Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiopédiatrie > Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant

MARDI 09 MAI 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

SFIPP 2017

Thema Radiologie: Dr Minguet, pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Dr Bénédicte Minguet: Je suis Docteur en Psychologie et travaille à la Clinique de l’Espérance CHC depuis 20 ans. Je suis Maître de conférences à l’Université de Liège, ce qui me permet de valider scientifiquement les différents projets que je mène dans les établissements de santé dans le cadre de la recherche. Au cours de mon cursus, j’ai pratiqué à Montréal où j’ai pu évaluer le mode de prise en charge des jeunes patients qui, à la différence du nôtre, s’appuie sur des « Child Lif specialists ». Cela m’a amené à initier, à mon retour, une spécialisation à l’Université de Louvain dans le cadre de la prise en charge de l’enfant et de son accueil par le jeu.

T.R.: Quelles sont les différences majeures de par et d’autre de l’Atlantique ?

Dr B.M.: Sur le continent américain, informer les enfants revient aux éducateurs spécialisés (Child Life). Ils accueillent, informent et accompagnement les soins, construisent des outils et des procédures d’information. Dans la culture francophone c’est une partie du travail des infirmières, 

T.R.: Comment, donc, agissez-vous auprès des enfants pour les préparer au mieux à subir un acte diagnostic ou thérapeutique ?

Dr B.M.: Depuis plus de 20 ans, nous voyons plus de mille enfants par an dans le cadre d’une consultation pré-opératoire au cours de laquelle nous utilisons un dispositif, axé sur le jeu, leur permettant de comprendre ce qui leur arriver. Et, non seulement nous leur délivrons l‘information, mais nous évaluons également ce qu’ils en ont retenu et ce qu’ils en font. Depuis, j’ai réalisé  avec L’Association Sparadrap, Paris, un film de formation sur ce thème et qui fait référence aujourd’hui. Il a été distribué dans tous les services de pédiatrie francophones.

T.R.: Quelles ont été les premières applications en imagerie ?

Dr B.M.: Nous avons commencé par les cystographies, examen des plus traumatisants pour les très jeunes enfants et pour leurs parents, les adolescents, etc. En pratique, nous leur donnons rendez-vous une demi-heure avant l’examen dans une salle dédiée à l’information. Nous mettons en scène l’examen sur un poupon devant l’enfant ou, s’il est trop petit pour comprendre, devant les parents, ce qui permet de rendre la procédure moins agressive. En effet, les parents sont dès lors intégrés dans la réalisation de l’examen et l’enfant s’approprie les informations reçues. Il en résulte, au final, une meilleure coopération du jeune patient et des conditions de travail, pour le MERM, améliorées, propices à la réalisation d’un examen de qualité.

T.R.: Vous avez créé récemment, pour accueillir les enfants avant les examens d’imagerie en coupe, un espace appelé ”Clinique en jeu”. De quoi s’agit-il ?

Dr T.R.: Il s’agit d’un projet pilote que je vais d’ailleurs présenter au prochain congrès de la SFIPP à Liège. Il s’agit d’une salle d’accueil dans laquelle nous convoquons l’enfant et ses parents une semaine avant l’examen. Tenant compte de l’âge du patient, nous utilisons trois modules de façon progressive pour une séance de 40 minutes :  un playmobil, un mannequin à la taille de l’enfant, que l’on met dans une situation semblable à la pratique d’un scanner et un appareil d’imagerie en coupe de simulation où  l’enfant peut s’installer pour se familiariser avec l’environnement et les conditions d’examen et en faire une expérience positive.

T.R.: Quelle est la population cible de ce projet ?

Dr B.M.: Nous avons ciblé, pour Clinique en jeu, les 4-8 ans principalement pour bien organiser le processus. Mais notre idée est d’informer toute la population pédiatrique, y compris les adolescents, qui sont souvent oubliés dans ces processus alors qu’ils ont eux aussi leurs angoisses. On est même allés jusqu’à expérimenter le système sur des adultes déficients mentalement, notamment des personnes trisomiques, et ça marche très bien. On pourrait également le mettre en œuvre chez certains adultes qui manifestent des comportements phobiques. Les MERM rapportent qu’une personne sur huit hésitent à entrer dans un tunnel d’IRM, et abandonnent l’examen.

