Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?

MARDI 05 MAI 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

IRM contraste

Une étude publiée dans la revue Radiology, suggère que certains produits de contraste utilisés en IRM peuvent rester dans le cerveau pendant des années, mais que les effets à long terme sont inconnus.


Le Gadolinium est-il dangereux à long terme ?
«Nous avons maintenant des preuves claires que l'administration de différents agents de contraste à base de gadolinium entrainent une accumilation résiduelle de cette substance dans le cerveau», déclare le Pr Emanuel Kanal, Directeur des services de radiologie et de neuroradiologie du Pittsburgh University Medical Center. «Ce que nous ne savons toujours pas est la signification clinique, le cas échéant, de cette observation." La molécule de gadolinium seule peut être toxique. Présent dans les agents de contraste, il est lié à une molécule appelée agent de chélation, qui commande la distribution du gadolinium dans le corps. La sécurité d'un produit de contraste en IRM est donc soumise à la persistance de cette liaison dans les résidus. Trois études publiées dans Radiology soulèvent de nouvelles questions sur les concentrations résiduelles de gadolinium dans le cerveau des patients sans antécédents de néphropatie.


Des résidus de produit de contraste dans le cerveau
Les chercheurs de l'école de médecine de l'Université Teikyo à Tokyo, au Japon, ont constaté que même chez les patients sans insuffisance rénale sévère, l'administration de l'agent de contraste à base de gadolinium provoque l'accumulation de gadolinium dans le cerveau. Des tissus cérébraux de cinq patients autopsiés qui avaient subi plusieurs examens par IRM de contraste à base de gadolinium et cinq patients sans antécédents de gadolinium ont été comparés. Du Gadolinium dans des quantités significatives a été détecté dans tous les échantillons du groupe de contraste. Ces résultats corroborent les résultats d'une étude de la Mayo Clinic publiée en Mars 2015, qui a montré des dépôts résiduels de gadolinium dans le cerveau post-mortem de 13 patients qui avaient subi au moins quatre examens IRM de contraste à base de gadolinium. Aucune de ces études n'a été en mesure de déterminer si le gadolinium résiduel était sous forme libre ou chélaté.


Le Gadolinium macrocyclique, mieux que le linéaire
Il existe deux catégories structurellement distinctes d'agents de contraste à base de gadolinium: linéaire et macrocyclique. Dans la structure macrocyclique, le gadolinium est lié plus étroitement à l'agent chélatant et, par conséquent, moins susceptibles de libérer du gadolinium libre dans le corps. Les études précédentes étaient axée uniquement sur des agents de contraste à gadolinium linéaire. Une troisième étude, du Heidelberg University Medical Center, en Allemagne, suggère que la structure moléculaire de l'agent de contraste peut jouer un rôle dans le résidu de gadolinium. Les chercheurs allemands ont examiné rétrospectivement deux groupes de 50 patients qui avaient subi au moins six examens par IRM avec l'utilisation exclusive d'un agent de contraste à base de gadolinium linéaire ou macrocyclique. Ils ont constaté une augmentation de l'intensité du signal IRM dans des régions spécifiques du cerveau dans le groupe linéaire, mais pas dans le groupe macrocyclique.


Sur la base de ces résultats, le Dr Kanal souligne que les médecins devraient prendre en considération les risques inconnus des résidus de gadolinium au moment de déterminer le type et la quantité d'agent de contraste à administrer. "Les agents de contraste à base de gadolinium sont extrêmement utiles pour les patients à travers le monde et ce depuis des décennies", conclut-il. "Nous ne pouvons pas priver inutilement nos patients des informations crucialesfournies par le contraste au gadolinium en IRM. Mais nous ne pouvons pas ignorer ces nouvelles découvertes et continuer à les prescrire comme nous l'avons fait jusqu'à présent, sans changement ".

Bruno Benque


toshiba

L'IRM cardiaque pour sécuriser la reprise des athlètes victimes de myocardite post COVID-19
21/09/2020 : Dans une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’État de l'Ohio (USA) et publiée en ligne dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Cardiology, l’IRM cardiaque est efficace pour identifier une myocardite due au COVID-19 chez les athlètes et peut aider à déterminer leur reprise de compétition en toute sécurité.

Succès d'audience pour le premier cours d'automne ESOR
07/09/2020 : Ce sont plus de 300 personnes qui ont suivi le premier de la série de cours d’automne organisés en ligne par l’European School of Radiology (ESOR) sur l’IRM abdominale. Prochain numéro le 11 septembre 2020 consacré à) la neuroradiologie.

