Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > Dépistage du cancer du sein: évolutions à venir d'un processus très formalisé

Dépistage du cancer du sein: évolutions à venir d'un processus très formalisé

LUNDI 13 NOVEMBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le dépistage du cancer du sein fait appel à un processus très formalisé et des critères de compétences importants pour les radiologues impliqués. Mais il doit faire l'objet d'améliorations afin de recueillir l'approbation des derniers réfractaires. Retour sur deux présentations récentes de praticiens autour de l'actualité du dépistage organisé.

Mammographie dépistage

Le dépistage du cancer du sein par mammographie est encore très contesté dans la communauté médicale. Elle a pourtant fait ses preuves mais nécessite des améliorations afin de recueillir l'approbation de tous.

Des informations issues du génotypage pour améliorer le dépistage

C'est dans ce contexte que les Drs Suzette Delaloge, oncologue à l'Institut Gustave Roussy, et Isabelle Thomassin-Naggara ont présenté, lors de la conférence de presse des JFR 2017, une nouvelle approche pour le dépistage du cancer du sein. Alors que le dépistage classique ne prend en compte que l'âge de la patiente ainsi qu'une auto-évaluation, une nouvelle méthode est en cours d'évaluation, qui mettra en jeu, non seulement les données issues de la mammographie, mais aussi des informations issues du génotypage de la patiente.

My PEBS, une étude à grande échelle pour évaluer la méthode de dépistage individuel

Ce dépistage, dit "stratifié" ou individuel, fera appel à des scores de prédiction mathématique du risque potentiel de cancer du sein, qui utiliseront des algorithmes décisionnels pour leur prise en charge. Une première étude de dépistage individuel, dénommée Riviera, a déjà été réalisée à l'Institut Gustave Roussy et s'est révélée très pertinente pour les patientes âgées entre 40 et 50 ans. En 2018, une nouvelle étude, My PEBS, à grande échelle, puisqu'elle sera étendue à 24 institutions dans 7 pays européens et américains, utilisera cette méthode. Elle comparera le dépistage standard et le dépistage individuel afin d'identifier les critères principaux d'incidence de cancers de stade I et II.

Des radiologues très impliqués dans les campagnes de dépistage

C'est également pour tenter de convaincre les détracteurs du dépistage organisé du cancer du sein que les participants au Congrès annuel de la Société Française de Sénologie et de Pathologie Mammaire (SFSPM), qui s'est tenu à Lille du 8 au 10 novembre 2017, ont mis en lumière les évolutions positives qui ont pu être enregistrées depuis sa mise en place en 1989 et sa généralisation en 2004. Le Dr Laurent Verzaux, radiologue libéral au Havre et membre du bureau de la Société Française de Radiologie, est intervenu lors de ce congrès pour mettre en exergue l'implication des radiologues dans les campagnes de dépistage, afin de répondre au cahier des charges que ce processus exige de satisfaire, avec une obligation de formation et un contrôle qualité spécifique notamment.

Des critères de sélection des praticiens très pointus

"Les praticiens souhaitant y participer doivent justifier d'une activité supérieure à 500 mammographies par an, produire des comptes rendus structurés et suivre la classification Bi-Rads de l'American College of Radiology (ACR), a-t-il précisé. Ajoutons ici que les radiologues assurant la deuxième lecture s’engagent à relire au moins 2000 mammographies supplémentaires par an. Le Dr Verzaux a rappelé également que l’examen clinique systématique par les médecins radiologues, au moment du dépistage, fait partie des exigences que se sont fixées les radiologues pour la réalisation de la mammographie.