T.R.: Quels sont les retours des MERM sur cette expérience maintenant que vous avez un peu de recul ?

Dr B.M.: L’ensemble des acteurs de la prise en charge est tout à fait réceptif et très enthousiaste devant les bons résultats que Clinique en jeu obtient pour la coopération des patients. Les MERM étaient auparavant angoissés eux-mêmes les jours de vacation pédiatrique à l’idée d’accueillir des enfants angoissés et de devoir forcer des conditions d’examen, l’anesthésie étant alors l’unique alternative. Ils se réjouissent aujourd’hui de travailler lors de ces vacations. Les conditions d’examens changent significativement et les images gagnent en qualité. Et pour nous, psychologues, cette expérience nous conforte dans notre position puisque la dimension psychologique de ce processus se donne à voir. Et ça, c’est assez rare dans notre métier…

Propose recueillis par Bruno Benque


toshiba

RADIO HEROS, plus qu'une application, un accompagnement de l'enfant in situ
25/03/2019 : RADIO HEROS, l'application destinée à préparer l'enfant avant un examen d'IRM, évolue avec de nouvelles fonctionnalités, notamment pour les parents. Mais ce concept fait l'objet d'un projet d'accompagnement de l'enfant dans un service d'IRM.

Un site d'information pour tranquilliser les enfants avant un examen
07/12/2018 : RadiologyInfo.org a lancé RadInfo 4 Kids, une nouvelle section du site Web grand public contenant des vidéos, des histoires, des jeux et des activités pour aider les enfants et leurs parents à se préparer aux examens d'imagerie médicale.

L'imagerie interventionnelle expliquée en vidéo aux jeunes patients
28/06/2017 : Afin de dédramatiser les examens de radiologie interventionnelle auprès des enfants et de leurs parents, le Service d’imagerie pédiatrique de la Timone, à l’AP-HM, leur propose de visionner de courtes vidéos réalisées en interne.

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant
09/05/2017 : En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

Pas de médecine fœtale sans la contribution de l'imagerie
07/11/2016 : L'imagerie médicale apporte une aide primordiale à la pratique de la Médecine fœtale. Nous avons rencontré le Dr Laurent Bidat, créateur et principal organisateur des 22èmes Journées de Médecine fœtale qui se tiendront en mars 2017 à Marseille. Il évoque l'importance de la pluridisciplinarité dans ce secteur et souligne l'importance des progrès de l'imagerie dans le diagnostic anténatal. 

La nécessité de développer l'élastographie en pédiatrie
02/11/2016 : Les techniques d’élastographie, bien que peu présentes dans la littérature scientifique, commencent à trouver des applications efficientes en pédiatrie. Le Congrès de la SFIPP a été l’occasion de montrer que ses performances diagnostiques sont désormais très bonnes, comparées à la biopsie, notamment dans les cas de fibrose hépatique.

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus
05/09/2016 : Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Les radiopédiatres jouent la carte de la pluridisciplinarité
16/08/2016 : En amont du prochain congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 23 et 24 septembre 2016 à Toulouse, la Secrétaire générale, le Dr Chantal Durand, nous a accordé une interview. Elle nous présente, entre autre, la table ronde qui sera organisée à cette occasion, sur le thème de la prise en charge pluridisciplinaire des malformations pulmonaires et évoque les contraintes actuelles de la radiopédiatrie.

Échographie de contraste : confort et sécurité pour les jeunes patients
27/06/2016 : À quelques semaines du Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Périnatale (SFIPP), nous avons rencontré le Dr Marion Lenoir, qui pratique l'échographie de contraste sur ses jeunes patients. Elle communiquera sur ce thème lors de cet événement.  

SFIPP 2016: un congrès multidisciplinaire
26/04/2016 : Le Congrès 2016 de la SFIPP se déroulera cette année en septembre à Toulouse et comportera une première partie organisée conjointement avec la SFCP. Il s'articulera autour d'une séance scientifique et de communications libres. Les inscriptions sont ouvertes.


Le Pr Yves Menu évoque l'évolution de l'ECR
20/08/2019 : Le Pr Yves Menu, Rédacteur en chef de la revue European Radiology, évoque l'évolution de l'ECR depuis sa première participation en 1991 sur la nouvelle ESR Connect Channel.