Exploration pré-TAVI : Angio-IRM sans injection ou Angioscanner ?
21/08/2020 : L’évaluation des dimensions des vaisseaux par angio-IRM sans contraste lors des examens pré-opératoires en vue de la pose d’un TAVI est relativement bien corrélée avec les mesures provenant d’un angioscanner. Une étude parue dans la Revue European Radiology le montre, les chercheurs observant qu’il s’agit d’un gain de chance pour les patients insuffisants rénaux.

Le large spectre de pathologies cérébrales liées au COVID-19
05/08/2020 : Une étude suédoise rapporte un large spectre de pathologies neurologiques liées au COVID-19. Dans la Revue Radiology, les chercheurs ont identifié des anomalies en majorité vasculaires et inflammatoires.

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

COVID-19 : une étude française recueille les signes cérébraux fréquents à l'IRM
18/06/2020 : Une nouvelle étude multi-institutionnelle française publiée dans la revue Radiology identifie les tendances des résultats anormaux d’IRM cérébrale chez les patients atteints de COVID-19. Des anomalies temporales et des lésions hémorragiques sont souvent constatées.

Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Un cas d'AVC pédiatrique imputable au COVID-19
03/06/2020 : La Revue Radiology rapporte le cas d’un enfant présentant une artériopathie focale cérébrale identifiée en IRM. La découverte d’une infection au COVID-19 a amené les chercheurs à imputer cet AVC au virus.

Manifestation cérébrale du COVID-19 : envoyez vos images à la SFNR !
20/04/2020 : La SFR appelle les radiologues français à inclure dans un fichier centralisé les images IRM montrant des pathologies cérébrales dues au COVID-19. La SFNR fait figure de Conseil scientifique en vue d’une ou plusieurs publications.  

L'IRM identifie des changements de volumes cérébraux chez les astronautes
14/04/2020 : Les périodes prolongées dans l'espace sont connues depuis longtemps pour causer des problèmes de vision chez les astronautes. Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology suggère que l'impact des voyages spatiaux de longue durée est plus étendu, provoquant potentiellement des changements de volume cérébral et une déformation de l’hypophyse.


Gamme de solutions DR : le diagnostic se cache dans les détails
21/09/2020 : Agfa a plus de 150 ans d'expérience en imagerie et est présent dans un hôpital sur deux dans le monde avec des produits et des solutions adaptés aux besoins de chaque site. La division imagerie médicale offre des solutions d'imagerie diagnostique qui fixent les normes les plus élevées en matière de productivité, de sécurité, de valeur clinique et de rentabilité. Grâce à son interface utilisateur intuitive et standardisée, au traitement intelligent de l'image MUSICA et à sa forte intégration dans les systèmes informatiques des hôpitaux, la station de travail MUSICA offre un flux de travail simplifié axé sur la sécurité des patients et la productivité.

L'IRM cardiaque pour sécuriser la reprise des athlètes victimes de myocardite post COVID-19
21/09/2020 : Dans une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’État de l'Ohio (USA) et publiée en ligne dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Cardiology, l’IRM cardiaque est efficace pour identifier une myocardite due au COVID-19 chez les athlètes et peut aider à déterminer leur reprise de compétition en toute sécurité.

Communication des médecins : bientôt la fin de l’interdiction des procédés publicitaires
18/09/2020 : Le Gouvernement a déposé, le 10 septembre 2020, un projet de décret modifiant l’article 19 du code de déontologie médicale. Désormais, la « libre communication et de publicité » succèdera bientôt à « l’interdiction générale et absolue de publicité » pour les médecins.

Les étudiants manipulateurs bénéficieront d'une adaptation pour l'obtention du diplôme ou le passage à l'année supérieure
17/09/2020 : Alors que les étudiants manipulateurs n’ont pas pu accomplir toutes leurs unités d’enseignement pour cause de crise sanitaire, les Ministères concernés ont légiféré afin d’adapter les modalités de présentation au diplôme ou au passage à l’année supérieure

Le congrès 2020 de la SFRO prend à son tour une forme virtuelle
16/09/2020 : Le congrès de la SFRO 2020 sera cette année un événement 100% e-congrès. Les participants retrouveront, sur la plateforme en ligne, l’ensemble des prestations qui étaient prévues en présentiel, sous forme digitale.

L'embolie pulmonaire au centre du défi IA organisé au RSNA 2020
16/09/2020 : Au prochain RSNA, les meilleurs projets ayant concouru au défi IA seront présentés. Ce concours, qui promeut les modèles de deep learning pour l’amélioration des interprétations radiologiques, sera dédié cette année à l’embolie pulmonaire à partir d’images de scanner.

