Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Football américain : les facteurs favorisant les commotions cérébrales identifiés par IRM

Football américain : les facteurs favorisant les commotions cérébrales identifiés par IRM

LUNDI 30 OCTOBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le poste occupé, sur le terrain, par un joueur de football américain ou la durée de sa carrière semblent influer sur le risque de commotion cérébrale auquel il est soumis. Ce phénomène a été observé par des chercheurs de Caroline du Nord (USA) dans une étude publiée dans la revue Radiology.

RSNA

Une nouvelle étude publiée en ligne dans la revue Radiology, se propose d'étudier les pathologies de la substance blanche du cerveau dont font l'objet les anciens joueurs de football américain en raison de chocs de tête fréquents, en fonction du poste et de la durée de leur carrière.

Comparer les risques de commotion des joueurs de football avec leur poste

La plupart des recherches antérieures sur les impacts de la tête dans le football se sont concentrées sur les anciens joueurs de football ayant une déficience cognitive. C'est la première étude de neuro-imagerie à comparer les anciens joueurs de football sans déficience cognitive, pour analyser les effets des différentes conditions de jeu et l'exposition aux commotions cérébrales. "Notre étude, en incluant à la fois les anciens joueurs des collèges et les professionnels, nous donne la possibilité de comparer la durée de carrière et la position de jeu avec l'historique des commotions, a déclaré l'auteur Kevin Guskiewicz, directeur de recherche et athlète retraité à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill (UNC-Chapel Hill). Ce faisant, nous avons constaté que tous ces facteurs sont importants lorsqu'on considère les effets à long terme de la pratique du football américain."

L'imagerie de tenseur de diffusion et l'IRM fonctionnelle pour révéler les différences

L'équipe de recherche a recruté 64 anciens joueurs de football américain des collèges ainsi que des professionnels, âgés de 52 à 65 ans. La moitié des anciens athlètes ont joué uniquement au collège et la moitié a continué dans la ligue professionnelle. La moitié des anciens joueurs ont signalé trois commotions cérébrales ou plus, tandis que l'autre moitié a signalé une ou aucune commotion cérébrale antérieure. Les chercheurs ont recruté un nombre égal de postes de jeu rapides et lents, ces derniers évoluant en ligne offensive ou défensive. L'imagerie du tenseur de diffusion (DTI) et l'IRM fonctionnelle (IRMf) ont été utilisées pour examiner 61 des anciens joueurs. Les données IRM des trois autres joueurs ont été exclues en raison d'un mouvement excessif ou de l'impossibilité de passer l'examen IRM. Le DTI a été utilisé pour analyser l'intégrité structurale de la substance blanche, tandis que l'IRMf était utilisée pour évaluer la fonction cérébrale pendant que les joueurs exécutaient une tâche de mémoire. 

Interaction entre durée de carrière et historique de la commotion

"Alors que le DTI et l'IRMf ont déjà été utilisés dans le domaine de la recherche sur les commotions, nous sommes parmi les premiers à combiner les deux techniques, a déclaré le co-auteur Michael Clark, étudiant en médecine à UNC-Chapel Hill. Nous nous sommes intéressés à la façon dont la matière blanche pourrait être affectée par l'exposition aux chocs de tête en fonction de la durée de carrière et de la position, cette exploration étant étendue à la capacité à recruter des ressources cérébrales pour accomplir une tâche de mémoire. En utilisant deux types différents et complémentaires d'IRM, nous avons pu voir la relation entre la structure et la fonction, qui sont toutes deux affectées par l'exposition aux chocs de tête. " Les résultats ont montré une interaction significative entre la durée de la carrière et l'historique de la commotion cérébrale. Les anciens joueurs d'université ayant fait l'objet de trois commotions cérébrales ou plus présentaient une intégrité inférieure, dans une zone de substance blanche largement remaniée, par rapport à ceux ayant subi une commotion cérébrale ou moins. Cependant, le contraire était vrai pour les anciens joueurs professionnels. 

Des différences identifiées entre les joueurs rapides et les lents

Les chercheurs pensent que les joueurs qui ont une longue carrière, qui sont exposés à des événements commotionnels récurrents et qui sont cognitivement normaux à la fin de la cinquantaine, ne sont peut-être pas représentatifs de l'ensemble des anciens joueurs de football professionnels. "Nous ne savons pas exactement pourquoi c'est le cas pour les anciens pros, remarque Michael Clark. Cela peut avoir à voir avec l'échantillon d'athlètes que nous avons recrutés dans l'étude. Mais les résultats pourraient suggérer qu'une carrière avec une exposition supplémentaire au football n'est pas nécessairement pire qu'une durée d'exposition plus courte." D'autre part, les joueurs lents sujets aux commotions cérébrales récurrentes ont montré une intégrité réduite de la substance blanche frontale et une plus faible mesure d'activation, pendant la tâche de mémoire, à l'IRMf que ceux ayant subi une commotion cérébrale ou moins. Ce n'était pas le cas pour les joueurs rapides.

