Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiothérapie > L'Institut Curie teste trois thérapies associées contre le cancer

L'Institut Curie teste trois thérapies associées contre le cancer

LUNDI 13 FéVRIER 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La radiothérapie, l’immunothérapie et l’inhibition de la réparation de l’ADN semblent former un trio qui permettra de faire progresser sensiblement la prise en charge oncologique à moyen terme. En renforçant leur collaboration, l’Institut Curie et Onxeo se lancent dans une série de recherche sur cette association de traitements prometteurs.

Institut Curie

Onxeo S.A., société de biotechnologie spécialisée dans le développement de médicaments innovants pour le traitement des maladies orphelines, en particulier en oncologie, et l’Institut Curie s’associent pour lancer une série d’études afin d’étudier l’intérêt de l’association de la radiothérapie, des inhibiteurs de la réparation de l’ADN tumoral et de l’immunothérapie. 

De nombreuses études en cours sur l’association de la radiothérapie et l’immunothérapie

Cette combinaison particulièrement innovante permettrait de faire régresser la maladie chez des patients atteints de cancers résistants. Onxeo,a acquis en 2016 le produit AsiDNA™ basé sur la technologie des DBait, agents inhibiteurs de la réparation de l’ADN tumoral, issus notamment de la recherche de l’institut Curie. Les deux équipes renforcent aujourd’hui leur collaboration pour mener à bien un projet ambitieux. De nombreux essais associant la radiothérapie et l’immunothérapie (plus de 200 en cours) testent l’efficacité de cette association dans le traitement de nombreux cancers métastatiques ou avancés tels que le mélanome, le cancer du poumon, de l’œsophage, du cerveau, de la prostate, les sarcomes et les leucémies. Aujourd’hui l’Institut Curie souhaite donner une nouvelle dimension à la radiothérapie. Le site d’Orsay de l’Institut Curie se consacre à son développement avec, pour objectif aujourd’hui, de mettre au point de nouvelles combinaisons particulièrement innovantes avec l’immunothérapie. 

L’altération de l’ADN, un frein à l’efficacité de l’immunothérapie

Cette dernière constitue indiscutablement une nouvelle arme de choix contre le cancer. Toutefois, malgré des résultats impressionnants contre certaines tumeurs, 80 % des patients ne répondent pas à ces nouvelles stratégies thérapeutiques, dont les plus avancées sont les inhibiteurs de PD1 et PDL1. « Les patients chez lesquels les nouvelles immunothérapies sont peu efficaces sont généralement porteurs d’un cancer dont l’ADN est peu muté et qui ne produit pas de néo-épitopes, explique Sebastian Amigorena, directeur du Centre d’immunothérapie des cancers de l’Institut Curie. Ces petites molécules caractéristiques des cancers, car porteuses d’une mutation d’un gène spécifique de la cellule tumorale, agissent comme un chiffon rouge pour lancer le système immunitaire sur la piste des cellules dangereuses ». Le frein à l’action des toutes nouvelles immunothérapies semble être associé à la présence d’altérations de l’ADN, et très certainement à l’existence d’une capacité, même résiduelle, à réparer les lésions. 

Les bons résultats de l’association radiothérapie-Dbait

Or, Marie Dutreix, directeur de recherche à l’Institut Curie (site d’Orsay), est une spécialiste reconnue des mécanismes de réparation de l’ADN et à l’origine d’une nouvelle classe de produits très prometteurs : les Dbait, agents qui accentuent l’effet des traitements génotoxiques comme la radiothérapie, notamment en détournant de leur cible les enzymes de réparation de l’ADN tumoral. L’association de la radiothérapie et de Dbait a déjà montré des résultats très prometteurs chez l’homme. L’essai DRIM3, effectué chez des patients atteints de mélanome avec métastases cutanées, a montré la bonne tolérance d’AsiDNA™ (forme clinique de Dbait) administré par voie locale, et des taux de réponse complète (disparition des nodules tumoraux) 4 fois supérieurs à ce qui avait été observé avec la radiothérapie seule. 

