Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?

MARDI 05 MAI 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

IRM contraste

Une étude publiée dans la revue Radiology, suggère que certains produits de contraste utilisés en IRM peuvent rester dans le cerveau pendant des années, mais que les effets à long terme sont inconnus.


Le Gadolinium est-il dangereux à long terme ?
«Nous avons maintenant des preuves claires que l'administration de différents agents de contraste à base de gadolinium entrainent une accumilation résiduelle de cette substance dans le cerveau», déclare le Pr Emanuel Kanal, Directeur des services de radiologie et de neuroradiologie du Pittsburgh University Medical Center. «Ce que nous ne savons toujours pas est la signification clinique, le cas échéant, de cette observation." La molécule de gadolinium seule peut être toxique. Présent dans les agents de contraste, il est lié à une molécule appelée agent de chélation, qui commande la distribution du gadolinium dans le corps. La sécurité d'un produit de contraste en IRM est donc soumise à la persistance de cette liaison dans les résidus. Trois études publiées dans Radiology soulèvent de nouvelles questions sur les concentrations résiduelles de gadolinium dans le cerveau des patients sans antécédents de néphropatie.


Des résidus de produit de contraste dans le cerveau
Les chercheurs de l'école de médecine de l'Université Teikyo à Tokyo, au Japon, ont constaté que même chez les patients sans insuffisance rénale sévère, l'administration de l'agent de contraste à base de gadolinium provoque l'accumulation de gadolinium dans le cerveau. Des tissus cérébraux de cinq patients autopsiés qui avaient subi plusieurs examens par IRM de contraste à base de gadolinium et cinq patients sans antécédents de gadolinium ont été comparés. Du Gadolinium dans des quantités significatives a été détecté dans tous les échantillons du groupe de contraste. Ces résultats corroborent les résultats d'une étude de la Mayo Clinic publiée en Mars 2015, qui a montré des dépôts résiduels de gadolinium dans le cerveau post-mortem de 13 patients qui avaient subi au moins quatre examens IRM de contraste à base de gadolinium. Aucune de ces études n'a été en mesure de déterminer si le gadolinium résiduel était sous forme libre ou chélaté.


Le Gadolinium macrocyclique, mieux que le linéaire
Il existe deux catégories structurellement distinctes d'agents de contraste à base de gadolinium: linéaire et macrocyclique. Dans la structure macrocyclique, le gadolinium est lié plus étroitement à l'agent chélatant et, par conséquent, moins susceptibles de libérer du gadolinium libre dans le corps. Les études précédentes étaient axée uniquement sur des agents de contraste à gadolinium linéaire. Une troisième étude, du Heidelberg University Medical Center, en Allemagne, suggère que la structure moléculaire de l'agent de contraste peut jouer un rôle dans le résidu de gadolinium. Les chercheurs allemands ont examiné rétrospectivement deux groupes de 50 patients qui avaient subi au moins six examens par IRM avec l'utilisation exclusive d'un agent de contraste à base de gadolinium linéaire ou macrocyclique. Ils ont constaté une augmentation de l'intensité du signal IRM dans des régions spécifiques du cerveau dans le groupe linéaire, mais pas dans le groupe macrocyclique.


Sur la base de ces résultats, le Dr Kanal souligne que les médecins devraient prendre en considération les risques inconnus des résidus de gadolinium au moment de déterminer le type et la quantité d'agent de contraste à administrer. "Les agents de contraste à base de gadolinium sont extrêmement utiles pour les patients à travers le monde et ce depuis des décennies", conclut-il. "Nous ne pouvons pas priver inutilement nos patients des informations crucialesfournies par le contraste au gadolinium en IRM. Mais nous ne pouvons pas ignorer ces nouvelles découvertes et continuer à les prescrire comme nous l'avons fait jusqu'à présent, sans changement ".

Bruno Benque


toshiba

Actualité du parc IRM français en janvier 2020
23/01/2020 : Dans le cadre de notre revue du parc d’IRM français, on nous signale des évolutions en Bretagne, à Pontivy et Vannes, ainsi qu’à Sarlat.

Gestion des risques liés aux champs magnétiques : bientôt une journée scientifique dédiée
23/01/2020 : La Société Française de Radioprotection (SFRP) organise, en mars, une journée scientifique dédiée à la gestion des risques d’exposition aux rayonnements non ionisants. Les acteurs de l’imagerie par IRM devraient y glaner des réponses à leurs questions.

Explorer les pathologies hépatiques avec la spectroscopie par résonance magnétique
13/01/2020 : L’exploration des pathologies hépatiques a désormais un nouvel outil en préparation : la spectroscopie par résonnance magnétique. Cette technologie permet d’obtenir des données qualitatives et quantitatives à partir de la localisation de la fréquence d’un composé par rapport à celle de l’eau.  

L'IRM 4D pour l'évaluation des flux sanguins intracardiaques
06/01/2020 : En utilisant des cœurs de porcs activés dans une CEC, des chercheurs hollandais ont pu valider une méthode d’évaluation du débit sanguin intracardiaque ou le taux de régurgitation après remplacement de la valve aortique.

LE CH de Valenciennes se dote d'une IRM 3T
26/11/2019 : Le CH de Valenciennes vient de réaliser un renouvellement conséquent de son plateau technique. Une IRM 3T et un cockpit d’imagerie font partie des solutions acquises dans ce cadre.