Les joueurs lents sujets à des lésions frontales

Les interactions observées entre les antécédents de commotion cérébrale et les positions de jeu suggèrent qu'il peut y avoir des différences importantes dans les mécanismes de blessure entre les joueurs rapides et les autres joueurs. L'ampleur, l'emplacement et la fréquence des chocs de tête dans le football américain diffèrent selon le poste du joueur. Les "offensive backs" subissent des impacts à grande vitesse. Les "linemen", cependant, font l'objet d'impacts plus fréquents et ont la plus grande proportion de chocs sur l'avant du casque. La forte proportion de chocs frontaux subis par les joueurs lents peut entraîner des lésions plus localisées sur les surfaces frontales de la substance blanche comparée aux joueurs rapides, aux zones d'impact plus variables.

"Ces résultats suggèrent que la position de jeu d'un athlète peut changer les effets des commotions cérébrales, a déclaré le Dr Guskiewicz. Les mécanismes des commotions cérébrales chez les joueurs lents sont fondamentalement différents de ceux des joueurs en rapides, suggérant peut-être le port de casques spécifiques à la position du joueur sur le terrain." Les chercheurs ont ajouté que plus de travail est nécessaire pour mieux comprendre les résultats et pour déterminer les mécanismes sous-jacents concernant la façon dont les impacts affectent la santé du cerveau, plus tard dans la vie.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Actualité du parc IRM français en avril 2019
23/04/2019 : Dans notre série dédiée à l'évolution du parc IRM français, nous évoquons ici l'installation de modalités de ce type au Havre, à Ambérieu-en-Bugey, ainsi qu'à Carhaix et Guingamp.

Les apports de l'IRM 7T dans le suivi de la SEP
12/04/2019 : Selon une étude parue dans la revue Radiology, le développement de lésions dans la substance grise corticale est un facteur prédictif d’incapacité neurologique chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP). Les chercheurs ont montré pour l'occasion le rôle de l'IRM à ultra-haut champ (7T) dans l'évaluation de la progression de la SEP.

SFNR 2019: retour sur le suivi de la SEP par IRM
06/04/2019 : Le Pr François Cotton a présenté, lors de la conférence de presse organisée à l'occasion du congrès 2019 de la SFNR, un topo sur le suivi de la SEP en IRM. Voici son intervention en vidéo.

Les points clés de l'exploration IRM de l'endométriose en e-learning
19/03/2019 : Les points clés de l'exploration de l'endométriose en IRM et la réalisation d'un bilan d'extension en vue d'une prise en charge pluridisciplinaire sont les atouts de la nouvelle formation en e-learning proposée par Forcomed sur ce thème.

L'IRM pour évaluer l'impact du dépôt de fer dans le cerveau après un AVC
15/03/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, une cartographie IRM R2* qui mesure le contenu en fer peut améliorer l'exploration des conséquences des lésions cérébrales causées par les AVC. Les chercheurs misent sur les thérapies de prévention du dépôt de fer pour ralentir ou arrêter la dégénérescence des neurones.

Le suivi de la SEP par IRM peut-il se passer de gadolinium ?
12/03/2019 : Selon une nouvelle étude parue dans la revue Radiology, l'IRM cérébrale sans produit de contraste, utilisant l'IRM 3D et la soustraction d'images est aussi efficace que l'approche injectée pour surveiller la progression de la sclérose en plaques (SEP). Les résultats confirment la possibilité que l'injection de produit de contraste puisse être supprimée des examens de suivi de routine.

Une IRM 7 Tesla à l'Université de Liège
20/02/2019 : Une IRM 7T vient d'être installée au sein du GIGA-CRC de l'Université de Liège. Elle sera entièrement dédiée à la recherche dans les pathologies cérébrales et en neurosciences cognitives.

Comprendre les hallucinations grâce à l'IRM fonctionnelle
14/01/2019 : L'IRM fonctionnelle peut aider à comprendre comment apparaissent les épisodes hallucinatoires. C'est ce qu'explique le Pr Renaud Jardri dans une vidéo publiée par les JFIM.  

Actualités du parc IRM français en décembre 2018
07/01/2019 : Dans notre série relative à la modernisation du parc IRM français, nous faisons un focus sur les nouvelles modalités installées au CHU de Rennes, à la Clinique du Sidobre de Castres et à la Fondation Rotschild à Paris XIXème.

Contrôler la graisse hépatique des patients obèses par IRM
19/12/2018 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'IRM constitue un moyen sûr et non invasif de surveiller les taux de graisse du foie chez les personnes qui suivent un traitement de l'obésité.


Radiopédiatrie: la baisse de la dose efficace globale se confirme
23/04/2019 : L’IRSN vient de communiquer sur l'exposition pédiatrique aux rayonnements ionisants pour l'année 2015. Elle a actualisé, dans une étude, ses données statistiques qui montrent une baisse de la dose efficace reçue entre 2010 et 2015 en France. Mais les enfants de moins d'un an font l'objet d'une exposition encore significative.

Actualité du parc IRM français en avril 2019
23/04/2019 : Dans notre série dédiée à l'évolution du parc IRM français, nous évoquons ici l'installation de modalités de ce type au Havre, à Ambérieu-en-Bugey, ainsi qu'à Carhaix et Guingamp.

