Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiopédiatrie > Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant

MARDI 09 MAI 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

SFIPP 2017

Thema Radiologie: Dr Minguet, pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Dr Bénédicte Minguet: Je suis Docteur en Psychologie et travaille à la Clinique de l’Espérance CHC depuis 20 ans. Je suis Maître de conférences à l’Université de Liège, ce qui me permet de valider scientifiquement les différents projets que je mène dans les établissements de santé dans le cadre de la recherche. Au cours de mon cursus, j’ai pratiqué à Montréal où j’ai pu évaluer le mode de prise en charge des jeunes patients qui, à la différence du nôtre, s’appuie sur des « Child Lif specialists ». Cela m’a amené à initier, à mon retour, une spécialisation à l’Université de Louvain dans le cadre de la prise en charge de l’enfant et de son accueil par le jeu.

T.R.: Quelles sont les différences majeures de par et d’autre de l’Atlantique ?

Dr B.M.: Sur le continent américain, informer les enfants revient aux éducateurs spécialisés (Child Life). Ils accueillent, informent et accompagnement les soins, construisent des outils et des procédures d’information. Dans la culture francophone c’est une partie du travail des infirmières, 

T.R.: Comment, donc, agissez-vous auprès des enfants pour les préparer au mieux à subir un acte diagnostic ou thérapeutique ?

Dr B.M.: Depuis plus de 20 ans, nous voyons plus de mille enfants par an dans le cadre d’une consultation pré-opératoire au cours de laquelle nous utilisons un dispositif, axé sur le jeu, leur permettant de comprendre ce qui leur arriver. Et, non seulement nous leur délivrons l‘information, mais nous évaluons également ce qu’ils en ont retenu et ce qu’ils en font. Depuis, j’ai réalisé  avec L’Association Sparadrap, Paris, un film de formation sur ce thème et qui fait référence aujourd’hui. Il a été distribué dans tous les services de pédiatrie francophones.

T.R.: Quelles ont été les premières applications en imagerie ?

Dr B.M.: Nous avons commencé par les cystographies, examen des plus traumatisants pour les très jeunes enfants et pour leurs parents, les adolescents, etc. En pratique, nous leur donnons rendez-vous une demi-heure avant l’examen dans une salle dédiée à l’information. Nous mettons en scène l’examen sur un poupon devant l’enfant ou, s’il est trop petit pour comprendre, devant les parents, ce qui permet de rendre la procédure moins agressive. En effet, les parents sont dès lors intégrés dans la réalisation de l’examen et l’enfant s’approprie les informations reçues. Il en résulte, au final, une meilleure coopération du jeune patient et des conditions de travail, pour le MERM, améliorées, propices à la réalisation d’un examen de qualité.

T.R.: Vous avez créé récemment, pour accueillir les enfants avant les examens d’imagerie en coupe, un espace appelé ”Clinique en jeu”. De quoi s’agit-il ?

Dr T.R.: Il s’agit d’un projet pilote que je vais d’ailleurs présenter au prochain congrès de la SFIPP à Liège. Il s’agit d’une salle d’accueil dans laquelle nous convoquons l’enfant et ses parents une semaine avant l’examen. Tenant compte de l’âge du patient, nous utilisons trois modules de façon progressive pour une séance de 40 minutes :  un playmobil, un mannequin à la taille de l’enfant, que l’on met dans une situation semblable à la pratique d’un scanner et un appareil d’imagerie en coupe de simulation où  l’enfant peut s’installer pour se familiariser avec l’environnement et les conditions d’examen et en faire une expérience positive.

T.R.: Quelle est la population cible de ce projet ?

Dr B.M.: Nous avons ciblé, pour Clinique en jeu, les 4-8 ans principalement pour bien organiser le processus. Mais notre idée est d’informer toute la population pédiatrique, y compris les adolescents, qui sont souvent oubliés dans ces processus alors qu’ils ont eux aussi leurs angoisses. On est même allés jusqu’à expérimenter le système sur des adultes déficients mentalement, notamment des personnes trisomiques, et ça marche très bien. On pourrait également le mettre en œuvre chez certains adultes qui manifestent des comportements phobiques. Les MERM rapportent qu’une personne sur huit hésitent à entrer dans un tunnel d’IRM, et abandonnent l’examen.

T.R.: Quels sont les retours des MERM sur cette expérience maintenant que vous avez un peu de recul ?

Dr B.M.: L’ensemble des acteurs de la prise en charge est tout à fait réceptif et très enthousiaste devant les bons résultats que Clinique en jeu obtient pour la coopération des patients. Les MERM étaient auparavant angoissés eux-mêmes les jours de vacation pédiatrique à l’idée d’accueillir des enfants angoissés et de devoir forcer des conditions d’examen, l’anesthésie étant alors l’unique alternative. Ils se réjouissent aujourd’hui de travailler lors de ces vacations. Les conditions d’examens changent significativement et les images gagnent en qualité. Et pour nous, psychologues, cette expérience nous conforte dans notre position puisque la dimension psychologique de ce processus se donne à voir. Et ça, c’est assez rare dans notre métier…

Propose recueillis par Bruno Benque


toshiba

Un nouveau modèle de signes radiologiques pour le MIS-C pédiatrique
29/06/2020 : Au cours des dernières semaines, une affection hyperinflammatoire multisystémique est apparue chez les enfants en association avec une exposition ou une infection antérieure au SRAS-CoV-2. Une nouvelle série de cas publiée dans la revue Radiology examine le spectre des résultats d'imagerie chez les enfants atteints de l'inflammation post-COVID-19 connue aux États-Unis comme syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C).

