Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiopédiatrie > Échographie de contraste : confort et sécurité pour les jeunes patients

Échographie de contraste : confort et sécurité pour les jeunes patients

LUNDI 27 JUIN 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

À quelques semaines du Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Périnatale (SFIPP), nous avons rencontré le Dr Marion Lenoir, qui pratique l'échographie de contraste sur ses jeunes patients. Elle communiquera sur ce thème lors de cet événement.

 

SFIPP

Thema Radiologie: Quelle est votre activité au sein du CHU de Besançon ?

Dr Marion Lenoir: Mon activité se concentre sur la radiopédiatrie et l'imagerie prénatale, dans le service du Dr Philippe Manzoni, qui m’a accueilli en octobre 2013. Les services de radiologie du CHRU  de BESANCON possèdent une grande expérience dans l'échographie de contraste puisque cette technique a été utilisée dès 2003 d’abord chez les adultes, avec une absence de toxicité du produit, puis chez les enfants et les nouveau-nés (environ 800 examens chez l’enfant). En pédiatrie, aucun produit de contraste échographique n’a d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) et leur utilisation implique de recueillir le consentement éclairé de la famille avant de réaliser l’examen. Cela est valable pour de nombreux médicaments utilisés en pédiatrie.

Des produits administrés par voie intraveineuse, intracavitaire ou orale

T.R.: Peut-on faire un rappel physique des effets du produit de contraste dans les images d'échographie ?

Dr M.L.: Il s'agit de microbulles, administrées par voie intraveineuse, intracavitaire ou orale. Elles sont constituées de gaz emprisonné dans une enveloppe biocompatible. En France, le produit disponible est constitué d’un gaz inerte d’hexafluorure de soufre entourée d’une membrane phospholipidique amorphe. Elles entrent en résonnance sous l’effet des ondes ultrasonores et ont un aspect très hyperéchogène. Les dimensions de ces microbulles sont de 2.5 à 11 µm. Elles franchissent la barrière capillaire pulmonaire puis circulent dans la circulation systémique et sont éliminées par voie respiratoire. (presque 100% en 15 minutes). Le volume administré est faible et leur administration est bien tolérée et parfaitement indolore en pratique pédiatrique. Les seuls effets indésirables sévères sont des allergies potentielles aux matériaux constituant l'enveloppe. 

T.R.: Quelles sont les applications, aujourd'hui, de l'échographie de contraste en pédiatrie ?

Dr M.L.: Elles sont potentiellement très nombreuses et peuvent permettre de se substituer à l'imagerie en coupe, qui nécessite souvent des volumes de produit de contraste importants (1 à 2 mL par kg en tomodensitométrie), et qui est irradiante pour le scanner ou nécessite une immobilisation de l'enfant pour l'IRM. Nous l'utilisons notamment pour évaluer la vascularisation des organes suite à un traumatisme à faible cinétique, pour des  tumeurs solides traitées, pour caractériser des lésions focales hépatiques,  pour étudier la vascularisation des organes en cas de suspicion de torsion (ovaire ou testicule) ou en ORL dans les cas de ganglions nécrosés mais également à la recherche de saignements secondaires à une effraction vasculaire (vessie, rein, organe traumatisé…). Une des plus-values de cet examen  est l’analyse dynamique immédiate de la micro-vascularisation suite à l’injection.

Une alternative à la cystographie rétrograde

T.R.: Dans quels cas utilise-t-on cette technique avec administration intracavitaire de produit de contraste ?

Dr M.L.: Une des indications possibles et largement publiée est l'évaluation d'un reflux vésico-urétéral, en remplacement de la cystographie rétrograde. Le produit de contraste est administré de la même façon dans la vessie mais l'échographie peut donner dans ce cas des renseignements plus sensibles, notamment sur la présence du reflux dans les cavités rénales et en intraparenchymateux. Il y a ensuite des indications dans les pathologies urgentes, comme l'invagination intestinale pour laquelle l’avantage par rapport à l’utilisation de sérum salé est la visualisation du passage du produit de contraste à travers la valvule de Bauhin, objectivant l’inondation des dernières anses grêles.

T.R.: Vous allez participer, en tant qu'oratrice, au prochain Congrès de la SFIPP les 23 et 24 septembre prochains. Quels seront les thèmes abordés lors de votre présentation ?

Dr M.L.: Elle se fera en deux temps. Je ferai tout d'abord une partie didactique où je décrirai les protocoles de réalisation des échographies de contraste en pédiatrie et ferai quelques rappels des bases physiques. C'est ensuite le Dr Philippe Manzoni qui évoquera les différentes applications cliniques récentes.

De nombreuses études cliniques en cours d'évaluation

T.R.: Quelles sont les possibilités, à court terme, d'extension des applications de l'échographie de contraste ?

