Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie interventionnelle > Syndrome coronarien aigü: les coroscanners réalisés en urgence sont de qualité suffisante

Syndrome coronarien aigü: les coroscanners réalisés en urgence sont de qualité suffisante

LUNDI 09 AVRIL 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les coroscanner réalisés en urgence pendant les périodes de garde sont-ils de qualité suffisante pour l'exploration d'une suspicion de syndrome coronarien aigü ? La réponse est positive si l'on en croit une étude hollandaise publiée en ligne dans European Radiology.

European Radiology

Le bilan diagnostique optimal du syndrome coronarien aigu suspecté reste un sujet de controverse.

Évaluer la qualité des coroscanner réalisés en urgences

Récemment, plusieurs études ont démontré que le coroscanner est une option de diagnostic sûre et potentiellement plus efficace pour le triage des patients souffrant de douleur thoracique aiguë. Mais la plupart des centres médicaux n'offrent cette alternative que pendant les heures ouvrables, un service 24/7 posant des problèmes de disponibilité des scanners, de compétences des personnels, voire d'évaluation précise de l'état de santé des patients accueillis. Pour savoir si la qualité de l'examen n'est pas réduite dans les heures ouvrées, une sous-analyse pré-spécifiée de l'étude BEACON (Better Evaluation of Acute Chest Pain with Computed Tomography Angiography) a été réalisée par une équipe hollandaise et publiée dans European Radiology.

Des patients d'un seul centre extraits de l'étude BEACON

Dans cet essai randomisé multicentrique BEACON, ils ont comparé la stratégie diagnostique par coroscanner en urgence avec les procédures standard chez des patients suspectés de syndrome coronarien aigu, au sein d'un établissement. L'information concernant les caractéristiques cliniques, l'heure d'arrivée, le délai entre l'arrivée et le coroscanner, la qualité de l'image, la présence d'une coronaropathie et les résultats cliniques ont été recueillies de façon prospective. Après un bilan initial aux urgences, avec ECG et bilan sanguin, les patients ont bénéficié d'un coroscanner simple source 128 coupes aux urgences, ou double source en service de radiologie, en fonction de la préférence et de la disponibilité du médecin.

Un quart des patients inclus explorés en urgence

Pendant la journée, les TDM ont été effectuées par une équipe de manipulateurs spécialisés en cardiologie. La nuit, les examens ont été effectués par un groupe de manipulateurs plus polyvalents, bien que tous aient été formés pour réaliser un coroscanner. La qualité des images a été évaluée par segment selon la classification de l'American Heart Association (AHA) par deux observateurs indépendants aveugles au moment de l'acquisition. Un total de 118 patients suspectés du syndrome coronaire aigu ayant subi un coroscanner, quatre-vingt-neuf (75%) se sont présentés pendant les heures de bureau et 29 (25%) en dehors des heures de bureau. Le coroscanner a identifié 40 (45%) patients sans lésion coronaire pendant les heures de bureau, comparativement aux 11 (38%) patients reçus en urgence. Une coronaropathie obstructive (> 50% de rétrécissement) a été observée chez 13 patients (15%) chez les premiers et cinq (17%) chez les autres.

Des scores de qualité globale meilleurs chez les patients programmés…

Les paramètres d'acquisition ont été identiques selon les patients se présentant en urgence ou pas. Le nombre de patients recevant des bête-bloquants par voie intraveineuse avant la scintigraphie était similaire entre les deux populations et la fréquence cardiaque moyenne était plus élevée dans le groupe qui se présentait en dehors des heures de bureau. Quant aux scores qualité global, il était plus élevé pour les patients se présentant pendant les heures de bureau (Tableau 3), notamment pour les segments coronariens proximaux, qui ont fait l'objet également d'un nombre de segments non évaluables plus faible.

…mais des explorations en urgence d'une qualité suffisante pour la majorité des patients

Sur le plan clinique, 22 (25%) patients en heures ouvrables ont été hospitalisés, contre 12 (41%), les événements cardiaques indésirables majeurs dans les 30 jours suivant l'examen restant faibles dans les 2 populations 9 (10%) contre 3 (10%). Au final, les chercheurs ont constaté que la qualité d'image des examens tomodensitométriques effectués en dehors des heures de bureau était suffisante pour la majorité des patients, avec une durée de séjour plus longue et une tendance à être hospitalisés plus souvent. Même si la différence était minime, une qualité d'image inférieure et, par conséquent, une fiabilité moindre du coroscanner en dehors des heures de bureau pourraient avoir contribué à allonger le séjour à l'hôpital. En outre, des raisons logistiques et l'inclination des médecins à admettre plus facilement les patients pendant la nuit peuvent également jouer un rôle.

