Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Une feuille de route pour une recherche internationale sur la rétention de gadolinium

Une feuille de route pour une recherche internationale sur la rétention de gadolinium

MERCREDI 12 SEPTEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La revue Radiology publie, ce 12 septembre 2018, la feuille de route du groupe de recherche international sur la sécurité et les vigilances concernant les produits de contraste à base de Gadolinium. Obtenir des informations cliniques précises, déterminer si la rétention affecte réellement les tissus et normaliser les méthodes de mesure sont parmi les axes de travail retenus.

Gadolinium

En février 2018, un atelier, coparrainé par les NIH, la Radiological Society of North America (RSNA) et l'American College of Radiology (ACR), s'est tenu au National Institutes of Health (NIH) à Bethesda (Maryland) pour étudier les actions à mener en termes de sécurité et de rétention des produits de contraste à base de gadolinium (GBCA).

Aucune preuve scientifique que le gadolinium retenu est nocif

Depuis l'autorisation initiale d'utilisation en 1988, plus de 450 millions de doses intraveineuses de GBCA ont été administrées dans le monde entier. Bien que les GBCA soient considérés comme sûrs, certains types de GBCA ont été associés à une affection rare appelée fibrose systémique néphrogénique, qui survient principalement chez les patients atteints d'une maladie rénale avancée. Plus récemment, des preuves de plus en plus nombreuses ont démontré une rétention à long terme du gadolinium dans les tissus humains après une exposition au GBCA. Cependant, il n'existe actuellement aucune preuve scientifique indiquant que le gadolinium retenu est nocif. De plus, il n'existe aucune association scientifique prouvée entre une gamme de symptômes rapportés par les patients et une exposition au GBCA.

Promouvoir une recherche collaborative globale pour obtenir une réponse clinique

Les organisateurs de l'atelier ont invité un groupe international d'experts, chercheurs, fabricants de GBCA et représentants de la FDA, à discuter de la littérature actuelle, à identifier les lacunes dans les connaissances, à hiérarchiser les futures initiatives de recherche et à promouvoir les études collaboratives normalisées. "Nous espérons que cette feuille de route pourra servir à promouvoir une recherche collaborative globale qui puisse aborder efficacement les questions importantes sur la signification clinique de la rétention de gadolinium chez les patients explorés par IRM injecté", a déclaré le Dr Herbert Y. Kressel, professeur de radiologie à la Harvard Medical School à Boston, ancien rédacteur en chef de Radiology et co-auteur du rapport.

Déterminer si la rétention de gadolinium affecte la fonction des tissus humains

"Malgré le haut niveau d’intérêt pour la rétention de gadolinium observé dans le cerveau des patients recevant des GBCA, j’ai noté la nécessité d’un programme de recherche plus complet et coordonné pour les nombreuses questions sans réponse concernant la rétention du gadolinium et sa signification clinique", poursuit le Dr Kressel. Les plus grandes priorités dans la recherche sur le GBCA sont de déterminer si la rétention de gadolinium affecte négativement la fonction des tissus humains, si les populations vulnérables sont plus à risque et si la rétention est causalement associée à des manifestations cliniques à court ou à long terme. "L’atelier a permis d’identifier les lacunes à combler pour comprendre la signification clinique des augmentations du signal observées dans le cerveau des patients recevant ces solutés, ainsi que celles dues à la rétention du gadolinium dans les os, la peau et le foie quand d'autres parties du cerveau qui ne démontrent pas d'élévation d'intensité du signal sur l'IRM, ajoute le Dr Kressel. Comprendre les changements biologiques dus à ces phénomènes est essentiel pour déterminer la signification clinique, le cas échéant, de la rétention du gadolinium."

Normaliser et valider des méthodes de mesure spécifiques au gadolinium

L'atelier a également été utile pour souligner la nécessité d'identifier spécifiquement les populations potentiellement vulnérables de patients susceptibles de libérer des composés à base de gadolinium stockés à long terme, par exemple dans les os. Il s'agit notamment des femmes ménopausées, des femmes enceintes ou allaitantes, des fœtus et des jeunes enfants présentant des os et autres organes en développement continu, ainsi que les patients souffrant de maladies chroniques sujets à de nombreux d'examens IRM injectés. La feuille de route met en lumière les lacunes dans la recherche sur la GBCA, propose des méthodes pour combler ces lacunes et identifie la faisabilité et les limites de chaque approche en évaluant les niveaux de priorité. La normalisation et la validation des méthodes de mesure des tissus et des procédures d’assurance qualité relatives au gadolinium et au GBCA sont essentielles à ces efforts.

