Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Des calcifications cérébrales liées au tabagisme et au diabète

Des calcifications cérébrales liées au tabagisme et au diabète

VENDREDI 15 JUIN 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une nouvelle étude publiée en ligne dans la revue Radiology, les fumeurs et les diabétiques peuvent présenter un risque accru de calcifications dans une région du cerveau cruciale pour la mémoire. Les reconstructions multiplanaires d'images scanner rendent possible ce progrès.

RSNA

Des recherches antérieures ont émis l'hypothèse que des calcifications dans l'hippocampe pourraient être liées à des problèmes vasculaires contribuant à l'atrophie de l'hippocampe et à la détérioration cognitive subséquente.

Le scanner multiplanaire pour différentier hippocampe et le plexus choroïde

Cependant, les recherches publiées sur ce processus sont limitées. "Nous savons que les calcifications de l'hippocampe sont fréquentes, en particulier avec l'âge, déclare l'auteur principal d'une étude publiée en ligne dans la revue Radiology, le Dr Esther J.M. de Brouwer, gériatre au centre médical de l'Université d'Utrecht, aux Pays-Bas. Cependant, nous ne savions pas si les calcifications de l'hippocampe étaient liées à la fonction cognitive." Les progrès de l'imagerie ont permis d'explorer le rôle des calcifications de l'hippocampe dans la démence. Le développement de scanners cérébraux multiplanaires a permis une meilleure distinction entre les calcifications de l'hippocampe et celles présentes dans les structures cérébrales proches comme le plexus choroïde. "Un scanner multiplanaire permet de voir l'hippocampe dans différents plans anatomiques, poursuit-elle. Cette évolution, les calcifications de l'hippocampe étaient souvent confondues avec des calcifications du plexus choroïde."

Tabagisme et diabète comme facteurs favorisant les calcifications

Le Dr de Brouwer et ses collègues ont étudié l'association entre les facteurs de risque vasculaires comme l'hypertension, le diabète et le tabagisme, et les calcifications de l'hippocampe. Ils ont également évalué les effets des calcifications sur la fonction cognitive. Le groupe d'étude comprenait 1 991 patients, âgés en moyenne de 78 ans, qui avaient consulté pour des problèmes de mémoire dans un hôpital néerlandais entre 2009 et 2015. Les patients avaient un diagnostic standard, comprenant des tests cognitifs et des tomodensitogrammes. Les chercheurs ont analysé ces scanners pour identifier la présence et la gravité des calcifications de l'hippocampe. Parmi les 1 991 patients, 380, (19,1%) ont eu des calcifications de l'hippocampe. L'âge avancé, le diabète et le tabagisme étaient associés à un risque accru de calcifications de l'hippocampe sur les tomodensitogrammes. Bien que l'étude n'ait pas été conçue pour déterminer de façon concluante si le tabagisme et le diabète augmentent le risque de calcifications de l'hippocampe, les résultats suggèrent fortement un lien.

Aucun lien apparent entre les calcifications et la fonction cognitive des patients

"Nous pensons que le tabagisme et le diabète sont des facteurs de risque, précise le Dr de Brouwer. Dans une étude histopathologique récente, les calcifications de l'hippocampe étaient une manifestation de la maladie vasculaire. Il est bien connu que le tabagisme et le diabète sont des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire. Il est donc probable que le tabagisme et le diabète sont des facteurs de risque pour les calcifications de l'hippocampe. " Il n'y avait toutefois aucun lien entre la présence et la gravité des calcifications de l'hippocampe de la fonction cognitive, une découverte surprenante, selon le Dr de Brouwer, avec plusieurs explications possibles.

"L'hippocampe est constitué de différentes couches et il est possible que les calcifications n'aient pas endommagé la structure de l'hippocampe sollicitée dans le stockage de la mémoire, a-t-elle conclu. Une autre explication pourrait être la sélection de nos participants à l'étude, qui faisaient tous l'objet d'un déficit de mémoire." Les chercheurs prévoient d'effectuer des études supplémentaires dans différents groupes de personnes afin de mieux comprendre les liens possibles entre ces calcifications et les problèmes cognitifs.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Les recommandations de la Société d'Imagerie Thoracique pour le déconfinement
11/05/2020 : Alors que le déconfinement a commencé et que les activités non-urgentes reprennent, la Société d’Imagerie Thoracique a émis ses recommandations de bonnes pratiques pour cette discipline.