Parmi les limites de cette étude le nombre relativement faible de patients d'un même centre, la faible proportion de patients examinés en urgence (25%) ou la technologie et les caractéristiques du personnel disponible sont à prendre en compte. Des études de plus grande envergure et multicentrique doivent être initiées pour valider ces résultats.

Bruno Benque avec European Radiology


toshiba

Traitement percutané d'occlusion fémorale en vidéo
10/01/2019 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, nous vous présentons aujourd'hui une procédure complexe d'angioplastie d'artère fémorale.

Save the date: le SRES 2019 à Ajaccio
14/12/2018 : Pour fêter ses vingt ans, le SRES sera organisé à Ajaccio en 2019. Une session consacrée à la Médecine vasculaire complètera le programme.

Prospective sur le traitement endovasculaire de l'AVC en vidéo
27/11/2018 : Le Pr Jean-Pierre Pruvot présente, en vidéo, l'état de l'art pour le traitement de l'AVC. Il fait également un peu de prospective en comparant les besoins en unités neuro-vasculaires en France et en Europe.

Un événement dédié au traitement percutané des maladies cardiaques structurelles
23/11/2018 : Les maladies cardiaques structurelles font l'objet de nouvelles techniques de traitement percutané. Pour que chaque cardiologue interventionnel ou chirurgien cardiaque puisse renforcer ses compétences sur ce champ, Incathlab a conçu le congrès Multilevel Structural Factory, qui se tiendra en avril 2019 à Nice.

La pose de TAVI complexe en vidéo
13/11/2018 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, en collaboration avec Incathlab, nous vous proposons une session décrivant trois cas de pose de TAVI.

Les inscriptions pour l'EuroPCR 2019 sont ouvertes !
08/11/2018 : Les inscriptions pour l'EuroPCR, le congrès majeur européen de cardiologie interventionnelle, sont ouvertes. Cet événement rassemble chaque année plus de 11 000 congressistes.

L'IRSN publie un dossier spécial interventionnel dans son magazine d'octobre
31/10/2018 : La radiologie interventionnelle est à l'honneur dans le numéro d'octobre de Repères, le magazine édité par l'IRSN. Un dossier y est en effet consacré, avec des focus sur la dosimétrie patient, la radioprotection des travailleurs et un reportage de terrain au CHU de Nîmes.

Sténose calcifiée, occlusion, risque de dissection de l'artère fémorale: comment les centres de référence pratiquent-ils ?
23/10/2018 : Dans notre série dédiée aux procédures interventionnelles, retour sur le webinar Incathlab du 12 octobre 2018 évoquant les pratiques des centres de référence pour traiter des cas spécifiques de l'artère fémorale.

Les apports de l'ablation thermique dans le traitement du cancer du poumon
18/09/2018 : L'ablation thermique se place comme un traitement sûr et efficace pour le cancer du poumon à un stade précoce, selon une étude publiée dans la revue Radiology. Les résultats montrent que l'ablation peut être une alternative efficace pour les patients qui ne peuvent subir une chirurgie et elle permet la biopsie en cours de procédure.

Chimio-embolisation du carcinome hépato-cellulaire: une reconnaissance mondiale
14/09/2018 : Guerbet a annoncé le 11 septembre 2018 avoir obtenu une autorisation pour l'indication de Lipiodol® Ultra Fluid en Belgique, en Irlande, au Portugal, à Hong-Kong et aux Philippines, dans la chimio-embolisation des CHC.


Un nouveau traceur pour la détection du mélanome
18/01/2019 : Une nouvelle procédure de médecine nucléaire pour la détection du mélanome malin, a été testée avec succès pour la première fois chez l'homme et pourrait améliorer la détection du mélanome primaire et métastatique. 

Nouvel essai clinique autorisé par l'ANSM sur le champ des ultrasons thérapeutiques
17/01/2019 : Un essai clinique mettant en jeu le dispositif SonoCloud-9 vient d'obtenir l'autorisation de l'ANSM. Une nouvelle étape est franchie dans les techniques thérapeutiques par ultrasons de faible intensité.

