Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiopédiatrie > Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant

MARDI 09 MAI 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

SFIPP 2017

Thema Radiologie: Dr Minguet, pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Dr Bénédicte Minguet: Je suis Docteur en Psychologie et travaille à la Clinique de l’Espérance CHC depuis 20 ans. Je suis Maître de conférences à l’Université de Liège, ce qui me permet de valider scientifiquement les différents projets que je mène dans les établissements de santé dans le cadre de la recherche. Au cours de mon cursus, j’ai pratiqué à Montréal où j’ai pu évaluer le mode de prise en charge des jeunes patients qui, à la différence du nôtre, s’appuie sur des « Child Lif specialists ». Cela m’a amené à initier, à mon retour, une spécialisation à l’Université de Louvain dans le cadre de la prise en charge de l’enfant et de son accueil par le jeu.

T.R.: Quelles sont les différences majeures de par et d’autre de l’Atlantique ?

Dr B.M.: Sur le continent américain, informer les enfants revient aux éducateurs spécialisés (Child Life). Ils accueillent, informent et accompagnement les soins, construisent des outils et des procédures d’information. Dans la culture francophone c’est une partie du travail des infirmières, 

T.R.: Comment, donc, agissez-vous auprès des enfants pour les préparer au mieux à subir un acte diagnostic ou thérapeutique ?

Dr B.M.: Depuis plus de 20 ans, nous voyons plus de mille enfants par an dans le cadre d’une consultation pré-opératoire au cours de laquelle nous utilisons un dispositif, axé sur le jeu, leur permettant de comprendre ce qui leur arriver. Et, non seulement nous leur délivrons l‘information, mais nous évaluons également ce qu’ils en ont retenu et ce qu’ils en font. Depuis, j’ai réalisé  avec L’Association Sparadrap, Paris, un film de formation sur ce thème et qui fait référence aujourd’hui. Il a été distribué dans tous les services de pédiatrie francophones.

T.R.: Quelles ont été les premières applications en imagerie ?

Dr B.M.: Nous avons commencé par les cystographies, examen des plus traumatisants pour les très jeunes enfants et pour leurs parents, les adolescents, etc. En pratique, nous leur donnons rendez-vous une demi-heure avant l’examen dans une salle dédiée à l’information. Nous mettons en scène l’examen sur un poupon devant l’enfant ou, s’il est trop petit pour comprendre, devant les parents, ce qui permet de rendre la procédure moins agressive. En effet, les parents sont dès lors intégrés dans la réalisation de l’examen et l’enfant s’approprie les informations reçues. Il en résulte, au final, une meilleure coopération du jeune patient et des conditions de travail, pour le MERM, améliorées, propices à la réalisation d’un examen de qualité.

T.R.: Vous avez créé récemment, pour accueillir les enfants avant les examens d’imagerie en coupe, un espace appelé ”Clinique en jeu”. De quoi s’agit-il ?

Dr T.R.: Il s’agit d’un projet pilote que je vais d’ailleurs présenter au prochain congrès de la SFIPP à Liège. Il s’agit d’une salle d’accueil dans laquelle nous convoquons l’enfant et ses parents une semaine avant l’examen. Tenant compte de l’âge du patient, nous utilisons trois modules de façon progressive pour une séance de 40 minutes :  un playmobil, un mannequin à la taille de l’enfant, que l’on met dans une situation semblable à la pratique d’un scanner et un appareil d’imagerie en coupe de simulation où  l’enfant peut s’installer pour se familiariser avec l’environnement et les conditions d’examen et en faire une expérience positive.

T.R.: Quelle est la population cible de ce projet ?

Dr B.M.: Nous avons ciblé, pour Clinique en jeu, les 4-8 ans principalement pour bien organiser le processus. Mais notre idée est d’informer toute la population pédiatrique, y compris les adolescents, qui sont souvent oubliés dans ces processus alors qu’ils ont eux aussi leurs angoisses. On est même allés jusqu’à expérimenter le système sur des adultes déficients mentalement, notamment des personnes trisomiques, et ça marche très bien. On pourrait également le mettre en œuvre chez certains adultes qui manifestent des comportements phobiques. Les MERM rapportent qu’une personne sur huit hésitent à entrer dans un tunnel d’IRM, et abandonnent l’examen.

T.R.: Quels sont les retours des MERM sur cette expérience maintenant que vous avez un peu de recul ?

