Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiopédiatrie > Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant

MARDI 09 MAI 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

SFIPP 2017

Thema Radiologie: Dr Minguet, pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Dr Bénédicte Minguet: Je suis Docteur en Psychologie et travaille à la Clinique de l’Espérance CHC depuis 20 ans. Je suis Maître de conférences à l’Université de Liège, ce qui me permet de valider scientifiquement les différents projets que je mène dans les établissements de santé dans le cadre de la recherche. Au cours de mon cursus, j’ai pratiqué à Montréal où j’ai pu évaluer le mode de prise en charge des jeunes patients qui, à la différence du nôtre, s’appuie sur des « Child Lif specialists ». Cela m’a amené à initier, à mon retour, une spécialisation à l’Université de Louvain dans le cadre de la prise en charge de l’enfant et de son accueil par le jeu.

T.R.: Quelles sont les différences majeures de par et d’autre de l’Atlantique ?

Dr B.M.: Sur le continent américain, informer les enfants revient aux éducateurs spécialisés (Child Life). Ils accueillent, informent et accompagnement les soins, construisent des outils et des procédures d’information. Dans la culture francophone c’est une partie du travail des infirmières, 

T.R.: Comment, donc, agissez-vous auprès des enfants pour les préparer au mieux à subir un acte diagnostic ou thérapeutique ?

Dr B.M.: Depuis plus de 20 ans, nous voyons plus de mille enfants par an dans le cadre d’une consultation pré-opératoire au cours de laquelle nous utilisons un dispositif, axé sur le jeu, leur permettant de comprendre ce qui leur arriver. Et, non seulement nous leur délivrons l‘information, mais nous évaluons également ce qu’ils en ont retenu et ce qu’ils en font. Depuis, j’ai réalisé  avec L’Association Sparadrap, Paris, un film de formation sur ce thème et qui fait référence aujourd’hui. Il a été distribué dans tous les services de pédiatrie francophones.

T.R.: Quelles ont été les premières applications en imagerie ?

Dr B.M.: Nous avons commencé par les cystographies, examen des plus traumatisants pour les très jeunes enfants et pour leurs parents, les adolescents, etc. En pratique, nous leur donnons rendez-vous une demi-heure avant l’examen dans une salle dédiée à l’information. Nous mettons en scène l’examen sur un poupon devant l’enfant ou, s’il est trop petit pour comprendre, devant les parents, ce qui permet de rendre la procédure moins agressive. En effet, les parents sont dès lors intégrés dans la réalisation de l’examen et l’enfant s’approprie les informations reçues. Il en résulte, au final, une meilleure coopération du jeune patient et des conditions de travail, pour le MERM, améliorées, propices à la réalisation d’un examen de qualité.

T.R.: Vous avez créé récemment, pour accueillir les enfants avant les examens d’imagerie en coupe, un espace appelé ”Clinique en jeu”. De quoi s’agit-il ?

Dr T.R.: Il s’agit d’un projet pilote que je vais d’ailleurs présenter au prochain congrès de la SFIPP à Liège. Il s’agit d’une salle d’accueil dans laquelle nous convoquons l’enfant et ses parents une semaine avant l’examen. Tenant compte de l’âge du patient, nous utilisons trois modules de façon progressive pour une séance de 40 minutes :  un playmobil, un mannequin à la taille de l’enfant, que l’on met dans une situation semblable à la pratique d’un scanner et un appareil d’imagerie en coupe de simulation où  l’enfant peut s’installer pour se familiariser avec l’environnement et les conditions d’examen et en faire une expérience positive.

T.R.: Quelle est la population cible de ce projet ?

Dr B.M.: Nous avons ciblé, pour Clinique en jeu, les 4-8 ans principalement pour bien organiser le processus. Mais notre idée est d’informer toute la population pédiatrique, y compris les adolescents, qui sont souvent oubliés dans ces processus alors qu’ils ont eux aussi leurs angoisses. On est même allés jusqu’à expérimenter le système sur des adultes déficients mentalement, notamment des personnes trisomiques, et ça marche très bien. On pourrait également le mettre en œuvre chez certains adultes qui manifestent des comportements phobiques. Les MERM rapportent qu’une personne sur huit hésitent à entrer dans un tunnel d’IRM, et abandonnent l’examen.

T.R.: Quels sont les retours des MERM sur cette expérience maintenant que vous avez un peu de recul ?

