Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Intelligence Artificielle, Machine Learning > Imagerie et IA: un duo à réguler finement au bénéfice du patient

Imagerie et IA: un duo à réguler finement au bénéfice du patient

MARDI 09 OCTOBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Nesrine Benyahia, Présidente de DrData, et Stéphane Boyer, Directeur Général d'Arterys, nous éclairent sur les véritables enjeux de l’intelligence artificielle en imagerie médicale par des regards croisés sur les plans du juridique, des politiques publiques et des applications pratiques.

Intelligence artificielle

Thema Radiologie : Nesrine, vous êtes auteure d’une thèse de doctorat sur le droit de l’imagerie médicale et ses enjeux de santé publique. Que pensez-vous de cet engouement pour l’intelligence artificielle dans ce domaine ?

Nesrine Benyahia : L’imagerie médicale est un domaine particulier de la médecine de par son imprégnation dès sa genèse dans les nouvelles technologies. Loin d’être une spécialité poussiéreuse, l’imagerie médicale a l’innovation dans son ADN, et les radiologues aussi ! Cette insatiable innovation, nous la voyons chaque année lors des Journées Francophones de Radiologie (JFR). L’intelligence artificielle se présente alors comme une évidence. Par ailleurs, nous le savons et nous avons déjà eu l’occasion de porter le débat au niveau politique, l’offre de radiologie française ne répond pas de façon suffisante aux besoins des patients en termes de délais d’obtention de rendez-vous d’IRM, de pertinence des soins, de prévention etc. Ces carences sont dues notamment à des défis organisationnels territoriaux (taux d’équipements médicaux lourds décrié) et tarifaires auxquels les organisations professionnelles tentent de répondre à travers notamment le dernier accord historique avec la CNAMTS que nous saluons, ainsi que la création d’un écosystème IA par la FNMR et la SFR.

Les procédés machiniques de l’IA peuvent apporter soutien et expertise au radiologue, et constituer ainsi un précieux co-worker : gain de temps, davantage d’informations et de précisions dans l’analyse des images, la médecine aux 3P (préventive, personnalisée, prédictive)... A l’ère du tout-numérique en santé particulièrement valorisé récemment par les annonces du Président de la République dans le cadre de MaSanté2022, la radiologie a de quoi donner l’exemple.

T.R. : Stéphane, vous qui êtes Directeur Général Europe d’une société proposant une plateforme Cloud d’analyse par l’IA des images médicales, quelles applications pratiques voyez-vous sur le terrain et quelles sont les attentes des professionnels du domaine ? Comment positionnez-vous le patient au cœur de l’IA en radiologie ?

Stéphane Boyer : L’intelligence artificielle est aujourd’hui omniprésente dans le débat public, nous n’en voyons pourtant que les toutes premières applications. En radiologie, les bénéfices seront très rapidement notables : un allègement de la charge de travail des médecins grâce à l’automatisation des tâches les plus chronophages et à faible valeur médicale ; une meilleure prise en charge des patients par la priorisation des cas, notamment dans les services d’urgences ; un diagnostic plus précis, y compris de pathologies rares, par le croisement avec des milliers puis des millions d’examens déjà annotés. Les possibilités sont presque exponentielles. Les seules limites sont la quantité et la qualité des données à disposition et le respect de la vie privée.

L’IA n’a d’intérêt que si elle profite in fine à la santé du patient. Nous travaillons donc tant sur la qualité de l’analyse automatique des images que sur l’allègement de la charge de travail des médecins, ce qui leur libère du temps avec leurs patients. C’est une de leurs principales attentes et le gage d’une médecine qui demeure humaine.

T.R.: Nesrine, face à ces multiples applications cliniques et l’usage des données de santé en masse, quels sont pour vous les principaux points de vigilance juridique ?

N.B.: L’usage du Big Data dans le secteur de la santé n’est pas anodin. La nouvelle réglementation européenne relative aux données personnelles (RGPD) applicable depuis le 25 mai dernier et la loi informatique et libertés française obligent les acteurs (entreprises, établissements et professionnels de santé, institutionnels) à une prudence accrue. Néanmoins, des verrous de sécurité technique, organisationnelle et juridique existent, tels que des techniques de pseudonymisation, de chiffrement, la mise en œuvre de procédures internes, l’information du patient, un encadrement strict des relations contractuelles...pour assurer le développement de l’IA en radiologie dans le respect des droits et libertés des patients. L’important est d’équilibrer les responsabilités entre les acteurs, d’adopter une action commune et de faire en sorte que cette réglementation soit une chance et non une contrainte supplémentaire. Cela sera aussi l’occasion de repérer les bons élèves, "éthiquement" parlant, soucieux du patient dès sa prise en charge et jusqu’à l’utilisation de sa donnée personnelle.

