Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiopédiatrie > Les radiopédiatres jouent la carte de la pluridisciplinarité

Les radiopédiatres jouent la carte de la pluridisciplinarité

MARDI 16 AOûT 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

En amont du prochain congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 23 et 24 septembre 2016 à Toulouse, la Secrétaire générale, le Dr Chantal Durand, nous a accordé une interview. Elle nous présente, entre autre, la table ronde qui sera organisée à cette occasion, sur le thème de la prise en charge pluridisciplinaire des malformations pulmonaires et évoque les contraintes actuelles de la radiopédiatrie.

Dr_Chantal_Durand

Thema Radiologie: En tant que Secrétaire générale de la SFIPP, pouvez-vous nous dire quelles sont les valeurs défendues par cette société ?

Dr Chantal Durand: La SFIPP a pour objectif de promouvoir la radiologie pédiatrique et l’imagerie prénatale, de former
les jeunes radiologues (DIU d’imagerie pédiatrique), de participer à la formation continue des praticiens à travers de nombreux enseignements post-universitaires ou d’optimiser l’utilisation des techniques non irradiantes (échographie, IRM). Le congrès annuel de la SFIPP permet de réunir les spécialistes francophones de l'imagerie de l'enfant, depuis le fœtus jusqu'au jeune adulte. C'est un lieu d’échanges sur les nouveautés et les progrès de notre discipline. A ce titre, le congrès de la SFIPP est un temps fort de l'année, chaque session se déroulant dans une ville différente. Nice l'année dernière, Toulouse en septembre prochain et Liège en 2017.

L'importance d'une prise en charge pluridisciplinaire

T. R.: Pouvez-vous nous tracer les contours de votre activité hospitalière ?

Dr C.D.: Je suis donc radiopédiatre, Praticien hospitalier et responsable de l'Unité d’imagerie pédiatrique du CHU de Grenoble. Notre activité n'est pas aussi spécialisée que dans des centres comme Paris, Marseille ou Lyon, mais nous couvrons l'ensemble des besoins de notre bassin de population. Nous avons développé des programmes d'IRM anténatale et sommes spécialisés en oncologie ou pour l'exploration des malformations pulmonaires. Un autre élément phare de notre activité est la prise en charge de l'arthrogrypose, une pathologie neuro-musculaire congénitale non-évolutive qui provoque des raideurs articulaires et une réduction de l'amplitude des mouvements des enfants.

T.R.: Comment abordez-vous cette prise en charge au CHU de Grenoble ?

Dr C.D.: Nous sommes centre de référence sur ce thème, qui rassemble des généticiens, orthopédistes, médecins de réadaptation pédiatrique, ergothérapeutes, psychologues et radiologues autour de patients atteints de cette affection afin de réaliser un bilan, un conseil génétique et de donner des recommandations sur la prise en charge de la maladie. Pour notre part, nous essayons de définir des entités cliniques et radiologiques et nous réalisons des IRM musculaires. En prénatal, nous travaillons avec un Centre Pluridisciplinaire de Diagnostic Prénatal (CPDPN), dans lequel on trouve des généticiens, des néo-natologues, des gynécologues-obstétriciens, des échographistes référents entre autres. Cela montre l'importance de la prise en charge pluridisciplinaire en pédiatrie. Nous réalisons dans ce cadre des IRM fœtales et des scanners des fœtus.

T.R.: Vous allez intervenir, lors du prochain congrès de la SFIPP, dans une table ronde le 24 septembre. Quel en sera le thème ?

Dr C.D.: Cette table ronde réunira des cliniciens, des radiopédiatres, des chirurgiens et des anatomo-pathologistes et permettra d'actualiser les connaissances dans le domaine des malformations pulmonaires. Le diagnostic est évoqué généralement lors de l'échographie de dépistage du deuxième trimestre de grossesse. Nous allons discuter de la prise en charge de ces malformations, suivant l'évaluation de leur gravité. Certaines, en effet, dans 10% à 15% des cas, peuvent entraîner des détresses respiratoires à la naissance. Le bébé doit alors naître dans une maternité de niveau 3, qui comprend une réanimation néo-natale et des chirurgiens pédiatres. Nous allons débattre également de la pathogénie, des indications chirurgicales, de l'éventuelle pratique de l'IRM anténatale pour préciser le diagnostic, ainsi que de la place du scanner dans le bilan post natal.

La démographie des radiopédiatres doit progresser

T.R.: Pour finir, quelle est l'évolution du nombre de participants au congrès de la SFIPP ces dernières années ?

Dr C.D.: Cette année le congrès aura des séances communes avec la SFCP (Société Française de Chirurgie Pédiatrique) qui permettra trois séances pluridisciplinaires et un plus grand nombre de congressistes. Le nombre  de participants est à mettre en parallèle avec la démographie des radiopédiatres dans l'espace francophone. La pratique de la radiopédiatrie est plus chronophage que la radiologie des adultes, en termes de temps, de personnel. Elle nécessite des moyens de contention, voire une sédation pour l’imagerie IRM, et plus rarement TDM. Elle est donc moins pratiquée dans le privé que dans les centres hospitaliers. Mais heureusement, les adhérents à la SFIPP n'évoluent pas tous dans le public, loin de là. Nous avons d'ailleurs plus que jamais besoin du secteur extra hospitalier pour assurer une continuité de prise en charge radiologique des enfants sur l’ensemble du territoire... 