Dr B.M.: L’ensemble des acteurs de la prise en charge est tout à fait réceptif et très enthousiaste devant les bons résultats que Clinique en jeu obtient pour la coopération des patients. Les MERM étaient auparavant angoissés eux-mêmes les jours de vacation pédiatrique à l’idée d’accueillir des enfants angoissés et de devoir forcer des conditions d’examen, l’anesthésie étant alors l’unique alternative. Ils se réjouissent aujourd’hui de travailler lors de ces vacations. Les conditions d’examens changent significativement et les images gagnent en qualité. Et pour nous, psychologues, cette expérience nous conforte dans notre position puisque la dimension psychologique de ce processus se donne à voir. Et ça, c’est assez rare dans notre métier…

Propose recueillis par Bruno Benque


toshiba

RADIO HEROS, plus qu'une application, un accompagnement de l'enfant in situ
25/03/2019 : RADIO HEROS, l'application destinée à préparer l'enfant avant un examen d'IRM, évolue avec de nouvelles fonctionnalités, notamment pour les parents. Mais ce concept fait l'objet d'un projet d'accompagnement de l'enfant dans un service d'IRM.

Un site d'information pour tranquilliser les enfants avant un examen
07/12/2018 : RadiologyInfo.org a lancé RadInfo 4 Kids, une nouvelle section du site Web grand public contenant des vidéos, des histoires, des jeux et des activités pour aider les enfants et leurs parents à se préparer aux examens d'imagerie médicale.

L'imagerie interventionnelle expliquée en vidéo aux jeunes patients
28/06/2017 : Afin de dédramatiser les examens de radiologie interventionnelle auprès des enfants et de leurs parents, le Service d’imagerie pédiatrique de la Timone, à l’AP-HM, leur propose de visionner de courtes vidéos réalisées en interne.

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant
09/05/2017 : En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

Pas de médecine fœtale sans la contribution de l'imagerie
07/11/2016 : L'imagerie médicale apporte une aide primordiale à la pratique de la Médecine fœtale. Nous avons rencontré le Dr Laurent Bidat, créateur et principal organisateur des 22èmes Journées de Médecine fœtale qui se tiendront en mars 2017 à Marseille. Il évoque l'importance de la pluridisciplinarité dans ce secteur et souligne l'importance des progrès de l'imagerie dans le diagnostic anténatal. 

La nécessité de développer l'élastographie en pédiatrie
02/11/2016 : Les techniques d’élastographie, bien que peu présentes dans la littérature scientifique, commencent à trouver des applications efficientes en pédiatrie. Le Congrès de la SFIPP a été l’occasion de montrer que ses performances diagnostiques sont désormais très bonnes, comparées à la biopsie, notamment dans les cas de fibrose hépatique.

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus
05/09/2016 : Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Les radiopédiatres jouent la carte de la pluridisciplinarité
16/08/2016 : En amont du prochain congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 23 et 24 septembre 2016 à Toulouse, la Secrétaire générale, le Dr Chantal Durand, nous a accordé une interview. Elle nous présente, entre autre, la table ronde qui sera organisée à cette occasion, sur le thème de la prise en charge pluridisciplinaire des malformations pulmonaires et évoque les contraintes actuelles de la radiopédiatrie.

Échographie de contraste : confort et sécurité pour les jeunes patients
27/06/2016 : À quelques semaines du Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Périnatale (SFIPP), nous avons rencontré le Dr Marion Lenoir, qui pratique l'échographie de contraste sur ses jeunes patients. Elle communiquera sur ce thème lors de cet événement.  

SFIPP 2016: un congrès multidisciplinaire
26/04/2016 : Le Congrès 2016 de la SFIPP se déroulera cette année en septembre à Toulouse et comportera une première partie organisée conjointement avec la SFCP. Il s'articulera autour d'une séance scientifique et de communications libres. Les inscriptions sont ouvertes.


Harmonisation européenne de la formation des radiologues: l'ESR en appelle aux sociétés savantes nationales
14/06/2019 : L'European Society of Radiology évoque, dans un communiqué, la nécessaire modification de la directive européenne relative aux qualifications européenne. Elle souhaite notamment que les formations de radiologues soient harmonisées , que le nom de la discipline soit modifié et que les sociétés savantes nationales œuvrent dans ce sens.

Production made in France: les industriels de Santé en appellent au Premier ministre
14/06/2019 : La production de produits de Santé Made in France est en stagnation depuis 2010. C'est la raison pour laquelle le G5 interpelle le Premier ministre, dans un communiqué, afin que celui-ci prenne les mesures nécessaires de politique industrielle, d'emplois et de commerce extérieur.

Abus de cocaïne : l'IRM pour identifier les lésions cardiaques aigües et chroniques induites
13/06/2019 : Selon un article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging, l'IRM cardiaque joue un rôle essentiel dans le diagnostic des maladies cardiovasculaires induites par la cocaïne. Elle permet en effet de distinguer les lésions aigües et chroniques liées à ce fléau.

Traitement d'une valve bicuspide par TAVI: démonstration en vidéo
13/06/2019 : Dans notre série de procédures de cardiologie interventionnelle en vidéo, voici le traitement par TAVI d'une valve aortique bicuspide sur une patiente polypathologique.

Le laser couplé à un monitoring IRM pour traiter le Parkinson
13/06/2019 : Une patiente du CHU d'Amiens-Picardie a bénéficié d'une thalamotomie par laser couplé à un monitoring IRM pour traiter son Parkinson. Cette procédure est une première en Europe.

