Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > La susceptibilité magnétique peut aider à prédire la progression de la SEP

La susceptibilité magnétique peut aider à prédire la progression de la SEP

LUNDI 16 JUILLET 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La cartographie par susceptibilité magnétique étudie les niveaux de fer dans le cerveau des patients atteints de sclérose en plaques (SEP). L'IRM devient ainsi un prédicateur de développement d'un handicap physique ou cognitif, selon une étude publiée dans la revue Radiology.

RSNA

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie qui s'attaque à trois composantes essentielles du système nerveux central : les neurones, la myéline et les cellules productrices de myéline.

Trouver un complément à l'atrophie cérébrale pour prédire le déclin cognitif et moteur par SEP

Les symptômes courants de la SEP comprennent faiblesse, spasticité et douleur. La maladie peut progresser chez de nombreux patients, les laissant gravement handicapés. L'atrophie cérébrale est l'étalon-or actuel pour prédire le déclin cognitif et physique par SEP, mais elle a des limites, selon l'auteur principal d'une étude publiée dans la ravue Radiology, le Dr Robert Zivadinov, professeur de neurologie à la Jacobs School of Medicine and Biomedical Sciences à l'Université de Buffalo (UB), NY et directeur du Buffalo Neuroimaging Analysis Center de la Jacobs School.

Étudier la concentration en fer par IRM cérébrale

"L'atrophie cérébrale prend beaucoup de temps pour être identifiée, a-t-il dit. Nous avons besoin d'une mesure plus précoce pour trouver qui développera un handicap lié à la SEP." Des études IRM de la concentration en fer sont récemment apparues comme une mesure prometteuse des changements cérébraux associés à la progression de la SEP. Le fer est vital pour diverses fonctions cellulaires dans le cerveau, notamment la myélinisation des neurones, et la surcharge en fer, comme les carences, peuvent être nocives. "On sait qu'il y a plus de fer dans les structures de la matière grise profonde chez les patients atteints de SEP, mais nous avons également constaté dans des publications récentes qu'il existe des régions où l'on trouve moins de fer dans le cerveau de ces patients", explique le Dr Zivadinov.

Des différences dans les zones profondes et dans le thalamus

Le Dr Zivadinov et ses collègues ont récemment comparé les concentrations de fer cérébral chez des patients atteints de SEP par rapport à celles d'un groupe témoin sain, en utilisant la cartographie quantitative de la susceptibilité par IRM. Une région cérébrale avec plus de fer aurait une susceptibilité magnétique plus élevée, et une région avec moins de fer aurait une sensibilité plus faible. Les chercheurs ont réalisé une cartographie de ce type sur 600 patients atteints de SEP, dont 452 à un stade précoce et 148 pour lesquels la maladie avait progressé. Comparés à 250 participants témoins en bonne santé, les patients atteints de SEP présentaient des niveaux plus élevés de fer dans les ganglions de la base, des structures profondes du cerveau qui sont essentielles pour le mouvement. Cependant, les patients atteints de SEP présentaient des niveaux de fer plus faibles dans leur thalamus, une région importante pour le traitement des données sensorielles en agissant comme un relais entre certaines structures cérébrales et la moelle épinière.

La cartographie par susceptibilité magnétique comme prédicteur d'évolution de la SEP

La teneur plus faible en fer dans le thalamus et la teneur en fer plus élevée dans d'autres structures de matière grise profonde chez les personnes atteintes de SEP étaient associées à une durée de maladie plus longue, à un degré d'incapacité plus élevé et à une progression de la maladie. Cette association avec l'incapacité clinique a persisté même après ajustement pour les changements dans les volumes de cerveau de chaque structure individuelle. "Dans cette grande cohorte de patients atteints de SEP et de témoins sains, nous avons rapporté, pour la première fois, une augmentation du fer dans les ganglions de la base mais une diminution dans les structures thalamiques, précise le Dr Zivadinov. L'épuisement en fer ou, au contraire, l'augmentation dans plusieurs structures du cerveau est un prédicteur indépendant de l'incapacité liée à la SEP."

Les résultats mettent ainsi en évidence le rôle potentiel de la cartographie quantitative de la susceptibilité dans les essais cliniques de nouveaux médicaments prometteurs. Les traitements actuels impliquant des médicaments anti-inflammatoires n'empêchent pas les patients atteints de SEP de développer un handicap. "La susceptibilité est un marqueur d'imagerie intéressant de la sévérité de la maladie et peut prédire quels patients sont à risque grave de réresser, a-t-il conclu. Être capable d'agir contre les changements de susceptibilité serait extrêmement bénéfique."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Le large spectre de pathologies cérébrales liées au COVID-19
05/08/2020 : Une étude suédoise rapporte un large spectre de pathologies neurologiques liées au COVID-19. Dans la Revue Radiology, les chercheurs ont identifié des anomalies en majorité vasculaires et inflammatoires.

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

COVID-19 : une étude française recueille les signes cérébraux fréquents à l'IRM
18/06/2020 : Une nouvelle étude multi-institutionnelle française publiée dans la revue Radiology identifie les tendances des résultats anormaux d’IRM cérébrale chez les patients atteints de COVID-19. Des anomalies temporales et des lésions hémorragiques sont souvent constatées.

Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Un cas d'AVC pédiatrique imputable au COVID-19
03/06/2020 : La Revue Radiology rapporte le cas d’un enfant présentant une artériopathie focale cérébrale identifiée en IRM. La découverte d’une infection au COVID-19 a amené les chercheurs à imputer cet AVC au virus.

Manifestation cérébrale du COVID-19 : envoyez vos images à la SFNR !
20/04/2020 : La SFR appelle les radiologues français à inclure dans un fichier centralisé les images IRM montrant des pathologies cérébrales dues au COVID-19. La SFNR fait figure de Conseil scientifique en vue d’une ou plusieurs publications.  