Dr B.M.: L’ensemble des acteurs de la prise en charge est tout à fait réceptif et très enthousiaste devant les bons résultats que Clinique en jeu obtient pour la coopération des patients. Les MERM étaient auparavant angoissés eux-mêmes les jours de vacation pédiatrique à l’idée d’accueillir des enfants angoissés et de devoir forcer des conditions d’examen, l’anesthésie étant alors l’unique alternative. Ils se réjouissent aujourd’hui de travailler lors de ces vacations. Les conditions d’examens changent significativement et les images gagnent en qualité. Et pour nous, psychologues, cette expérience nous conforte dans notre position puisque la dimension psychologique de ce processus se donne à voir. Et ça, c’est assez rare dans notre métier…

Propose recueillis par Bruno Benque


toshiba

Un nouveau modèle de signes radiologiques pour le MIS-C pédiatrique
29/06/2020 : Au cours des dernières semaines, une affection hyperinflammatoire multisystémique est apparue chez les enfants en association avec une exposition ou une infection antérieure au SRAS-CoV-2. Une nouvelle série de cas publiée dans la revue Radiology examine le spectre des résultats d'imagerie chez les enfants atteints de l'inflammation post-COVID-19 connue aux États-Unis comme syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C).

RADIO HEROS, plus qu'une application, un accompagnement de l'enfant in situ
25/03/2019 : RADIO HEROS, l'application destinée à préparer l'enfant avant un examen d'IRM, évolue avec de nouvelles fonctionnalités, notamment pour les parents. Mais ce concept fait l'objet d'un projet d'accompagnement de l'enfant dans un service d'IRM.

Un site d'information pour tranquilliser les enfants avant un examen
07/12/2018 : RadiologyInfo.org a lancé RadInfo 4 Kids, une nouvelle section du site Web grand public contenant des vidéos, des histoires, des jeux et des activités pour aider les enfants et leurs parents à se préparer aux examens d'imagerie médicale.

L'imagerie interventionnelle expliquée en vidéo aux jeunes patients
28/06/2017 : Afin de dédramatiser les examens de radiologie interventionnelle auprès des enfants et de leurs parents, le Service d’imagerie pédiatrique de la Timone, à l’AP-HM, leur propose de visionner de courtes vidéos réalisées en interne.

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant
09/05/2017 : En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

Pas de médecine fœtale sans la contribution de l'imagerie
07/11/2016 : L'imagerie médicale apporte une aide primordiale à la pratique de la Médecine fœtale. Nous avons rencontré le Dr Laurent Bidat, créateur et principal organisateur des 22èmes Journées de Médecine fœtale qui se tiendront en mars 2017 à Marseille. Il évoque l'importance de la pluridisciplinarité dans ce secteur et souligne l'importance des progrès de l'imagerie dans le diagnostic anténatal. 

La nécessité de développer l'élastographie en pédiatrie
02/11/2016 : Les techniques d’élastographie, bien que peu présentes dans la littérature scientifique, commencent à trouver des applications efficientes en pédiatrie. Le Congrès de la SFIPP a été l’occasion de montrer que ses performances diagnostiques sont désormais très bonnes, comparées à la biopsie, notamment dans les cas de fibrose hépatique.

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus
05/09/2016 : Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Les radiopédiatres jouent la carte de la pluridisciplinarité
16/08/2016 : En amont du prochain congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 23 et 24 septembre 2016 à Toulouse, la Secrétaire générale, le Dr Chantal Durand, nous a accordé une interview. Elle nous présente, entre autre, la table ronde qui sera organisée à cette occasion, sur le thème de la prise en charge pluridisciplinaire des malformations pulmonaires et évoque les contraintes actuelles de la radiopédiatrie.

Échographie de contraste : confort et sécurité pour les jeunes patients
27/06/2016 : À quelques semaines du Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Périnatale (SFIPP), nous avons rencontré le Dr Marion Lenoir, qui pratique l'échographie de contraste sur ses jeunes patients. Elle communiquera sur ce thème lors de cet événement.  


Intellifence artificielle et radiologie : forces et faiblesses
23/10/2020 : L’intelligence artificielle est au centre d’une communication du Dr Grégory Lenczner sur la plateforme Journées Francophones d’Imagerie Médicale (JFIM). Elle aborde les différentes fonctionnalités de l’IA ainsi que la récurrente question du remplacement du radiologue par la machine.

Le Ségur numérique en radiologie est en marche !
20/10/2020 : Le Ségur du numérique en radiologie a abouti à la mise en place d’un groupe de travail impliquant les responsables de toutes les entités du secteur. Il s’agit de proposer une stratégie de conduite du changement en élaborant les indicateurs et incitatifs nécessaire à l’évolution des pratiques et des moyens.

Le congrès virtuel RSNA 2020 est déjà un succès
20/10/2020 : Pour son édition 2020 entièrement virtuelle, le congrès de la RSNA mettra à disposition des participants des fonctionnalités diverses optimisées par l’outil numérique. L’exposition technique comprend comme à l’accoutumée plus de 200 industriels et près de 15 000 e-congressistes sont déjà inscrits. C’est donc déjà un succès avant même son ouverture !