Assurance qualité en radiologie: à chacun son niveau de formation !
12/06/2019 : L'Arrêté du 8 février 2019 émis par le Ministère des Solidarités et de la Santé valide les dispositions prises par la Décision ASN du 15 janvier 2019, qui introduit des exigences nouvelles dans le processus de gestion des risques en radiologie. Forcomed renouvelle sa session de formation dédiée.

Métastases hépatiques traitées par micro-ondes: la CIRSE lance une étude européenne
12/06/2019 : Une étude à grande échelle sur les effets de l'ablation par micro-ondes des métastases hépatiques du carcinome colorectal vient d'être lancée par la Société européenne de radiologie cardiovasculaire et interventionnelle (CIRSE). Il s'agit notamment d'évaluer la qualité de vie des patients ainsi que l'état des lésions à 12 mois.

La chimio-embolisation du CHC bénéficie à 400 000 patients dans le monde
11/06/2019 : Le Lipiodol® Ultra-Fluide vient d'obtenir la validation de la Suisse et de l'Inde dans la chimio-embolisation du carcinome hépatocellulaire. Cette procédure est désormais la référence au niveau mondial et bénéficie à 400 000 patients chaque année.

L'ESR, première société de radiologie au monde ?
07/06/2019 : L'European Society of Radiology se veut la plu grande société de radiologie au monde. C'est ce qu'elle a annoncé dans un communiqué où elle a enregistré 112 000 membres et rappelé l'activité pédagogique via ses services en ligne.  

Des programmes de recherche IRSN sur les effets secondaires à la radiothérapie
06/06/2019 : L'IRSN développe de nouveaux programmes de recherche sur les effets secondaires en radiothérapie. Il élabore notamment des modèles prédictifs et va lancer un premier essai clinique mettant en jeu des cellules souches réparatrices.


Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM
22/05/2019 : Les patients porteurs d'une dérivation ventriculo-péritonéale doivent satisfaire à un contrôle de la valve lorsqu'ils ont fait l'objet d'un examen IRM. La Cour d'appel de Bordeaux nous le rappelle, qui a dû juger le cas d'une patiente victime d'effets secondaires le lendemain d'une exploration IRM du genou.

Édito - Doit-on craindre une pénurie de manipulateurs à moyen terme ?
03/10/2018 : Une pénurie de Manipulateurs d'Électro-Radiologie Médicale (MERM) semble s'annoncer à moyen terme, sous l'effet de plusieurs facteurs. Le processus de recrutement des étudiants et la réforme LMD figurent parmi les causes de ce phénomène.

SLA / Maladie de Charcot: la recherche avance
28/05/2019 : La recherche sur la SLA / Maladie de Charcot avance. Le programme DHUNE y est très actif et présentera bientôt les résultats de ses études en cours. Une interview du Pr Shahram Attarian et du Dr Annie Verschueren nous éclaire sur le sujet.

Nouveaux résultats encourageants pour la SBRT appliquée à la prostate
25/02/2019 : La radiothérapie stéréotaxique corps entier montre son innocuité potentielle pour les tissus sains, en comparaison de la radiothérapie conventionnelle. Les nouveaux résultats de l'étude ACE en sont l'illustration.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Édito - Téléradiologie: des prérequis technologiques différents selon les applications
05/06/2019 : La téléradiologie est devenue un maillon essentiel du parcours de soins. Et suivant les applications qui en sont faites, le niveau technologique peut s'avérer plus ou moins complexe et coûteux. Revue de détails…

Les mises à jour des NRD sont inscrites dans la Loi
05/06/2019 : Les dispositions prises par l'ASN concernant la mise à jour des Niveau de Référence Diagnostique (NRD) viennent d'être validées par Arrêté publié au Journal Officiel. Les évaluations en scanner et en interventionnel comprendront 10 patients consécutifs.

Les PACS open source : une solution fiable et économique pour les professionnels de santé
25/05/2013 : “Toute image, n'importe quand, n'importe où, c'est le mantra », expliquait le professeur Ruben Mezrich, (théoricien des PACS à l’université de Baltimore),

Assurance qualité en radiologie: à chacun son niveau de formation !
12/06/2019 : L'Arrêté du 8 février 2019 émis par le Ministère des Solidarités et de la Santé valide les dispositions prises par la Décision ASN du 15 janvier 2019, qui introduit des exigences nouvelles dans le processus de gestion des risques en radiologie. Forcomed renouvelle sa session de formation dédiée.

La chimio-embolisation du CHC bénéficie à 400 000 patients dans le monde
11/06/2019 : Le Lipiodol® Ultra-Fluide vient d'obtenir la validation de la Suisse et de l'Inde dans la chimio-embolisation du carcinome hépatocellulaire. Cette procédure est désormais la référence au niveau mondial et bénéficie à 400 000 patients chaque année.