Évaluer au scanner l'efficacité de la radiofréquence pour l'ablation de lésion de CHC
06/05/2020 : Pour évaluer l’efficacité du traitement du CHC par radiofréquence, des chercheurs de l’Université d’Innsbruck ont utilisé la marge ablative minimale comme indicateur. Dans un article paru dans la Revue European Radiology, ils expliquent comment la fusion d’images tomodensitométriques leur permet d’arriver à leurs fins.

Différentiation de la pneumonie à COVID-19: des performances améliorées à l'aide d'un modèle d'IA
30/04/2020 : Une étude publiée dans la Revue Radiology montre une amélioration des performances des radiologues lorsqu’ils sont aidés par l’IA, pour différentier la pneumonie à COVID-19 par rapport aux autres étiologies. Ce modèle sera bientôt intégré dans un workflow d’examens de routine pour l’évaluer.

Un compte rendu structuré dédié COVID-19 à partir du Smart Data
29/04/2020 : Le projet de compte rendu structuré dédié au COVID-19 élaboré par KEYDIAG, une plateforme soutenue par les télé-radiologues du groupe TELEDIAG, vient d’obtenir le référencement SESAM-VITALE du Ministère. Nous avons rencontré les promoteurs principaux de ce projet qui s’appuie sur une Smart Data enrichie au fil de l’eau par les radiologues eux-même.

Deux études françaises confirment l'embolie pulmonaire souvent associée au COVID-19
27/04/2020 : Une embolie pulmonaire aigüe est susceptible d’apparaître chez les patients atteints d’une pneumonie à COVID-19. Deux études françaises viennent confirmer ces résultats, l’une à Strasbourg, l’autre à Besançon.

Diagnostic et traitement des complications thrombotiques pulmonaires du COVID-19
23/04/2020 : Un article publié le 23 avril 2020 dans la revue Radiology décrit la prévention, le diagnostic et le traitement des complications liées aux thromboses apparaissant chez les patients atteints de COVID-19. Dans les cas les plus avancés, un angioscanner pulmonaire est préconisé.

COVID-19 : des critères de gravité émergent au scanner pulmonaire
22/04/2020 : Une nouvelle étude venue d’Iran, l’un des pays les plus touchés par la pandémie de COVID-19, confirme les signes radiologiques permettant d’identifier la pneumonie spécifique à ce virus. Mais elle complète les connaissances relatives aux critères de gravité de la maladie.

Un protocole COVID-19 de lecture scanner obtient le marquage CE
22/04/2020 : Le protocole de lecture scanner développé par Intrasense vient d’obtenir le marquage CE après avoir acquis la validation de la FDA.

Une étude italienne confirme les caractéristiques du scanner thoracique du COVID-19
07/04/2020 : Les caractéristiques densitométriques thoraciques du COVID-19 ont été mises à l’épreuve dans une population de 158 patients infectés à Rome. Cette étude confirme les observations effectuées précédemment avec notamment une spécificité moindre  de la TDM par rapport à sa sensibilité.

COVID-19 chez l'enfant : une clinique et des images scanographiques spécifiques ?
07/04/2020 : Les enfants et les adolescents atteints de COVID-19 ont montré des résultats cliniques et tomodensitométriques distinctifs, selon une nouvelle étude publiée aujourd'hui dans Radiology: Cardiothoracic Imaging. Comparativement aux adultes, les patients pédiatriques avaient généralement des symptômes cliniques plus légers et des répercussions radiologiques moindres.


Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Les JFR de printemps, c'est maintenant !
03/06/2020 : Le programme des JFR de printemps est annoncé. Cette session virtuelle proposera, les 4 et 5 juin 2020, des ateliers et des tables rondes sur des sujets d’actualité.

Un cas d'AVC pédiatrique imputable au COVID-19
03/06/2020 : La Revue Radiology rapporte le cas d’un enfant présentant une artériopathie focale cérébrale identifiée en IRM. La découverte d’une infection au COVID-19 a amené les chercheurs à imputer cet AVC au virus.

Un spectre de signes radiologiques multimodal pour le COVID-19
02/06/2020 : L’IRM, le TEPScan et l’échographie peuvent, chacun dans son domaine, apporter des informations pertinentes dans le diagnostic ou le suivi des pathologies dues au COVID-19. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging qui tente d’établir un spectre de signes radiologiques multimodal.

