Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radioprotection > Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018

VENDREDI 30 MARS 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Trisecteur

Les aménagements apportés assurent la transposition des mesures nouvelles initiées par la directive 2013/59/Euratom du Conseil du 5 décembre 2013 et pour l’application des dispositions législatives introduites dans le code du travail par l’ordonnance 2016-128 du 10 février 2016 portant diverses dispositions en matière nucléaire. Par ailleurs, ces aménagements réorganisent les dispositions du code du travail pour mieux intégrer le risque radiologique dans la démarche générale de prévention des risques professionnels. Cette approche globale permettra selon la direction générale du travail d’optimiser les moyens mis en œuvre par l’employeur et donc de mieux maîtriser les risques et de prévenir les incidents et accidents.

Une meilleure graduation des règles au regard de l'ampleur des risques

L'ensemble de ces changements du code du travail, vise à renforcer l'effectivité des mesures de préventions et assurer une approche intégrée de l'ensemble des risques, tout en apportant de la souplesse nécessaire aux très petites et moyennes entreprises (TPE/PME). Il s'agit enfin de définir une nouvelle graduation des exigences réglementaires au regard de l'ampleur des risques encourus selon les disciplines exercées. Les professionnels pourront ainsi élaborer des guides de bonnes pratiques définissant les moyens de protection devant être mis en œuvre pour atteindre les objectifs de sécurité fixés par la réglementation. Il semble par ailleurs, d'après les informations que nous avons pu recueillir, que des dispositions nouvelles consolident le rôle des PCR au sein de l’établissement, notamment dans la mesure où les recommandations qu’elles prodiguent seront désormais formellement tracées.

La problématique des travailleurs évoluant dans différentes structures

Quelles seront donc ces évolutions et dans quels domaines interviendront-elles ? Les acteurs de la radioprotection des travailleurs auront accès, sur une période n’excédant pas celle durant laquelle le travailleur est contractuellement lié à l’employeur, à l'ensemble des doses efficaces et équivalentes, concernant les professionnels dont ils ont la charge. Si le secret professionnel sera invoqué pour les doses internes, elles seront disponibles pour une meilleure gestion de la dosimétrie globale. Sur le champ de la dosimétrie externe, les PCR auront un rôle à jouer pour alerter les médecins du travail sur d'éventuels dépassements par rapport aux seuils minimaux. Compte tenu de la limitation, pour les PCR, d’accès aux seules doses reçues par le travailleur dans le cadre de son contrat de travail, la problématique des agents salariés dans différentes entreprises devra être prise en compte par les médecins du travail de chacun ces sites, qui devront se mettre en contact lorsqu'une alerte leur sera communiquée. SISERI devra également jouer son rôle, puisqu'il assure systématiquement le cumul de dose d'un travailleur, que celui-ci exerce dans une seule ou plusieurs entreprises.

Vers la fin des fiches d'exposition

L'évaluation des risques ne fera l'objet de changements majeurs dans sa finalité mais évolue sur l’approche. Celle-ci est désormais graduée au regard de la nature et l’ampleur du risque. Elle s’appuie en premier lieu sur les documents administratifs ou techniques et en second lieu, sur des mesures de doses dans les locaux, si les informations recueillies ne permettent pas de garantir que le niveau d’exposition ambiant demeure inférieur à ceux tolérés pour le public. Ces mesurages serviront alors à confirmer le classement d'une zone. Une nouveauté, les données locales d'exposition au Radon devront être prises en compte. Si les modalités de zonage des locaux s’assouplissent, les conditions d’accès aux zones se durcissent. L'accès en zone sera réservé aux seuls personnels autorisés, quelle que soit le moment de la journée, ce qui obligera un classement élargi des travailleurs en coopération avec les Ressources Humaines de l'entreprise ou à revoir certaines pratiques de travail. Chacun des travailleurs accèdant en zone fera l’objet d’une évaluation préalable de dose, qui se substitue à la fiche d'exposition désormais supprimée. Les travailleurs non classés pourront toujours accéder aux zones réglementées mais ces accès devront faire l’objet d’un suivi administratif organisé sur la base des documents de zonage faisant foi de la situation au cours d'une période.

