Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Intelligence Artificielle, Machine Learning > La fonction ventriculaire droite étudiée par un algorithme de Machine Learning

La fonction ventriculaire droite étudiée par un algorithme de Machine Learning

LUNDI 16 AVRIL 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Des chercheurs de Londonniens utilisent un algorithme complexe de Machine Learning pour analyser les images du ventricule droit en IRM cardiaque afin d'améliorer les résultats pour les patients. La fonction ventriculaire est ainsi évaluée sur 30 000 points.

RSNA

Des chercheurs utilisant la modélisation d'images 3D combinées Machine Learning (ML) ont démontré une échelle de risques plus précise pour les patients souffrant d'hypertension pulmonaire qu'en utilisant l'imagerie conventionnelle et les biomarqueurs, selon une nouvelle étude parue dans la revue Radiology.

Du Machine Learning pour digérer les images d'une IRM cardiaque conventionnelle

Développé par des chercheurs londoniens, l'algorithme complexe a permis d'analyser et d'en apprendre plus des images IRM du ventricule droit, permettant aux médecins de mieux prédire la survie des patients et d'identifier les changements fonctionnels ponctuels associés à une survie réduite. "Nous avons essentiellement procédé à une IRM cardiaque conventionnelle et appliqué une approche ML pour identifier les informations les plus pertinentes pour la survie des patients", explique le Dr Timothy JW Dawes, Professeur à l' Impérial College de Londres.

La fonction ventriculaire évaluée sur plus de 30 000 points

L'étude de 256 patients atteints d'hypertension pulmonaire au Royaume-Uni s'est concentrée sur la fonction du ventricule droit, un déterminant clé de la survie du patient pour cette pathologie. En utilisant des images IRM conventionnelles, l'équipe a développé un modèle 3D à haute résolution du ventricule droit pour chaque sujet, évaluant la fonction ventriculaire sur près de 30 000 points. L'algorithme a été capable de d'identifier des modèles fonctionnels qui prédisent une mauvaise survie, pour la moitié des sujets, et a testé la performance de ces données chez les sujets restants. Les chercheurs ont comparé ces résultats aux prédictions, en utilisant des marqueurs pronostiques classiques, tels que ceux dérivés du cathétérisme cardiaque, des évaluations fonctionnelles et de l'analyse par IRM conventionnelle.

Un algorithme qui pourrait devenir un outil prédictif

Le processus a été répété 1 000 fois avec une répartition aléatoire des sujets dans les deux groupes. La prédiction à l'aide de modèles 3D a surpassé tous les autres marqueurs dans la prédiction de la survie du patient, selon les résultats. "La clé du système est que l'ordinateur était très bon pour prédire, dans le groupe contrôle, comment les patients survivraient, a déclaré le Dr Dawes. Les avantages du modèle ML pourraient s'étendre bien au-delà de ses capacités et devenir un outil de prédiction précis, a-t-il ajouté. Cette étude nous a également donné un aperçu de la façon dont les adaptations fonctionnelles dans le ventricule droit annoncent un mauvais pronostic et comment ces adaptations sont mises en exergue sur le plan anatomique", a déclaré le Dr Dawes.

La survie du patient souvent liée à la fonction systolique droite

Selon l'étude, la fonction systolique, dans la majeure partie du ventricule droit et du septum, influait sur la survie du patient. Un allongement longitudinal réduit dans les régions basale et médio-ventriculaire était associé à de mauvais résultats. Une diminution de la contraction radiale dans le septum et la paroi avait également une signification pronostique. La mortalité a également été prédite par une augmentation globale de la fonction circonférentielle. "Malgré l'amélioration de la qualité de l'imagerie au cours des 15 à 20 dernières années, cette étude apporte un flux d'informations supplémentaires dont les cliniciens seront en mesure de tirer profit, précise le Dr Dawes. Cela a été une excellente occasion de combiner l'optimisation de l'extraction de données et un problème clinique très réel."

