Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > MAGNETOM Vida ouvre le champ des possibles en IRM

MAGNETOM Vida ouvre le champ des possibles en IRM

VENDREDI 06 OCTOBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le tout nouvel IRM de Siemens Healthineers, le MAGNETOM Vida 3T©, marque une rupture technologique et ouvre le champ des possibles. C'est ce que nous ont rapporté Vincent Breton et Christophe Barles, respectivement Responsable IRM France et Spécialiste Produit IRM chez Siemens Healthineers, au cours d'une interview où ils détaillent les avancées majeures que cet équipement engendre dans les pratiques.

Siemens Healthineers

Thema Radiologie : Vous avez présenté, au printemps dernier, le dernier né des IRM Siemens Healthineers, le MAGNETOM Vida 3T. Comment cet équipement a-t-il été accueilli ?

Vincent Breton : L'IRM MAGNETOM Vida 3T de Siemens Healthineers marque une rupture technologique dans l'histoire de la résonance magnétique à visée médicale. Ce système a été présenté pour la première fois à l'European Congress of Radiology (ECR) en mars 2017. Le Centre Cardiologique du Nord (CCN), à Saint Denis, en a fait l'acquisition pour la première fois en France. Installé depuis août 2017, cette modalité a été mise en service début septembre et fonctionne déjà en routine clinique, et pas seulement pour des applications cardiologiques. Elle est également référencée sur le marché UNICANCER et sera installée au Centre Léon Bérard de Lyon fin 2017. Il faut préciser que cet IRM est aussi à visée de recherche.

"Une conception biomatricielle qui ouvre le champ des possibles"

T.R. : Pourquoi cette IRM est-elle si particulière ?

V.B. : L'IRM MAGNETOM Vida 3T a été conçu pour le patient, incluant la technologie biomatricielle. Ses évolutions ouvrent désormais le champ des possibles. Cette technologie embarque un système qui permet d'anticiper, avant toute acquisition, les caractéristiques respiratoires de chaque patient. Pour ce faire, des capteurs ont été installés au niveau de l’antenne rachis. Ils enregistrent sa fréquence respiratoire. Ainsi, il n’y a plus besoin de trigger respiratoire. À partir de ces données, les séquences s'ajusteront automatiquement, et ce, même si elles évoluent en cours d'examen. De plus, l'aimant de 70 cm permet d'explorer les patients très corpulents.

Christophe Barles : Au niveau de l'acquisition proprement dite, le biomatriciel joue sur les antennes. Des bobines de Shim additionnelles permettent de s'affranchir des variations anatomiques. Par exemple, lorsqu'on explore la région cervico-thoracique, on constate un artéfact résultant d'une mauvaise homogénéité liée à la morphologie du patient. Le MAGNETOM Vida 3T dispose, pour améliorer la qualité de ses images, de bobines de Shim intégrées aux antennes crâne – clinique et recherche -, en plus du shimming de deuxième ordre de la machine. Ceci permet une homogénéisation parfaite du champ BO dans cette zone complexe. D'autre part, on peut, pour les patients cyphotiques, incliner les antennes afin d’offrir un meilleur confort.

"Une table amovible dotée d'une interface électrique et d'un moteur intégré"

T.R. : Cette fonctionnalité donne-t-elle plus de confort aux manipulateurs ?

V.B. : Elle leur confère non seulement du confort, mais aussi une rapidité d'examens sans qu'ils ne se fatiguent. Ainsi, la table d'examen amovible est dotée d'une interface électronique avec moteur intégré. Lorsque le manipulateur entre en contact avec les poignées de conduite de la table, il lui suffit de donner une petite impulsion pour que celle-ci se mette en marche. Elle stoppe sa course à 20 cm du statif qui, alors, en prend le contrôle et la positionne à partir des données enregistrées par les détecteurs. Lorsqu’elle est déconnectée du statif, la montée et la descente de la table sont désormais électriques, ce qui élimine toute fatigue de manipulation.

D'autre part, deux écrans tactiles ont été installés sur le statif dont les manipulateurs se serviront pour sélectionner la zone anatomique choisie. Cette information est envoyée instantanément au système d'acquisition qui est ainsi prêt à démarrer l'examen. Cela participe également de l'identitovigilance. Nous avons d'ailleurs organisé une visite d'utilisateurs au CCN et les manipulateurs ont vraiment été bluffés par la sécurité du verrouillage automatique de la table notamment.