Les auteurs soulignent également la nécessité d'étudier les bases de données sur les grandes populations existantes, telles que la Mayo Clinic Study of Aging, avec un grand nombre de patients qui subissent des examens d'IRM injectés. Selon le Dr Kressel, l'analyse de ces types de bases de données peut aider à identifier des pôles d'intérêt spécifiques qui pourraient être abordés dans des études prospectives contrôlées.

Thema radiologie avec RSNA


toshiba

Comprendre les hallucinations grâce à l'IRM fonctionnelle
14/01/2019 : L'IRM fonctionnelle peut aider à comprendre comment apparaissent les épisodes hallucinatoires. C'est ce qu'explique le Pr Renaud Jardri dans une vidéo publiée par les JFIM.  

Actualités du parc IRM français en décembre 2018
07/01/2019 : Dans notre série relative à la modernisation du parc IRM français, nous faisons un focus sur les nouvelles modalités installées au CHU de Rennes, à la Clinique du Sidobre de Castres et à la Fondation Rotschild à Paris XIXème.

Contrôler la graisse hépatique des patients obèses par IRM
19/12/2018 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'IRM constitue un moyen sûr et non invasif de surveiller les taux de graisse du foie chez les personnes qui suivent un traitement de l'obésité.

L'Ingenia Ambition: une innovation de rupture en IRM
20/11/2018 : L'IRM Ingenia Ambition de Philips Healthcare n'a besoin que de 7 litres d'hélium pour fonctionner. Marceau Eck, Responsable marketing IRM, que nous avons rencontré aux JFR 2018, revient sur les avantages d'une telle évolution.

L'IRM met à jour la tricherie de jeunes footballeurs béninois
13/09/2018 : Après un contrôle de leur âge osseux par IRM, 10 joueurs de l'équipe nationale de jeunes béninois ont été découverts quant à leur âge réel. L'équipe entière a été suspendue de la coupe d'Afrique des nations.

Une feuille de route pour une recherche internationale sur la rétention de gadolinium
12/09/2018 : La revue Radiology publie, ce 12 septembre 2018, la feuille de route du groupe de recherche international sur la sécurité et les vigilances concernant les produits de contraste à base de Gadolinium. Obtenir des informations cliniques précises, déterminer si la rétention affecte réellement les tissus et normaliser les méthodes de mesure sont parmi les axes de travail retenus.

Actualité du parc IRM francophone en septembre 2018
11/09/2018 : Dans notre série relative aux évolutions du parc IRM francophone, nous avons relevé cet été trois installations de machines à Ollioules, La Rochelle et Tunis.

Des lésions cérébrales plus fréquentes chez les footballeuses jouant fréquemment de la tête
31/07/2018 : Une étude publiée dans la revue Radiology objective un risque accru pour les joueuses de football jouant fréquemment de la tête, par rapport aux hommes. Ces sportives présentent en effet des changements plus importants dans le tissu cérébral après des impacts répétés du ballon.

La susceptibilité magnétique peut aider à prédire la progression de la SEP
16/07/2018 : La cartographie par susceptibilité magnétique étudie les niveaux de fer dans le cerveau des patients atteints de sclérose en plaques (SEP). L'IRM devient ainsi un prédicateur de développement d'un handicap physique ou cognitif, selon une étude publiée dans la revue Radiology.

Imagerie IRM de la pathologie maligne du pelvis féminin
12/07/2018 : Une nouvelle formation sur l'IRM pelvienne en pathologie tumorale féminine est lancée par FORCOMED en e-learning. Une session DPC avec ateliers pratiques est prévue en novembre 2018.


Un nouveau traceur pour la détection du mélanome
18/01/2019 : Une nouvelle procédure de médecine nucléaire pour la détection du mélanome malin, a été testée avec succès pour la première fois chez l'homme et pourrait améliorer la détection du mélanome primaire et métastatique. 

Nouvel essai clinique autorisé par l'ANSM sur le champ des ultrasons thérapeutiques
17/01/2019 : Un essai clinique mettant en jeu le dispositif SonoCloud-9 vient d'obtenir l'autorisation de l'ANSM. Une nouvelle étape est franchie dans les techniques thérapeutiques par ultrasons de faible intensité.

Radiopédiatrie: l'exposition aux rayonnements ionisants baisse significativement depuis 2010
16/01/2019 : L’IRSN a publié, le 15 janvier 2019, un rapport relatif à l'irradiation médicale diagnostique pour les enfants de moins de 16 ans. Cette exposition a très sensiblement diminué entre 2010 et 2015 en France.