Les inscriptions au congrès de la SFIPP sont accessibles sur le lien suivant: www.sfip-radiopediatrie.org/

Bruno Benque


toshiba

Un site d'information pour tranquilliser les enfants avant un examen
07/12/2018 : RadiologyInfo.org a lancé RadInfo 4 Kids, une nouvelle section du site Web grand public contenant des vidéos, des histoires, des jeux et des activités pour aider les enfants et leurs parents à se préparer aux examens d'imagerie médicale.

L'imagerie interventionnelle expliquée en vidéo aux jeunes patients
28/06/2017 : Afin de dédramatiser les examens de radiologie interventionnelle auprès des enfants et de leurs parents, le Service d’imagerie pédiatrique de la Timone, à l’AP-HM, leur propose de visionner de courtes vidéos réalisées en interne.

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant
09/05/2017 : En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

Pas de médecine fœtale sans la contribution de l'imagerie
07/11/2016 : L'imagerie médicale apporte une aide primordiale à la pratique de la Médecine fœtale. Nous avons rencontré le Dr Laurent Bidat, créateur et principal organisateur des 22èmes Journées de Médecine fœtale qui se tiendront en mars 2017 à Marseille. Il évoque l'importance de la pluridisciplinarité dans ce secteur et souligne l'importance des progrès de l'imagerie dans le diagnostic anténatal. 

La nécessité de développer l'élastographie en pédiatrie
02/11/2016 : Les techniques d’élastographie, bien que peu présentes dans la littérature scientifique, commencent à trouver des applications efficientes en pédiatrie. Le Congrès de la SFIPP a été l’occasion de montrer que ses performances diagnostiques sont désormais très bonnes, comparées à la biopsie, notamment dans les cas de fibrose hépatique.

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus
05/09/2016 : Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Les radiopédiatres jouent la carte de la pluridisciplinarité
16/08/2016 : En amont du prochain congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 23 et 24 septembre 2016 à Toulouse, la Secrétaire générale, le Dr Chantal Durand, nous a accordé une interview. Elle nous présente, entre autre, la table ronde qui sera organisée à cette occasion, sur le thème de la prise en charge pluridisciplinaire des malformations pulmonaires et évoque les contraintes actuelles de la radiopédiatrie.

Échographie de contraste : confort et sécurité pour les jeunes patients
27/06/2016 : À quelques semaines du Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Périnatale (SFIPP), nous avons rencontré le Dr Marion Lenoir, qui pratique l'échographie de contraste sur ses jeunes patients. Elle communiquera sur ce thème lors de cet événement.  

SFIPP 2016: un congrès multidisciplinaire
26/04/2016 : Le Congrès 2016 de la SFIPP se déroulera cette année en septembre à Toulouse et comportera une première partie organisée conjointement avec la SFCP. Il s'articulera autour d'une séance scientifique et de communications libres. Les inscriptions sont ouvertes.

L'AVC DE L'ENFANT: BIEN LE CONNAÎTRE POUR LE TRAITER À TEMPS
15/09/2015 : Le Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Périnatale (SFIPP), qui s'est tenue les 11 et 12 septembre 2015 à Nice, a été l'objet d'une session très appréciée sur l'AVC de l'enfant. L'imagerie s'avère l'outil majeur de diagnostic pour les différentes composantes de cette maladie pas assez connue selon les orateurs.


Une étude prouve les interférences des téléphones mobiles sur le fonctionnement des gamma caméras
20/03/2019 : Les interdictions relatives à l'usage des téléphones mobiles à proximité d'une gamma caméra semblent justifiées. C'est ce que montre une étude parue dans le Journal of Radiation Imaging and Radiation Sciences.

Les points clés de l'exploration IRM de l'endométriose en e-learning
19/03/2019 : Les points clés de l'exploration de l'endométriose en IRM et la réalisation d'un bilan d'extension en vue d'une prise en charge pluridisciplinaire sont les atouts de la nouvelle formation en e-learning proposée par Forcomed sur ce thème.

Des procédures interventionnelles sécurisées grâce à la navigation Imactis
18/03/2019 : Le solution de navigation élaborée par l’entreprise grenobloise Imactis s'avère un outil très efficace pour améliorer la qualité de la prise en charge radiologique interventionnelle. Le Dr Philippe Cart, qui l'utilise au CH de Charleville-Mézières, revient pour nous sur les apports de ce matériel pour la sécurité des patients et la diminution de leur irradiation lors des procédures interventionnelles.

NGI distribuera les scanner chinois Neusoft pour trois ans
18/03/2019 : NGI vient d'annoncer la signature, pour trois ans, d'un contrat de partenariat avec le constructeur chinois de scanners Neusoft Medical. Le contrat de distribution exclusif porte sur l’intégralité de la gamme de scanners Neuviz.  