Les acteurs de la French Healthcare en imagerie médicale se mobilisent
19/10/2020 : L’Association French Healthcare fédère les entreprises et autres acteurs de la technologie de Santé française pour créer des synergies à l’international. À l’occasion des JFR.plus, elle a mis en lumière ses membres du secteur de l’imagerie médicale pour susciter le soutien de la communauté radiologique. La SFR est le premier de ces soutiens.

Les nouvelles solutions Fujifilm présentées aux JFR.plus
14/10/2020 : A l’occasion des JFR. Plus, la marque a présenté trois nouveaux équipements, le FDR Xair, le capteur D-EVO III et la table FDR Visionary RF Premium. Ces solutions visent à faciliter le travail des utilisateurs tout en améliorant l’expérience du patient.

Radiopédiatrie et radioprotection : l'IRSN fait le point
13/10/2020 : Dans son numéro de juillet 2020, le Magazine Repères de l’IRSN a dédié un dossier à la radiopédiatrie. Très surveillé par les radiopédiatres depuis longtemps, le risque ionisant pour les enfants les conduit à remplacer le scanner par l’échographie ou l’IRM, quand c’est possible. De leur côté, les cardiologues interventionnels réduisent les cadences d’images.

Affections pulmonaires et vasculaires dues au COVID-19 : une iconographie impressionnante !
13/10/2020 : La plateforme RadioGRaphics vient de publier une revue exhaustive des manifestations radiologiques du COVID-19. Première partie du document avec les signes pulmonaires et vasculaires.

Les prérequis de soumission des sujets pour l'ECR 2021
12/10/2020 : La campagne d’appel à soumission de sujets pour l’ECR 2021 est ouverte. L’ESR a, dans ce cadre, publié ses recommandations afin que le processus de relecture soit facilité.

Un nouveau Global Learning Center RSNA créé en Tanzanie
12/10/2020 : Après Cape Town (Afrique du Sud), c’est au tour de Muhimbili, en Tanzanie, de disposer d’un campus de formation pour radiologues régionaux initié par la RSNA. L’Administration nationale de la sécurité nucléaire américaine (NNSA) a subventionné ce nouveau Global Learning Center qui proposera de nombreux supports de formation.

Un dispositif de guidage IRM reçoit le 1er Prix de l'innovation en imagerie médicale aux JFR.plus
09/10/2020 : En obtenant le 1er Prix de l’innovation en imagerie médicale, le dispositif de guidage IRM pour l’interventionnel Certis Therapeutic fait la preuve de la fiabilité de son système. Le marquage CE est prévu en 2021.


Radiopédiatrie et radioprotection : l'IRSN fait le point
13/10/2020 : Dans son numéro de juillet 2020, le Magazine Repères de l’IRSN a dédié un dossier à la radiopédiatrie. Très surveillé par les radiopédiatres depuis longtemps, le risque ionisant pour les enfants les conduit à remplacer le scanner par l’échographie ou l’IRM, quand c’est possible. De leur côté, les cardiologues interventionnels réduisent les cadences d’images.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Dedalus dévoile la dynamique de son offre en imagerie, centrée sur les usages des radiologues
02/10/2020 : Dedalus, qui a acquis l’activité logiciels d’Agfa HealthCare IT le 5 mai 2020, présente son offre complète en imagerie, couvrant tous les besoins du radiologue. Flexible, conçue pour s’adapter aux différents usages métier, accessible à partir d’un écran unique, elle réunit un RIS de la prise de RDV à la diffusion des résultats, un PACS, répondant aux enjeux de mutualisation des données, un viewer et une solution d’archivage neutre (VNA), d’aide à la décision et plus largement l’accès au télédiagnostic dans un contexte de crise sanitaire.

Les recommandations de la Société Française de Radiologie dans un contexte de COVID-19
13/03/2020 : La Société d’Imagerie Thoracique a publié un Point sur l’imagerie dans un contexte de COVID-19. Les types d’examens à réaliser, la conduite à tenir pour les professionnels et les images significatives sont ainsi détaillés.

La lithotripsie intravasculaire pour traiter les sténoses coronaires calcifiées
04/03/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, nous vous présentons un webinar Incathlab qui présente une nouvelle procédure de traitement des sténoses très calcifiées, la lithotripsie intravasculaire.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

COVID-19 : participez au projet national organisé par la SFR avec NEHS DIGITAL
02/04/2020 : La Société Française de Radiologie (SFR), en partenariat avec NEHS DIGITAL, met en place une base de données nationale des scanners thoraciques devant des suspicions de COVID-19 ou des cas confirmés. Elle permet de rassembler le plus grand nombre de scanners afin de mieux connaitre la sémiologie diagnostique, mais également de déterminer des biomarqueurs pronostiques.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.