Triage des patients COVID à l'hôpital : le scanner thoracique fait référence aux HCL
15/09/2020 : Une étude menée aux Hospices Civils de Lyon (HCL) montre la pertinence de la tomodensitométrie pour le triage des patients hospitalisés atteints de COVID-19. Ce travail pluridisciplinaire a été publié dans la Revue European Radiology.

Immunothérapie : le deep learning à partir des images scanner plus pertinent que celui issu de la biopsie ?
15/09/2020 : Une étude rétrospective a montré que le modèle de deep learning d'iBiopsy® pour évaluer un marqueur d’immunothérapie à partir d’images scanner donne de meilleurs résultats que la radiomique issue de la biopsie.  

Les scanners du CHU de Montpellier choisissent une plateforme innovante pour les injections
14/09/2020 : Avec la plateforme CT EXPRES 3D, le CHU de Montpellier a fait le choix, pur les injections au sein de leurs unités de tomodensitométrie, d'un dispositif innovant, sécurisé, simple, économe et assurant une meilleure maîtrise du risque infectieux. Les radiologues responsables de ces unités reviennent pour nous sur les avantages de ce dispositif.

Pr Alain Luciani : même sous forme digitale, les JFR 2020 doivent rester interactives !
14/09/2020 : À quelques semaines de l’ouverture des JFR 2020, qui seront entièrement digitales (JFR.plus) cette année, nous avons rencontré le Pr Alain Luciani qui préside cet événement. Il évoque avec nous les raisons qui l’ont poussé à abandonner le format hybride initialement prévu, met en lumière les moments forts qui rythmeront ce congrès virtuel et souhaite que ce dernier reste interactif.


Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

L'IRM cardiaque pour sécuriser la reprise des athlètes victimes de myocardite post COVID-19
21/09/2020 : Dans une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’État de l'Ohio (USA) et publiée en ligne dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Cardiology, l’IRM cardiaque est efficace pour identifier une myocardite due au COVID-19 chez les athlètes et peut aider à déterminer leur reprise de compétition en toute sécurité.

L'embolie pulmonaire au centre du défi IA organisé au RSNA 2020
16/09/2020 : Au prochain RSNA, les meilleurs projets ayant concouru au défi IA seront présentés. Ce concours, qui promeut les modèles de deep learning pour l’amélioration des interprétations radiologiques, sera dédié cette année à l’embolie pulmonaire à partir d’images de scanner.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Triage des patients COVID à l'hôpital : le scanner thoracique fait référence aux HCL
15/09/2020 : Une étude menée aux Hospices Civils de Lyon (HCL) montre la pertinence de la tomodensitométrie pour le triage des patients hospitalisés atteints de COVID-19. Ce travail pluridisciplinaire a été publié dans la Revue European Radiology.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Communication des médecins : bientôt la fin de l’interdiction des procédés publicitaires
18/09/2020 : Le Gouvernement a déposé, le 10 septembre 2020, un projet de décret modifiant l’article 19 du code de déontologie médicale. Désormais, la « libre communication et de publicité » succèdera bientôt à « l’interdiction générale et absolue de publicité » pour les médecins.

Les étudiants manipulateurs bénéficieront d'une adaptation pour l'obtention du diplôme ou le passage à l'année supérieure
17/09/2020 : Alors que les étudiants manipulateurs n’ont pas pu accomplir toutes leurs unités d’enseignement pour cause de crise sanitaire, les Ministères concernés ont légiféré afin d’adapter les modalités de présentation au diplôme ou au passage à l’année supérieure

La recherche sur l'IA en imagerie avance avec le Data Challenge
25/10/2019 : Le Pr Nathalie Lassau, Professeur de Radiologie à l'Université Paris Sud et Co-Directrice du laboratoire d Imagerie IR4M (UPSUD/ CNRS) à l'Institut Gustave Roussy, est la responsable du Data Challenge dont la première édition a été organisée aux JFR 2018. Nous l'avons rencontrée pour une évocation des améliorations apportées, en 2019, à cette compétition.

Lésions pulmonaires provoquées par le vapotage : un modèle scanographique identifié
01/09/2020 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology : Cardiothoracic Imaging, les pathologies pulmonaires causées par le vapotage entrainent des imafges scanographiques caractéristiques. Ces modèles pourraient aider les médecins à poser des diagnostics précis et à réduire les biopsies inutiles.