Senolog, un observatoire des pratiques très pertinent

Il est revenu sur les outils de mutualisation des données radiologiques comme Senolog, l'observatoire de la pratique radiologique nourri de données issues des systèmes d’information des radiologues et qui couvre l’ensemble des examens de sénologie, de dépistage ou hors dépistage. "En 2016, 2491 radiologues ont renseigné Senolog pour 3 176 541 actes, a-t-il poursuivi. 68 % de ces actes sont des actes de mammographie, le reste correspondant aux échographies mammaires (943 329 échographies mammaires).Les radiologues déclarant à Senolog sont donc plutôt des acteurs du dépistage organisé et réalisent en moyenne 890 mammographies chacun par an; les 50 % les plus actifs des radiologues participant à Senolog assurant 80 % de l’activité." Cette concentration porte à réfléchir, selon lui, sur les seuils d’activité opposables aux radiologues, 20% d'entre eux déclarant une activité inférieure à 350 mammographies.

Il a terminé sa présentation en décrivant cette initiative comme "une Belle Histoire pour construire un programme de santé publique dans un cadre conventionnel et une culture du contrat. Mais malheureusement aujourd’hui, le risque de désorganisation du dépistage organisé est perceptible, avec un changement de paradigme, illustré par le glissement de la culture du contrat vers la culture du décret…"

Bruno Benque


toshiba

Dépistage du cancer du sein: évolutions à venir d'un processus très formalisé
13/11/2017 : Le dépistage du cancer du sein fait appel à un processus très formalisé et des critères de compétences importants pour les radiologues impliqués. Mais il doit faire l'objet d'améliorations afin de recueillir l'approbation des derniers réfractaires. Retour sur deux présentations récentes de praticiens autour de l'actualité du dépistage organisé.

Différencier les lésions mammaires à haut risque à l'aide d'un outil d'apprentissage automatique
17/10/2017 : Un outil d'apprentissage automatique pour identifier les lésions mammaires à haut risque que l'on doit opérer a été développé à Boston (USA) par le Massachusets General Hospital et le MIT. Une étude publiée dans la revue Radilogy révèle l'efficacité de cet outil d'intelligence artifiielle.

La FNMR investit la télé pour Octobre rose !
09/10/2017 : La FNMR communique jusqu'au 15 octobre 2017 par le biais d'un spot TV et d'une campagne d'affichage, à l'occasion d'Octobre rose. Elle affirme ainsi son soutien à la Ministre de la Santé dans son action pour la prévention et le dépistage contre le cancer du sein.

La FDA valide le système d'autocompression du mammographe Pristina
12/09/2017 : La FDA a accordé une autorisation préalable au marché du sénographe avec autocompression Pristina. La qualité de l'image et le temps d'examen ont été jugés équivalents à la mammographie classique.

Cancer du sein: le grand public témoigne d'un défaut d'information
30/06/2017 : Les français ne sont pas bien informés sur le cancer du sein. C’est ce que rapporte un sondage de l’Ifop diffusé par l”association de patients EUROPA DONNA FRANCE. On y apprend notamment que les professionnels de santé, en particulier les radiologues et radiothérapeutes, sont leur principale source d’information.

Dépistage du cancer du sein: Radiologues et gynécologues unis contre la désinformation
23/06/2017 : La Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) annonce se joindre à la nouvelle campagne lancée par la Collège des gynécologues pour contrer la désinformation qui entoure le dépistage du cancer du sein en France. La Ministre, ancienne Présidente de l’INCa, est aussi interpelée sur ce thème.

IRM de dépistage: un plus pour les patientes à risque moyen
24/02/2017 : L’IRM serait susceptible de mieux identifier les cancers du sein invasifs pour les patientes à risque moyen lors des campagnes de dépistage. C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude allemande publiée dans la revue Radiology.

La tomosynthèse s2D pour remplacer la mammographie
22/02/2017 : Une étude publiée dans Radiology montre les avantages de la reconstruction des données de la tomosynthèse, pour obtenir une mammographie 2D de dépistage du cancer du sein. Les critères cliniques sont en partie améliorés et la dose de rayonnement administrée est, de fait, réduite.

