Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon

Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon

LUNDI 12 NOVEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La deuxième plus importante étude dans le monde traitant du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose, baptisée NELSON, marque une avancée significative dans la valeur prédictive de ce type de campagne. Cette étude a été présentée lors de la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC).

 

Medscape

Selon un article publié dans Medscape, les nouvelles données de l’étude NELSON, menée aux Pays-Bas et en Belgique et qui évaluent le dépistage du cancer du poumon par scannet low dose, montrent une réduction encore plus importante du nombre de décès par cancer du poumon que celle observée dans l’étude historique originale, le National Lung Screening Trial (NLST), menée entre 2002 et 2004 aux États-Unis.

Des résultats globaux encourageants

Ces nouveaux résultats ont été présentées à la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC) qui s'est tenue en septembre 201 à Toronto (Canada). "Le dépistage organisé est souvent discuté, mais nous avons montré que les patients masculins à haut risque de cancer du poumon présentent un taux de décès réduit", remarque le Dr Harry de Konig, professeur de santé publique et d'évaluation du dépistage au Erasmus Medical Center de Rotterdam (Pays-Bas). Le risque de décès par cancer du poumon chez les participants de sexe masculin a été réduit de 26% dans le groupe dépisté par rapport au groupe témoin à 10 ans de suivi". De plus, dans le sous-groupe de femmes, qui était plus petit, la réduction était encore plus importante, le risque de décès par cancer du poumon étant réduit de 39% à 61% après plusieurs années de suivi.

Un taux de 50% de cancers précoces détectés

Lors de l'analyse finale, 2,2% des résultats d'examens étaient positifs, ce qui correspond à un taux de détection global du cancer du poumon de 0,9%. "Cela signifie que si vous obtenez un résultat d'examen positif et que vous êtes dirigé vers un scanner, vos chances d'avoir un cancer du poumon sont de 41%, précise le Dr de Koning. C'était la valeur prédictive positive sur un résultat positif." Plus important encore, 50% des cancers du poumon détectés au cours du programme de dépistage étaient des cancers 1A à un stade précoce et 69% des cancers du poumon détectés par dépistage étaient 1A ou B. Seuls 10% à 12% des personnes du groupe de dépistage ont reçu un diagnostic de stade 4.

Cela contraste avec les données habituelles du registre néerlandais du cancer, qui montre un taux de 50% d'hommes atteints au stade 4. Chez les hommes participant à l'étude, le nombre de décès par cancer du poumon à 10 ans s'élevait à 250, dont 157 dans le groupe dépisté, ce qui donne un taux de mortalité par cancer du poumon de 0,74% à 10 ans (P = 0,003). Même au cours des deux années précédentes, le dépistage a réduit le risque de décès avec 0,75% la huitième année et de 0,76% la neuvième année. "Chez les femmes, nous avons constaté un résultat encore plus remarquable, a poursuivi le Dr de Koning. À la dixième année, le dépistage réduisait le risque de cancer du poumon de 39%. Le taux de mortalité par cancer du poumon était de 0,61 (p = 0,0543à 10 ans, de 0,39 à 8 ans et de 0,47 à 9 ans. Au cours des 2 années précédentes, le dépistage a réduit le risque de mortalité par cancer du poumon de 61% (8ème année) et de 53% (9ème année).

Un suivi selon quatre cycles de dépistage

NELSON était un essai de dépistage randomisé, contrôlé et basé sur une population d'individus présents dans des registres aux Pays-Bas et en Belgique. "Pour obtenir une population cible d'environ 16 000 personnes, nous avons dû envoyer au préalable un questionnaire général sur la santé à 606 000 personnes, poursuit-il. Et nous avons sélectionné ceux qui répondaient à nos critères d'éligibilité, à savoir les hommes et les femmes âgés de 50 à 74 ans et ayant déjà fumé plus de 10 cigarettes par jour pendant plus de 30 ans, ou plus de 15 cigarettes par jour pendant plus de 25 ans, "

