Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Actualité des start-up > Excellents débuts pour DHUNE, le Centre dédié aux maladies neuro-dégénératives

Excellents débuts pour DHUNE, le Centre dédié aux maladies neuro-dégénératives

LUNDI 16 OCTOBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le Centre d'excellence DHUNE, dédié aux maladies neuro-dégénératives, a rempli 92% de ses objectifs en deux ans d'existence. Cette plateforme pluridisciplinaire dispose d'une reconnaissance scientifique internationale et a pour figure de proue la fameuse modalité d'IRM à 7T.

DHUNE

C’est pour palier aux contraintes créées par l'hétérogénéité de des maladies neuro-dégénératives et par le manque de biomarqueurs pour leur diagnostic précoce ou de modèles précliniques, que le programme DHUNE a été conçu.

Améliorer le diagnostic et le traitement des maladies neuro-dégénératives

Il a pour mission de construire et développer des passerelles entre la recherche préclinique et clinique en rassemblant des équipes d’experts pluridisciplinaires (médecine, biologie, sociologie, éthique, psychologie, anthropologie, physique, mathématiques, économie…), des partenaires industriels, des sociétés pharmaceutiques, des associations de patients et des universités prestigieuses, qui, tous ensemble, travaillent autour d’un objectif commun : améliorer le diagnostic et le traitement des maladies neuro-dégénératives.

Une reconnaissance scientifique internationale

Le centre DHUNE, basé à Marseille, fait partie des 7 centres français à avoir été labellisés par AVIESAN (Alliance nationale pour les sciences de la Vie et de la Santé) et comme centre d’excellence au sein du réseau « Centres of Excellence in Neuro-degeneration » (CoEN) en Europe et au Canada. Cette labellisation lui permet de pouvoir répondre aux appels à projets de recherche internationaux sur les maladies neuro-dégénératives (CoEN Pathfinder call 2015). DHUNE est par ailleurs labellisé comme FHU (Fédération Hospitalo Universitaire). Cette labellisation s’inscrit dans le cadre du plan 2014 - 2019 sur les maladies neuro-dégénératives (maladies d'Alzheimer, de Parkinson, Sclérose en Plaques, SLA, etc.).

Soins, éducation, recherche et le socio-économiquesur le thème des maladies neuro-dégénératives

Le programme DHUNE s’établit sur cinq ans et privilégie 4 axes de travail – les soins, l'éducation, le socio-économique et la recherche - et s’articule autour de différents ateliers ayant pour ambition des interactions exceptionnelles entre les équipes impliquées dans le diagnostic, la recherche clinique et le traitement des maladies neuro-dégénératives et du vieillissement, les équipes des unités de recherche fondamentale en sciences humaines, neurosciences, en neuro-imagerie et neurophysiologie de l'Université d’Aix-Marseille, les formations en neurosciences, et les entreprises privées. Avec une concentration importante d’experts pluridisciplinaires (médecine, biologie, psychologie, sociologie, physique, mathématiques, économie), DHUNE vise à établir un continuum dans la recherche, des aspects les plus fondamentaux aux aspects cliniques, économiques et sociétaux.

L'IRM 7T en figure de proue

D'un point de vue médico-scientifique, DHUNE cherche à identifier de nouveaux biomarqueurs pour les différentes maladies neuro-dégénératives, couplés à la modélisation en utilisant l'imagerie cérébrale (cerveau virtuel). Il s'agit de repérer les substrats neurobiologiques des maladies neuro-dégénératives en lien avec les différents syndromes, suivre leur évolution et déterminer les données neurobiologiques communes et/ou différentes entre les maladies neuro-dégénératives. DHUNE bénéficie de moyens exceptionnels pour mener des travaux de recherches ambitieux, tels que l'IRM 7T, seul appareil de ce type disponible en hôpital en France, le TEPScan et le Gamma Knife.

La Fédération Hospitalo-Universitaire dresse un bilan très positif de ses réalisations sur les 4 piliers que couvre son programme qui affichent 92% d’objectifs atteints. Sur le plan socio-économique, DHUNE a consolidé son Comité Industriel qui compte désormais 20 membres qui participent au programme, contribuent aux réponses et appels d’offres nationaux et internationaux et accélèrent le transfert de technologie des découvertes académiques.

