Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiothérapie > RADIOTHÉRAPIE PÉDIATRIQUE: L'INSTITUT CURIE POURSUIT SES RECHERCHES

RADIOTHÉRAPIE PÉDIATRIQUE: L'INSTITUT CURIE POURSUIT SES RECHERCHES

LUNDI 09 NOVEMBRE 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans le cadre de ses recherches en biologie des radiations sur son site d'Orsay, L'Institut Curie va mobiliser ses équipes pour étudier les apports potentiels de la radiothérapie "flash" et des molécules Dbait dans le traitement des tumeurs cérébrales des jeunes enfants.

© Institut Curie

Un nouveau programme des "PIC 3i" (programmes collaboratifs Interdisciplinaires, Interdomaines et/ou Inter-instituts) entièrement financés par les fonds propres de l’Institut Curie et la générosité publique, vise à réduire les effets secondaires de la radiothérapie chez les enfants et développer des approches pour améliorer son efficacité.

Proposer, à terme, de la radiothérapie cérébrale aux jeunes enfants

Ce programme réunissant biologistes, radiothérapeutes et pédiatres est coordonné par Celio Pouponnot, chef d’une équipe de recherche à Orsay (CNRS/Inserm/Institut Curie). Chez les jeunes enfants atteints de tumeurs cérébrales, la radiothérapie peut avoir de lourdes conséquences. En raison de sa toxicité, elle est exclue chez les nourrissons et rarement prescrite chez les enfants de moins de 3 ans. En outre, certaines tumeurs cérébrales pédiatriques très agressives rechutent après un traitement par radiothérapie, comme pour le médulloblastome, ou les tumeurs rhabdoïdes et tératoïdes atypiques (ATRT). "Il est urgent de trouver de nouvelles pistes pour améliorer l’efficacité de la radiothérapie chez les jeunes enfants atteints de ces deux formes de tumeurs cérébrales, déclare Celio Pouponnot. Notre objectif est d’explorer la faisabilité de deux approches actuellement développées par des équipes de l’Institut Curie pour réduire les effets secondaires, voire accroître l’efficacité de la radiothérapie.

Irradiation “flash” et molécules Dbait

Tout d’abord, traiter fort et vite semble être un bon moyen de limiter les effets secondaires de la radiothérapie. "Sur des modèles expérimentaux, une irradiation "flash" protège les tissus sains de la survenue d’effets secondaires de manière très sélective, alors que l’efficacité anti-tumorale reste la même", poursuit le radiobiologiste Vincent Favaudon, directeur de recherche émérite Inserm à l’Institut Curie. Ensuite, une autre piste concerne les molécules Dbait, découvertes par Marie Dutreix et son équipe à l’Institut Curie. Un essai clinique reposant sur cette approche chez des patients adultes a montré la bonne tolérance et  l’efficacité de l’association  Dbait/radiothérapie.

Deux projets répondant à la stratégie de l’Institut Curie à Orsay

Ces deux modèles vont être évalués par les équipes de biologistes de Celio Pouponnot et Olivier Ayrault dans les médulloblastomes, et Franck Bourdeaut, pour les ATRT. "Dans un premier temps, nous allons comparer la toxicité induite par la radiothérapie classique, la radiothérapie administrée en mode "Flash" et la combinaison radiothérapie/Dbait dans des tissus en développement", annonce Olivier Ayrault. Le statut de certains gènes quant à la radiorésistance des tumeurs sera étudié par les chercheurs. Ce projet médico-scientifique s’inscrit de plain-pied dans la stratégie de l’Institut Curie de développer un axe fort dédié à la biologie des radiations sur le site d’Orsay. 

Il devrait également bénéficier des développements technologiques, notamment du système de traitement par "Pencil Beam Scanning", actuellement en cours d’installation au Centre de Protonthérapie de l’Institut Curie à Orsay afin de permettre de délivrer des irradiations Flash. 

 

 

 

Théma Radiologie avec l'Institut Curie


toshiba

Nouveau retour d'expérience ASN sur un incident mineur en radiothérapie
20/01/2020 : Un événement indésirable mineur concernant le kilovoltage d’un scanner de dosimétrie avant radiothérapie a été répertorié par l’ASN. Un document de retour d’expérience et de recommandations a été publié.

Deux nouvelles modalités pour le Centre de radiothérapie de Ris-Orangis
14/01/2020 : Fort de l’installation de deux accélérateurs supplémentaires, le Centre de Radiothérapie de Ris-Orangis fait désormais partie des établissements de ce type les mieux dotés. Les patients peuvent d’autre part coupler la radiothérapie avec la chimiothérapie dans la clinique Pasteur voisine.

Récidive du cancer de la prostate: des résultats significatifs pour la SBRT
09/01/2020 : Une nouvelle étude conforte la stratégie thérapeutique utilisant le CyberKnife® pour traiter par SBRT les récidives de cancer de la prostate. Les résultats sont très encourageants par rapport aux autres traitements.

Cancer de la prostate: le SBRT en complément de la radiothérapie externe bien toléré
26/11/2019 : Selon une étude française, le supplément de dose de radiothérapie stéréotaxique hypofractionnée appliquée au corps entier (SBRT) suite à un traitement par radiothérapie externe est bien toléré et donne de bons résultats d'efficacité chez les patients atteints d’un cancer de la prostate à risque intermédiaire.

Radiothérapie renforcée au NBTXR3: résultats encourageants pour le CHC et les métastases hépatiques
25/09/2019 : Une étude présentée lors du congrès ASTRO 2019 permet d'entrevoir une alternative thérapeutique pour les patients présentant un CHC ou des métastases hépatiques. Il s'agit de l'utilisation du radioenhancer NBTXR3 en complément de la radiothérapie stéréotaxique.