Des OCR soumis à une certification ISO

Comment l'organisation de la radioprotection sera-t-elle articulée ? Comme auparavant, c'est l'employeur qui en sera responsable, qui la mettra en place et définira les modalités d'exercice, en tenant compte de l'avis du Comité Social et Économique (CSE – fusion du CHSCT et du CE). Les compétences en radioprotection pourront être alors de deux ordres. Si l'employeur choisit une ressource interne, il n'y aura pas de changement, c'est la Personne Compétente en Radioprotection (PCR) qui sera en charge opérationnelle de la prévention des risques. Dans des gros établissements hospitaliers comme les CHU, les missions de radioprotection des travailleurs pourront toujours être confiées à un ensemble de PCR et de techniciens regroupés au sein d’une entité ou d’un service de radioprotection. S'il décide d'externaliser cette fonction, il fera appel à un Organisme Compétent en Radioprotection (OCR), en lieu et place d'une PCR externe. Cet OCR devra alors désigner une personne physique – et son suppléant -, qui sera dédiée à l'entreprise et qui aura accès pour le compte de celle-ci, à SISERI, et aura pour obligation de préciser les moyens et le temps qu'il alloue à la prévention pour cet établissement. Il devra, d'autre part, obtenir une certification auprès d’un organisme lui-même accrédité par le COFRAC pour justifier d'une organisation interne efficace.

Mais les OCR pourront également être internes à une entreprise, dans le cadre d'un GHT ou d'un GCS par exemple. Dans ce cas, la certification ISO reste nécessaire. En pratique, cet OCR, qui même s’il est une émanation d’un groupement d’établissement est toujours une personne morale, juridiquement indépendante, et les PCR auront des missions de conseil auprès de la Direction et d'appui technique pour les professionnels.

Enfin, les employeurs qui le souhaitent pourront également prévoir que l’organisation de la radioprotection de leur établissement s’appuie à la fois sur des PCR et des OCR externes qui s'attacheront plus particulièrement à la vérification des processus, leurs missions faisant l'objet, dans ce cas, d'un relevé détaillé dans le contrat passé avec l'entreprise.

Une mise en application prévue pour le 1er juillet 2018

Ces dispositions réglementaires, qui ont été validées par le Conseil d'État le 23 janvier 2018, devrait être publiées dans quelques semaines. Leur mise en application est prévue pour le 1er juillet 2018, une dizaine d'Arrêtés législatifs devant être publiés d'ici 2019. Des dispositions transitoires sont prévues notamment en ce qui concerne les contrôles technique de radioprotection, le suivi dosimétrique et les PCR externes.

Bruno Benque


toshiba

La Norme NFC 15-160 new look est parue !
26/09/2018 : L'AFNOR vient de publier la nouvelle Norme NFC 15-160, qui regroupe les dispositions relatives aux installations radiologiques médicales, et qui a fait l'objet d'une mise à jour après une consultation publique.

Deux guides AFPPE de formation à la radioprotection approuvés par l'ASN
19/09/2018 : L'AFPPE vient d'obtenir l'approbation de l'ASN pour les guides dédiés à la formation à la radioprotection des personnes exposées aux rayonnements ionisants qu'elle a élaborés, dont un en collaboration avec l'AFTMN.

L'ASN formalise ses attentes relatives à la justification et à l'optimisation des expositions
09/08/2018 : En publiant l'Avis du 24 juillet 2018, l'ASN valide son deuxième plan pour la maîtrise des doses patients. Information des prescripteurs, nouvelle stratégie de formation des acteurs ou interopérabilité des PACS et des DACS sont les thèmes phares de ce document.