Autre point de vigilance qui demeure une véritable problématique, celui de la responsabilité médicale. Aujourd’hui, le médecin est responsable des décisions qu’il prend, qu’elles soient basées sur une IA ou non. La responsabilité de l’entreprise conceptrice de l’IA pourra être recherchée en cas de preuve de défectuosité du produit et/ou logiciel. Le régime juridique de la responsabilité des algorithmes sera indéniablement une question que le législateur devra se poser.

T.R.: Stéphane, comment accueillez-vous ces réglementations sur les données personnelles dans le cadre du développement de l’IA en imagerie médicale ?

S..B. : Ces réglementations sont nécessaires et, de notre point de vue, elles sont mêmes bienvenues. Nécessaires car on mesure tant auprès des patients que des praticiens les inquiétudes que peut susciter l’usage de données aussi personnelles et sensibles. Celles-ci sont essentielles au développement des applications de l’intelligence artificielle et pourraient à terme permettre une médecine prédictive et personnalisée, qui est dans l’intérêt de tous. Mais ce progrès ne se fera pas sans le consentement de tous les acteurs. Je suis optimiste, les outils existent déjà aujourd’hui pour garantir l’anonymisation. Ces réglementations sont également les bienvenues pour une société comme Arterys car elles fixent un cadre clair pour notre activité et celle des autres entreprises du secteur, qui plus est un cadre applicable à l’ensemble du continent européen s’agissant du RGPD.

T.R.: Pour conclure, quelles sont les actions qui pourraient favoriser l’usage de l’IA en radiologie au bénéfice du patient et du système de santé ?

Stéphane.B. : Deux défis principaux se posent à l’IA en radiologie si nous ne voulons pas rater cette révolution: diffuser largement la technologie afin de ne pas renforcer les inégalités face aux soins, ainsi que renforcer la qualité des algorithmes et les développer pour l’ensemble de l’imagerie, quelle que soit la modalité (radio, scan, IRM) ou la pathologie concernée.

Rendre l’intelligence artificielle accessible à tous implique nécessairement de libérer des financements pour le système de santé. Cet investissement initial sera auto-financé à moyen terme grâce aux gains de productivité dans les établissements de santé et à une réduction des coûts (prise en charge plus rapide des patients, moindre errance thérapeutique, prévention renforcée).

Par ailleurs, la mutualisation et le croisement de données de santé anonymisées seront essentiels pour poursuivre l’amélioration des outils mis à disposition des radiologues. De ce point de vue, les progrès sont déjà importants. D’une part les médecins sont de moins en moins réticents à ce partage, d’autre part les pouvoirs publics ont pris des initiatives pour que la France soit en pointe : mission de préfiguration d’un Health Data hub, lancement des Instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle, etc.

N.B.: L’importance du sujet nécessite un positionnement innovant de la part des pouvoirs publics. La coordination des soins et l’organisation territoriale de l’offre de soins en imagerie a atteint une criticité viscérale tant le système arrive à ses limites. Le process doit évoluer et être évalué. En effet, il nous faut éviter les erreurs du passé (le présent pour d’autres) quant à l’appréhension des innovations dans le système de santé et plus particulièrement au sein de la radiologie, je pense notamment à l’absence de tarification des actes innovants en radiologie interventionnelle. Cela passe par exemple par l’ouverture encadrée des données de santé pour enrichir les algorithmes et les sécuriser, soutenir les projets territoriaux de réorganisation de l’offre d’imagerie par l’IA couplée à la téléradiologie. Il est essentiel également de favoriser la coopération public/privé par le décloisonnement ville-hôpital pour permettre un partage pertinent des données et ainsi mieux coordonner le parcours de soins et éviter les actes non pertinents ainsi que d’éventuelles expositions inutiles aux rayonnements ionisants, en s’appuyant sur les algorithmes prédictifs de l’IA par exemple.

En bref, il nous faut changer de paradigme et insuffler une régulation positive, éthique et inclusive de l’IA dans le parcours de soins du patient.

 

Nesrine Benyahia est Présidente et co-fondatrice de DrData (société spécialisée dans la protection et valorisation des données de santé), Docteure en Droit public, Membre associé de l’Institut droit et santé (Inserm).
Stéphane Boyer est Directeur général Arterys Europe, ancien directeur Marketing IRM France chez General Electric.