Dr M.L.: De nombreuses études cliniques sont en cours, notamment en oncologie, dans le cadre du suivi de la réponse aux traitements de chimiothérapie, ou pour guider des gestes tels que la radiofréquence. D'autres indications possibles sont l’étude du parenchyme cérébral du nouveau-né, ou en prénatal pour l'étude de la vascularisation du placenta. Sur ce dernier thème, il a été prouvé qu'il n'y a aucun passage de produit de contraste du placenta vers le fœtus. 

Au final, je dois dire que cette technique prometteuse, permet de se substituer à des examen en coupe avec injection de produit de contraste comme le scanner et l’IRM et à certain examen avec opacification (lavement pour réduction d’invagination ou cystographie rétrograde) en réduisant les contraintes d’immobilisation, d’irradiation ou de toxicité des produits de contraste iodés ou gadolinés. Aux USA,  la FDA a validé ce produit pour l’étude des lésions hépatiques en pédiatrie. De nombreux articles scientifiques en Europe et aux USA démontrent, de plus, l’intérêt de cette technique.

Bruno Benque


toshiba

Un nouveau modèle de signes radiologiques pour le MIS-C pédiatrique
29/06/2020 : Au cours des dernières semaines, une affection hyperinflammatoire multisystémique est apparue chez les enfants en association avec une exposition ou une infection antérieure au SRAS-CoV-2. Une nouvelle série de cas publiée dans la revue Radiology examine le spectre des résultats d'imagerie chez les enfants atteints de l'inflammation post-COVID-19 connue aux États-Unis comme syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C).

RADIO HEROS, plus qu'une application, un accompagnement de l'enfant in situ
25/03/2019 : RADIO HEROS, l'application destinée à préparer l'enfant avant un examen d'IRM, évolue avec de nouvelles fonctionnalités, notamment pour les parents. Mais ce concept fait l'objet d'un projet d'accompagnement de l'enfant dans un service d'IRM.

Un site d'information pour tranquilliser les enfants avant un examen
07/12/2018 : RadiologyInfo.org a lancé RadInfo 4 Kids, une nouvelle section du site Web grand public contenant des vidéos, des histoires, des jeux et des activités pour aider les enfants et leurs parents à se préparer aux examens d'imagerie médicale.

L'imagerie interventionnelle expliquée en vidéo aux jeunes patients
28/06/2017 : Afin de dédramatiser les examens de radiologie interventionnelle auprès des enfants et de leurs parents, le Service d’imagerie pédiatrique de la Timone, à l’AP-HM, leur propose de visionner de courtes vidéos réalisées en interne.

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant
09/05/2017 : En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

Pas de médecine fœtale sans la contribution de l'imagerie
07/11/2016 : L'imagerie médicale apporte une aide primordiale à la pratique de la Médecine fœtale. Nous avons rencontré le Dr Laurent Bidat, créateur et principal organisateur des 22èmes Journées de Médecine fœtale qui se tiendront en mars 2017 à Marseille. Il évoque l'importance de la pluridisciplinarité dans ce secteur et souligne l'importance des progrès de l'imagerie dans le diagnostic anténatal. 

La nécessité de développer l'élastographie en pédiatrie
02/11/2016 : Les techniques d’élastographie, bien que peu présentes dans la littérature scientifique, commencent à trouver des applications efficientes en pédiatrie. Le Congrès de la SFIPP a été l’occasion de montrer que ses performances diagnostiques sont désormais très bonnes, comparées à la biopsie, notamment dans les cas de fibrose hépatique.

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus
05/09/2016 : Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Les radiopédiatres jouent la carte de la pluridisciplinarité
16/08/2016 : En amont du prochain congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 23 et 24 septembre 2016 à Toulouse, la Secrétaire générale, le Dr Chantal Durand, nous a accordé une interview. Elle nous présente, entre autre, la table ronde qui sera organisée à cette occasion, sur le thème de la prise en charge pluridisciplinaire des malformations pulmonaires et évoque les contraintes actuelles de la radiopédiatrie.

Échographie de contraste : confort et sécurité pour les jeunes patients
27/06/2016 : À quelques semaines du Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Périnatale (SFIPP), nous avons rencontré le Dr Marion Lenoir, qui pratique l'échographie de contraste sur ses jeunes patients. Elle communiquera sur ce thème lors de cet événement.  


Événement significatif en radioprotection dans un bloc opératoire de Brest
14/01/2021 : Un praticien d’une clinique de Brest a fait l’objet d’un événement significatif en radioprotection en octobre 2020. Les pratiques de prévention contre les rayonnements ionisants se sont avérées insuffisantes, ce qui explique le dépassement de dose observé sur ce praticien.

