Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Médecine nucléaire > À Dijon, le TEP-scan est désormais numérique

À Dijon, le TEP-scan est désormais numérique

VENDREDI 15 SEPTEMBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

C'est à Dijon que le premier TEP-scan numérique de France a été installé, bénéficiant de la collaboration entre le Centre Georges-François Leclerc et le CHU de Dijon. Ces deux établissements pourront ainsi aller plus loin dans leurs travaux de recherche en pharmaco-imagerie et améliorer l'exploration et le suivi des patients dans de nombreuses spécialités.

CGFL CHU Dijon

Le 1er équipement TEP-scan numérique de France, développé par GE Healthcare, vient d’être installé au Centre Georges-François Leclerc (CGFL) à Dijon, en association avec le CHU Dijon.

Deux établissements de pointe s'associent pour l'acquisition d'un TEP-scan numérique

La technologie TEP-scan numérique permet d’obtenir des images plus précises tout en garantissant davantage de sécurité ainsi qu’un meilleur confort au patient. Le CGFL et le CHU Dijon Bourgogne collaborent depuis de nombreuses années, notamment dans le domaine de l’imagerie fonctionnelle. S’appuyant sur une ambition commune d’excellence et d’innovation, ils ont décidé d’acquérir ensemble un TEP-scan numérique dans le but de répondre à l’augmentation des besoins d’imagerie en médecine nucléaire. L’acquisition de cet équipement innovant a nécessité un investissement global de 4,5 Millions d’euros.

De nombreuses contributions à la recherche en pharmaco-imagerie

Les deux établissements se sont associés au sein de structures formalisées de coopération pour faire avancer la recherche ensemble, notamment dans le domaine de la pharmaco-imagerie, au travers du Groupement d’Intérêt Economique (GIE) Pharm’image et du Pôle hospitalo-universitaire de pharmaco-imagerie, organisé en Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS). Pharm'image, créé en 2008 à Dijon, s’intéresse à l’utilisation des technologies d’imagerie médicale dans le suivi des traitements et a permis l’émergence à Dijon d’un pôle d’excellence unique en France, autour d’un concept innovant et prometteur qui rassemble des partenaires académiques et privés.Le Pôle hospitalo-universitaire de pharmaco-imagerie de Dijon associe le CHU Dijon Bourgogne, le CGFL, le CEA de Valduc, le GIE Pharm’image et l’Université de Bourgogne. Depuis 2014, ce pôle réunit les compétences de différents acteurs afin de renforcer le dynamisme des activités de recherche en pharmaco-imagerie.

Une modalité plus sensible, peu encombrante et moins irradiante

L’évolution majeure du TEP-scan numérique consiste en une amélioration des photo- multiplicateurs chargés de convertir l’énergie lumineuse en signal électrique.
Ces derniers ont été remplacés par des détecteurs plus précis au silicium (SIPM) qui augmentent les performances diagnostiques, car conçus pour mesurer de très petites quantités de lumière. Ils ont également l’avantage d’être peu encombrants et insensibles aux champs magnétiques, rendant ainsi possible l’association d’une TEP et d'un équipement IRM. Un réagencement général de l’équipement concourt à son optimisation en termes de stabilité et de performances, grâce à des cristaux plus épais, un champ axial plus large ou un traitement numérique du signal.

Des applications dans de nombreuses spécialités médicales

La très haute sensibilité du TEP-scan numérique permet de diminuer la quantité de radioactivité injectée dans l’organisme ainsi que la durée de réalisation de l’examen tout en maintenant une qualité d'image optimale. Cette modalité s’avère particulièrement utile en cancérologie, notamment pour la mise en évidence des lésions tumorales petites et/ou discrètes ainsi que pour un diagnostic précoce et une prise en charge rapide du patient. En neurologie, il peut également servir dans le cadre d’un bilan de troubles de la mémoire ou, grâce à un traceur spécifique pour l'identification des plaques amyloïdes qui permettent de diagnostiquer précocement la maladie d’Alzheimer. En cardiologie, il est utilisé pour confirmer la présence ou l’absence d’une maladie coronarienne ainsi que pour apprécier la viabilité du muscle cardiaque après un infarctus ou pour déceler une hypertrophie cardiaque. Il est enfin utilisé pour la localisation de foyers inflammatoires, le diagnostic de maladies auto-inflammatoires, le suivi des artérites à cellules géantes, des fibroses rétro-péritonéales ou des sarcoïdoses ou des polyarthrites.