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Canon Medical Systems intègre l'IA au cœur de ses solutions d'imagerie
10/10/2018 : Dès la fin 2018 Canon Medical Systems implantera son premier Scanner intégrant de l’intelligence artificielle (IA) au CHU de Dijon. Une solution de Deep Learning Reconstruction (DLR) embarquée permettra en effet d’augmenter la qualité et la précision des images et d’abaisser le niveau d’irradiation du patient.

Imagerie et IA: un duo à réguler finement au bénéfice du patient
09/10/2018 : Nesrine Benyahia, Présidente de DrData, et Stéphane Boyer, Directeur Général d'Arterys, nous éclairent sur les véritables enjeux de l’intelligence artificielle en imagerie médicale par des regards croisés sur les plans du juridique, des politiques publiques et des applications pratiques.

Les chercheurs invités à trouver des algorithmes de détection de la pneumonie
10/09/2018 : Les chercheurs en Intelligence Artificielle sont appelés à trouver des algorithmes pour la détection de la pneumonie dans les images radiologiques. La Radiological Society of North America (RSNA) organise en effet pour eux le défi RSNA Pneumonia Detection, un concours dont les résultats seront publiés lors du prochain RSNA.

Cancer du rectum: le Deep Learning pour évaluer la réponse à la radiochimiothérapie
04/09/2018 : Le Deep Learning a été utilisé, dans une étude récente, pour évaluer la réponse complète au traitement préopératoire du cancer du rectum par radiochimiothérapie. Les résultats sont très encourageants.

Facebook se lance dans l'IRM !
30/08/2018 : Le machine learning pourrait aider à l'élaboration d'une image IRM interprétable après une acquisition au temps très court. Cette nouveauté fait l'objet d'un projet de recherche associant la New York School University of Medicine et Facebook.

Guerbet se lance dans l'aide à la décision clinique
23/07/2018 : Guerbet vient d'annoncer le développement d'une solution d'aide au diagnostic des cancers hépatiques, en partenariat avec IBM. Ce projet utilisera le savoir faire de Wtson Health à travers la solution Care Advisor for Liver.

Le RSNA se déplace à Paris à la rentrée
20/06/2018 : Le RSNA se déplacera en septembre 2018 à Paris, pour un congrès régional dédié à l'Intelligence Artificielle. Cette discipline fera l'objet d'autre part d'une revue spécialisée en 2019.

Les radiologues se positionnent pour accompagner l'IA dans leurs pratiques
06/06/2018 : Lors des 2èmes Mardis de l'imagerie, les radiologues invités par la SFR ont souhaité communiquer leur volonté de se positionner très tôt sur le développement de l'Intelligence Artificielle et de son utilisation dans leur pratique quotidienne.  

Mieux comprendre les lésions cérébrales traumatiques avec le Machine Learning
15/05/2018 : Une étude menée à l'UT Southwestern Medical Center de Dallas a utilisé le Machine Learning pour affiner les recherches sur les lésions causées par les impacts reçus à la tête par les joueurs de football américain d'âge scolaire. Le mode cérébral par défaut semble très perturbé dans les cas de commotion.

La fonction ventriculaire droite étudiée par un algorithme de Machine Learning
16/04/2018 : Des chercheurs de Londonniens utilisent un algorithme complexe de Machine Learning pour analyser les images du ventricule droit en IRM cardiaque afin d'améliorer les résultats pour les patients. La fonction ventriculaire est ainsi évaluée sur 30 000 points.


Rendez-vous d'IRM: les délais d'attente sont toujours très longs !
17/10/2018 : L'étude commandée par le SNITEM et relative aux délais de rendez-vous d'IRM montre qu'il faut encore, en moyenne, attendre 32 jours. Elle objective également des inégalités régionales significatives.

Le métier de MERM expliqué en vidéo
16/10/2018 : Retour sur le sujet réalisé par le Magazine de la Santé et consacré à la présentation des manipulateurs d'électro-radiologie médicale. Une vidéo grand public qui démystifie cette profession de Santé.

L'UGAP choisit DMS Imaging pour son marché de salles de radiologie télécommandées
12/10/2018 : DMS Imaging vient d'être sélectionné par l'UGAP pour équiper les établissements publics hospitaliers de ses solutions de salles de radiologie télécommandées.

Une session de formation sur les aspects technologiques et juridiques de la téléradiologie
11/10/2018 : FORCOMED propose aux radiologues et aux manipulateurs impliqués dans les pratiques de la téléradiologie une session de formation centrée sur les aspects technologiques et réglementaires spécifiques. Début de la formation le 15 octobre 2018.