Le nombre moyen de 40 paquets-années a été évalué dans l'ensemble de la cohorte. Un peu plus de la moitié des participants étaient encore fumeurs, alors que 45% des participants ont arrêté de fumer au cours des 10 dernières années avant l'étude. Quelques 7900 participants ont été assignés au hasard dans le groupe de dépistage et 7892 autres ont été assignés à un groupe contrôle. Les participants du groupe de dépistage ont reçu un scanner au départ, un an plus tard, deux ans plus tard et deux ans et demi plus tard, pour un total de quatre cycles de dépistage. La participation à ce processus a été excellente pour les trois premiers tours, mais a chuté aux deux tiers environ pour groupe contrôle, au quatrième tour, si bien qu'à la fin du quatrième tour, 27 053 examens avaient été réalisés.

De réels progrès par rapport à l'étude américaine NLST

"Ces résultats montrent que les dépistages par tomodensitométrie constituent un moyen efficace d'évaluer les nodules pulmonaires chez les personnes à risque élevé de cancer du poumon, poursuit-il. NELSON est le deuxième plus grand essai au monde, avec un résultat encore plus favorable que l'étude américaine précédente, la NLST, qui devrait être utilisé pour informer et pour piloter un futur dépistage par TDM dans le monde." NLST objectivait en effet une réduction relative de 20% de la mortalité par cancer du poumon pour un dépistage annuel sur 3 ans par scanner low dose par rapport à la radiographie thoracique. À 10 ans, était évalué à de 8% chez les hommes et à 27% chez les femmes.

L'étude NELSON, après NLST, témoigne donc d'une avancée majeure dans le dépistage du cancer du poumon et apporte la preuve qu'il doit être mis en place en Europe sur la base de deux grands essais contrôlés randomisés. L'US Préventive task force a recommandé, en 2013, le dépistage annuel du cancer du poumon par scanner low dose chez les adultes âgés de 55 à 80 ans qui avaient fumé 30 paquets-années encore fumeurs ou qui avaient cessé de fumer au cours des 15 dernières années. Il a, en outre proposer de ne pas le proposer dès lors qu'une personne n'a pas fumé depuis 15 ans, qu'elle a développé un problème de santé limitant considérablement son espérance de vie ou qu'elle doit subir une chirurgie pulmonaire curative.

Cependant, comme indiqué précédemment, les taux de dépistage du cancer du poumon chez les gros fumeurs actuels et les anciens gros fumeurs sont très faibles aux États-Unis. Dans une étude publiée en 2017 dans JAMA Oncology, les auteurs estiment que sur 6,8 millions de fumeurs éligibles au dépistage par scanner à faible dose en 2015, seuls 262 700 (3,9%) en ont bénéficié.

Bruno Benque


toshiba

Les sociétés savantes américaines collaborent autour d'un CR structuré de scanner lié au COVID-19
27/03/2020 : Dans un souci d’efficience dans l’annonce de la pathologie de COVID-19 et de réduction de l’anxiété des correspondants et des patients, les principales sociétés savantes américaines ont élaboré un document de consensus. Un modèle de compte rendu structuré a fait l’objet d’un consensus.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

L'ACR remet en cause la spécificité du scanner pour diagnostiquer le COVID-19
16/03/2020 : Alors que des études récentes présentaient le scanner comme l’examen de base pour le dépistage du COVID-19, l’American College of Radiology vient de publier des recommandations qui modèrent ces premiers résultats. La spécificité de cet examen semble en effet inférieure aux test viraux de biologie.

Nouveau cas de pneumonie par COVID-19 décrit au scanner
10/03/2020 : Un nouveau cas clinique lié au COVID-19 a été décrit dans la Revue Radiology. Le scanner montre les images caractéristiques de la pneumonie provoquée par le virus et montre une légère résorption au 9ème jour d‘hospitalisation après traitement.

COVID-19 : le scanner 3D d'une patiente infectée
06/03/2020 : Les images reconstruites du scanner effectué sur une patiente infectée par le COVID-19 montrent bien une prédominance d’images en verre dépoli dans les zones péri-hilaire et sous-pleurale.