JFR 2018: l'ASN communiquera sur les évolutions réglementaires
03/08/2018 : Alors que le contexte réglementaire a évolué significativement ces derniers mois en matière de gestion du risque ionisant, l'ASN organisera des mini-conférences d'information et des échanges, à l'occasion des JFR 2018.

Un DACS régional se profile en Île-de-France
04/07/2018 : Medsquare vient de remporter l’appel d’offres dosimétrie patient lancé par l’Institut Curie. Déjà fournisseur de l'AP-HP, il devient, avec la solution RDM, l'intégrateur de la dosimétrie régionale d'Île-de-France.

Le site des formations de l'IRSN fait peau neuve
27/06/2018 : L'offre de formations de l'Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN) dispose désormais d'un nouveau site internet. Ce site est géré par l'ENSTTI.

Radioprotection: un nouveau décret modifie le Code de la Santé publique
14/06/2018 : Le Code de la Santé publique vient de faire l'objet de modifications en matière de radioprotection. Ce texte vient compléter les récentes dispositons législatives prises dans le cadre du Code du travail et qui transposent la DIrective EUratom du 5 décembre 2013.

L'IUCT Toulouse reçoit les Journées scientifiques de Physique médicale 2018
11/06/2018 : Les 57èmes Journées scientifiques de la Physique médicale se tiendront très bientôt à Toulouse. De prestigieux invités internationaux interviendront lors de cet événement qui attend quelques 500 participants.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.

Première en France pour la dosimétrie patient au niveau régional
24/05/2018 : Medsquare sera présent sur le stand Carestream (N° O24) lors du salon HIT de la Paris Healthcare Week 2018. L'éditeur du DACS RDM présentera alors le projet Krypton qui associe cette solution au PACS régional en cours d'élaboration en Nouvelle-Aquitaine.


L'UGAP choisit DMS Imaging pour son marché de salles de radiologie télécommandées
12/10/2018 : DMS Imaging vient d'être sélectionné par l'UGAP pour équiper les établissements publics hospitaliers de ses solutions de salles de radiologie télécommandées.

Une session de formation sur les aspects technologiques et juridiques de la téléradiologie
11/10/2018 : FORCOMED propose aux radiologues et aux manipulateurs impliqués dans les pratiques de la téléradiologie une session de formation centrée sur les aspects technologiques et réglementaires spécifiques. Début de la formation le 15 octobre 2018.

La reconnaissance vocale plus que jamais au cœur des pratiques efficientes des radiologues
11/10/2018 : Le manque de moyens humains en radiologie et l’augmentation du nombre de demandes d’examens (prévention, maladies chroniques, vieillissement…) contraignent les radiologues à trouver la meilleure organisation possible pour répondre à ces défis. La reconnaissance vocale de Nuance, basée sur l’IA, peut les y aider. Des solutions à découvrir lors des Journées Francophones de Radiologie du 12 au 15 octobre prochains, auprès des partenaires de Nuance.

Désinfecter les sondes d'échographie par rayons UV-C, gage de qualité et de traçabilité
10/10/2018 : Assurer une désinfection de haut niveau les sondes d'échographie est souvent difficile sans ralentir le workflows d'examens. Mais avec la technologie aux rayons UV-C de l'Antigermix AS1, Germitec propose une solution rapide, fiable et automatisée.

Une solution RIS/PACS répondant aux enjeux de la mutualisation
10/10/2018 : Habitué à fournir aux acteurs de l'imagerie médicale des outils de gestion intelligente des données patients, Medasys étend son offre avec des fonctionnalités adaptées au secteur, notamment avec une solution RIS/PACS répondant aux enjeux de mutualisation territoriale.

Canon Medical Systems intègre l'IA au cœur de ses solutions d'imagerie
10/10/2018 : Dès la fin 2018 Canon Medical Systems implantera son premier Scanner intégrant de l’intelligence artificielle (IA) au CHU de Dijon. Une solution de Deep Learning Reconstruction (DLR) embarquée permettra en effet d’augmenter la qualité et la précision des images et d’abaisser le niveau d’irradiation du patient.