Le cercle vertueux d’un traitement en trois étapes

Radiothérapie, inhibiteur de la réparation de l’ADN tumoral et immunothérapie pourraient devenir le trio gagnant. Avec l’équipe d’Onxeo, les médecins et chercheurs de l’Institut Curie réunissent leurs expertises pour évaluer l’association de l’immunothérapie à la radiothérapie et à AsiDNA™. Concrètement, cette association fonctionnerait comme un cercle vertueux, chaque approche thérapeutique contribuant à l’efficacité des autres. Premièrement, l’irradiation par radiothérapie induit la mort des cellules tumorales qui stimule l’expression de gènes de l’inflammation et donc le système immunitaire. Ensuite, AsiDNA vise à amplifier l’effet de l’irradiation en empêchant la réparation des dommages créés par cette dernière sur l’ADN tumoral. Elle augmente donc l’efficacité de la radiothérapie et la mort « immunogène des cellules tumorales. Et enfin, l’immunothérapie augmente la capacité du système immunitaire à reconnaitre les cellules tumorales et les détruire. 

L’Institut Curie se dote d’un nouveau Chef du Département de radiothérapie

Des essais cliniques associant radiothérapie et immunothérapie ont d’ores et déjà fait la preuve de l’efficacité de cette association. La triple combinaison pourrait permettre de franchir une nouvelle étape dans la lutte contre le cancer. Les équipes de recherche de l'Institut Curie travaillant sur la réparation de l'ADN et sur l'immunooncologie sont reconnues à l'échelle internationale. Pour accélérer le développement et la recherche sur cette association thérapeutique innovante, l’Institut accueillera, dès le mois de mars, une nouvelle recrue de marque, en la personne du Pr Philip Poortmans. Actuellement chef du département de radio-oncologie au centre médical universitaire Radboud à Nijmegen, aux Pays-Bas, et professeur à l'Université Radboud, il prendra la tête du Département de radiothérapie de l’Institut Curie en mars 2017. Il apportera son expertise préclinique et clinique sur ce projet visant à valider cette nouvelle approche thérapeutique pour les patients.

Thema Radiologie avec Institut Curie


toshiba

Radioembolisation hépatique: de la difficulté à évaluer la dose administrée
29/11/2017 : Évaluer la dose administrée lors d'une radioembolisation hépatique n'est pas chose aisée. Une étude parue dans European Radiology estime que la méthode BSA n'est pas recommandée dans les cas d'un faible volume de foie restant après chirurgie. Un algorithme basé sur le volume de foie est alors recommandé.

Optimiser les séances de radiothérapie grâce à un système de planification dédié
30/10/2017 : Grâce au système de planification de traitement Accuray PrecisionTM, les traitements de radiothérapie et radiochirurgie par Cyberknife sont plus rapides, sans compromettre les résultats cliniques.

Dénouement dans l'affaire du Tomotherapy du CHRU de Tours
26/10/2017 : Le CHRU de Tours pourra bien utiliser son nouveau système TomoTherapy®. Le recours en annulation de l'achat déposé par Varian a été rejeté par la Cour d'appel de Nantes.

Une aide extérieure pour envisager le nouvel IOS de la protonthérapie à l'Institut Curie
05/09/2017 : L’activité d’un service de protonthérapie nécessite l’utilisation d’une solution informatique répondant au plus près aux évolutions de cette technologie. L’Institut Curie a fait appel à un cabinet de conseil pour mettre à disposition des acteurs de ce service un logiciel leur permettant de consolider et de développer ce type de traitement.

Sondage: la radiothérapie comme traitement oncologique le moins redouté des français
01/09/2017 : Le second volet du sondage de l’Ifop diffusé par l”association de patients EUROPA DONNA FRANCE avec le soutien d’Accuray montre qu’un certain nombre d’idées reçues et de freins sont à combattre pour améliorer le dépistage du cancer du sein en France. Cette enquête décrit la radiothérapie parmi les traitements les moins redoutés par la population.

Accord pour la métrologie appliquée à la radiothérapie entre le LIST et le BIMP
10/08/2017 : Le Laboratoire d'Intégration de Systèmes et des technologies, institut de CEA Tech, et le Bureau international des poids et mesures allient leurs compétences par la signature d’un accord dans le but de répondre aux besoins de traçabilité internationale dans le domaine de la radiothérapie externe.