Un congrès dédié à la place de l'imagerie dans la chirurgie plastique du sein
18/01/2017 : Le Centre Léon Bérard de Lyon sera le théâtre, cette année encore, d’un congrès plébiscité par les participants lors des années précédentes: « Implication du radiologue en chirurgie plastique du sein ». Réservez vos places, celles-ci sont limitées.

Biopsie sous tomosynthèse: confort des patientes et précision à l'Hôpital privé Mermoz
25/10/2016 : La biopsie sous tomosynthèse est une technologie permettant d'accéder à toutes les informations relatives à une lésion mammaire, en une seule acquisition. Ce système, installé à l'Hôpital privé Mermoz de Lyon, limite l'irradiation de la patiente favorise sa sérénité lors de la réalisation de la ponction.


Un processus qualité reconnu pour la fabrication de salles de radiologie
20/11/2017 : Pour la fabrication de ses salles de radiographie DR comme des numériseurs CR ou des reprographes, Agfa Healthcare peut compter sur un modèle de management de la qualité qui agit à toutes les étapes de la production. Nous sommes allés visiter l'usine de Peissenberg, au Sud de Munich, pour nous faire une idée des bienfaits de ces procédures.

Controverse sur les usages du scanner double énergie
20/11/2017 : Une controverse sur les usages du scanner en double énergie opposera le Pr G.Ferretti et le Pr M-P. Revel lors du prochain Symposium Scanner volumique. Nous avons rencontré cette dernière pour un entretien où elle fait le point sur les avantages et les inconvénients de cette technologie.

Orthopédie: décider d'une stratégie thérapeutique à distance
17/11/2017 : Grâce à un récent accord signé avec tlemedecine Clinic (TMC), Sectra pourra mettre à disposition de ses clients son service Sectra Implant Mouvement Analysis, par lequel les orthopédistes pourront suivre, à distance, l'état des prothèses de leurs patients.

Vidéo: Améliorer ses workflows avec les solutions SystemX
15/11/2017 : SYSTEMX est aujourd'hui un acteur reconnu dans l’édition de logiciels RIS/PACS. Nous avons rencontré Bruno Joseph, son Directeur, et le Docteur Ghassan Rachidi, utilisateur de la suite logicielle BACKBONE RIS-PACS.

Découvrez l'IRM Galan 3T en vidéo !
14/11/2017 : Suite de notre série de présentations en vidéo des modalités haut de gamme Toshiba Medical présentées lors des JFR 2017. Aujourd'hui, l'IRM Galan 3T.

Dépistage du cancer du sein: évolutions à venir d'un processus très formalisé
13/11/2017 : Le dépistage du cancer du sein fait appel à un processus très formalisé et des critères de compétences importants pour les radiologues impliqués. Mais il doit faire l'objet d'améliorations afin de recueillir l'approbation des derniers réfractaires. Retour sur deux présentations récentes de praticiens autour de l'actualité du dépistage organisé.

L'exposition des radiologues aux erreurs médicales
13/11/2017 : L'erreur médicale radiologique a des causes bien spécifiques et peuvent être imputables au praticien lui-même mais aussi à son environnement. C'es ce que déclare le Dr Robert Lavayssière dans une vidéo tournée à l'occasion des 16èmes Journées Francophone d'Imagerie Médicale (JFIM).

Bientôt 11 modalités d'IRM dans le Grand Duché du Luxembourg
10/11/2017 : La ministre de la Santé du Luxembourg a annoncé l'ouverture de quatre autorisations de modalités d'IRM pour les hôpitaux du Grand Duché. Elle n'exclut pas que les cabinets privés puissent bientôt en bénéficier eux aussi.

Pathologies cardiovasculaires : un travail de recherche explique pourquoi elles surviennent le plus souvent le matin
09/11/2017 : Un travail de recherche effectué par une équipe lilloise et publié dans The Lancet a mis à jour le rôle d'un récepteur nucléaire pour expliquer l'incidence des pathologies cardiovasculaires à une certaine période de la journée.