Radiothérapie: première mondiale pour synchrony® appliqué au système Radixact®
02/09/2019 : Le système synchrony®, qui ajuste en temps réel le rayonnement en radiothérapie, a pu être mis en œuvre pour la première fois en complément du système Radixact®. La dose maximale a pu être ainsi administrée en préservant les tissus sains.

Ostéoradionécrose post-radiothérapie : l'IRSN lance in projet de recherche
22/08/2019 : L'IRSN vient de lancer XBONE, un nouveau projet visant à réparer les effets secondaires induits sur les os par des radiothérapies des cancers aéro-digestifs. Ce protocole de thérapie utilise les cellules stromales mésenchymateuses dans une matrice de biomatériau.

Un patient reçoit double dose en radiothérapie stéréotaxique
02/08/2019 : Les périodes de surcharge de travail, on le sait, sont susceptibles d'entrainer des erreurs de pratique. Le service de radiothérapie du Centre François Baclesse de Caen en a fait l'expérience récemment avec un ESR de niveau 2.

Le CH de Soissons inaugure son nouveau service de radiothérapie
15/07/2019 : Le CH de Soissons vient d'inaugurer un nouveau service de radiothérapie dans ses locaux. Ce projet a fait l'objet de la constitution d'un GCS avec l'Institut Godinot de Reims.

Un essai clinique valide la pertinence de NBTXR3 pour améliorer la radiothérapie des tissus mou
11/07/2019 : La pertinence de l'injection en intraveineux de NBTXR3 avant radiothérapie vient de faire l'objet d'un publication dans The Lancet Oncology. 179 patients ont bénéficié de cet essai.


Premières angioplasties coronaires assistées par la robotique en Allemagne
29/01/2020 : Les premières angioplasties coronaires utilisant la robotique en routine ont été réalisées récemment en Allemagne. Un pas de plus vers les changements de pratiques.

Lancement du nouveau Groupement d'Intérêt Économique de radiologues SERENICE
28/01/2020 : nehs vient d’annoncer le lancement de SERENICE, un GIE regroupant des radiologues hospitaliers et libéraux. Ces derniers pourront, entre autres, bénéficier de l’infrastructure de services de nehs.

La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière
27/01/2020 : Le Pr Afshin Gangi, Professeur de Radiologie Interventionnelle, passe une partie de son temps au King’s College de Londres. Cela ne l’empêche pas de piloter cette activité au CHRU de Strasbourg où il est chef de Service. À quelques semaines du Symposium MDCT 2020, nous l’avons rencontré pour une évocation passionnée de cette spécialité, ses atouts, ses besoins et son évolution à moyen terme.

Le thrombus, facteur de risque de rupture d'un anévrisme aortique ?
27/01/2020 : La présence d'un caillot de sang sur la paroi de l'aorte chez les personnes atteintes d'anévrismes de l'aorte abdominale est associée à une croissance plus rapide et potentiellement dangereuse de l'anévrisme, selon une étude majeure publiée dans la revue Radiology. Ces résultats pourraient aider à identifier les patients qui ont besoin d'un traitement plus agressif et d'une imagerie de suivi plus fréquente après leur diagnostic initial.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Actualité du parc IRM français en janvier 2020
23/01/2020 : Dans le cadre de notre revue du parc d’IRM français, on nous signale des évolutions en Bretagne, à Pontivy et Vannes, ainsi qu’à Sarlat.

Gestion des risques liés aux champs magnétiques : bientôt une journée scientifique dédiée
23/01/2020 : La Société Française de Radioprotection (SFRP) organise, en mars, une journée scientifique dédiée à la gestion des risques d’exposition aux rayonnements non ionisants. Les acteurs de l’imagerie par IRM devraient y glaner des réponses à leurs questions.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Les manipulateurs reçus au Haut Conseil de Professions Paramédicales
21/01/2020 : Une délégation de manipulateurs a été reçue, en ce jour de grève, par le Haut Conseil des Professions Paramédicales. La déclaration liminaire ci-après.


Le nouvel Arrêté relatif aux PCR, OCR et conseiller en radioprotection est paru !
06/01/2020 : Un nouvel Arrêté vient d’encadrer les nouvelles dispositions relatives à la gestion du risque ionisant en milieu de Santé. Les notions de PCR, d’OCR ou de conseiller en radioprotection y sont expliqués.  

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Le jeu des 7 erreurs de radioprotection au bloc opératoire
08/11/2019 : Afin d’améliorer la culture de prévention du risque ionisant dans les blocs opératoires, l’ASN a élaboré un document pour mettre en place un outil de simulation appelé « Bloc des erreurs ».

Les manipulateurs reçus au Haut Conseil de Professions Paramédicales
21/01/2020 : Une délégation de manipulateurs a été reçue, en ce jour de grève, par le Haut Conseil des Professions Paramédicales. La déclaration liminaire ci-après.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La qualité de vie au cœur des préoccupations des étudiants en médecine
21/02/2017 : Interrogés, au cours d'une étude Apel Médical Search, sur leurs principales sources de motivation quant à leur avenir, les étudiants en médecine n’hésitent plus, désormais, à revendiquer leur ambition « d’avoir une qualité de vie satisfaisante ». 

Lancement du nouveau Groupement d'Intérêt Économique de radiologues SERENICE
28/01/2020 : nehs vient d’annoncer le lancement de SERENICE, un GIE regroupant des radiologues hospitaliers et libéraux. Ces derniers pourront, entre autres, bénéficier de l’infrastructure de services de nehs.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.