Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > Le Deep Learning, un espoir pour toutes les femmes aux seins denses

Le Deep Learning, un espoir pour toutes les femmes aux seins denses

LUNDI 22 OCTOBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Un algorithme d'intelligence artificielle (IA) est désormais capable d'évaluer un sein dense aussi bien qu'un radiologue expérimenté. C'est le résultat d'une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, fruit d'une collaboration entre des radiologues experts de l'imagerie du sein et des spécialistess de l'IA. Un espoir pour toutes les femmes, disent-ils.

RSNA

 

La densité du parenchyme mammaire peut masquer, lors d'une mammographie, un cancer, ce qui constitue un facteur de risque pour le diagnostic de la maladie. En dépit de son importance, l’évaluation de la densité mammaire est une science imparfaite et les recherches ont montré que les taux de pertinence étaient radiologues dépendants.

"Nous dépendons d'une évaluation qualitative humaine de la densité mammaire, et cette approche présente certains défauts, déclare le Dr Constance D. Lehman, du Massachusetts General Hospital (MGH) à Boston et auteure principale d'une nouvelle étude publiée sur ce thème dans la revue Radiology. Nous avons besoin d'un outil plus précis."

Quand la médecine et le génie informatique travaillent de concert

Le Dr Lehman et ses collègues ont collaboré avec le Dr Regina Barzilay, experte en intelligence artificielle, professeure d’informatique et de génie électrique à l’Institut de technologie du Massachusetts, à Cambridge. Elle a mis au point un algorithme permettant de mesurer automatiquement la densité mammaire. Les chercheurs ont utilisé des dizaines de milliers de mammographies numériques de haute qualité provenant du MGH pour créer et tester l'algorithme avant de le mettre en œuvre en pratique clinique de routine. Huit radiologues ont ensuite examiné 10 763 mammographies que le modèle avait déterminées comme étant des tissus denses ou non denses.

Les radiologues d'accord avec la machine dans 94% des cas

Les radiologues interprètes ont validé l'évaluation de l'algorithme dans 10 149 mammographies, soit 94%. Le Dr Lehman souligne que le taux de concordance de 94% entre les radiologistes et l'algorithme ne signifie pas nécessairement que la machine était dans l'erreur dans 6% des cas, mais plutôt que les radiologistes évaluent visuellement la densité mammaire de façon subjective et qualitative. "Nous avons été ravis des résultats, poursuit-elle. Désormais, au sein du MGH, l'algorithme de Deep Learning traite toutes nos mammographies de dépistage et fournit une densité, qui est acceptée ou rejetée par les radiologues."

Des résultats obtenus grâce au volume significatif de données annotés de haute qualité

"Les résultats de l'étude montrent que l'algorithme a remarquablement bien fonctionné, ajoute le Dr Barzilay. Mais ce qui est plus important, c'est qu'il est utilisé tous les jours pour mesurer la densité mammaire lors de mammographies dans un grand hôpital. Le système fonctionne sans interruption à l'Hôpital général de Winnipeg depuis janvier et a traité environ 16 000 images." Le Dr Lehman a attribué cette réussite à la disponibilité de données annotées de haute qualité évaluées par des radiologistes experts d'une part et aux efforts de collaboration de médecins expérimentés et de professionnels de l'informatique. 

Le Deep Learning particulièrement bien adapté à l'imagerie du sein

Les chercheurs pensent que l'algorithme a le potentiel de normaliser et d'automatiser l'évaluation de routine de la densité mammaire. Sur une plus large échelle, ils considèrent que l'IA est essentielle au développement d'une évaluation personnalisée du risque de cancer du sein chez chaque femme faisant l'objet d'une mammographie. Elle est particulièrement bien adaptée à l'imagerie du sein car elle peut s'appuyer sur une base de données volumineuse et mature avec des annotations avancées et structurées associant images et résultats. Ce pouvoir prédictif est un espoir pour toutes les femmes, y compris celles mal prises en compte par les modèles prédictifs actuels. Sur ce point, des recherches ont montré que les modèles prédictifs actuels sous-estimaient généralement le risque chez les femmes afro-américaines.

"Nous apprenons à la machine à prédire directement le risque de cancer avant même que le radiologue ne découvre un cancer, annonce le Dr Barzilay. Le meilleur moment pour contrôler la maladie, c'est quand elle commence."

"Grâce à l'IA, nous sommes désormais en mesure de tirer parti de vastes quantités d'informations pour offrir des soins plus personnalisés et plus ciblés à nos patients, conclut le Dr Lehman. Dans le cas du cancer du sein, nous pouvons mieux prévoir la survenue d'un cancer et ainsi améliorer ses chances de le traiter avec succès."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Une formation pour bien appréhender le parcours de la patiente en sénologie
23/01/2019 : Le parcours de la patiente en sénologie fera l'objet, en juin 2019, d'une nouvelle session de formation dispensée par FORCOMED. Cette formation est accessible aux radiologues libéraux et hospitaliers.

