Vous êtes dans : Accueil > Actualités > SIH et téléradiologie > Evolucare, futur leader incontournable de l'imagerie médicale

Evolucare, futur leader incontournable de l'imagerie médicale

MERCREDI 11 OCTOBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Evolucare est un acteur historique des systèmes d'information de Santé, qui a progressé en faisant confiance à ses ingénieurs, mais aussi en leur adjoignant des acteurs confirmés. Nous avons rencontré deux d'entre eux, Gilles Juving, Directeur de la Division Imagerie, et Lionel Ribière, Responsable produit Imagerie, qui nous parlent du positionnement d'Evolucare sur le marché et des projets d'amélioration de ses solutions.

Evolucare

Thema Radiologie : Qui est EVOLUCARE et quel est votre parcours dans la société ?

Gilles Juving : Le groupe Evolucare est aujourd’hui un des principaux acteurs dans l’édition de logiciels de santé en France. Avec plus de 1900 clients équipés d’au moins une de nos solutions, et près de 250 collaborateurs, nous sommes un acteur incontournable.

En plus d’être un groupe, c’est avant tout une société ayant des valeurs familiales qui a su grandir et s’adapter à un marché en perpétuelle mutation. Depuis 2003, j’ai grandi et évolué avec ce groupe. Passé par le poste de responsable produit et responsable de gamme, je dispose aujourd’hui d’une grande connaissance des systèmes d’information en santé. Il y a 4 ans le groupe m’a fait confiance en me confiant la responsabilité de toute la division imagerie.

T.R. : Quels sont vos objectifs au bout de ces 4 ans ?

G.J. : En ce qui concerne l’imagerie médicale, nous avons depuis le début pour ambition de développer une solution moderne, s’appuyant sur des technologies éprouvées et des fonctionnalités avant-gardistes. L’objectif qui nous a été donné par le président du Groupe est de disposer à moyen terme de la meilleure solution sur le marché national. Nous ambitionnons aussi de conquérir les marchés à l’export sur lesquels nous avons déjà pu réaliser nos premiers pas. Ceux-ci sont d’ailleurs très prometteurs.

T.R. : Quels sont les moyens mis en œuvre pour répondre à cet objectif ?

G.J. : Nous avions déjà investi dans le recrutement d’une équipe de production performante, pilotée par Christophe Brasseur, notre Responsable de production RIS PACS, ayant une très forte connaissance du domaine de l’imagerie, ce qui nous a permis de rattraper fonctionnellement nos concurrents. De même pour nos équipes de déploiement, nous avons recherché des professionnels reconnus. Nous souhaitons aussi mettre en place un service de maintenance d’une grande qualité

Dorénavant, il nous est nécessaire de proposer une autre façon de concevoir l’imagerie et c’est surtout dans cette optique de nouvelles fonctionnalités que nous avons recruté Lionel Ribière, notre nouveau responsable produit RIS PACS. Fort de ses 15 ans d’expertise dans le domaine de l’imagerie médicale, son rôle au sein d’Evolucare, en plus d’être un véritable pivot entre les équipes de terrain et les équipes de production, est d’étudier le marché actuel, ainsi que de concevoir les fonctionnalités d’avenir à forte valeur ajoutée.


 

Thema Radiologie :  Lionel Ribière, quelle vision avez-vous du marché de la radiologie ?

Lionel Ribière : J’ai eu l’occasion pendant plusieurs années de diriger des projets de déploiement RIS et PACS, en passant par tous types de structure, privées comme publiques, et ce pour plusieurs éditeurs. Le secteur de la radiologie est un milieu de pointe, avec un écosystème relativement large. C’est un marché très mature, avec des utilisateurs aguerris à la pratique de ces logiciels. Ils savent ce qu’ils veulent, mais surtout ce qu’ils ne veulent plus!

Nous devons appréhender les problématiques du quotidien que rencontrent les secrétaires médicales, manipulateurs, radiologues et cadres de santé. Le client se doit de dégager une réelle plus-value grâce à notre solution et ne pas se sentir incompris. Il est donc nécessaire de ne pas penser le logiciel à travers les yeux d’un technicien, mais à travers ceux d’un utilisateur final. Chaque clic, chaque enchainement peut avoir des conséquences négatives. A nous d'y apporter un œil attentif.

T.R. : Vous venez d'intégrer Evolucare. Comment appréhendez-vous votre challenge ?

L.R. : C’est bien évidemment un challenge ambitieux que m’a proposé Gilles, et une joie de rejoindre un grand groupe qui investit massivement dans l’imagerie médicale. Depuis ma prise de fonction, Gilles et moi-même travaillons en étroite collaboration avec une équipe d’experts, mais également un service de recherche et développement en Intelligence artificielle (Evolucare Labs) nous permettant d’aller plus loin dans nos spécifications fonctionnelles.

Ma vision terrain me permet d’être clairvoyant concernant les attentes de nos clients, de les comprendre au bon niveau, et d’être le plus pertinent possible quant aux futures orientations à donner au produit. Je suis également épaulé par François MILLOT, notre expert fonctionnel RIS avec qui je travaille au quotidien pour faire progresser notre produit. L’ADN du groupe Evolucare place l’humain et la compétence avant tout. Ce sont des valeurs qui me plaisent et qui sont nécessaires au bon équilibre d’un projet.

Toutes les conditions sont réunies pour faire avancer notre solution dans le bon sens et répondre aux attentes de notre président.

