Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon

Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon

LUNDI 12 NOVEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La deuxième plus importante étude dans le monde traitant du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose, baptisée NELSON, marque une avancée significative dans la valeur prédictive de ce type de campagne. Cette étude a été présentée lors de la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC).

 

Medscape

Selon un article publié dans Medscape, les nouvelles données de l’étude NELSON, menée aux Pays-Bas et en Belgique et qui évaluent le dépistage du cancer du poumon par scannet low dose, montrent une réduction encore plus importante du nombre de décès par cancer du poumon que celle observée dans l’étude historique originale, le National Lung Screening Trial (NLST), menée entre 2002 et 2004 aux États-Unis.

Des résultats globaux encourageants

Ces nouveaux résultats ont été présentées à la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC) qui s'est tenue en septembre 201 à Toronto (Canada). "Le dépistage organisé est souvent discuté, mais nous avons montré que les patients masculins à haut risque de cancer du poumon présentent un taux de décès réduit", remarque le Dr Harry de Konig, professeur de santé publique et d'évaluation du dépistage au Erasmus Medical Center de Rotterdam (Pays-Bas). Le risque de décès par cancer du poumon chez les participants de sexe masculin a été réduit de 26% dans le groupe dépisté par rapport au groupe témoin à 10 ans de suivi". De plus, dans le sous-groupe de femmes, qui était plus petit, la réduction était encore plus importante, le risque de décès par cancer du poumon étant réduit de 39% à 61% après plusieurs années de suivi.

Un taux de 50% de cancers précoces détectés

Lors de l'analyse finale, 2,2% des résultats d'examens étaient positifs, ce qui correspond à un taux de détection global du cancer du poumon de 0,9%. "Cela signifie que si vous obtenez un résultat d'examen positif et que vous êtes dirigé vers un scanner, vos chances d'avoir un cancer du poumon sont de 41%, précise le Dr de Koning. C'était la valeur prédictive positive sur un résultat positif." Plus important encore, 50% des cancers du poumon détectés au cours du programme de dépistage étaient des cancers 1A à un stade précoce et 69% des cancers du poumon détectés par dépistage étaient 1A ou B. Seuls 10% à 12% des personnes du groupe de dépistage ont reçu un diagnostic de stade 4.

Cela contraste avec les données habituelles du registre néerlandais du cancer, qui montre un taux de 50% d'hommes atteints au stade 4. Chez les hommes participant à l'étude, le nombre de décès par cancer du poumon à 10 ans s'élevait à 250, dont 157 dans le groupe dépisté, ce qui donne un taux de mortalité par cancer du poumon de 0,74% à 10 ans (P = 0,003). Même au cours des deux années précédentes, le dépistage a réduit le risque de décès avec 0,75% la huitième année et de 0,76% la neuvième année. "Chez les femmes, nous avons constaté un résultat encore plus remarquable, a poursuivi le Dr de Koning. À la dixième année, le dépistage réduisait le risque de cancer du poumon de 39%. Le taux de mortalité par cancer du poumon était de 0,61 (p = 0,0543à 10 ans, de 0,39 à 8 ans et de 0,47 à 9 ans. Au cours des 2 années précédentes, le dépistage a réduit le risque de mortalité par cancer du poumon de 61% (8ème année) et de 53% (9ème année).

Un suivi selon quatre cycles de dépistage

NELSON était un essai de dépistage randomisé, contrôlé et basé sur une population d'individus présents dans des registres aux Pays-Bas et en Belgique. "Pour obtenir une population cible d'environ 16 000 personnes, nous avons dû envoyer au préalable un questionnaire général sur la santé à 606 000 personnes, poursuit-il. Et nous avons sélectionné ceux qui répondaient à nos critères d'éligibilité, à savoir les hommes et les femmes âgés de 50 à 74 ans et ayant déjà fumé plus de 10 cigarettes par jour pendant plus de 30 ans, ou plus de 15 cigarettes par jour pendant plus de 25 ans, "

Le nombre moyen de 40 paquets-années a été évalué dans l'ensemble de la cohorte. Un peu plus de la moitié des participants étaient encore fumeurs, alors que 45% des participants ont arrêté de fumer au cours des 10 dernières années avant l'étude. Quelques 7900 participants ont été assignés au hasard dans le groupe de dépistage et 7892 autres ont été assignés à un groupe contrôle. Les participants du groupe de dépistage ont reçu un scanner au départ, un an plus tard, deux ans plus tard et deux ans et demi plus tard, pour un total de quatre cycles de dépistage. La participation à ce processus a été excellente pour les trois premiers tours, mais a chuté aux deux tiers environ pour groupe contrôle, au quatrième tour, si bien qu'à la fin du quatrième tour, 27 053 examens avaient été réalisés.