L'AFPPE fête ses 60èmes Journées Scientifiques en Mars 2019
16/01/2019 : L'AFPPE fêtera, les 22 et 23 mars 2019, ses 60èmes Journées scientifiques. L'occasion pour les manipulateurs francophones d'apprécier l'évolution de ce métier au fil du temps, mais aussi de découvrir les pratiques innovantes de la profession.

Des modèles informatiques pour améliorer les stratégies thérapeutiques
15/01/2019 : Les stratégies thérapeutiques pourraient être évaluées par des modèles informatiques. C'est ce que montre une étude publiée dans la Revue Radiology, qui voit en ces modèles des compléments d'information aux essais cliniques.  

Focus sur l'imagerie de l'œil par OCT
15/01/2019 : L'imagerie de l'œil fait la par belle aujourd'hui à la Tomographie par Cohérence Optique (OCT). Un focus sera fait sur cette technologie lors du prochain congrès de la Société française d'Ophtalmologie.

Comprendre les hallucinations grâce à l'IRM fonctionnelle
14/01/2019 : L'IRM fonctionnelle peut aider à comprendre comment apparaissent les épisodes hallucinatoires. C'est ce qu'explique le Pr Renaud Jardri dans une vidéo publiée par les JFIM.  

La phase clinique de la vaccination intratumorale se développe
11/01/2019 : La vaccination intratumorale poursuit son développement en phase clinique. Nanobiotix vient en effet d'anoncer une collaboration dans ce sens avec le MD Anderson Cancer Center de Houston.

Traitement percutané d'occlusion fémorale en vidéo
10/01/2019 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, nous vous présentons aujourd'hui une procédure complexe d'angioplastie d'artère fémorale.

Gestes d'urgence en radiologie: deux sessions de formation en 2019
09/01/2019 : L'identification d'une urgence vitale ou la composition d'un chariot d'urgence, constituent deux thématiques phares des sessions Forcomed organisées en 2019 sur la prise en charge de l'arrêt cardio-respiratoire.


Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Halcyon, une nouvelle étape pour une radiothérapie plus rentable à l'échelle mondiale
11/05/2017 : Avec Halcyon, Varian Médical Systems propose une nouvelle modalité d’IRMT centrée sur l’humain et la convivialité, qui automatise et rationalise toutes les composantes d’un traitement de radiothérapie.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Vidéo: présentation du scanner Aquilion Prime SP de Toshiba Medical
29/11/2017 : Suite de notre série de présentations en vidéo des modalités haut de gamme Toshiba Medical présentées lors des JFR 2017. Aujourd'hui, le scanner Aquilion Prime SP.

Nouvel essai clinique autorisé par l'ANSM sur le champ des ultrasons thérapeutiques
17/01/2019 : Un essai clinique mettant en jeu le dispositif SonoCloud-9 vient d'obtenir l'autorisation de l'ANSM. Une nouvelle étape est franchie dans les techniques thérapeutiques par ultrasons de faible intensité.

Focus sur l'imagerie de l'œil par OCT
15/01/2019 : L'imagerie de l'œil fait la par belle aujourd'hui à la Tomographie par Cohérence Optique (OCT). Un focus sera fait sur cette technologie lors du prochain congrès de la Société française d'Ophtalmologie.

Radiopédiatrie: l'exposition aux rayonnements ionisants baisse significativement depuis 2010
16/01/2019 : L’IRSN a publié, le 15 janvier 2019, un rapport relatif à l'irradiation médicale diagnostique pour les enfants de moins de 16 ans. Cette exposition a très sensiblement diminué entre 2010 et 2015 en France.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.

Les précautions liées au gadolinium se durcissent aux États-Unis
20/12/2017 : Alors qu'elle avait, jusqu'ici, rechigné à s'aligner sur les mesures de précaution prises en Europe sur le thème de la nocivité de certains produits de contraste au gadolinium, la FDA américaine vient de durcir sa position. Elle l'a annoncé le 19 décembre 2017.

De la nécessité d'uniformiser les recommandations dosimétriques internationales
08/01/2019 : Les patients faisant l'objet d'un examen de scanner ne reçoivent pas tous la même dose de rayons X, selon l'endroit du monde où ils se trouvent. C'est le résultat d'une étude américaine qui pointe le Japon, Israël et les USA comme mauvais élèves en la matière.