T.R. : Les acquisitions sur le MAGNETOM Vida sont de conception biomatricielle. Que signifie ce terme ?

C.B. : La technologie Biomatrix utilise les reconstructions itératives. Le problème, en IRM est que, si l’on veut obtenir des acquisitions rapides, on perd du rapport signal sur bruit. Grâce à la reconstruction itérative, le MAGNETOM Vida 3T travaille 10 fois plus vite sans perdre en qualité d'image. Cela est possible en étant le plus incohérent et le plus aléatoire possible dans le choix des échantillonnages à l'acquisition. Ainsi, le sous-échantillonnage se traduira par du bruit qui va être supprimé par la reconstruction itérative. Cette rapidité d'exécution va changer fondamentalement les pratiques. Par exemple, pour une étude de petit axe en cardiologie, une seule apnée suffit au lieu de 7 à 10. Les patients dyspnéiques ou arythmiques sont alors éligibles à ce type d'examen. Si le patient est très compliqué, la machine permet tout de même de réaliser des mono-coupes successives très rapidement, le temps d'une onde RR.

On obtient ainsi une imagerie 3D - 2D+TEMPS -.De même, en acquisition abdominale pour l'étude du foie, plus besoin de demander 4 apnées au patient pour les 4 temps hépatiques. L'acquisition se fait en continu, depuis le sans injection jusqu'au temps tardif. Cela est rendu possible par la reconstruction itérative. La séquence GRASP-VIBE nous permet de récupérer les informations voulues tout au long du processus hépatique. C'est vraiment une rupture en IRM abdominale.

" GRASP-VIBE, la séquence qui fait la synthèse des technologies Siemens Healthineers"

T.R. : Pouvez-vous nous en dire plus sur la séquence GRASP-VIBE ?

C.B. : En plus de l’acquisition type Compressed sensing, GRASP-VIBE est une séquence particulière, qui pratique une acquisition radiaire peu sensible aux mouvements pour les explorations abdominales. On connaît les séquences STAR VIBE 3D T1 en écho de gradient, ou BLADE. La difficulté est en fait de coupler l'acquisition radiaire avec la reconstruction itérative. GRASP-VIBE le permet grâce à l'optimisation de la résolution temporelle, ce qui permet d'obtenir une imagerie 4D - 3D + TEMPS -. Cette séquence très complexe est en fait la synthèse des technologies IRM Siemens Healthineers.

T.R. : Vous nous avez présenté des séquences très compliquées. Les acquisitions simples sont-elles également éligibles à l'itératif ?

V.B. : Bien sûr, mais elles sont encore à l'état de prototype. Nous avons fait le choix de mettre au point les plus complexes, pour permettre des applications augmentant le confort des patients, puis les plus simples. Nous travaillons à présent sur des séquences TOF très rapides, pour des applications angiographiques, 3D TSE pour les applications ostéo-articulaires ainsi que sur des cholangiographies. Toute l'imagerie 3D sera très vite éligible à la reconstruction itérative.

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

COVID-19 : une étude française recueille les signes cérébraux fréquents à l'IRM
18/06/2020 : Une nouvelle étude multi-institutionnelle française publiée dans la revue Radiology identifie les tendances des résultats anormaux d’IRM cérébrale chez les patients atteints de COVID-19. Des anomalies temporales et des lésions hémorragiques sont souvent constatées.

Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Un cas d'AVC pédiatrique imputable au COVID-19
03/06/2020 : La Revue Radiology rapporte le cas d’un enfant présentant une artériopathie focale cérébrale identifiée en IRM. La découverte d’une infection au COVID-19 a amené les chercheurs à imputer cet AVC au virus.

Manifestation cérébrale du COVID-19 : envoyez vos images à la SFNR !
20/04/2020 : La SFR appelle les radiologues français à inclure dans un fichier centralisé les images IRM montrant des pathologies cérébrales dues au COVID-19. La SFNR fait figure de Conseil scientifique en vue d’une ou plusieurs publications.  