Bruno Benque


toshiba

Biograph Vision, le PETScan à la résolution spatiale optimisée
18/06/2018 : Le PETScan Biograph Vision, la nouvelle modalité conçue par Siemens Healthinners, a été présenté lors des JFMN 2018. Cet appareil est accompagné de fonctionnalités logicielles et de nouvelles technologies de détection améliorant notamment la résolution spatiale.

Le troisième appel d'offres UniHA en médecine nucléaire est conclu
16/03/2018 : UniHA vient de conclure son troisième appel d'offres sur le champ de la médecine nucléaire. 12 lots ont été attribués à différents fournisseurs, pour une économie estimée à 5,4M€.

Le CHRU de Nancy accueille son second TEPScan Vereos
06/02/2018 : Un second TEPScan Vereos vient d'être installé au CHRU de Nancy. Cette modalité équipée de la TDM à comptage photonique a pris place au sein du GIE Nancyclotep, la plateforme de recherche en médecine nucléaire.

La médecine nucléaire progresse en radioprotection...mais peut mieux faire
05/12/2017 : Les services de médecine nucléaire respectent en majorité les règles de prévention des risques en radioprotection, malgré quelques insuffisances ponctuelles. C'est ce qui ressort du dernier rapport d'inspection de l'ASN pour l'année 2016.

À Dijon, le TEP-scan est désormais numérique
15/09/2017 : C'est à Dijon que le premier TEP-scan numérique de France a été installé, bénéficiant de la collaboration entre le Centre Georges-François Leclerc et le CHU de Dijon. Ces deux établissements pourront ainsi aller plus loin dans leurs travaux de recherche en pharmaco-imagerie et améliorer l'exploration et le suivi des patients dans de nombreuses spécialités.

Tumeurs des VADS : le PET Scan mieux que l'IRM ?
07/06/2017 : La sensibilité de la TEP/TDM-FDG semble supérieure à l’IRM pour le diagnostic des tumeurs primitives des VADS. C’est ce que révèle une étude publiée dans le Journal de Médecine Nucléaire. 

Les médecins nucléaires invités à se former aux hivernales de la SFMN
10/01/2017 : L’oncologie digestive, l’intégration de la radiothérapie et l’hépathologie seront les thèmes phares des Hivernales 2017, organisées en janvier par la Société Française de Médecine Nucléaire (SFMN).

Diagnostiquer les tumeurs du col de l'utérus plus précisément avec le PET IRM
21/12/2016 : Le PET IRM serait une alternative sérieuse aux techniques fortement irradiantes pour l’identification des tumeurs du col utérin. C’est ce qu’a déclaré le Dr Johannes Grueneisen lorsqu’il a présenté l’étude qu’il a menée sur ce thème lors du dernier Congrès RSNA.

Le premier PET scan d'Algérie vient d'être inauguré
16/12/2016 : Le premier PET scan ainsi que le premier cyclotron d’Algérie ont été inaugurés en ce mois de décembre 2016 au sein de l’Hôpital privé Chahid-Mahmoudi de Tizi-Ouzou.

Le PET scan pour relier inflammation cérébrale et syndrome dépressif
14/12/2016 : Le PET scan a été utilisé pour identifier une corrélation entre une inflammation cérébrale et un syndrome dépressif. C’est ce que rapporte une étude publiée dans la revue JAMA Psychiatry.


La susceptibilité magnétique peut aider à prédire la progression de la SEP
16/07/2018 : La cartographie par susceptibilité magnétique étudie les niveaux de fer dans le cerveau des patients atteints de sclérose en plaques (SEP). L'IRM devient ainsi un prédicateur de développement d'un handicap physique ou cognitif, selon une étude publiée dans la revue Radiology.