Le congrès RSNA 2020 se transforme en une web conférence intégrale
27/05/2020 : Le congrès RNA 2020 n’aura pas lieu, du moins sous sa forme habituelle. La Société savante vient d’annoncer en effet que l’édition 2020 sera entièrement proposée en ligne, du 31 novembre au 5 décembre 2020.

Le SRES 2020 aura bien lieu à la rentrée
26/05/2020 : Le SRES 2020 a été reporté à la rentrée et se déroulera, comme prévu, à Porto Vecchio. Consultez le programme de cette session ci-dessous.

Qualification de dispositif médical : quoi de nouveau sous le soleil ?
25/05/2020 : Deux récentes décisions des juridictions administratives retiennent l’attention en la matière. L'une concerne les activimètres servant à évaluer une dose de rayonnements ionisants, l'autre se penche sur un logiciel de compression d'images médicales.

Un suivi systématique à six mois serait préférable pour les lésions mammaires classées BI-RADS 3
20/05/2020 : Les femmes présentant des lésions mammaires classées BI-RADS 3 devraient systématiquement suivies à six mois. C’est ce que suggère une étude publiée dans la Revue Radiology en raison du risque faible mais non négligeable que ces lésions soient malignes.

La technologie Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, désignée « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » aux MedTech Breakthrough Awards 2020
19/05/2020 : L’organisme indépendant MedTech Breakthrough, récompensant au niveau mondial les entreprises et technologies pour leur excellence dans le domaine de la Santé et des technologies médicales, a sélectionné la technologie de suivi et de correction du mouvement en temps réel Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, comme gagnante du prix « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » lors de la quatrième édition annuelle du programme des MedTech Breakthrough Awards. « Nous sommes heureux de décerner le prix de la "meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux" à l’entreprise Accuray, pour sa technologie révolutionnaire qui vient renforcer et élargir l’éventail de solutions de lutte contre le cancer » a déclaré James Johnson, directeur général de MedTech Breakthrough.

Web conférence ECR 2020 : le programme scientifique est paru !
19/05/2020 : Le programme complet de l’ECR 2020, qui se tiendra sous la forme d’une web conférence, vient d’être publié. Vous pouvez télécharger le Book of Abstract ci-dessous pour vous en faire une idée.


Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Prime COVID pour les soignants : des critères d'éligibilité incohérents
18/05/2020 : Comme il l’avait annoncé dernièrement, le Premier Ministre a décrété l’instauration d’une prime pour les soignants ayant œuvré dans la lutte contre le COVID-19. Si l’intention est louable, le périmètre d’éligibilité à cette prime semble trop étendu et quelque peu discriminant. Il ne reflète pas, en tout cas, le niveau de risque auquel ce sont exposés certains soignants, parmi lesquels beaucoup de manipulateurs radio.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

L'ISRRT publie un guide COVID-19 pour les MERM du monde entier
06/05/2020 : L’ISRRT, en collaboration avec l’EFRS, a publié un guide international de bonnes pratiques destiné aux manipulateurs radio en environnement COVID-19. Ce document couvre de nombreux domaines de compétences des manipulateurs.

Pourquoi les radiologues adoptent rapidement la reconnaissance vocale dans le Cloud de Nuance
14/05/2020 : Lancée en décembre dernier, Dragon Medical One, la solution de reconnaissance vocale de Nuance basée sur un Cloud, connaît un fort succès auprès des imageurs. Nuance a d’ailleurs créé pour eux, dans le contexte du COVID-19, des commandes spécifiques pour les TDM thoraciques. Un CHU est en train d’équiper ses radiologues, tandis que les partenaires de Nuance du domaine de la radiologie ont choisi eux aussi de proposer cette solution à leurs utilisateurs. Une adoption rapide par les radiologues qui tient à plusieurs facteurs. Explications avec Pierre Meyblum, Business Development Manager de la division Santé de Nuance Communications en France.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

La RSNA lance la première collection internationale de cas cliniques radiologiques
04/05/2020 : La RSNA vient d’ouvrir la première collection internationale développée exclusivement en radiologie. Elle est l’aboutissement de la soumission de très nombreux cas depuis début 2020 ayant fait l’objet d’une validation par les experts RSNA.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.