L'IRM identifie des changements de volumes cérébraux chez les astronautes
14/04/2020 : Les périodes prolongées dans l'espace sont connues depuis longtemps pour causer des problèmes de vision chez les astronautes. Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology suggère que l'impact des voyages spatiaux de longue durée est plus étendu, provoquant potentiellement des changements de volume cérébral et une déformation de l’hypophyse.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Actualité du parc IRM français en janvier 2020
23/01/2020 : Dans le cadre de notre revue du parc d’IRM français, on nous signale des évolutions en Bretagne, à Pontivy et Vannes, ainsi qu’à Sarlat.

Gestion des risques liés aux champs magnétiques : bientôt une journée scientifique dédiée
23/01/2020 : La Société Française de Radioprotection (SFRP) organise, en mars, une journée scientifique dédiée à la gestion des risques d’exposition aux rayonnements non ionisants. Les acteurs de l’imagerie par IRM devraient y glaner des réponses à leurs questions.


Le large spectre de pathologies cérébrales liées au COVID-19
05/08/2020 : Une étude suédoise rapporte un large spectre de pathologies neurologiques liées au COVID-19. Dans la Revue Radiology, les chercheurs ont identifié des anomalies en majorité vasculaires et inflammatoires.

Les radiologues libéraux face au COVID
03/08/2020 : Pour débuter sa campagne de communication dédiée à la radiologie libérale face au COVID, la FNMR a publié deux vidéos faisant intervenir le Dr Jean-Charles Leclerc ainsi qu’une patiente atteinte de BPCO.

Les inscriptions au RSNA 2020 entièrement virtuel sont ouvertes
03/08/2020 : Le congrès de la RSNA 2020 sera entièrement virtuel. Des séances plénières, des questions-réponses ou des chat seront proposés pour des accès premium ou standard. Les inscriptions sont désormais ouvertes.

SystemX renforce sa position sur le marché RIS-PACS
29/07/2020 : SystemX vient d’annoncer son rapprochement avec Penaranda Informatique, une société qui conçoit des solutions RIS. Elle renforce ainsi sa présence sur le marché des solutions RIS-PACS.

Angioplastie coronaire : que faire lorsque le guide passe en sous-intimal ?
27/07/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, un webinar illustrant différentes stratégies d’abord d’une lésion d’occlusion d’artère coronaire chronique lorsque le guide passe en sous-intimal.

ECR 2020 virtuel : un succès retentissant !
24/07/2020 : L’European Society of Radiology se réjouit du succès rencontré par le congrès ECR 2020 diffusé uniquement en ligne. Mais le congrès n’est pas encore fini puisque des « Highlight weeks » seront diffusés tout au long de l’année 2020.

Le dépistage du cancer du sein assuré jusque dans les régions saoudiennes reculées
22/07/2020 : En faisant l’acquisition de dix unités mobiles de mammographie autonomes plusieurs jours, le Ministère de la Santé d’Arabie Saoudite espère voir augmenter le taux de dépistage du cancer du sein. Un projet porté par Fujifil et Toutenkamion.

La radiologie privée fortement impactée par la pandémie aux USA
20/07/2020 : Les cabinets de radiologie ont été particulièrement durement touchées par la pandémie de COVID-19 aux USA, et les mesures qu'elles prennent pour atténuer l'impact de la pandémie sur leur pratique façonneront l'avenir de la radiologie. Une étude spéciale de la RSNA COVID-19 Task Force publiée dans la Revue Radiology détaille les déterminants de cette conjoncture.

Polyvalence, fiabilité et workflow amélioré pour les installations Canon Medical à l’ECR 2020
17/07/2020 : Le symposium organisé par Canon Medical lors de l’ECR virtuel 2020 a présenté les innovations majeures apportées par le constructeur japonais en tomodensitométrie et en imagerie interventionnelle. La soustraction d’image, l’imagerie spectrale et le deep learning reconstruction (DLR) AiCE ont été développées, ainsi que la salle d’imagerie interventionnelle multi-modalité Alphenix 4D CT.

Terumo se place sur le marché de la radiothérapie interne sélective
16/07/2020 : En faisant l’acquisition de la start-up hollandaise Quirem Medical, Terumo se place parmi les fournisseurs influents de matériels de radiothérapie interne sélective.


Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

L'IRM MIEUX QUE LA MAMMOGRAPHIE POUR QUALIFIER LES CANCERS AGRESSIFS
01/12/2015 : Les cancers du sein multicentriques ont des dimensions souvent plus importantes à l'IRM qu’à la mammographie. C’est ce que montre une étude italienne qui remarque que l’exploration par IRM est susceptible de faire changer de stratégie thérapeutique.    

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Le large spectre de pathologies cérébrales liées au COVID-19
05/08/2020 : Une étude suédoise rapporte un large spectre de pathologies neurologiques liées au COVID-19. Dans la Revue Radiology, les chercheurs ont identifié des anomalies en majorité vasculaires et inflammatoires.

Les radiologues libéraux face au COVID
03/08/2020 : Pour débuter sa campagne de communication dédiée à la radiologie libérale face au COVID, la FNMR a publié deux vidéos faisant intervenir le Dr Jean-Charles Leclerc ainsi qu’une patiente atteinte de BPCO.

Un modèle de deep learning pour identifier le COVID-19 au scanner
08/04/2020 : Dans une étude publiée dans la Revue Radiology, un modèle de deep learning semble capable de réaliser un diagnostic différentiel de COVID-19 sur les examens de tomodensitométrie. Ce travail montre surtout que la spécificité du scanner semble améliorée comparativement aux autres études publiées sur ce thème.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.