Une nouvelle étude multicentrique en préparation

"Pour la suite, l'équipe envisage d'étudier la possibilité d'utiliser une technologie avancée d'intelligence artificielle pour interpréter les images cardiaques en quelques secondes, sans aucune intervention humaine, a déclaré l'auteur principal, le Dr Declan O'Regan, chercheur clinicien senior et radiologue consultant au MRC London Institute of medical sciences. En fournissant des prédictions précises sur la santé des patients, le ML pourrait transformer la radiologie." L'équipe de recherche prévoit de lancer prochainement un essai pour valider ces méthodes dans différents hôpitaux et évaluer l'exactitude de ses prédictions.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Des modèles informatiques pour améliorer les stratégies thérapeutiques
15/01/2019 : Les stratégies thérapeutiques pourraient être évaluées par des modèles informatiques. C'est ce que montre une étude publiée dans la Revue Radiology, qui voit en ces modèles des compléments d'information aux essais cliniques.  

Les trois lauréats du Myrian Studio Challenge sont connus
11/12/2018 : Intrasense a récompensé trois projets innovants en imagerie médicale en décernant les trois Prix "Myrian® Studio Challenge 2018" au dernier RSNA.  

Le deep learning pour gagner le combat contre la tuberculose
03/12/2018 : Le combat contre la tuberculose pourrait être gagné en utilisant l'IA pour le diagnostic sur les radiographies pulmonaires. Ce thème a été développé dans un article de la revue Radiology, primé au congrès de la RSNA 2018.  

La RSNA récompense des algorithmes d'identification de la pneumonie par radiographie pulmonaire
27/11/2018 : Le Pneumonia Detection Challenge a récompensé dix équipes ayant élaboré chacune un algorithme de Machine Learning pour identifier une pneumonie sur des radiographies pulmonaires. Ils ont été présentés le 26 novembre lors du congrès 2018 de la RSNA.

Diagnostic automatique des radiographies pulmonaires: dans les années 60, déjà...
21/11/2018 : Les recherches sur les usages de l'Intelligence Artificielle appliqués à la radiologie se multiplient désormais. L'éditorial du Journal Radiology revient sur ces application et rappelle que, dans les années 60, un radiologue précurseur avait initié un système d'apprentissage des images pathologiques sur les radiographies du poumon.

Un projet d'Intelligence Artificielle surdimensionné au Nord de l'Angleterre
13/11/2018 : Sectra met à disposition du consortium Northern Pathology Co-operative (NPP) au Royaume-Uni, sa plateforme d'Intelligence Artificielle pour un projet de mise en commun d'images radiologiques oncologiques pesant quelques 1,2 pétaoctets par an.  

Détecter précocement la maladie d'Alzheimer grâce au Deep Learning des données de PET-FDG
06/11/2018 : Le Deep Learning basé sur les données du PET-FDG améliorerait la capacité de l'imagerie cérébrale à prédire précocement la maladie d'Alzheimer. C'est ce que conclut une étude publiée dans la revue Radiology qui identifie les changements métaboliques avec une sensibilité significative.  

Brain(s), la plateforme de recherche & développement japonaise d'Intelligence Artificielle en Santé
02/11/2018 : Fujifilm est désormais lancé dans le développement de technologies d'Intelligence Artificielle. C'est ainsi qu'ellle vient d'annoncer la création de "Brain(s)", son Fujifilm Creative AI Center, plateforme de recherche et développement situé en plein cœur de Tokyo.

Naissance de DRIM France IA, l'écosystème créé par le Conseil de la Radiologie française
24/10/2018 : L'écosystème français d'Intelligence Artificielle dédié à l'imagerie médicale est créé et s'appelle "DRIM France IA". Le G4 a annoncé sa mise en œuvre lors des JFR 2018.  

Canon Medical Systems intègre l'IA au cœur de ses solutions d'imagerie
10/10/2018 : Dès la fin 2018 Canon Medical Systems implantera son premier Scanner intégrant de l’intelligence artificielle (IA) au CHU de Dijon. Une solution de Deep Learning Reconstruction (DLR) embarquée permettra en effet d’augmenter la qualité et la précision des images et d’abaisser le niveau d’irradiation du patient.


Un nouveau traceur pour la détection du mélanome
18/01/2019 : Une nouvelle procédure de médecine nucléaire pour la détection du mélanome malin, a été testée avec succès pour la première fois chez l'homme et pourrait améliorer la détection du mélanome primaire et métastatique. 

Nouvel essai clinique autorisé par l'ANSM sur le champ des ultrasons thérapeutiques
17/01/2019 : Un essai clinique mettant en jeu le dispositif SonoCloud-9 vient d'obtenir l'autorisation de l'ANSM. Une nouvelle étape est franchie dans les techniques thérapeutiques par ultrasons de faible intensité.