Radiopédiatrie: l'exposition aux rayonnements ionisants baisse significativement depuis 2010
16/01/2019 : L’IRSN a publié, le 15 janvier 2019, un rapport relatif à l'irradiation médicale diagnostique pour les enfants de moins de 16 ans. Cette exposition a très sensiblement diminué entre 2010 et 2015 en France.

L'AFPPE fête ses 60èmes Journées Scientifiques en Mars 2019
16/01/2019 : L'AFPPE fêtera, les 22 et 23 mars 2019, ses 60èmes Journées scientifiques. L'occasion pour les manipulateurs francophones d'apprécier l'évolution de ce métier au fil du temps, mais aussi de découvrir les pratiques innovantes de la profession.

Des modèles informatiques pour améliorer les stratégies thérapeutiques
15/01/2019 : Les stratégies thérapeutiques pourraient être évaluées par des modèles informatiques. C'est ce que montre une étude publiée dans la Revue Radiology, qui voit en ces modèles des compléments d'information aux essais cliniques.  

Focus sur l'imagerie de l'œil par OCT
15/01/2019 : L'imagerie de l'œil fait la par belle aujourd'hui à la Tomographie par Cohérence Optique (OCT). Un focus sera fait sur cette technologie lors du prochain congrès de la Société française d'Ophtalmologie.

Comprendre les hallucinations grâce à l'IRM fonctionnelle
14/01/2019 : L'IRM fonctionnelle peut aider à comprendre comment apparaissent les épisodes hallucinatoires. C'est ce qu'explique le Pr Renaud Jardri dans une vidéo publiée par les JFIM.  

La phase clinique de la vaccination intratumorale se développe
11/01/2019 : La vaccination intratumorale poursuit son développement en phase clinique. Nanobiotix vient en effet d'anoncer une collaboration dans ce sens avec le MD Anderson Cancer Center de Houston.

Traitement percutané d'occlusion fémorale en vidéo
10/01/2019 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, nous vous présentons aujourd'hui une procédure complexe d'angioplastie d'artère fémorale.

Gestes d'urgence en radiologie: deux sessions de formation en 2019
09/01/2019 : L'identification d'une urgence vitale ou la composition d'un chariot d'urgence, constituent deux thématiques phares des sessions Forcomed organisées en 2019 sur la prise en charge de l'arrêt cardio-respiratoire.


Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Halcyon, une nouvelle étape pour une radiothérapie plus rentable à l'échelle mondiale
11/05/2017 : Avec Halcyon, Varian Médical Systems propose une nouvelle modalité d’IRMT centrée sur l’humain et la convivialité, qui automatise et rationalise toutes les composantes d’un traitement de radiothérapie.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Vidéo: présentation du scanner Aquilion Prime SP de Toshiba Medical
29/11/2017 : Suite de notre série de présentations en vidéo des modalités haut de gamme Toshiba Medical présentées lors des JFR 2017. Aujourd'hui, le scanner Aquilion Prime SP.

Nouvel essai clinique autorisé par l'ANSM sur le champ des ultrasons thérapeutiques
17/01/2019 : Un essai clinique mettant en jeu le dispositif SonoCloud-9 vient d'obtenir l'autorisation de l'ANSM. Une nouvelle étape est franchie dans les techniques thérapeutiques par ultrasons de faible intensité.

Focus sur l'imagerie de l'œil par OCT
15/01/2019 : L'imagerie de l'œil fait la par belle aujourd'hui à la Tomographie par Cohérence Optique (OCT). Un focus sera fait sur cette technologie lors du prochain congrès de la Société française d'Ophtalmologie.

Radiopédiatrie: l'exposition aux rayonnements ionisants baisse significativement depuis 2010
16/01/2019 : L’IRSN a publié, le 15 janvier 2019, un rapport relatif à l'irradiation médicale diagnostique pour les enfants de moins de 16 ans. Cette exposition a très sensiblement diminué entre 2010 et 2015 en France.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.

Les précautions liées au gadolinium se durcissent aux États-Unis
20/12/2017 : Alors qu'elle avait, jusqu'ici, rechigné à s'aligner sur les mesures de précaution prises en Europe sur le thème de la nocivité de certains produits de contraste au gadolinium, la FDA américaine vient de durcir sa position. Elle l'a annoncé le 19 décembre 2017.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.