De l'influence de la hauteur de table pour la qualité d'un scanner thoracique
05/03/2020 : Les examens tomodensitométriques ont une meilleure qualité et délivrent une dose moindre lorsque la table est positionnée à une hauteur médiane ou plus basse. C’est le résultat d’une étude chinoise parue dans le Chinese Journal of Academic Radiology.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.


Session didactique de radiothérapie moderne en vidéo
02/04/2020 : Quelles sont les différentes formes de radiothérapie dans la pratique moderne ? Le Dr Patrick Ezri, radiothérapeute, nous en fait une présentation didactique en vidéo.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Édito - Les MERM, des soignants en première ligne pour le diagnostic du COVID-19
01/04/2020 : Alors que leurs collègues français ne sont pas forcément reconnus par les populations, les manipulateurs d’électroradiologie médicale ont publié une vidéo de haute facture pour partager leur quotidien en pleine pandémie de COVID-19. Un grand merci à eux pour leur implication et leur courage.

COVID-19 : participez au projet national organisé par la SFR, avec NEHS DIGITAL
01/04/2020 : La Société Française de Radiologie (SFR), en partenariat avec NEHS DIGITAL, met en place une base de données nationale des scanners thoraciques devant des suspicions de COVID-19 ou des cas confirmés. Elle permet de rassembler le plus grand nombre de scanners afin de mieux connaitre la sémiologie diagnostique, mais également de déterminer des biomarqueurs pronostiques.

Webinar - Prise en charge radiologique des patients atteints de COVID-19 à Parme
31/03/2020 : L’ESR a organisé un webinar dédié à la prise en charge radiologique des patients admis pour un COVID déclaré dans la région de Parme. Le Pr Sverzellati explique notamment la stratégie mise en place pour gérer les workflows d’examens.

NEHS DIGITAL facilite le travail des praticiens contre le COVID-19
30/03/2020 : En cette période troublée, NEHS DIGITAL met à disposition des établissements de Santé ses solutions de téléconsultation et de télé-expertise. Sa plateforme de téléradiologie facilite ainsi la prise en charge des patients COVID-19.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Les sociétés savantes américaines collaborent autour d'un CR structuré de scanner lié au COVID-19
27/03/2020 : Dans un souci d’efficience dans l’annonce de la pathologie de COVID-19 et de réduction de l’anxiété des correspondants et des patients, les principales sociétés savantes américaines ont élaboré un document de consensus. Un modèle de compte rendu structuré a fait l’objet d’un consensus.

Données de Santé : une nouvelle approche pour assurer la confidentialité
25/03/2020 : La sécurité des données de Santé et la protection de la vie privée des patients est une préoccupation majeure pour les tutelles sanitaires. Un Rapport publié dans la Revue Radiology suggère de considérer les données comme n’appartenant à personne et de cibler l’éthique des prestataires d’IA.  

COVID-19 : les radiologues Vidi solidaires et mobilisés dans la guerre sanitaire
25/03/2020 : Alors que certains cabinets de radiologie ont dû fermer par manque de moyens de protection contre le COVID, les radiologues du Groupe Vidi se mettent à la disposition de leurs confrères. Ils se montrent solidaires et mobiliser pour aider à gagner la guerre sanitaire.


Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les recommandations de la Société Française de Radiologie dans un contexte de COVID-19
13/03/2020 : La Société d’Imagerie Thoracique a publié un Point sur l’imagerie dans un contexte de COVID-19. Les types d’examens à réaliser, la conduite à tenir pour les professionnels et les images significatives sont ainsi détaillés.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Nouveau cas de pneumonie par COVID-19 décrit au scanner
10/03/2020 : Un nouveau cas clinique lié au COVID-19 a été décrit dans la Revue Radiology. Le scanner montre les images caractéristiques de la pneumonie provoquée par le virus et montre une légère résorption au 9ème jour d‘hospitalisation après traitement.