 

A propos de DHUNE :
Filière d’excellence sur les neurosciences associant 4 institutions, 5 pôles hospitaliers, plus de 100 chercheurs, 18 partenaires industriels, 2 sociétés pharmaceutiques internationales, 5 associations de patients et 3 prestigieuses universités étrangères, DHUNE est un programme de recherche ambitieux sur les maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA) dite Charcot, Sclérose en Plaques) avec une approche pluridisciplinaire inédite, porteur de beaucoup d’espoirs pour les malades et leur entourage. Abordant la maladie différemment, établissant des passerelles entre la recherche clinique et pré clinique, impliquant à la fois les différents pôles hospitaliers (gérontologie, neurologie, psychiatrie, imagerie, biologie) et les équipes de recherche académique, les patients, les industriels du secteur, et l'éducation, DHUNE a pour objectif d’aboutir à des découvertes sur la motricité, la cognition, la vie quotidienne des patients atteints de maladies neurodégénératives et d’obtenir des avancées plus rapides sur ces maladies d’ici 5 ans. Le centre DHUNE fait partie des 7 centres français à avoir été labellisés par AVIESAN (Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé), comme centre d’excellence au sein du réseau «Centres of Excellence in Neurodegeneration » (CoEN) en Europe et au Canada. DHUNE est par ailleurs labellisé comme FHU (Fédération Hospitalo Universitaire) dans le cadre du plan 2014-2019 sur les maladies neurodégénératives. Plus d'informations sur www.dhune.org Ce programme a bénéficié d'une aide du gouvernement français, gérée par l'Agence Nationale de la Recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence n°ANR-11-IDEX-0001-02

 

Thema Radiologie avec DHUNE


toshiba

Un radiamètre de poche connecté à un smartphone
24/10/2018 : En commercialisant RIUM, la Stert-up Icohup met à disposition des PCR et acteurs de la radioprotection un détecteur de rayonnements X de poche capable de se connecter à un smartphone.

Actu des start-up: Une plateforme collaborative de remplacements entre médecins
18/05/2018 : Docndoc.fr est une plateforme de mise en relation directe entre médecins. Créée par une radiologue, elle a pour objectif d'aider les praticiens à trouver des remplaçants ou futurs associés.

BaseCamp Vascular présente son projet au World Medical Innovation Forum
24/04/2018 : BaseCamp Vascular figure parmi les 8 start-ups sélectionnées pour aller présenter leur activité au World Medical Innovation Forum à Boston.

Le glomérule olfactif de souris entièrement visualisé par des chercheurs londoniens
22/03/2018 : Les 250 neurones du glomérule olfactif de souris ont pu être entièrement visualisés par des chercheurs londoniens par micro-fluorescence et courant électrique.

Actu des start-up: Multiwave Innovation conçoit des antennes IRM à ultra haut champ
19/12/2017 : Multiwave Innovation est la seule entreprise française qui conçoit et commercialise des antennes IRM. Elle a mené à bien un projet d'antennes à Ultra Haut Champ avec le concours de l'écosystème scientifique marseillais.

Actu des start-up: les Prix de l'innovation décernés à deux entreprises françaises
18/12/2017 : Les JFR 2017 ont été l'occasion de récompenser deux start-up françaises, Therapixel et BaseCamp vascular, qui ont toutes deux reçu un Prix de l'innovation en imagerie médicale. Elles feront l'objet d'un soutien opérationnel en 2018.

Actu des start-up: l'imagerie interventionnelle très représentée parmi les nouveaux acteurs de Medicen Paris Region
28/11/2017 : Medicen Paris Region a enregistré, depuis novembre 2016, l'adhésion de 98 entreprises. L'imagerie interventionnelle est le deuxième secteur le plus représenté dans ces nouveaux acteurs.

Excellents débuts pour DHUNE, le Centre dédié aux maladies neuro-dégénératives
16/10/2017 : Le Centre d'excellence DHUNE, dédié aux maladies neuro-dégénératives, a rempli 92% de ses objectifs en deux ans d'existence. Cette plateforme pluridisciplinaire dispose d'une reconnaissance scientifique internationale et a pour figure de proue la fameuse modalité d'IRM à 7T.

Actu des start-up: le fonds FEDER attribue plus de 900 000 € à Medicen Paris Region
22/09/2017 : Le Pôle de compétitivité Medicen Paris Region vient de se voir attribuer une enveloppe de 975 000 € par le fonds européen FEDER. Les TPE et PME du pôle, dont beaucoup œuvrent dans le secteur de l'imagerie, bénéficieront ainsi d'un accompagnement renforcé.