De réels progrès par rapport à l'étude américaine NLST

"Ces résultats montrent que les dépistages par tomodensitométrie constituent un moyen efficace d'évaluer les nodules pulmonaires chez les personnes à risque élevé de cancer du poumon, poursuit-il. NELSON est le deuxième plus grand essai au monde, avec un résultat encore plus favorable que l'étude américaine précédente, la NLST, qui devrait être utilisé pour informer et pour piloter un futur dépistage par TDM dans le monde." NLST objectivait en effet une réduction relative de 20% de la mortalité par cancer du poumon pour un dépistage annuel sur 3 ans par scanner low dose par rapport à la radiographie thoracique. À 10 ans, était évalué à de 8% chez les hommes et à 27% chez les femmes.

L'étude NELSON, après NLST, témoigne donc d'une avancée majeure dans le dépistage du cancer du poumon et apporte la preuve qu'il doit être mis en place en Europe sur la base de deux grands essais contrôlés randomisés. L'US Préventive task force a recommandé, en 2013, le dépistage annuel du cancer du poumon par scanner low dose chez les adultes âgés de 55 à 80 ans qui avaient fumé 30 paquets-années encore fumeurs ou qui avaient cessé de fumer au cours des 15 dernières années. Il a, en outre proposer de ne pas le proposer dès lors qu'une personne n'a pas fumé depuis 15 ans, qu'elle a développé un problème de santé limitant considérablement son espérance de vie ou qu'elle doit subir une chirurgie pulmonaire curative.

Cependant, comme indiqué précédemment, les taux de dépistage du cancer du poumon chez les gros fumeurs actuels et les anciens gros fumeurs sont très faibles aux États-Unis. Dans une étude publiée en 2017 dans JAMA Oncology, les auteurs estiment que sur 6,8 millions de fumeurs éligibles au dépistage par scanner à faible dose en 2015, seuls 262 700 (3,9%) en ont bénéficié.

Bruno Benque


toshiba

Atelier Coloscopie virtuelle : réservez votre vendredi 22 novembre !
30/07/2019 : Forcomed, en partenariat avec la SFR, propose un atelierde formation dédié à la coloscopie virtuelle. Réservez-vite votre 22 novembre 2019 !

Prévention des fractures ostéoporotiques: évaluer la densité minérale osseuse par scanner spectral
17/06/2019 : Le scanner spectral peut devenir une méthode de référence pour évaluer la densité minérale osseuse dans la prévention des fractures ostéoporotiques. C'est ce que révèle une étude allemande publiée dans la Revue European Radiology.

Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique
13/05/2019 : Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique. Une modalité de ce type vient d'être installée aux Hospices Civils de Lyon (HCL).

Le quatrième scanner spectral français installé à Alençon
01/04/2019 : En faisant l'acquisition d'un scanner IQon spectral, le GIE Imagerie médicale d'Alençon améliore la continuité de la prise en charge radiologique personnalisée et de qualité dans le bassin de population.

Un algorithme de deep learning dédié à l'étude du rachis
28/03/2019 : Les ingénieurs logiciel GE HEalthcare de Buc ont conçu un algorithme de deep learning permettant de repérer et labelliser les vertèbres. Il s'agit d'un outil simple et efficient dans le cas, notamment, de l'identification des métastases osseuses rachidiennes.

NGI distribuera les scanner chinois Neusoft pour trois ans
18/03/2019 : NGI vient d'annoncer la signature, pour trois ans, d'un contrat de partenariat avec le constructeur chinois de scanners Neusoft Medical. Le contrat de distribution exclusif porte sur l’intégralité de la gamme de scanners Neuviz.  

Premier scanner avec IA embarquée installé au CHU de Dijon Bourgogne
22/02/2019 : Le CHU de Dijon Bourgogne vient d'annoncer l'installation d'un scanner Aquilion One Genesis doté d'une solution de deep learning. Au printemps, c'est le CHU de Nancy qui pourra profiter de cet outil d'intelligence artificielle pour son Aquilion Precision.

Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon
12/11/2018 : La deuxième plus importante étude dans le monde traitant du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose, baptisée NELSON, marque une avancée significative dans la valeur prédictive de ce type de campagne. Cette étude a été présentée lors de la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC).  

Les atouts du scanner spectral au sein d'un GHT
09/11/2018 : Le scanner IQON spectral CT Philips du CH de Charleville-Mézières sera, à terme, le pilier de la prise en charge radiologique du GHT N°1 du Grand-Est. Nous avons rencontré le Dr Philippe Cart, Chef du Service de radiologie de cet établissement, pour une évocation des avantages de la technologie spectrale pour la qualité des images produites et la prise en soins des patients, sans compter ses atouts économiques.