Retour sur la réforme du 3ème cycle de formation des radiologues
09/11/2017 : Le troisième cycle de la formation des radiologues a fait l'objet, en 2017, d'une évolution, tant sur le contenu du cursus que sur sa durée. Le Pr Benoit Schlemmer, grand ordonnateur de cette réforme pour le Ministère, était l'invité principal de la Conférence Antoine Béclère lors des JFR 2017. Retour sur les détails de cette réforme.


L'exposition des radiologues aux erreurs médicales
13/11/2017 : L'erreur médicale radiologique a des causes bien spécifiques et peuvent être imputables au praticien lui-même mais aussi à son environnement. C'es ce que déclare le Dr Robert Lavayssière dans une vidéo tournée à l'occasion des 16èmes Journées Francophone d'Imagerie Médicale (JFIM).

À quand un Big Bang du droit de l'imagerie médicale ?
04/10/2017 : Nesrine Benyahia est docteure en droit public spécialisée en analyse des systèmes de santé, en droit des nouvelles technologies et en droit de l’imagerie médicale et exerce aujourd’hui au sein du Cabinet Houdart & Associés. A l’occasion des JFR 2017, elle établit un bilan du cadre juridique et tarifaire de l’imagerie médicale afin d’alerter les pouvoirs publics sur la nécessité d’agir de façon structurelle sur ce secteur.

Imagerie médicale: la Cour des comptes préconise de nouvelles économies
13/05/2016 : Alors qu’un récent Rapport de la Cour des comptes reconnait la place centrale de l’imagerie médicale dans le diagnostic et le suivi thérapeutique de la population, la FNMR rejette les recommandations inscrites dans ce document visant à faire réaliser de nouvelles économies à ce secteur d’activité.

Controverse sur les usages du scanner double énergie
20/11/2017 : Une controverse sur les usages du scanner en double énergie opposera le Pr G.Ferretti et le Pr M-P. Revel lors du prochain Symposium Scanner volumique. Nous avons rencontré cette dernière pour un entretien où elle fait le point sur les avantages et les inconvénients de cette technologie.

Dépistage du cancer du sein: évolutions à venir d'un processus très formalisé
13/11/2017 : Le dépistage du cancer du sein fait appel à un processus très formalisé et des critères de compétences importants pour les radiologues impliqués. Mais il doit faire l'objet d'améliorations afin de recueillir l'approbation des derniers réfractaires. Retour sur deux présentations récentes de praticiens autour de l'actualité du dépistage organisé.

Gadolinium: premières mesures de précaution des autorités européennes
13/03/2017 : Quatre produits de contraste à base de gadolinium linéaire viennent d’être épinglés par l’European Medicines Agency (EMA). Leur autorisation de mise sur le marché fait désormais l’objet d’une recommandation de suspension, les fabricants ayant la possibilité de demander un nouvel examen de la Commission ou de prouver la sécurité de leur produit.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

De nombreux radiologues libéraux mutualisent leurs moyens au sein de la CGIM
24/01/2017 : En créant la Compagnie Générale d’Imagerie Médicale (CGIM), quelques 200 radiologues français unissent leurs moyens humains et technologiques afin de préserver la qualité de leur exercice et rendre un service à haute valeur ajoutée dans un environnement économique contraint.

Un processus qualité reconnu pour la fabrication de salles de radiologie
20/11/2017 : Pour la fabrication de ses salles de radiographie DR comme des numériseurs CR ou des reprographes, Agfa Healthcare peut compter sur un modèle de management de la qualité qui agit à toutes les étapes de la production. Nous sommes allés visiter l'usine de Peissenberg, au Sud de Munich, pour nous faire une idée des bienfaits de ces procédures.

Evolucare formalise l'ensemble de ses processus
03/10/2014 : Le groupe Evolucare Technologies a fait évoluer dernièrement, sa politique d'entreprise, son organisation, ainsi que ses méthodes de développement. Nous avons rencontré David Fortier, Responsable du développement de la division imagerie médicale, pour évoquer les changements opérés dans l'entreprise.