Traitement de la TDAH : des effets nocifs pour la substance blanche des jeunes enfants
19/08/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un médicament utilisé pour traiter le trouble déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) semble affecter le développement de la substance blanche chez les enfants atteints de ce trouble. Les mêmes effets n'ont pas été observés chez les adultes atteints de cette pathologie.

Hologic acquiert une partie de SuperSonic Imagine
14/08/2019 : SuperSonic Imagine vient de céder 46% de ses actions à Hologic. De quoi développer ses ventes à l'export.

Formation à l'imagerie IRM du pelvis féminin
13/08/2019 : Forcomed propose des formations spécifiques à l'imagerie IRM des pathologies du pelvis féminin. Elles sont scindées en trois programmes distincts, dont un consacré au perfectionnement.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

RSNA 2019 : 3 700 m2 dédiés à l'intelligence artificielle
09/08/2019 : Le RSNA 2019 AI Showcase proposera un plus grand espace dédié à l'intelligence artificielle. Des démonstrations et des salles de classe permettront aux fournisseurs de solutions et aux spécialistes de promouvoir les outils d'aide à la décision clinique ainsi que les bonnes pratiques de gestion des données.

UniHA élargit considérablement son offre dans le domaine des ultrasons
07/08/2019 : Le nouveau marché d'imagerie ultrasonore mis en place par UniHA proposera une offre complète de modalités, pour des usages classiques ou les plus spécifiques. Il comporte également des systèmes de télé-échographie et de désinfection des sondes.

Un patient reçoit double dose en radiothérapie stéréotaxique
02/08/2019 : Les périodes de surcharge de travail, on le sait, sont susceptibles d'entrainer des erreurs de pratique. Le service de radiothérapie du Centre François Baclesse de Caen en a fait l'expérience récemment avec un ESR de niveau 2.

Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse
01/08/2019 : L'intelligence artificielle (IA) contribue à améliorer l'efficacité et la précision de l'imagerie du sein par tomosynthèse, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology: Artificial Intelligence. Le temps d'interprétation, ainsi que la sensibilité et la spécificité du diagnostic s'en trouvent également bonifiés.

La Nouvelle Clinique Tours plus se dote d'un institut de cardiologie moderne
31/07/2019 : L'Institut du cœur Saint-Gatien vient d'accueillir ses premiers patients. Cet établissement moderne comporte 8 salles de bloc dédiées, dont une salle hybride neuve.


Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux
12/02/2018 : Le PIMM semble la réponse appropriée du système de Santé pour assurer une permanence des Soins en imagerie médicale. C'est ce qui ressort du webinar, organisé par le Cabinet Houdart & Associés, qui y était consacré et auquel participait le Dr Pascal Béroud, du SRH.

Enterprise Imaging: plus qu'un PACS !
08/10/2018 : En faisant le choix d'Enterprise Imaging, le CHU de Nîmes a opté pour un outil qui va au-delà de la notion de PACS. Cette réflexion du Pr Jean-Paul Beregi, que nous avons rencontré, illustre la maturité de cette solution et la qualité de l'accompagnement Agfa HealthCare dans ce projet.

Actualité du parc IRM français en avril 2019
23/04/2019 : Dans notre série dédiée à l'évolution du parc IRM français, nous évoquons ici l'installation de modalités de ce type au Havre, à Ambérieu-en-Bugey, ainsi qu'à Carhaix et Guingamp.

Le CH de Soissons inaugure son nouveau service de radiothérapie
15/07/2019 : Le CH de Soissons vient d'inaugurer un nouveau service de radiothérapie dans ses locaux. Ce projet a fait l'objet de la constitution d'un GCS avec l'Institut Godinot de Reims.

Sécurité du patient : un nouveau bulletin ASN dédié à la pratique du scanner
29/07/2019 : Dans le prolongement des documents qualités qu'elle élabore pour la radiothérapie, l'ASN vient de publier un nouveau bulletin "La sécurité des patients" dédié à la pratique scanographique. Il est le résultat d'un travail pluriprofessionnel.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Un patient reçoit double dose en radiothérapie stéréotaxique
02/08/2019 : Les périodes de surcharge de travail, on le sait, sont susceptibles d'entrainer des erreurs de pratique. Le service de radiothérapie du Centre François Baclesse de Caen en a fait l'expérience récemment avec un ESR de niveau 2.