Les apports du scanner double énergie dans la prise en charge post-AVC
30/10/2018 : Une hémorragie intracérébrale post-AVC doit être recherchée afin d'appliquer au patient un traitement antiagrégant. Une étude récente publiée dans la revue European Radiology démontre les apports du scanner double énergie dans ce contexte.


Le Pr Yves Menu évoque l'évolution de l'ECR
20/08/2019 : Le Pr Yves Menu, Rédacteur en chef de la revue European Radiology, évoque l'évolution de l'ECR depuis sa première participation en 1991 sur la nouvelle ESR Connect Channel.

Traitement de la TDAH : des effets nocifs pour la substance blanche des jeunes enfants
19/08/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un médicament utilisé pour traiter le trouble déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) semble affecter le développement de la substance blanche chez les enfants atteints de ce trouble. Les mêmes effets n'ont pas été observés chez les adultes atteints de cette pathologie.

Hologic acquiert une partie de SuperSonic Imagine
14/08/2019 : SuperSonic Imagine vient de céder 46% de ses actions à Hologic. De quoi développer ses ventes à l'export.

Formation à l'imagerie IRM du pelvis féminin
13/08/2019 : Forcomed propose des formations spécifiques à l'imagerie IRM des pathologies du pelvis féminin. Elles sont scindées en trois programmes distincts, dont un consacré au perfectionnement.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

RSNA 2019 : 3 700 m2 dédiés à l'intelligence artificielle
09/08/2019 : Le RSNA 2019 AI Showcase proposera un plus grand espace dédié à l'intelligence artificielle. Des démonstrations et des salles de classe permettront aux fournisseurs de solutions et aux spécialistes de promouvoir les outils d'aide à la décision clinique ainsi que les bonnes pratiques de gestion des données.

UniHA élargit considérablement son offre dans le domaine des ultrasons
07/08/2019 : Le nouveau marché d'imagerie ultrasonore mis en place par UniHA proposera une offre complète de modalités, pour des usages classiques ou les plus spécifiques. Il comporte également des systèmes de télé-échographie et de désinfection des sondes.

Un patient reçoit double dose en radiothérapie stéréotaxique
02/08/2019 : Les périodes de surcharge de travail, on le sait, sont susceptibles d'entrainer des erreurs de pratique. Le service de radiothérapie du Centre François Baclesse de Caen en a fait l'expérience récemment avec un ESR de niveau 2.

Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse
01/08/2019 : L'intelligence artificielle (IA) contribue à améliorer l'efficacité et la précision de l'imagerie du sein par tomosynthèse, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology: Artificial Intelligence. Le temps d'interprétation, ainsi que la sensibilité et la spécificité du diagnostic s'en trouvent également bonifiés.

La Nouvelle Clinique Tours plus se dote d'un institut de cardiologie moderne
31/07/2019 : L'Institut du cœur Saint-Gatien vient d'accueillir ses premiers patients. Cet établissement moderne comporte 8 salles de bloc dédiées, dont une salle hybride neuve.


Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux
12/02/2018 : Le PIMM semble la réponse appropriée du système de Santé pour assurer une permanence des Soins en imagerie médicale. C'est ce qui ressort du webinar, organisé par le Cabinet Houdart & Associés, qui y était consacré et auquel participait le Dr Pascal Béroud, du SRH.

Enterprise Imaging: plus qu'un PACS !
08/10/2018 : En faisant le choix d'Enterprise Imaging, le CHU de Nîmes a opté pour un outil qui va au-delà de la notion de PACS. Cette réflexion du Pr Jean-Paul Beregi, que nous avons rencontré, illustre la maturité de cette solution et la qualité de l'accompagnement Agfa HealthCare dans ce projet.

Actualité du parc IRM français en avril 2019
23/04/2019 : Dans notre série dédiée à l'évolution du parc IRM français, nous évoquons ici l'installation de modalités de ce type au Havre, à Ambérieu-en-Bugey, ainsi qu'à Carhaix et Guingamp.

Le CH de Soissons inaugure son nouveau service de radiothérapie
15/07/2019 : Le CH de Soissons vient d'inaugurer un nouveau service de radiothérapie dans ses locaux. Ce projet a fait l'objet de la constitution d'un GCS avec l'Institut Godinot de Reims.

Sécurité du patient : un nouveau bulletin ASN dédié à la pratique du scanner
29/07/2019 : Dans le prolongement des documents qualités qu'elle élabore pour la radiothérapie, l'ASN vient de publier un nouveau bulletin "La sécurité des patients" dédié à la pratique scanographique. Il est le résultat d'un travail pluriprofessionnel.

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013  

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Un patient reçoit double dose en radiothérapie stéréotaxique
02/08/2019 : Les périodes de surcharge de travail, on le sait, sont susceptibles d'entrainer des erreurs de pratique. Le service de radiothérapie du Centre François Baclesse de Caen en a fait l'expérience récemment avec un ESR de niveau 2.