Actu des start-up: Intrasense candidat sérieux au Prix Galien 2017
22/09/2017 : Le Prix Galien récompensant un projet mené en coopération avec une entreprise ou une institution américaine, sera attribué en octobre à Boston. Intrasense est en bonne place pour obtenir ce prix pour la mise au point de biomarqueurs pour le cancer du foie.


Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.

Dosimétrie patient: de nouvelles notions dans le projet de Décision ASN en cours d'élaboration
15/02/2019 : Un projet de décision de l'ASN est en cours de consultation entre experts pour faire évoluer les dispositifs d'évaluation des doses délivrées au patient en radiologie et médecine nucléaire, incluant les notions de NRI et de VGD.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie
15/02/2019 : Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

L'assurance qualité devient systémique en imagerie médicale et médecine nucléaire
14/02/2019 : Le texte législatif relatif à la gestion du risque en imagerie médicale diagnostique qui vient d'être publié introduit une évolution systémique de la gestion du risque dans ce domaine. Parmi les dispositions remarquables, notons le programme d'actions d'amélioration ou la notion d'habilitation des utilisateurs.

MLCTO: un seul rendez-vous pour tous les acteurs du traitement de l'occlusion coronaire chronique
13/02/2019 : Fort du succès rencontré lors des précédentes éditions, le MLCTO 2019 sera encore cette année the place to be pour apprendre ou revoir les techniques de traitement percutané de l'occlusion coronaire chronique. Praticiens débutants et experts, ainsi que les paramédicaux, seront ainsi réunis en un lieu unique.

LE RESAH choisit ACETIAM pour son marché de plateforme de téléradiologie
13/02/2019 : Dans le cadre de son marché de " Plateforme de Téléradiologie et réalisation de prestations intellectuelles", le RESAH a fait le choix d'ACETIAM. L'éditeur accompagne ainsi les établissements au niveau technique et médico-organisationnel.

Une nouvelle technologie pour un diagnostic amélioré de la maladie cardiovasculaire
12/02/2019 : Une nouvelle technique non invasive d'exploration de l'artère carotide, la vMSOT est très prometteuse. Elle pourrait fournir une évaluation plus précoce et plus précise du risque de maladie cardiovasculaire, selon une étude publiée dans la revue Radiology.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Parkinson: le région cérébrale du contrôle des impulsions identifiée
11/02/2019 : Pour étudier les mécanismes responsables de troubles du contrôle des impulsions pour les patients parkinsoniens, un programme DHUNE a utilisé le PETScan. Cela a permis de visualiser la région cérébrale impliquée.


L'assurance qualité devient systémique en imagerie médicale et médecine nucléaire
14/02/2019 : Le texte législatif relatif à la gestion du risque en imagerie médicale diagnostique qui vient d'être publié introduit une évolution systémique de la gestion du risque dans ce domaine. Parmi les dispositions remarquables, notons le programme d'actions d'amélioration ou la notion d'habilitation des utilisateurs.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La CGIM devient le Groupe Vidi
18/10/2018 : La CGIM est devenue, lors de son Assemblée Générale du 12 octobre 2018, le Groupe VIDI. Cette marque identifie désormais le premier groupe national de radiologues mutualisant leurs ressources.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Dosimétrie patient: de nouvelles notions dans le projet de Décision ASN en cours d'élaboration
15/02/2019 : Un projet de décision de l'ASN est en cours de consultation entre experts pour faire évoluer les dispositifs d'évaluation des doses délivrées au patient en radiologie et médecine nucléaire, incluant les notions de NRI et de VGD.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie
15/02/2019 : Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

Incident de radioprotection de faible gravité au CH d'Avignon
08/02/2019 : Le CH d'Avignon a fait preuve de réactivité lorsqu'a été constatée une fuite dans le bac de recueil des effluents radioactifs provenant des sanitaires des patients de médecine nucléaire. L'ASN a classé cet événement au niveau 1 de l'échelle INES.

L'IRM révèle les niveaux de fonctionnalité cérébrale après arrêt cardiaque
20/10/2017 : Après un arrêt cardiaque, l'évaluation des capacités cérébrales fonctionnelles est assez aléatoire. Une étude publiée dans la revue Radiology montre que l'IRM fonctionnelle et le tenseur de diffusion peuvent prédire ces résultats et guider les traitements.