Radiothérapie tête et cou: moins d'effets secondaires par tomothérapie selon une étude
02/08/2017 : Le Journal of Radiation Oncology a publié une étude française comparant les traitements de cancers de la tête et du cou par Tomotherapy et par Arc Thérapie. La première technologie, grâce à son mode TomoHelical notamment, délivre une dose plus homogène et suscite des effets secondaires réduits

Premier achat groupé pour la radiothérapie publique
06/07/2017 : UniHA vient d’attribuer un marché de radiothérapie à cinq industriels qui couvriront les besoins en machines de traitement, systèmes de planification et systèmes d’information ontologique. C’es la première fois que des modalités de radiothérapie en établissement public font l’objet d’un achat groupé.

La radiothérapie adaptative arrive en France
28/06/2017 : En faisant le choix du système RadixactTM, l’IUCT Oncopole de Toulouse offre aux patients une suite d’outils qui optimisent les séances de radiothérapie. Celle-ci devient ainsi adaptative et épargne les tissus sains.

Succès confirmé pour les 2èmes Journées des manipulateurs en radiothérapie
12/06/2017 : Les Journées de spécialités organisées par l'AFPPE rencontrent à chaque fois un succès prometteur. Ce fut encore le cas le 10 juin 2017 à l'HEGP, à l'occasion des Journées organisées par la Commission Radiothérapie.


Vidéo: Bayer rapproche les radiologues de leurs patients
11/12/2017 : Sophie NDiaye, Responsable Marketing Radiologie et, Marion Guillou-Mas Responsable Digital Radiologie pour Bayer, nous ont reçu sur leur stand des JFR 2017 pour une interview à propos des nouvelles solutions élaborées par cet acteur historique dédiées aux radiologues et aux patients.

L’angio-CT, une réelle plus-value pour la qualité de la prise en charge radiologique
11/12/2017 : À quelques semaines de l'ouverture du Symposium Scanner volumique qui se tiendra fin janvier à Nancy, nous avons rencontré le Pr Éric de Kerviler qui nous dévoile, en avant-première, quelques détails sur le contenu des interventions qu'il animera lors de ce congrès.

Canon Medical Systems Corporation: de nombreuses synergies en perspective
07/12/2017 : L'acquisition de Toshiba Medical par le groupe Canon, effective depuis décembre 2016, prendra une nouvelle dimension le 4 janvier 2018 prochain avec le changement de nom de la société. Cette décision, annoncée au RSNA 2017, marque un retour naturel de Canon dans le secteur de la Santé et confirme les synergies multiples qui existent entre les deux compagnies.

Le Japon limite l'utilisation du gadolinium linéaire
07/12/2017 : Les produits de contraste à base de gadolinium linéaire viennent de faire l'objet d'une limitation d'utilisation au Japon. C'est ce qu'a annoncé le Ministère de la Santé japonais le 28 novembre 2017.

Étudier les biomarqueurs IRM dans le cancer de la prostate
06/12/2017 : Pour confirmer la pertinence des biomarqueurs IRM pour le cancer de la prostate, Median Technologie, via sa plateforme iBiopsy®, va participer à une étude sur 200 patients. Elle collaborera dans ce cadre avec le MSK de New York.

Une même solution pour suivre la dosimétrie et le gadolinium !
06/12/2017 : La solution Sectra Dose Track, destinée à l'origine pour le suivi de la dosimétrie des patients, fait l'objet d'une nouvelle version qui trace les doses de gadolinium dans les patients. Cette version a été présentée au RSNA 2017.

GE Healthcare conforte sa place de leader au RSNA
05/12/2017 : Le stand GE Healthcare au RSNA a une nouvelle fois montré toute l'étendue de sa gamme, renforcée par des technologies innovantes d'intelligence artificielle notamment. Mais ce sont l'IRM SIGNA Premier et le sénographe Pristina Dueta qui ont retenu l'attention

La médecine nucléaire progresse en radioprotection...mais peut mieux faire
05/12/2017 : Les services de médecine nucléaire respectent en majorité les règles de prévention des risques en radioprotection, malgré quelques insuffisances ponctuelles. C'est ce qui ressort du dernier rapport d'inspection de l'ASN pour l'année 2016.