Polytraumatisés: apports de la tomodensitométrie interventionnelle
19/04/2019 : Dans une vidéo publiée sur le site des Journées Francophones d'Imagerie Médicale (JFIM), le Dr Yvonne Maratos décrit les techniques interventionnelles appliquées à la prise en charge des polytraumatisés.

Un travailleur dépasse en un mois la dose annuelle réglementaire aux extrémités
18/04/2019 : Un travailleur de médecine nucléaire du CHU d'Angers ne manipulera plus de radionucléides pendant un an. Il a dépassé, en un mois, la limite d'exposition annuelle aux extrémités.

Décision ASN Assurance qualité: Forcomed accompagne les centres selon leur niveau de labelllisation
17/04/2019 : Pour aider les radiologues à répondre aux obligations législatives sur l'assurance qualité, Forcomed organise plusieurs sessions de formation, pour les centres labellisés et les autres.

Une feuille de route pour améliorer la recherche en IA appliquée à l'imagerie médicale
17/04/2019 : Dans un contexte de développement tous azimuts de l'intelligence artificielle appliquée à l'imagerie médicale, les principaux acteurs scientifiques américains ont élaboré une feuille de route pour accélérer la recherche dans ce domaine. Un rapport a été rédigé en ce sens.

Médecine légale: le scanner, partenaire désormais incontournable
17/04/2019 : Dans la série des Dossiers THEMA RADIOLOGIE FOCUS, nous vous proposons une série d'articles sur les apports de l'imagerie pour la médecine légale. Sont abordés tout à tour les initiatives européennes en faveur de l'enseignement commun des radiologues et des médecins légistes pour cette discipline, une étude rétrospective marseillaise sur l'xploration des trumatiqmes balistiques par scanner, ainsi que le choix d'installer le scanner Fujifilm à l'Institut médicolégal du CHU de Tours pour améliorer les autopsies.

Des chercheurs réussissent à pirater des images de scanner ou d'IRM
16/04/2019 : Les images de scanner ou d'IRM en cours d'acquisition sont susceptibles d'être piratées depuis la salle 'attente du service. C'est ce qu'affirme une étude israélienne d'ingénierie de l'information et des systèmes.

L'IRSN organise une journée d'information dédiée au Radon
15/04/2019 : Pour accompagner les gestionnaires de risque en milieu professionnel, notamment dans les établissements de Santé, l'IRSN organise une journée dédiée au Radon. Ce gaz radioactif fait en effet partie de la prévention des risques depuis le 1er juillet 2019.

SFNR 2019: la recherche pour améliorer le traitement des AIC
15/04/2019 : Tous les anévrismes intracérébraux ne doivent pas être traités. C'est, en substance, le discours qu'a diffusé le Pr Hubert Desal lors du dernier congrès de la SFNR. Il a mis en lumière le réseau pluridisciplinaire actif dans la recherche sur cette thématique.


Des chercheurs réussissent à pirater des images de scanner ou d'IRM
16/04/2019 : Les images de scanner ou d'IRM en cours d'acquisition sont susceptibles d'être piratées depuis la salle 'attente du service. C'est ce qu'affirme une étude israélienne d'ingénierie de l'information et des systèmes.

Sonoscanner équipera les Services de Santé des Armées français
10/04/2019 : Le Service de Santé des Armées français vient de choisir Sonoscanner pour équiper ses véhicules d'intervention extérieure. La portabilité et la qualité d'image ont été des critères déterminants.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.

Les PACS open source : une solution fiable et économique pour les professionnels de santé
25/05/2013 : “Toute image, n'importe quand, n'importe où, c'est le mantra », expliquait le professeur Ruben Mezrich, (théoricien des PACS à l’université de Baltimore),

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Une feuille de route pour améliorer la recherche en IA appliquée à l'imagerie médicale
17/04/2019 : Dans un contexte de développement tous azimuts de l'intelligence artificielle appliquée à l'imagerie médicale, les principaux acteurs scientifiques américains ont élaboré une feuille de route pour accélérer la recherche dans ce domaine. Un rapport a été rédigé en ce sens.

Un long chemin vers les pratiques avancées pour les manipulateurs
06/12/2016 : Lors des 20èmes Journées de l’UIPARM, Joël Comte, vice-Président de l’AFPPE a fait une présentation remarquée sur la pratique de l’échographie par les manipulateurs. Il a donné quelques pistes pour que cette discipline devienne un jour une pratique avancée.

Biograph Vision, le PETScan à la résolution spatiale optimisée
18/06/2018 : Le PETScan Biograph Vision, la nouvelle modalité conçue par Siemens Healthinners, a été présenté lors des JFMN 2018. Cet appareil est accompagné de fonctionnalités logicielles et de nouvelles technologies de détection améliorant notamment la résolution spatiale.

L'embolisation bariatrique comme alternative à la chirurgie contre l'obésité
05/04/2019 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'embolisation bariatrique, traitement mini-invasif pour l'obésité, montre des résultats encourageants et pourrait être une alternative sérieuse à la chirurgie.