Les professionnels de Santé se prononcent sur leur vaccination anti-COVID
14/01/2021 : Medscape édition française a sondé ses lecteurs pour connaître leur opinion sur les vaccins anti-COVID. Si la majorité des médecins souhaitent se faire vacciner, les deux sortes de vaccins n’obtiennent pas le même succès.

Anomalies cardiaques décelées à l'IRM chez les patients guéris du COVID-19
13/01/2021 : Le volume extracellulaire dérivé de l'IRM et la souche longitudinale globale 2D pourraient servir de marqueurs de l'atteinte cardiaque chez des patients guéris du COVID-19, sans symptômes cardiaques ni signes cliniques de lésion myocardique. C’est le résultat d’une étude chinoise publiée dans la Revue Radiology.

La première télé-angioplastie coronaire européenne a été réalisée en Normandie
13/01/2021 : La première télé-angioplastie robotique en Europe vient d’être réalisée entre Caen et Rouen par la solution Robocath sur un modèle animal. Un espoir pour les patients résidant dans des déserts médicaux.

Affaire du logiciel de gestion de radiothérapie : le troisième associé est lui aussi mis en examen
11/01/2021 : Tous les associés de la société éditrice du logiciel de gestion des patients en radiothérapie frauduleux sont désormais mis en examen. Le logiciel n’est, quant à lui, plus exploité.

Sténoses vasculaires calcifiées : les applications de la lithotripsie en vidéo
11/01/2021 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, voici un webinar organisé par Incathlab consacré à la lithotripsie dans le traitement de sténoses calcifiées des artères des membres inférieurs.

Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales
08/01/2021 : Selon une étude présentée lors du dernier congrès virtuel de la Radiological Society of North America (RSNA), près d’un tiers des femmes adultes qui subissent une fracture non déplacée de l’ulna peuvent être victimes de violence de leur compagnon. Les chercheurs expliquent qu’une chute, souvent évoquée par les patientes, provoque souvent fracture du radius.

Un modèle de deep learning peut identifier la tuberculose sur un smartphone
08/01/2021 : Un modèle de détection de la tuberculose (TB) basé sur le deep learning peut détecter la tuberculose sur une radiographie pulmonaire capturée par une photographie de smartphone.

Les nouveaux territoires de la radiologie débattus par ceux qui la font évoluer
06/01/2021 : C’est à une session très didactique que nous a convié Ortus avec sa web émission « Nouveau territoires de la radiologie ». La recherche, les parcours de soins, la place de l’imagerie dans celui-ci, l’imagerie hybride ou l’intelligence artificielle ont été notamment évoqués.

L'AFPPE change de gouvernance mais ne relâche pas ses efforts pour faire évoluer le métier de manipulateur
06/01/2021 : Quelques semaines après sa prise de fonction de Président de l’AFPPE, Matthieu Caby nous accordé une longue interview. La pérennisation de l’association, les évolutions du métier de manipulateur d’électroradiologie scrutée par l’IGAS, la pénurie de professionnels, la formation initiale ou les tout nouveaux webinaires de l’AFPPE, il n’a éludé aucun sujet.


Anomalies cardiaques décelées à l'IRM chez les patients guéris du COVID-19
13/01/2021 : Le volume extracellulaire dérivé de l'IRM et la souche longitudinale globale 2D pourraient servir de marqueurs de l'atteinte cardiaque chez des patients guéris du COVID-19, sans symptômes cardiaques ni signes cliniques de lésion myocardique. C’est le résultat d’une étude chinoise publiée dans la Revue Radiology.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM
22/05/2019 : Les patients porteurs d'une dérivation ventriculo-péritonéale doivent satisfaire à un contrôle de la valve lorsqu'ils ont fait l'objet d'un examen IRM. La Cour d'appel de Bordeaux nous le rappelle, qui a dû juger le cas d'une patiente victime d'effets secondaires le lendemain d'une exploration IRM du genou.

Recommandations relatives aux ré-irradiations en radiothérapie
07/07/2020 : Le nouveau numéro de « Sécurité du patient », publié régulièrement par l’ASN,  pour objet les ré-irradiations en radiothérapie. 29 ESR dus à cette pratique ont été répertoriés au cours des dix dernières années.

La Loi anti-cadeaux aux professionnels de Santé prend une tournure très restrictive
15/12/2020 : La Loi anti-cadeaux aux professionnels de Santé a pris, depuis le 1er octobre 2020, une orientation très restrictive. Ces derniers devront, pour la plupart, changer leurs habitudes quant à leur participation aux congrès scientifiques. Mais c’est pour les industriels que ces nouvelles mesures seront les plus pénalisantes.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Germitec obtient le Prix Galien 2020 pour sa modalité Chronos
04/01/2021 : Le système de désinfection de haut niveau des sondes d’échographie Chronos®, porté par la société Germitec, vient d’obtenir le Prix Galien 2020. Une reconnaissance internationale pour une technologie unique et éco-responsable.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.