Des outils de communication avancée très utiles pour les correspondants
04/12/2017 : Le Symposium Scanner volumique élargit, depuis quelques années, le domaine de thématiques traitées, avec des sujets sur la qualité, l'actualité de la spécialité ou les logiciels de post-traitement. C'est sur ce dernier que s'exprimera le Pr Pedro Teixeira, en posant la question de savoir si les nouveaux outils de communication sont utiles ou futiles.

Des capteurs ultrasonores pour évaluer la concentration de calcium intracellulaire
04/12/2017 : Une équipe de l'Université Technique de Munich (TUM) et du Helmholtz Zentrum München a développé la première molécule sensorielle capable de visualiser la concentration de calcium chez les animaux vivants à l'aide d'une technique d'imagerie ultrasonore appelée optoacoustique.


LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Une même solution pour suivre la dosimétrie et le gadolinium !
06/12/2017 : La solution Sectra Dose Track, destinée à l'origine pour le suivi de la dosimétrie des patients, fait l'objet d'une nouvelle version qui trace les doses de gadolinium dans les patients. Cette version a été présentée au RSNA 2017.

Evolucare, l'expérience de la téléradiologie
10/09/2014 : Evolucare est un acteur historique de la téléradiologie. Son expérience lui a permis de développer, avec ECS Imaging, une solution efficiente et d'une grande souplesse d'utilisation, capable de satisfaire aux besoins des téléradiologues et répondant aux recommandations en matière de télémédecine.

Vidéo: Bayer rapproche les radiologues de leurs patients
11/12/2017 : Sophie NDiaye, Responsable Marketing Radiologie et, Marion Guillou-Mas Responsable Digital Radiologie pour Bayer, nous ont reçu sur leur stand des JFR 2017 pour une interview à propos des nouvelles solutions élaborées par cet acteur historique dédiées aux radiologues et aux patients.

La médecine nucléaire progresse en radioprotection...mais peut mieux faire
05/12/2017 : Les services de médecine nucléaire respectent en majorité les règles de prévention des risques en radioprotection, malgré quelques insuffisances ponctuelles. C'est ce qui ressort du dernier rapport d'inspection de l'ASN pour l'année 2016.

BIOMOD 3S, POUR UN DIAGNOSTIC 3D DU RACHIS
02/11/2015 : Avec Biomod 3S, DMS Apelem propose une nouvelle plateforme diagnostic 3D du rachis en position fonctionnelle compatible avec les modalités existantes.

Le scanner double énergie pour dépister l'ostéoporose ?
13/09/2017 : Le scanner double énergie pourrait objectiver de meilleurs résultats que l'absorptiométrie conventionnelle pour l'évaluation de la densité minérale osseuse. C'est ce que rapporte une étude publiée dans la revue European Radiology.

De nombreux radiologues libéraux mutualisent leurs moyens au sein de la CGIM
24/01/2017 : En créant la Compagnie Générale d’Imagerie Médicale (CGIM), quelques 200 radiologues français unissent leurs moyens humains et technologiques afin de préserver la qualité de leur exercice et rendre un service à haute valeur ajoutée dans un environnement économique contraint.

Modéliser le rachis en 3D avec BIOMOD 3D
20/09/2016 : BIOMOD 3D sera une des attractions du stand DMS Apelem lors des JFR 2016. Nous avons rencontré Frédéric Coutin, distributeur exclusif de ce système de modélisation du rachis en 3D.

Canon Medical Systems Corporation: de nombreuses synergies en perspective
07/12/2017 : L'acquisition de Toshiba Medical par le groupe Canon, effective depuis décembre 2016, prendra une nouvelle dimension le 4 janvier 2018 prochain avec le changement de nom de la société. Cette décision, annoncée au RSNA 2017, marque un retour naturel de Canon dans le secteur de la Santé et confirme les synergies multiples qui existent entre les deux compagnies.