RADIO HEROS, plus qu'une application, un accompagnement de l'enfant in situ
25/03/2019 : RADIO HEROS, l'application destinée à préparer l'enfant avant un examen d'IRM, évolue avec de nouvelles fonctionnalités, notamment pour les parents. Mais ce concept fait l'objet d'un projet d'accompagnement de l'enfant dans un service d'IRM.

Un site d'information pour tranquilliser les enfants avant un examen
07/12/2018 : RadiologyInfo.org a lancé RadInfo 4 Kids, une nouvelle section du site Web grand public contenant des vidéos, des histoires, des jeux et des activités pour aider les enfants et leurs parents à se préparer aux examens d'imagerie médicale.

L'imagerie interventionnelle expliquée en vidéo aux jeunes patients
28/06/2017 : Afin de dédramatiser les examens de radiologie interventionnelle auprès des enfants et de leurs parents, le Service d’imagerie pédiatrique de la Timone, à l’AP-HM, leur propose de visionner de courtes vidéos réalisées en interne.

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant
09/05/2017 : En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

Pas de médecine fœtale sans la contribution de l'imagerie
07/11/2016 : L'imagerie médicale apporte une aide primordiale à la pratique de la Médecine fœtale. Nous avons rencontré le Dr Laurent Bidat, créateur et principal organisateur des 22èmes Journées de Médecine fœtale qui se tiendront en mars 2017 à Marseille. Il évoque l'importance de la pluridisciplinarité dans ce secteur et souligne l'importance des progrès de l'imagerie dans le diagnostic anténatal. 

La nécessité de développer l'élastographie en pédiatrie
02/11/2016 : Les techniques d’élastographie, bien que peu présentes dans la littérature scientifique, commencent à trouver des applications efficientes en pédiatrie. Le Congrès de la SFIPP a été l’occasion de montrer que ses performances diagnostiques sont désormais très bonnes, comparées à la biopsie, notamment dans les cas de fibrose hépatique.

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus
05/09/2016 : Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Les radiopédiatres jouent la carte de la pluridisciplinarité
16/08/2016 : En amont du prochain congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 23 et 24 septembre 2016 à Toulouse, la Secrétaire générale, le Dr Chantal Durand, nous a accordé une interview. Elle nous présente, entre autre, la table ronde qui sera organisée à cette occasion, sur le thème de la prise en charge pluridisciplinaire des malformations pulmonaires et évoque les contraintes actuelles de la radiopédiatrie.

Échographie de contraste : confort et sécurité pour les jeunes patients
27/06/2016 : À quelques semaines du Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Périnatale (SFIPP), nous avons rencontré le Dr Marion Lenoir, qui pratique l'échographie de contraste sur ses jeunes patients. Elle communiquera sur ce thème lors de cet événement.  


Un outil d'aide à la décision en mammographie
10/07/2020 : Dans une conférence de presse virtuelle, deux radiologues présentent les avantages de la solution ProFound AI™ pour l’aide à la décision en mammographie.

Les usages du PET dans les indications d'infections articulaires péri prothétiques
08/07/2020 : En aval de la Conférence CHILI sur l’imagerie hybride, le Pr Jean-Noël Talbot a répondu à des questions ciblées sur les usages du PET dans les indications d’infections articulaires péri-prothétiques.

Recommandations relatives aux ré-irradiations en radiothérapie
07/07/2020 : Le nouveau numéro de « Sécurité du patient », publié régulièrement par l’ASN,  pour objet les ré-irradiations en radiothérapie. 29 ESR dus à cette pratique ont été répertoriés au cours des dix dernières années.

Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Un nouveau modèle de signes radiologiques pour le MIS-C pédiatrique
29/06/2020 : Au cours des dernières semaines, une affection hyperinflammatoire multisystémique est apparue chez les enfants en association avec une exposition ou une infection antérieure au SRAS-CoV-2. Une nouvelle série de cas publiée dans la revue Radiology examine le spectre des résultats d'imagerie chez les enfants atteints de l'inflammation post-COVID-19 connue aux États-Unis comme syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C).

La plateforme Odys Téléradiologie couvre désormais tout le Grand Est
24/06/2020 : Dans le prolongement de la plateforme historique T-Lor, Odys téléradiologie assure désormais la continuité de la prise en charge radiologique dans le Grand Est. Vingt-trois établissements, publics et privés, collaborent à ce projet et l’utilisent au quotidien.

Une étude teste un marqueur de récidive du CHC au scanner
24/06/2020 : Un biomarqueur non invasif de la fibrose hépatique à partir d’images tomodensitométriques devrait permettre d’éviter la biopsie pour évaluer le degré de récidive du CHC. C’est ce que montre une étude lancée par Median Technologies.

Save the date : le CTO Live Aid World Tour
23/06/2020 : Les acteurs de la prise en charge de l’occlusion chronique coronaire percutanée se retrouveront bientôt pour un événement caritatif en ligne. À cette occasion, 13 procédures seront diffusées en direct en 14h de temps.


Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les usages du PET dans les indications d'infections articulaires péri prothétiques
08/07/2020 : En aval de la Conférence CHILI sur l’imagerie hybride, le Pr Jean-Noël Talbot a répondu à des questions ciblées sur les usages du PET dans les indications d’infections articulaires péri-prothétiques.

Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Un outil d'aide à la décision en mammographie
10/07/2020 : Dans une conférence de presse virtuelle, deux radiologues présentent les avantages de la solution ProFound AI™ pour l’aide à la décision en mammographie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Un modèle de deep learning pour identifier le COVID-19 au scanner
08/04/2020 : Dans une étude publiée dans la Revue Radiology, un modèle de deep learning semble capable de réaliser un diagnostic différentiel de COVID-19 sur les examens de tomodensitométrie. Ce travail montre surtout que la spécificité du scanner semble améliorée comparativement aux autres études publiées sur ce thème.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.