Chirurgie plastique du sein: un symposium dédié aux radiologues
21/01/2019 : Une nouvelle édition du Symposium "Implication du radiologue en chirurgie plastique du sein" est annoncée, pour le 30 mars 2019. Un événement pluridisciplinaire qui renforce la place du sénologue dans cette spécialité.

L'UGAP référence le mammographe Amulet Innovalty
19/12/2018 : Le nouveau mammographe Fujifilm Amulet Innovalty vient d'être référencé par l'UGAP. Cette reconnaissance offre au constructeur japonais de répondre aux besoins des GHT.

Une meilleure détection du cancer du sein depuis la mammographie numérique
11/12/2018 : Le passage d'une mammographie sur film à une mammographie numérique a augmenté la détection du cancer du sein de 14% au Royaume-Uni sans augmenter le taux de rappel, selon une nouvelle étude majeure parue dans la revue Radiology.

Une solution d'IA pour optimiser le diagnostic en sénologie
23/10/2018 : En se rapprochant de la start-up Hera-MI, Fujifilm France étend son influence sur l'aide à la décision en distribuant la solution d'IA Breast-Slim View dédiée à l'optimisation du diagnostic en sénologie.

Le Deep Learning, un espoir pour toutes les femmes aux seins denses
22/10/2018 : Un algorithme d'intelligence artificielle (IA) est désormais capable d'évaluer un sein dense aussi bien qu'un radiologue expérimenté. C'est le résultat d'une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, fruit d'une collaboration entre des radiologues experts de l'imagerie du sein et des spécialistess de l'IA. Un espoir pour toutes les femmes, disent-ils.

La FNMR choisit RTL pour sa campagne dédiée au dépistage du cancer du sein
08/10/2018 : La Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) lance, ce 8 octobre 2018, une campagne radiophonique d'information sur le dépistage du cancer du sein diffusée sur RTL à l'occasion de l'opération Octobre Rose.

Les bons résultats de la mammographie par auto-compression
02/10/2018 : La technique de l'auto-compression en mammographie semble donner des résultats significatifs. C'est ce que révèle une étude à laquelle a participé l'Institut Gustave Roussy.

Cas clinique trompeur en imagerie gynécologique
20/09/2018 : Dans une vidéo publiée sur le site des Journées Francophones d'imagerie médicale (JFIM), le Dr Thierry Pousse présente en vidéo un cas clinique trompeur en imagerie gynécologique.

L'annonce du diagnostic en sénologie
12/09/2018 : L'annonce du diagnostic est une étape délicate de la relation radiologue / patient, notamment en sénologie. FORCOMED propose une nouvelle formation dédiée à cette thématique.


Une étude prouve les interférences des téléphones mobiles sur le fonctionnement des gamma caméras
20/03/2019 : Les interdictions relatives à l'usage des téléphones mobiles à proximité d'une gamma caméra semblent justifiées. C'est ce que montre une étude parue dans le Journal of Radiation Imaging and Radiation Sciences.

Les points clés de l'exploration IRM de l'endométriose en e-learning
19/03/2019 : Les points clés de l'exploration de l'endométriose en IRM et la réalisation d'un bilan d'extension en vue d'une prise en charge pluridisciplinaire sont les atouts de la nouvelle formation en e-learning proposée par Forcomed sur ce thème.

Des procédures interventionnelles sécurisées grâce à la navigation Imactis
18/03/2019 : Le solution de navigation élaborée par l’entreprise grenobloise Imactis s'avère un outil très efficace pour améliorer la qualité de la prise en charge radiologique interventionnelle. Le Dr Philippe Cart, qui l'utilise au CH de Charleville-Mézières, revient pour nous sur les apports de ce matériel pour la sécurité des patients et la diminution de leur irradiation lors des procédures interventionnelles.

NGI distribuera les scanner chinois Neusoft pour trois ans
18/03/2019 : NGI vient d'annoncer la signature, pour trois ans, d'un contrat de partenariat avec le constructeur chinois de scanners Neusoft Medical. Le contrat de distribution exclusif porte sur l’intégralité de la gamme de scanners Neuviz.  

L'IRM pour évaluer l'impact du dépôt de fer dans le cerveau après un AVC
15/03/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, une cartographie IRM R2* qui mesure le contenu en fer peut améliorer l'exploration des conséquences des lésions cérébrales causées par les AVC. Les chercheurs misent sur les thérapies de prévention du dépôt de fer pour ralentir ou arrêter la dégénérescence des neurones.