INFINITT: one platform, Infinitt possibilities !
09/10/2018 : Avec sa plateforme IHP, INFINITT Healthcare met à disposition des acteurs de l'imagerie médicale une suite de modules aux fonctionnalités aussi diverses qu'un PACS lauréat du KLAS , un DACS, ainsi qu'un archivage VNA véritable centre d'un écosystème de soins.

Téléradiologie: le juste accompagnement médical, organisationnel et technique
09/10/2018 : La téléradiologie peut pallier le manque de praticiens radiologues sur les territoires, sous réserve d’une organisation adaptée. Son impact sur l’organisation des services d’imagerie est important. Ainsi, sa mise en œuvre doit être accompagnée sur le plan médical, organisationnel et technique.

Imagerie et IA: un duo à réguler finement au bénéfice du patient
09/10/2018 : Nesrine Benyahia, Présidente de DrData, et Stéphane Boyer, Directeur Général d'Arterys, nous éclairent sur les véritables enjeux de l’intelligence artificielle en imagerie médicale par des regards croisés sur les plans du juridique, des politiques publiques et des applications pratiques.

La FNMR choisit RTL pour sa campagne dédiée au dépistage du cancer du sein
08/10/2018 : La Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) lance, ce 8 octobre 2018, une campagne radiophonique d'information sur le dépistage du cancer du sein diffusée sur RTL à l'occasion de l'opération Octobre Rose.


Canon Medical Systems intègre l'IA au cœur de ses solutions d'imagerie
10/10/2018 : Dès la fin 2018 Canon Medical Systems implantera son premier Scanner intégrant de l’intelligence artificielle (IA) au CHU de Dijon. Une solution de Deep Learning Reconstruction (DLR) embarquée permettra en effet d’augmenter la qualité et la précision des images et d’abaisser le niveau d’irradiation du patient.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Imagerie et IA: un duo à réguler finement au bénéfice du patient
09/10/2018 : Nesrine Benyahia, Présidente de DrData, et Stéphane Boyer, Directeur Général d'Arterys, nous éclairent sur les véritables enjeux de l’intelligence artificielle en imagerie médicale par des regards croisés sur les plans du juridique, des politiques publiques et des applications pratiques.

Radiothérapie hypofractionnée : le seuil d'autonomie des MERM est fixé par Arrêté
31/01/2017 : La DGOS a publié l’Arrêté du 12 janvier 2017 fixant le seuil à partir duquel, en radiothérapie hypofractionnée, le manipulateur doit bénéficier de la présence d’un médecin ou d’un physicien médical pour intervenir.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Édito - Doit-on craindre une pénurie de manipulateurs à moyen terme ?
03/10/2018 : Une pénurie de Manipulateurs d'Électro-Radiologie Médicale (MERM) semble s'annoncer à moyen terme, sous l'effet de plusieurs facteurs. Le processus de recrutement des étudiants et la réforme LMD figurent parmi les causes de ce phénomène.

Enterprise Imaging: plus qu'un PACS !
08/10/2018 : En faisant le choix d'Enterprise Imaging, le CHU de Nîmes a opté pour un outil qui va au-delà de la notion de PACS. Cette réflexion du Pr Jean-Paul Beregi, que nous avons rencontré, illustre la maturité de cette solution et la qualité de l'accompagnement Agfa HealthCare dans ce projet.

Échographie : l’innovation pour tous
25/05/2013 : Le champ d’action de l’échographie moderne ne cesse de s’étendre et les applications de cette technologie se diversifient. L’innovation profite à toutes les spécialités, par un diagnostic toujours plus précis et des techniques chirurgicales écho guidées. Mais des pratiques non médicales apparaissent aussi, et ce n’est pas sans danger.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.