L'IRM identifie des changements de volumes cérébraux chez les astronautes
14/04/2020 : Les périodes prolongées dans l'espace sont connues depuis longtemps pour causer des problèmes de vision chez les astronautes. Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology suggère que l'impact des voyages spatiaux de longue durée est plus étendu, provoquant potentiellement des changements de volume cérébral et une déformation de l’hypophyse.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Actualité du parc IRM français en janvier 2020
23/01/2020 : Dans le cadre de notre revue du parc d’IRM français, on nous signale des évolutions en Bretagne, à Pontivy et Vannes, ainsi qu’à Sarlat.

Gestion des risques liés aux champs magnétiques : bientôt une journée scientifique dédiée
23/01/2020 : La Société Française de Radioprotection (SFRP) organise, en mars, une journée scientifique dédiée à la gestion des risques d’exposition aux rayonnements non ionisants. Les acteurs de l’imagerie par IRM devraient y glaner des réponses à leurs questions.

Explorer les pathologies hépatiques avec la spectroscopie par résonance magnétique
13/01/2020 : L’exploration des pathologies hépatiques a désormais un nouvel outil en préparation : la spectroscopie par résonnance magnétique. Cette technologie permet d’obtenir des données qualitatives et quantitatives à partir de la localisation de la fréquence d’un composé par rapport à celle de l’eau.  


Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Un nouveau modèle de signes radiologiques pour le MIS-C pédiatrique
29/06/2020 : Au cours des dernières semaines, une affection hyperinflammatoire multisystémique est apparue chez les enfants en association avec une exposition ou une infection antérieure au SRAS-CoV-2. Une nouvelle série de cas publiée dans la revue Radiology examine le spectre des résultats d'imagerie chez les enfants atteints de l'inflammation post-COVID-19 connue aux États-Unis comme syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C).

La plateforme Odys Téléradiologie couvre désormais tout le Grand Est
24/06/2020 : Dans le prolongement de la plateforme historique T-Lor, Odys téléradiologie assure désormais la continuité de la prise en charge radiologique dans le Grand Est. Vingt-trois établissements, publics et privés, collaborent à ce projet et l’utilisent au quotidien.

Une étude teste un marqueur de récidive du CHC au scanner
24/06/2020 : Un biomarqueur non invasif de la fibrose hépatique à partir d’images tomodensitométriques devrait permettre d’éviter la biopsie pour évaluer le degré de récidive du CHC. C’est ce que montre une étude lancée par Median Technologies.

Save the date : le CTO Live Aid World Tour
23/06/2020 : Les acteurs de la prise en charge de l’occlusion chronique coronaire percutanée se retrouveront bientôt pour un événement caritatif en ligne. À cette occasion, 13 procédures seront diffusées en direct en 14h de temps.

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

Le cortex visuel étudié par imagerie ultrasonore ultrarapide
22/06/2020 : Un travail de recherche pluridisciplinaire sur l’imagerie ultrasonore ultrarapide a montré l’aptitude de cette technologie à visualiser des structures fonctionnelles cérébrales profondes du cortex visuel. Un nouveau champ d’investigation s’ouvre pour la compréhension du cerveau.

Un groupe de travail HAS pour évaluer l'intérêt l'angiomammogramme
22/06/2020 : La HAS lance un appel à candidature pour participer au groupe de travail d’évaluation de l’intérêt de l’angiomamogramme. La clôture des candidatures est fixée au 26 juin 2020.


Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

L'IRM MIEUX QUE LA MAMMOGRAPHIE POUR QUALIFIER LES CANCERS AGRESSIFS
01/12/2015 : Les cancers du sein multicentriques ont des dimensions souvent plus importantes à l'IRM qu’à la mammographie. C’est ce que montre une étude italienne qui remarque que l’exploration par IRM est susceptible de faire changer de stratégie thérapeutique.    

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

MAGNETOM Vida© : l'IRM (presque) aussi facile que le scanner
09/03/2017 : L’IRM MAGNETOM Vida 3T présentée lors de l’ECR 2017 propose à la fois l’amélioration du confort du patient, l’ergonomie d’utilisation pour le manipulateur ainsi que de nouveaux outils d’intelligence artificielle facilitant le diagnostic et le suivi des patients.

Un modèle de deep learning pour identifier le COVID-19 au scanner
08/04/2020 : Dans une étude publiée dans la Revue Radiology, un modèle de deep learning semble capable de réaliser un diagnostic différentiel de COVID-19 sur les examens de tomodensitométrie. Ce travail montre surtout que la spécificité du scanner semble améliorée comparativement aux autres études publiées sur ce thème.