Radiopédiatrie: l'exposition aux rayonnements ionisants baisse significativement depuis 2010
16/01/2019 : L’IRSN a publié, le 15 janvier 2019, un rapport relatif à l'irradiation médicale diagnostique pour les enfants de moins de 16 ans. Cette exposition a très sensiblement diminué entre 2010 et 2015 en France.

L'AFPPE fête ses 60èmes Journées Scientifiques en Mars 2019
16/01/2019 : L'AFPPE fêtera, les 22 et 23 mars 2019, ses 60èmes Journées scientifiques. L'occasion pour les manipulateurs francophones d'apprécier l'évolution de ce métier au fil du temps, mais aussi de découvrir les pratiques innovantes de la profession.

Des modèles informatiques pour améliorer les stratégies thérapeutiques
15/01/2019 : Les stratégies thérapeutiques pourraient être évaluées par des modèles informatiques. C'est ce que montre une étude publiée dans la Revue Radiology, qui voit en ces modèles des compléments d'information aux essais cliniques.  

Focus sur l'imagerie de l'œil par OCT
15/01/2019 : L'imagerie de l'œil fait la par belle aujourd'hui à la Tomographie par Cohérence Optique (OCT). Un focus sera fait sur cette technologie lors du prochain congrès de la Société française d'Ophtalmologie.

Comprendre les hallucinations grâce à l'IRM fonctionnelle
14/01/2019 : L'IRM fonctionnelle peut aider à comprendre comment apparaissent les épisodes hallucinatoires. C'est ce qu'explique le Pr Renaud Jardri dans une vidéo publiée par les JFIM.  

La phase clinique de la vaccination intratumorale se développe
11/01/2019 : La vaccination intratumorale poursuit son développement en phase clinique. Nanobiotix vient en effet d'anoncer une collaboration dans ce sens avec le MD Anderson Cancer Center de Houston.

Traitement percutané d'occlusion fémorale en vidéo
10/01/2019 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, nous vous présentons aujourd'hui une procédure complexe d'angioplastie d'artère fémorale.

Gestes d'urgence en radiologie: deux sessions de formation en 2019
09/01/2019 : L'identification d'une urgence vitale ou la composition d'un chariot d'urgence, constituent deux thématiques phares des sessions Forcomed organisées en 2019 sur la prise en charge de l'arrêt cardio-respiratoire.


Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Halcyon, une nouvelle étape pour une radiothérapie plus rentable à l'échelle mondiale
11/05/2017 : Avec Halcyon, Varian Médical Systems propose une nouvelle modalité d’IRMT centrée sur l’humain et la convivialité, qui automatise et rationalise toutes les composantes d’un traitement de radiothérapie.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Vidéo: présentation du scanner Aquilion Prime SP de Toshiba Medical
29/11/2017 : Suite de notre série de présentations en vidéo des modalités haut de gamme Toshiba Medical présentées lors des JFR 2017. Aujourd'hui, le scanner Aquilion Prime SP.

Nouvel essai clinique autorisé par l'ANSM sur le champ des ultrasons thérapeutiques
17/01/2019 : Un essai clinique mettant en jeu le dispositif SonoCloud-9 vient d'obtenir l'autorisation de l'ANSM. Une nouvelle étape est franchie dans les techniques thérapeutiques par ultrasons de faible intensité.

Focus sur l'imagerie de l'œil par OCT
15/01/2019 : L'imagerie de l'œil fait la par belle aujourd'hui à la Tomographie par Cohérence Optique (OCT). Un focus sera fait sur cette technologie lors du prochain congrès de la Société française d'Ophtalmologie.

Radiopédiatrie: l'exposition aux rayonnements ionisants baisse significativement depuis 2010
16/01/2019 : L’IRSN a publié, le 15 janvier 2019, un rapport relatif à l'irradiation médicale diagnostique pour les enfants de moins de 16 ans. Cette exposition a très sensiblement diminué entre 2010 et 2015 en France.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.

Les précautions liées au gadolinium se durcissent aux États-Unis
20/12/2017 : Alors qu'elle avait, jusqu'ici, rechigné à s'aligner sur les mesures de précaution prises en Europe sur le thème de la nocivité de certains produits de contraste au gadolinium, la FDA américaine vient de durcir sa position. Elle l'a annoncé le 19 décembre 2017.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.