Le CHU de Poitiers se dote de la première IRM 7T clinique de France
20/11/2019 : La première modalité IRM 7T à vocation clinique de France vient d’être inaugurée au CHU de Poitiers. Un investissement important a été mobilisé pour cette installation qui a fait l’objet de la construction d’un bâtiment spécifique et d’une salle d’examen surdimensionnée en dimensions et en blindage.

Comment explorer le pied de Charcot ?
20/11/2019 : Dans une revue des images médicales pour le diagnostic et la classification du pied de Charcot, une étude suisse identifie la radiographie conventionnelle et l’IRM comme moyens d’exploration privilégiés.

IVDr, ou l'étude métabolique des fluides biologiques par RMN
14/11/2019 : Le Laboratoire de chimie et biochimie pharmacologiques et toxicologiques se dote du premier IVDr en France, système d’analyse métabolique à haut débit des fluides biologiques chez l’Homme par résonance magnétique. Il sera inauguré le 3 décembre 2019 sur le Campus Saint-Germain-des-Prés.  

Prostate : ateliers pratiques d’IRM sur consoles
05/11/2019 : Forcomed propose une formation ciblée sur l’IRM prostatique multiparamétrique. Elle permet d’assurer notamment le classement PIRADS2 des lésions et d’effectuer un bilan d’extension.

Une session e-learning consacrée à la pathologie maligne du pelvis en IRM
22/10/2019 : Afin de parfaire leur formation en imagerie pelvienne oncologique et d'acquérir les clés pour participer à une RCP d'oncologie pelvienne, Forcomed propose aux radiologues une formation en e-learning sur l'IRM de la pathologie maligne du pelvis.


Les sociétés savantes américaines collaborent autour d'un CR structuré de scanner lié au COVID-19
27/03/2020 : Dans un souci d’efficience dans l’annonce de la pathologie de COVID-19 et de réduction de l’anxiété des correspondants et des patients, les principales sociétés savantes américaines ont élaboré un document de consensus. Un modèle de compte rendu structuré a fait l’objet d’un consensus.

Données de Santé : une nouvelle approche pour assurer la confidentialité
25/03/2020 : La sécurité des données de Santé et la protection de la vie privée des patients est une préoccupation majeure pour les tutelles sanitaires. Un Rapport publié dans la Revue Radiology suggère de considérer les données comme n’appartenant à personne et de cibler l’éthique des prestataires d’IA.  

COVID-19 : les radiologues Vidi solidaires et mobilisés dans la guerre sanitaire
25/03/2020 : Alors que certains cabinets de radiologie ont dû fermer par manque de moyens de protection contre le COVID, les radiologues du Groupe Vidi se mettent à la disposition de leurs confrères. Ils se montrent solidaires et mobiliser pour aider à gagner la guerre sanitaire.

Les recommandations de la SFMN pour l'organisation de la médecine nucléaire en environnement COVID-19
24/03/2020 : Afin d’assurer une bonne prise en charge des patients en médecine nucléaire pendant l’épidémie de COVID-19, la SFMN a publié des recommandations spécifiques pour une bonne organisation des services traitant de cette spécialité.

Une nouvelle application de compte rendu structuré mis à disposition des radiologues
24/03/2020 : Comme certains de ses concurrents, la plateforme Keydiag met à disposition des radiologues gratuitement son application de comptes rendus structurés en tomodensitométrie pulmonaire. Un joli geste de solidarité dans le contexte épidémique actuel.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Lancement du Réseau de veille sanitaire COVID-19 Imagerie SFR
23/03/2020 : La Société Française de Radiologie et le G4 lancent le Réseau COVID-19 Imagerie SFR, une plateforme de veille sanitaire nationale sur le COVID-19. Basée sur quatre indicateurs spécifiques, elle se veut complémentaire de la base de données scanographiques déjà ouverte dans ce cadre.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Recommandations contre le COVID-19 pour les centres de radiothérapie
18/03/2020 : Les personnels médicaux et paramédicaux des centres de radiothérapie sont appelés à suivre les recommandations que vient de publier la SFRO dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de COVID-19. Ce texte est appelé à évoluer dans le temps.

Un compte rendu structuré gratuit pour le diagnostic de COVID-19
18/03/2020 : Afin de participer à l’effort mondial contre l’épidémie de COVID-19, la start-up Smart Reporting donne accès gratuitement aux comptes rendus structurés pour le diagnostic de cette pathologie.


Les recommandations de la Société Française de Radiologie dans un contexte de COVID-19
13/03/2020 : La Société d’Imagerie Thoracique a publié un Point sur l’imagerie dans un contexte de COVID-19. Les types d’examens à réaliser, la conduite à tenir pour les professionnels et les images significatives sont ainsi détaillés.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Nouveau cas de pneumonie par COVID-19 décrit au scanner
10/03/2020 : Un nouveau cas clinique lié au COVID-19 a été décrit dans la Revue Radiology. Le scanner montre les images caractéristiques de la pneumonie provoquée par le virus et montre une légère résorption au 9ème jour d‘hospitalisation après traitement.

L'ACR remet en cause la spécificité du scanner pour diagnostiquer le COVID-19
16/03/2020 : Alors que des études récentes présentaient le scanner comme l’examen de base pour le dépistage du COVID-19, l’American College of Radiology vient de publier des recommandations qui modèrent ces premiers résultats. La spécificité de cet examen semble en effet inférieure aux test viraux de biologie.

COVID-19 : le scanner 3D d'une patiente infectée
06/03/2020 : Les images reconstruites du scanner effectué sur une patiente infectée par le COVID-19 montrent bien une prédominance d’images en verre dépoli dans les zones péri-hilaire et sous-pleurale.