L'IRM pour évaluer l'impact du dépôt de fer dans le cerveau après un AVC
15/03/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, une cartographie IRM R2* qui mesure le contenu en fer peut améliorer l'exploration des conséquences des lésions cérébrales causées par les AVC. Les chercheurs misent sur les thérapies de prévention du dépôt de fer pour ralentir ou arrêter la dégénérescence des neurones.

Le traitement par radioembolisation du carcinome hépatocellulaire désormais remboursé
14/03/2019 : Le traitement par radioembolisation à l'Ytrium 99 du carcinome hépatocellulaire non opérable sera désormais remboursé par l'Assurance maladie. Un Arrêté législatif a été publié en ce sens.

SRES 2019: les organisateurs vous présentent le symposium en vidéo !
13/03/2019 : Le Pr Philippe Piquet et le Pr Jean-Michel Bartoli présentent en vidéo le prochain Surgical & Radiological Endovascular Symposium (SRES), l'événement pluridisciplinaire de thérapies endocasculaires qui se tiendra en mai prochain à Ajaccio.

Le suivi de la SEP par IRM peut-il se passer de gadolinium ?
12/03/2019 : Selon une nouvelle étude parue dans la revue Radiology, l'IRM cérébrale sans produit de contraste, utilisant l'IRM 3D et la soustraction d'images est aussi efficace que l'approche injectée pour surveiller la progression de la sclérose en plaques (SEP). Les résultats confirment la possibilité que l'injection de produit de contraste puisse être supprimée des examens de suivi de routine.

La radiologie interventionnelle au centre de la stratégie des GHT
11/03/2019 : La radiologie est au centre du parcours de soins des patients, notamment dans la stratégie des GHT. Pour le Dr Philippe Cart, que nous avons rencontré, la radiologie interventionnelle permet de compléter ces parcours et elle a besoin désormais de disposer d'outils de navigation avancée pour une qualité améliorée.

Le JT de l'ECR du 8 mars 2019
11/03/2019 : Fin de notre série de comptes rendus vidéo de l'European Congress of Radiology (ECR) 2019, avec la réduction des doses de rayonnement et de contraste au scanner, le nouveau scanner de Philips, ou les recommandations SFR pour la décontamination des sondes d'échographie.


Des procédures interventionnelles sécurisées grâce à la navigation Imactis
18/03/2019 : Le solution de navigation élaborée par l’entreprise grenobloise Imactis s'avère un outil très efficace pour améliorer la qualité de la prise en charge radiologique interventionnelle. Le Dr Philippe Cart, qui l'utilise au CH de Charleville-Mézières, revient pour nous sur les apports de ce matériel pour la sécurité des patients et la diminution de leur irradiation lors des procédures interventionnelles.

PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux
12/02/2018 : Le PIMM semble la réponse appropriée du système de Santé pour assurer une permanence des Soins en imagerie médicale. C'est ce qui ressort du webinar, organisé par le Cabinet Houdart & Associés, qui y était consacré et auquel participait le Dr Pascal Béroud, du SRH.

Un dispositif d'aide au cathétérisme installé au centre de simulation du CHU de Rouen
04/02/2019 : Les étudiants et professionnels de Santé du Medical Training & Testing Center de Rouen disposent désormais du robot R-one pour se familiariser à ce dispositif d'aide aux procédures d'imagerie endovasculaire.

Un site dédié à la gestion des obligations réglementaires des centres d'imagerie médicale
28/03/2017 : Afin que les professionnels de santé des centres d’imagerie médicale puissent se concentrer sur leur coeur de métier, SOCOTEC a mis en ligne un site internet dédié à la prise en compte de leurs obligations réglementaires.

Le suivi de la SEP par IRM peut-il se passer de gadolinium ?
12/03/2019 : Selon une nouvelle étude parue dans la revue Radiology, l'IRM cérébrale sans produit de contraste, utilisant l'IRM 3D et la soustraction d'images est aussi efficace que l'approche injectée pour surveiller la progression de la sclérose en plaques (SEP). Les résultats confirment la possibilité que l'injection de produit de contraste puisse être supprimée des examens de suivi de routine.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La radiologie interventionnelle au centre de la stratégie des GHT
11/03/2019 : La radiologie est au centre du parcours de soins des patients, notamment dans la stratégie des GHT. Pour le Dr Philippe Cart, que nous avons rencontré, la radiologie interventionnelle permet de compléter ces parcours et elle a besoin désormais de disposer d'outils de navigation avancée pour une qualité améliorée.

Les points clés de l'exploration IRM de l'endométriose en e-learning
19/03/2019 : Les points clés de l'exploration de l'endométriose en IRM et la réalisation d'un bilan d'extension en vue d'une prise en charge pluridisciplinaire sont les atouts de la nouvelle formation en e-learning proposée par Forcomed sur ce thème.

La CGIM devient le Groupe Vidi
18/10/2018 : La CGIM est devenue, lors de son Assemblée Générale du 12 octobre 2018, le Groupe VIDI. Cette marque identifie désormais le premier groupe national de radiologues mutualisant leurs ressources.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.