La reconnaissance vocale plus que jamais au cœur des pratiques efficientes des radiologues
11/10/2018 : Le manque de moyens humains en radiologie et l’augmentation du nombre de demandes d’examens (prévention, maladies chroniques, vieillissement…) contraignent les radiologues à trouver la meilleure organisation possible pour répondre à ces défis. La reconnaissance vocale de Nuance, basée sur l’IA, peut les y aider. Des solutions à découvrir lors des Journées Francophones de Radiologie du 12 au 15 octobre prochains, auprès des partenaires de Nuance.

Désinfecter les sondes d'échographie par rayons UV-C, gage de qualité et de traçabilité
10/10/2018 : Assurer une désinfection de haut niveau les sondes d'échographie est souvent difficile sans ralentir le workflows d'examens. Mais avec la technologie aux rayons UV-C de l'Antigermix AS1, Germitec propose une solution rapide, fiable et automatisée.

Une solution RIS/PACS répondant aux enjeux de la mutualisation
10/10/2018 : Habitué à fournir aux acteurs de l'imagerie médicale des outils de gestion intelligente des données patients, Medasys étend son offre avec des fonctionnalités adaptées au secteur, notamment avec une solution RIS/PACS répondant aux enjeux de mutualisation territoriale.

Canon Medical Systems intègre l'IA au cœur de ses solutions d'imagerie
10/10/2018 : Dès la fin 2018 Canon Medical Systems implantera son premier Scanner intégrant de l’intelligence artificielle (IA) au CHU de Dijon. Une solution de Deep Learning Reconstruction (DLR) embarquée permettra en effet d’augmenter la qualité et la précision des images et d’abaisser le niveau d’irradiation du patient.

INFINITT: one platform, Infinitt possibilities !
09/10/2018 : Avec sa plateforme IHP, INFINITT Healthcare met à disposition des acteurs de l'imagerie médicale une suite de modules aux fonctionnalités aussi diverses qu'un PACS lauréat du KLAS , un DACS, ainsi qu'un archivage VNA véritable centre d'un écosystème de soins.

Téléradiologie: le juste accompagnement médical, organisationnel et technique
09/10/2018 : La téléradiologie peut pallier le manque de praticiens radiologues sur les territoires, sous réserve d’une organisation adaptée. Son impact sur l’organisation des services d’imagerie est important. Ainsi, sa mise en œuvre doit être accompagnée sur le plan médical, organisationnel et technique.


Canon Medical Systems intègre l'IA au cœur de ses solutions d'imagerie
10/10/2018 : Dès la fin 2018 Canon Medical Systems implantera son premier Scanner intégrant de l’intelligence artificielle (IA) au CHU de Dijon. Une solution de Deep Learning Reconstruction (DLR) embarquée permettra en effet d’augmenter la qualité et la précision des images et d’abaisser le niveau d’irradiation du patient.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Imagerie et IA: un duo à réguler finement au bénéfice du patient
09/10/2018 : Nesrine Benyahia, Présidente de DrData, et Stéphane Boyer, Directeur Général d'Arterys, nous éclairent sur les véritables enjeux de l’intelligence artificielle en imagerie médicale par des regards croisés sur les plans du juridique, des politiques publiques et des applications pratiques.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Radiothérapie hypofractionnée : le seuil d'autonomie des MERM est fixé par Arrêté
31/01/2017 : La DGOS a publié l’Arrêté du 12 janvier 2017 fixant le seuil à partir duquel, en radiothérapie hypofractionnée, le manipulateur doit bénéficier de la présence d’un médecin ou d’un physicien médical pour intervenir.

Édito - Doit-on craindre une pénurie de manipulateurs à moyen terme ?
03/10/2018 : Une pénurie de Manipulateurs d'Électro-Radiologie Médicale (MERM) semble s'annoncer à moyen terme, sous l'effet de plusieurs facteurs. Le processus de recrutement des étudiants et la réforme LMD figurent parmi les causes de ce phénomène.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.

Enterprise Imaging: plus qu'un PACS !
08/10/2018 : En faisant le choix d'Enterprise Imaging, le CHU de Nîmes a opté pour un outil qui va au-delà de la notion de PACS. Cette réflexion du Pr Jean-Paul Beregi, que nous avons rencontré, illustre la maturité de cette solution et la qualité de l'accompagnement Agfa HealthCare dans ce projet.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.

L'UGAP choisit DMS Imaging pour son marché de salles de radiologie télécommandées
12/10/2018 : DMS Imaging vient d'être sélectionné par l'UGAP pour équiper les établissements publics hospitaliers de ses solutions de salles de radiologie télécommandées.