poumon que celle observée dans l’étude historique originale, le National Lung Screening Trial (NLST), menée entre 2002 et 2004 aux États-Unis.

Des résultats globaux encourageants

Ces nouveaux résultats ont été présentées à la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC) qui s'est tenue en septembre 201 à Toronto (Canada). "Le dépistage organisé est souvent discuté, mais nous avons montré que les patients masculins à haut risque de cancer du poumon présentent un taux de décès réduit", remarque le Dr Harry de Konig, professeur de santé publique et d'évaluation du dépistage au Erasmus Medical Center de Rotterdam (Pays-Bas). Le risque de décès par cancer du poumon chez les participants de sexe masculin a été réduit de 26% dans le groupe dépisté par rapport au groupe témoin à 10 ans de suivi". De plus, dans le sous-groupe de femmes, qui était plus petit, la réduction était encore plus importante, le risque de décès par cancer du poumon étant réduit de 39% à 61% après plusieurs années de suivi.

Un taux de 50% de cancers précoces détectés

Lors de l'analyse finale, 2,2% des résultats d'examens étaient positifs, ce qui correspond à un taux de détection global du cancer du poumon de 0,9%. "Cela signifie que si vous obtenez un résultat d'examen positif et que vous êtes dirigé vers un scanner, vos chances d'avoir un cancer du poumon sont de 41%, précise le Dr de Koning. C'était la valeur prédictive positive sur un résultat positif." Plus important encore, 50% des cancers du poumon détectés au cours du programme de dépistage étaient des cancers 1A à un stade précoce et 69% des cancers du poumon détectés par dépistage étaient 1A ou B. Seuls 10% à 12% des personnes du groupe de dépistage ont reçu un diagnostic de stade 4.

Cela contraste avec les données habituelles du registre néerlandais du cancer, qui montre un taux de 50% d'hommes atteints au stade 4. Chez les hommes participant à l'étude, le nombre de décès par cancer du poumon à 10 ans s'élevait à 250, dont 157 dans le groupe dépisté, ce qui donne un taux de mortalité par cancer du poumon de 0,74% à 10 ans (P = 0,003). Même au cours des deux années précédentes, le dépistage a réduit le risque de décès avec 0,75% la huitième année et de 0,76% la neuvième année. "Chez les femmes, nous avons constaté un résultat encore plus remarquable, a poursuivi le Dr de Koning. À la dixième année, le dépistage réduisait le risque de cancer du poumon de 39%. Le taux de mortalité par cancer du poumon était de 0,61 (p = 0,0543à 10 ans, de 0,39 à 8 ans et de 0,47 à 9 ans. Au cours des 2 années précédentes, le dépistage a réduit le risque de mortalité par cancer du poumon de 61% (8ème année) et de 53% (9ème année).

Un suivi selon quatre cycles de dépistage

NELSON était un essai de dépistage randomisé, contrôlé et basé sur une population d'individus présents dans des registres aux Pays-Bas et en Belgique. "Pour obtenir une population cible d'environ 16 000 personnes, nous avons dû envoyer au préalable un questionnaire général sur la santé à 606 000 personnes, poursuit-il. Et nous avons sélectionné ceux qui répondaient à nos critères d'éligibilité, à savoir les hommes et les femmes âgés de 50 à 74 ans et ayant déjà fumé plus de 10 cigarettes par jour pendant plus de 30 ans, ou plus de 15 cigarettes par jour pendant plus de 25 ans, "

Le nombre moyen de 40 paquets-années a été évalué dans l'ensemble de la cohorte. Un peu plus de la moitié des participants étaient encore fumeurs, alors que 45% des participants ont arrêté de fumer au cours des 10 dernières années avant l'étude. Quelques 7900 participants ont été assignés au hasard dans le groupe de dépistage et 7892 autres ont été assignés à un groupe contrôle. Les participants du groupe de dépistage ont reçu un scanner au départ, un an plus tard, deux ans plus tard et deux ans et demi plus tard, pour un total de quatre cycles de dépistage. La participation à ce processus a été excellente pour les trois premiers tours, mais a chuté aux deux tiers environ pour groupe contrôle, au quatrième tour, si bien qu'à la fin du quatrième tour, 27 053 examens avaient été réalisés.

De réels progrès par rapport à l'étude américaine NLST

"Ces résultats montrent que les dépistages par tomodensitométrie constituent un moyen efficace d'évaluer les nodules pulmonaires chez les personnes à risque élevé de cancer du poumon, poursuit-il. NELSON est le deuxième plus grand essai au monde, avec un résultat encore plus favorable que l'étude américaine précédente, la NLST, qui devrait être utilisé pour informer et pour piloter un futur dépistage par TDM dans le monde." NLST objectivait en effet une réduction relative de 20% de la mortalité par cancer du poumon pour un dépistage annuel sur 3 ans par scanner low dose par rapport à la radiographie thoracique. À 10 ans, était évalué à de 8% chez les hommes et à 27% chez les femmes.