Le traitement par radioembolisation du carcinome hépatocellulaire désormais remboursé
14/03/2019 : Le traitement par radioembolisation à l'Ytrium 99 du carcinome hépatocellulaire non opérable sera désormais remboursé par l'Assurance maladie. Un Arrêté législatif a été publié en ce sens.

SRES 2019: les organisateurs vous présentent le symposium en vidéo !
13/03/2019 : Le Pr Philippe Piquet et le Pr Jean-Michel Bartoli présentent en vidéo le prochain Surgical & Radiological Endovascular Symposium (SRES), l'événement pluridisciplinaire de thérapies endocasculaires qui se tiendra en mai prochain à Ajaccio.

Le suivi de la SEP par IRM peut-il se passer de gadolinium ?
12/03/2019 : Selon une nouvelle étude parue dans la revue Radiology, l'IRM cérébrale sans produit de contraste, utilisant l'IRM 3D et la soustraction d'images est aussi efficace que l'approche injectée pour surveiller la progression de la sclérose en plaques (SEP). Les résultats confirment la possibilité que l'injection de produit de contraste puisse être supprimée des examens de suivi de routine.

La radiologie interventionnelle au centre de la stratégie des GHT
11/03/2019 : La radiologie est au centre du parcours de soins des patients, notamment dans la stratégie des GHT. Pour le Dr Philippe Cart, que nous avons rencontré, la radiologie interventionnelle permet de compléter ces parcours et elle a besoin désormais de disposer d'outils de navigation avancée pour une qualité améliorée.

Le JT de l'ECR du 8 mars 2019
11/03/2019 : Fin de notre série de comptes rendus vidéo de l'European Congress of Radiology (ECR) 2019, avec la réduction des doses de rayonnement et de contraste au scanner, le nouveau scanner de Philips, ou les recommandations SFR pour la décontamination des sondes d'échographie.


Des procédures interventionnelles sécurisées grâce à la navigation Imactis
18/03/2019 : Le solution de navigation élaborée par l’entreprise grenobloise Imactis s'avère un outil très efficace pour améliorer la qualité de la prise en charge radiologique interventionnelle. Le Dr Philippe Cart, qui l'utilise au CH de Charleville-Mézières, revient pour nous sur les apports de ce matériel pour la sécurité des patients et la diminution de leur irradiation lors des procédures interventionnelles.

PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux
12/02/2018 : Le PIMM semble la réponse appropriée du système de Santé pour assurer une permanence des Soins en imagerie médicale. C'est ce qui ressort du webinar, organisé par le Cabinet Houdart & Associés, qui y était consacré et auquel participait le Dr Pascal Béroud, du SRH.

Un dispositif d'aide au cathétérisme installé au centre de simulation du CHU de Rouen
04/02/2019 : Les étudiants et professionnels de Santé du Medical Training & Testing Center de Rouen disposent désormais du robot R-one pour se familiariser à ce dispositif d'aide aux procédures d'imagerie endovasculaire.

Un site dédié à la gestion des obligations réglementaires des centres d'imagerie médicale
28/03/2017 : Afin que les professionnels de santé des centres d’imagerie médicale puissent se concentrer sur leur coeur de métier, SOCOTEC a mis en ligne un site internet dédié à la prise en compte de leurs obligations réglementaires.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Le suivi de la SEP par IRM peut-il se passer de gadolinium ?
12/03/2019 : Selon une nouvelle étude parue dans la revue Radiology, l'IRM cérébrale sans produit de contraste, utilisant l'IRM 3D et la soustraction d'images est aussi efficace que l'approche injectée pour surveiller la progression de la sclérose en plaques (SEP). Les résultats confirment la possibilité que l'injection de produit de contraste puisse être supprimée des examens de suivi de routine.

La radiologie interventionnelle au centre de la stratégie des GHT
11/03/2019 : La radiologie est au centre du parcours de soins des patients, notamment dans la stratégie des GHT. Pour le Dr Philippe Cart, que nous avons rencontré, la radiologie interventionnelle permet de compléter ces parcours et elle a besoin désormais de disposer d'outils de navigation avancée pour une qualité améliorée.

Les points clés de l'exploration IRM de l'endométriose en e-learning
19/03/2019 : Les points clés de l'exploration de l'endométriose en IRM et la réalisation d'un bilan d'extension en vue d'une prise en charge pluridisciplinaire sont les atouts de la nouvelle formation en e-learning proposée par Forcomed sur ce thème.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

La CGIM devient le Groupe Vidi
18/10/2018 : La CGIM est devenue, lors de son Assemblée Générale du 12 octobre 2018, le Groupe VIDI. Cette marque identifie désormais le premier groupe national de radiologues mutualisant leurs ressources.