T.R. : J’ai cru comprendre que vous étiez le premier éditeur d’imagerie médicale à être certifié ADRI et IMTI ?

L.R. : En effet, nos équipes de production ont fait un travail remarquable, nos certifications concernant l’acquisition des droits du patient (ADRI), et du médecin traitant déclaré (IMTI) vont permettre de réduire considérablement les rejets des caisses pour nos clients. Sous peu, nous envisageons d’élargir nos certifications à l’acquisition des droits mutuelles.

T.R. : Avez-vous déjà commencé à travailler sur de nouveaux projets ?

L.R. : Effectivement, de nouveaux modules sont en préparation, comme le module de rapprochement bancaire de nouvelle génération incluant un algorithme de calcul combinatoire qui permettra aux sociétés d’imagerie médicale de fiabiliser leurs données financières et gagner du temps dans ce secteur. Egalement, la dématérialisation des demandes d’examens et diffusions de compte-rendu via un nouveau portail patient devrait voir le jour début 2018. Il sera doté de nombreuses fonctionnalités connectées…

L’année 2018 devrait être riche en innovations qui, nous l’espérons, changeront la relation qu’ont nos clients avec leurs solutions informatiques. Pour rappel, notre objectif à moyen terme est d’apporter la solution la plus évoluée du marché de la radiologie.

Thema Radiologie avec Evolucare


toshiba

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Communauté radiologique : une plateforme nationale ouvre le champ des possibles
01/10/2019 : La téléradiologie moderne fait appel à une collaboration tripartite, intellectuelle, industrielle et opérationnelle. Le groupe TMF se place dans ce contexte, avec des processus qualité poussés à l'extrême. Et il s'appuie sur une plateforme nationale de télémédecine qui ouvre le champ des possibles.

Permanence des soins : France Imageries Territoires et Téladiag se rapprochent
01/10/2019 : Afin de participer au mieux à la permanence des soins, le réseau France Imageries et Territoires vient d'annoncer un rapprochement avec le réseau de radiologues Télédiag.

Téléimagerie: la HAS élabore un guide de bonnes pratiques
26/06/2019 : La Haute Autorité de Santé vient de publier un guide de bonnes pratiques en téléimagerie. Inspiré de la Charte élaborée par le G4, ce document traite également de télémédecine nucléaire, pratique émergente pour assurer un maillage homogène sur le territoire.

Édito - Téléradiologie: des prérequis technologiques différents selon les applications
05/06/2019 : La téléradiologie est devenue un maillon essentiel du parcours de soins. Et suivant les applications qui en sont faites, le niveau technologique peut s'avérer plus ou moins complexe et coûteux. Revue de détails…

CGTR étend son service de téléradiologie à tout le GHT de la Vienne
30/05/2019 : Le site de Montmorillon du CHU de Poitiers ne dispose que d'une radiologue pour assurer la gestion des échographies, mammographies, radiologie conventionnelle et scanner. Éric David, cadre de santé du service, nous explique comment l'usage de la téléradiologie était nécessaire pour assurer la continuité de la prise en charge radiologique de ce bassin de population et pourquoi ce processus s'étend désormais à tout le GHT de la Vienne.

Des chercheurs réussissent à pirater des images de scanner ou d'IRM
16/04/2019 : Les images de scanner ou d'IRM en cours d'acquisition sont susceptibles d'être piratées depuis la salle 'attente du service. C'est ce qu'affirme une étude israélienne d'ingénierie de l'information et des systèmes.

Medasys devient Dedalus France
21/03/2019 : Medasys a, sous l’impulsion du Groupe Dedalus, renforcé sa stratégie, optimisé son offre, augmenté ses investissements en R&D depuis la modification de sa dénomination sociale, Dedalus France.

Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

Une désinfection de haut niveau des sondes pour une activité d'échographie à la qualité améliorée
03/10/2019 : Les nouvelles recommandations de la HAS concernant la désinfection des sondes d'échographie sont susceptibles d'évoluer, comme le préconisent les sociétés scientifiques mondiales. Dans ce cadre, le dispositif Chronos de Germitec répond à tous les référentiels sans affecter le workflow du centre d'imagerie.


Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
11/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

La radiologie française a-t-elle vraiment besoin du COFRAC ?
21/11/2018 : La radiologie française est très impliquée dans les processus qualité. Mais cela n'empêche pas le COFRAC de travailler sur un référentiel de certification ISO identique à celui des laboratoires de biologie. Le G4 monte au créneau pour affirmer son désaccord.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Le site des formations de l'IRSN fait peau neuve
27/06/2018 : L'offre de formations de l'Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN) dispose désormais d'un nouveau site internet. Ce site est géré par l'ENSTTI.

La tomosynthèse s2D pour remplacer la mammographie
22/02/2017 : Une étude publiée dans Radiology montre les avantages de la reconstruction des données de la tomosynthèse, pour obtenir une mammographie 2D de dépistage du cancer du sein. Les critères cliniques sont en partie améliorés et la dose de rayonnement administrée est, de fait, réduite.

LE TECHNETIUM MEDICAL POURRAIT PROVENIR DES CYCLOTRONS
04/03/2015 : La production d’un technetium (Tc-99m) fiable pour les pratiques de médecine nucléaire pourra se faire par cyclotron. C’est le résultat de recherches canadiennes qui mettent en oeuvre une technologie verte pour assurer les besoins mondiaux croissants pour cet élément.