Une nouvelle modalité d'échographie issue de la coopération des utilisateurs
16/07/2018 : De nombreux spécialistes de l'échographie ont participé à l'élaboration de la modalité que vient de présenter Siemens Healthineers, le système ACUSON Juniper.

Imagerie IRM de la pathologie maligne du pelvis féminin
12/07/2018 : Une nouvelle formation sur l'IRM pelvienne en pathologie tumorale féminine est lancée par FORCOMED en e-learning. Une session DPC avec ateliers pratiques est prévue en novembre 2018.

Les nouvelles techniques de traitement endovasculaire des lésions distales
11/07/2018 : Les nouvelles techniques et procédures de traitement endocasculaire périphérique ont fait l'objet de présentations de haut rang lors du 1er congrès i-MEET "next generation". Un programme varié et didactique a été proposé aux participants.

Actualités du parc IRM français en juin 2018
11/07/2018 : Dans le cadre de notre revue de l'évolution du parc IRM français, voici des nouvelles de Sarrebourg, de Montpellier et de Cahors.

Radiothérapie : RayStation tient son 500ème client
09/07/2018 : Le système de planification avancée des traitements de radiothérapie RayStation vient de signer la commande de son 500ème client. Une reconnaissance pour cette solution en perpétuelle évolution.

L'INCa publie son rapport annuel sur "Les cancers en France"
06/07/2018 : Si vous souhaitez disposer de données précises sur la prose en charge du cancer en France, notamment sur le dépistage du cancer du sein ou de l'activité de radiothérapie, plongez-vous dans le rapport que l'INCa vient de publier.

Un DACS régional se profile en Île-de-France
04/07/2018 : Medsquare vient de remporter l’appel d’offres dosimétrie patient lancé par l’Institut Curie. Déjà fournisseur de l'AP-HP, il devient, avec la solution RDM, l'intégrateur de la dosimétrie régionale d'Île-de-France.

Coronaropathie: l'imagerie hybride par scanner et SPECT pour une évaluation à long terme
03/07/2018 : L'imagerie cardiaque hybride par coroscanner et SPECT est un excellent prédicteur à long terme des événements cardiaques indésirables comme les crises cardiaques chez les patients évalués pour coronaropathie, selon une étude publiée dans la revue Radiology.  

Actualités du parc IRM français
28/06/2018 : En cette période estivale, deux projets d'installation d'IRM nous ont été signalés, l'un finalisé à Chateauroux, l'autre en projet à Castres.


LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Actualités du parc IRM français en juin 2018
11/07/2018 : Dans le cadre de notre revue de l'évolution du parc IRM français, voici des nouvelles de Sarrebourg, de Montpellier et de Cahors.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.

Imagerie IRM de la pathologie maligne du pelvis féminin
12/07/2018 : Une nouvelle formation sur l'IRM pelvienne en pathologie tumorale féminine est lancée par FORCOMED en e-learning. Une session DPC avec ateliers pratiques est prévue en novembre 2018.

Une nouvelle modalité d'échographie issue de la coopération des utilisateurs
16/07/2018 : De nombreux spécialistes de l'échographie ont participé à l'élaboration de la modalité que vient de présenter Siemens Healthineers, le système ACUSON Juniper.

L'INCa publie son rapport annuel sur "Les cancers en France"
06/07/2018 : Si vous souhaitez disposer de données précises sur la prose en charge du cancer en France, notamment sur le dépistage du cancer du sein ou de l'activité de radiothérapie, plongez-vous dans le rapport que l'INCa vient de publier.

Coronaropathie: l'imagerie hybride par scanner et SPECT pour une évaluation à long terme
03/07/2018 : L'imagerie cardiaque hybride par coroscanner et SPECT est un excellent prédicteur à long terme des événements cardiaques indésirables comme les crises cardiaques chez les patients évalués pour coronaropathie, selon une étude publiée dans la revue Radiology.  

Déploiement à grande échelle du serveur d'identité patient en Île-de-France
26/07/2017 : Le Serveur de Rapprochement régional d’Identité (SRI) entre dans une phase de déploiement à grande échelle en Région Ile-de-France. Les images médicales sont notamment partagées grâce à un identifiant fédérateur au niveau régional.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.