L'étude NELSON, après NLST, témoigne donc d'une avancée majeure dans le dépistage du cancer du poumon et apporte la preuve qu'il doit être mis en place en Europe sur la base de deux grands essais contrôlés randomisés. L'US Préventive task force a recommandé, en 2013, le dépistage annuel du cancer du poumon par scanner low dose chez les adultes âgés de 55 à 80 ans qui avaient fumé 30 paquets-années encore fumeurs ou qui avaient cessé de fumer au cours des 15 dernières années. Il a, en outre proposer de ne pas le proposer dès lors qu'une personne n'a pas fumé depuis 15 ans, qu'elle a développé un problème de santé limitant considérablement son espérance de vie ou qu'elle doit subir une chirurgie pulmonaire curative.

Cependant, comme indiqué précédemment, les taux de dépistage du cancer du poumon chez les gros fumeurs actuels et les anciens gros fumeurs sont très faibles aux États-Unis. Dans une étude publiée en 2017 dans JAMA Oncology, les auteurs estiment que sur 6,8 millions de fumeurs éligibles au dépistage par scanner à faible dose en 2015, seuls 262 700 (3,9%) en ont bénéficié.

Bruno Benque


toshiba

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Un registre permettant de prévenir les réactions aux produits de contraste iodés ?
27/09/2019 : Les patients ayant des antécédents familiaux et personnels de réactions allergiques aux produits de contraste iodés sont à risque de réactions futures, selon une vaste étude coréenne publiée dans la revue Radiology. Ce pourrait être le départ d'un registre ciblé pour la prévention à ces réactions.

Atelier Coloscopie virtuelle : réservez votre vendredi 22 novembre !
30/07/2019 : Forcomed, en partenariat avec la SFR, propose un atelierde formation dédié à la coloscopie virtuelle. Réservez-vite votre 22 novembre 2019 !

Prévention des fractures ostéoporotiques: évaluer la densité minérale osseuse par scanner spectral
17/06/2019 : Le scanner spectral peut devenir une méthode de référence pour évaluer la densité minérale osseuse dans la prévention des fractures ostéoporotiques. C'est ce que révèle une étude allemande publiée dans la Revue European Radiology.

Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique
13/05/2019 : Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique. Une modalité de ce type vient d'être installée aux Hospices Civils de Lyon (HCL).

Le quatrième scanner spectral français installé à Alençon
01/04/2019 : En faisant l'acquisition d'un scanner IQon spectral, le GIE Imagerie médicale d'Alençon améliore la continuité de la prise en charge radiologique personnalisée et de qualité dans le bassin de population.

Un algorithme de deep learning dédié à l'étude du rachis
28/03/2019 : Les ingénieurs logiciel GE HEalthcare de Buc ont conçu un algorithme de deep learning permettant de repérer et labelliser les vertèbres. Il s'agit d'un outil simple et efficient dans le cas, notamment, de l'identification des métastases osseuses rachidiennes.

NGI distribuera les scanner chinois Neusoft pour trois ans
18/03/2019 : NGI vient d'annoncer la signature, pour trois ans, d'un contrat de partenariat avec le constructeur chinois de scanners Neusoft Medical. Le contrat de distribution exclusif porte sur l’intégralité de la gamme de scanners Neuviz.  

Premier scanner avec IA embarquée installé au CHU de Dijon Bourgogne
22/02/2019 : Le CHU de Dijon Bourgogne vient d'annoncer l'installation d'un scanner Aquilion One Genesis doté d'une solution de deep learning. Au printemps, c'est le CHU de Nancy qui pourra profiter de cet outil d'intelligence artificielle pour son Aquilion Precision.

Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon
12/11/2018 : La deuxième plus importante étude dans le monde traitant du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose, baptisée NELSON, marque une avancée significative dans la valeur prédictive de ce type de campagne. Cette étude a été présentée lors de la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC).  


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

Une désinfection de haut niveau des sondes pour une activité d'échographie à la qualité améliorée
03/10/2019 : Les nouvelles recommandations de la HAS concernant la désinfection des sondes d'échographie sont susceptibles d'évoluer, comme le préconisent les sociétés scientifiques mondiales. Dans ce cadre, le dispositif Chronos de Germitec répond à tous les référentiels sans affecter le workflow du centre d'imagerie.


Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

La Norme NFC 15-160 new look est parue !
26/09/2018 : L'AFNOR vient de publier la nouvelle Norme NFC 15-160, qui regroupe les dispositions relatives aux installations radiologiques médicales, et qui a fait l'objet d'une mise à jour après une consultation publique.

La radiologie française a-t-elle vraiment besoin du COFRAC ?
21/11/2018 : La radiologie française est très impliquée dans les processus qualité. Mais cela n'empêche pas le COFRAC de travailler sur un référentiel de certification ISO identique à celui des laboratoires de biologie. Le G4 monte au créneau pour affirmer son désaccord.

PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux
12/02/2018 : Le PIMM semble la réponse appropriée du système de Santé pour assurer une permanence des Soins en imagerie médicale. C'est ce qui ressort du webinar, organisé par le Cabinet Houdart & Associés, qui y était consacré et auquel participait le Dr Pascal Béroud, du SRH.